Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/03/2010

C'est le PRINTEMPS! Enfin.


 

reiser votez printemps.jpg

Coquin de printemps !


Enfin ce coquin de printemps

Nous a ramené le beau temps

L'soleil réchauff' les libidos

Tout l'monde fait la bête à deux dos

Et les matous durs de la pine

Coursent la chatte à ma voisine.


Au bord du Rhône et dans les zup

Le mistral soulève les jupes

Tous les mecs à l'œil égrillard

Tapent des jetons, ces vieux paillards !

Et les matous durs de la pine

Coursent la chatte à ma voisine.


Dans son bureau j'ai vu le maire

Qui embourbait sa secrétaire

Derrière une pile de dossiers

Il lui travaillait le fessier

Et les matous durs de la pine

Coursent la chatte à ma voisine.


Mêm' les flics entrent dans la danse

Ils en oublient les contredanses

Et préfèrent se l'astiquer

Devant les belles à croquer

Et les matous durs de la pine

Coursent la chatte à ma voisine.


A la première communion

Le curé sort son goupillon

Qu'il met dans la main de ma sœur

Pour bénir les enfants de chœur

Et les matous durs de la pine

Coursent la chatte à ma voisine.


Cré nom de dioù, j'laisse ma plume

Mon frère d'en bas prend du volume

Je vais sauter sur ma Lionne

Car pour le cul c'est la championne

Et les matous durs de la pine

Coursent la chatte à ma voisine.



reiser soleil.jpg

 


*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

VOTEZ !


19/03/2010

Journée du sommeil. Une variante provençale de la sieste : le Pénéqué.

 

 

 

sieste van gogh.jpg

 

 

 

Pénéqué...


Rien que le mot, en étirant la bouche sur une voyelle modulée, appelle le bâillement jouissif. Pas le vulgaire bâillement de fatigue, mais l'opulente ouverture de bouche travaillée qui gonfle la gorge et baigne délicatement les yeux de petites larmes de bonheur.


Regardez-le, l'athlète du hamac, le champion du carré d'herbe sous le ciel bleu, le gymnaste du fauteuil, bref, l'adepte du Pénéqué ! Après un dernier ballon de rouge ou de rosé bien frais venant parfaire la volupté gastronomique d'un grand aïoli ou autre repas fortement aillé, son abdominal tressaute délicatement tandis qu'il s'étire voluptueusement puis que ses muscles se relâchent comme ceux des félins. Il émet, avec une discrétion de bon aloi, un dégazage buccal qui le fait baigner dans une aura odorante assurant sa tranquillité en éloignant les mouches et les fâcheux. Sa nuque s'alourdit et bascule vers l'arrière. Sa mâchoire pointe vers le bas, arrondissant sa bouche en cul de poule. Ses paupières s'alourdissent et se ferment, ses moustaches tressaillent et ses narines palpent l'air par petits coups savants. Comme l'avare touche son portefeuille dans sa veste pour se rassurer, sa main palpe précautionneusement, à l'entresol, ce qu'il a de plus précieux. Dès lors, apaisé, il est sur la rampe de lancement, prêt pour le grand départ vers le Pénéqué !


Le signal de l'embarquement pour Cythère est donné par quelques petits grognements de plaisir, préludes à un ronflement soyeux, raffiné comme les basses à l'orgue d'une fugue de Bach. Ça y est, l'esprit du bienheureux  a pris son essor. Il est seul même au milieu d'une foule, même au milieu du bruit et de l'agitation. Il vole. Non. Pas comme un banquier, comme un oiseau ! Il fend l'azur de son corps gracieux, taquine la mouette mutine, rivalise de prouesses avec l'hirondelle, règne comme l'aigle sur le pauvre monde des rampants.


sieste.jpgHeu-reux ! Il est heu-reux !


Puis son esprit atteint les rivages de Cythère et il sacrifie avec volupté au culte de la belle Aphrodite. Les expressions changeantes de son visage, aux tons rehaussés de la pourpre cardinalice, reflètent parfaitement l'état de béatitude de son esprit. Il entame alors les rêves roses les plus fous, les plus somptueux. Il partage avec les dieux un repas d'amour. Ceux-ci sont évidemment des dieux aimables, et surtout les déesses plantureuses, souriantes, accueillantes, largement dénudées, fleurant bon l'huile d'olive et le patchouli du panthéon grec. Et notre adepte du Pénéqué  passe des bras voluptueux d'Aphrodite à ceux Junon, de Déméter à Koré, d'Athéna à Circé, de Diane à Pénélope et même, pourquoi pas, d'Adonis à Apollon.


Puis, observez-le, il se réveille doucement avec un long grognement de jouissance. Il s'étire, vérifie les proportions avantageuses de son antenne à bonheur, se lève et... va boire le café !


Dix minutes de Pénéqué : une éternité de bonheur renouvelé.

 

Dentelle.jpg

 

 

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

 

Ô sole mio !

solaire ysope.jpg

 

 

« Allo, bonjour, je m'appelle Jennifer, de la société Solarnak. Nous sommes actuellement sur votre secteur et nous aimerions vous rencontrer pour vous faire profiter du formidable profit généré par une installation photovoltaïque... »

Des coups de fil comme ça, j'en reçois au bas mot trois par jour, généralement à l'heure où je tutoie affectueusement les pieds-paquets, le ragoût de sanglier, le pavé de saumon au sel où les lazagnes al forno, accompagnés d'un Lirac, d'un Cahors ou d'un Bourgueil. La Jennifer qui me cause dans l'oreille a généralement un délicieux accent marocain, malgache, voire pondichérien. Alors, pour ne pas être désagréable eu égard aux conditions de travail de ces gentilles filles, je leur réponds que...je suis déjà équipé ! Elles me lâchent alors immédiatement la grappe.

Il règne actuellement sur ce marché nouveau une véritable foire d'empoigne où les chiapacans sans vergogne côtoient les entreprises sérieuses. Les promesses sont mirifiques : une rente annuelle promise de 1.200 jusqu'à 2.000 euros pour une villa ! « Eh ! Berthe, t'entends ce qu'elle dit la dame ? Ça mettrait du beurre dans les épinards ! »

Ce qu'elle oublie de dire la dame, où alors très vite et à voix basse, c'est que cette rente annuelle commencera...après douze ans ! Et encore selon la localisation géographique et les performances du matos. L'installation a une durée de vie d'environ vingt-cinq ans. A voir !!!??? Les aides régionales et gouvernementales (un crédit d'impôt couvrant la moitié des coûts de l'équipement et plafonné à 8.000 euros pour une personne et à 16.000 euros pour un couple) et les conditions avantageuses de rachat de l'électricité par EDF (58 centimes le kilowattheure pour des panneaux intégrés dans la toiture mais pourvou qué ça douro...) permettent de rembourser l'investissement après une douzaine d'années d'exploitation en moyenne. Ensuite, c'est tout bénéfice pour le particulier, qui peut alors compter sur une rente intéressante. Douze ans de patience, donc, quand tout va bien. Et à condition de ne pas s'être précipité tête baissée dans le dispositif. Le photovoltaïque, c'est très bien, mais pas avant d'avoir procédé à des aménagements prioritaires - et également subventionnés -, comme l'isolation de sa maison, le changement de fenêtres, ou l'achat d'une nouvelle chaudière moins énergivore.

Et puis, dans douze ans, on sera où ? Quelles seront alors les conditions de rachat de l'électricité produite ? A quel tarif ? Quelle sera alors le degré de performance de l'installation ? Comment aura-t-elle vieillie ? Combien aura-t-elle coûtée à l'entretien ? Ne sera-t-elle pas complètement obsolète eu égard aux progrès qui seront immanquablement advenus ?

Alors, meffi ! Les charlatans rodent sur ce fromage !


Voir :

www.ademe.fr/particuliers/PIE/InfoEnergie.html...

Merci à Ysope


*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

18/03/2010

Merde, c'était pour de rire...

 

chimulus jeu de la mort.jpg

 

 

Merci à Chimulus

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

17/03/2010

Au Bistro de la Toile : Retraites de clochard et retraites de nabab…

 

barroso.jpg

- 0,9% ! Eh ! Les retirés du monde actif, ceux qui ont trimé dans les usines, dans les champs, dans les bureaux, les services de not’bon maître vous allouent cette année 0,9% d’augmentation sur votre retraite Cram et un peu moins pour la complémentaire ! Putaing ! Le pactole ! Pour une pension de 750 euros (Eh oui. C’est ce que touche l’essentiel des retraités), ça fera donc une augmentation de ­6,75 euros ! La bringue les mecs ! Le Petrus, le Chateauneuf-du-Pape, les gueuletons chez Pic et Bocuse, l’hiver aux Seychelles, les belles putes parfumées qui pètent dans la soie ! Allez la maman, c’est la grande vie ! Ollé !

 

- Eh ! T’affole pas Kiki. Si vraiment tu veux gagner du pognon sans rien foutre à ta retraite, faut choisir l’écurie où t’auras la meilleure mangeoire. Personnel roulant à la SNCF ? Petit bras, broutilles…Député ? Pas mal… Mais il y a mieux, bien mieux, considérablement mieux !

 

- C’est quoi Victor ? C’est quoi ?

 

- Ben, si vous payez la tournée, je vous le dis…

 

- Allez, zoù ! C’est la mienne. Alors accouche Victor.

 

- Ce matin, en flattant les bons endroits de ma compagne, la boite à bruit qui se met en route seule a parlé des retraites des fonctionnaires européens. Alors j’ai cherché sur la Toile. Et putaing ! Ça décoiffe ! Le pactole, les aminches, c’est de devenir fonctionnaire européen. Si possible haut fonctionnaire ! D’abord quelques exemples : Giovanni Buttarelli, qui occupe le poste de « contrôleur adjoint de la protection des données », aura acquis après seulement 1 an et 11 mois de service (en novembre 2010), une retraite de 1.515 € par mois. L’équivalent de ce que touche, en moyenne, un salarié français du secteur privé après une carrière complète (40 ans). Son collègue, Peter Hustinx, vient de voir son contrat de cinq ans renouvelé. Après 10 années, il aura droit à près de 9.000 € de retraite par mois. Beaucoup d’autres technocrates profitent d’un tel privilège : Roger Grass, greffier à la Cour de justice européenne, va toucher 12.500 € de retraite par mois ; Pernilla Lindh, juge au Tribunal de première instance, 12.900 € par mois ; Damaso Ruiz-Jarabo Colomer, avocat général, 14.000 € par mois. Etc.

 

- Putaing ! Ils embauchent ?

 

- Les places sont chères. Faut être pote avec le Barosso et sa cour… À l’origine, ces retraites de nababs étaient réservées aux membres de la Commission européenne puis, au fil des années, elles ont également été accordées à d’autres fonctionnaires. Maintenant, ils sont nombreux à en profiter : juges, magistrats, greffiers, contrôleurs, médiateurs, etc. Pour ces fonctionnaires, c’est le jackpot. En poste depuis le milieu des années 1990, ils sont assurés de valider une carrière complète et, donc, d’obtenir le maximum : 70 % du dernier salaire. Non seulement leurs pensions crèvent les plafonds mais il leur suffit de 15 années et demie pour valider une carrière complète alors que pour vous, comme pour moi, il faut se tuer à la tâche pendant 40 ans et, bientôt, 41 ans. Mais le pire, dans cette affaire, c’est qu’ils ne cotisent même pas pour leur super retraite. Pas un centime d’euro, tout est à la charge du contribuable.


- Et ce sont ceux-là qui nous donnent des leçons, qui jouent les « gendarmes de Bruxelles » au moindre petit écart alors qu’ils se gavent en bâfrant sans vergogne dans le fromage européen… Si c’est pas de la provoc, je ne m’y connais pas. Moi, qui suis un Européen convaincu, j’ai les aliboffis au bord de l’explosion devant ce qu’ont fait de la grande idée européenne de Monnet et Schuman les chiapacans ultralibéraux qui l’ont confisquée à leur profit.


- Quoi faire ?

 

- Il faut gueuler, écrire à son député européen et demander des comptes. Tè ! Dès ce jour je vais écrire à José Bové.

 

Sources : http://www.lepoint2.com/sons/pdf/Etude-Hauts-Fonctionnair...

 

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

M'ame Michu et M'ame Chazotte : Les infirmières et les actionnaires.

 

vamps.jpg

 

 

 

-         Ben alors M'ame Michu, vous voilà bien printanière. V'z'avez hérité d'un chapeau de la reine d'Angleterre ou quoi ?

-         Il est beau mon chapeau, eh !

