Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/12/2014

TREMBLEZ ! BRAVES GENS... Bientôt les Grandes Bouffes. Ça cache les horreurs qui se préparent.

éprouvettes.jpg

 

Ebola ? Qu’est-ce qu’il devient celui-là ? On n’en entend plus parler… Chassé des actualités par d’autres titres plus vendeurs. Pourtant on peut supposer qu’il continue à se répandre, à ravager, à tuer silencieusement. Á tuer, mais en Afrique seulement. Les contaminés – blancs - rapatriés dans les hôpitaux étazuniens et européens ont été (presque tous) guéris. On peut dès lors se poser des questions sur le départ de l’épidémie (on ne peut pas encore parler de pandémie.)

 

Dans une interview donné au média italien « Il fattoquotidiano », le professeur de droit international Francis Boyle émet une opinion plus que troublante. D’après lui « cette épidémie n’est pas ce qu’on dit, avec cette histoire de chauves-souris qui sont venues par les airs depuis le Zaïre, et qu’il s’agirait ici d’une variante de l’ « Ébola du Zaïre » ce qui est curieux, car le Zaïre est à plus de 3500 km de là. Le gouvernement américain possède trois laboratoires BSL-4 (Bio Safety Lab niveau 4). Un en Guinée, un au Libéria, un en Sierra Leone, au cœur de l’épidémie en Afrique de l’Ouest. Et ces laboratoires BSL-4 font toutes sortes de recherches plus effrayantes les unes que les autres sur les armes biologiques. » Le professeur laisse entendre que le virus Ebola aurait été sciemment et volontairement administrés à travers de pseudo vaccins aux Africains de l'Ouest, sur une grande échelle. lien  

 

« Si vous mettez ensemble le virus vivant d’Ebola avec celui du rhume, vous obtenez quelque chose qui est aussi contagieux que le rhume commun, mais pas autant que la grippe. Et ça pourrait bien être ce à quoi nous avons affaire ici. Ce vaccin, ou appelez-le comme vous voulez, avec l’Ebola vivant et le rhume commun, a été injecté à une vaste population en Sierra Leone, et peut-être au Libéria, et c’est cela l’origine de l’épidémie, mais ne me croyez pas sur parole et allez voir le site Web du Ministère de la Santé de la Sierra Leone, et vous verrez que c’est leur conclusion sur ce qui arrive aujourd’hui, et c’est pour cela qu’ils ont ordonné la fermeture du laboratoire américain BSL-4 cet été. »Á noter que les USA n'ont pas envoyé des médecins en Afrique de l'Ouest mais...3000 militaires ! Derrière l'épidémie, y aurait-il la recherche US sur les armes biologiques ?

 

Francis Boyle énonce des faits qui, s'ils sont avérés, font froid dans le dos. Il laisse entendre que s'il n'y a jamais eu de lanceurs d'alerte, c'est parce qu'on les a tué. « 27 ou 28 microbiologistes sont morts. Je pense que ces chercheurs ont menacé de sonner l’alarme sur ces programmes aussi dangereux qu’illégaux de recherches américaines sur les armes biologiques, et on les a tués. Et c’est pour cela que nous n’avons pas de lanceurs d’alerte ici, parce qu’ils seraient tués eux aussi. Je crois que c’est clair. Malheureusement nous avons (aux USA - NDLR) 14 000 scientifiques qui participent à ces affreuses recherches en armements biologiques pour le compte du gouvernement des USA, je les appelle les « scientifiques de la Mort », et plus de 1500 laboratoires aux États-Unis qui font ce type de recherche. »

 

On se focalise sur le danger que représente la dissémination des armes nucléaires, mais il est bien plus facile de créer des virus et bactéries mortelles. De petits laboratoires faciles à dissimuler suffisent. Le génie génétique permet maintenant, en manipulant le génome des agents classiques de la guerre biologique - peste, maladie du charbon, tularémie, etc. -, de les rendre beaucoup plus dangereux qu’ils ne le sont déjà. Volontairement par folie politique ou par accident, existe à présent le risque de destruction de l'espèce humaine par un organisme génétiquement modifié !

 

Comment le génie génétique peut-il servir à mettre au point de nouvelles armes biologiques ? La liste des possibilités, décrite par les spécialistes, est désagréablement longue. On peut rendre pathogène une bactérie inoffensive et bien connue, telle Escherichia coli, en lui insérant des gènes de toxicité empruntés au génome de bactéries dangereuses. On peut modifier une bactérie pathogène, afin qu’elle ne soit pas reconnue par le système immunitaire ou que les vaccins existants soient inefficaces. On peut chercher à rendre l’agent insensible aux antibiotiques, ce qui rendrait la protection des populations ciblées difficile, voire impossible.

 

Comme il n’y a rien en biologie qui ne soit transposable sur le plan militaire, le décryptage et la publication des génomes deviennent une source d’inquiétude majeure : le danger est en effet que l’on puisse reconstituer le virus à partir de sa séquence, ou tout du moins repérer les zones de virulence, cloner ces gènes et les transférer dans un autre organisme. Le centre britannique Sanger a d'ailleurs fièrement annoncé le décryptage du génome de Yersinia pestis, la bactérie responsable de la peste noire...

 

Plus vicelard : la possibilité d’introduire un virus "silencieux" dans le génome d’une population donnée, virus qui serait réveillé ultérieurement par un signal chimique. "L’idée, explique David Sourdive, un spécialiste français de l’étude des génomes, est de réaliser une arme ciblée sur une population choisie et préalablement "marquée" par un virus."

 

De nombreux spécialistes craignent davantage une autre forme de bioterrorisme : celle qui ciblerait l’agriculture. "Des armes tournées vers la production agricole seraient beaucoup plus efficaces, dit David Sourdive http://www.medicen.org/en. D’abord, l’effet de déstabilisation d’une maladie agricole est garanti et bien connu : voyez par exemple ce qui s’est passé avec la fièvre aphteuse en 2001. Et puis l’agriculture est plus vulnérable parce qu’elle présente beaucoup moins de diversité génétique que les populations humaines." Le travail sur les maladies agricoles était déjà un des principaux programmes de recherche d’armes biologiques pendant la guerre froide, tant aux Etats-Unis qu’en URSS.

 

Outre son efficacité, ce type de recherche présente un autre avantage : il est beaucoup plus discret. Comment distinguer un laboratoire agronomique d’un laboratoire militaire ? Enfin, les OGM agricoles présentent certains points communs avec les agents bactériologiques militaires : ainsi la bactérie Bacillus thuringiensis, qui est un des outils les plus utilisés par les firmes de biotechnologie végétale, est un cousin très proche de Bacillus anthracis, l’agent de la maladie du charbon, dont il constitue un très bon modèle.

 

La question de l’emploi de l’arme biologique n’appartient plus, depuis quelques années, à la pure spéculation : dans le cadre de leur lutte contre la drogue, les Etats-Unis tentent depuis 1997 de faire accepter l’utilisation d’un champignon, Fusarium oxysporum, qui détruit la plante d’où l’on extrait la cocaïne. Une version génétiquement modifiée de ce champignon existe en laboratoire. Les Etats-Unis voulaient l’utiliser en Colombie, même si, selon des mouvements écologistes comme le Sunshine Project, ce champignon pourrait avoir des effets dévastateurs sur la biodiversité très riche des terres colombiennes : devant l’opposition qui s’est levée en Amérique latine et en Europe, ils ont pour l’instant repoussé l’utilisation du champignon. Mais jusqu’à quand ? Á l’autre bout du monde, en Asie centrale, ils étudient aussi, dans un laboratoire de Tachkent, en Ouzbékistan, un champignon capable de s’attaquer au pavot, largement cultivé dans la région et notamment en Afghanistan. Si les opinions publiques n’y prennent garde, la guerre agrobiologique est à deux doigts de se banaliser, tandis que la guerre biologique - devrait-on dire biotechnologique ? - est redevenue une possibilité sérieuse.

 

Bon appétit quand même et vive le foie gras !

 


Photo X - Droits réservés

 

 Sources :

 

http://guerre.libreinfo.org/controle-populations/armes-nouvelles/581-ogm-guerre-bacteriologique.pdf

 

http://www.editionsdemilune.com/guerre-biologique-et-terrorisme-p-15.html

 

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=322983307878518&id=281064805403702

 

http://ilfattoquotidiano.fr/les-laboratoires-us-de-guerre-biologique-a-lorigine-de-lepidemie-debola-en-afrique-de-louest-interview-de-francis-boyle/

 

 https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=3229833...

 

Francis Anthony Boyle, né en 1950, est un professeur de droit international à la Faculté de droit de l'Université de Chicago.

 

 

 

 Et pour vous changer les idées:

Savourez un sulfureux Voyage

pour le prix de deux cafés !

 

livre,chiloum

 

C'est un "hibouc" ou e-book...

CHILOUM

 

09/12/2014

Au bistro de la Toile : cheminées et cyclistes.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Alors Loulle, quelles nouvelles aujourd’hui ?

 

- Ah ! Il y a des questions primordiales, d’une importance planétaire qui secouent le landerneau des canards, des machines à bruits et des lucarnes à décerveler. J’en vois deux essentielles : d’abord, en Ile-de-France, la prochaine interdiction des feux de cheminée !!! Pardon, je m’exprime mal : des feux de confort brûlant dans des lieux spécifiques appelés « cheminées » et pas des incendies.

 

- En voilà une question importante effectivement. Parait que les feux dans les cheminées polluent autant que les bagnoles à Paris ! Quels salauds ces gens qui attentent sciemment à la santé de leurs concitoyens pour se chauffer ! Quel culot ces égoïstes qui ont l’impudence de rôtir quelques cailles ou de griller quelques châtaignes sur les braises d’un foyer chaleureux !

 

- Et quels mauvais citoyens en plus ! Ces salauds, en se chauffant avec quelques buches qui crépitent allègrement, mettent en péril le bon équilibre financier des fournisseurs d’électricité par le manque-à-gagner que leur attitude scandaleuse génère ! Comment rembourser le trou financier d’Areva si ces ennemis de l’intérieur ne consomment pas les bons kilowatts fournis par nos belles centrales nucléaires ! Tiens, ce serait eux qui sèmeraient le doute et la peur avec ces drôles de drones qui survolent nos bijoux de la technologie nucléaire que ça ne m’étonnerait pas !

 

- Ouais, Victor. Mauvais citoyens et subversifs en plus. Heureusement que, dans leur grande mansuétude, les fournisseurs d’électricité ont trouvé la parade : ils proposent des cheminées électriques ! Ça ressemble à une cheminée, ça donne l’illusion de jolies flammes fuligineuses qui captivent le regard, et ça chauffe grâce à un convecteur planqué derrière.

 

- Voilà le progrès Loulle. Parait qu’il y en a même qui diffusent une odeur de bois brûlé.

 

- Formidable Victor ! Mais on peut aller plus loin : pourquoi ne pas créer une chaine de télé, sur la TNT, diffusant 24h sur 24 des images de feux de cheminée !

 

- Ou vendre des DVD montrant des incendies, des haut-fourneaux, bref, tout ce qui brûle et chauffe. Et inciter les gens à laisser toujours allumés leurs ordis, leurs télés et autres machines électriques qui génèrent de la chaleur !

 

- La konnerie humaine est la seule approche que l’on puisse avoir de l’infini Loulle. Mais là, on s’envole vers des hauteurs tellement stratosphériques que Ségo, not’ bonn’ minist’ de l’écololo a déclaré que cette mesure « frisait le ridicule » ! Ça passera donc à la trappe… Bon et quelle est l’autre question primordiale dont tu me parlais ?

 

- Ben, c’est ces salauds de cyclistes qui sont sur la sellette. Haro sur le vélo !  On va te les verbaliser grave ! Ces terroristes du trottoir mettent en danger ces pauvres automobilistes, ils ont l’impudence de griller quelques feux rouges, choses réservées aux chauffeurs de bouts de fer à moteurs, que je sache ! Ils montent sur les trottoirs sous prétexte qu’il n’y a pas de pistes cyclables, semant la terreur parmi les petites vieilles. Ils coupent la route des bagnoles. Bref, ils sèment la terreur.

 

- Tu te rends compte Loulle ! Quel comportement aberrant, quelle incivilité caractérisée ! Heureusement quelques justiciers en bagnoles sont là pour leur taquiner la roue arrière tout en les gratifiant de quelques belles paroles : « Eh, connard ! Tu veux que je te bouges le cul ? Si tu sais pas conduire un vélo, achète un âne ! »

 

- C’est vrai que ces salauds de cyclistes sont sans vergogne. Tiens, quand tu ouvre ta portière pour sortir, il y en a qui t’emplâtre à pleine vitesse, et qui te tache le costard avec leur cervelle éclatée.

 

- Ça tache la cervelle de cycliste, Loulle. C’est vrai. Tiens, moi qui suis à la fois un salaud de cycliste, un fumier de motard et un crétin d’automobiliste, quand je roule à vélo, j’ai mis à l’arrière un de ces systèmes qui sort latéralement de cinquante centimètre à gauche pour attirer l’attention de l’automobiliste. Mais j’ai amélioré le système : au bout, sur le carré réfléchissant, j’ai solidement fixé un gros clou de charpentier ! Avec ça, si un conducteur de bagnole me frôle de trop près, il récoltera une belle rayure sur son bout de fer !

 

- Ouarf ! En voilà une idée qu’elle est bonne Victor ! Allez, à la nôtre !

 

 

Illustration : merci à Chimulus

 Et pour avoir des idées:

Savourez un sulfureux Voyage

pour le prix de deux cafés !

 

livre,chiloum

 

C'est un "hibouc" ou e-book...

CHILOUM

 

08/12/2014

Dette ZERO et déficit ZERO en six mois ? Facile et évident !

euréka baignoire.gif

 

 

« Ayavédrim »… Que not’bon président Fauxçois redeviennent Francçois. Qu’il montre enfin qu’il a des aliboffis et qu’enfin il renverse la table.

 

Il est au fond du trou, donc les critiques, RàB.

 

Il n’a aucune chance d’être réélu, donc les manœuvres électorales, RàB.

 

Dès lors, s’il était franc, honnête et réellement soucieux du bien-être des Français, il profiterait de ces circonstances pour débarrasser la France du principal fardeau qui obère son développement : la dette et – à la fois cause et conséquence – le déficit.

 

Ceci en partant d’un constat, d’une vérité que tout le monde connait mais que (Chut ! Faut pas le dire…) l’on cache sous le tapis : la France ne remboursera JAMAIS la dette de 2000 milliards, dont un tiers revient au seul Sarkozy, qu’on prétend lui imputer ! Dette pour une large part illégitime découlant d’un mécanisme infernal - la loi scélérate de 1973 - mise en place au profit des banques par deux politicards parmi les plus nuisibles que la France républicaine aie portés, à savoir le ci-devant Pompidou, tête de pont politique des Rothschild, et son valet de l’époque, le faux nobliaux de sous-préfecture Giscard. Ben voilà ! C’est dit !

 

François, homme cultivé qui a certainement lu Machiavel, pourrait parvenir à ces fins en deux temps.

 

1 – La signature de la France restant très bonne et elle emprunte à des taux proches de zéro. Il fait donc emprunter par les instances gouvernementales autorisés jusqu’à 500 milliards sur les « marchés » (en fait des fonds de pensions spéculatifs étazuniens et britanniques). En appuyant ces emprunts massifs sur des études concernant de grands travaux d’infrastructures, etc, etc.

 

2 – Une fois que ce pognon est engrangé, dans un grand discours grave et solennel, François fait publiquement son mea culpa, admet qu’il s’est trompé de politique, qu’il a trahi ses électeurs, qu’il s’est couché devant l’Europe de Merkel, qu’il s’est fourvoyé en suivant aveuglément les USA dans leur mauvais coups internationaux. Il annonce alors qu’il rétablit immédiatement le contrôle des changes aux frontières et qu’il nomme Mélenchon (ou Montebourg, ou même Aubry) à Matignon ! Avec une feuille de route : la suspension unilatérale immédiate du remboursement de la dette.

 

Ce serait un véritable coup de tonnerre dans le landerneau des voyous de la finance ! Cris d’orfraie, menaces, dégradation de la « note ». Rien à foutre ! Et que croyez-vous qu’il se passerait ? Les détenteurs des titres de cette dette sont à 60% des fonds de pension étazuniens ou britiches, des fonds spéculateurs planqués dans les paradis fiscaux et recyclant le fric dégueulasse des trafics d’armes, de drogues, d’êtres humains, d’organes, etc., des banques d’affaires véreuses, des fonds souverains rapaces du Golfe et de Chine.

 

Que feraient donc ces « marchés » ? Ben, en bons margoulins qu’ils sont, ils braderaient ces dettes, qui sont titrisées, jusqu’à 20% de leur valeur (nominal et intérêts compris). Et alors là, il suffirait de prendre ces « marchés » à leur propre jeu : le gouvernement français, par l’intermédiaire de la Caisse des dépôts et des Caisses d’épargne, rachèterait ces titres de dettes à bas prix - avec les 500 milliards empruntés récemment ! - réduisant des deux tiers cette dette ! Un emprunt obligatoire à intérêt inflation + 0,5% auprès des 2,6 millions de millionnaires français jusqu’à apurement total de la dette remet le pays à flot. Les dizaines de milliards d’euros ainsi soustraient au service de la dette seraient utilisés à investir dans de grands travaux d’énergies nouvelles, de conquête d’une «nouvelle frontière» : la transition énergétique, la mer, le développement durable, une augmentation raisonnée mais conséquente des salaires, des efforts de réindustrialisation du pays, etc.

 

« Ayavédrim »… Je rêve ? Heureusement. Utopique ? Faites un référendum pour savoir ce que les Français en pense…

 

Photo X – Droits réservés

 

 Et pour avoir des idées:

Savourez un sulfureux Voyage

pour le prix de deux cafés !

 

livre,chiloum

 

C'est un "hibouc" ou e-book...

CHILOUM

 

07/12/2014

C'est dimanche, il fait froid: faites l'andouille!

 

 

andouille plaque.jpg

 

 

Mettez donc à tremper un kilo de fayots

De Paimpol ou Pamiers, si possible bio

Et pour, de votre anus, éviter la cantate

Ajoutez à cette eau quelque bicarbonate.

Faites cuire à l’eau froide pendant deux heures au moins

Une andouille de porc choisie avec grand soin

Puis laissez refroidir dans son jus de cuisson

Jusques au lendemain. Buvez un Jurançon !

 

 

andouille en sauce.jpg

 

 

La nuit étant passé, égouttez les fayots

Mettez-les en cocotte, couvrez avec de l’eau,

Ajoutez quelques couennes, une queue de porc frais,

Deux carottes en rondelles, trois oignons en quartiers,

Un peu de céleri et de l’ail écrasé

Sel, poivre du moulin, thym, feuille de laurier.

Mettre en ébullition, ajouter deux grands verres

De Côtes-du-Rhône rouge, du vin fort en matières.

Faites frémir une heure à feu non emballé,

Puis ajoutez l’andouille confite en sa gelée.

Remettez en cuisson pour que les haricots

Soient fondants à souhait sans être musicaux.

Servez le plat bien chaud en deux plats séparés,

Avec un peu de beurre, du persil ciselé.

Cessons pour aujourd’hui ce conte culinaire,

Ma tripe est assoiffée, remplis raz bord mon verre,

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

 Photos X - Droits réservés

 

 

Et pour une bonne digestion:

 

Savourez un sulfureux Voyage

pour le prix de deux cafés !

 

livre,chiloum

 

C'est un "hibouc" ou e-book...

CHILOUM

06/12/2014

Au bistro de la toile : accouchement...d'un livre !

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Ça y est Loulle, je viens d'accoucher...

 

- Oh la la ! T'es mal barré ce matin Victor. M'es avis que t'as pas sucé des glaçons hier soir. D'accord, t'avais quelques rondeurs conséquentes, mais de là à être gravide et à mettre bas, il y a quelques fossés de beaujolpif ou de côte-du-rhône.

 

- Arrête, mastroquet terre à terre ! Quand je dis que j'ai accouché, c'est d'un nouveau livre !

 

- Ah bon ! Raconte.

 

- Au tournant des années soixante est apparu en Californie un mouvement formidable, une parenthèse fleurie au milieu de la grisaille mondiale : l'utopie Hippie ! Des jeunes du monde entier qui voulaient secouer le cocotier des idées étroites, du conformisme familial, qui voulaient gueuler contre la guerre du Vietnam. Leur slogan était « Peace and love ! ». « Paix et Amour. » C'est pas beau ça Loulle ? Eh bien j'étais un de ces traîne-savates qui sont partis pour le Voyage. Cheveux longs et barbe fleurie à la découverte du monde. Principalement vers l'Inde, pays de tous les fantasmes.

 

- Ouarf ! Tu nous avais caché ça Victor. Alors, ce livre, il est où ? Qu'est-ce qu'il y a dedans ?

 

- C'est un livre électronique Loulle. Un « e-book » comme ils disent maintenant. Il t'embarque – autour du chiloum et de l'herbe-qui-fait rire – pour un Voyage sur les chemins de Katmandou, sur les plages de Goa, dans les forêts du Laos, sur les rives du Mékong, dans les bouges d'Istanbul, les ruelles de Téhéran, les montagnes d'Afghanistan, l’envoûtement de l'Inde, de Bombay à Bénarès, de Srinagar à Pondichéry, les tentations de Bankok, les merveilles d'Angkor...

 

- Et comment on le trouve ce « e-book » ?

 

- Si t'as un ordinateur, une tablette ou une liseuse – tout le monde à au moins un de ces machins aujourd'hui - tu tapes ce lien :

 

CHILOUM

 

et tu pourras l'acheter pour la somme dérisoire de 2,89 euros. Á peine le prix d'un pastaga chez toi Loulle !

 

- Et si je n'ai pas de liseuse Kindle?

 

- Quand tu appuies sur "chiloum", le lien hypertexte t'ouvre la page de vente Amazon. Sur une ligne horizontale au-dessus du titre, tu trouves un lien "applications de lecture gratuites".Tu télécharges, ça dure environ 1 mn, puis tu vas dans tes téléchargements et tu trouves le fichier "kindleForPc-Installer(1).exe". Tu cliques sur "exécuter" et ça devrait marcher.

 

Mais...les mystères de l'informatique et d'interniais...Bonne chance !

 

 

- Banco ! Á ce prix-là, pas la peine de s'en priver !

 

- Allez, à la nôtre ! C'est ma tournée !

 

 

livre,chiloum

 

Ouiquinde callypige

lune.JPG

 

SONNET SUR LE CUL D'UNE DEMOISELLE

Beau cul de marbre vif, dont l'amour fait sa gloire,
Cul dont les doux regards sont d'attraits embellis,
Cul qui par sur tout autre oblige mes écrits,
De sacrer vos honneurs au temple de Mémoire;

Cul qui sur tous les culs remportes la victoire,
Cul qui passes en blancheur et la Rose et les Lis,
Cul de qui le mérite obliges mes écrits
De sacrer vos honneurs au temple de Mémoire,

Beau cul, bien que tant de bonheur se marque assez en vous,
Ce n'est pas le sujet qui fait qu'aux yeux de tous,
J'étale en ces écrits vos beautés que j'admire,

Mais surtout, je vous aime ô beau cul tout divin
Pour être le plus proche et l'unique voisin
De ce doux Paradis où l'Amour se retire!

ROBERT ANGOT DE L'ÉPERONNIÈRE (1640)

 

 

coeur cul.JPG

 

gros culs.JPG

 

 

Et puis, le grand

TONTON GEORGES !

 

 Photos X - Droits réservés

***********************

 

CHILOUM

Savourez un sulfureux Voyage

pour le prix d'un pastaga !

 

livre,chiloum

 

C'est un "hibouc" ou e-book...

03/12/2014

RESISTANCE. Après Notre-Dame-des-Landes et Sivens, voici venir Roybon en Isère, et plus si affinité !

opposants Roybon.jpg

 

Vous avez aimé les affrontements meurtriers autour du barrage de Sivens (un jeune homme tué par les force de « l'ordre ») dans le sud-ouest ? Vous appréciez les confrontations autour du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes en Bretagne ? Vous allez adorer le foutoir en train de se mettre en place autour du futur Center-Parcs du groupe Pierre et Vacances à Roybon en Isère. Décidément les caciques locaux, présidents de conseils généraux, chambres de commerce, etc. sont friands de ces « grands projets inutiles » qui défigurent la France au profit d’intérêts privés. Opérations souvent entachées d'illégalité et de conflits d'intérêts entre élus et corporations impliquées.

 

« Center Parcs », késako ? Ce sont de grands complexes de loisirs comprenant des logements sous forme de « cottages », des infrastructures de loisirs sur-dimensionnées, proposant « relaxation et détente ». En fait il s'agit de ponctionner au max une clientèle captive en lui proposant logement, restauration, distraction, loisirs, souvenirs dans un espace clôt, en pleine cambrousse, séparé du contexte local. Bof ! Pourquoi pas, s'il y a des clients pour ces pompes à fric.

 

Le hic, c'est que ces infrastructures ne se réalisent pas sans dommages pour l'environnement local. Généralement situés en forêts, ils doivent, pour s'implanter commencer...par abattre une grande partie de cette forêt ! D'où les grincements de dents, les recours administratifs multiples, les batailles politiques, la politique du fait accompli avec l'arrivée des bulldozers avant même que tous les recours judiciaires n'aient été traités, puis la mobilisation des opposants, l'occupation des lieux et la guérilla genre Notre-Dame-des-Landes et Sivens. Avec tous les risques de dérapages que l'on connaît, hélas. Ce scénario est en train de se mettre en place au Roybon, en Isère où, dimanche dernier, un millier de manifestants a dénoncé bruyamment ce projet, et où des militants ont commencé à s'installer à proximité d'une maison forestière.

 

Les partisans du projet, en particulier le Conseil général, font état de l'impact positif de cette implantation, arguant de la création de près de 700 emplois ainsi que de retombée fiscales conséquentes pour les communes concernées par le projet. Pas moins d'un millier de « cottages » ! Des restaurants, des commerces, autour d'une énorme bulle transparente à la température maintenue toute l'année à 29°C, avec piscines, jeux d'eau, etc. Bonjour le gouffre en énergie dans ces lieux pré-alpins au climat rigoureux !

 

Concernant les promesses d'emplois, la réalité est moins rose au vu de l'expérience dans les Center Parcs déjà existants. Concernant les chantiers de construction, beaucoup d'emplois sont dévolus...à des travailleurs étrangers sous contrats de « travailleurs détachés » ! Et pour le personnel permanent, ce n'est pas la joie... Ainsi, au parc de Chamouille, en Picardie, des mouvements de grève ont eu lieu il y a quelques semaines, dénonçant des mini-contrats de 10h, un sous-effectif constant, des formations non adaptées, un management abusif qui pousse les employés à la dépression… lien 

 

D'autres résistances se font jour sur un autre projet d'implantation d'un Center Parc de « Pierre et Vacances » dans le Jura, à Poligny. Affaire à suivre...

 

Ces implantations semblent procéder de cette vision « houelbequienne » d'une France désindustrialisée, entièrement dévolue au tourisme, devenu le bronze-cul de l'Europe et le pays-musée du monde. C'est ça l'avenir que les « maitres du monde » nous concoctent ?

 

Va fan culo !

 

Photo X - Droits réservés

 

02/12/2014

Drones, centrales nucléaires. CATASTROPHES à venir ?

drone sur centrale nucléaire.jpg

 

 

Une petite fiction, c'est comme un dessin, ça éclaire plus les esprits que des tonnes d'explications fumeuses... Embarquez, et tenez-vous aux branches :

 

Paris, 24 décembre 2014, 20 heures. La ville lumière mérite bien ce qualificatif en ces périodes festives. Les principales artères rivalisent d'illuminations somptueuses. Les vitrines, éclairées a giorno, regorgent d'animations. Les clients se pressent, en ces dernières heures, pour faire leurs ultimes achats. Il en est de même dans toutes les villes de France. Partout dans le pays, partout en Europe on oublie la morosité ambiante et on s'apprête à célébrer joyeusement LA fête principale de nos civilisations : Noël. L'ambiance est à la liesse familiale. Et pourtant...

 

Pierrelatte, Drome. 20 h 01. Jean-Pierre roule sur l'autoroute A7. Il vient de Lyon et va à Avignon. Il roule vite car il a été retenu par une réunion qui s'éternisait et est quelque peu irrité. Soudain, il reste sidéré par ce qu'il voit sur sa droite : à hauteur de la centrale électronucléaire du Tricastin: une explosion génère un énorme éclair suivi d'un incendie.

 

A Fessenheim, à Civaux, à Gravelines, à Nogent, à Dampierre, à Golfech, à Chinon, à Bugey comme à Cruas, à la même heure, la même explosion, les mêmes incendies limités.

 

Alors il se passe en France un phénomène aussi étrange qu'effrayant : partout, en cascades, l'électricité s'éteint... C'est le black-out dans la « ville lumière » comme partout dans le pays. Finies les illuminations festives ! Les trains s'arrêtent en rase campagne. Les métros stoppent avec leurs fournées de passagers. Les ascenseurs restent bloqués, laissant leurs occupants terrorisés dans le noir total. Dans les familles s'apprêtant à festoyer, inconscientes de se qui se passe, on allume les bougies en riant de ce contretemps. La France entière bascule dans les ténèbres. Et l'Europe va suivre...

 

Sur les sites des centrales nucléaires, les énormes transformateurs qui alimentent les lignes principales à 400.000 volts et les secondaires à 225.000 volts brûlent. En conséquence logique et inéluctable, tous les postes électriques de distribution disjonctent l'un après l'autre, sur tout le territoire. Puis cette chute de dominos s'étend aux pays voisins connectés au réseau français. C'est la catastrophe...

 

Dans les centrales attaquées, on frôle la panique. Les groupes électrogènes de secours sont mis en route et, par chance, fonctionnent. Les barres d'arrêt des réacteurs tombent sans problèmes majeurs. Les turbo-pompes de secours refroidissent les réacteurs. Ouf ! Pour l'instant, pas de risque nucléaire genre Fukushima. Pour l'instant...

 

Que s'est-il passé ? Il a suffi d'une attaque coordonnée de drones légers que l'on trouve sans problème dans le commerce. Non plus équipés de caméras mais d'une petite charge d'un demi-kilo de Semtex C4, un explosif genre plastic 100 fois plus puissant que la TNT. Ces drones ont été lancés sans coup férir sur les transformateurs, nœuds stratégiques et pourtant très vulnérables et non protégés de tous le réseau électrique. Ces transformateurs abattus, c'est le disjonctage en cascade de tout le réseau français, puis européen puisqu'ils sont interconnectés...

 

Voilà à quoi ont - peut-être - servi les récents et récurrents survols de drones sur les centrales nucléaires. Ces survols ont eu lieu de nuit. Ils ont permis – grâce à des caméras thermiques – de relever les coordonnées précises de ces installations. Il ne restait plus alors qu'à programmer, coordonner et réaliser l'attaque simultanée des cibles consciencieusement répertoriés.

 

Nul besoin d'une armée pour mettre un pays « moderne » à genoux. Sa « modernité », et entre autres sa dépendance totale à la bonne marche du réseau électrique, est son talon d'Achille. Une petite équipe bien organisée, sans risques et sans combats, peut mettre la France – mais aussi n'importe lequel des pays industrialisés – dans une situation catastrophique. Et générer un chaos épouvantable.

 

Fiction que tout ça ? Souhaitons-le...

 

Les civilisations, tout comme les individus, ne sont-elles pas mortelles !

 

Photo X - Droits réservés

 

25/11/2014

Allo Riad ? Non mais Allo ! Merde ! Ça a coupé...

 

 

Eh oui, ça a coupé. Pas à cœur, mais à pique, couleur de la mort. Et ça coupe même sans mollir dans ce beau pays ami (!!??) qu'est l'Arabie Saoudite. Selon Human Rights Watch, cette dictature chérie des Zoccis-dentaux a déjà occis, de janvier à octobre 59 personnes. Au mois d'août, ça a usiné à fond la caisse au royaume des Chèques : 19 en 17 jours ! Et ce beau pays pourtant très moderne soutien l'artisanat : c'est à la main, au cimeterre que les « délinquants » sont occis. Eh ! Ce sont les traditions locales. Fabius, toi qui a en charge le commerce international, tu pourrais peut-être signer un contrat pour leur revendre quelques « Louise », quelques « Veuves » à défaut de Rafale. Nous, les Français, avons tout de même une expertise incontestable en matière de coupage de cigare.

 

Ouais mais Allo ! Ils avaient bien dû le mériter ce raccourcissement les mecs ou les meufs qui en ont bénéficié... Ben, à vous de juger : au doux pays des Chèques enturbannés, les motifs de raccourcissement sont aussi larges que variés : apostasie, blasphème, sorcellerie, adultère, sodomie, conduite sexuelle immorale (?), fornication, conduite irréligieuse, idolâtrie, rébellion, vol, trahison, trafic de drogue, cambriolage, etc. Autrement dit n'importe qui, sous un quelconque prétexte, peut aller au coupe-cigare dans ce beau pays, après un simulacre de justice. Le mieux c'est tout de même la « sorcellerie » ! En Arabie saoudite, on est encore en plein Moyen-âge au temps « béni » de l'Inquisition.

 

L'âge moyen du triumvirat de princes régnants est de 83ans, alors que 60 % des Saoudiens ont moins de 18 ans. Grâce à la télévision par satellite, à Internet et aux réseaux sociaux, les jeunes sont désormais parfaitement conscients de la corruption des autorités - tout comme ils savent que 40 % des Saoudiens vivent dans la pauvreté et que près de 70 % ne peuvent se payer un logement. Ces Saoudiens vivent des vies dignes du Tiers Monde, ils souffrent d'une éducation lamentable et sont incapables de trouver du travail dans un secteur privé où 90 % des employés sont des étrangers. C'est donc une poudrière.

 

Ce pays - qui dispute le titre de pays le plus obscurantiste du monde au Pakistan - légitime l'esclavage, l'inégalité homme-femme, l'intolérance religieuse, finance les mouvements fondamentalistes les plus sanguinaires (dont le « célèbre » Etat Islamiste, mais aussi Al Quaïda, Boko Haram, Aqmi, les Shebab de la corne de l'Afrique, etc.).

 

Pourtant ce paradis des Nazislamistes est notre allié. Françoa y est allé plusieurs fois, les princes-tueurs sont personna grata dans notre république, ils achètent – en concurrence avec leur concurrent en horreur cynique le Qatar - les bijoux de famille.

 

Pourquoi cette coupable complaisance ? Parce qu'ils ont le pétrole, cet excrément de la terre. Parce qu'ils achètent sans compter des armes sophistiqués qu'ils sont incapables de mettre en œuvre. Parce qu'ils sont les premiers clients des marchands de miroir aux alouettes de la place Vendôme. Enfin parce qu'ils bénéficient de la protection de ces voleurs de terre que sont Les USA et Israël.

 

Sources :

 

www.hrw.org/node/128314

 http://www.deathpenaltyworldwide.org/country-search-post.cfm?country=Saudi+Arabia

http://www.postedeveille.ca/2009/12/arabie-saoudite-un-condamn%C3%A9-est-d%C3%A9capit%C3%A9-sa-t%C3%AAte-est-resousue-puis-il-est-crucifi%C3%A9.html

 

Photo X - Droits réservés

 

22/11/2014

Le Beaujolpif et le Côtes-du-Rhône nouveaux coulent à flots. Soyons paillards!

 

 

 

ivrogne.jpg

 

Narguons les pédants, les dévots,
Qui veulent effrayer nos âmes;
Aimons en dépit des cagots
Les vins vieux et les jeunes femmes. 
Dieu créa pour notre bonheur
La beauté, le jus de la treille.

Je veux ce soir en son honneur
Chanter le con et la bouteille.

 

AphroditePan.jpg

 

 

On ne peut pas toujours bander
Au vit le temps borne l’usage.
Il n’est qu’un temps pour bien baiser;
Pour bien pinter, il n’est point d’âge.
Vieillards, avec vos froids couillons,
Sachez mieux employer vos veilles :

Quand on ne bouche plus de cons,
Il faut déboucher des bouteilles.

 

allemande sexy 2.png

 

Dans les bassinets féminins,
Quand on a brûlé trop d’amorces, 
Quelques bouteilles de vieux vins
Au vit rendent toutes ses forces.
Amis, plus on boit, plus on fout:
Un buveur décharge à merveille...

Enfin, le vin, pour dire tout,
C'est du foutre mis en bouteille.

 

bollywood2.jpg

 

Par malheur, depuis quelque temps,
Pour punir nos fautes maudites,
Le ciel a fait les cons trop grands
Et les bouteilles trop petites !
Grands dieux, accordez-moi le don
De pouvoir, par une merveille,

Trouver toujours le fond d’un con,
Jamais celui d`une bouteille.

 

cul béni.JPG

 

 

Dans l’Olympe, séjour des dieux,
On boit, on patine des fesses,
Et ce nectar si précieux
N’est que le foutre des déesses.
Si j’y vais un jour, Apollon
Ne choquera plus mes oreilles:

A Vénus je saisis le con,
A Bacchus je prends sa bouteille.

 

 

filles de zeus.jpg

 

 

Illustrations X - Droits réservés

21/11/2014

Ras-le-bol des pubs intempestives sur la Toile ? Bloquez-les !

âne qui rit.jpg

 

 

Marre d'être pris pour un âne !

 

Qui n'a pas été mis en rogne par l'intrusion intempestive d'une konnerie publicitaire en pleine lecture d'un article intéressant ? Personne... Pourtant il faut bien que quelqu'un paie pour le contenu de la Toile. Et c'est généralement la pub. Á moins d'accepter de payer pour un contenu, pour un site défini. C'est le cas pour Mediapart par exemple. Ou de s'abonner, comme pour le Monde Diplomatique. Ou de faire un don, comme pour Agoravox ou Urtikan. C'est ce que je fais. Mais ceci ne vous empêchera pas de subir ces pubs irritantes.

 

Sauf si vous avez pris la précaution d'intégrer à votre machine un logiciel de blocage de ces pubs ! Mais si ça existe. Il y a longtemps que, personnellement, je ne suis plus emmerdé par ces insupportables intrusions. Et je ne suis pas seul ! Quelque 150 millions d'internautes de par le monde ont installé un de ces modules permettant de bloquer ces pubs. C'est gratos et certains vous permettent même d'éviter certains types de messages et d'en laisser passer d'autres que vous acceptez. Il existe aussi des modules permettant d'éviter toute trace de votre navigation, et n'enregistrant pas votre carte de visite électronique : votre IP.

 

C'est très bien tout ça. Et ça fait bouger dans le Lanterneau des marchands de soupe électronique. Annonceurs, régies publicitaires, éditeurs sont fort préoccupés. En effet pensent-ils, pourquoi dépenser des millions pour produire et diffuser des pubs que la cible (vous, moi) peut facilement refuser de voir ? Eh oui, coco ! Faut rester discret, modéré, par trop agresser le pékin sinon il prend la rabia et ferme la porte !

 

Sauf que...le bourrage de crâne mercantile, que vous croyez mettre à la porte avec ces bloqueurs...rentre par le fenêtre. Parce que les bloqueurs sont du même bord que ceux contre lesquels ils proposent un service gratuit. Alors ils négocient en espèces sonnantes et trébuchantes avec les plus grosses régies leur inscription sur une liste blanche...pour que leurs pubs ne soient pas bloquées ! C'est la prime au plus gros - Amazon, Google, ,etc. ,- et c'est l'internaute qui se fait encore une fois enfumer...

 

Par ailleurs, les éditeurs de pub ont la possibilité de refuser l'accès au contenu intéressant de leur site si la pub qui y est associée est bloquée...

 

Enfin, dernière avancée technologique pour nous bourrer le mou, il existe maintenant des bloqueurs...de bloqueurs de pub ! Bref on navigue en plein bordel.

 

En attendant, on peut actuellement (mais pour combien de temps?) lutter contre ces intrusions publicitaires qui gonflent les aliboffis. C'est ce que j'ai fait depuis quelques mois et je m'en porte fort bien : j'ai débarrassé mon ordinateur de Google, de Chrome, d'Internet explorer et autres moteurs de recherches de cet acabit. À la place, il suffit d'installer Firefox Mozilla  et de le compléter avec Ixquick , métamoteur plus puissant encore que Google et ne dévoilant jamais votre adresse IP. Avec en plus Qwant.com, moteur de recherche français! 

 

Avec ça, depuis, je fais un doigt d'honneur à Google et à la NSA !

 

Enfin, contre les pubs, j'ai installé Adblock Plus. Très efficace.

 

Et puis, après tout, faites comme vous le voulez. Certains aiment les pubs. Il en faut pour tous les goûts...

 

Photo X - Droits réservés

18/11/2014

Fonctionnaires, mais si on vous aime ! Quand vous fonctionnez...

dubout fonctionnaires.jpg

 

Je racontais, dans une chronique du 29 septembre le redoutable parcours du combattant qu'a dû effectuer un ami afin d'aider son petit-fils à s'inscrire dans un cursus d'apprentissage. Il paraît qu'on manque d'apprentis en France, que not'bon président est favorable à cette filière et qu'il a lancé un grand chantier de simplification des procédures administratives. On devrait donc s'attendre à ce que les jeunes désireux de suivre cette voie soient accueillis à bras ouverts, et facilement.

 

Mouais... Tè ! Fume...

 

Revenons au petit-fils de mon pote. Après des jours de recherche, des dizaines de coups de téléphone, des visites nombreuses dans diverses administrations, le tout avec beaucoup de bonne volonté, de pugnacité et de suite dans les idées, notre binôme petit-fils-grand-père a réussi à trouver un chef d'entreprise acceptant le jeune homme. Tout rentre donc dans l'ordre, semble-t-il. Ben, non !

 

La Chambre de commerce de Nîmes, partenaire de l'opération, envoie au chef d'entreprise non pas le contrat d'apprentissage mais...un « projet de contrat d'apprentissage ». Et oui : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. Elle réclame aussi et avant toute chose un chèque de 72 euros ! Pour quoi ? Pour envoyer un formulaire de contrat tenant sur une simple feuille. Ça fait cher de la photocopie !

 

Imaginez la tête du chef de PME, qui accepte de jouer le jeu de l'apprentissage ! Il considère cette demande de pognon comme du racket et on le comprend. Il refuse donc, prend son téléphone et remonte les bretelles de ses interlocuteurs de la CCI ! Cause à mon cul, ma tête est malade... Aucun résultat.

 

Voilà donc notre jeune impétrant apprenti le cul entre deux chaises. Le grand-père (ancien chef d'entreprise) a les aliboffis qui gonfle et il se rend au CFA où il plante un peu la zone. Un responsable, pour se débarrasser de l'emmerdeur, se charge de l'affaire. Il donne deux coups de téléphone... et débloque le schmilblick ! Comme quoi ce n'était pas très difficile. Tout est bien qui finit bien. Eh ! Pas tout à fait. Vous allez voir.

 

Le contrat est signé le 4 novembre avec l'employeur, puis retour au CFA pour connaître la date de début des cours.
 

- « Jeune homme, vous commencerez le 3 novembre ». Soit...la veille du jour de signature du contrat ! Ce doit être ça la relativité, l'espace-temps d'Einstein.

 

Bon. Aux dernières nouvelles, le jeune Nils, impétrant apprenti, a commencé son apprentissage dans l'entreprise et commencera ses cours le 24 novembre... Ouf !

 

Eh ! Tonton Courteline, ça va où tu es ? Ici, rien n'a changé...

 

Illustration: merci à l'irremplaçable et irremplacé Dubout.

 

15/11/2014

Ouiquinde érotique avec Pierre de Larivey

bouche-chatte.jpg

 

Une femme qui pile

 

Je vis ces jours passez une fort belle garce

Négligemment coiffée, assise sur du foin,

Ayant ses deux genoux l'un de l'autre si loin

Au large escarquillez qu'ils occupaient la place.

 

Ses cuisses elle ouvroit d'une si bonne grace

Qu'on voyait entre deux, vers le haut, en un coin,

Un trou large et ouvert à y mettre le pain,

Mais qui faisait, ce semble, une laide grimace.

 

Joyeuse, elle tenait à belles plaines mains

Un chose gros et long d'un quartier pour le moins

Qu'elle mettait dedans d'une mine asseurée;

 

Et, remuant tousjours, si fort elle pressoit

Que jamais en repos elle ne la laissoit

Qu'une douce liqueur elle n'en eut tirée.

 

 

Pierre de Larivey

 

 

bitenpierre.jpg

 

Photos X - Droits réservés

13/11/2014

Au bistro de la Toile : de Rosetta à Siné.

chimulus bistro copie.jpg

 

« Depuis que je suis amoureux de toi
Rosetta
Je voudrais le crier sur les toits
Oui Rosetta
Moi qui ne croyais pas à l´amour
Je deviens pour toi le troubadour... »

 

- Fatche, Victor. T'es en forme ce matin ! Qui c'est cette Rosetta qui te fait grimper aux rideaux ?

 

- Eh ! Bougre de nifle. Qu'est qu'il y a sur les canards que tu vends ? Qu'est-ce que t’entends depuis hier dans les machines à bruits ? Qu'est-ce que tu vois dans les lucarnes à décerveler ? Rosetta ! Et son miston, Philoe !

 

- Ah! Bon. Compris. Tu chantes le succès de ce frigo qu'on a envoyé sur un glaçon. Généralement c'est un glaçon dans le frigo, mais là, c'est le contraire...

 

- T'es un indécrottable terre-à-terre, mastroquet de mon cœur... Le frigo en question, le faire se poser sur le glaçon - pour me mettre à portée des boyaux de ta tête – c'est comme si un moustique arrivait à se poser sur une de tes boules pendant que tu tires dans la dernière mène d'une partie de pétanque ! Et même plus compliqué que ça. Non mais tu imagines, Loulle : réussir à faire se poser un frigo, comme tu dis, sur ce minuscule glaçon, mais à 500 millions de km d'ici Loulle ! Après un voyage de dix ans et un trajet de 6 milliards de kilomètres !

 

- ..teng! C'est vrai que c'est un truc de ouf quand on y réfléchit. Mais comment ? Comment des humains peuvent-ils guider, depuis la Terre, une telle manœuvre.

 

- J'en sais rien Loulle. Mais moi aussi ça m'espante.

 

- Eh ! Les Humains qui ont réussi ça, c'est nous ! L’Humain n'est pas qu'un chiapacan, Victor. On sait en faire des choses. De quoi retrouver un peu de fierté. D'autant plus que c'est nous, les Zeuropéoches ! Pas les Zétazuniens, les Ruskofs ou les Chinetoks. Allez, buvons à Philoe ! Je paie le jaune, puisqu'il a le glaçon !

 

- Ça change des konneries de notre petit monde de cloportes. T'as entendu, ce matin, Cazeneuve qui ramait comme d'Abboville au milieu de l'océan pour nous faire avaler qu'il n'a pas raconté des craques concernant le meurtre de ce jeune, au barrage de Sivens, la colonne vertébrale explosée par une grenade de ses archers. Lamentable.

 

- Et les autres guignols, Fillon, Jouyet, qui se réunissent dans une somptueuse gamelle. Pourquoi ? Qu'ont-ils à faire ensemble sinon profiter de leur connivence de caste - Ena et compagnie – pour fomenter je ne sais quelle magouille...

 

- Intérêts croisés entre « élus » professionnels, arrangements entre « camarades de promotion », magouilles et corruption, renvoi d'ascenseur, etc. Avec pour résultats : blocage de la démocratie, rejet de la politique et surtout des « politiques », et enfin la désespérance qui pousse à l'égoïsme corporatiste et finalement au vote FN.

 

- Allez. Buvons à Philae et à ta Rosetta.

 

« ...Oui Rosetta
Moi qui ne croyais pas à l´amour
Je deviens pour toi le troubadour... » !

 

Illustration : merci à Chimulus.

 

* * * * * * * * * * * * * * * *

 Copinage:

sine-mensuel-36.jpg

 

SINÉ ! Même un pied dans la tombe, notre flamboyant pourfendeur de la konnerie lance un SOS.

 

Son magazine – SINÉ MENSUEL – est à portée de fusil des banquiers rapaces qui veulent sa peau. Dans sa « zone »du dernier numéro, il écrit : « (…) Comme l'espoir fait vivre et qu'on n'a pas envie de baisser les bras, on a décidé d'attendre jusqu'à la dernière minute pour nous résoudre à cette extrémité (fermer la boutique). Vous pouvez encore nous sauver en envoyant vos dons fissa à www.sinemensuel.com. Si vous nous sortez de là, promis, tournée générale ! »

 

Eh ! Bob. Tiens-toi aux branches, on arrive. Et puis, meffi ! Si tu meurs, je te tue !

 

sine-a-poil.jpg

 

 

Alors, si vous n'avez pas un oursin dans une poche et une bogue de châtaigne dans l'autre,

 

AIDEZ

SINÉ MENSUEL !

 

 

Le bulletin d'abonnement, les numéros spéciaux dont le formidable : « Ma vie, mon œuvre, mon cul », et même le tee-shirt illustré, c'est là :

 

http://www.sinemensuel.com/boutique/

 

 

12/11/2014

Ubu-Sarko et Ubu-Françoa. Mais kikinouzami des guignols pareils ?

Ubu-Roi photo personnages.jpg

 

 

Mais kikakassé le mur de Berlin ?

C’est Ubu-Sarko !

Mais kikamarché sur la Lune ?

C’est Ubu-Françoa !

Mais kikadécouvert la Relativité ?

C’est Ubu-Sarko !

Mais kika-inventé le cassoulet ?

C’est Ubu-Françoa !

Mais kika-inventé l’imprimerie ?

C’est Ubu-Sarko !

Mais kikakassé le vase de Soisson ?

C’est Ubu-Françoa !

Mais kika-écrit La princesse de Clèves ?

C’est Ubu-Sarko !

Mais kika inventé la boussole ?

C’est Ubu-Françoa !

Mais kike, s’il avait inventé la poudre

Elle ne pèterait pas fort ?

C’est Ubu-Sarko !

Et kiki tire des plombs sur la comète ?

C’est Ubu-Françoa !

Et kiki transcende la konnerie ?

C’est Ubu-Françoa et Ubu-Sarko !

Mais kika donné les clefs de la baraque

Á ces deux comiques troupiers ?

C’est nous les cocus-électeurs…

Et kiki ricane dans sa barbe ?

C’est la Bête

Que notre stupidité fait renaître…

 

 Illustration X - Droits réservés

 

11/11/2014

Dis, papet. C’est quoi la GUERRE ?

cadavres 1418 2.jpg

 

 

La guerre, ce n’est pas une mission humanitaire.

Ce n’est pas le défilé pimpant, presque gai derrière les musiques martiales de ces beaux jeunes gens solides, virils et disciplinés.

La guerre, ça pue le sang, la merde, la peur, la mort...

La guerre, c'est l'ombre omniprésente de la mort. De celle qu'on donne comme de celle qu'on redoute.

La guerre, ça sent la poudre qui excite, mais ça sent surtout la sueur aigre de la trouille, la merde du camarade qui se chie dessus, l'odeur doucereuse et écœurante du cadavre qui gonfle au soleil puis dont le ventre éclate, libérant la tripaille putride où grouillent les vers.

La guerre, c'est le fracas des explosions, le cliquetis rageur des tirs, le sifflement menaçant des balles qui vous cherchent, qui ricochent autour de vous, ou qui vous hachent en morceaux de viande palpitante.

La guerre, l'embuscade, c'est le corps qui s'efforce de se rétrécir au delà du possible, qui voudrait s'infiltrer dans le plus petit interstice, qui voudrait se fondre dans la boue de la tranchée, la caillasse du djebel ou la vase de la rizière.

La guerre, ce sont les ongles qui se crispent sur la terre à chaque rafale qui vous cherche, qui va vous trouver.

La guerre, c'est la haine de l'autre, de celui qui a tué votre camarade, qui veut votre peau comme vous voulez la sienne. C'est le doigt qui ne relâche plus la détente de votre fusil dérisoire.

La guerre, ce sont les cris de douleur du camarade touché, les hurlements et les sanglots, les aboiements somme toute rassurants de la vieille bête d'adjudant qui hurle ses ordres.

La guerre, c'est le désespoir du camarade touché et qui attend des secours qui ne peuvent venir.

La guerre, c'est l'égoïsme salvateur, primordial qui vous fait penser - lorsque votre voisin d'attaque tombe à côté de vous, haché par une rafale ou la tête explosée par une roquette – qui vous fait crier dans votre pauvre tronche: « ouf, c'est lui, c'est pas moi! »

La guerre, c'est de la merde.

 

Pendant la grande boucherie 14-18, les profiteurs et fauteurs de guerre se la faisaient belle. Les grands boulevards de Paris affichaient une vie trépidante ; les théâtres, les brasseries, les cafés concerts, les boites de nuits regorgeaient de fêtards…

 

Pendant que les Français Schneider, De Wendel et autres faisaient discrètement la bringue avec leurs homologues, rivaux et…amis allemands Krupp, Thyssen et autres fabricants de choses en aciers bien pointues, bien aiguisées, qui entrent dans les viandes, qui labourent les chairs, qui brisent les os, qui éclatent les cranes, qui arrachent les yeux, qui explosent en beaux feux d’artifices de mort, la France d’en-bas s’étripait avec l’Allemagne d’en-bas. Pour le plus grand profit des précédents.

 

La droite la plus bornée, la plus avide, la plus lâche se lâchait, se goinfrait, s’engraissait, se tapissait la tripe de sauces chaudes et onctueuses pendant que les « pauv’cons » se faisaient trouer la viande. C’est cette même droite que l’on retrouvera parmi les vichystes, les patrons et les collabos en 40 pendant que les cocos, au coude à coude avec la droite républicaine gaulliste, se battaient. C’est cette même droite sans vergogne, cupide, inculte, avide, pleine de morgue, la droite - du Fouquet’s comme celle des « copains et des coquins » de la promotion Voltaire - qui gouverne et tient le haut du pavé derrière ses marionnette Ubu-Sarko hier, Ubu-François aujourd’hui.

 

 La guerre est « l’art » de faire s’entretuer des gens pauvres, qui ne se connaissent pas, au profit de gens riches qui, eux, se connaissent… Cette maxime à la véracité sans cesse renouvelée à travers les époques a été superbement illustrée par cette chanson qui marque le désespoir, la résignation mais aussi la révolte de ceux qu’on envoyait à l’abattoir pour rien, sinon transcender la connerie humaine, seule approche que l’on puisse avoir de l’infini…

 

 

La chanson de Craonne

 

Quand au bout d'huit jours le r'pos terminé

On va reprendre les tranchées,

Notre place est si utile

Que sans nous on prend la pile

Mais c'est bien fini, on en a assez

Personne ne veut plus marcher

Et le cœur bien gros, comm' dans un sanglot

On dit adieu aux civ'lots

Même sans tambours, même sans trompettes

On s'en va là-haut en baissant la tête

 

- Refrain :

Adieu la vie, adieu l'amour,

Adieu toutes les femmes

C'est bien fini, c'est pour toujours

De cette guerre infâme

C'est à Craonne sur le plateau

Qu'on doit laisser sa peau

Car nous sommes tous condamnés

C'est nous les sacrifiés

 

Huit jours de tranchée, huit jours de souffrance

Pourtant on a l'espérance

Que ce soir viendra la r'lève

Que nous attendons sans trêve

Soudain dans la nuit et le silence

On voit quelqu'un qui s'avance

C'est un officier de chasseurs à pied

Qui vient pour nous remplacer

Doucement dans l'ombre sous la pluie qui tombe

Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes

 

- Refrain -

 

C'est malheureux d'voir sur les grands boulevards

Tous ces gros qui font la foire

Si pour eux la vie est rose

Pour nous c'est pas la même chose

Au lieu d'se cacher tous ces embusqués

Feraient mieux d'monter aux tranchées

Pour défendre leur bien, car nous n'avons rien

Nous autres les pauv' purotins

Tous les camarades sont enterrés là

Pour défendr' les biens de ces messieurs là

 

- Refrain :

Ceux qu'ont le pognon, ceux-là reviendront

Car c'est pour eux qu'on crève

Mais c'est fini, car les trouffions

Vont tous se mettre en grève

Ce s'ra votre tour messieurs les gros

De monter sur l'plateau

Car si vous voulez faire la guerre

Payez-la de votre peau

 

cadavres 1418 1.jpg

 

Photos X - Droits réservés

 

09/11/2014

Ouiquinde gastronomique : l'homo parasitus en croûte.

asterixgueuleton.gif

 

 

Prenez un homo parasitus bien gras

C’est facile à trouver, il n’y a pas d’embarras :

Banquier, patron voyou ou élu cumulard,

Curé, imam, rabbin, juge, flic ou bavard,

Faites à votre goût, ou selon l’arrivage,

Sans souci de couleurs, de sexe ou bien d’âge.

Tous sont aptes à fournir matière à bon mâchon.

Á défaut, vous pouvez vous servir d’un cochon

Il doit être saigné, vidé, émasculé

Si mâle (garder les attributs dans du lait)

Garnissez l’intérieur d’herbes aromatiques,

Thym, romarin, oignons coupés façon rustique,

Quatre ou cinq têtes d’ail, trois poignées de gros sel,

Salez bien tout le corps, cuisses, dos, fesses, aisselles,

Entourez le porc long de feuilles de fougères

Puis recouvrez le tout d’argile ménagère.

Vous avez préparé, à l’avance, un foyer

Dont le fond est garni de pierres, de galet

Chauffés à blanc par un grand feu de bois bien sec.

Dégagez-en les braises, allongez-y le mec,

Puis recouvrez de braises, de pierres et de terre,

De saisines d’huissiers, de relevés bancaires…

Laissez cuire douze heures, au moins, à l’étouffé,

Cette douce cuisson efface les méfaits.

Enfin, sortez le mets de sa croûte de gangue

Et régalez-vous en, ça craque sous la langue !

Ainsi, même les pires, retenons la leçon,

Peuvent avoir du bon : c’est question de cuisson !

 

 

Illustration X – Droits réservés

 

06/11/2014

Au bistro de la toile : buralistes et agriculteurs.



chimulus bistro copie.jpg

 

- Oh ! Loulle, tu fais pas la manif des buralistes ?

 

- Eh ! T'as mis tes lunettes en peau de saucisson ? Tu ne t'es pas encore rendu compte que je désaltère mes clients assoiffés, je leur vends les journaux mais pas de tabac !

 

- Ça va Loulle. C'est pour un peu te faire encagner !

 

- Remarque, les buralistes qui gueulent, on peut comprendre ceux qui sont en zones frontalières. Les autres... Plus les prix augmentent, plus ils gagnent ! Sauf si la consommation baisse. Ça le fait un peu, mais pas longtemps... Actuellement, ils gueulent contre l'augmentation des taxes sur les cigares (Le Davidof est un produit de pauvres, c'est bien connu) et contre le « risque » de banalisation des paquets de cigarettes.

 

- Bof. On a là un épiphénomène strictement corporatiste. Il faut savoir que, à présent, les taxes prélevées sur le tabac vont intégralement à la Sécu. Et puis, moi, je ne fume pas. Alors, égoïstement, leur combat, je m'en fous...

 

- Ah ! Il y a les paysans aussi. Ils ont balancé, partout en France, des patates, des pommes, ils ont arrosés copieusement de lisier les rues et les établissements administratifs, ils n'ont pas été avares de fumiers les FNSEA-boy's !

 

- Leur action a été contradictoire : d'un côté ils pourrissent les rues et la ville avec leur fumier et leur lisier, de l'autre ils distribuent gratos leurs produits. D'un côté ils saccagent, de l'autre ils veulent faire jouer la fibre patriotique en demandant Français de manger « français »... Ils salopent et veulent se faire aimer...

 

- On peut comprendre leur rabia,Victor, lorsque l'on sait que les cantines d'écoles, les hôpitaux et autres restaurants de collectivités utilisent une majorité de fruits et légumes étrangers !

 

- On touche là une des stupidités de la « libre concurrence » européenne... L'école ou l’hôpital de Chateaurenard – au centre d'un des jardins de la France - sont incités à acheter des fruits espagnols et des patates allemandes !

 

- Ils gueulent aussi parce qu'ils ne gagnent plus un fifrelin à cause d'une distorsion de concurrence avec les producteurs espagnols, allemands, polonais et autres qui n'ont pas es mêmes normes sociales et environnementales.

 

- Ah ! Ces fameuses « contraintes environnementales » ! En fait Loulle, la FNSEA – syndicat productiviste s'il en est – rugit dans les brancards contre la directive Nitrates qui impose depuis l’été dernier aux exploitants d’investir du pognon pour limiter la pollution des eaux par ces dérivés d’engrais azotés qui sont les premiers responsables de la prolifération des algues vertes !

 

- Sans oublier les pesticides... Quand je vais pédaler dans la Barthelasse, je fuis vite vite quand j'entends les souffleries de ces énormes machines qui balancent des nuages de pesticides sur pommes, poires, pêches !

 

- Et tu sais ce qu'ils répondent les exploitants agricoles si tu leur parles de ça ? Et les pesticides ? « Au nom de quoi on devrait arrêter de traiter, même si ça impacte le milieu et la santé des agriculteurs ? J’ai choisi d’être agriculteur pour produire, or on ne peut pas nourrir la population sur un modèle bio, c’est réservé à une élite»,

 

- Les agriculteurs ont perdus depuis longtemps ce bon sens terrien qui faisait leur spécificité. Ils ne méritent plus le beau nom de paysans...

 

- On n'a que les syndicats que l'on mérite. Et la FNSEA ne fait rien pour inciter ses troupes à opter pour un modèle agricole différent, plus respectueux des humains comme de la nature, et surtout qui les sorte de cette course au moins disant en matière sociale et environnementale. Sans oublier qu'ils ont déjà beaucoup obtenus : abandon de l'écotaxe, agrandissement des porcheries, détaxe du gazole, etc.

 

- De toute façon, ils peuvent gueuler, casser, saccager, ils savent qu'ils ne risquent rien.

 

- S'ils sont de la FNSEA. Par contre s'ils sont de la Confédération paysanne : au trou ! Comme les déboulonneurs de l'usine aux mille vaches de la Somme...

 

- Allez ! Á la nôtre !

 

Illustration : merci à Chimulus

 

 

* * * * * * * *

 

manitas de plata.jpg

 

 

Manitas de plata. Notre ami. Mon ami...

Ce flamboyant magicien de la guitare est aller agrémenter

les fêtes dans les vignes du seigneur.

 

Levons nos verres en sa mémoire.

 

Adios, amigo !

 

https://www.youtube.com/watch?v=lj_WZZqyMoI&index=2&a...

 

 

04/11/2014

Kamel Daoud parle des islamistes : courage, lucidité, talent.

KAMEL DAOUD.jpg

 

Sera-t-il couronné par le Goncourt demain, pour son roman "Meursault, contre-enquête", inspiré de Camus ? Ce matin, sur France-Inter, après les logorrhées habituelles du ci-devant Cohen Patrick, j’ai entendu, puis écouté des propos qui faisaient « tilt » à mes oreilles. Ces propos étaient ceux de Kamel Daoud, écrivain algérien. Je vous propose donc un texte lucide, courageux et sans langue de bois de ce grand monsieur :

 

Mais d’où nous viennent les islamistes ? par Kamel Daoud

La religion, c’est comme un appel en absence d’un numéro masqué : vous savez qu’on vous a appelé, mais vous ne savez pas qui. Alors, vous dites que c’est Allah, Dieu, Jéhovah, Bouddha ou le Râ. La révélation, c’est comme un SMS : cela doit vous dire tout, mais en trois lignes et 150 caractères. A vous d’interpréter. La foi est une ligne d’abonné. La croyance se recharge comme des unités. Trêve d’humour. Le sujet du jour est une question : pourquoi les islamistes sont des islamistes qui veulent imposer la chariâ partout ? Ils sont comme nous, vivent et respirent et vont aux toilettes. Pourquoi à un moment, ils se prennent pour les guichetiers du ciel et les émissaires de Dieu ? Pourquoi ils n’aiment pas la nudité, la femme, la liberté, le choix, l’homme, l’urne et le choix du choix ? Pourquoi ils sont comme ça : violents, laids, souffreteux et impénétrables aux nuances de l’humanité ? A quel moment un être humain devient un être islamiste ? Faute d’amour ? De bons livres ? D’accès à canal + ? D’attente déçue ? D’emploi ou de sens ? D’où viennent les Djihadistes justement ? Qui les enfantent ? D’où vient l’islamisme ?

 

Réponse : de l’école. Ensuite, plus profond, des livres qui sont en circulation, puis des chaines satellitaires religieuses, de la question palestinienne et des échecs sensuels et amoureux et de salaires et de voyages ratés. Ensuite ? Là, il faut le dire comme l’a dit un collègue : de l’Arabie Saoudite. Ce pays qui mange l’argent des pèlerins crédules et vit d’être le PDG des Lieux Saints, qui exporte le pétrole vers l’Occident et le wahabisme vers le monde « arabe ». C’est de là que viennent ces idées qui empêchent les femmes de prendre le volant des voitures et les « arabes » de prendre le volant du monde. C’est de là que vient l’argent des élections, des maquis, des Djihadistes. Et ce n’est pas de la propagande bas de gamme pro-occidentale mais la réalité : ce pays exporte la mort et forme nos malades tueurs de lueurs et de levers de soleil. La source du Mal est là : dans ce pays qui lutte contre le terrorisme chez lui mais l’encourage ailleurs comme un désert qui avance. Les islamistes sont les petits pupilles de cette nation familiale : ils y tètent les idées noires et l’irrespect des libertés au nom d’une obligation de croyance. C’est dans ce pays, et son sosie l’Iran, que naissent ces fatwas qui nous ridiculisent et ces Cheikhs pervers chevillés à la libido par la tête et la haine.

 

Car il faut se poser la question sur les « islamistes » et leur origine idéologique. Le rêve d’AQMI, c’est le remake pauvre de ce Royaume. La question a longtemps préoccupée le chroniqueur : d’où viennent les islamistes qui naissent comme nous avant de se transformer contre nous ? Qui a fait que des enfants se transforment en hideux guerriers d’AQMI et d’ailleurs ? Des idées. Des idées surtout qui viennent de ce pays de sable et de mort où un peuple entier est condamné à être serviteur des faux serviteurs de ces Lieux. Du coup, une conclusion : le vrai printemps arabe commencera le jour où ce foyer sombre sera éclairé par la révolte et le sursaut de son peuple qui tourne en rond autour d’une famille. C’est de là que nous viennent ces méchants tristes qui veulent emprisonner nos femmes, voler nos arbres, nous imposer les ablutions après les éternuements et nous faire croire que l’on peut marcher vers la lune, le front en semelle de leurs croyances. C’est le jour où l’on cassera le tabou derrière lequel se cache les Al Saoud pour se proclamer garants de nos croyances et gardiens des espaces sacrés, que nous entameront la marche du monde. AQMI et les autres ? Ce ne sont que les enfants perdus de la monstrueuse paternité de ce Royaume. Il ne sert à rien de lutter contre le terrorisme sans s’avouer qu’il a une origine et des Pères fondateurs.

 

Sources : http://nadorculturesuite.unblog.fr/2012/04/08/mais-dou-no...

 

Photo X - Droits réservés

02/11/2014

Si je meurs, je veux qu'on me distille !

enterrement Dubout.jpg

 

Si je meurs, je veux qu'on me distille

Ma liqueur embaumera la ville

Chaque année mes enfants ébahis

Dirons : Putaing, Papé a bien vieilli !

 

Menez ma viande sur le plateau de Sault

Dans la lavande faites tremper mes os

Macérez bien ma queue et mes neurones

Dans un bon vin de la Côte du Rhône.

 

Si je meurs, je veux qu'on me distille

Ma liqueur embaumera la ville

Chaque année mes (arrière petits !!) enfants ébahis

Dirons : Putaing, Papé a bien vieilli !

 

Vous tirerez un demi-muy de gnole

Du jus de vie, d'humour, de gaudriole

Puis faites-y macérez mes couillons

Ça donn' un goût qui plait aux vignerons.

 

Si je meurs, je veux qu'on me distille

Ma liqueur embaumera la ville

Chaque année mes (arrière petits !!) enfants ébahis

Dirons : Putaing, Papé a bien vieilli !

 

Vous me ferez reposer à la cave

Entre un Bonneau et un blanc de chez Chave

Comme voisin mettez-moi du Lirac

Du Châteauneuf ou même un bon Paulhac

 

Si je meurs, je veux qu'on me distille

Ma liqueur embaumera la ville

Chaque année mes (arrière petits !!) enfants ébahis

Dirons : Putaing, Papé a bien vieilli !

 

Vous me boirez, ça ne fait aucun doute

Et m'aimerez jusqu’à l'ultime goutte

Quand vous trouss'rez les bell's de votre temps

C'est un peu moi qui prendrais du bon temps !

 

Si je meurs, je veux qu'on me distille

Ma liqueur embaumera la ville

Chaque année mes (arrière petits !!) enfants ébahis

Dirons : Putaing, Papé a bien vieilli !

 

Illustration: merci à l'irremplacé Dubout