Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/10/2007

Ouarf! Il te fait un mistral à décorner tous les sarkos!

381e4730e492bc87a25ac7c31d34c72c.jpg


Oui mais, le mistral, il trop de mal pour qu'on en dise du bien
et trop de bien pour qu'on en dise du mal!

Démonstration de la faisabilité technique d'un système de production d'électricité 100% renouvelable

7a60a1b063af2eefed4ad3189622380e.jpg


Il y quelques années, les Allemands ont décidé – sous la pression d’un parti Vert responsable – de se lancer avec une volonté politique affirmé, des moyens conséquents et l’efficacité que le monde entier leur reconnaît dans l’exploitation des énergies renouvelables. Résultats : ils sont les premiers en Europe à tendre vers une relative libération par rapport aux énergies fossiles et, surtout, leur industrie est à la pointe sur ces marchés d’aujourd’hui et de demain. Ils vont actuellement plus loin que la simple production ponctuelle d’énergies éoliennes, de biomasse, etc. Ils en sont à combiner efficacement toutes ces énergies.

Ainsi, en coopération avec l'institut des techniques solaires de production d'énergie (ISET) de l'Université de Kassel, les entreprises Schmack Biogas AG, Solarworld AG et Enercon AG ont présenté, mardi 9 octobre 2007 à Berlin, un système décentralisé de production d'électricité à partir de sources d'énergie renouvelables réparties sur l'ensemble du territoire allemand, l'objectif affiché étant de couvrir, à terme, 100% de la demande électrique nationale.

Combinant différentes technologies de production et de stockage de l'énergie à partir de sources renouvelables (éolien, solaire, hydraulique et biogaz), ce système pilote innovant, raccordé au réseau électrique depuis deux mois, relie et régule 36 centrales isolées. Le système est capable de fournir de l'électricité 100% renouvelable en continu, en fonction de la demande, de manière fiable et indépendante des conditions météorologiques.

Le concept consiste à combiner de manière optimale les avantages de différentes sources d'énergies renouvelables (d'où son nom de "Kombikraftwerk" ou "centrale-combi") : centrales hydroélectriques à pompe et centrales à biogaz sont utilisées pour compenser les fluctuations de l'éolien et du photovoltaïque. Le système permet par ailleurs de compenser les inégalités régionales en termes de ressources énergétiques.

Comme le souligne Frank Asbeck, président de SolarWorld, dans un communiqué : "Ce projet-pilote permet de répondre aux besoins annuels en électricité d'une petite ville comme Stade qui compte 12.000 foyers, soit de fournir 4,15 millions de kWh. Il montre ainsi en petit ce qui est possible en grand, une couverture totale (des besoins en électricité) grâce aux énergies renouvelables".

"Le Kombikraftwerk montre que les énergies renouvelables fournissent assez d'électricité, qu'elles sont régulables à tout moment, peuvent fonctionner en association et se compensent l'une l'autre via le réseau", a renchéri Ulrich Schmack, président de la société du même nom.

Le système a été mis en place à la suite d'une demande de la chancelière fédérale lors du sommet allemand de l'énergie en avril 2006. Pour plus d'informations (en allemand), vous pouvez consulter le site Internet du projet : http://www.kombikraftwerk.de

Fini de dire que quand il n'y a plus de vent ou de soleil, il faut mettre en route une centrale au charbon. Ce projet montre bien qu'il y a toujours une énergie renouvelable qui peut être disponible! Prochaine étape : un système décentralisé au niveau Européen.

28/10/2007

Grève à Air France...

32328659443d2aadec5d66863498345a.jpg


...ça n'empêche pas de s'envoyer en l'air!

C'est Toussaint: j'ai fait mon Testament...en chanson!

6b171490ffa366e37fc6f9fa9de6738c.jpg


Si je meurs, je veux qu'on me distille
Ma liqueur embaumera la ville
Chaque année mes ptits’enfants ébahis
Dirons : Putain, Papé a bien vieilli !