-         Ah ! Oui. Mais la voilette devant, c'est une burqua ou un masque anti-grippe H1N1 ?

-         Oh ! Parlez-moi z'en pas de cette grippe. Parait que M'ame Pichepois l'a attrapé...

-         Ah ! Ben, ce virus, il n'vaut pas grand-chose, parce que la mère Pichepois, elle est toujours là.

-         Elle a dû être vacciné selon les consignes de M'ame Roseline la ministre qui rit.

-         Alors elle a participé aux fabuleux bénefs de Sanofi-Aventis. Plus de huit milliards d'euros. Dont un qui provient du vaccin à Roseline... Ce qui n'empêche pas ces gougnafiers de lourder 3.000 employés ! Le succès de la campagne de vaccination contre la grippe A fut un vrai succès! 6 millions de français vaccinés (dont nombre d'enfants ne l'ayant pas décidé), pour plus de 90 millions de vaccins commandés, sachant que nous sommes en France environ 65 millions, cherchez l'erreur. Les labos se sont gavés, comme d'ailleurs les fabricants de masques et autres solutions hydro-alcooliques ! Cette connerie a coûté à la Sécu deux fois plus que tous les déficits cumulés des hôpitaux de France ! C'est vrai que la sinistre de la santé a dit que l'hôpital public devait être rentable... Son rêve - celui de Sarko, donc du Medef bien sûr - c'est que si vous êtes malade, on vous demande votre carte bleue plutôt que votre carte vitale. A l'américaine.

-         Pourtant, M'ame Pichepois, elle a dit que les infirmières qui l'ont vaccinée étaient toutes bien dévouées et bien gentilles.

-         Ah oui ! Celles-là, la Roseline les a bien faites cocus ! Ça fait deux mois que la « pandémie » est finie et tous les médecins, infirmiers, infirmières et auxiliaires de santé qui ont été réquisitionnés n'ont pas encore été payés de leur travail. On les a réquisitionnés, on les a fait bosser comme des dingues, semaine et dimanche et pour le remerciement, on ne les paie pas ! On paie avec l'argent public les lobbies pharmaceutiques quand les infirmières réquisitionnées travaillent gratos... Ces multinationales se goinfrent en verrouillant leurs milliards à coups de brevets et de connivences avec les médias, les financiers et les politiques.

-         Ben oui mais, c'est grâce à ces laboratoires que le vaccin contre de H1N1 a été trouvé, et que les Français ont été sauvés...

-         Ben voyons ! Cette grippe est un énorme canular monté par les mafias du médicament avec la complicité de l'O.M.S. (Organisation Mondiale de la Santé) et des gouvernements nationaux. La vrai pandémie, la dangereuse, celle qui tuera des milliards de personnes, ce sera celle du H5N1...

-         Vous voulez dire que ces entreprises se sont fait des milliards de bénéfices en jouant sur la peur d'une maladie qui n'existait pas ?

-         Vous avez tout compris M'ame Michu. Encaisser autant de milliards sur les maladies que l'on pourrait avoir est une bonne opération financière et qui ne comporte aucun risque puisqu'il suffit de claironner que grâce à une vaccination de masse, le risque a été contenu. Le problème est que ces masses financières dilapidées (pas pour tout le monde, comme toujours) privent des secteurs dont les maladies sont bien réelles.

-         Ben ça alors... Ben ça alors...

Raison de plus d'aller voter dimanche pour lourder tous les sarko-trafiquants qui pourrissent le pays !


Sources :

http://www.marianne2.fr

Le Midi Libre

http://www.lexpansion.com/economie/actualite-entreprise/malgre-ses-8-milliards-de-profits-sanofi-licencie_226112.html


*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


16/03/2010

Au Bistro de la Toile : 53% d’abstentionnistes !

- Allez Loulle, tournée générale !


- Qu’est-ce qu’on arrose Victor, la victoire des joueurs de boules et des pêcheurs à la ligne ? Parce que les abstentionnistes représentent le premier parti de France… Largement majoritaire avec 53% ! Et qu’est-ce que tu dis de ça ?


- Je dis que les abstentionnistes sont des cons ! Il y avait de dix à douze listes, allant de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, en passant par les deux partis « de gouvernement » et le centre. Et ils n’en ont pas trouvé une qui s’approchait de leur sensibilité ? C’est trop facile de cracher sur la politique vautré devant sa télé en picolant de la bière. C’est plus difficile de s’engager, de coller des affiches, de distribuer des tracts à des gens qui s’en branlent. S’ils ne sont pas comptant, qu’ils se bougent le cul, qu’ils aillent au charbon ! C’est avec leur complicité que les sarko-trafiquants sont encore au pouvoir…


- Si le vote blanc existait, il y aurait moins d’abstentionnistes car ils pourraient exprimer leur rejet des gens en place, de tous les gens en place avec leur bulletin…


- Ah ! Voilà la tarte à la crème du vote blanc comme moyen d’expression! C’est surtout l’expression d’une incapacité de se décider, de choisir. Et puis comment le prendre en compte ce vote blanc ? Refaire un tour de scrutin quand le quorum incluant les votes blancs ne serait pas atteint ? Ça rajouterait un tour de scrutin. Attribuer un nombre de sièges vides correspondant au pourcentage de votes blancs ? Cela ne changerait rien à la direction de la région : avoir 30 élus sur 50 ou 20 sur 30 ne changerait rien : la majorité resterait la même. Mais cela empêcherait encore plus les petites listes d’avoir une représentation, donc renforcerait les grandes listes…


- Le système de d’imbrication de la politique et des médias renforce la tentation de l’abstention et même produit de l’abstention. Le FN et Jean-Marie Le Pen ont longtemps constitué le principal pôle de mobilisation électorale dans ce pays. Pôle attractif, pour ceux qui trouvaient dans ce vote, notamment dans les milieux populaires, un moyen de se réaffirmer face à des choix imposés – sur l’immigration, l’économie, l’Europe. Pôle répulsif, pour beaucoup, au nom des droits de l’Homme et de l’antiracisme. En 2002, c’est la peur du borgne qui a emmené tant d’électeurs aux urnes. Mais depuis l’OPA de Sarko sur le FN, le danger semblait écarté, d’où la démobilisation. Mais les réveils sont difficiles !


- Il faut dire aussi que si les Français se foutent de la politique c’est parce que les politiques professionnels se désintéressent d’eux. Ce n’est pas la dépolitisation des Français qui menace notre démocratie, c’est le repli du système politico-médiatique sur son nombril, sa course aux postes, ses compétitions internes. La politique, c’est une vocation altruiste, quasiment un sacerdoce, en aucun cas une profession ! Tant que ce système fabriquera des mandarins bouffis d’orgueil rompus à toutes les magouilles pour garder leur part de fromage, rien de changera et le parti des pêcheurs à la ligne aura de beaux jours devant lui… La solution – qu’aucun parti au pouvoir n’a mis en œuvre – c’est le strict et drastique refus du cumul des mandats. Au mieux deux mandats et au plus deux mandatures. Et le renouvellement se fera naturellement.


- Bien dit Victor. Alors buvons la tournée que tu nous a promis.



*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

15/03/2010

Abstention, piège à cons...

 

 

chimulus expulsions.jpg

 

 

Tu votes pas? Tu morfles et t'as rien à dire.

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Merci à Chimulus

 

14/03/2010

Eh ! Jean, t’aurais pu te retenir… Il va manquer une voix à la gauche. Et quelle voix !

 

 

 

Ferrat.jpg

 

De plaines en forêts de vallons en collines
Du printemps qui va naître à tes mortes saisons
De ce que j'ai vécu à ce que j'imagine
Je n'en finirais pas d'écrire ta chanson
Ma France

Au grand soleil d'été qui courbe la Provence
Des genêts de Bretagne aux bruyères d'Ardèche
Quelque chose dans l'air a cette transparence
Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche
Ma France

Cet air de liberté au-delà des frontières
Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige
Et dont vous usurpez aujourd'hui le prestige
Elle répond toujours du nom de Robespierre
Ma France

Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
Celle qui construisit de ses mains vos usines
Celle dont monsieur Thiers a dit qu'on la fusille
Ma France

Picasso tient le monde au bout de sa palette
Des lèvres d'Éluard s'envolent des colombes
Ils n'en finissent pas tes artistes prophètes
De dire qu'il est temps que le malheur succombe
Ma France

Leurs voix se multiplient à n'en plus faire qu'une
Celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs
En remplissant l'histoire et ses fosses communes
Que je chante à jamais celle des travailleurs
Ma France

Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
Pour la lutte obstinée de ce temps quotidien
Du journal que l'on vend le matin d'un dimanche
A l'affiche qu'on colle au mur du lendemain
Ma France

Qu'elle monte des mines descende des collines
Celle qui chante en moi la belle la rebelle
Elle tient l'avenir, serré dans ses mains fines
Celle de trente-six à soixante-huit chandelles
Ma France

 

Paroles et musique : Jean Ferrat 1969

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

et ALLEZ VOTER !

 

13/03/2010

Pourquoi il FAUT ALLER VOTER dimanche !

Un Français sur deux pourrait ne pas se rendre aux urnes ce dimanche, mieux vaut se souvenir que la démocratie est un bien précieux et qu’il se conserve par le vote. Le bulletin de vote, ce n’est pas un bout de papier. C’est une arme, la seule vraie arme du citoyen. C’est aussi un joyau précieux acquis de haute lutte par les combats de nos ancêtres. Alors s’en torcher le cul c’est faire offense à ces glorieux utopistes victorieux.

 

La campagne – quelle campagne ?! – a tourné autour de conneries (Frèche, Longuet et autres). Pourtant l’enjeu régional mérite qu’on s’y arrête. Même si leurs budgets sont limités et leurs pouvoirs contenus, les régions ont su trouver leur espace. Qui peut soutenir que des choix en matière de transports, d’éducation, de développement économique et donc l’emploi sont négligeables ?

 

Il faut aller voter parce qu'il y a des gens qui se sont battus pour avoir le droit de vote. Parce qu'il y a des pays où on ne peut pas voter. Parce que ça ne sert à rien de critiquer les décisions de nos gouvernants alors qu'on ne prend pas la décision d'aller voter. Ne pas voter, c’est se tirer une balle dans le pied. Les cyniques qui se gargarisent en disant que le premier parti de France, c’est celui de l’abstention se privent du seul moyen qu’on ait de peser sur notre avenir. Il ne faut pas se laisser enfumer le terrier par ces médias à la solde de la droite, qui nous bourrent le mou, pour nous dégoûter d’aller voter.

 

S’abstenir, c’est favoriser Sarko.

 

S’abstenir, c’est laisser les mains libres à tous les sarko-trafiquants qui pillent le pays et dépouillent les Français.

 

Faut savoir ce qu’on veut… Et assumer ses choix.


*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

Il a raison Sarko, ça commence à bien faire !

lafrancedaprés.jpg



« Et bien moi je vous l’dit : ça commence à bien faire »

Qu’il a dit le Sarko aux damnés de la terre.

Lui, le sauveur du monde, roi de l’écologie

Ses accords de Grenelle lui causent, une allergie !

Ses discours sont bidon, au gré des circonstances,

Il ment comme il respire, son culot est immense.

« Les emplois, j’irai les chercher avec les dent »

Qu’il retourne en Hongrie se faire des implants…

« Il faut travailler plus si l’on veut gagner plus ! »

Résultat trois cent vingt mille chômeurs en plus…

« On passera, s’il faut, les racailles au karcher »

Les voyous, les dileurs font de la surenchère,

Les pompiers, les toubibs, les flics sont caillassés

L’insécurité gagne, les vieux sont angoissés…

« J’ai signé, en deux ans, bien plus de grands contrats

Que la France en dix ans ! » Seulement, patatras,

Les Rafales, les centrales lui restent sur le dos

Kadhafi lui dit « zob ! » Lula : « pas d’escudos !».

« Les paradis fiscaux, maintenant c’est fini ! »

Monaco, Luxembourg, la Suisse, la City

Engrangent comme d’hab’ les masses de pognon

Des financiers véreux, des patrons maquignons…

« Mon soucis avant tout : votre pouvoir d’achat ! »

Ses amis du Fouquet’s ont des vies de pachas

Mais retraités, prolos, chômeurs font les poubelles

Pour bouffer de la merde, puis le soir se les gèlent…

Il est temps de stopper ce mégalo dément

Et sa clique nuisible de sarkotrafiquants,

Des électeurs naïfs, trompés par ses bobards,

L’ont placé à la tête, lui et tous ses connards,

D’une France qu’ils trompent, qu’ils méprisent et pillent…

Réveillons-nous ! Finie la France qui roupille !

