Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/03/2006

Une bluette galouzarde

(se chante sur l’air de « Domino, Domino… »)

Galouzeau, Galouzeau
Tu commences à nous briser les nouilles (variante possible)
Galouzeau, Galouzeau
T’as vraiment une tête d’andouille
(je fais mes plates excuses à ces nobles produits de la gastronomie française qui ne méritent pas une telle comparaison, mais c’est un cliché d’usage courant…)

14:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

26/03/2006

Mangez du poulet !

Eunice Barber citée et honorée par le GAU

Le G.A.U., Groupement Aviculture Urgence vient de citer, avec félicitation pour son comportement aussi courageux que civique la championne Eunice Barber.
En effet, celle-ci n’a pas hésité à manger du poulet, bien que ceux qu’elle avait à se mettre sous la dent n’étant pas confinés présentaient bien des dangers.
Nos félicitation à cette courageuse championne exemplaire.

Rappelons ce qu’est le G.A.U. :
G.A.U !
Groupement Aviculture Urgence
NE PRENONS PAS LES POULETS
POUR DES CANARDS SAUVAGES

Lancé en Ardèche par quelques défenseurs du bon sens et de la gastronomie rurale, le Groupement Aviculture Urgence, « G.A.U ! » (coq, en Provençal), se propose de réunir celles et ceux qui s’opposent au décervelage ambiant concernant la consommation de volailles et plus particulièrement de poulet.
Ils souhaitent :
- donner l’exemple en mangeant du poulet au moins trois fois par semaine ;
- relever les plus grosses énormités vues, lues ou entendues sur la grippe aviaire ;
- inciter les associations, clubs, organisateurs de fêtes et kermesses, à proposer systématiquement des grillades-parties à base de poulet ;
- défendre les producteurs de foie gras français ;
- distinguer les restaurants de toutes catégories et les responsables de restauration collective inventant de nouvelles recettes et multipliant les occasions de consommer du poulet, des œufs et des volailles des régions de France.
Un rassemblement national est envisagé pour le 29 avril mais l’action peut et doit être engagée sans attendre, en tous lieux et sous toutes formes par ceux qui l’estiment utile et efficace.

(Coordination et secrétariat provisoires : « G.A.U ! », chez René-Louis Thomas,
Moutay-Notre-Dame-à-la-Rose, 07300 Plats. ( rl.thomas@wanadoo.fr)

16:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

23/03/2006

La berge du ravin (contrepêterie bien connue)

Comme quoi, faut pas désespérer des religions ! Faut pas non plus croire ce qu’elles disent…
Cette nouvelle réjouissante a été dégoté par mes potes du site Athées en P.O. :


« Une petite offrande en plus de la prière ne peut que mettre le ciel ou son représentant dans de bonnes dispositions. En Israël, de jeunes femmes célibataires désireuses de trouver un mari se rendent ces derniers temps sur la tombe d’un rabbin vénéré de Galilée et y déposent leur petite culotte ou leur soutien-gorge dans l’espoir que leur prière sera entendue.
Pas moins de 400 dessous féminins ont ainsi été collectés par les autorités religieuse qui s’insurgent contre ce phénomène. L’histoire ne dit pas ce qu’elles font de tous ces dessous affriolants ni ce que fut la vie privée de cet heureux rabbin de son vivant, pour espérer bénéficier de sa compréhension. »

15:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

05/03/2006

Le combat des Voraces et des Coriaces

Le combat des Voraces et des Coriaces.

Or donc en ce temps-là le vieux roi cacochyme
Entendait bien gagner en ce combat ultime
Qu’il menait durement contre son chef des flics
Un nain plein d’ambition : Sarconar-le-lombric.

Les chroniques du temps traitent ces avatars
Sous le nom générique de « Guerre des nullards ».
Le nabot la voulait la place du Chichi
Et cela enrageait le vieux roi défraîchi.

Pour contrer Sarconar, il lui mit dans les pattes
En temps que Grand Vizir un fougueux diplomate,
Un bellâtre doublé d’un fringant aristo
Au nom turfiste : Galopin de Ville-aux-Eaux.

Le premier faisait preuve d’un appétit vorace,
Le second se montrait charmeur mais coriace.
L’un jouait du quart-cher, fustigeant la racaille ?
L’autre dynamitait le Code du Travail !

Sarco mettait ses pas dans les pas du Médef ?
L’autre avec ses grands pieds désespérait l’Unef !
Le nabot, irrité, envoyait ses condés
Quand la France-d’en-bas commençait à gronder…

Cessons pour aujourd’hui ce conte atrabilaire
Ma tripe est assoiffée, remplis raz-bord mon verre
De ce nectar divin de la Coste-du-Rhosne
Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne !

(à suivre)