Menez ma viande sur le plateau de Sault
Dans la lavande faites tremper mes os
Macérez bien ma queue et mes neurones
Dans un bon vin de la Côte du Rhône.

Si je meurs, je veux qu'on me distille
Ma liqueur embaumera la ville
Chaque année mes ptits’enfants ébahis
Dirons : Putain, Papé a bien vieilli !


Vous tirerez un demi muy de gnole
Du jus de vie, d'humour, de gaudriole
Puis faites-y macérez mes couillons
Ça donn' un goût qui plait aux vignerons.

Si je meurs, je veux qu'on me distille
Ma liqueur embaumera la ville
Chaque année mes ptits’enfants ébahis
Dirons : Putain, Papé a bien vieilli !


Vous me ferez reposer à la cave
Entre un Bonneau et un blanc de chez Chave
Comme voisin mettez-moi du Lirac
Du Châteauneuf ou même un bon Paulhac

Si je meurs, je veux qu'on me distille
Ma liqueur embaumera la ville
Chaque année mes ptits’enfants ébahis
Dirons : Putain, Papé a bien vieilli !


Vous me boirez, ça ne fait aucun doûte
Et m'aimerez juqu'à l'ultime goutte
Quand vous trouss'rez les bell's de votre temps
C'est un peu moi qui prendrais du bon temps !

Si je meurs, je veux qu'on me distille
Ma liqueur embaumera la ville
Chaque année mes ptits’enfants ébahis
Dirons : Putain, Papé a bien vieilli !


Jean-Victor Joubert de Mairdre
Grand Bramaïre de
l'Académie des Amoureux de l’Aïoli

25/10/2007

Sarko veut supprimer les régimes spéciaux des pauvres.. et en crée pour les riches !

ddb42cd49ce5e1e0b179f97421a2d9fc.jpg

Décidément, il reste égal à lui-même le Phénix de Neuilly : il envoie ses sbires de l’Huhèmepets distribuer des tracts sur les marchés pour faire, selon ses propres paroles « le service après-vente » de sa « réforme » concernant les régimes spéciaux de retraite et, en même temps, voilà-t-il pas qu’il crée…un nouveau régime spécial ! Il est vrai que celui-ci concerne de valeureux travailleurs dont la pénibilité de travail est notoire : il s’agit des avocats qui pourront prendre leur retraite à 55 ans ! ! !

Voilà de l’équité ! Voilà des gens — en grande majorité de son bord — qui sauront lui être reconnaissant.

Ils voteront Sarko aux prochaines municipales, et c’est ce qui compte.

Tout comme les internes des hostos, futurs toubibs et donc autres électeurs qu’il s’agit de caresser dans le sens du poil : le Sarko (on ne peut pas dire le gouvernement, puisque le gouvernement, c’est lui !) a reculé devant la puissante lame de fond populaire soulevée par la défense de ces commis voyageurs des laboratoires pharmaceutiques et fervents adeptes du 4x4!!!

Ils ne veulent pas aller exercer en cambrousse? Et bien ils resteront à Paris où en Provence pour soigner les mémères à varices. Pourtant, c’est avec nos impôts, cambrousards et citadins confondus, que ces charlots se paient leurs études ! Ils pourraient avoir la décence de rendre un tant soit peu de temps aux cochons de payants…

Eux aussi voteront Sarko aux prochaines municipales, et c’est ce qui compte.

Autres malheureux, les parlementaires dont on a déjà eu l’occasion de voir de près le régime de misère qui est le leur lorsqu’ils prennent leur retraite. Un député Huhèmepets encore bien tendre avec ses 38 ans, un certain Benoist Apparu, préconisait, à une réunion du groupe parlementaire de son parti d’aligner le régime de retraite des dits parlementaires sur le régime général afin d’être « exemplaires ». « Ta gueule ! » lui fut-il fraternellement répondu !

Ben voyons !

Grenelle...

medium_ogm-taillemoyenne.3.jpg

Ce sera quoi à la sortie? Borloo j'aime ou BorloO.G.M.?

22/10/2007

Cochon qui s'en dédit.

medium_avioncochon_copie.2.jpg

Le roi du Maroc ne veut pas acheter des Rafales. Le représentant de commerce Sarko va lui proposer ça pour lutter contre les intégristes!

05/10/2007

Les cocus: plus grand parti de France!

medium_la_française_des_cocus.jpg


Merde, moi qui trouve plein de champignons! Au fait où elle est ma femme?
Après tout, comme pourrait dire un cocu illustre, Sarko, s'il avait une once d'humour: "Il vaut mieux avoir une participation sur un volcan que l'exclusivité d'une banquise"!

02/10/2007

Mariani pour la polygamie!

Les sénateurs viennent de retoquer l’amendement Mariani sur les contrôles ADN. Pour une fois que l’assemblée des vieux kroumirs sert à quelque chose, on ne va pas se plaindre. Mais comme c’est l’Assemblée nationale qui a le dernier mot dans les navettes parlementaires, on peut craindre ou espérer, selon le camp dans lequel on se situe, de voir cet amendement revenir et passer.
Le dessein de Mariani est de freiner le rassemblement familial des étrangers, et surtout des Africains. C’est son point de vue, et il est partagé par bien des Français : la plupart de ceux qui ont mis Sarko au pouvoir. Ceux-ci n’ont donc à s’en prendre qu’à eux.
Mais le pauvre Mariani se fourre le doigt dans l’œil jusqu’au coude et son amendement, s’il passe, aura des effets contraires à ceux escomptés !
Ainsi, imaginons un père de famille africain ayant au pays quatre femmes. Chacune d’elle ayant cinq enfants. Dans la mesure où ces dames sont fidèles à leur seigneur et maître, voilà qui fait vingt enfants dont le test ADN prouvera qu’ils sont issus génétiquement du demandeur ! Ces vingt gosses obtiendront donc régulièrement leur visa, ils arriveront en France, le père prolifique les installera puis, l’une après l’autre, fera venir ses quatre femmes !
Résultats Môssieur Mariani : quatre fois plus d’entrants au titre du regroupement familial, et…légalisation de fait de la polygamie en France.
Comme quoi, ci-devant Mariani, on devrait faire travailler la cervelle avant de proposer des conneries pareilles.
Encore faut-il avoir une cervelle…

29/09/2007

Rothschild, au bloc!

medium_rothschild.2.jpg

Prendriez-vous ce type en stop?


Eh ! La baronne Nadine de Rothschild! Toi qui nous donne des leçons de maintien, de savoir-vivre à la télé, avec tes airs de vieille dinde déplumée, comment tu l’as élevé ton chiard ? C’est toi qui lui a appris a flinguer les fliquettes, même si ce n’est qu’avec le viseur laser d’un fusil de chasse ?

Tè, voilà l’article de Guillaume Biet sur Europe 1 :
« Tôt vendredi matin, une policière de faction dans la rue juste à côté de l'Elysée ressent une brûlure à l'oeil droit. Puis elle distingue une lumière : c'est le faisceau d'un laser que l'on pointe sur son visage, depuis une fenêtre du 10, rue de l'Elysée. A cette adresse, se trouve l'hôtel particulier de Benjamin de Rothschild. Cousin de David et Edouard de Rothschild, Benjamin est le président du groupe La Compagnie financière Rothschild, spécialisée dans la gestion de fortune, société dont il a héritée à la mort de son père Edmond. Sa mère est la baronne Nadine de Rothschild.

Dès la fin de son service, la policière porte plainte et à 7 heures, ses collègues se présentent chez le Baron... Mais à la porte, le majordome refuse de les laisser entrer : "trop tôt pour réveiller Monsieur".

Les policiers reviennent donc un peu plus tard et Benjamin De Rothschild est aussitôt placé en garde à vue, dans un commissariat du 8e arrondissement. Face aux enquêteurs, le baron avoue : à 6 heures ce matin, c'est bien lui, le grand amateur de chasse, qui manipulait son fusil depuis sa fenêtre... Une arme équipée d'une lunette à visée laser. Mais le riche héritier assure qu'il n'a pas délibérément visé la policière. Ce qui est sûr, c'est que la gardienne de la paix, elle, souffre de brûlures. Elle a une petite lésion de la cornée à l'œil droit, qui lui vaut 5 jours d'arrêt de travail. »

Les bourres l’ont tout de même relâché, et même pas passé à tabac ! C’est vrai qu’il crèche en face de l’Elysée et pas en banlieue…
Au fait je n'ai pas trouvé cette petite information dans Libération...

27/09/2007

Il neige!

medium_neige.jpg

Ca y est : il neige ! Un temps bas, gris, humide. Avec quelques flocons épars qui s’insinuent dans le cou ! Merde, ça c’est pas très bon. C’est un peu tôt. J’entends les champignons qui se recroquevillent au sein de la terre encore tiède. Les oiseaux ferment leur gueule. Sauf les corbeaux et les agasses dont les ricanements percent la brouillasse. Et on n’a pas arracher les patates ! Ca fait rien, on ne crèvera pas de faim : les pieds de cochons cuisent pour midi…
Allez, à plus tard, je vais roder dans la brume à la recherche d’un soleil famélique…

20/09/2007

Bové, Borloo, même combat ! ! !

Puteng ! Fallait voir la gueule des gros poussahs gavés aux subventions de la FNSEA, canal céréalier (le pire !) qui ont sifflé le pauvre Bar niais lors d’un de leur colloque d’engraissés ! Ils venaient de lire dans Le Monde une information par laquelle Borloo envisageait un moratoire sur les OGM, ces sous-merdes empoisonneuses ! On les reconnaît bien, ces gros tas qui volent leur croûte en empoisonnant les terres, en pourrissant les eaux, en mettant en marché des saloperies bourrées de pesticides. On les reconnaît bien ces larbins de Monsanto qui veulent nous imposer, par un mitage aussi sournois que scandaleux, ces maïs OGM dont personne ne veux dans le pays, pas plus qu’en Europe.
Allez Borloo ! Si tu réussis à imposer le moratoire fa ce à ces gros cons, on se cotisera pour te faire une statue !

c5e37ebb5a851851b6e64974137202f1.jpg

06/08/2007

Hausse du tabac et du pétrole: que du bonheur!

medium_petrole.jpg


Deux bonnes nouvelles pour commencer la semaine : la hausse du tabac et la hausse du pétrole. La hausse du tabac ne pénalise que ceux qui fument. C’est donc leur problème. Celle du pétrole donne une lueur d’espoir de sortir de ce monde shooté au brent.

La difficulté croissante à étancher la soif planétaire en pétrole est chaque jour plus évidente. Le Nord pompe à tour de bras depuis près de cent cinquante ans, et le Sud aspire logiquement à le rejoindre. La consommation mondiale, les formidables tensions géopolitiques, tirent le prix du baril vers le haut dans une spirale infernale. Cette situation provoque des raisonnements en noir et blanc. Les optimistes parient que la technologie, l'argent dégagé par un pétrole cher, doperont l'exploration et la découverte de nouveaux gisements. Les autres voient le compte à rebours déjà enclenché, le monde consommant presque autant en vingt ans qu'il ne l'a fait depuis la construction du premier derrick : technologie ou pas, d'ici deux décennies, peut-être même une seule, l'or noir aura quasiment disparu. Et bien avant cela la carte politique du monde risque d'être profondément bouleversée, car les pays assoiffés d'or noir n'assistent pas les bras ballants au désastre annoncé.

Et si, pourtant, ce baril hors de prix avait des vertus ? Aujourd'hui, personne ou presque ne se soucie de consommer mieux, c'est-à-dire de consommer moins de ressources et surtout d'énergie. En dépit d'un engouement sans précédent, les énergies «propres», sans hydrocarbures ni déchets à long terme, ne pèseront au mieux que 2 % de la consommation mondiale en 2030. Même l'atome n'y pourra rien. Pourtant, la Chine, l'Inde, l'Europe, n'en finissent pas de planter des moulins à vent ; le Brésil fait tout pour sucrer ses moteurs et ceux du reste du monde ; et les adeptes du diesel à huile découvrent des qualités à la friture.

Un pétrole cher, c'est l'assurance que les milliers de projets, d'expériences du moins consommer, ou du consommer autrement, ne seront plus de simples gouttes d'eau réservées à quelques bobos. La plupart des idées qui germent ici et là n'attendent plus qu'un petit coup de pouce et beaucoup de pédagogie : est-il normal que l'Autriche affiche trois fois plus de chauffe-eau solaires que la France ? Est-il raisonnable d'utiliser des hordes de camions quand le rail a prouvé depuis longtemps son efficacité ? Est-il judicieux que les ingrédients d'un simple pot de yaourt parcourent plusieurs milliers de kilomètres avant d'atterrir sur nos tables ? Est-il légitime de dégrader les côtes chiliennes en quelques années pour assouvir l'appétit de saumon des Européens?

Le choc pétrolier dont nous vivons les prémices exige des politiques ambitieuses, pour forcer les uns, et accompagner les autres. Mais on ne les voit se dessiner ni en France ni en Europe ni ailleurs. La cure de désintoxication au pétrole aujourd'hui, la panne sèche demain, seront d'autant plus violentes que les responsables politiques auront gardé leurs œillères. Pourtant, le développement durable, trop souvent considéré à tort comme un simple thème en vogue, ambitionne d'instaurer un état universel de bien-être en «écologisant», en humanisant l'économie. Chacun, politiques en tête, récite sans se tromper la définition du développement durable : «Un type de développement qui permet de satisfaire les besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.» Mais voilà, chacun voit la durabilité à sa porte. Si nous ne faisons rien, demain, le baril sera à prix d'or quand le sevrage sera impossible et le climat en surchauffe. Alors aujourd'hui, ce pétrole déjà cher est l'occasion ou jamais de changer notre monde. Vive le pétrole cher, donc!

30/07/2007

Départs de vacances

medium_camion_deborde.jpg


Les Zaoutiens en route vers la grande bleu...

24/07/2007

C'est le temps des festivals

medium_mozart_adoucit_les_moeurs.jpg

13/07/2007

FOU! DROIT! YEH!

Oh! Puteng! La galère!
J'ai été fou droit Yeh! Comme un énorme coup de fouet. Le ciel était noir jaunâtre, je venais du concours de boule de la fête du village, avec l'estomac lesté d'un solide aligot. J'ouvre la porte, ma femme sur le seuil, un pote bouliste et sa meuf avec nous et VLANN! Un putain de coup de schlag! La foudre qui tombe sur l'extrémité de la gouttière dans une gerbe d'étincelles. Nous, sur le cul, ma meuf qui tente de se glisser sous le buffet! Mais on n'a rien!
Par contre plus d'électricité, tous les appareils électronique nazes (ordi, scanner, imprimante, livebox, télé, etc...)
En quelques jours, on a tout remis d'aplomb, puisque ça marche!
Allez salut les amis, à bientôt.

27/06/2007

Parait qu'il fait chaud!

medium_pet_dans_l_eau.2.jpg


medium_rafraichissement.2.jpg


Rafraîchissez-vous!

24/05/2007

Je pars à la cambrousse!