Un bulletin de vote a fait sa fausse gloire,

Qu’un autre le renvoie aux poubelles de l’Histoire.


*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

11/03/2010

AUX URNES CITOYENS ! Virons les sarko-trafiquants !


 

kasstoipovconvx0.jpg

Après avoir dit longtemps le contraire, le Danube de la Pensée de Neuilly proclame que « à élection régionale, importance régionale, à élection nationale, importance nationale » ou un truc comme ça. Il n’en demeure pas moins qu’elle a une dimension politique considérable :

 

- Si la clique Sarko-Fillon - prend une solide branlée, le futur candidat Sarko devra – un peu – tenir compte du verdict des urnes.

 

- S’ils limitent la casse, ils continueront !

 

Ils continueront quoi ? « Accélérer les réformes », proclame Fillon.

 

Mais quelles réformes ?

 

Celles qui ont donné 30 milliards d’euros de cadeaux aux contribuables les plus riches.

Celles qui ont gavé les gargotiers.

Celles qui ont coupé les subventions aux associations et laisser flamber les prix des biens de première nécessité.

Celle qui casse le système social français.

Celles qui réduisent en miette le code du travail.

Celles qui vont foutre en l’air la Justice pour la mettre dans la main du pouvoir exécutif.

Celles qui vont jeter les retraités dans la misère.

Etc.

 

Ils vont continuer la thatchérisation accélérée du quinquennat, la casse du droit social, la casse du droit pénal.

Ils vont continuer à fouler aux pieds le pacte républicain, à contester la laïcité, à défendre les sectes, à rogner la séparation des pouvoirs, à nier l’autorité du Conseil constitutionnel.

 

Ils vont continuer à traiter les journalistes de charognards, l’opposition d’assassins antidémocratiques, les visiteurs d’un salon de « pauvre con ».

 

Ils vont continuer à bidouiller les chiffres du chômage,  à jouer de toutes les connivences avec les grands patrons de presse, à bloquer les petites retraites,  à mépriser les syndicats, à plier devant les corporatismes qui votent pour eux (taxis, médecins, pêcheurs, auto-école, marchands de tabacs, restaurateurs), à appliquer le programme du Medef…

 

liberteegalitevaselineld3.gifIls se retiennent en ce moment, mais, passées les régionales, s’ils sortent ric rac (c’est-à-dire s’ils gardent une ou deux régions, voire s’ils en gagnent une autre), ils vont se lâcher !

 

Ils vont nous imposer, malgré leurs dénégations, un plan de rigueur pas piqué des hannetons ! Ils changeront juste le nom. Pauvres, précaires, serrez vos miches, ça va faire mal, et sans vaseline ! Pire, ils vont envoyer encore plus de troufions français en Afghanistan ; ils vont soutenir les faucons étazuniens qui rêvent d’une guerre en Iran, etc.

 

Voilà ce que nous tenons entre nos mains avec le bulletin de vote de dimanche. Chacun de nous, à son modeste niveau, tient une infime – mais réelle – parcelle du pouvoir. Utilisons-le au mieux. Et n’écoutez pas les charlots qui disent « élections, piège à cons ». En Irak, on leur file des bombes à ceux qui vont voter.

 

 

Si ce que j’ai essayé de vous décrire plus haut vous agrée, alors, sans hésitation votez pour les candidats qui se prévalent – même en cachant leur drapeau – de l’ultra libéralisme sarkozien. C’est votre choix de société, assumez-le.

 

Par contre si ces perspectives vous révulsent, vous répugnent, vous font peur, alors votez sans états d’âme pour celui des candidats qui peut battre le sarkozien. Et s’il y a des triangulaires avec deux candidats de gauche, laissez vos préventions de clocher au vestiaire et votez pour celui qui est devant et donc peut battre le sarkozien ! En votant pour l’autre, vous donnez indirectement votre voix au sarkozien…

 

Amen ! Je vais boire un coup (de rouge !), je l’ai bien mérité !


 

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

10/03/2010

ALERTE MALBOUFFE ! ALERTE MALBOUFFE ! ALERTE MALBOUFFE !



insolite-072.jpg

 

C'est rond, c'est noir, c'est deux rondelles de biscuit bourré de sucre avec au milieu une vague pâte blanchâtre sans une goutte de lait, ça s'appelle Oseo et c'est fabriqué par le géant de l'agroalimentaire Kraft qui va tout faire pour vous en faire bouffer. Vous voulez savoir ce qu'il y a dedans ? Voilà la composition exacte : sucre-farine de blé-graisse végétale (antioxygène E 320)-cacao maigre en poudre (7%)-sirop de glucose et fructose-poudre à lever (carbonate acide de sodium-carbonate acide d'ammonium)-lactoserum en poudre-sel-pâte de
cacao-émulsifiant (lécithine de soja)-arôme.

Kraft Foods Inc., coté au New York Stock Exchange,  c'est  plus de 100.000 employés dans le monde et des centaines de marques dont beaucoup de françaises : Carte Noire, Jacques Vabre, Grand'Mère, Maxwell House,Velours Noir, Milka, Côte d'Or, Daim, Toblerone et Suchard et le système de boissons chaudes Tassimo. Kraft a racheté à Danone le groupe des biscuits LU et ses nombreuses marques, dont certaines font partie du patrimoine culturel bouffe de la France : Belin, Petit Beurre, Petit Brun Extra, Sablé des Flandres, Granola, Petits Cœurs, Pépito, Prince, Mikado, La Paille d'or, Thé, Cent Wafers, Tuc, Pim's, Pelletier, Vandame, Heudebert, Napolitain, Petit écolier, etc...

Et oui, tout ça c'est Kraft, n° 2 de l'agroalimentaire mondial derrière Nestlé.. Les marques du groupe Kraft Foods sont présentes dans plus de 150 pays dans le monde. Pour vous dire qu'ils ont les moyens de vous - nous - faire bouffer toutes les étranges choses qu'ils veulent. Pour attaquer le marché français les campagnes de publicité vont être massive et « musclées ». Ils vont distribuer gratos 400.000 échantillons dans les grandes villes de France, dixit le dossier de presse du biscuit Oreo. Le message qu'ils vont faire passer : un message simple : Oreo, c'est bon comme du bon lait. Ben voyons... Du lait, il n'y en a pas lerche dans la crème d'Oreo, il n'y a pas non plus beaucoup de cacao dans son « biscuit cacaoté », puisque la composition affiche un petit 7% (en fin de liste, après le sel, il y a aussi un soupçon de pâte de cacao...). Ce n'est pas bien grave, l'arôme, le sucre, le sirop de glucose-fructose et la graisse végétale (agrémentée de buthylhydroxyanisol, un antioxydant chargé de retarder le rancissement) sont là pour faire le boulot.

Kraft, ils s'en foutent des marques françaises qui combinent une composition nutritionnelle relativement simple et un prix au kilo décent : autour de 5 euros. Oreo, ce ne sera pas pareil : vendu entre 8 et 13 euros le kilo, selon les formats et les distributeurs. Putaing ! C'est pas dégueulasse pour un produit qui ne contient ni beurre, ni lait frais, ni œuf, ni fruit, ni crème !

« La marge ! Kiki... La marge ! C'est ça le principal ingrédient ! »


Sources : http://www.rue89.com/dessous-assiette/2010/02/08/biscuits...


*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

09/03/2010

Scrutin de tempête.

 

retraite de russie.jpg

 

Il neigeait. L’Uhèmepets tremblait dans sa liquette.

Pour la première fois Sarko baissait la tête.

Sombres jours ! le nabo reculait lentement

Laissant derrière lui un pays menaçant.

Il neigeait. Les coups durs tombaient en avalanches.

Après un coup de manche un autre coup de manche.

On ne connaissait plus les chefs ni le drapeau.

Hier l’Uhèmepets, et maintenant troupeau.

On ne distinguait plus les ailes ni le centre.

Il neigeait. Les féaux se déchiraient le ventre,

Certains osant penser autrement que le chef

S’exposaient aux tourments des chevaux qu’on achève.

On voyait la Pécresse avaler son chapeau

Et Lagarde ployait sous le poids des impôts

Que le Guide suprême supprimait pour les riches

Ne laissant aux prolos que navets et pois chiches.

Et Mandroux s’enfonçait, et Frèche ricanait,

Roumégas rouméguait, et Couderc déconnait

Et Fillon le priait de se bouger le fion,

Et Aubry se faisait marcher sur les arpions.

Il neigeait. Le Nabo dans des  discours vaseux

Lâchait les écolos pour lécher les bouseux

Qui faisaient à Chirac un triomphe de gloire

En rêvant d’en filer, au Sarko, plein la poire.

Alors les électeurs, sans égard pour le nain

Fulminant sa colère, distillant son venin,

Se rendirent aux urnes et firent le boulot

Préparant, dans deux ans, un cuisant Waterloo.

 

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

Femme, femmes, FEMMES !

 

portraits81femmes_m.jpg

 

Femme maîtresse

Ouverte, offerte sous les caresses

Femme mère

Créatrice de la vie sur terre

Femme putain

Désir de soie et de satin

Femme dirigeante

Intuitive et compétente

Femme politique

Courageuse et démocratique

Femme enfant

Que l’on protège et l’on défend

Femme salope

Qui fait jouir et rend myope

Femme avide

Calculatrice, sans cœur, cupide

Femme sorcière

Envoûtante, sournoise, incendiaire

Femme lesbienne

Délicate et altière clitoridienne

Femmes battues

Femmes vendues

Victime des stupides couillus

Femmes voilées

Femmes enfermées

Femmes niées

Femmes lapidées

Femmes brûlées

Femmes massacrées

Au nom d’un obscurantisme borné

Femme, femmes FEMMES !

Vous êtes des Humains pour le meilleur et pour le pire

Je vous respecte, je vous adore et je vous aime !

 

 

Femmes1.JPG

 

 

D’autres ne les adorent pas tant…

http://www.liberation.fr/societe/0101613632-hammam-au-bor...

 

http://www.lematindz.net/news/3005-katia-bengana-une-hero...

http://www.lematindz.net/news/3004-lettre-dun-pere-a-sa-f...

http://www.lematindz.net/news/3006-lettre-a-la-femme-alge...

 

...lucides:

http://www.bakchich.info/8-mars-on-se-brule-un-cierge,102...

http://www.lactualite.com/20090319_133358_10140

http://www.mohamed-sifaoui.com/

 

merci à 81 femmes autour du monde

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

08/03/2010

Au Bistro de la Toile : les paradoxes des paysans de France.

 

 

Machines_agricoles (1).jpg

- Microlax 1er, pour ne pas recevoir de tomates, est allé voir les paysans à l’aube, dès l’ouverture, avant l’arrivée des visiteurs. Les seuls qui étaient admis étaient comme d’hab’ dument choisis et encartés à l’UMP tandis que de pleins cars de bourres « sécurisaient » les abords. Pinocchio a raconté ses conneries devant un aréopage choisi d’adhérants FNSEA et de quelques journalistes « embedés »… Alors que la veille, le Chichi avait fait un vrai tabac !

- Ça, c’est un fait. Le Chichi bénéficie toujours d’une extraordinaire popularité… pourtant – objectivement - difficilement compréhensible. Avec sa manière finaude de les caresser dans le sens du poil de vache, le Chichi les a largement fait cocus ! L'ère Chirac a été une calamité pour l'agriculture qui ne fut que le débouché captif des Rhône-Poulenc, Bayer, Monsanto et autres chimistes. Pendant des années de pseudos techniciens et « conseillers » agricoles formatés ont battu la campagne pour vendre à des paysans des rendements mirifiques, confondant métiers de la terre et financiarisation. Ils les ont encroumés pour des décennies pour le plus grand profit du Crédit Agricole, maquereau de la profession. Depuis l’ère Chirac la FNSEA, syndicat ultra productiviste dans la main des industriels de l’agriculture, les vaches ne sont plus que des billets de banque, l'agriculture est devenue un business industriel. Toujours plus de machines, toujours plus d’engrais et de pesticides, toujours plus de gaspillage d’eau gratuite, toujours plus de pollution que les agricolos se refusent à assumer... Sous l’ère Chirac, des centaines de milliers d’emplois ont été détruits… L’ère Chirac a produit une recherche agronomique, des écoles d'ingénieurs, un enseignement agricole complètement formatés par le credo du marché et la religion scientiste du progrès par la technologie sans gardes fous, et non par une recherche de connaissance objective. Et pourtant les paysans regardent le Chichi comme leur dieu ! Ce sont ces bataillons de paysans qui ont toujours fait passer la droite. Ils ont toujours donné à la droite le bâton pour se faire battre !

- Il faut dire aussi que la gauche, lorsqu’elle a été au pouvoir, n’a pas fait mieux. Les paysans restent foncièrement conservateurs, pour ne pas dire réacs. L’esprit d’entraide qui les animait n’a pas résisté à la course à la puissance. Les gros ont bouffés les petits. Et ceux-là ont perdus leur âme et leur bon sens terrien. Il leur faut toujours plus de machinisme, toujours plus d’engrais, toujours plus de pesticides…et toujours plus de subventions ! Devenus industriels et hommes d’affaire, ils se sont éloignés de la terre… On comprend qu’ils voient arriver avec angoisse l’échéance de 2012 où la Politique Agricole Commune (55 milliards d’euros par an, dont la plus grosse partie pour la France !) va être chamboulée. Leur culte du Chichi tient aussi au fait que c’est lui qui a réussi à repousser cette échéance de plusieurs années…

- Plus dure sera la chute… Mais on ne peut pas les abandonner. Ils font partie de l’identité profonde de la France. Une France sans paysans n’est tout simplement pas envisageable. Pour cela, c’est à eux de mettre en place des filières rémunératrices pour eux et acceptables pour les consommateurs. Cela passe par un abandon progressif de l’agriculture productiviste, un retour vers une agriculture responsable en matière de traitements et de respect de l’environnement, un retour vers les ceintures vertes alimentant les villes, une taxation carbone élevée, au kilomètre pour les produits importés et surtout la mise en place, par les paysans eux-mêmes de filières de distribution concurrentielles réduisant la puissance de la grande distribution.

- On est d’accord pour une fois. Allez, trinquons pour que nos paysans retrouvent leurs valeurs. J’ai là un Lirac rouge de chez Assémat dont tu me dira des nouvelles !

 

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

06/03/2010

Chichi-le-King au salon de l’agriculture !

 

 

 

chirac vache par Mibé.jpg

- Je vous trouve bien guilleret ce matin Jacques ? Auriez-vous eu une petite érection matinale ? Je ne m’en suis point aperçu.

 

 

- C’est les vaches, maman ! C’est les vaches ! Je vais au Salon de l’agriculture aujourd’hui ! Vous le savez bien ! D’ailleurs préparez-moi mes bottes. Pour marcher dans la bouse, c’est l’idéal.  Ah ! Les vaches, maman ! Je vais pouvoir enfin tâter le cul des vaches ! Des belles croupes rondes, puissantes, souples sous la main, soyeuses et…très émouvantes. Sans vouloir vous offenser ma chère, ça va me changer de vos noix tristounettes de fin de série.

 

- Jacques, comment parlez-vous ! Vous n’êtes qu’un goujat, un vil cul-terreux, un homme du commun. Je retrouve bien là vos ascendances douteuses de radical-socialiste de province.

 

- Cause toujours la mère ! Ça m’en touche une sans faire bouger l’autre ! Ah ! Maman, t’énerve pas, ne me gâche pas la journée. Je vais m’empiffrer en bonne compagnie ! Du foie gras de Gascogne, des tripes normandes, du cassoulet bien gras et onctueux, et ces superbes et si subtils pieds et paquets à la marseillaise ! Huummm ! J’en salive d’avance ! Tout le monde me connaît, tout le monde m’attend ! Je n’ai que des amis la-bas moi ! Pas comme l’autre. Et ça va marcher au son du canon ! Au diable le régime ! Au diable les toubibs ! Huummm ! J’ai déjà en bouche le fumé subtil d’un haut-médoc, la fragrance d’un pommard, la puissance d’un Gigondas, la suavité d’un Sylvaner. Et puis une bonne bibine pour faire passer le tout !

 

- Et votre cholestérol Jacques ? Qu’en faites-vous ?

 

- Cholestérol mon cul ! Ch’uis pas un buveur de coca ou de flotte moi ma chère ! Pas comme l’autre… L’ose même pas y venir ! C’est qu’ils l’attendent mes amis bouseux ! Avec des provisions de tomates trop mûres, de patates transgéniques et de bel et bon lisier bien gras et bien puant ! On va l’avoir maman ! On va l’avoir ! V’z’avez vu mon pote Galouzeau ? Ça c’est un bon élève ! Huit heures qu’il y a passé chez les péquenots ! La crinière flamboyante, levant le coude comme un sapeur, ingurgitant du pâté aux cèpes, des caillettes aux herbes, du sauciflard ardéchois, des accras antillais. Même les tripes à la provençale, souples, onctueuses et délicieusement piquantes sur la langue ! Buvant des canons, faisant des promesses - ça mange pas d’pain ! – embrassant les gosses, se faisant photographier avec les belles bouseuses amoureuses de lui ! Tâtant le cul des vaches, lui, le faux aristo, comme un élu de la Corrèze ! Mon fils maman, je vous dis ! Mon fils !

 

- Jacques ! Enfin, un peu de retenue…

 

- Allez ! j’y vais la mère ! « C’est la cuiiiite finaaaale… Saoulons-nous car demain… Les eaux minéraaaales remplaceront le viiiin ! »

 

Merci à Mibé

 


*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

04/03/2010

Les horreurs du voile dévoilée.

Le facteur des bobos de Neuilly – la plus grande déception de la gauche depuis qu’il s’est rallié au clan nauséabond des thuriféraires bêlant du voile comme emblème du « féminisme » - ces deux articles non suspects « d’islamophobie » puisqu’ils proviennent de cet excellent quotidien algérien au courage d’acier trempé : Le Matin dz

 

 

http://www.lematindz.net/news/3005-katia-bengana-une-hero...

 

http://www.lematindz.net/news/3004-lettre-dun-pere-a-sa-f...

 

Allez-y, vous n’en reviendrez pas !

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

Pendant la tempête, les sarko-saloperies continuent : enterrer les « affaires ».

 

sarkoaffichecampagneumpzn7.jpg

Ah ! En voilà une belle promesse électorale du candidat Sarko que le président Sarko va tenir ! Le pouvoir d’achat ? Tè fumes. Le 30 août 2007 devant les patrons du Medef – ceux qui tirent les ficelles qui font bouger la marionnette – l’Axe de la Pensée Universelle a promis : «La pénalisation de notre droit des affaires est une grave erreur. Je veux y mettre un terme.» Sa ministre de la justice de l'époque, Rachida Dati, avait renchéri: «Le constat a été fait de longue date d'un risque pénal excessif. Ce risque entrave l'action économique.»

 

la tache qui rit.jpgEh bien le président Sarko est en train de tenir cette promesse « berlusconienne » : supprimer pratiquement toute possibilité de poursuivre les crapules en col blanc qui commettent à tire-larigot ce qu’on appelle des abus de biens sociaux (en français des magouilles qui permettent à des patrons et des dirigeants de confondre la caisse de l’entreprise avec leur portefeuille personnel, volant ainsi leurs salariés mais aussi les organismes sociaux et l’Etat).

 

Comment faire ? La voie choisie par les sarko-trafiquants est de tailler dans le régime particulier de la prescription (le délai au-delà duquel une action en justice ne peut plus être intentée) de ce genre d'infractions. Son projet prévoit que tout délit financier serait prescrit six ans après la date où l'infraction a été commise et ce «quelle que soit la date à laquelle elle a été constatée». Actuellement, concernant ces «abus de biens sociaux» (A.B.S. - l’essentiel de la délinquance en col blanc), la prescription est de dix ans et démarre au moment où les faits sont dénoncés – et non pas au moment où l'infraction est commise, comme pour la plupart des délits. Ce régime particulier est lié au fait que ce type de délit est difficile à détecter, les grosses boites qui s’y vautrent ayant à leur disposition des armadas d’experts-comptables rompus à l’art de la dissimulation. Ainsi avec la « réforme » sarkozienne qui s’annonce, l’essentiel de ces A.B.S. mais aussi les délits financiers passeront à la trappe. Autrement dit tout est fait pour assurer l’impunité des criminels en col blanc.

 

Ceci parachèvera la suppression de fait de la justice financière à travers le démantèlement des pôles financiers. Ainsi le pôle financier  de Nanterre - celui-là même qui enquêtait sur le Conseil général des Hauts-de-Seine, un temps présidé par le ci-devant Sarkozy de Nagy Bosca Nicolas – a vu le nombre de ses juges d’instructions passer de neuf à trois (plus un demi !) Quant aux enquêtes qui leurs sont dévolues, elles touchent à des affaires de carte bleues volés ou de chèques bidon. Plus aucune affaire d’envergure. Serait-ce que les cols blancs se seraient acheté une conduite ? C’est plutôt que les enquêtes sont liberteegalitevaselineld3.gifmaintenant traitées sous le régime quasi discrétionnaire de « l’enquête préliminaire », c’est-à-dire sous la responsabilité exclusive des procureurs, donc du pouvoir exécutif. Ainsi, ce pouvoir peut, selon ses accointances, ses intérêts, ses amitiés, ses inimitiés, enterrer une affaire ou au contraire lui donner un relief particulier.

 

Ce système de mise hors les rigueurs de la loi des délinquants encravatés, complété par la suppression de ces fouille-merde que sont les juges d’instruction va être abondamment fêté au champagne par les amis du Fouquet’s !

 

Et kékondi le Medef ? Kékondi ? Merci Sarko !

 

 

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

03/03/2010

Derrière les flonflons du salon : ces paysans qu'on assassine !

Pendant que les politicards de tous bords se pressent pour tâter le cul des vaches à la plus grand foire du monde – le salon de l’agriculture – celle-ci meurt.

Assassinée sous l’œil indifférent voire cynique des millions de Français qui en sont issus et qu’elle a nourri.

Assassinée avec la complicité perfide des pouvoirs publics.

Assassinée par les « conseils » des chambres d’agriculture aux ordres d’une FNSEA inféodée aux lobbies agroindustriels et phytosanitaires.

Assassinée par des subventions qui ont fait des paysans des assistés tributaires de ce robinet à pognon qu’il suffit de fermer pour les faire disparaitre.

Assassinée par l’image déplorable de pollueurs et d’empoisonneurs que leur a donnée la course au productivisme « à l’américaine » prônée par les « conseillers agricoles », les écoles d’agriculture et le syndicat majoritaire.

Une France sans paysans ? C’est ce qui se dessine. Sans paysans, mais pas sans exploitations agricoles. Le plan de l’Etat et de la FNSEA est de faire disparaître les petites exploitations familiales au profit de grosses entités de production à l’américaine ou à la hollandaise.

Des usines à lait avec les seules Prim Holstein pissant leur cinquante litres de liquide blanchâtre chaque jour.

Des usines à barbaque avec les seules limousines et charolaises ayant perdues depuis longtemps les vertus de leurs races.

Des kilomètres-carrés de blé bourré d’engrais, fongicide et autres herbicides. Des kilomètres-carrés de betteraves destinées…aux bagnoles. Des kilomètres-carrés de maïs imbouffable bientôt OGM. Des kilomètres-carrés de pommes golden n’ayant plus que le goût des pesticides et autres fongicides. Des kilomètres-carrés de serres où prolifèrent fruits et légumes hors  sol. Etc.

Le tout avec pour finalité non pas de procurer le gagne-pain décent de milliers de paysans, non pas de participer à l’harmonie de ces paysages français qui font de notre pays la première destination touristique du monde, non pas simplement la bonne et saine nourriture de la population, mais de garantir un maximum de profits selon une logique bancaire aux maquereaux de l’agroalimentaire et de la grande distribution.

Et les paysans crèvent. Les paysans se pendent ou se foutent en l’air en avalant les poisons qu’on leur impose de mettre sur leurs cultures. L’histoire de Pierre Priollet, dont je vous ai parlé il y a quelques jours, est édifiante d’une agriculture en phase terminale. Le revenu paysan a trinqué. Globalement, les payes ont régressé de 32 % en 2009, après avoir déjà chuté de 20 % en 2008. Quelle branche, quelle profession peut survivre à de pareilles coupes sombres ?

Mais que les paysans se prennent en mains, créent des structures de distribution qu’ils dominent (voir les idées de Priollet à ce sujet :) , qu’ils désertent en masse cette FNSEA qui les utilise comme de la chair à canon pour la défense des gros céréaliers, betteraviers et éleveurs industriels, qu’ils foutent en l’air ces chambres d’agriculture dont les « conseillers » les fourvoient dans des voies sans issue. Et s’il faut sortir les fourches ? Pourquoi pas…

Paysans, revenez à votre vrai et beau métier et vendez au plus près : paysans et acheteurs y trouveront leur compte et la nature aussi !

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations: