Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/10/2011

Stéphane Hessel et Edgar Morin: Pour que la France retrouve le chemin de l'espérance

 

 

hessel et morin.jpg

 

Appel lancé par Stéphane Hessel et Edgar Morin sur Mediapart le 19 octobre 2011

 

1. Nous constatons que la force libertaire de la jeunesse, utilisant les  moyens informatiques nouveaux, a été capable d'abattre des despotismes dans les pays arabes, d'y réveiller tous les âges et toutes les classes sociales, et qu'elle est devenue une force déferlante d'indignés sur la planète, défiant les pouvoirs, notamment le pouvoir sans entraves du capitalisme financier. Si cette force est apte à provoquer des ruptures et des éveils, il lui manque une pensée politique capable d'ouvrir une voie qui unisse les forces vives des peuples sur un chemin d'espérance. C'est la formulation d'une telle pensée que nous proposons aux candidats.

 

2. Comme la France n'est pas seule dans le monde et que son destin en dépend en partie, elle devrait proposer une réforme de l'ONU qui la rende apte à traiter les conflits en cours, dont le douloureux conflit israélo-palestinien, et qui instituerait trois instances planétaires dotées de pouvoirs : 
– pour  surmonter la crise mondiale actuelle en régulant véritablement son économie ;
– pour protéger la biosphère dont la dégradation accélérée dégrade les conditions de vie de l'humanité ;
– pour entreprendre l'élimination des armes de destruction massive.

 

3. Comme la France est dans l'Union européenne, elle devrait y militer pour y développer une politique commune de protection de ses populations, de développement de ses coopérations, d'intégration des immigrations, et de justes propositions pour la paix dans le monde.

 

4. La politique en France devrait avoir pour orientation le « bien vivre » qui englobe et dépasse le bien-être matériel pour restaurer une qualité de vie de plus en plus dégradée.

 

5. Une telle politique pourrait, en même temps, traiter la crise économique et réduire le chômage en développant des mesures appropriées pour :
– juguler la spéculation financière ;
– combiner la mondialisation de coopérations et d'échanges à une démondialisation de protection des intérêts vitaux locaux, régionaux, nationaux ;
– opérer une vive croissance de l'économie verte, de l'économie sociale et solidaire, du commerce équitable, et une décroissance parallèle de l'économie du futile, du jetable, du gaspillage, elle-même liée au développement d'une consommation désintoxiquée ;
– favoriser la croissance de l'agriculture et de l'élevage fermiers et biologiques et la décroissance de la grande exploitation industrialisée.

 

6. Une telle politique entreprendrait la réduction des inégalités, notamment par une réforme fiscale et la création d'un observatoire des inégalités, qui ferait annuellement ses recommandations.

 

7. Une telle politique opérerait une régénération de la solidarité notamment en instituant dans toutes villes des maisons de fraternité et en établissant un service civique de solidarité.

 

8. Une telle politique inciterait à une débureaucratisation des administrations et des entreprises par décompartimentation des travailleurs et restitution de leurs possibilités d'initiatives.

 

9. Une telle politique inciterait à la démocratie participative en instituant des conseils de gouvernance urbaine et municipale, comportant élus, administrateurs, professions compétentes et citoyens.

 

10. Une telle politique comporterait une réforme de l'enseignement à tous niveaux de façon que les problèmes fondamentaux et globaux, qui nécessitent des compétences polydisciplinaires, y soient enseignés dès les petites classes. Elle répondrait à ce que prescrivait Jean-Jacques Rousseau : « Enseigner à vivre ».

 

11. Toutes ces réformes devraient s'entre-compléter et converger en un grand dessein qui ouvrirait à la France le chemin de l'espérance.

 

12. Un Président de la République doit d'abord prendre acte des grands défis devant lesquels se trouve notre monde, où la France a sa place et sa responsabilité (l'énergie, l'eau, la faim, le climat, la pollution, etc.). Il doit avoir le courage de réduire drastiquement les énormes dépenses inutiles ou nocives, comme les dépenses d'armement et de guerre et l'investissement nucléaire, et de réduire tous les énormes gaspillages qui empêchent l'essor d'une économie saine et productive. Il doit savoir que d'immenses ressources humaines sont inemployées, qu'il y a dans le peuple de France, s'il est rendu à l'initiative et à l'espérance, de très grandes potentialités créatrices. La nouvelle politique doit se mettre au service des citoyens, et ceux-ci se mettront à son service.

 

Nous sommes au seuil d'une nouvelle Histoire humaine et déjà partout, notamment dans les jeunes générations, naissent des initiatives porteuses d'un futur d'espérance.

 

 

Décadi 30 Vendémiaire 220

 

Photo X - Droits réservés

 

05/10/2011

Le Français langue officielle européenne ?

drapeau-europeen.jpgLa Commission Européenne a finalement tranché : après la monnaie unique, l’Union Européenne va se doter d’une langue unique, à savoir... le français.

Trois langues étaient en compétition : le français (parlé dans le plus grand nombre de pays de l’Union), l’allemand (parlé par le plus grand nombre d’habitants de l’Union) et l’anglais (langue internationale par excellence). L’anglais a vite été éliminé, pour deux raisons : l’anglais aurait été le cheval de Troie économique des Etats-Unis et les Britanniques ont vu leur influence limitée au profit du couple franco-allemand à cause de leur réticence légendaire à s’impliquer dans la construction européenne.

Le choix a fait l’objet d’un compromis, les Allemands ayant obtenu que l’orthographe du français, particulièrement délicate à maîtriser soit réformée, dans le cadre d’un plan de cinq ans, afin d’aboutir à l’eurofrançais.

- La première année, les sons actuellement distribués entre « s », « z », « c », « k » et « q » seront répartis entre « z » et « k », ze ki permettra de zupprimer beaukoup de la konfuzion aktuelle.

- La deuzième année, on remplazera le « ph » par « f », ze ki aura pour effet de rakourzir un mot comme « fotograf » de kelke vingt pour zent.

- La troizième année, des modifikazions plus draztikes seront pozzibles, notamment ne plus redoubler les lettres ki l’étaient ; touz ont auzi admis le prinzip de la zuprezion des « e » muets, zourz éternel de konfuzion, en efet, tou kom d’autr letr muet.

 

- La katrièm ané, les gens zeront devenu rézeptif à dé changements majeurs, tel ke remplazé « g », zoi par « ch », - avek le « j » - zoi par « k », zelon les ka, ze ki zimplifira davantach l’ékritur de touz.

 

- Duran la zinkièm ané, le « b » zera remplazé par le « p » et le « v » zera lui auzi apandoné - au profi du « f », éfidamen on kagnera ainzi pluzieur touch zur no klafié.

Un foi ze plan de zink an achefé, l’ortograf zera defenu lochik, et lé chen pouron ze komprendr et komuniké.

 

Quartidi 14 Vendémiaire 220

 

29/09/2011

Et la Méluche, keskidi ?

mélanchon et Laurent.jpg

 

On ne l’a pas trop entendu dans les lucarnes à décerveler ni lu dans les canards laquais, pourtant il en a des chose à dire Mélanchon ! Et il les dit bien :

 

Discours au meeting de la Fête de l’Humanité

  

Je vois notre rassemblement. Je mesure toute la force qu’il contient. Elle m’inspire et elle m’envahit à cet instant où me revient la rude tâche de marcher devant, portant notre drapeau commun.


Dans un moment, la musique et la poésie vont agrandir de nouveau nos cœurs. Acceptons-en toute la leçon : il est temps de penser, de vouloir, et d’agir en grand comme la France le peut, forte de sa puissance et de son peuple travailleur, créatif, imaginatif, dévoué à la cause de la liberté universelle depuis l’abolition des privilèges en 1789.

 

Nous ne faisons pas campagne pour un homme, pour un candidat ni pour un parti mais pour une immense ambition collective.

 

Un monde nous appelle à l’action, puisqu’en définitive celui que nous voyons roule à sa fin. Il a une apparence, celle des tyrans du G8 et du G20 qui ont comme président commun celui de notre pays Nicolas Sarkozy. Cet ordre roule à sa fin. C’est celui du productivisme absurde qui pourrit l’air, vide les mers, épuise les hommes et la nature comme le disait Karl Marx si justement. L’ordre productiviste, combiné à celui du règne complet de la finance qui pourrit tout, domine les cœurs, les esprits, et réduit toute chose vivante ou inerte au statut de marchandise.
Ce dont il est question à travers ce que nous entreprenons, c’est d’empêcher que l’écroulement de cet ordre n’entraine la civilisation humaine elle-même dans sa chute.

 


Mes amis, dans la nuit noire du libéralisme, des recettes du FMI, des brutalités de toute sorte dont le monde avait été accablé, le jour s’est levé. Celui de la grande révolution citoyenne que notre temps appelle. Elle a commencé en Amérique du sud avec les peuples du Venezuela, de la Bolivie, de l’Equateur, de l’Argentine. 
Elle a franchi l’océan. Elle est venue dans le Maghreb où nos frères et nos sœurs ont porté la parole universelle d’exigence de la liberté, de la dignité, du bien-vivre, qui sont en définitive le programme commun de tous les peuples, sous toutes les latitudes.
Et la voici qui a franchi la Méditerranée. Elle porte le nom des douze grèves générales des travailleurs grecs. Elle a le visage des indignés qui se rassemblent sur toutes les places. La voici, qui s’est avancée jusqu’à celle de Stalingrad et à présent sur la vôtre, à la fête de l’Humanité.

 

Le jour se lève. Il est demandé le bien-vivre, la décence d’une vie digne où nous ne réclamons rien d’autre que de pouvoir vivre décemment de notre travail, de notre paye justement gagnée dans l’œuvre mise au service de toute la société. Tel est notre programme. C’est le programme qui dit son nom : « L’Humain d’abord ! », nouveau drapeau du peuple !
Si le peuple le veut, par sa majorité, il imposera que ce qui n’a pas été partagé de bon gré quand c’était temps le soit de force. Par la force de la loi, celle que nous voterons, qui interdira les licenciements boursiers, qui mettra à contribution le capital et ses revenus et d’abord celui des grandes entreprises félonnes, qui ayant accumulé des richesses sur le travail humain ne les ont mis d’aucune façon en partage : les Total qui ne paye pas un seul euro d’impôt, les banques qui se sont gavées d’argent.

 


Pas un salaire dans une entreprise ne pourra en haut de la hiérarchie être vingt fois supérieur à celui du bas. Pas un revenu ne pourra être supérieur à 360 000 euros.  Et il faut augmenter le SMIC à 1700 euros ! A ceux qui disent que c’est trop, nous posons la question de savoir comment ils expliquent aux gens qui vivent pour plus de 100 euros seulement que le seuil de pauvreté comment ils payent leur loyer, comment ils se nourrissent, comment ils se soignent. Réglez cette difficulté et alors nous écouterons le reste. Nous, nous la réglons.
Nous proposons à la France un nouvel horizon de développement et de progrès, celui de la planification écologique qui poussera à réorganiser redévelopper tout notre appareil de production et à réindustrialiser le pays. Ce sont des milliers, des milliers, des millions d’emplois qui sont à la clé de ce projet.

 


Enfin, nous allons en finir avec les traités iniques qui ont confisqué la souveraineté du peuple français pour le soumettre à l’absurde règle de la concurrence prétendument libre et non faussée. Le traité de Lisbonne, nous nous en affranchirons.
Et nous montrerons, d’abord dans notre propre pays, le changement institutionnel qui libère l’énergie populaire. Nous passerons à la sixième République. A bas la monarchie présidentielle et le régime des valises qui va avec !
Pour cela, avant toute chose, et avant même que vous ayez commencé à penser à vos bulletins de vote, tenez pour dite là leçon qui s’impose à chacun d’entre nous, à l’image des camarades que vous voyez sur cette tribune : Résistez ! Résistez ! Ne cédez jamais ! Résistez !
(La foule scande « Résistance ! Résistance ! »)

 

Amis, concitoyens, résistez ! Pas une usine ne doit être délocalisée. Pas une machine ne doit partir ! Pas une paye ne doit être rognée ni pillée comme elles le sont aux Fonderies du Poitou ! Résistez au premier euro qu’il s’agit de vous prendre ! Résistez à la première école qu’on veut fermer ! Résistez chaque fois que l’on distille autour de vous, dans les cœurs, le poison de la division :  non ce n’est pas l’immigré l’ennemi qui vous prend votre pain, c’est le financier ! Résistez à la bêtise à front de bœuf qui condamne les femmes à l’odieux sexisme qui nie leur parole quand elles protestent contre les violences qui leur sont faites, en plus des discriminations professionnelles dans lesquelles elles sont enfermées !

 


Résistez contre le coup d’Etat qui se déroule à présent dans toute l’Europe, sous le prétexte absurde qui dit bien quel est le maître qui est servi, de la prétendue règle d’or. Et bien, nous ne connaîtrons, nous, qu’une seule règle : la règle républicaine ! Ceux qui ont le plus doivent donner le plus ! Et ils donneront !

 


Si le Président Sarkozy est si sûr de son affaire, lui qui pensait qu’il allait faire passer sa règle d’or dans la Constitution comme il nous avait déjà berné en faisant passer le traité de Lisbonne contre nos votes majoritaires pour le « non » en 2005, alors si vous êtes si sûr de votre affaire, au lieu de tenter ce petit coup de force en cachette dans le palais des versaillais, consultez le peuple ! Demandez-lui son avis ! Comme le réclame les indignés d’Espagne, du Portugal et de Grèce. Ne décidez pas contre nous !

 

J’achève. Mes amis, notre ambition est immense et rien ne nous intimide, cette fois-ci davantage que par le passé. A la suite de nos ainés, quelle que soit la difficulté qui se présente, nous savons que les seuls rêves qui finissent par périr sont ceux qui ne sont pas portés par des cœurs ardents. Alors ce monde nouveau qu’il faut faire naître, ce n’est pas un accord entre états-majors qui va le faire naître. C’est l’union du peuple tout entier ! 
C’est ce front du peuple qui commencera la nouvelle Révolution française, la révolution citoyenne qui, pour notre chance puisque nous avons une élection en 2012, peut commencer là où tout commence pour un citoyen avec des bulletins de vote dans des urnes.

 

Haut les cœurs, ardents à la lutte, tous nous allons faire avancer une nouvelle fois le fanal de combat qui rend la France à son peuple !

 

 

 

Octidi 8 Vendémiaire 220

 

Photo X - Droits réservés

18/09/2011

Ouiquinde gastronomique: l'andouille au Côtes-du-Rhône


 

andouille plaque.jpg

 

 

Mettez donc à tremper un kilo de fayots

De Paimpol ou Pamiers, si possible bio

Et pour, de votre anus, éviter la cantate

Ajoutez à cette eau quelque bicarbonate.

Faites cuire à l’eau froide pendant deux heures au moins

Une andouille de porc choisie avec grand soin

Puis laissez refroidir dans son jus de cuisson

Jusques au lendemain. Buvez un Jurançon !

 

 

andouille en sauce.jpg

 


La nuit étant passé, égouttez les fayots

Mettez-les en cocotte, couvrez avec de l’eau,

Ajoutez quelques couennes, une queue de porc frais,

Deux carottes en rondelles, trois oignons en quartiers,

Un peu de céleri et de l’ail écrasé

Sel, poivre du moulin, thym, feuille de laurier.

Mettre en ébullition, ajouter deux grands verres

De Côtes-du-Rhône rouge, du vin fort en matières.

Faites frémir une heure à feu non emballé,

Puis ajoutez l’andouille confite en sa gelée.

Remettez en cuisson pour que les haricots

Soient fondants à souhait sans être musicaux.

Servez le plat bien chaud en deux plats séparés,

Avec un peu de beurre, du persil ciselé.

Cessons pour aujourd’hui ce conte culinaire,

Ma tripe est assoiffée, remplis raz bord mon verre,

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

2ème jour des sans-culottides de l'an 219 

 

 Photos X - Droits réservés

09/09/2011

11 septembre : les Etats-Unis instaurent le fascisme au Chili.

pinochet kissinger.jpg
 
 

 

Le 11 septembre 1973 au matin, les trois armées factieuses attaquent la « Moneda, siège du gouvernement chilien régulièrement sortie des urnes. Salvator Allende, le président élu, se suicide (ou est « suicidé ») dans son palais. Ses dernières paroles radiodiffusées furent : « Continuez et sachez que s’ouvriront bientôt les grandes avenues où l’homme digne s’avancera pour construire une société meilleure.

 

Les grands profiteurs et exploiteurs du pays, alliés à l’armée et à la police fomentèrent un coup d’état militaire sous la direction d’Augusto Pinochet, une caricature de troufion borné au nom d’opérette. S’ensuivirent la dissolution du Congrès national, des conseils municipaux, des syndicats et des partis politiques. La liberté de la presse fut abolie, le couvre-feu instauré.

 

Dès lors la barbarie de la soldatesque donna toute sa mesure sanglante : des dizaines de milliers de militants parqués dans le Stadio nacional, les doigts du chanteur Victor Jara sectionnés à la hache (« Et maintenant, joue de ta guitare ! »), les rumeurs de tortures et d’assassinats en masse, l’agonie de Pablo Neruda dans sa maison pillée...

 

Le Chili s’enfonça dans une nuit sanglante de 17 ans…

 

Derrière ce désastre, derrière cet attentat terroriste contre la démocratie, un pays : les Etats-Unis d’Amérique et un assassin qui sera couronné du prix Nobel de la paix : Henri Kissinger…

 

Alors les tours du World Trade Center… Va fan culo !

 

Tridi 23 fructidor 219

 

Photo X - Droits réservés

 

 

 

02/09/2011

Je vous parle d’un temps…

capitalisme affiche.jpg
 

 

Je vous parle d’un temps

Que les plus de quatre ans

Risque de tous connaître

La France maintenant

Est donnée aux ruffians

Et à leur petit maître

En votant Sarkozy

Les veaux n’ont pas saisi

Dans leur crasse bovine

Qu’avec ce parvenu

Les pauvres crient famine

Et les gosses sont nus

 

Le problème, le problème

C’est que Sarko est dangereux

Le problème, le problème

C’est que les Français sont peureux

 

Tous les connards friqués

La mafia du Fouquet’s

Qui tire les ficelles

Met le pays à sac

Pire que des cosaques

Descendant de leur selle

C’est le temps des magouilles

C’est le temps des fripouilles

Aidées par la flicaille

Triomphent les voyous

Les porcs les rats d’égout

Les escrocs la canaille

 

Le problème, le problème

C’est que Sarko est dangereux

Le problème, le problème

C’est que les Français sont peureux

 

Français réveillons-nous

Cessons d’être à genoux

Fini le temps des larmes

Ces tigres de papiers

Faisons-les expier

Au besoin par les armes

Massacrons les banquiers

Pendons les financiers

Faisons tomber des têtes

D’autres ont montré la voie

Ils ont chassé les rois

A coups de baïonnettes

 

Le problème, le problème

Sera alors bien résolu

Le problème, leur système

Mettons-leur profond dans le cul.

 

 

Merci au grand Charles Aznavour

 

Illustration X - Droits réservés

 

Sextidi 16 fructidor 219

30/08/2011

Les marchés pour les nuls : La crise des ânes

anes 4.jpg
 
 
 

 

Je viens de recevoir cette perle savoureuse au courriel. Je vous en fais profiter :

« Un homme portant cravate se présenta un jour dans un village. Monté sur une caisse, il cria à qui voulait l'entendre qu'il achèterait cash 100 euros l'unité tous les ânes qu'on lui proposerait. Les paysans le trouvaient bien un peu étrange mais son prix était très intéressant et ceux qui topaient avec lui repartaient le portefeuille rebondi, la mine réjouie. Il revint le lendemain et offrit cette fois 150 euros par tête, et là encore une grande partie des habitants lui vendirent leurs bêtes. Les jours suivants, il offrit 300 euros et ceux qui ne l'avaient pas encore fait vendirent les derniers ânes existants.

Constatant qu'il n'en restait plus un seul, il fit savoir qu'il reviendrait les acheter 500 euros dans huit jours et il quitta le village.

Le lendemain, il confia à son associé le troupeau qu'il venait d'acheter et l'envoya dans ce même village avec ordre de revendre les bêtes 400 euros l'unité. Face à la possibilité de faire un bénéfice de 100 euros dès la semaine suivante, tous les villageois rachetèrent leur âne quatre fois le prix qu'ils l'avaient vendu et pour ce faire, tous empruntèrent.

Comme il fallait s'y attendre, les deux hommes d'affaire s'en allèrent prendre des vacances méritées dans un paradis fiscal et tous les villageois se retrouvèrent avec des ânes sans valeur, endettés jusqu'au cou, ruinés.

Les malheureux tentèrent vainement de les revendre pour rembourser leur emprunt. Le cours de l'âne s'effondra. Les animaux furent saisis puis loués à leurs précédents propriétaires par le banquier. Celui-ci pourtant s'en alla pleurer auprès du maire en expliquant que s'il ne rentrait pas dans ses fonds, il serait ruiné lui aussi et devrait exiger le remboursement immédiat de tous les prêts accordés à la commune.

Pour éviter ce désastre, le Maire, au lieu de donner de l'argent aux habitants du village pour qu'ils paient leurs dettes, le donna au banquier, ami intime  et premier adjoint, soit dit en passant. Or celui-ci, après avoir rétabli sa trésorerie, ne fit pas pour autant un trait sur les dettes des villageois ni sur celles de la commune et tous se trouvèrent proches du surendettement.

Voyant sa note en passe d'être dégradée et pris à la gorge par les taux d'intérêts, la commune demanda l'aide des communes voisines, mais ces dernières lui répondirent qu'elles ne pouvaient en aucun cas l'aider car elles avaient connu les mêmes infortunes.

Sur les conseils avisés et désintéressés du banquier, toutes décidèrent de réduire leurs dépenses: moins d'argent pour les écoles, pour les programmes sociaux, la voirie, la police municipale... On repoussa l'âge de départ à la retraite, on supprima des postes d'employés communaux, on baissa les salaires et parallèlement on augmenta les impôts. C'était, disait-on, inévitable mais on promit de moraliser ce scandaleux commerce des ânes.

Cette bien triste histoire prend tout son sel, quand on sait que le banquier et les deux escrocs sont frères et vivent ensemble sur une île des Bermudes, achetée à la sueur de leur front. On les appelle les frères Marchés.

Très généreusement, ils ont promis de subventionner la campagne électorale des maires sortants.


Cette histoire n'est toutefois pas finie car on ignore ce que firent les villageois. Et vous, qu'auriez-vous fait à leur place? Que ferez-vous ? »

 

Tridi 13 fructidor 219

 

Illustration X – Droits réservés 

01/08/2011

Le corbeau et le lapin

lapin corbeau.jpg
 
 
 

 

 

Un corbeau sur un arbre perché

Ne foutait rien de la journée.

Un lapin voyant le corbeau

L'interpella aussitôt :

« Moi aussi, comme toi, puis-je m'asseoir

Et ne rien foutre du matin jusqu'au soir ? »

Le corbeau lui répondit de sa branche :

« Bien sur, ami à la queue blanche,

Dans l'herbe tu peux te coucher

Et ainsi de la vie profiter ! »

Blanc lapin s'assit alors par terre

Et sous l'arbre resta à ne rien faire…

Tant et si bien qu'un renard affamé,

Voyant ainsi le lapin somnoler,

S'approcha du rongeur en silence…

Et d'une bouchée en fit sa pitance.

 

Moralité :

Pour rester assis à ne rien branler…

Il vaut mieux être très haut placé... !

 

 

Quatridi 14 thermidor 219

 

Photo X - Droits réservés

08:32 Publié dans actualités, Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fable

11/05/2011

Tontonmania : c’est quoi être de droite ou de gauche ?

cerveau.jpg
 

 Il a été difficile, hier soir, d’éviter les commémorations tontoniennes. J’ai donc visionné une petite partie du film de Moatti. Il aime bien s’auto-gargariser le Moatti mais son film nous a replongé dans une époque flamboyante, celle du triomphe de la gauche puis… Bof. Mais ceci m’a fait un peu travailler les boyaux de la tête, notamment cette parole tontonienne : « La France est un pays de droite qui vote de temps en temps pour la gauche ».

 

Les idées de Le Pen ou de son clone Sarkozy, ressemblent à ces papiers tue-mouches englués que l'on pend au plafond l'été, à la campagne, pour attraper les diptères bourdonnant. Moins il bouge, le tue-mouches, mieux ça vaut. Les mouches, à force de penser n'importe quoi dans tous les sens, finissent par venir s'y coller. Il n'a pas besoin d'être actif, le tue-mouches. Les idées des uns ou des autres, les tiennes, les miennes, sont naturellement égoïstes, individualistes plutôt que collectives, réactionnaires, sujettes aux peurs, au désir de repli, de fermeture, de rejet de l’inconnu, de l'étrange, de l’inquiétant, du mal compris, de l'Autre, de l'Avenir, du désordre... Si l'on s'imagine l'adhérent du Front national ou le sarkozien comme une personne totalement étrangère à nous, si l'on fait avec lui ce qu’il fait avec l'étranger, nous ne pourrons jamais rien contre sa multiplication inexorable. Si, au contraire, nous cherchons à comprendre en nous-mêmes ce que nous avons en commun avec lui - c'est-à-dire presque tout -, nous pouvons espérer avancer un peu.

 

Pour être « de droite » radicalement, il suffit de se laisser aller. C'est une pente. Ça procède presque du réflexe, du cerveau reptilien. Nos idées vont forcément un jour ou l'autre aller se coller au papier collant où s'agglutinent leurs consœurs.

 

Être « de gauche » et démocrate, au contraire, demande une réflexion, un effort. C'est une construction intellectuelle, ça n'est pas instinctif. Ça demande de penser son propre désir et de le conduire à trouver les conditions les plus harmonieuses et les plus durables à son accomplissement. C’est un effort de tous les jours.

 

Les idées de droite sont dans la satisfaction immédiate. C'est oui ou non. C'est les immigrés dehors, tout de suite, et non aux impôts, tout de suite.

 

Être de gauche, ou d'une droite antifasciste et respectueuse des droits, si, si, ça existe, ce n'est pas forcément être meilleur, plus gentil, plus humain. C’est surtout être moins con. C’est penser les phénomènes dans leur histoire et n’approuver que les décisions politiques qui, à terme, ne rendent impossibles ni le progrès des libertés ni l’amélioration du « vivre ensemble ».

 

Dans la foire d’empoigne qui se met en place, toi, future candidate ou candidat de la gauche, c’est cette frange de 3 ou 4 millions d’électeurs indécis, pas plus, qu’il te faut convaincre. C’est ceux-là qu’il te faut faire réfléchir. Leur pente naturelle conduisant vers la droite, ton travail — tout de rectitude, d’honnêteté intellectuelle, de refus des promesses intenables, de pédagogie — est beaucoup plus ardu que celui de ton principal concurrent qui, lui, surfe sans vergogne sur les bas instincts de l’Homme.

 

Tu auras — tu as déjà — contre toi tous les médias inféodés à la haute finance mafieuse (pléonasme), aux bétonneurs et aux marchands d’armes (tous les profiteurs qui se gavent au frais de cet Etat qu’ils abhorrent). Tu as contre toi, dans ton propre camp, tous les jaloux jamais repus et les incapables chroniques qui stérilisent le débat politique. Tu auras contre toi, si tu es une femme, tous les fiers-à-bras machos empastissés de frais qui te méprisent du fond de leur cloaque, tout simplement parce que tu es une femme.

 

Mais n’oublie pas que tu as avec toi tous ceux qui veulent vivre, qui veulent rêver leur avenir, qui préfèrent l’Etre à l’Avoir. Ceux qui, au bout du compte, auront le dernier mot avec leur bulletin de vote.

 

Alors fait-nous rêver.

 

 Photo X - Droits réservés

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Duodi 22 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

10/05/2011

Au travail ! Feignasses d’assistés !

chimulus wauquier.jpg

 

 

 

Ah ! Quels salauds ces pauvres touchant le RSA !

Hardi ! Wauquiez ! Sus ! Sus ! Fais-en donc des forçats !

Cinq-cent-soixante-sept euros dans l’escarcelle

Chaque mois que dieu fait pour celui ou pour celle

Qui, toute honte bue, escroque ce pognon

Sans rien foutre du tout, sans se crever l’oignon !

Hardi Wauquiez ! Sus ! Sus ! Toi, la voix de ton maitre

Fais casser des cailloux à ces salauds, ces traitres,

Ces fumiers parasites, ces cancers assistés

Qui prennent le pognon des héros du Fouquet’s !

Heureusement, pour sûr, ce beau pays de France

Génère des héros comme toi, quelle chance !

Mais au fait si la France nourrit tant d’ « assistés »,

Hèrésistes, chômeurs ou pauvres retraités

N’est-ce pas de la faute de ceux qui nous gouvernent ?

Qui ruinent le pays avec leur air paterne ?

L’assistanat répond, Wauquiez et affidés

A des problèmes qui n’ont pas été traités !

 

 

Merci à Chimulus

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Primidi 21 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

16/04/2011

Ouquinde érotique avec Alfred Jarry

aphrodite tableau.jpg

A la découverte de la femme


Une forme nue et qui tend les bras,
Qui désire et qui dit : Est-ce possible ?
Yeux illuminés de joie indicible,
— Qui peut, diamants, nombrer vos carats !

Bras si las quand les étreintes les rompent.
Chair d'un autre corps pliée à mon gré,
Et grands yeux si francs, surtout quand ils trompent,
— Salez moins vos pleurs, car je les boirai.

Au frisson debout elle est, endormie,
Un cher oreiller en qui bat un cœur ;
Mais rien n'est plus doux que sa bouche amie,
Que sa bouche amie, et c'est le meilleur.

Nos bouches, formez une seule alcôve,
Comme on unit deux cages par leurs bouts
Pour célébrer un mariage fauve
Où nos langues sont l'épouse et l'époux.

Tel Adam qu'animé une double haleine
A son réveil trouve Ève à son côté,
Mes sommeils enfuis, je découvre Hélène,
Vieux mais éternel nom de la beauté.
Au fond des temps par un cor chevroté :

— Hélène,
La plaine
Hellène
Est pleine
D'Éros.
Vers Troie
La proie,
S'éploie
La joie
D'Argos.

L'agile
Achille
Mutile
La ville
Où pâme
Priam.
Le sillon de son char qui traîne
Hector à l'entour des remparts
Encadre un miroir où la reine
Toute nue et cheveux épars,
La reine
Hélène
Se pare.

— Hélène,
La plaine
Hellène
Est pleine
D'amour.

Le vieux Priam implore sur la tour :

— Achille, Achille, ton coeur est plus dur
Que l'or, l'airain, le fer des armures,
Achille, Achille, plus dur que nos murs,
Que les rochers bruts de nos remparts !

A son miroir Hélène se pare :

— Mais non, Priam, il n'est rien si dur
Que le bouclier d'ivoire de mes seins ;
Leur pointe s'avive au sang des blessures,
De corail comme l'œil de blancs oiseaux marins :

Dans la prunelle froide on voit l'âme écarlate.
Il n'est rien si dur, non, non, non, Priam.

Paris archer
Comme Cupidon
S'en vient flécher
Achille au talon ;

Pâris Éros
Si blond et si rosé,
Le beau Paris, juge des déesses,
Qui choisit d'être amant d'une femme ;
Le ravisseur d'Hélène de Grèce,
Fils de Priam,
Paris l'archer est découvert :
Sur sa trace éperdue exulte un char de guerre,
Son sexe et ses yeux morts nourrissent les vautours :

— Hélène,
La plaine
Hellène
Est pleine
D'amour.

Destin, Destin, trop cruel Destin !
Le buveur du sang des mortels festoie :
Les corps hellènes jonchent la plaine de Troie,
Destin et vautours font même festin.
Trop cruel Destin, dur aïeul des dieux !

— Destin n'est qu'un mot, et les cieux sont vides.
S'il était des cieux autres que mes yeux.
Mortels, osez en scruter sans pâlir
L'abîme de bleu, l’arrêt s'y peut lire :
L'époux et l'amant, Ménélas, Pâris,
Sont morts et de morts la plaine est couverte
Pour faire à mes pieds un plus doux tapis,
Un tapis d'amour qui palpite et bouge ;
Et puis j'ai souvent une robe verte

Et... je ne sais pas... ces jours là, j'aime le rouge.

 

 

 

Alfred Jarry dans Le Surmâle 

 

Illustration X - Droits réservés 

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Septidi 27 germinal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

12/04/2011

Burqua… Provoc ! Uniquement provoc !

chimulus burqua.jpg

 

Les naze-islamistes – ces ennemis de l’intérieur – ont envoyé quelques « belphégor » faire de la provoc en plein cœur de Paris. Pour tester la détermination des flics et du gouvernement. Ce type de provoc va certainement se reproduire… faisant d’autant monter la côte de la Le Pen. Il est utile de relire l’adresse d’une grande conscience féminine à ces fantômes volontaires ou forcées :

 

 

« Adresse à celles qui portent volontairement la burqua.

 

Après que les plus hautes autorités religieuses musulmanes ont déclaré que les vêtements qui couvrent la totalité du corps et du visage ne relèvent pas du commandement religieux mais de la tradition, wahhabite (Arabie Saoudite) pour l'un, pachtoune (Afghanistan/Pakistan) pour l'autre, allez-vous continuer à cacher l'intégralité de votre visage?

 

Ainsi dissimulée au regard d'autrui, vous devez bien vous rendre compte que vous suscitez la défiance et la peur, des enfants comme des adultes. Sommes-nous à ce point méprisables et impurs à vos yeux pour que vous nous refusiez tout contact, toute relation, et jusqu'à la connivence d'un sourire ? Dans une démocratie moderne, où l'on tente d'instaurer transparence et égalité des sexes, vous nous signifiez brutalement que tout ceci n’est pas votre affaire, que les relations avec les autres ne nous concernent pas et que nos combats ne sont pas les vôtres.

 

Alors je m'interroge: pourquoi ne pas gagner les terres saoudiennes ou afghanes où nul ne vous demandera de montrer votre visage, où vos filles seront voilées à leur tour, où votre époux pourra être polygame et vous répudier quand bon lui semble, ce qui fait tant souffrir nombre de femmes là-bas ? En vérité, vous utilisez les libertés démocratiques pour les retourner contre la démocratie. Subversion, provocation ou ignorance, le scandale est moins l'offense de votre rejet que la gifle que vous adressez à toutes vos sœurs opprimées qui, elles, risquent la mort pour jouir enfin des libertés que vous méprisez. C'est aujourd'hui votre choix mais qui sais si demain vous ne serez pas heureuses de pouvoir en changer ? Elles ne le peuvent pas… Pensez-y.

 

Elizabeth Badinter »

 

 

Merci à Chimulus

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Tridi 23 germinal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

10/04/2011

Ouiquinde érotico-gastronomique: Hélène et les poulpes

guerre_de_troie-147.jpg

Hélène

 

Lorsque la belle Hélène, femme de Ménélas,

Fut ravie par Pâris, elle goûta l’extase.

Ravie d’être ravie, la pétulante Hélène

Suivant le beau Pâris, courut à perdre haleine.

 

Son cocu magnifique, vert de rage et jaloux

Envoya son armée châtier le filou.

Les deux amants s’aimaient, le barbon n’aimait guère…

Pour venger son honneur, il déclencha la guerre.

 

Des Grecs contre des Grecs, en une lutte à mort

Vont, neuf années durant, s’étriper sans remords.

Pour les seins blancs d’Hélène, ses étreintes brûlantes,

 

Pour sa peau de satin et sa fougue d’amante,

Des guerriers, des héros, des princes et des rois

Pour la gloire et l’Amour périront devant Troie.

 

 

Hélène Les poulpes au vin rouge

 

— Oh, Victor ! Ménélas, ce vieux cocu notoire,

Ta belle Hélène l’a bien pris pour une poire !

Et tous ces va-t-en-guerre au front obtus de bœuf

Se trucidant entre eux pour les yeux d’une meuf,

En guise de cerveau avaient dans le cigare

Quelques pots de yaourt brassés au goût bulgare !

Ménélas le cornu peut bien battre sa coulpe,

Se venger dans le sang, réduire Troie en cendre…

Les femmes ont en commun ceci avec le poulpe :

C’est qu’au plus on les bat, au plus elles sont tendres !

— J’adhère à tes propos, petit, sans réticence

Tant ils semblent frappés à l’aune du bon sens.

Tes réflexions hardis sont dignes de Silène,

Alors levons nos verres et trinquons à Hélène.

Son Spartiate aurait pu la garder jour et nuit

S’il avait réveillé ses ardeurs assoupies,

Et chatouillé en lui le cochonnet qui bouge

En cuisinant pour elle une poulpe au vin rouge.

Le nom grec en est “ Oktapodhi krasato ”

Mais on le mange aussi à Naples ou à Porto.

— Comment prépares-tu ce plat aphrodisiaque

Que les Grecs tirent de leur culte dionysiaque ?

— C’est un plat délicieux, ni cher, ni compliqué.

Bats longuement le poulpe, sans faire de chiqué,

Tu le laves et le coupes en petites portions

Que tu sèches avec du papier à absorption.

Chauffe quatre cuillers de bonne huile d’olive

Dans une casserole bien anti-adhésive,

Quatre ou cinq gousses d’ail pelées et écrasées,

Puis tes morceaux de poulpe. En cuistot avisé

Fais revenir le tout jusqu’à ce que ça dore.

Un verre de vin rouge puissant de Roquemaure,

Bois-en un toi aussi, c’est pas toi qui conduit,

Et tourne gentiment pendant que ça réduit.

Tu cisèles une branche de fenouil odorant

Dont le parfum subtil est très revigorant.

Pèle, émonde, écrase deux tomates bien mures

Que tu vas rajouter, enfin, à ta mixture.

Laisse cuire à feu doux trois-quarts d’heure environ,

La sauce épaissira et deviendra marron.

Jette-z-y une grosse poignée d’olives noires,

Sel, poivre du moulin, piment obligatoire,

Deux pincées seulement, pour chauffer les papilles

Sans mettre pour autant son estomac en vrille.

Quelques minutes encore sur le feu, en tournant,

Puis serts ton plat très chaud. L’effet est surprenant !

À nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour

À la beauté des femmes, au vin et à l’amour !

 

 

Ingrédients et proportions pour six personnes:

- 3 beaux poulpes bien battus, - 1 quart d'huile d'olive, - 3 ver­res de vin rouge puissant de Roquemaure (plus un pour le cuistot), - quelques branches de fenouil ciselées, - 6 tomates bien mûres, - 2 poignées d'olives noires dénoyautées, - sel, poivre, - 3 cuillerées à dessert de piment d'Espelette.

 

Les vins conseillés:

Intéressants pour ce plat, des vins jeunes, légers, gouleyants, des vins "à boire".

En Côtes-du-Rhône: Rochefort, Estézargues, Ste-Cécile-les-­Vignes, Côtes-du-Ventoux, Coteaux-du-Luberon, Coteaux-du­-Tricastin, Costières-de-Nîmes.

En vins du Languedoc: Saint-Saturnin, Pic-saint-Loup, Saint-­Christol, Saint-Drézery.

En vins de Provence: Côteaux-des-Baux, Saint-Maximin, Varages et Villecroze.

 

 

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Primidi 21 germinal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

09/04/2011

Ouiquinde érotique avec Fernand Fleuret

missfrance2.jpg

 

Sonnet pour une belle nonnain

 

Qui se disoit espouse du christ et repoussoit un cavalier

 Tousjours : Jesus par-cy; tous jours : Jesus par-là,

Jesus veut la vertu, la pudeur il réclame;

Sans combler, ce pendant, le désir qu'il affame,

Jesus deffend cecy, Jesus deffend cela.

 

Sambregoy ! Je vous plains si vous estes sa femme

Car dans ceste famille aucun ne bricola :

Fust-ce pas un pigeon que l'Esprit racola

Pour foutre en lieu de Luy dans le Trou Nostre­-Dame?

 

Il faut, ce Jesus-là, le faire un peu cocu:

Quoy ! souffrir qu'un tyran régisse vostre Cu ?

Qu'il le laisse béant, sans gloire et sans usage?

 

Tenez, je le renie, ouy, je change de Foy,

J'honnore Cupidon propice au culletage,

Et vivent les faux-dieux qui bandent comme moy!

 

Fernand Fleuret

 

Photo X - droits réservés

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Décadi 20 germinal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

04/04/2011

Sidaction : pour la vie.

 

sidaction pour la vie.jpg

 

Le Sidaction va rapporter un peu plus de 5 millions d’euros aux associations qui luttent contre ce fléau. Le gouvernement a annoncé un plan national contre le sida, mais en même temps les subventions pour les associations ont été réduites de 3 à 14% cette année. Pour l'association AIDES les subventions sont diminuées de 1 million d'euros. Pendant ce temps, Lagarde, la ministre des sous de la Sarkozie s’offusque que l’on puisse mettre en doute la régularité du transfert de 250 millions d’euros de la poche des contribuables français vers celle du ci-devant Tapie Bernard. D’un côté des citoyens qui font preuve de compassion, de générosité, de charité (terme que j’abhorre tellement il est l’antithèse de la justice), de l’autre l’impudence de l’injustice. Rapport 1 à 50. Cherchez l’erreur…

 

 

L'association AIDES considère qu’il faut faire plus de dépistages, pour que les gens soient traités plus tôt. Par exemple – dixit Aides - dans la communauté gay parisienne, une personne sur six est séropositive, et parmi ces gens, 20% ne le savent pas, ce qui aggrave le risque de transmission. Le dépistage et le traitement permettent de diminuer de 99% ce risque de transmission. Si tous les séropositifs pouvaient être dépistés, il n'y aurait plus de sida dans 30 ans. 50.000 personnes sont affectées par cette maladie sans le savoir et propagent donc à leur insu le terrible virus. Alors que le problème n’est qu’une question de moyens. Les 250 millions de Tapie suffiraient plus que largement…

 

Mondo cane…

 

Illustration X - droits réservés

 

*************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Quintidi 15 germinal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

28/03/2011

Espoir! Espoirs !

manifs à Londres.jpg

France : les Français anesthésiés par les mensonges d'un bonimenteurs de foire, puis ruinés, pillés, ridiculisés par quatre ans de razzias sarkoziennes se réveillent et rejettent massivement, malgré la dangereuse tentation d'extrême-droite, tant dans les urnes que dans les sondages, la prolongation de cette effarante parenthèse masochiste. Il reste à transformer l'essai l'an prochain en rejetant définitivement dans les poubelles de l'histoire le sinistre nain et sa bande de sarko-trafiquants. Espoir !

 

Allemagne : les électeurs flanquent une sacrée bouffe à la Merkel, sa politique ultralibérale égoïste, son mépris de ses partenaires européens, son cavalier seul réveillant bien des suspicions dangereuses, ses velléités de retour vers le nucléaire en prolongeant la vie de ses centrales en bout de course. Arrivée massive des verts allemands dans le jeu. On peut raisonnablement penser que les prochaines élections enverront les ultralibéraux d'outre-Rhin rejoindre les sarkoziens aux poubelles de l'histoire. Espoir !

 

Grande-Bretagne : 500.000 manifestants dans la rue pour protester contre les plans d'austérité de leur Thatcher de sous-préfecture ! « Ne cassez pas la Grande-Bretagne ! », « Défendons nos services publics ! », proclamaient les pancartes des manifestants venus en famille de tout le pays. Ils se réveillent après une génération de saccage thatchérien et viennent gueuler contre ces gouvernements successifs, travaillistes et conservateurs, qui veulent faire payer au peuple les dégâts causés à leur pays par la plus puissante mafia bancaire du monde. Espoir !

 

Europe : pendant ce temps l'Europe des nuls régit par le trio de comiques troupiers Barosso, Van Rompuy, Alsthon montrent dans la crise libyenne son vrai visage, celui d'une grosse méduse molle et invertébrée. Comment pourrait-il en être autrement avec une construction ultralibérale méprisant les peuples qui la compose au profit des banques et des multinationales ? Pourtant le parlement européen donne quelques indications positives en établissant une sorte de mutualisation des risques financiers de ses états les plus attaqués par « les marchés ». Espoir !

 

Alors ! Après le « printemps arabe », pour quand le « printemps européen » ?!

Photo X - Droits réservés

*************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

VOTEZ

Octidi 8 germinal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

21/03/2011

Au bistro de la toile : A boire tavernier !

chimulus bistro copie.jpg

 

- Eh ! Loulle, t’as pas peur de voir arriver les keufs de la Police de la Vertu et de la Tristesse te faire fermer ton antre de la débauche ?

 

- ??!!??!!??!!

 

- Ben oui quoi. Fait pas cette gueule d’ahuri. Regarde le journal : (…) il n'y a pas de consommation d'alcool sans risque de cancer. Ainsi, le seul fait de boire un verre de vin par jour majore ce risque de 9 % à 168 % selon la localisation. (…) Environ 10,8 % des cancers chez l'homme et 4,5 % chez la femme sont dus à l'alcool. (…) L'augmentation du risque est significative à partir d'un verre par jour. (…) Un verre d'alcool correspond à 3 centilitres de whisky, à 10 centilitres de vin ou de champagne, 25 centilitres de bière… Putaing ! Ça me fait peur Loulle. Tè ! Donne-moi un canon pour me remonter…

 

- Tè, Victor. Remets-toi ! Mais si tu réfléchis un peu sur les chiffres du journal, ça veut dire que 90% des cancers chez l’homme et plus de 95% chez les femmes ne sont pas dus au cancer ! Voilà qui devrait te rassurer !

 

- T’as raison Loulle. A la nôtre ! D’autant plus que les Français boivent 3 ou 4 fois moins qu’hier et le nombre de cancers est 3 ou 4 fois plus important ! Ce qui veut dire qu’on nous prend pour des cons et qu’on nous empoisonne, que la toxicité des médicaments, les infections nosocomiales, l'insuffisance des connaissances et les erreurs médicales sont plus dangereuses que le vin ! Oui mais, les accidents de la route…

 

- Eh ! Victor, Desproges disait que si 10% des accidents de la route sont le fait de pochtrons, 90% de ces accidents sont commis par des buveurs d’eau ! Dangereux ces gens ! Faudrait que les bourres verbalisent aussi ceux qui, en soufflant dans le ballon, accusent leur addiction à la flotte !

 

- Pas con ça Loulle ! Cette campagne de propagande nous prépare sûrement encore une loi « peine-à-jouir », mais dans laquelle ils devraient inclure un article stipulant que la consommation d'alcool est interdite dans les établissements publics de toute nature : présidence de la république, assemblée nationale, sénat, ministères, préfectures et sous-préfectures, conseils régionaux et départementaux, mairies, structures intercommunales, gendarmeries et commissariats de police, bureaux des douanes, et plus généralement tous autres locaux recevant du public ! Sans oublier les entreprises, les maisons de retraite et tous lieux où l’on fête un départ, un anniversaire, etc. Et bientôt la Police de la Vertu et de la Tristesse, à travers les « réseaux sociaux » et, éventuellement des visites inopinées sur place, pourra, que dis-je, devra perquisitionner chez les particuliers, dans les maisons et appartements pour faire « respecter la loi » ! Ainsi, les consommateurs seront surprotégés et donc…déresponsabilisés !

 

- Le plaisir, le bonheur, la joie, voilà l’ennemi Victor. Soyez tristes, soyez rabat-joie, soyez constipés des boyaux de la tête, soyez coincés des zygomatiques et vous vivrez vieux…

 

- C’est vrai que vivre est une activité dangereuse, mortelle même et qui se finit toujours prématurément !

 

- Allez ! A la nôtre les futurs morts ! Tournée générale ! Tous ensemble faisons un doigt d’honneur à tous ces cons de peine-à-jouir et chantons : « C’est la cuiiiiiite finaaaaale. Saoulons-nous car demaiiiiin. Les eauuuuux minéraaaaales remplaceront le viiiiiin ! C’est la cuiiiite finaaaaaale….. »

 

********************

 



Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

VOTEZ

Primidi 1er germinal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

Merci à Chimulus

16/03/2011

« Indécent » l’exigence d’un débat sur le nucléaire en France ?

 

nucléaire non merci.jpgTepco -  "Tokyo Electric Power Company” – est une des plus importantes compagnies du Japon aux multiples activités. Elle est impliquée dans de nombreux scandales. Il y a neuf ans, le sommet de sa hiérarchie directoriale a dû démissionner, pour suspicion de falsification de documents de maintenance dans 29 cas ! Des rapports falsifiés concernant des maintenances « oubliées » ou bâclées. Le réacteur actuellement hors de contrôle devait d’ailleurs être arrêté ce mois ci, après 40 ans de service !

 

On touche là deux problèmes essentiels de l’industrie nucléaire : l’opacité de l’information, la priorité au profit. Ce qui se passe au Japon est, hélas, exemplaire de ce qu’il risque de se passer en France parce que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

 

Opacité de l’information. C’est une constante en France, comme au Japon. L’omerta maintenue par la caste des nucléocrates. Oui mais, nous dit-on, ça a changé avec la mise en place d’une Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), autorité de contrôle indépendante. A part que l’ASN s'appuie sur l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), établissement public industriel et commercial. Or l'IRSN est pour partie financé par le commissariat à l'énergie atomique (CEA), EDF, AREVA, c'est-à-dire précisément les acteurs que l'ASN, est censée contrôler !

 

Priorité au profit. Rien à redire puisque le profit est la finalité de toute compagnie capitaliste ! C’est le cas au Japon avec Tepco, qui aurait pu tuer tout danger dans l’œuf en noyant dès le premier jour les réacteurs défectueux mais les rendant ainsi irrécupérables et…coûtant des profits aux actionnaires… Mais c’est maintenant aussi le cas en France. Etablissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) jusqu’ennovembre 2004 EDF, gestionnaire des centrales françaises, a changé de statut, devenant effectivement une société anonyme à capitaux publics le 19 novembre 2004 (Merci M.Jospin !). Au Japon, Tepco a négligé la sécurité de ses centrales pour privilégier les dividendes des actionnaires. En France, EDF demeure sous capitaux majoritairement publics, mais la mentalité est devenue capitaliste, c’est-à-dire priorité aux profits, avec les risques que cela implique au niveau de la sécurité.

 

Et les sarko-trafiquants trouvent « indécente » la demande d’un grand débat sur l’énergie en France !

 

 

*********************

 



Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

VOTEZ

Sextidi  26 Ventose 219 de l'ère de la Liberté

10/03/2011

Libérations arabes : vite, des sous pour l'Espoir !

révolution Egypte.jpg

 

Sarko va recevoir des émissaires du Conseil de la révolution libyenne. Bon. Bien. Mais comme on connait le personnage, on peut légitimement craindre qu'il ne fasse encore une connerie. Ou surtout une lâcheté, comme la Ashton, cette fin de série anglaise qui représente la « diplomatie européenne ». Mais ne faisons pas à Microlax 1er de procès d'intention, houette hinde si...

 

Pourtant, le peuple français, et les peuples européens ne s'y trompent pas, eux : la défaite de la révolution libyenne et donc son écrasement dans le sang sonnerait le glas de ce formidable vent de liberté qui souffle sur les mondes arabo-musulmans. Elle donnerait aux dictateurs tremblants la ligne de leur attitude à adopter face à leurs oppositions, face à leurs manifestants, face à leurs peuples enfin éveillés : tirer dans le tas sans états d'âme. Voilà l'enjeu de ces réunions entre la France, l'Europe et les représentants des révolutionnaires. Il n'est pas question bien sûr d'envoyer des troupes, quant à l'établissement d'une zone de sécurité aérienne, si elle est vraisemblablement une des moins mauvaises solutions, est-ce aux occidentaux de la mener physiquement ? Les Awacs, d'accord, les renseignements, d'accord, les frappes aériennes, oui mais qui ?  Les Ricains ne tiennent pas à se mettre une nouvelle guerre sur le dos, l'Europe militaire n'existe pas, reste qui alors ? Qui en a les moyens ? La France et le Royaume Uni... Mouais... Et ils vont tous se réconcilier sur notre dos ! En fait c'est aux membres de la ligue arabe de les mener. Pourquoi pas l'Egypte qui en a les moyens aériens...payés par le Pentagone étazunien ! Sans oublier les quelques avions libyens qui ont fuit et peuvent être le fer de lance aussi  emblématique que symbolique de cette résistance libyenne.

 

Comment comprendre la réticence voire la peur des Français, des Européens devant ces mouvements de libération ? Enfin, ce sont NOS valeurs, celles de la révolution française, celles inscrites dans la déclaration des Droits de l'homme qui sont revendiquées par les révolutionnaires arabes ! Doit-on déduire de ces réticences que nos sociétés ultra libérales bouffies et égoïstes préfèrent des tyrans leur assurant la sécurité de leurs approvisionnement en pétrole et les « protégeant » contre le fanatisme islamiste à l'avènement de sociétés laïques, démocratiques, ouvertes et donc ringardisant complètement les obscurantistes religieux ?

 

C'est à nous, c'est à la France de par son histoire révolutionnaire et son cousinage avec ces peuples, de prendre la tête d'une aide européenne conséquente avec la Tunisie, avec l'Egypte, bientôt avec la Libye purgée de son tyran. Si on veut conforter ces démocraties naissantes, il faut les aider à payer leurs écoles, leur police, leur justice, leur armée, les aider à mettre en place des institutions démocratiques, une presse libre, des partis politiques, des associations plurielles, bref ce qui fait la chair d'une démocratie. Oui mais ça va coûter des sous ça ! Et si les tyrans gagnent, ça ne coutera rien ? Si l'immense espoir de ces peuples est déçu, alors il sera temps de trembler...

*********************



Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

VOTEZ

Décadi  20 Ventose 219 de l'ère de la Liberté

 

Photo X - droits réservés

26/02/2011

Ouiquinde érotique avec Giorgio Zorzi Baffo: cul.

 

quel-cul.jpg 

Vous avez aimé « les seins » de Baffo, je vous continue la série priapique de ce formidable Vénitien, ami de Casanova, dont l'œuvre essentiellement érotique fut célébrée tant par Apollinaire que par Desnos. Une référence pour ce gourmet de l'amour qui dédie ses poèmes « aux hommes et aux femmes aimant à rire et sachant regarder les choses du bon côté »

 

Éloge du Cul



Ô trou du cul, qui entre deux petites collines
En cercle te présentes, rond et parfait,
Tu me sembles un vaste plein de civette,
Mis en conserve entre tes petits plis.


Tu me sembles un melon coupé de deux tranches.
Eh ! vienne même l'architecte le plus célèbre,
Par Dieu ! il ne pourrait faire plus beau petit groupe ;
Qu'avec la Nature l'Art n'entre en parallèle.


Oh ! cher Cul ! Oh ! stupéfiante machine !
Que de choses en toi se voient en un clin d'œil,
Aussitôt qu'on lève le rideau !


On voit des montagnes, des vallées, un bois au fond,
J'ai grande sympathie pour la gent révérende,
Si en ce lieu elle fait son séjour.


Giorgio Zorzi Baffo





in: Œuvres Erotiques - Baffo (La Musardine, 1997)

 

*********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Octidi  8 Ventose 219 de l'ère de la Liberté

 

Illustration X - Droits réservés