Je pars à la cambrousse! Je vais essayer de faire transférer ma ligne ADSL, ça risque de ne pas être triste...
Bon, à bentôt!

medium_cedezaubrac_copie.3.jpg

23/05/2007

Les trois graces

medium_les3grasses.jpg

La France de la culture est en marche

10/05/2007

Victor Schoelcher, homme de gauche. Il a aboli l'esclavage

medium_esclave_pendu_William_Blake.JPG


A l’occasion d’une démarche administrative, il y a quelques années, j’ai eu en face de moi une fonctionnaire d’origine antillaise. Son nom était Schoelchéry. Je me suis alors levé et lui ai demandé de me faire l’honneur de me toucher la main. C’était une descendante « naturelle » du grand Victor Schoelcher, l’homme qui a rendu son honneur à la France en abolissant l’esclavage. Esclavage une première fois aboli par la Révolution française puis rétabli par le sinistre Bonaparte. Cette mémoire douloureuse est mise en lumière aujourd’hui.

Victor Schoelcher est né le samedi 22 juillet 1804 dans une famille bourgeoise originaire de Fessenheim en Alsace. Il fit ses études au lycée Condorcet. Le jugeant désœuvré, son père, porcelainier de renom, l'envoie au Mexique pour affaires en 1830. Visitant Cuba, il y est révolté par l'esclavage. De retour en France, il publie des articles, des ouvrages, multiplie ses déplacements d'information et adhère à la Société pour l'abolition de l'esclavage. Il n'aura de cesse que de lutter pour la libération des esclaves.

Le discours abolitionniste de Schoelcher évolue au cours de sa vie. En effet, au début de son engagement, il s'oppose à l'abolition immédiate de l'esclavage. En 1830, dans un article de la Revue de Paris, "Des Noirs", il demande ouvertement de laisser du temps aux choses. Cette vision de l'abolition qu'il a, se retrouve en 1833, dans son premier grand ouvrage sur les colonies : « De l'esclavage des Noirs et de la législation coloniale. » Pour lui, il serait dangereux de rendre instantanément la liberté aux noirs, parce que les esclaves ne sont pas préparés à la recevoir. Il souhaite même le maintien de la peine du fouet, sans laquelle les maîtres ne pourraient plus travailler dans les plantations. Il faut attendre un nouveau voyage dans les colonies pour qu'il se tourne vers une abolition immédiate.

Nommé dans le Gouvernement provisoire de 1848 Sous-secrétaire d'État à la Marine et aux colonies par le ministre François Arago, il contribue à faire adopter le décret sur l'abolition de l'esclavage dans les Colonies. Le décret signé par tous les membres du gouvernement paraît au Moniteur, le 5 mars. Député de la Martinique et de la Guadeloupe entre 1848 et 1850 il siège à gauche.

En tant que président de la commission d'abolition de l'esclavage, il est l'initiateur du décret du 27 avril 1848 abolissant définitivement l'esclavage en France et dans ses colonies. L'esclavage avait déjà été aboli en France à l'initiative de l'Abbé Henri Grégoire, pendant la Révolution française (4 février 1794, 16 pluviôse an II), puis rétabli par Bonaparte en 1802.

Républicain, défenseur des droits de la femme, adversaire de la peine de mort, il est proscrit durant le Second Empire par le coup d'état de Louis Napoléon Bonaparte. Il s'exile en Angleterre où il rencontre fréquemment son ami Victor Hugo. En 1870 il revient en France suite à la défaite de Sedan. Après l'abdication de Napoléon III, il est réélu député de la Martinique à l'Assemblée Nationale (1871). Le 16 décembre 1875, il est élu sénateur inamovible.
A la fin de sa vie, comme il ne s'était jamais marié et qu'il n'avait pas eu d'enfant, il décida de donner tout ce qu'il possédait.
Enterré à Paris au cimetière du Père-Lachaise, ses cendres furent transférées au Panthéon le 20 mai 1949 en même temps que celles du Guyanais Félix Éboué (premier noir à y être inhumé).

En hommage à son combat contre l'esclavage, la commune Case-Navire (Martinique), prit le nom de Schoelcher en 1888.