Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/01/2011

Ils tremblent les tyrans !

 

 

révolution tunisienne.jpg

Quand ceux d'en haut ne peuvent plus

Quand ceux d'en bas ne veulent plus

Alors sont réunis conviction et action

Qui font les Révolutions.

Merci fils d'Hannibal, cousins des Sans-culottes

Vous avez mis à bas votre sombre despote,

Poitrails contre canons, bâtons contre fusils,

Vous savez tenir tête à des flics imbéciles,

A de vils parasites, profiteurs et loufiats,

Spadassins du pouvoir d'une sombre maffia.

Vous avez l'honneur et le courage,

Eux, ils n'ont que la rage.

Ben Ali s'est enfuit, parti comme un voleur

Emportant avec lui le fruit de vos labeurs.

Il a trouvé refuge dans le pire des antres.

Parti la paille au cul et la peur dans le ventre

Il s'efforce pourtant de tirer les ficelles

De ses marionnettes, des quelques demi-sel

Parasitant encor très abusivement

Un faux gouvernement.

Votre combat est grand, votre nation est fière

Mais combien est fragile sa solitude altière !

Tyrans et dictateurs autour de vous s'inquiètent

De l'exemple donné à leurs peuples qui guettent

Le moment, comme vous, de secouer le joug

De régimes pourris inspirant le dégoût.

Moubarak, Kadhafi, et Boutef, et Hassan

Sont prêts à réprimer les manifs dans le sang.

Et la France avachie roule dans la vergogne

Par les propos honteux d'une ministre niaise

Proposant au tyran...nos « meilleurs » CRS,

Plongeant tout le pays dans l'opprobre et la rogne.

Debout fils d'Hannibal, votre combat est grand

Vous allez réussir ! Ils tremblent les tyrans !

 **********

 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Décadi 29 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

14/01/2011

OGM : le retour !

OGM vache.jpg

Ah ! Mon pote Denis, qui « fait du lait » quelque part en Margeride, doit être rassuré : il est désormais bien défendu ! Pourquoi, il a pris sa carte à la Conf' ? Même pas... Mais il sera désormais « représenté » par le citoyen Beulin Xavier, devenu à la fin de l'année dernière patron du principal syndicat agricole, la FNSEA.

 

Denis, il pourra ainsi « espérer » faire goûter à ses vaches les délicats effluves des produits OGM ! En voilà un avantage ! A nous bientôt les bons fromages OGM, à nous les délicieux yaourts OGM, à nous, plus tard, les belles tumeurs scrofuleuses... Mais à eux, les empoisonneurs monsantoniens et leurs complices, les beaux billets verts extorqués au prix de la santé des consommateurs et de la sujétion des paysans. Tout cela orchestré par leur chère FNSEA.

 

C'est Wikileaks qui a balancé le pavé. Parmi les 250.000 télégrammes diplomatiques largués dans la nature par ces bienfaiteurs, on a trouvé quelques missives de l'ambassadeur étazuniens à Paris, le ci-devant Stapleton Craig préconisant en 2007 de sérieuses représailles contre les Européens et principalement les Français « les pires coupables » pour leur opposition à l'introduction des plantes OGM étazuniennes, notamment à travers le Grenelle de l'environnement.

 

Et qui aurait discrètement inspiré ces demandes de « représailles » ? Qui aurait ainsi joué contre son propre pays ? La Conf' de Bové (enfin, avant), la Coordination rurale ? Qui sait... Ben, en 2007, le numéro 2 de la FNSEA, chargé de l'international, s'appelait... Beulin Xavier et déclarait : « La FNSEA a une position d'ouverture sur la question des OGM ». Ce pauv' paysan, devenu depuis grand patron du syndicat paysan majoritaire cultive 450 hectares de céréales dans la Beauce et est aussi le patron de Sofiprotéol, fonds d'investissement de la filière des huiles de table et du carburant végétal. Y a bon les OGM dans cette filière !

 

Au fait, la Commission européenne du sinistre Barosso va prochainement statuer sur le sort de trois maïs transgéniques interdits en France.

 

José, revient !

 

Sources : Canard enchainé du 12/01/2011

ogm Charb.jpg

Merci à Charb

************

 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Quatridi 24 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

28/12/2010

Cauchemar-fiction en Sarkoland

GeorgesOrwell.jpg
 

Nous sommes en 2015, (3ème année du second mandat présidentiel de ....).

 

L'esprit néfaste de 68 est enfin révolu. La France a repris goût au  travail. Grâce à la nouvelle loi de sécurité intérieure, le croisement des fichiers est enfin autorisé et permet, pour notre bien-être et notre  sécurité, l'affichage des informations en temps réel.

 

Illustration.

 

Voilà à quoi pourrait ressembler la commande d'une pizza en 2015.

 

  - Standardiste : « Speed-Pizza, bonjour. »

 

  - Client : Bonjour, je souhaite passer une commande s'il vous plaît.

 

  - Standardiste : Oui, puis-je avoir votre NIN, Monsieur ?

 

  - Client : Mon Numéro d'Identification National, oui, un instant, voila,   c'est le 6102049998-45-54610.

 

  - Standardiste : Je me présente je suis Habiba Ben Said, merci Monsieur  Jacques Lavoie. Donc, nous allons actualiser votre fiche, votre adresse est bien le 174 avenue de Villiers à Carcassonne, et votre numéro de   téléphone le 04 68 69 69 69. Votre numéro de téléphone professionnel à la Société Durandest le 04 72 25 55 41 et votre numéro de téléphone mobile  le 06 06 05 05 01. C'est bien ça Monsieur Lavoie ?

 

  - Client (timidement) : Oui !!

 

  - Standardiste : Je vois que vous appelez d'un autre numéro qui  correspond au domicile de Mlle Isabelle Denoix, qui est votre assistante technique. Sachant qu'il est 23h30 et que vous êtes en RTT, nous ne  pourrons vous livrer au domicile de Mlle Denoix que si vous nous envoyez un XMS à partir de votre portable en précisant le code suivant  AZ25/JkPp+88.

 

  - Client : Bon, je le fais, mais d'où sortez-vous toutes ces  Informations ?

 

  - Standardiste : Nous sommes connectés au système croisé, Monsieur   Lavoie.

 

  - Client (Soupir) : Ah bon !.... Je voudrais deux de vos pizzas spéciales mexicaines.

 

  - Standardiste : Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, Monsieur  Lavoie.

 

  - Client : Comment ça ???...

 

  - Standardiste : Votre contrat d'assurance maladie vous interdit un  choix aussi dangereux pour votre santé, car selon votre dossier médical, vous souffrez d'hypertension et d'un niveau de cholestérol supérieur aux valeurs contractuelles. D'autre part, Mlle Denoix ayant été médicalement traitée il y a 3 mois pour hémorroïdes, le piment est fortement déconseillé. Si la commande est maintenue, la société qui l'assure risque d'appliquer une surprime.

 

  - Client : Aie ! Qu'est-ce que vous me proposez alors ?...

 

  - Standardiste : Vous pouvez essayer notre Pizza allégée au yaourt de  soja. Je suis sûre que vous l'adorerez.

 

  - Client : Qu'est-ce qui vous fait croire que je vais aimer cette pizza ?

 

  - Standardiste : Vous avez consulté les « Recettes gourmandes au soja » à  la bibliothèque de votre comité d'entreprise la semaine dernière, Monsieur Lavoie et Mlle Denoix a fait, avant hier, une recherche sur le  Net, en utilisant le moteur http://www.moogle.fr/ mots clefs « soja » et « alimentation ». D'où ma suggestion.

 

  - Client : Bon d'accord. Donnez m'en deux, format familial.

 

  - Standardiste : Vu que vous êtes actuellement traité par Dipronex et que Mlle Denoix prend depuis 2 mois du Ziprovac à la dose de 3 comprimés par jour et que la pizza contient, selon la législation, 150mg de  Phenylseptine par100g de pâte, il y a un risque mineur de nausées si vous consommez le modèle familial en moins de 7 minutes. La législation nous interdit donc de vous livrer. Par contre, j'ai le feu vert pour vous livrer immédiatement le modèle mini.

 

  - Client : Bon, bon, ok, va pour le modèle mini. Je vous donne mon   numéro de carte de crédit.

 

  - Standardiste : Je suis désolée Monsieur, mais je crains que vous ne  soyez obligé de payer en liquide. Votre solde de carte de crédit VISA dépasse la limite et vous avez laissé votre carte American Express sur votre lieu de travail. C'est ce qu'indique le « Credicard-Satellis-Tracer. »

 

  - Client : J'irai chercher du liquide au distributeur avant que le  livreur n'arrive.

 

  - Standardiste : Ça ne marchera pas non plus Monsieur Lavoie, vous avez dépassé votre plafond de retrait hebdomadaire.

 

  - Client : Mais ? Ce n'est pas vos oignons ! Contentez-vous de m'envoyer  les pizzas ! J'aurai le liquide. Combien de temps ça va prendre ?

 

  - Standardiste : Compte tenu des délais liés aux contrôles de qualité,  elles seront chez vous dans environ 45 minutes. Si vous êtes pressé, vous pouvez gagner 10 minutes en venant les chercher, mais transporter des pizzas en scooter est pour le moins acrobatique.

 

  - Client : Comment diable pouvez-vous savoir que j'ai un scooter ?

 

  - Standardiste : Votre Peugeot 408 est en réparation au garage de l'Avenir, par contre votre scooter est en bon état puisqu'il a passé le contrôle technique hier et qu'il est actuellement stationné devant le domicile de Mlle Denoix. Par ailleurs, j'attire votre attention sur les risques liés à votre taux d'alcoolémie. Vous avez, en effet réglé quatre cocktails « afroblack » au Tropicalbar il y a 45 minutes. En tenant compte de la composition de ce cocktail et de vos caractéristiques  morphologiques, ni vous ni Mlle Denoix n'êtes en état de conduire. Vous risquez donc un retrait de permis immédiat.

 

  - Client : grrrr..@#%/$@&?#!...!!

 

  - Standardiste : Je vous conseille de rester poli Monsieur Lavoie. Je vous informe que notre standard est doté d'un système anti-insulte en ligne qui se déclenchera à la deuxième série d'insultes. Je vous informe en outre que le dépôt de plainte est immédiat et automatisé. Or, je vous rappelle que vous avez déjà été condamné en juillet 2009 pour outrage à  agent.

 

  - Client : (Sans voix)

 

  - Standardiste : Autre chose Monsieur Lavoie ?

 

  - Client : Non, rien. Ah si, n'oubliez pas le Coca gratuit avec les  pizzas, conformément à votre pub.

 

  - Standardiste: Je suis désolée Monsieur Lavoie, mais notre démarche qualité nous interdit de proposer des sodas gratuits aux personnes en surpoids. Cependant, à titre de dédommagement, je peux vous consentir 15% de remise sur une adhésion flash au contrat « Jurishelp », le contrat de protection et d'assistance juridique de Speed assurance. Ce contrat  couvre, en particulier, les frais annexes liés au divorce. Il pourrait donc vous être utile, vu que vous êtes marié à Mme Claire Lavoie née Girard depuis le 15/02/2008 et vu votre présence tardive chez Mlle Denoix, ainsi que l'achat il y a une heure à la pharmacie du Canal d'une boite de 15 préservatifs et d'un flacon de lubrifiant à usage intime. A titre promotionnel, je vais faire joindre aux pizzas un bon de 5 EUR de  réduction pour vos prochains achats de préservatifs valable chez Speed-Parapharma. Toutefois, veuillez éviter les pratiques susceptibles d'irriter les hémorroïdes de Mlle Denoix, pour lesquelles Speed-Parapharma se décharge de toute responsabilité.

 

  Bonsoir Monsieur et merci d'avoir fait appel à Speed-Pizza ».

 

  PS : Toute ressemblance avec des personnes ayant existés ou existant est une pure coïncidence.

 
**************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Nonidi 8 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

20/12/2010

Pour une réveillon d’enfer, dois-je laisser Lucie faire ? Satan l’habite…

femme oeil rouge.jpg

 

 

Je retrouvais Lucie avec grande émotion

Lorsqu’elle s’échappait de sa triste pension.

Nous prenions rendez-vous, souvent, dans une église

Communiant corps et âme dans son ombre propice.

 

Nous nous sommes aimés serrés sur un prie-dieu

Et, comblé de bonheur, j’ai cru entendre Dieu

Disant à Lucifer : « Laisse-moi ces deux-là,

Un amour aussi beau, c’est un apostolat ! »

 

Depuis ce jour l’encens envoûtant des chapelles

A pour moi la saveur troublante des dentelles.

Dois-je, pour ces pensées, faire mea-culpa ?

 

Quand vers l’un de ces temples se dirigent mes pas

Je pénètre en ces lieux dévolus au Messie,

Mais, pour l’amour de Dieu ou celui de Lucie ?

 

missfrance2.jpg

 

Les pieds de cochon comme chez Lucifer

 

— Ben mon cochon, Victor ! Ça alors, faut le faire !

Mais c’est bien innocent pour te valoir l’enfer.

Ces lieux sont dévolus parait-il à l’Amour,

Des dieux ou du prochain, c’est de l’amour toujours.

— D’autant plus que l’enfer, c’est dans le cœur des Hommes

Qu’il se loge et non pas dans les élans de mômes

Qui découvrent la vie et se sucent la poire,

Fusse dans les lieux saints qui cachent le ciboire.

— Tu parles d’or, Victor ! Vive la vie, bon sang,

Et trinquons sans tarder à ces jeux innocents,

Puis je vais te donner une étrange recette

Qui correspond, je crois, à ta belle amourette.

Bon marché, délicieux, très faciles à faire,

C’est les pieds de cochons « comme chez Lucifer ».

Tu prends chez ton boucher quatre pieds de pourceaux

Ou plus selon le nombre de tes commensaux,

Tu vas les faire cuire dans un bon court-bouillon

Parfumé au safran, ail, sel, poivre et oignon.

Cuis à tout petit feu pour deux tours de tocante

Afin de parfumer et d’attendrir la viande.

Pendant ce temps tu ne va pas rester inerte :

Il te faut préparer ta bonne sauce verte.

Tu piles au mortier persil, thym, vert de blette,

Oseille, basilic, estragon et sarriette,

Ail, poivre vert, cannelle et gingembre râpé,

Mouille au vinaigre fort mais garde assez épais.

Réserve et fais confire quelques oignons hachés

Dans de l’huile d’olive, sans laisser attacher,

Mets un peu de moutarde et le jus d’un citron,

Puis pense un peu à toi et débouche un litron.

Bois un canon ou deux et quand tu es à l’aise,

Au barbecue ou l’âtre, prépare de la braise.

Sors les pieds du bouillon, sèche-les, coupe-les

Puis sur ton gril ardent, il te faut les hâler,

Les faire bien dorer sans pourtant qu’ils ne grillent,

Leur odeur va déjà t’exciter les papilles !

Dans un plat de service, mets tes oignons en lit

Dispose par dessus tes pieds fort embellis,

Entoure l’appareil avec ta sauce verte.

Au moment de servir, d’un coup de pince experte

Tu places sur les pieds quelques charbons ardents,

Le gras des pieds grésille et fûmèle en fondant.

À nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour

À la beauté des femmes, au vin et à l’amour !

 

 

Ingrédients et proportions pour six personnes :

Pour les pieds: - 6 pieds de cochons flambés et lavés, - safran, - sel, - poivre, - 2 oignons piqués de 2 clous de girofle, - eau.

Pour la sauce verte: - 1 bouquet de persil plat, - le vert de 6 feuilles de blette (sans les côtes), - 2 cuillerées à soupe de thym, - 6 feuilles d'oseille (ou plus si les feuilles sont petites), - 3 branches de sarriette (supprimer les parties ligneuses), - 1 bouquet de basilic frais, - 1 bouquet d'estragon frais, - 6 gousses d'ail, - 1 cuillerée à soupe de grains de poivre vert, - 1 cuillerée à soupe bombée de gingembre frais râpé, - cannelle, - 1 verre de bon vinaigre, - huile d'olive, - moutarde, - 2 citrons, - sel, - poivre du moulin.

 

Les vins conseillés:

Les pieds de cochon acceptent des vins éclectiques. Essayez donc de les déguster avec des blancs, avec des Viognier par exemple: Condrieu, Saint-Gervais, Uchaux, en vallée du Rhône.

La Clape, Clairette de Ceyras, Adissan, Saint-André-de-San­gonis en Languedoc. Cassis, Palette, Bellet en Provence.

Appréciez-les avec des vins primeurs ou très jeunes, des vins de soif: Tulette, Travaillan, Chusclan, Roquemaure en vallée du Rhône. Saint Guiraud, Arboras, Castelnau-le-Lez en vins du Languedoc. Barjols, Nans-les-Pins, Carcès, Le Castellet, La Croix-Valmer en vins de Provence.

 

 

In : Le bonheur grâce à la cuisine de l'amour  - http://www.ayoli.fr

*****************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Décadi 30 Frimaire 219 de l'ère de la Liberté

19/12/2010

Gastronomie calendale: Les cardons à l'anchois

cardons.jpg

 

On les voit à l'étal des marchands de légumes,

Ils y sont tout l'hiver. On les prend, on les hume,

Puis, généralement, on les remet en place,

Car de les préparer, peu de gens ont l'audace...

Parce qu'on ne sait pas bien comment les apprêter,

Les cardes et cardons sont souvent contestés.

Et pourtant, en Provence, ils sont indispensables

Quand vient le "Gros souper" des tables calendales.

Le cardon à l'anchois est un plat rituel

Du grand repas festif de la nuit de Noël,

Autant que la morue, l'àpi (1), les escargots,

Le muge (2) et les desserts à tire l'arigo.

On appelle cardon la cote de la carde,

Espèce d' artichaut qui, 1'hiver, s'acagnarde

À l'abri des cébisses (3) et des haies de cyprès.

Les meilleures sont celles qui sont serrées très près

Du sol pour qu'elles restent bien tendres et blanches

Et non fibreuses, raides comme de vieilles branches.

Compte deux bons kilos pour quatre ou cinq personnes:

Il y a du déchet plus qu'on ne le soupçonne.

Jette toutes les feuilles et les côtes squameuses,

Ôte soigneusement les parties filandreuses,

Puis coupe tes cardons en tronçons de trois doigts,

Dans de l'eau vinaigrée plonge-les tout de suite,

Par cette précaution le cuisinier évite

Que les cardons brunissent sans qu'on sache pourquoi.

Puis, en eau abondante, salée et citronnée,

Tu les fais cuire une heure. Lorsque c'est terminé,

Tu va les égoutter et réserver au frais

Jusques au lendemain. C'est là l'un des secrets

Pour réussir ce plat, parce que, je le prétend

La carde est un légume qui se cuit en deux temps.

Attaquons maintenant notre phase finale,

Mais sers-moi un canon: il faut mouiller la dalle!

Dans de l'huile d'olive chaude au fond d'un faitout

Tu fais suer tes cardes doucement, à feu doux.

Pendant ce temps tu prends dix beaux anchois salés,

Sous l'eau du robinet, sépare les filets.

Fait une Béchamel avec un quart de lait,

Ajoute les anchois et, en tournant, fond-les

Dans la préparation avec une cuiller.

Dans le premier faitout, tu verses alors ceci,

Tu mélanges aux cardons en ayant le souci

De ne point écraser tes tronçons légumiers.

Un quart de lait de plus, de noix muscade un peu,

Sel, poivre du moulin, puis retire du feu.

Tu incorpores, alors, du râpé de gruyère,

Enfin verse le tout dans un plat à gratin

Saupoudre de fromage de façon régulière,

Puis tu mets à four chaud sans plus de baratin.

Lorsque c'est gratiné, tu sers chaud et fumant.

Ce plat est idéal en accompagnement

D'une côte de bœuf ou d'un poisson au four.

C'est un plat du terroir, simple comme bonjour,

Mais un plat succulent et, de plus, diététique

Que l'on mange en Provence depuis les temps antiques.

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire

Ma tripe est assoiffée, remplis raz bord mon verre

De ce nectar divin de la Vallée du Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

J.V.J. - Illustration V.Barbantan

 

Ingrédients et proportions pour six personnes:

 

- Trois kilos de cardes, - 1 verre de vinaigre, - 1 jus de citron, - 1 poignée de gros sel, - 3 cuillerées d'huile d'olive de la Vallée des Baux, - 10 anchois salés, - 1 demi-litre de lait, - muscade, - poivre du moulin, - 3 hectos de gruyères râpé.

 

Les vins conseillés:

 

Les cardons étant surtout un plat d'accompagnement, le choix du vin dépend du plat principal. Avec une côte de bœuf, des vins rouges jeunes ou même primeurs. En Côtes-du-Rhône: Sainte-Cécile-Ies-Vignes, Rochegude, Tulette, Saze, Domazan, Gallician. En vins du Languedoc: Aspiran, Berlou, Cournonterral, Poujols. En vins de Provence: Allauch, Châteauneuf-Ie-Rouge, Cuers, Flassans-sur-Issole.

Avec un poisson au four, des blancs capiteux. En Côtes-du-Rhône: Laudun, Uchaux, Châteauneuf-de-Gadagne, Codolet. En Languedoc: Argeliers, Bize-Minervois, Puichéric, Roubia. En Provence: Camps-la-­Soure, Rocbaron, Meyreuil, Le Tholonet.

 

 (1) L'api : le céleri.

(2) Muge: encore appelé mulet - c'est un poisson de mer qui monte frayer dans fleuves et rivières et particulièrement dans le Rhône.

(3) Cébisses : haies coupe-vent faites en cannes de Provence.

 

In : Le bonheur est dans l'assiette et dans les ver(re)s - http://www.ayoli.fr

*****************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Nonidi 29 Frimaire 219 de l'ère de la Liberté

14/12/2010

Comment les rats des banques nous piquent notre blé.

 

 banqiers pourris Ylar.jpg

 

Pourquoi Eric « Ché » Cantona les fait trembler.

Un lecteur de Lantifadas, Xray, (que je remercie chaleureusement) m'a fait passé une vidéo lumineuse pour nous, ravageuse pour les banksters. Elle permet de comprendre comment ces banksters (contraction de banquiers et gangsters) nous volent, pillent le système, gangrènent toute la société, dépravent la démocratie et mènent la Terre à sa perte. Elle démonte avec une clarté didactique les rouages de ces pratiques.  On comprend dès lors l'affolement de la mafia bankstérienne, de Lagarde à la presse aux ordres, lorsque Canto a donné son fameux coup de pied dans la fourmilière. Parce qu'il a mis le pied exactement où il fallait le Canto ! Là où ça fait mal ! Cette vidéo montre pourquoi il a raison et comment lutter contre la mafia des banques.

 A voir ABSOLUMENT, à revoir, à faire connaître.

Une information que l'on ne trouve nulle part et JAMAIS.

« La dette des gouvernements, des entreprises et des ménages a atteint des proportions astronomiques et enfle de plus en plus démesurément de jour en jour.

D'ou vient tout cet argent ?

Comment peut-il y avoir TANT d'argent à prêter ?

La réponse est... qu'il n'y en a pas.

De nos jours, L'ARGENT S'EST FAIT DETTE.

S'il n'y avait PAS DE DETTE, il n'y aurait PAS D'ARGENT

Si tout ceci vous laisse perplexe, rassurez-vous, vous n'êtes pas le seul ou la seule. Très peu de gens comprennent ce système, même si nous sommes tous touchés. Et pour cause : il est soigneusement occulté.

Ce long métrage d'animation dynamique et divertissant, de l'artiste et vidéographe Paul Grignon, explique les effets magiques mais pervers du SYSTEME ACTUEL D'ARGENT-DETTE dans des termes compréhensibles pour tous.


Nous vous présentons le chef d'œuvre de Paul Grignon pour la première fois disponible avec une bande son française et textes en français ! »


Distribué en DVD par opening.fr - Jean-Pierre Vasseur : jpv@opening.fr - Aline Helliet : aline@opening.fr - Ou acheter directement le film en ligne sur leur site au prix citoyen de 9,90 euros. Déjà disponible chez Amazon et DVDtoile.com

amazon.fr/​Largent-dette/​dp/​B002IWF1A2

dvdtoile.com/​Film.php?id=56490&page=3

 

Voici cette vidéo :

 

L'argent dette 

http://www.vimeo.com/1711304?pg=embed&sec=1711304

 

**********************

Quartidi 24 Frimaire 219 de l'ère de la Liberté

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

08/12/2010

Eh ! Tu la connais celle-là ? Le président Sarközy de Nagy Bocsa à l’école…

sarko-grimace.jpg

 

Le président Sarközy de Nagy Bocsa, pour tenter de se redorer la cerise, entreprend une tournée des écoles. Ecoles choisies tout de même mais…

 

Le voilà donc face à une classe de seconde :

 

- « Vous pouvez me poser chacun trois questions, et j’y répondrais. »

 

Voilà Kaivin qui lève la main et pose donc les trois questions :

 

« Monsieur le président, première question, pourquoi avoir parlé d’aller chercher le pouvoir d’achat avec les dents alors qu’en fait vous n’avez amélioré, substantiellement il est vrai, que celui des riches avec le bouclier fiscal ?

 

Deuxième question, pourquoi avoir fait passé en force une réforme des retraites qui a pour but de casser le système par répartition au profit d’un système privé par capitalisation que vous concoctez en famille, avec votre frère Guillaume ?

 

Troisième question, pourquoi faites-vous tout pour empêcher la justice de faire son travail tant dans l’affaire Woerth-Bettencourt, dans laquelle vous risquez d’être mis en cause, que dans celle des rétro commissions de Karachi, où votre nom apparait aussi ?

 

Sarközy de Nagy Bocsa fait la grimace, agite fébrilement les épaules mais… voilà que la cloche sonne, c’est l’heure de la récréation. Tout le monde sort donc et Sarko n’a pas à répondre à ces questions délicates…

 

Dix minutes après, les élèves réintègrent la classe, Sarközy de Nagy Bocsa s’installe de nouveau au bureau du prof et reprend sa séance de questions réponses. Voilà Jénifer qui lève la main et dis :

 

- « Monsieur le président Sarközy de Nagy Bocsa, j’ai cinq questions à vous poser.

 

- Cinq ? Bon. Je vous écoute.

 

- Voilà, reprend Jénifer, première question, pourquoi avoir parlé d’aller chercher le pouvoir d’achat avec les dents alors qu’en fait vous n’avez amélioré, substantiellement il est vrai, que celui des riches avec le bouclier fiscal ?

 

Deuxième question, pourquoi avoir fait passé en force une réforme des retraites qui a pour but de casser le système par répartition au profit d’un système privé par capitalisation que vous concoctez en famille, avec votre frère Guillaume ?

 

Troisième question, pourquoi faites-vous tout pour empêcher la justice de faire son travail tant dans l’affaire Woerth-Bettencourt, dans laquelle vous risquez d’être mis en cause, que dans celle des rétro commissions de Karachi, où votre nom apparait aussi ?

 

Quatrième question, pourquoi l’heure à laquelle sonne la récréation a-t-elle été avancée d’une demi heure ?

 

Cinquième question, pourquoi Kaivin a-t-il disparu ?

 

 

 

 

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

07/12/2010

Europe ultralibérale : il y a un demi-siècle, Verneuil et Gabin avaient tout vu !

gabin le président.jpg

 

L’immigré Achod Malakian - vrai nom d’Henri Verneuil – est un monument du cinéma français. Ses créations laissent loin derrière les diarrhées de violence ou les sodomies de diptères germanopratines actuelles. Henri Verneuil, en 1961, dans son film de politique-fiction « Le Président », démonte sans concession les magouilles politicardes. L’extraordinaire scène – signée évidemment Michel Audiard - dans laquelle Gabin, à la tribune de la Chambre des députés, harangue l’Assemblée, a une incroyable valeur prémonitoire sur ce qu’est devenue l’Europe.

 

Vous pouvez la voir

 

ICI

 

Appréciez, régalez-vous, passez-vous la en boucle, faites-en profiter vos amis, assénez-là à vos ennemis !

 

Ça  c’est du talent ! Pas étonnant qu’on ne voit jamais ce film

 sur les lucarnes à décerveler…

 

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

06/12/2010

Moral des ménages à la hausse qu’ils disent !

59363038.jpg

 

- Eh ! Jénifer, parait qu’on est à la hausse ! C’est coul, non ?

 

- Mouais Kaivin… Ch’sais pas ce que c’est qu’est à la hausse, mais en tout cas c’est pas tes prouesses viriles… Hier soir, à part tes ronflements puant la bière aigre, y avait pas grand-chose à la hausse…

 

- Ouarf… Les bonnes femmes… Pensent qu’à ça… Moi j’y parle sérieux, politique, économie, avenir et elle, elle me parle cul…

 

- Bon. Alors c’est quoi qu’est à la hausse, dit, l’économiste distingué ?

 

- Ben, le moral des ménages. C’est écrit dans le journal. Les ménages, c’est nous. Donc on a le moral à la hausse ! Ils disent : « L'indicateur résumé de l'opinion des ménages sur la situation économique a progressé de 2 points à -32, contre -34 en octobre. »

 

- Ah, ben ça c’est de la bonne nouvelle. Ils se foutraient pas un peu de ta gueule dans ton journal ? Le moral des ménages passe de – 34, ouais « moins trente-quatre » à – 32, moins trente-deux ! Ça c’est de l’efficacité : c’est comme si t’es au fond d’un puits de 34 mètres de fond et qu’en grimpant sur les épaules de ton mec ou de ta meuf, t’arrive à te hisser un peu plus haut, non, un peu moins profond. Tu vois toujours loin au-dessus de toi, un petit rond clair, loin, loin, toujours irrémédiablement inatteignable… Toi, t’es toujours au chomdû, moi j’ai trouvé une formidable situation : je nettoie le cul des vioques à l’hospice quatre heures par jour… Tout va pour le mieux.

 

- Ouais mais le moral remonte…

 

- Si tu le dis… Tiens, au lieu de dire des conneries, descend les poubelles. Et n’en profite pas pour aller boire un flaille au bistro avec l’argent des pates au patapon qu’on bouffera à midi.

 

 

Pour l'illustration merci à Sarkozix

 

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

05/12/2010

Dans l'assiette du dimanche: Le civet de sanglier de Sébastien et Magali

civet sanglier.jpg

 

 

Mon ami Sébastien, redoutable tueur,

Utilise son temps, son flair et sa sueur

À courir les forêts, les bois et les broutières,

À sauter les ruisseaux des terres de Lozère

Pour traquer, débusquer, viser et fusiller

Son gibier préféré: le cochon sanglier.

Dès que pointe le jour vrombissent les quat'quatres

Où piaffent les chasseurs équipés pour combattre,

Montent les hurlements des meutes carnassières

Serrées dans des remorques, dans des malles arrières.

La battue se déploie par chemins et sentiers,

S'efforçant de boucler le massif forestier

Où laies et marcassins, cochons et sangliers

Commencent à gratter le sol d'un pied inquiet.

Le journée sera rude pour la bête à poil dur

Quand, poussées par les chiens hors des fourrés obscurs,

Pour tenter d'échapper à la meute hurlante,

Ses courses, à découvert dans les clairs et les pentes,

L'amènent à croiser les chemins et les sentes

Qui sont autant d'affûts où les fusils l'attendent.

Les coups de feu éclatent à travers la nature.

Si la bête s'échappe, on reprend les voitures ­

Pour lui couper la fuite au bord d'une autre route.

Parfois le sanglier met la meute en déroute,

Quand, acculé, blessé, forcé hors de son antre

Il se rue sur les chiens qu'il piétine et éventre.

Très souvent Sébastien, heureux bien que fourbu,

S'en retourne bredouille, au soir de la battue.

Mais lorsqu'un animal est tombé sous les balles,

Il faut voir son sourire, son allure martiale

Lorsqu'il brandit sa part de viande dépecée

Qu'il — fier comme Artaban — offre à sa fiancée.

Alors, tranquillement, avec ses doigts d'artistes

Dégoulinant de sang, Magali entre en piste.

Pour faire un bon civet, l'épaule ou le cuissot

Sont des pièces de choix. Coupez-les en morceaux

De taille conséquente. Récupérez le sang

Qui, pour lier la sauce, est bien intéressant.

Gardez-le au frigo pour qu'il ne se dégrade.

Préparez ce qu'il faut pour votre marinade.

Celle de Magali est un poème en soi:

Quatre, cinq oignons moyens, cévenols ou niçois;

Cinq ou six gousses d'ail et autant de carottes;

Un bouquet de persil; céleri, feuilles, côtes;

Du thym et du laurier; un peu de noix muscade;

Une écorce d'orange et quelques grains de cade;

Du poivre du moulin; du gros sel de Camargue.

Deux litres de Côtes-du-Rhône d'Estézargues,

Un verre d'huile d'olive et deux de bon vinaigre.

Vous cuisez demi-heure à feu vif et allègre.

Rangez le sanglier au fond d'un pot en grès,

Un grand verre de marc pour rendre du degré

À votre marinade versée, chaude, dessus.

Le pot, au frais trois jours, recouvert d'un tissu

Est alors le théâtre d'une superbe idylle

Entre les ingrédients. Une alchimie subtile

Va attendrir la viande, sublimer les parfums

Et les goûts de gibier du sanglier défunt.

Quand, le jour du repas, l'aurore aux doigts de roses

Du sommeil des Buveurs dissipe les hypnoses,

Vous sortez et séchez à l'aide d'un torchon ­

Les morceaux marinés de viande de cochon.

Séparez au chinois légumes et liquide.

Petit, sers-moi un verre, j'ai le clapoir acide!

Dans de l'huile d'olive, au fond d'une toupine

Votre petit-salé embaume les narines.

Rajoutez en tournant les légumes essorés,

Puis intégrez la viande que vous faites dorer.

Mouillez alors avec le jus de marinade,

Et cuisez à feu doux, cinq heures, à l'estouffade.

Il faut voir le sourire heureux de Sébastien

Quand Magali apporte, de son pas aérien

Son plat qu'elle découvre, très fière, sur la table

Exhalant en volutes des parfums admirables.

Ce chef-d'œuvre requiert, pour de grande agapes,

Rien moins que le meilleur des Châteauneuf-du-Pape.

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire

Ma tripe est assoiffée, remplis raz bord mon verre

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

 

Ingrédients et proportions pour six personnes:

 

Pour la marinade: - 4 oignons moyens coupés en quarts et piqués de clous de girofle, - 6 gousses d'ail écrasées, - 6 à 8 carottes en tronçons, ­l bouquet de persil grossièrement coupé, - l pied de céleri côtes et feuilles, grossièrement coupées, - l gros bouquet de thym, - 6 feuilles de laurier, - l douzaine de grains de genièvre, - 2 poignées de gros sel de Camargue,

- l cuillerée à soupe de poivre noir du moulin, - noix de muscade, - l écorce d'orange séchée, - l verre d'huile d'olive, - 2 verres de bon vinaigre, - 2 litres de bon vin rouge. N'oubliez pas de cuire cette mari­nade et de la verser chaude sur les morceaux de sanglier avant de laisser reposer trois jours.

Pour le plat: - l cuissot ou l épaule de sanglier, - le sang récupéré ou l verre de sang (à demander à votre boucher), - l verre d'huile d'olive, - 250 grammes de petit-salé coupé en dés, - les légumes essorés de la marinade cuite, - le jus de la marinade.

 

 

 

Les vins conseillés:

Le civet de sanglier préparé de cette manière est un plat somptueux, à la fois puissant et très parfumé. Il faut donc des vins à la hauteur.

En vallée du Rhône: Châteauneuf-du-Pape, Gigondas, Lirac, Vacqueyras, Cornas, Hermitage, Crozes-Hermitage, Saint-Joseph, Côte-Rôtie.

On peut également l'accorder avec bonheur à de vieilles bouteilles de Cairanne, Visan, Séguret, Valréas, Gallician.

En vins du Languedoc et du Roussillon: Saint-Chinian, Faugères, Fitou, Collioure, Maury.

En vins de Provence: Bandol, Palette, Pierrefeu, Puyloubier, Cabasse, La Cadière-d'azur, vins de Bellet.

 

 

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

03/12/2010

Au bistro de la Toile : Vive Eric « Ché » Cantona !

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- « Travaillez plus pour gagner plus » qu’il disait le guignol au temps de sa splendeur mensongère. Lui, avant son CDD de fossoyeur de la France, il « travaillait » dans la boite à Raffarin, en 2004, en temps que trésorier de l’entreprise France. Ministre de l’économie et des finances, telle était sa définition officielle dans l’organigramme de la boite.

 

 

- Il était donc chargé de gérer au mieux le pognon de sa boite. Et alors ?

 

 

- Eh bien il a été particulièrement brillant dans son action le charlot…

 

 

- Ah ! Raconte.

 

 

- Ben, comme lui commandait sa charge, le Génie de la Galaxie cherchait du pognon. Alors il a eu une idée brillante. Je dirais même brillantissime. Il a décidé de vendre un sixième des réserves d’or de la Banque de France, soit 550 tonnes d’or ! C’est pas rien. Un énorme paquet de pognon évidemment jeté dans le gouffre du budget…

 

 

- Bon. L’or, ce n’est qu’un métal, qui n’a de valeur que par convention. Alors, en tirer du pognon pour investir, pourquoi pas ?

 

 

- Exact. Sauf que la valeur - conventionnelle je te l’accorde – de l’or a, depuis ce temps triplé !!!

 

 

- …taing ! Le bide !

 

 

- Résultat, la Lumière Eblouissante de la Création a fait perdre à la France 18 milliards d’euros !

 

 

- Fatche… Quand je pense que moi, quand j’étais ouvrier mastroquet et que je cassais un verre, le patron me le retenait sur ma paye ! Il faudrait faire pareil avec Microlax.

 

 

- Mais ce n’est pas tout. Depuis qu’il est devenu notre caudillo suprême, il a remis ça : en 2009, ses services ont encore vendu 56 tonnes d’or ! Et depuis, le prix de vente de la joncaille a doublé !

 

 

- Ça c’est du flair ! On peut faire confiance a ce grand visionnaire pour gérer nos affaires !

 

 

- Rassurez-vous les mecs, il n’est pas seul à avoir autant de flair. Un autre qu’est pas mal, c’est Trichet (quel beau nom pour un banquier !). Le patron de la Banque Centrale Européenne. Crispé sur sa vision de boutiquier ayant la pète au cul devant tout frémissement d’inflation…

 

 

- D’inflation comme Rachida Dati ? Hummm…

 

 

- Malheureusement non. Donc je disais : ce boutiquier a refusé de faire tant soit peu tourner la planche à billet – comme font sans état d’âme les Zétazuniens - pour fabriquer les euros dont avait besoin un des membres de la famille européenne. Il est payé pour ça. Laisser crever le populo de Grèce, il s’en bat les aliboffis. Résultat : la Grèce est dans la merde, l’Irlande itou (mais là c’est bien fait), le Portugal bientôt, puis l’Espagne, l’Italie, enfin nous. Ouais pourrait-il dire, mais j’ai sauvé la valeur de l’Euro ! Tè ! Fume… L’euro est passé en quelques semaines de 1,42 dollars à 1,30 dollars ! Donc une perte de valeur bien supérieure à ce qu’elle aurait été en fabriquant de l’euro (donc en dévaluant un peu sa valeur) ! Avec en moins les investissements utiles pour tous les états en difficulté qu’auraient généré cette création de liquidité…

 

 

- Merde, c’est vrai ça. On est vraiment dirigé par des branquignoles. Tè ! Le 7 décembre, je vais faire ce que préconise Eric « Ché » Cantona : je vais retirer les quatre sous que j’ai sur mon compte courant. Pour faire chier les banques.

 

 

- Bonne idée. Mais meffi tout de même : il y a des malfrats qui risquent de guetter la sortie des gens avec des talbins plein les fouilles à la sortie des banques !

 

 

- Allez zoù ! A la nôtre !

 

 

cantona grimé.jpg

 

Pour les illustrations merci à Chimulus et à Clash Foot

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

02/12/2010

HOLD-UP SUR LA SECU. Bébéar, Kessler, Sarkozy frères, même combat !

sarko frères.png

Hier, je vous ai suggéré une piqure de rappel concernant la Programme du Conseil National de la Résistance. Une des mesures essentielles de ce programme est d'instaurer « un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d'existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l'État ».

 

Dans le droit fil de ce texte fondateur, dès le 4 octobre 1945 une ordonnance fut prise dont l'article 1 est le suivant : « Il est institué une organisation de la sécurité sociale destinée à garantir les travailleurs et leurs familles contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain, à couvrir les charges de maternité et les charges de famille qu'ils supportent. »

 

La solidarité fondatrice de la nation, celle qui répond au troisième terme de sa devise « Fraternité », elle est là. C’est ce que les droites avides et cupides ont toujours brocardé en daubant sur « l’Etat providence ». C’est ce que Sarkozy, appliquant à la lettre les plans du Medef s’emploie à détricoter. Les appréciations de Denis Kessler (Challenges, le 4 octobre 2007 ) éclairent l’action du chef de l’Etat : « Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d'importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme... A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! »

 

Efficace toutou de ses maitres du Caca-rente, Sarko et sa clique s’emploient en loucedé, par petites touches, en faisant précéder leurs forfaits par un plan de propagande rigoureux, à une privatisation rampante de la Sécurité sociale. (Voir la remarquable enquête Médiapart. )

 

Il y a longtemps que le « pape » des capitalistes français, Claude Bébéar, fondateur du groupe d’assurances AXA, a lancé la première offensive pour amener dans les crocs avides des assureurs privés l’énorme gâteau de la Sécu. En 1996, il avait sommé sans complexe le gouvernement Juppé d'avancer vers des « sécurités sociales privées », en émettant la recommandation que ce système fonctionne au « premier franc ».

 

Bébéar, Kessler, le Medef en ont rêvé, Sarko va le faire ! Enfin, veut le faire… Non pas en attaquant de front la Sécu. Pas idiot l’animal. Non. En prenant prétexte de prendre en main la question de la « dépendance » ; celle des vieux, des handicapés, des « inefficaces », des charges pour la radieuse société ultra libérale. Le 16 novembre, il s’en est ouvert à ses interlocuteurs obséquieux lors de son allocution télévisée. Pas directement mais mine de rien, sous forme d’interrogation après un discours d’apparence généreuse : « Je souhaite la création, pour la première fois depuis la Libération, d'un nouveau risque, d'une nouvelle branche de la Sécurité sociale : le Cinquième Risque » dit-il d’abord. Puis il s’interroge : « Faut-il faire un système assurantiel ? Obliger les gens à s'assurer ? Faut-il augmenter la CSG ? Faut-il avoir recours à la succession quand les enfants n'ont pas la volonté ou pas les moyens ? » Et voilà ! On y est. Ça veut dire en clair : faut-il faire couvrir ce risque « dépendance » par les assureurs privés, donc sortir de la Sécurité sociale ?

 

Et voilà que son « collaborateur » Fillon en remet une couche, toujours mine de rien, devant l'Assemblée nationale dans sa déclaration de politique générale ( ici ): «Avec l'emploi, la sauvegarde et la modernisation de notre système de protection sociale s'imposent à nous. Nous avons commencé avec la réforme des retraites. Avec Xavier Bertrand et Roselyne Bachelot, nous allons poursuivre. Nous ne devons pas laisser dériver les comptes de l'assurance maladie par démagogie. Nous ne pouvons pas esquiver sur cette question notre responsabilité collective. Nous lancerons une concertation nationale sur la protection sociale qui associera tous les acteurs, les partenaires sociaux, les professionnels de santé, les mutuelles, les assurances, les collectivités territoriales, au premier rang d'entre elles les conseils généraux. » Et il ajoute: «Cette concertation nationale aura évidemment pour but immédiat de traiter la question de la dépendance. Le coût est estimé à 22 milliards d'euros et il devrait atteindre les 30 milliards dans les prochaines années. Le nombre des plus de 75 ans devrait doubler au cours des prochaines décennies. Il s'agira en premier lieu de déterminer les besoins réels des personnes, d'examiner comment assurer le maintien à domicile des personnes âgées le plus longtemps possible. Il faudra ensuite sérier les pistes de financement : assurance obligatoire ou facultative, collective ou individuelle ? »

 

Comme son patron, Fillon s’efforce ainsi de rendre les cerveaux des Français disponibles au « changement », c’est-à-dire à la mise-à-mort de la conquête essentielle du Conseil National de la Résistance, la Sécu.

 

Ce n’est pas fini. Descendons encore dans la hiérarchie des bourreurs de crâne. C’est alors la pimpante Roselyne Bachelot qui s’y met. Dans une interview au Figaro, elle enfonce le clou : «  Les Français devront s'exprimer sur ce qu'ils jugent être la meilleure solution. Quelle pourrait être la part de l'assurance par rapport à la solidarité ? Comment s'organiserait leur articulation ? »

 

Enfin, dernier étage de la fusée préparant les esprits à la privatisation, le rapport de la députée UMP Valérie Rosso-Debord, qui est un plaidoyer vibrant en faveur de l’assurance privée : « La Fédération française des sociétés d'assurance comptait 2.007.600 assurés versant 387,6 millions d'euros de cotisations (au titre d'un contrat pour lequel la dépendance est la garantie principale) et versait 112,4 millions d'euros de rente en 2008. En 2009, 2.024.200 assurés versaient 403,1 millions d'euros de cotisations tandis que 127,7 millions d'euros de rente étaient servis. »

 

C’est-y-pas du juteux ça !!! Ya bon le pognon des pauvres ! Et la mafia se frotte les mains : « A l'horizon 2020, selon le rapport du Comité d'orientation des retraites (COR), une baisse du taux de remplacement de l'ordre de 8% est attendue pour une carrière complète. Cette baisse est toutefois variable selon le niveau du salaire et le profil de carrière et dépend fortement des hypothèses prises dans les travaux du COR.» (…) «Un complément d'épargne annuel de 40 milliards à 110 milliards d'euros en 2020 serait nécessaire pour maintenir le niveau de vie des futurs retraités.»

 

Donc, s’ils la jouent fine, les assureurs privés vont non seulement mettre dans leur fouille le pognon de la « dépendance », mais ils vont devenir des acteurs majeurs de toute la filière Sécu. En « offrant » aux assurés, en plus de la dépendance, des paquets complets incluant aussi des remboursements Maladie. Pour rendre ces offres attractives, les sarko-trafiquants font tout ce qui est en leur pouvoir pour saccager la sécu (non paiement des dettes de l’Etat découlant des exonérations de charges des entreprises, déremboursements de médicaments, augmentation des tickets modérateurs entre autres gracieusetés). Au plus le trou de la Sécu est profond, au mieux ça va pour les requins de l’assurance privée, déjà à l’agachon. Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la gale…

 

Cerise sur le gâteau pour les Frères Garamonzob de la magouille, "un groupe à capitaux publics, la CNP, a conclu avec la bénédiction de l'Elysée un accord avec... monsieur frère, Guillaume Sarkozy, afin de préempter dès à présent le marché alléchant de la retraite et de la dépendance. En quelque sorte, c'est une affaire de famille: Nicolas Sarkozy va ouvrir aux assureurs privés des risques autrefois assurés par la Sécurité sociale; et c'est son frère, avec le renfort de la CNP et donc de l'Etat, qui sera l'un des mieux placés pour ramasser la mise. On en trouve confirmation sur Malakoff Médéric: Guillaume Sarkozy mise gros sur la dépendance." (Médiapart)

Alors si l’on veut arrêter à temps ce véritable hold-up des vautours de la bande du Fouquet’s, il faut gueuler, gueuler encore, diffuser et faire connaître ces magouyilles, aller aux manifs et surtout faire en sorte que Microlax 2 ne puisse pas succéder à Microlax 1er à la prochaine élection présidentielle. Quitte, s’il le faut, à voter pour DSK (c’est pas exquis) et de faire en sorte (par le premier tour) qu’il soit flanqué d’un Mélanchon fringant et saignant.

Qu’on se le dise…

 

 

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

01/12/2010

PIQURE DE RAPPEL: Le programme du CONSEIL NATIONAL de la Résistance que s'acharnent à détruire Sarko et le Medef

programme du conseil national de la résistance.jpg

Les Jours Heureux - Le programme du C.N.R.

Pour mesurer ce que les sarko-trafiquants nous arrachent, pour relever enfin la tête, voici – indispensable piqure de rappel – le programme du Conseil National de la Résistance élaboré dans une France encore occupée, celui-là même que le Medef et ses marionnettes sarko-nuisibles s’efforcent de détruire. C’est un peu long, mais c’est un document de référence.

Née de la volonté ardente des Français de refuser la défaite, la Résistance n’a pas d’autre raison d’être que la lutte quotidienne sans cesse intensifiée.

Cette mission de combat ne doit pas prendre fin à la Libération. Ce n’est, en effet, qu’en regroupant toutes ses forces autour des aspirations quasi unanimes de la Nation, que la France retrouvera son équilibre moral et social et redonnera au monde l’image de sa grandeur et la preuve de son unité.

Aussi les représentants des organisations de la Résistance, des centrales syndicales et des partis ou tendances politiques groupés au sein du C.N.R., délibérant en assemblée plénière le 15 mars 1944, ont-ils décidé de s’unir sur le programme suivant, qui comporte à la fois un plan d’action immédiate contre l’oppresseur et les mesures destinées à instaurer, dès la Libération du territoire, un ordre social plus juste.


I - PLAN D’ACTION IMMÉDIATE

Cette partie a essentiellement trait à l'organisation de la France dans la guerre
On peut le retrouver ICI



II - MESURES À APPLIQUER DÈS LA LIBÉRATION DU TERRITOIRE

Unis quant au but à atteindre, unis quant aux moyens à mettre en œuvre pour atteindre ce but qui est la libération rapide du territoire, les représentants des mouvements, groupements, partis ou tendances politiques groupés au sein du C.N.R proclament qu’ils sont décidés à rester unis après la libération :

1) Afin d’établir le gouvernement provisoire de la République formé par le Général de Gaulle pour défendre l’indépendance politique et économique de la nation, rétablir la France dans sa puissance, dans sa grandeur et dans sa mission universelle ;

2) Afin de veiller au châtiment des traîtres et à l’éviction dans le domaine de l’administration et de la vie professionnelle de tous ceux qui auront pactisé avec l’ennemi ou qui se seront associés activement à la politique des gouvernements de collaboration ;

3) Afin d’exiger la confiscation des biens des traîtres et des trafiquants de marché noir, l’établissement d’un impôt progressif sur les bénéfices de guerre et plus généralement sur les gains réalisés au détriment du peuple et de la nation pendant la période d’occupation ainsi que la confiscation de tous les biens ennemis y compris les participations acquises depuis l’armistice par les gouvernements de l’axe et par leurs ressortissants, dans les entreprises françaises et coloniales de tout ordre, avec constitution de ces participations en patrimoine national inaliénable ;

4) Afin d’assurer :

l’établissement de la démocratie la plus large en rendant la parole au peuple français par le rétablissement du suffrage universel ;

la pleine liberté de pensée, de conscience et d’expression ;

la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’Etat, des puissances d’argent et des influences étrangères ;

la liberté d’association, de réunion et de manifestation ;

l’inviolabilité du domicile et le secret de la correspondance ;

le respect de la personne humaine ;

l’égalité absolue de tous les citoyens devant la loi ;

5) Afin de promouvoir les réformes indispensables :

a) Sur le plan économique :

l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie ;

une organisation rationnelle de l’économie assurant la subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général et affranchie de la dictature professionnelle instaurée à l’image des Etats fascistes ;

l’intensification de la production nationale selon les lignes d’un plan arrêté par l’Etat après consultation des représentants de tous les éléments de cette production ;

le retour à la nation des grands moyens de production monopolisée, fruits du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurances et des grandes banques ;

le développement et le soutien des coopératives de production, d’achats et de ventes, agricoles et artisanales ;

le droit d’accès, dans le cadre de l’entreprise, aux fonctions de direction et d’administration, pour les ouvriers possédant les qualifications nécessaires, et la participation des travailleurs à la direction de l’économie.

b) Sur le plan social :

le droit au travail et le droit au repos, notamment par le rétablissement et l’amélioration du régime contractuel du travail ;

un rajustement important des salaires et la garantie d’un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d’une vie pleinement humaine ;

la garantie du pouvoir d’achat national pour une politique tendant à une stabilité de la monnaie ;

la reconstitution, dans ses libertés traditionnelles, d’un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l’organisation de la vie économique et sociale ;

un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État ;

la sécurité de l’emploi, la réglementation des conditions d’embauchage et de licenciement, le rétablissement des délégués d’atelier ;

l’élévation et la sécurité du niveau de vie des travailleurs de la terre par une politique de prix agricoles rémunérateurs, améliorant et généralisant l’expérience de l’Office du blé, par une législation sociale accordant aux salariés agricoles les mêmes droits qu’aux salariés de l’industrie, par un système d’assurance conte les calamités agricoles, par l’établissement d’un juste statut du fermage et du métayage, par des facilités d’accession à la propriété pour les jeunes familles paysannes et par la réalisation d’un plan d’équipement rural ;

une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours ;

le dédommagement des sinistrés et des allocations et pensions pour les victimes de la terreur fasciste.

c) Une extension des droits politiques, sociaux et économiques des populations indigènes et coloniales.

d) La possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l’instruction et d’accéder à la culture la plus développée, quelle que soit la situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus hautes soient réellement accessibles à tous ceux qui auront les capacités requises pour les exercer et que soit ainsi promue une élite véritable, non de naissance mais de mérite, et constamment renouvelée par les apports populaires.

Ainsi sera fondée une République nouvelle qui balaiera le régime de basse réaction instauré par Vichy et qui rendra aux institutions démocratiques et populaires l’efficacité que leur avaient fait perdre les entreprises de corruption et de trahison qui ont précédé la capitulation.

Ainsi sera rendue possible une démocratie qui unisse au contrôle effectif exercé par les élus du peuple la continuité de l’action gouvernementale.

L’union des représentants de la Résistance pour l’action dans le présent et dans l’avenir, dans l’intérêt supérieur de la patrie, doit être pour tous les Français un gage de confiance et un stimulant. Elle doit les inciter à éliminer tout esprit de particularisme, tout ferment de division qui pourrait freiner leur action et ne servir que l’ennemi.

En avant donc, dans l’union de tous les Français rassemblés autour du C.F.L.N et de son président le général De Gaulle !

En avant pour le combat, en avant pour la victoire afin que VIVE LA FRANCE !

LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE



Ce programme de combat est la source du préambule de la Constitution de 1946, repris en 1958 :

Préambule de la Constitution de 1946


1. Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d'asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés. Il réaffirme solennellement les droits et libertés de l'homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République.

2. Il proclame, en outre, comme particulièrement nécessaires à notre temps, les principes politiques, économiques et sociaux ci-après :

3.
La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l'homme.

4. Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d'asile sur les territoires de la République.

5. Chacun a le devoir de travailler et le droit d'obtenir un emploi. Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances.

6. Tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l'action syndicale et adhérer au syndicat de son choix.

7. Le droit de grève s'exerce dans le cadre des lois qui le réglementent.

8. Tout travailleur participe, par l'intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu'à la gestion des entreprises.

9. Tout bien, toute entreprise, dont l'exploitation a ou acquiert les caractères d'un service public national ou d'un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.

10. La Nation assure à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.

11. Elle garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence.

12. La Nation proclame la solidarité et l'égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.

13.
La Nation garantit l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L'organisation de l'enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'Etat.

14. La République française, fidèle à ses traditions, se conforme aux règles du droit public international. Elle n'entreprendra aucune guerre dans des vues de conquête et n'emploiera jamais ses forces contre la liberté d'aucun peuple.

15. Sous réserve de réciprocité, la France consent aux limitations de souveraineté nécessaires à l'organisation et à la défense de la paix.

16.
La France forme avec les peuples d'outre-mer une Union fondée sur l'égalité des droits et des devoirs, sans distinction de race ni de religion.

17. L'Union française est composée de nations et de peuples qui mettent en commun ou coordonnent leurs ressources et leurs efforts pour développer leurs civilisations respectives, accroître leur bien-être et assurer leur sécurité.

18. Fidèle à sa mission traditionnelle, la France entend conduire les peuples dont elle a pris la charge à la liberté de s'administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires ; écartant tout système de colonisation fondé sur l'arbitraire, elle garantit à tous l'égal accès aux fonctions publiques et l'exercice individuel ou collectif des droits et libertés proclamés ou confirmés ci-dessus.


**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


30/11/2010

Au bistro de la Toile : « Y aura-t-il assez de platanes pour pendre tous les banquiers ? »

chimulus bistro copie.jpg

- Quatre vingt cinq milliards  pour les Irlandais ! Et qui va payer ?...

- Ben, toujours les mêmes Loulle. Mais c'est pas pour les Irlandais, c'est pour les banquiers irlandais. Nuance. Il y a deux ans, les têtes d'œuf de l'Europe, du monde et de la France ont trouvés en quelques jours des centaines de milliards d'euros ou de dollars pour « sauver les banques ». Pour les crève-la-faim, y a pas une thune, mais c'est un autre problème. Fallait sauver le système bancaire qu'ils disaient, sinon ce sont nos éconocroques qui seront menacées... Bon. Tout ça c'est compliqué alors, on a baissé la tronche et on a accepté non sans rouméguer les « plans d'austérité » indispensables pour « sauver les banques ». Autrement dit on a accepté que les ultra libéraux qui mènent la danse tapent largement dans nos poches pour renflouer les banques responsables de la fameuse « crise ». Donc les Etats ont empruntés...aux banques du pognon qu'elles refilent...aux banques. Elles s'encroument à mort, obérant ainsi l'intérêt général pour sauver des intérêts particuliers ! Et satisfaire ainsi aux diktats des « marchés » qui attaquent les Etats !

- Mais qui c'est ces putaing de « marchés » ? Des fonds de pension étazuniens, des fonds spéculatifs chinois ?

- Un peu, mais pour l'essentiel, la zone euro est attaquée non de l'extérieur mais de l'intérieur. Par ses propres banques, assurances, fonds de pension, gérants de patrimoine, établissements financiers divers qui gèrent l'épargne des particuliers (notre assurance-vie, par exemple, ou notre livret A), des entreprises et leurs propres fonds. Ce sont eux qui possèdent la très grande majorité de la dette européenne. Eux qui font grimper les taux d'intérêt, acculant certains pays de la zone à la faillite.

- Si je comprends bien Victor, ces arlésiennes prédatrices et nuisibles que l'on appelle « les marchés» qui déstabilisent la zone euro sont donc, pour l'essentiel, ses propres banques, pourtant sauvées par l'endettement des Etats, endettement auprès d'elles et qu'elles leur reprochent désormais ! Ce sont elles qui mettent en péril, au nom de la défense de l'épargne qu'elles collectent, l'économie de ces pays, voire la survie de la monnaie unique. Attends, c'est un calcul de boutiquier : si l'euro se casse la gueule et si les économies européennes plongent, qu'est-ce qui restera du pognon que ces putaings de banques sont censées protéger ? Que dalle... Plus con qu'un banquier, je ne vois que deux banquiers ! Pourtant l'Irlande... On nous a assez gonflés avec le « miracle économique » de ce petit pays, élève modèle de l'Europe... En dix ans, les Irlandais sont passés du statut de plus pauvre peuple de l'U.E à celui de deuxième plus riche...

- Mouais... Avec des méthodes de rufians. En tirant sur toutes les ficelles ultra libérales, en dérégulant tout. L'Irlande a reçu un fleuve de pognon venant de l'Europe (essentiellement des Allemands et des Français, premiers contributeurs), et elle a attiré des tas d'entreprises, de multinationales avec un dumping fiscal « attractifs » pour les entreprises voyous : 12,5% d'impôts sur les sociétés contre 33 1/3 % en France... Les banques irlandaises se sont gavées, ont perdu tout bon sens et ont accordé des crédits à qui voulait du pognon, d'où des programmes immobiliers pharaoniques et...vides ! La crise est passée, les banques se sont retrouvées avec des créances pourries, irrécupérables et ont appelés au secours...l'Etat ! Qui s'est endetté jusqu'au cou. Et qui maintenant est obligé de tendre la main à l'Europe tout en écrasant son peuple... C'est pourtant avec admiration que les responsables de l'Europe ultra libérale ont accueilli le nouveau plan d'austérité de l'Irlande : suppression de 25.000 emplois dans la fonction publique, réduction de 10% des dépenses sociales, réduction du salaire minimum : les sarko-trafiquants du Fouquet's, la commission européenne de Barosso et le FMI de DSK doivent être au bord de l'éjaculation ! Quant aux 85 milliards refilés à ces rufians, ils le sont sans la contrepartie que l'on était en droit d'attendre : le relèvement significatif de l'impôt sur les sociétés (12,5% en Irlande, 26% pour la moyenne européenne, 33,3% en France) ! Et, à Bruxelles, certains ne doutent pas que les mesures irlandaises deviennent l'exemple à suivre pour le reste de l'Europe.

- Attends. Il y a quand même un truc qui m'échappe : on a une monnaie commune, on a une banque centrale commune. Pourquoi cette banque centrale européenne ne soutient-elle pas les Etats en difficultés ponctuelles ? Avec des prêts à taux zéro assortis de contraintes fiscales précises et de remboursement à long terme ?

banqiers pourris Ylar.jpg- Trop simple, trop européens, trop fédéral Loulle ! La banque européenne, dans ses statuts, n'a pas le droit de prêter directement aux Etats. * Elle doit passer par les banques de ces Etats ! En gros, les gouvernements doivent emprunter aux banques privées à des taux allant de 4 à 9% (et bien plus pour la Grèce) quand ces mêmes banques pour nous prêter empruntent à la Banque centrale européenne à un taux de 1%, la différence c'est du bénèf pour les banques privées !

- ...taing ! Eh Victor, y aura-t-il assez de platanes pour pendre tous les banquiers ?

- Vincent Auriol disait avec son superbe accent rrrocailleux: « Les banques je les ferrrme, les banquiers je les enferrrrment... »

* Article 123
1. Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées "banques centrales nationales", d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l'Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite.

Pour les illustrations, merci à
Chimulus et à Ylar

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

29/11/2010

Faudra-t-il tondre Carla?

chimulus la libération en 2012.jpg
 
Tondre Carla? Pourquoi pas, elle resterait sexy je pense.
 Mais alors aussi Pénélope, NKM, La Bachelote, Lagarde, Morano, etc. 
et... Sinclair?

 

Merci à Chimulus 

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

26/11/2010

NOME. La loi scélérate qui va faire augmenter l’électricité de 25%...

electricite ampoule.jpg

 

« Le Parlement a définitivement adopté mercredi 24 novembre dans la soirée le projet de loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité (Nome) lors d'un dernier vote en seconde lecture à l'Assemblée nationale. »

Hénaurme ! Ça y est, ils l’ont votée les députés cette fumeuse loi NOME (Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité). Une véritable escroquerie dont la finalité est de faire augmenter les tarifs de l’électricité en contraignant EDF à vendre le quart de sa production d’électricité d’origine nucléaire à ses concurrents à prix coutant pour qu’ils puissent tailler des croupières à l’entreprise publique ! C’est comme si on obligeait un boulanger à vendre à prix coutant le quart de ses fournées à des grandes surfaces pour qu’elles puissent le concurrencer ! On marche sur la tête. Mais l’énormité de la connerie n’a pas effleuré les sarko-nuisibles de l’UMP. Ils ont voté comme un seul con cette loi scélérate (préconisée évidemment par la commission européenne du voyou ultra libéral Barosso).

Notre électricité nucléaire est la moins chère d’Europe. Eh ! Oh ! C’est nous qui nous farcissons ces dangereuses centrales, contre notre gré pour la majorité d’entre nous. C’est nous qui les avons payées ces usines merdiques. Avec nos impôts. Et puisque nous en subissons les conséquences, profitons au moins de ces tarifs plus avantageux qu’ailleurs.

Tè ! Fumes ! Et la « concurrence libre et non faussée » Coco, qu’est-ce que t’en fait ? Les appétits privés lorgnaient depuis longtemps sur la rente nucléaire que se sont constitués les Français depuis les années 1970. Ces opérateurs privés - qui se sont lancé sur le marché (Poweo, Direct Energie, GDF-Suez ) - n’arrivant pas à s’aligner sur les tarifs d’EDF, entreprise publique, propriété des Français, ils sont allés intriguer auprès de la Commission européenne pour imposer cette hénaurme saloperie au gouvernement français. Qui s’est couché vite fait.

Résultat ? Le prix de l’électricité va augmenter de 11,4% immédiatement après la promulgation de cette loi, puis de 3,5% chaque année jusqu’à 25%. 5% de plus que ce que demandait Gardonneix l’an dernier, ce qui lui avait valu de se faire virer.

Vous l’avez voulu, vous les 53% d’électeurs qui vous êtes laissé enfumer par les boniments de Microlax 1er… Eh bien vous l’avez. Mais nous aussi nous l’avons. Et dans l’oigne sans vaseline…

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

25/11/2010

Haïti : les malheurs des bobos achadoptants…

enfants d'Haïti.jpg

 

Le matin, c’est France Inter qui me réveille à 7 heures. Eh oui ! L’habitude malgré Val et Hees. Mais quoi écouter d’autre ? Journée spéciale en direct d’Haïti qu’ils nous préviennent. Et voilà donc que la baveuse de service ouvre son journal non pas sur les milliers de morts du choléra, non pas sur la « disparition » (pas pour tous !) des milliards donnés par la « communauté internationale », non pas sur les pelleteuses qui ne sont pas là pour déblayer la ville, non pas sur l’avidité et la cupidité sans limite des « élites » qui briguent la présidence de ce pays délabré, non, elle ouvre sur…la détresse et le malheur des couples français en mal d’enfants qui se pressent pour achadopter un petit Haïtien ! Pauvres malheureux de bobos et bobosses aux ventres stériles qui voient quelque peu retarder leur volonté de profiter de ces jolis petites têtes brunes et crépues… Tiens, je vous mets un poème de combat datant du tremblement de terre mais toujours d’actualité :

 

 

A vendre

 

 

« Regardez s’ils sont beaux mes enfants d’Haïti !

Vaccinés, tatoués, ils sont sains et gentils,

Même pas le sida, même pas la vérole

Elevés sous la mère, de la bonne bestiole !

Je vous les vends au poids ou bien à l’unité

C’est vous qui choisissez, je ne suis pas buté.

Les bébés sont plus chers, les ados sont en solde,

S’ils n’ont pas de dossiers, je vous les passe en fraude

Car de toute façon, c’est exact, je l’avoue

Ici c’est le foutoir, ils seront mieux chez vous »

Dans les boites à bruits, les étranges lucarnes

La mort ne fait plus vendre : c’est laid, ça pue la carne,

Faut se renouveler, susciter l’émotion,

Ce qui se vend, Kiki, c’est les trucs d’adoption !

Regardez-les gueuler tous ces achadoptants !

Ils les veulent ces gosses ! Ils ont payé comptant !

Ils ont les couilles en deuil et les ovaires sèches

Mais en veulent pourtant de la bonne chair fraiche.

Sûr qu’ils vont les aimer ces jolies têtes brunes

Sûr qu’ils vont les sortir de leur triste infortune

Mais en les arrachant au trou du cataclysme

Est-ce pour ces enfants ? Ou bien par égoïsme ?

 

 

Et pourtant… Et pourtant, le sort de ces enfants,

Bien que déracinés, est plutôt triomphant

Lorsque l’on le compare à l’horreur intrinsèque

De ces enfants esclaves appelés « restaveks ».

Pauvres parmi les pauvres, vendus par leurs parents

A des un peu moins pauvres ou bien au plus offrant

Dès l’âge de quatre ans. Ils sont bêtes de somme,

Domestiques gratuits, objets de baisodrome,

Esclaves sexuels, tristes souffre-douleurs

D’une société insensible à leurs pleurs.

Mal nourris, maltraités, mal logés, mal aimés

Les « restavek » sont là pour se taire et trimer,

Toujours premiers levés, toujours derniers couchés…

Toujours frotter, laver, astiquer, éplucher…

Leurs mains en sont usées, élimées et meurtries…

Leurs épaules voûtées, leur pauvre peau flétrie…

Et dans leurs yeux baissés se cache la souffrance

Qui accable toujours les êtres sans défense.

S’ils peuvent échapper à leur « famille d’accueil »

Leur liberté gagnée reste du trompe-l’œil :

Ils seront « kokorats » (parasites en créole) ;

Mendiants, gosses de rue, les gangs sont leur école.

Alors la compassion, la générosité

Envers ce peuple ami que la calamité

Vient une fois de plus de jeter dans le deuil

Les quelques sous sortis de notre portefeuilles

Seront enfin utiles aux enfants d’Haïti

Lorsque ces « traditions » seront anéanties.

 

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

24/11/2010

Morts, drogues... La kalash ou le tarpé ? Et si on regardait les choses en face ?

 

kalashnikov logo.jpg

Encore une fois, Marseille est montré comme Chicago au joyeux temps de la prohibition. La ville où l’on défouraille comme l’on galèje. La ville où les différents se règlent à la kalash. Par ailleurs, cette ville est souvent citée comme un modèle d’intégration, de vie (presque) harmonieuse parmi une population traditionnellement cosmopolite. Paradoxe mais réalité.

Il n’empêche que les règlements de comptes se multiplient, voire se banalisent. Le moindre différent se règle au calibre et – escalade – à la kalashnikov. Les flics font ce qu’ils peuvent, c’est-à-dire pas grand-chose. Cette ambiance de far-west est sous tendue par deux choses : le chômage à haute dose qui sévit dans les quartiers dits sensibles de cette ville pauvre, avec pour conséquence la nécessité d’une économie parallèle, en l’occurrence le trafic de drogues, essentiellement de shit (cannabis).

Ce trafic est parfaitement organisé avec les gros bonnets (n’habitant pas sur place mais de luxueuses demeures au soleil), les pourvoyeurs qui remontent la drogue depuis le Maroc où elle est cultivée, soit en grosses bagnoles, soit planquée dans des cargaisons de poids lourds, les revendeurs (dealers) dans les citées, les « nourrices » qui logent les stocks, les guetteurs qui surveillent l’éventuelle venue des flics, les rabatteurs de clients. Tout ça croque plus ou moins selon la place dans la hiérarchie du trafic. Mais la dure loi de la concurrence « libre et non faussée » fait que les conflits de territoires, de parts de marchés sont nombreux. Et se règlent à la kalach…

Comment casser cette spirale de la mort ? Certainement pas avec des gesticulations policières. Les bataillons de CRS de Villeneuve près de Grenoble ou dans les quartiers nord de Marseille ne sont pas inutiles en ce sens qu’ils donnent un coup de pied dans la fourmilière et désorganisent momentanément les réseaux, mais ils ne règlent pas le problème de fond : misère due au manque de boulot et trafic. Le chômage étant ce qu’il est, le boulot n’arrivera pas dans les citées à coup de baguette magique, on n’est pas dans Harry Potter. Reste le trafic de drogue.

Daniel Vaillant a préconisé de réfléchir sur la légalisation du cannabis. Une position aussitôt vigoureusement combattue par L'UMP, qui par l'intermédiaire de son secrétaire national à la sécurité, Eric Ciotti, reste « fermement opposé à toute tentative de légalisation du cannabis ou des drogues dites douces qui conduisent inexorablement à l'usage de drogues de type cocaïne ou ecstasy ». Des conneries que réfutent ceux qui connaissent la question, le cannabis étant jugé moins dangereux que l’alcool et moins addictif que le tabac. En tout cas, Daniel Vaillant a eu le courage de faire bouger les lignes.

La France est le pays qui envoie le plus de gens en taule pour possession ou trafic de cannabis: 100.000 personnes emprisonnées en ce moment, parfois pour des quantités minimes. Et la France est le pays où on fume le plus. C'est bien la preuve que cette politique répressive ne mène nulle part, et au contraire permet le financement des réseaux mafieux, car plus c'est illégal, plus c'est rentable.

Le système de légalisation permettrait : - production en France ou en Europe via des filières contrôlées, - autoproduction pour ceux qui veulent pour leur conso perso, - vente dans des « coffees-shop » bien contrôlés ou dans les bureaux de tabacs, - interdiction évidente pour les mineurs.

Les résultats seraient : - remise des flics sur des taches utiles, - du boulot pour les agriculteurs notamment en zones de montagnes, - de l’activité pour les buralistes et les « coffees shop », - la fin des financement des réseaux maffieux, puisqu'ils n’auraient plus rien à y gagner, - une meilleure détection des personnes à la dérive par surconsommation, - une prévention plus aisée, notamment par la suppression de « l'attirance pour l'interdit » chez les ados, - des taxes pour la sécu, - une meilleure qualité, contrôlée, garantie pour les consommateurs, - et pourquoi pas, des « dealers » devenant chef d’entreprises et confrontés alors aux règles de concurrence !

Et donc beaucoup moins d’insécurité dans nos villes. Mais c’est peut-être là que le bat blesse : l’insécurité n’est-elle pas le cheval de bataille numéro 1 de Sarko ?

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

23/11/2010

Au bistro de la toile : l’Irlande au Guiness des records du truandage !

chimulus bistro copie.jpg

- Putaing Victor, je lis dans le canard qu’on va refiler 90 milliards d’euros à l’Irlande. C’est pas le pays du rufian O’Leary, le patron voyou de Ryanair ? C’est pas ce pays qui a rejeté l’Europe en son temps ? C’est pas ce modèle tant vanté par le FMI pendant 15 ans ? Pas de charges sociales, pas de syndicats, pas de cocos ni de Mélanchon, pas de CGT, pas de fiscalité ou si peu, aucuns freins, aucune régulation. Bref, de quoi faire éjaculer les ultra libéraux à la Sarko ou Barrosso ! Et c’est ce « paradis » qui se roule dans la merde et pour lequel il va falloir encore sortir du pognon ?

 

- C’est bien ça Loulle ! Et les Irlandais – je parle du peuple, de ceux qui marnent et qui se trouvent dans la merde – la trouve saumâtre ! Ce sauvetage est perçu comme une «reddition»,

«une capitulation sans précédent», « une ignominie», «une reddition éhontée». En plus – honte suprême ! – les Anglais (l’ennemi intime, le colonisateur honni) vont leur « prêter » aussi du pognon ! Ça, ils ne le digèrent pas les rouquemoutes ! Car la pilule va être amère, et toujours au détriment de la même classe de population : réduction drastique du nombre de fonctionnaires, réduction des alloc familiales, réduction des allocs chômage, encore pire, réduction du salaire minimum ! Faut dire qu’ils sont mal barrés les trèfles. Le produit intérieur brut (PIB) du défunt « tigre celtique » s'est effondré de 7% en 2009, le chômage touche 14% de la population et ce n’est pas fini. Terre d'immigration massive il y a quelques années, l'Irlande a vu 34.500 personnes se barrer entre avril 2009 et avril 2010. Le bateau coule, les rats quittent le bord…

 

- Mais comment ils en sont arrivés là ?

 

- Il suffit de regarder le paysage pour comprendre : partout il y a des quartiers entiers de bâtiments neufs, ou pas finis, mais vides d’habitants. C’est la même escroquerie que chez les Zatazuniens, les fameuses « subprimes ». Les banques, totalement dérégulées, ont accordées sans rien vérifier, des prêts à tout va. Aux particuliers mais surtout à des promoteurs immobiliers véreux…

 

- …pléonasme, Victor, pléonasme. Continue.

 

- Il y a là-bas des programmes immobiliers gigantesques. Mais ni payés ni habités… des ghost estates comme ils disent, des quartiers fantômes. Les banques se sont retrouvées à la rue. Pour leur éviter la faillite, l’Etat irlandais les a nationalisées, en s’endettant monstrueusement ! Le déficit du pays atteint 32% du PIB… Fin septembre, il a encore foutu 45 milliards dans ce gouffre. Et c’est maintenant l’Etat qui est au bord de la faillite. Les banquiers maquereaux ont ainsi réussi à faire payer par les clampins, irlandais d’abord, puis européens maintenant, leurs saloperies, leur incompétence, leur malveillance.

 

- Mais qu’est-ce qu’on en a à foutre nous Victor ? Pourquoi faut-il cracher au bassinet pour renflouer ces rufians ?

 

- L’euro Loulle. L’euro. C’est comme dans une famille : s’il y en un qui est à la paillole, les autres l’aident. Normal non ? Sinon c’est la notoriété de toute la famille qui risque d’en pâtir. C’est pas les Irlandais qu’on va secourir, ce sont les banques d’Irlande ! La crise irlandaise est essentiellement une crise de son secteur bancaire. De quoi avoir les boules… Ce qu’il faut savoir aussi, c’est que les deux tiers de la dette irlandaise sont détenus par des banques non-résidentes, pour l'essentiel allemandes et britanniques. Lesquelles craignent d'être mises en difficulté si l'Irlande se casse la gueule. Elles militent donc en faveur d'une intervention du Fonds européen de stabilisation financière (FESF), doté de 450 milliards d'euros, en guise d'assurance. C’est donc une affaire entre banques de l’Europe du nord, et c’est toute la zone euro qui va casquer pour ces cons ! Ce qu’il faut imposer aux Irlandais, en échange de ce sauvetage, c’est de modifier son système fiscal (pratiquement pas d’impôts sur les sociétés). L’Irlande est le pays pirate de l’Europe : elle pompe des quantités astronomiques de subventions et pratique un dumping fiscal pour attirer les entreprises.

 

- Tè ! Je vous paie une Guiness !

 

- Merci Loulle, mais je préfère rester au rouge !

 

 

 

Merci à Chimulus pour l'illustration

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

 

 

22/11/2010

Du nouveau chez le drag-queen Benedictus 13 & 3

chimulus pape préservatif.jpg

Ben, tu vois Paulo quand tu veux tu peux !

Vaut mieux être libertin qu'assassin non ?

 

Merci à Chimulus

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !