Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/09/2010

C'est le JOUR DE L'AN REVOLUTIONNAIRE, alors tous à la MANIF REPUBLICAINE !

 

Revolution-Delacroix.gif

 

 

Primidi 1er Vendémiaire de l'An 219 ! C'est le Jour de l'An ! Et c'est le jour du Raisin. Alors bonne année révolutionnaire à tous et débouchons un de ces merveilleux flacons du jus de la treille pour fêter l'an qui vient. Faisons mieux encore en étant nombreux, très nombreux à descendre dans la rue pour fêter cet événement en participant à la grande manifestation de défense des acquis républicains.


Lorsque les Sans-culottes - c'est-à-dire le Peuple, les pauvres, les laborieux, les exploités d'un système de castes, de privilèges, d'INJUSTICE – prirent la Bastille, ce bastion de l'arbitraire, ils considérèrent ce jour comme le premier jour de l'An I de l'Ère de la Liberté. Mais c'est en l’an IV de cette ère de la liberté, le 22 septembre 1792, que la Convention nationale décréta que « Tous les actes publics sont désormais datés à partir de l'an I de la République ».  Le 22 septembre 1792 est donc considéré comme étant le premier jour de l'« ère des Français ». Pour les années suivantes, le premier jour de l'année serait celui de l'équinoxe vrai à Paris (ce qui tombait entre le 22 et le 24 septembre selon le calendrier grégorien).


L'année du calendrier républicain est découpée en douze mois de trente jours chacun (= 360 jours), plus cinq à six jours (selon les années) ajoutés en fin d'année pour qu'elle reste alignée avec l'année tropique(~365¼ jours), ce sont les « sans-culotides ». Chaque mois est découpé en trois décades de dix jours.


Les noms des mois et des jours – bucoliques et poétiques - furent conçus par le poète Fabre d'Églantine avec l'aide d'André Thouin, jardinier du Jardin des Plantes du Muséum National d'Histoire Naturelle.

Sources: Wikipedia

TOUS A LA MANIF !

 

01 - Ain
Bourg en Bresse -> 14h30, départ Champ de foire
Belley -> 17h30, devant la mairie

02 - Aisne
Château-Thierry -> 11h, Place Paul Doumer
Soissons -> 17h, Place de la République
Laon -> 17h, Pont de Vaux (rdv CGT à 15h devant Paul Claudel)
Chauny -> 15h, devant la mairie
St Quentin -> 17h, place Lafayette
Hirson -> 17h, maison des travailleurs (rue Dinant)
Villers Cotterêts -> 15h30, Place Aristide Briant

03 - Allier
Moulins -> 15h, devant le lycée Banville
Montluçon -> 15h, Place Jean Dormoy (St Paul)
Vichy -> 15h, Place de la Poste

04 - Alpes-de-Haute-Provence
Digne -> 11h, Place de Gaulle
Manosque -> 11h, Porte Saunerie

05 - Hautes-Alpes
Gap -> 10h30, rond point du Cèdre
Briançon -> 11h, Grand Boucle

06 - Alpes-Maritimes
Nice -> 10h, Place Masséna
Grasse -> 18h, Cours Honoré Cresp

07 - Ardèche
Privas -> 10h30, devant la préfecture
Annonay -> 14h, usine Faya
Aubenas -> 14h, rond-point Ponson Moulon
Le Cheylard -> 10h, devant la mairie

08 - Ardennes
Charleville Mézières -> 14h, Parc des Expositions

09 - Ariège
Foix -> 10h, en haut des allées de Villote

10 - Aube
Troyes -> 13h30, place de l'hôtel de ville
Romilly -> 16h30, salle François Mitterrand

11 - Aude
Carcassonne -> 9h30, square André-Chénier
Narbonne -> 10h, Parvis du Théâtre (Pont de l’Avenir)

12 - Aveyron
Rodez -> 14h, Mail de Bourran

13 - Bouches-du-Rhône
Marseille -> 10h30, Vieux Port
Arles -> 10h30, Place de la République

14 - Calvados
Caen -> 10h, place Saint Pierre
Lisieux -> 10h30, place François Mitterrand
Vire -> 17h, porte de l’horloge

15 - Cantal
Aurillac -> 10h30, Place de la Paix
Saint-Flour -> 17h, allées Pompidou

16 - Charente
Angoulême -> 10h, Gare
Chasseneuil-sur-Bonnieure -> 16h
Cognac -> 17h, devant la sous-préfecture

17 - Charente-Maritime
La Rochelle -> 14h30, Place de Verdun
Saintes -> 10h30, devant le palais de Justice
Rochefort -> 10h30, place Colbert
Jonzac -> 16h, rendez-vous au jardin public

18 - Cher
Bourges -> 10h30, Place Séraucourt
Vierzon -> 10h30, Forum République
Saint-Amand -> 10h30, place Jean Giraud
Saint-Florent-sur-Cher -> 10h30, Place de la République
La Guerche-sur-l’Aubois -> 11h, Place du Général de Gaulle

19 - Corrèze
Brive -> 10h, place Thiers
Tulle -> 15h, place de la Gare
Ussel -> 15h, place de la République
Pompadour -> 14h30, place du Château

2A - Corse-du-Sud
Ajaccio -> 10h, Cours Prince Imperial Carrefour
Porto-Vecchio -> 10h30, place de la Mairie.

2B - Haute-Corse
Bastia -> 10h, devant le Palais de Justice

21 - Côte-d'Or

Dijon -> 14h30, Place de la Libération
Montbard -> 17h, place Gambetta
Beaune -> 10h, porte Saint Nicolas

22 - Côtes-d'Armor
Saint Brieuc -> 10h30, Place de la liberté
Dinan -> 11h30, esplanade de la Résistance (devant la mairie)
Lannion -> 11h, parking de La Poste
Guingamp -> 10h30, place du Champ-au-Roy

23 - Creuse
Guéret -> 14h30, devant la gare
Boussac -> 10h, Zone Industrielle (route du stade)
La Souterraine -> 10h, Z.I. (rond-point de la gendarmerie)
Aubusson -> 10h, devant la sous-préfecture

24 - Dordogne
Périgueux -> 17h, Palais de Justice
Sarlat -> 17h, Place Grande Rigaudie
Bergerac -> 17h, devant le Palais de Justice

25 - Doubs
Besançon -> 14h, Place de la Révolution
Montbéliard -> 14h, Pied des gouttes (rond point du Mac Do)
Pontarlier -> 17h30, Place d'Arçon

26 - Drôme
Valence -> 14h30, Champ-de-Mars
Montélimar -> 14h30, devant le Théâtre

27 - Eure
Evreux -> 14h, devant la gare SNCF

28 - Eure-et-Loir
Chartres -> 10h, place de Epars
Nogent le Rotrou -> 17h30, Place du 11 août

29 - Finistère
Brest -> 10h30, place de la Liberté
Quimper -> 10h30, place de la Résistance
Morlaix -> 10h30, devant l'hôtel de ville
Quimperlé -> 10h30, place de Coat Kaer

30 - Gard
Nîmes -> 15h, devant la préfecture (avenue Feuchères)
Alès -> 10h, devant le lycée Jean-Baptiste Dumas
Bagnols-sur-Cèze -> 10h, devant La Poste (Boulevard Gambetta)
Uzès -> 10h, Esplanade
Le Vigan -> 10h, devant la poste

31 - Haute-Garonne
Toulouse -> 9h30, place Saint-Cyprien
Saint-Gaudens -> 15h, Place Jean-Jaurès

32 - Gers
Auch -> 10h, devant le siège de l'UMP (quai Lagarrasic, Boulevard Sadi-Carnot)

33 - Gironde
Bordeaux -> 11h, allées Tourny
Libourne -> 17h30, Square du 15ème Dragon

34 - Hérault
Montpellier -> 14h30, Rives du Lez
Béziers -> 10h, Bourse du travail (Boulevard F. Mistral)
Sète -> 10h, devant la mairie

35 - Ille-et-Vilaine
Rennes -> 11h, Avenue Janvier
Redon -> 17h, devant la Sous Préfecture
Saint Malo -> 11h, Place de l'ancienne gare
Fougères -> 17h30, devant la Sous Préfecture
Vitré -> 17h30, place de la Gare

36 - Indre
Châteauroux -> 10h, Place de la République
Issoudun -> 15h, Place du Sacré Coeur

37 - Indre-et-Loire
Tours -> 10h, Place de la Liberté

38 - Isère
Bourgoin-Jallieu -> 10h, parking Diederich
Grenoble -> 10h, place Jean Jaurès
Roussillon -> 10h, Place de la République
Vienne -> 14h30, Champ de Mars
La Tour du Pin -> 10h, gare SNCF

39 - Jura
Lons le Saunier -> 14h30, place de la Liberté
Dôle -> 10h, Avenue de Lahr
St Claude -> 10h, sous-préfecture

40 - Landes
Mont-de-Marsan -> 10h30, devant les Arènes

41 - Loir-et-Cher
Vendôme -> 10h30, Place de la Liberté
Blois -> 14h30, Parc des Expositions
Romorantin -> 10h30, Sous préfecture

42 - Loire
Roanne -> 10h15, bourse du travail
Saint-Etienne -> 10h15, devant la gare de Châteaucreux

43 - Haute-Loire
Puy-en-Velay -> 10h30, place Cadelade

44 - Loire-Atlantique
Nantes -> 14h30, devant le CHU
Saint-Nazaire -> 14h30, place de l’Amérique Latine
Châteaubriand -> 14h30, place de la mairie
Ancenis -> 14h30, carrefour de la station Esso (RD 723)

45 - Loiret
Gien -> 10h30, place de la Victoire (champ de foire)
Montargis -> 10h30, Place du Pâtis
Orléans -> 10h30, Place du Martroi

46 - Lot
Cahors -> 14h30, place F. Mitterrand
Figeac -> 14h30, devant le lycée Champollion
Biars sur Cère -> 10h30, parking de la gare

47 - Lot-et-Garonne
Agen -> 10h, Place de la Préfecture
Marmande -> 14h30, Esplanade du Maré

48 - Lozère
Mende -> 10h, Place de la Chicanette

49 - Maine-et-Loire
Angers -> 10h30, place Leclerc
Cholet -> 10h30, place Travot
Saumur -> 10h30, place de la Mairie
Sègre -> 17h, place du port

50 - Manche
Cherbourg -> 10h30, Place Napoléon
Saint-Lô -> 10h30, Plage Verte
Coutances -> 10h30, Hôtel de Ville
Granville -> 10h30 au Calvaire
Avranches -> 14h30, devant la mairie

51 - Marne
Châlons-en-Champagne -> 10h, maison des syndicats (place de Verdun)
Reims -> 10h, maison des syndicats
Epernay -> 10h, Place Carnot
Vitry-le-François -> 10h, Espace Lucien Herr
Sainte Menehould -> 10h, parking super U
Montmirail -> 15h30, devant chez Axon

52 - Haute-Marne
Chaumont -> 17h, place de l'Hôtel de ville
Saint-Dizier -> 17h30, devant la salle Louis Aragon

53 - Mayenne
Laval -> 10h, place de la Cathédrale

54 - Meurthe-et-Moselle
Nancy -> 14h, place Stanislas
Longwy -> 14h30, Place Darche

55 - Meuse
Verdun -> 10h, parking du 8 mai 1945
Barc le Duc -> 14h30, Gare SNCF
Commercy -> 10h, Place du Château Stanislas

56 - Morbihan
Lorient -> 10h, Maison des Syndicats (place Cosmao Dumanoir)
Vannes -> 10h, La Rabine (près du Kiosque à Musique)
Pontivy -> 10h, La Plaine
Belle-Ile-en-Mer -> 10h30 au débarcadère

57 - Moselle
Metz -> 14h30, place de la Gare

58 - Nièvre
Cosne-sur-Loire -> 16h, devant La Poste
Nevers -> 16h, devant la Bourse du travail

59 - Nord
Lille -> 14h30, Porte de Paris
Armentières -> 9h30, Place Jules Guesde
Cambrai -> 15h, face à l’Hôtel de Ville
Douai -> 9h30, Place d’Armes
Dunkerque -> 15h, Place Jean Bart
Maubeuge -> 9h30, rive gauche, mail de la Sambre
Valenciennes -> 10h, place d'Armes
Denain -> 10h, face à l’Hôtel de ville

60 - Oise
Beauvais -> 14h30, place du jeu de Paume
Compiègne -> 10h, cours Guynemer
Creil -> 10h, place Carnot

61 - Orne
Alençon -> 11h, Rond-point du lycée Alain
Flers -> 17h, Place du Marché
Argentan -> 15h, Place du Général Leclerc
L’aigle -> 17h30, devant la poste
Mortagne-au-Perche -> 17h30, devant la mairie

62 - Pas-de-Calais
Arras -> 10h, place de la gare
Lens -> 14h30, Place du Cantin
Béthune -> 9h30, Maison des associations (Route de Lille)
Boulogne -> 9h30, quai Gambetta
Calais -> 9h, place de la mairie
Bruay Labuissière -> 8h30, parc de la Porte Nord

63 - Puy-de-Dôme
Clermont-Ferrand -> 10h, place du 1er Mai

64 - Pyrénées-Atlantiques
Pau -> 10h30, place de Verdun
Bayonne -> 10h30, place St Ursule
Sauveterre-de-Béarn -> 9h, devant la mairie

65 - Hautes-Pyrénées
Tarbes -> 10h, Bourse du Travail

66 - Pyrénées-Orientales
Perpignan -> 10h, Place Catalogne

67 - Bas-Rhin
Strasbourg -> 14h30, Place de la Bourse

68 - Haut-Rhin
Colmar -> 11h, devant la préfecture
Mulhouse -> 16h30, place de la Bourse

69 - Rhône
Lyon -> 10h30, Ambroise Courtois (métro Monplaisir-Lumière)
Villefranche -> 17h, place du Promenoir

70 - Haute-Saône
Vesoul -> 14h, Place Renet

71 - Saône-et-Loire
Mâcon -> 15h, place Genevès
Châlon sur Saone -> 15h, maison des syndicats
Le Creusot -> 15h, devant l’Alto
Paray le Monial -> 15h, place de la mairie
Montceau les Mines -> 17h, place de la Mairie
Digoin -> 15h, Place de la grève

72 - Sarthe
Le Mans -> 9h30, devant le Palais des Congrès

73 - Savoie
Chambéry -> 14h30, Place Caffe
Albertville -> 14h30, Place de la Sous-Préfecture
Saint-Jean-de-Maurienne -> 14h30, Place du Champ de Foire

74 - Haute-Savoie
Annecy -> 14h30, devant la préfecture
Thonon-les-Bains -> 10h, Square Aristide Briand

75 - Paris

Paris -> 13h, Bastille

76 - Seine-Maritime
Dieppe -> 10h, gare SNCF
Eu -> 10h, place Guillaume le Conquérant
Fécamp -> 14h30, Maison des Syndicats
Le Havre -> 10h, Franklin
Rouen -> 10h, Cours Clemenceau
Lillebonne -> 16h30, devant le Théâtre Gallo-romain

77 - Seine-et-Marne
Rendez-vous à Paris (13h à la Bastille)

78 - Yvelines
Rendez-vous à Paris (13h à la Bastille)

79 - Deux-Sèvres
Thouars -> 11h, place Lavault
Bressuire -> 17h30, place Saint Jacques
Niort -> 11h30, place de la Brèche

80 - Somme
Doullens -> 17h30, hôtel de ville
Amiens -> 14h30, devant la maison de culture
Abbeville -> 15h, hôtel de ville
Friville Escarbotin -> 14h30, place Jean Jaurès
Ham -> 14h30, place du Château d’eau

81 - Tarn
Albi -> 14h30, place du Vigan
Castres -> 16h30, devant la Sous-préfecture

82 - Tarn-et-Garonne
Montauban -> 14h30, devant le parvis de La Gare SNCF

83 - Var
Draguignan -> 10h30, devant la sous-préfecture
Toulon -> 10h, place de la Liberté

84 - Vaucluse
Avignon -> 10h, porte de l’Oulle

85 - Vendée
La-Roche-sur-Yon -> 14h, place Napoléon
Fontenay le Comte -> 10h, place de Verdun

86 - Vienne
Poitiers -> 10h, Stade Rébeilleau
Chatellerault -> 10h, devant la Mairie

87 - Haute-Vienne
Limoges -> 10h, Place de la République
St Léonard de Noblat -> 17h, place de la République
St Yrieix -> 17h, place de la Nation

88 - Vosges
Epinal -> 14h30, devant la préfecture

89 - Yonne
Auxerre -> 15h, Maison des Syndicats (Rue Max Quantin)
Sens -> 10h, marché couvert
Saint Florentin -> 10h au Port

90 - Territoire de Belfort
Belfort -> 10h, Maison du Peuple

91, 92, 93, 94, 95
Rendez-vous à Paris (13h à la Bastille)

971 - Guadeloupe
Pointe-A-Pitre -> 8h30, devant la mairie

972 - Martinique
Fort-de-France -> 8h30, maison des syndicats (Jardin Desclieux)

973 - Guyane
Cayenne -> ???

974 - Réunion
Saint-Pierre -> 9h, devant la Gare Routière (Casabona, en dessous de Mac-Do)
Saint-Denis -> 9h, Petit Marché

976 - Mayotte

Mamoudzou -> 8h30, Esplanade de l’office du tourisme

Merci au Comité de Résistance Citoyenne

 

BONNE ANNEE REPUBLICAINE

et TOUS A LA MANIF

pour faire reculer le pouvoir réactionnaire.

*********************************************

L’Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani pourrait être mise à mort pour adultère dans les jours qui viennent, mais deux hommes peuvent encore lui sauver la vie : les chefs d'état du Brésil et de la Turquie.

Pour tenter de la SAUVER cliquez

ICI

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


*********************

Appel du 14 juillet pour

UNE JUSTICE INDEPENDANTE

20/09/2010

Au bistro de la Toile: les vins ont trop chaud aux miches.

chimulus bistro copie.jpg

-         Oh! Loule, ton rouge, après t'avoir caressé le clapoir, il te glisse délicieusement vers le cimetière à andouillettes en te réchauffant les tuyaux que c'en est un bonheur.

-         Côtes-du-Rhône Victor! Côtes-du-Rhône!

-         Seulement, en sortant de ton merveilleux antre de perdition après deux canons, je risque – si je conduis et me fais contrôler par les lollis – d'y laisser le permis...

-         Tu risques pas grand chose: tout ce que tu conduis, c'est tes panards qui marchent en canard! Tè! A la tienne!

-         Ce que je reproche à mes potes vignerons, c'est de faire des vins trop forts en alcool. Le moindre Côtes-du-Rhône titre 14°. Trop lourd.

-         Moi, je préfèrerais proposer des vins à 11 ou 12°. Mais ça se trouve de moins en moins, et jamais en A.O.C. Il y a vingt ans, seuls les Châteauneuf-du-pape et les Gigondas titraient 14°. Maintenant, c'est la majorité des vins. Je vends ce que j'ai...

-         Bientôt, Loule, tu pourras vendre des vins scandinaves, belges ou anglais!

-         Dieu – enfin, Bacchus! - me garde, Victor! Ne profère pas des insanités pareilles!

-         Pas du tout Loule. Des études sérieuses, notamment par l’INRA, ont prouvé que la précocité des vendanges - et la teneur à l'alcool qui en résulte - sont liées au réchauffement climatique, un phénomène susceptible de bouleverser la viticulture traditionnelle qui pourrait aller jusqu'au "grand chambardement".

-         Qué chambardement?

-         La date des vendanges est liée aux températures d'avril à septembre. Les études agronomiques mais également historiques le confirment: été chaud signifie vendanges précoces. L'avancée actuelle est liée en quasi-totalité avec le réchauffement climatique. Dans le temps, lors des années froides, c'était la catastrophe, il fallait mettre du sucre dans le vin qui n'était pas suffisamment alcoolisé ; c’était la « chaptalisation ». Mais depuis dix ans, on constate une augmentation du degré alcoolique des vins, c'est très net, partout. Ce qui était du 11 degrés avant, c'est du 13 degrés maintenant. Et chez nous, c'est même du 14 et 15°. Ça pose problèmes... En Provence, en Côtes-du-Rhône, en Languedoc, le manque d’eau est de plus en plus flagrant. Au point que l’irrigation au goutte-à-goutte commence entrer dans les mœurs.

-         …taing ! Finalement, les vignerons, ils font comme Jésus…

-          ?????????!!!!!!!!

-         Eh ! oui. Ils changent l’eau en vin ! Mais c’est vrai que la trop forte teneur en alcool des vins actuels est un problème. Vé ! Même les gens qui ont le gosier en pente, comme toi, lèvent moins facilement le coude à l'heure de l'apérobic. Pauvre de moi...

-         Rigole… Mais les vignerons qui font un peu travailler les boyaux de leur tête commencent à se faire du mouron. Dans un premier temps, un léger réchauffement climatique c'est plutôt positif pour le vin. Jusqu'à 1 ou 2 degrés celsius de plus, on peut penser qu'en modifiant les conditions de conduite de la vigne, on pourrait garder les productions traditionnelles et leur valeur de terroir. Mais au delà c'est le grand chambardement. Pour les politiques, l'objectif est de limiter le réchauffement à deux degrés, seuil à partir duquel les impacts commenceraient à devenir dangereux pour les activités humaines. Pour la vigne, deux degrés, c'est le moment où cela commencerait à basculer. Si le réchauffement atteignait 5 ou 6 degrés en moyenne mondiale - ce qui se produira si les tendances actuelles se poursuivent - on pourrait trouver de la vigne dans le sud de la Suède, comme les vignobles qu'on commence à avoir en Angleterre, en Belgique, aux Pays-bas. Et ici, on plantera des palmiers à huile…

-         Tè! Victor, l'année prochaine, je te servirai du véritable Knock-le-Zout-Village, du Manchester Grand Cru classé ou des Premières Côtes de Stockholm !

-         Eh ! Eh ! Les Champenois prospectent des terroirs dans le sud de l’Angleterre où on trouve déjà plus de vignobles que ce qu’on pense !

-         A la tienne !

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

16/09/2010

Dragage du Rhône : au mépris de la santé des populations et du principe de précaution.

carte rhône.jpg

20 000 m3 de déchets sédimentaires dont la composition est officiellement inconnue mais pourtant bien toxique viennent d’être prélevés, remués et déposés au final en aval du confluent du bras de Villeneuve et du bras d'Avignon. Le dragage a ainsi favorisé la dilution jusqu’à la Camargue de milliers de particules nocives. La CNR considère unilatéralement  qu’il ne s’agit pas de déchets pollués ou pour le moins n’atteignant pas le seuil défini sur les avis … d’elle-même, partie-prenante.

Le dragage du Rhône sur le bras d'Avignon vient d'être réalisé par la CNR (Compagnie Nationale du Rhône) au mépris de la phase de mesures indispensables des sédiments contaminés et malgré les alertes et réserves présentées par les riverains du collectif « Domicile Fluvial ». Pour celui-ci la pollution des sédiments déposés par les alluvions devait être totalement traitée à l'occasion de dragages d'entretien du Rhône et la CNR ne pouvait être à la fois juge et partie c'est-à-dire : exploiter le Rhône, le draguer et en même temps faire des analyses de validation de ses propres activités. « Domicile Fluvial » demandait donc la création d'une instance indépendante pour contrôler l'analyse des sédiments, son extraction, son traitement, son dépôt, son stockage.

De son côté le « Collectif antinucléaire 84 » avait alerté à plusieurs reprises les pouvoirs sur la composition dangereuse des sédiments déposés sur le fond de la rivière : polluants chimiques, polluants PCB et contamination nucléaire déversée en aval depuis les installations militaires et civiles du « Centre de Marcoule ».

Mais la commission d'enquête chargée d’instruire l’enquête publique n'a pas répondu sur ce dernier point. Or elle aurait du, légalement, le faire.

Les avis de la commission d’enquête publique approuvent donc le plan de dragage initialement présenté par la CNR pour 10 ans, sans plus de discussion et de précaution, car… « la CNR exécute bien sa mission » ! Qui plus est « les modifications temporaires de la qualité de l'eau au niveau des zones de dragage n'ont que peu d'incidences vis- à vis de la faune et de la flore aquatique », sous réserve de tenir compte malgré tout « des périodes de frai, dans la planification des travaux de dragage ». Et pour justifier cette décision arbitraire de « juge et partie »  une allusion au fait que la CNR a obtenu la certification ISO 9001 le 2 juin 2009!

De qui se moque-t-on ?

20 000 m3 de déchets sédimentaires dont la composition est officiellement inconnue mais pourtant bien toxique viennent d’être prélevés, remués et déposés au final en aval du confluent du bras de Villeneuve et du bras d'Avignon. Le dragage a ainsi favorisé la dilution jusqu’à la Camargue de milliers de particules nocives. La CNR considère unilatéralement  qu’il ne s’agit pas de déchets pollués ou pour le moins n’atteignant pas le seuil défini sur les avis … d’elle-même, partie-prenante.

Circulez, il n’y a rien à voir ? Et pourtant, pour ne citer qu’eux, les hydrocarbure aromatiques polycliniques (H A P) et la surface du Rhône irisée par des fuites de l'installation de dragage au début de l'opération montrent bien que les « incidences négligeables » sont loin de relever de l'innocuité.

Il est inadmissible qu’une fois encore la santé de la population et des riverains ne bénéficie pas du « principe de précaution » et que les intérêts économiques privés soient privilégiés.

La CNR étant tenu d’établir pour chaque dragage une « fiche d'incidence », le Collectif antinucléaire 84 en exige la communication ainsi que celle des analyses des sédiments en amont et en aval qui ont du être effectués. Il se réserve par ailleurs la possibilité d’entamer une procédure pour non-respect et manquements des obligations de la commission d'enquête publique.

15/09/2010

O.G.M. : contrecarrons Barosso !

 

barosso ogm.jpg

Le sinistre Barosso a profité des torpeurs de l’été pour autoriser l’importation et la mise en marché de six maïs OGM sur le territoire de l’U.E. Ceci en se foutant comme de sa première escroquerie de l’avis des 60% de citoyens européens qui refusent ces saloperies. Il faut dire que Barosso, mammifère à classer parmi les nuisibles, a les yeux de Chimène pour les profits du lobbie des grandes multinationales qui empoisonnent le monde, de BASF à Monsanto. Ce type est le représentant falot mais dangereux de cette Europe-déception, de cette Europe-repoussoir, de cet énorme gâchis qu’est devenue la fantastique Idée des fondateurs Monnet, Schumann mais aussi Adenauer, De Gaulle, Kohl, Mitterrand.

L’intrusion à grande échelle de ces aberrations que sont les OGM n’est pas inéluctable si nous luttons. Une pétition groupant un million de signataires en Europe peut obliger la Commission a revoir sa copie. Et à ce niveau, nous pouvons tous agir, même à notre petit niveau.

Signons, signez la petition – qui dépasse d’ores et déjà les 800.000 signataires, il faut arriver à un million – afin de contrecarrer les saloperies de Barosso et de ses commanditaires.

Contre les OGM

Signer

ICI

02/09/2010

Au bistro de la Toile : le chomdu baisse? Tè! Mon cul !

chimulus bistrot.jpg

 

- Eh! Victor, tu les a entendus, il paraît que le chômage a baissé! De zéro virgule quelque chose seulement, mais paraît que c'est un signe. ils sont tout de même dans les trois millions « officiels »…

- …et bien le double en réalité si tu prends en compte le temps de non travail obligé de ceux qui sont à mi-temps, ceux qui sont rayés des listes pour des raisons obscures et autres.

Le chomdu, Loulle, ce n’est pas une fatalité, ce n’est pas un résultat de la « crise », c’est voulu et planifié par les « économistes distingués » et leurs marionnettes politiques. Ces fumiers ont même un nom pour qualifier le taux de chomage « optimal », ils appellent ça le « NAIRU » ( Non Accelerating Inflation Rate of Unemployment), en français, «taux de chômage non accélérateur d'inflation».

Un taux qui repose sur deux piliers fondamentaux : la pression sur le marché de l'emploi par le chômage (qui favorise le gel sinon la baisse des salaires ainsi que la précarisation et la dérèglementation du travail), et la soi-disant lutte contre l'inflation. Son taux généralement retenu étant fixé à… 8%. Son principe actif en est la peur et le chômage n'en est qu'un moyen, sans doute le plus efficace. Cette définition est tirée du glossaire d'un très officiel rapport du Sénat. En fait, le chômage n'est rien d’autre qu'une variable d'ajustement économique au service du politique. A l'heure où les discours vont dans le sens d'une culpabilisation toujours plus stigmatisante d'un chômeur supposé responsable de sa situation, profiteur ou fraudeur, il y a de quoi avoir les aliboffis qui gonflent…

- Tu veux dire que les chômeurs sont indispensables à tous ces gouvernements de droite pour maintenir les salaires au plus bas ?

- T’as tout compris Loulle. Crois-moi : bien que tous les charlots qui nous gouvernent fassent mine de mettre la lutte contre le chômage à la première place de leurs préoccupations, ils font en vérité tout le contraire parce que le «plein emploi» est le pire ennemi des profits. C'est pour cela qu'on n'est pas prêts d'en voir un jour la couleur, et que le chômage de masse a encore de beaux jours devant lui !

- …teng ! Quel ramassis de crevures. Tè ! on va boire un coup pour oublier…

Merci à Chimulus

*********************************************

L’Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani pourrait être mise à mort pour adultère dans les jours qui viennent, mais deux hommes peuvent encore lui sauver la vie : les chefs d'état du Brésil et de la Turquie.

 

Pour tenter de la SAUVER cliquez

ICI

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


*********************

Appel du 14 juillet pour

UNE JUSTICE INDEPENDANTE

 

12/08/2010

Vous avez aimé la catastrophe due aux forages en mer dans le golfe du Mexique, vous allez adorer ce qui nous pend au nez en Méditerranée !

 

 

 

mareeNoire-MS.jpg

 

En effet, la compagnie B.P. (Bougres de Porcs) a annoncé le lancement imminent d'un nouveau forage « off shore » (en mer) au large de la Libye dans le golfe de Sirte, en vertu d'un accord signé en 2007 avec la Libye. Autrement dit, les incapables du groupe B.P. vont mettre leur incommensurable incompétence dans des opérations de forages en eau profondes, à "environ 5.700 pieds" (1.700 mètres), soit à une profondeur légèrement supérieure à Deepwater Horizon, le puits situé au large des côtes de la Louisiane et dont l'explosion le 20 avril a provoqué la marée noire gigantesque que nous connaissons dans le golfe du Mexique.

 Le théâtre d'opération se situe au large de la Libye du Très Respectable Phare de l'Humanité Khadafi, le pittoresque campeur ami de Sarko, mais pas très loin des côtes de la Grèce, de la Sicile ou encore de la Tunisie. La Méditerranée, déjà pourrie par les raffineries, les égouts, les dégazages en mer, et qui accueille 30% du tourisme mondial, risque de ne pas réchapper à une catastrophe du genre golfe du Mexique. Vous croyez que ça les fait réfléchir les gros cons qui décident en catimini de ce type de monstruosité. Tè ! Fumes ! Le pognon d'abord.

Au fait, il y a quelques mois, le terroriste libyen Abdelbaset al-Megrahi, condamné pour l'attentat de Lockerbie en 1988, condamné à vie en 2001, a été libéré par l'Ecosse en 2009 pour « raisons de santé » et accueilli en héros en Libye. Les mauvaises langues disent que BP aurait exercé d'énormes pression sur les autorités britanniques afin de libérer ce brave homme afin... d'obtenir le contrat d'exploration d'hydrocarbures au large de la Libye !

Bientôt, plus besoin de se foutre de l'ambre solaire sur la couenne, l'eau y pourvoira grace à B.P. !

Mondo cane !

 

*************************************

L’Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani pourrait être mise à mort pour adultère dans les jours qui viennent, mais deux hommes peuvent encore lui sauver la vie : les chefs d'état du Brésil et de la Turquie.

 

Pour tenter de la SAUVER :

https://secure.avaaz.org/fr/save_sakinehs_life/?cl=694109314&v=6920

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


*********************

Appel du 14 juillet pour

UNE JUSTICE INDEPENDANTE

06/08/2010

Pendant le bronze-cul, les sarko-saloperies continuent.

L'Assemblée nationale a adopté, mardi 15 juin, en première lecture, le projet de loi "Nouvelle organisation du marché de l'électricité" (Nome). Ce texte, transposition d'une directive européenne, qui doit maintenant partir en navette au Sénat, et prévoit notamment qu'EDF devra fournir un maximum de 100 térawattheures (TWh, milliards de KWh) par an, soit le quart de sa production nucléaire, à ses concurrents (GDF Suez, Poweo, Direct Energie...). Un peu comme si on imposait à un boulanger de fournir le quart de ses fournées à des revendeurs... Au fait, on n'avait pas voté contre cette Europe ultralibérale ? Merci Sarko !

nouveau compteur.gifCeci impliquera de changer tous les compteurs d'électricité. Bruxelles impose en effet à la France de s'équiper de nouveaux compteurs électriques. Mais leur coût pourrait passer de 4 à 8 milliards pour équiper les 35 millions de foyers. Or, le système - Linky, le compteur « intelligent » de la honte - accuse déjà de sérieux ratés. Dans la région de Tours, sur les 40.000 compteurs de nouvelle génération qui devaient être installés au 31 mai, seuls 19.000 ont été mis en place. Et seuls huit fonctionnent correctement ! Bonjour le progrès ! Ces gadjets à la con, fait pour permettre la « concurrence », c'est-à-dire l'augmentation drastique du prix de l'électricité, permettront aussi à l'opérateur...de vous espionner, en sachant exactement combien vous consommez en temps réel, donc en sachant si vous êtes à votre domicile ou non, etc. Ils permettront de relever les consommations sans déplacement physique, avec comme corolaire la suppression de 5.400 postes sur 45.000 chez ERDF.


Ces compteurs devraient être facturés aux consommateurs. Huit milliards d'euros ! C'est au final ce que l'usager pourrait débourser pour l'installation dans les 35 millions de foyers abonnés à EDF de ce nouveau type de compteur ! On va nous faire payer cher un appareil que nous n'avons pas demandé, dont nous n'avons pas besoin, sous prétexte qu'il va nous rendre des services alors qu'il va surtout en rendre de très gros aux fournisseurs et aux producteurs d'électricité. On nous prend réellement pour des vaches à lait, et même carrément pour des cons.

Seulement, on n'est  pas obligé de se faire endoffer sans réagir ! Ne signons rien ! On ne peut pas refuser à EDF d'accéder aux compteurs et de les changer. Par contre, comme nous n'avons rien demandé, nous n'avons aucune obligation de signer quelque document que ce soit et du moment que nous n'aurons rien signé, EDF ne pourra pas nous obliger à payer ces compteurs...

Il s'agit d'un véritable hold-up ! Les fournisseurs d'électricité vont se voir offrir un quart de la production, que les Français ont déjà payé avec leur facture, pour qu'ils puissent réaliser des profits, au seul bénéfice de leurs actionnaires. C'est une première que d'obliger une entreprise, dans le monde de la "concurrence libre et non faussée", à céder une partie de ses atouts à des concurrents qui produisent peu ou pas du tout d'électricité !

Une fois livré à la concurrence et surtout au "privé" ce sera trop tard. Le prix de l'électricité sera fixé par des groupes privés qui en fait seront des filiales d'un seul et unique groupe ! Vous n'y croyez pas ? Alors remettez vous dans le contexte de nos chères autoroutes Françaises que nos parents et grands parents ont payé avec leurs impôts et qui ont été vendues et bradées à de grands groupes privés. Cela profite à qui ? Et le prix à payer pour y circuler ? N'est-ce pas scandaleux ? Mais c'est trop tard, car ce réseau routier n'appartient plus en totalité à l'état...qui se prive chaque année de plusieurs milliards de bénéfices ! Et pour le reste ce sera pareil ! Aujourd'hui le service public coûte cher, mais ce n'est rien face à ce qui nous attend si nous le bradons à des groupes privés!

Qu'on se le dise !

Voir entre autres : http://www.monde-diplomatique.fr/2004/06/ANTOINE/11276...

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


*********************

Appel du 14 juillet pour

UNE JUSTICE INDEPENDANTE

19/07/2010

Pièges de vacances: LES FAUX PRODUITS DE TERROIR


dupont et dupond.jpgVous êtes en vacances. Ah! Qu'ils sont attirants ces beaux produits offerts à profusion sur tous les marchés de France ! Mouais... Meffi !

Les champignons de Paris. De Paris, ils n'ont que le nom. Pire: 88% d'entre eux viennent de l'étranger, les rayons des supermarchés regorgeant le plus souvent de champignons issus des États-Unis, de la Chine ou des Pays-Bas, les trois principaux pays producteurs. En France, s'ils ont pendant longtemps été élevés dans la capitale, les fameux champignons ne poussent désormais plus qu'à Saumur. La ville dans le Maine-et-Loire regroupe 70% de la  production nationale.(mais 12 % seulement du global consommé)

La charcuterie corse. Elle est présentée comme un des plus purs produits du terroir français. Et pourtant la charcuterie corse ne dispose d'aucune « Appellation d'origine contrôlée ». Le consommateur ne trouvera donc sur les rayons des supermarchés du continent que des produits dont les matières premières proviennent d'ailleurs à plus de 90 %. Ainsi, par exemple, malgré les têtes de Maure et les mentions « produit de l'ile de Beauté » sur les étiquettes, le saucisson d'âne est importé d'Argentine et les jambons sont pour la plupart composés de carcasses issues de Chine.

Le jambon d'Aoste. Voilà une des plus belles et des plus juteuses escroquerie « marketing » ! C'est l'un des jambons les plus consommés de France, mais ce dernier n'a rien à voir avec la charcuterie de la ville italienne d'Aoste. Ce produit est en fait fabriqué en France , dans une commune du même nom mais située en... Isère.   Le subterfuge a fonctionné pendant des années puisque la marque déposée « Jambon d'Aoste » a été la propriété du groupe Aoste (Cochonou/Justin Bridou), leader français de la charcuterie. Il aura fallu que la Commission européenne interdise récemment (2008) l'utilisation de cette appellation qui prête à confusion pour que l'ambiguïté cesse. La marque a depuis été renommée « Jambon Aoste » et plus « Jambon d'Aoste ».

L'A.O.C de Bretagne. Présentée comme de purs produits du terroir français, les charcuteries de Bretagne disposent d'une  « Appellation d'origine contrôlée » qui n'oblige les fabricants qu'à une seule chose: posséder au moins un lieu d'emballage ou de transformation en Bretagne. Le consommateur  trouvera donc sur les rayons des supermarchés des produits dont 82 % des matières premières proviennent du monde entier. Ainsi, les carcasses de porcs, souvent  issues de Chine, de Hollande ou de Pologne, le sel dit de Guérande, importé d'Argentine et du Vietnam, et les boyaux d'andouille importés pour la plupart de Corée. L'andouille dite de Vire, et autres charcuteries « De Bretagne »,  rejoignent ainsi la mythologie des produits bretons, comme le beurre et la pâtisserie, dont 73% proviennent de la communauté Européenne et d'Asie.

La moutarde de Dijon. Pour faire de la moutarde de Dijon, il faut du vinaigre, de l'eau, du sel et des graines du... Canada! Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la moutarde utilisée dans la préparation de la fameuse pâte ne vient pas de la région de Dijon. Une explication à cette bizarrerie : à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec la mise en place de la Politique agricole commune, les agriculteurs se sont désintéressés de la moutarde, qui ne leur permettait pas de recevoir les subsides de l'Union européenne. Résultat : 90% de la production utilisée pour la moutarde de Dijon provient maintenant du Canada.

Le couteau Laguiole. L'abeille, la lame fine légèrement relevée, la croix sur le manche... Beaucoup croient que ces symboles apposés sur les couteaux de Laguiole sont des signes d'authenticité. Erreur ! Malgré leur charme et leur beauté, elles n'attestent ni de l'origine du couteau ni de sa qualité de fabrication. Parce que la marque du plus célèbre des couteaux français n'a jamais été déposée, Laguiole est depuis plus d'un siècle l'objet de contrefaçons en France et à l'étranger, 80% proviennent de Chine et du Pakistan. Résultat : moins de 10% des Laguioles sont fabriqués dans le bourg aveyronnais !

Le savon de Marseille. Avec le pastis et la lavande, c'est l'autre symbole de la Provence. Seul hic, les savons estampillés « savon de Marseille » ne sont pas fabriqués dans le Sud-est. Car si les savonniers marseillais ont inventé le procédé de fabrication au Moyen-âge l'appellation n'est pas protégée. Résultat : les plus gros fabricants sont aujourd'hui les Chinois et les Turcs ! Et les huiles végétales utilisées pour la fabrication du savon, notamment l'huile de palme, proviennent de l'étranger, les savons passant à Marseille uniquement pour être parfumés et emballés.

Le melon charentais. C'est l'emblème du melon français. Jaune ou vert, le melon charentais fait la fierté des producteurs de la région de Cognac où les sols argilo-calcaires sont parfaitement adaptés à sa culture. Mais contrairement à son cousin de Cavaillon, le melon de Charente ne possède pas d'AOC. Résultat : 80 % des melons charentais que l'on trouve sur les étals ne viennent pas de Cognac mais d'Espagne, du Maroc des Caraïbes, de Chine et du Sénégal...

Le camembert. Emblème de la gastronomie française, le camembert de Normandie est de loin le fromage le plus copié dans les rayons des supermarchés. Une explication à ce phénomène : tombé dans le domaine public, le nom « camembert » peut-être utilisé par n'importe quel producteur de n'importe quel pays. Et malgré une AOC « Camembert de Normandie », qui existe depuis 1983, de nombreux fabricants utilisent le terme très proche de « Camembert fabriqué en Normandie ». Les différences : du lait pasteurisé au lieu du lait cru, un affinage raccourci et une fabrication qui n'est soumise à aucune règle. Ils sont présentés comme les fleurons du terroir, mais quand on y regarde de plus près on découvre que leur appellation est douteuse. Matières premières importées de l'étranger, (30 %du lait vient de Chine, 50 % de toute l'Europe). Étiquetage souvent mensonger, additifs non précisés, fabrication hors des limites de la région ou seuls existent de vagues bureaux de courtiers. Dans les rayons des hyper et super, il faut vraiment les chercher : les vrais Camenbert ont l'estamplilles « Appelation d'Origine Contrôlée » et sont spécifiés « au lait cru ».

L'huile d'olive. Rare et chère, l'huile d'olive française est certainement le produit qui compte le plus d'étiquetages frauduleux. En 2006, seulement 56% des échantillons analysés étaient « conformes » à la réglementation, certaines bouteilles contenant jusqu'à 50% d'huile de tournesol ou présentant une fausse indication d'origine ou de variété d'olive. Le symbole de la cuisine méditerranéenne ne comptant que 7 appellations d'origine protégée et une AOC « Huile de Provence », de nombreux producteurs jouent en effet sur la confusion en ajoutant sur les étiquettes des paysages évoquant le Sud ou des origines non-reconnues comme « huile de Provence-Côte d'azur ». Sans parler de l'une des fraudes les plus courantes qui consiste à remplacer l'huile d'olive par l'huile de grignons d'olive, un résidu de la pâte d'olives difficile à détecter pour le simple amateur. Bonne journée quand même. De plus, la circulation des fruits étant totalement libre en Europe, des camions entiers d'olives espagnoles ou italiennes arrivent - de préférence de nuit ! - dans les moulins à huile provençaux et languedociens...pour faire de la bonne huile « de chez nous » !

(source : Ministère de l'agriculture)

02/07/2010

30 millions pris dans nos poches pour Betancourt... U.M.P. = Unis pour Manger les Pauvres

 

 

sarkozycartesarkophobehv0.gif

 

 

 

Si tu peux tout promettre sans jamais rien tenir

Si tu peux magouiller sans peur de te salir

Si tu peux, méprisant, humilier l’adversaire

Et si tu es capable de tuer père et mère,

 

Si tu peux t’engraisser sur le dos des plus faibles

Protéger tes amis lorsqu’ils pillent la plèbe

Et priver l’ouvrier du plus petit bénef

Tout en léchant le cul des patrons du Medef

 

Si tu peux trafiquer en restant populaire

Pressurer l’ouvrier plutôt que l’actionnaire,

Si tu peux générer les plus basses actions

Tant qu’elles multiplient ton tas de stock-options

 

Si avec les puissants tu sais te montrer veule,

Leur rendre des services et bien fermer ta gueule

Et puis lécher les bottes de tous les bons à rien

Espérant gentiment ta pâtée comme un chien,

 

Si tu peux sans vergogne renier ta parole

Trimbaler à ton cul des tas de casseroles

Si tu peux sans déchoir, sans peur de t’avilir,

Et la main sur le cœur dénoncer et trahir,

 

Alors tu pourras vivre sans honneur et sans gloire

Te vautrer dans la boue sans jamais t’émouvoir

Enfiler tes semblables par tous tes orifices,

Tu seras Hue-aime-pets mon fils.

**************************************************

Courage et lucidité: cliquez ICI

 

Au bistro de la Toile : primaires à gauche.

 

 

dsk sarko.jpg

 

- Eh ! Loulle, t’as vu, le Che sort de la naphtaline : il pense que « si la situation politique le demande », il pourrait se présenter à l’élection présidentielle de 2012… Ça en fera un de plus qui facilitera la réélection – putaing, j’ose pas y penser – du Vertueux de l’Elysée. Il y a déjà en piste le parti communiste (enfin, ce qu’il en reste), les Mélanchon’boys du parti de gauche, le MPC, les Verts,  Europe écologie, Lutte ouvrière, le NPA de Besancenot et peut-être encore d’autres. Sans oublier bien sûr le ou la candidate qui sortira des fameuses « primaires à gauche » que veulent les Socialistes.

 

- Concernant ces primaires, on risque de tomber dans la connerie qui vient d’arriver aux Démocrates aux Zuessa, en Caroline du Sud ou un parfait inconnu, qui n’a pratiquement pas fait campagne, ni collecté de fonds, vient de remporter l’investiture démocrate pour l’élection sénatoriale de novembre prochain. Un certain Alvin Green a battu l’élu local pourtant favori en obtenant 60 % des suffrages, soit plus de 100.000 voix. Le Parti Démocrate en vient à se demander si ce résultat n’est pas dû à « un complot » du Parti Républicain qui, en participant massivement à ces primaires, aurait fait élire un individu démocrate susceptible de ne pas inquiéter le candidat républicain aux élections sénatoriales de novembre.

 

- Effectivement… Pour pouvoir voter à ces primaires socialistes, il suffira de signer une attestation sur l’honneur que l’on adhère aux valeurs de la gauche et que l’on paie…un euro ! Moi si j’étais Uhèmepets, j’enverrai, dans tous les bureaux de votes socialistes, une palanquée de mecs et de meufs qui jureront sur leurs grands dieux qu’ils ont des convictions de gauche bien ancrées, qui « investiront » un euro, et qui voteront…pour le ou la candidate qui sera le plus facile à battre pour le candidat Uhèmepet !

 

- Elémentaire mon cher Watson ! Ces primaires – qui ne seront qu’un combat entre socialistes – sont donc une connerie… Sans compter que, si on fait signer une attestation d’adhésion aux valeurs de gauche aux électeurs, il serait peut-être bon aussi de faire signer une pareille attestation…aux candidats !

 

Tè ! DSK, patron du FMI, l’organisation ultralibérale la plus nuisible après l’OMC, elle aussi tenu par un autre « socialiste », Lamy. Le Strauss-Khan ami des grands patrons, grand privatiseur, est à la gauche ce que Kadhafi est à la démocratie.

 

Aubry ? Elle chie tout les matins sur la laïcité, elle qui a – en un temps – institué l’apartheid sexiste à Lille en instaurant des horaires séparés pour hommes et femmes dans les piscines. Faut dire que son homme, maître Brochen, est l’avocat des islamistes. Sans oublier son « élection » trafiquée à la tête du P.S. Bonjour les valeurs de gauche.

 

Ségolène ? Elle ferait une excellente candidate pour les Uhèmepets. Ils lui ont déjà flanqué une belle branlée en 2007…

 

Delanoë ? Encore un fier défenseur de la laïcité… Il laisse chaque vendredi des rues de Paris bloquées pour des cérémonies de curétaillerie moyen-ageuse tout en refilant des dizaines de millions de pognon des contribuables parisiens  dans un « institut des cultures musulmanes ». Salut les valeurs de Jaurès et Blum !

 

- Avec leurs conneries, on risque de se farcir encore cinq ans le sinistre fossoyeur des valeurs républicaines.

 

- Si les institutions démocratiques sont à ce point vérolées, que reste-t-il ?

 

- Sortir les fourches…

 

01/07/2010

La Sarkozie telle qu'elle est...

 

chimulus woerth.jpg

La Sarkozie tout entière grogne dans sa bauge, engluée dans ses tombereaux de mensonges, de magouilles, de fric pourri. Une odeur nauséabonde de fin de règne...

 

Merci à Chimulus

 

29/06/2010

M’ame Michu et M’ame Chazotte : un an après les cadeaux aux gargotiers.

 

 

vamps.jpg

 

 

- Alors, M’ame Chazotte, avec l’été, on va pouvoir aller au restaurant dépenser notre petite cagnotte ! Hum ! Moi, j’ai envie d’un os à moelle pour commencer, puis de cuisses de grenouilles, après, on verra… Avec la baisse de la TVA, on va pourvoir manger plus pour le même prix !

 

- Ah ! Ah ! Ah ! Impayable M’ame Michu ! V’z’êtes impayable ! La baisse de la TVA, elle passe directement de la poche des cons-tribuables – vous, moi - dans les fouilles des gargotiers ! Ils vont pouvoir changer leur 4x4 avec nos sous ! M’enfin, ils votent Sarko, quand ce n’est pas Le Pen. Bertrand leur a envoyé 120.000 lettres avec bulletin d’adhésion à l’UMP ! Le hold-up de 3 milliards d’euros par an, c’est pour empocher des voix. Et en plus ils nous font manger de la merde…

 

- Oh ! Comme vous parlez vous alors…

 

- A quelques exceptions près, M’ame Michu, v’savez ce que c’est la manière normale de cuisiner en France ? Faut être moderne ! Faut être moderne ! Sachez que la majorité, l’énorme majorité des cent vingt mille restos de France pratique cette méthode qui consiste à réchauffer, au micro-onde ou, au mieux au bain-marie, des préparations culinaires industrielles achetées à bas prix chez Métro ou autre distributeur équivalent. Et vendues à des prix aberrants. Ils appellent ça la « cuisine d’assemblage », portée aux nues par presque tous les gargotiers de France et de Navarre.  Ils ont même réussi à imposer aux écoles hôtelières française ce type de « formation »…

 

- Moi j’en mange des fois des surgelés. Des pizzas surtout.

 

- Ben vous êtes par bégueule… Chez vous, pourquoi pas, mais au resto ! Où est l’authenticité de la cuisine françouaiiise ? Faut dire qu’ils risquent pas grands choses les gargotiers : l’inénarrable Christine Lagarde, ci-devant ministre de l’économie, a signé une « Charte des droits des entreprises du secteur des cafés, hôtels et restaurants ». Objectif de ce torchon chaleureusement applaudit par les dits gargotiers : faire en sorte que les contrôles des agents de la répression des fraudes « se déroulent dans les meilleures conditions possibles ». Autrement dit, les contrôleurs doivent prévenir les contrôlés, ils ne peuvent plus divulguer les résultats de leur travail, un « médiateur » - désigné par la profession ! ! ! -  veille, dans chaque département à « tenter une conciliation » avant toute sanction, enfin, chaque année un comité départemental noyauté par la profession évalue les contrôleurs et donne des bons et des mauvais points.

 

- Ben ça alors !

 

- Ainsi, les gargotiers ont déjà touché quelques trois milliards en réductions de charges, dérogations sur les horaires de leurs employés – j’ose pas dire esclaves, mais ça s’approche de ça avec les palanquées de clandestins exploités par cette profession. Vous croyez que ce système dérogatoire a été supprimé ? M’étonnerait beaucoup… Et en plus, ils bénéficient maintenant d’une TVA préférentielle. Un an après sa mise en place et en pleine période de rigueur budgétaire, on peut constater que ce cadeau fiscal n'a pas eu les répercussions promises pour les clients, les salariés et l'économie du pays. Aujourd'hui, on entend Novelli, les organisations patronales du secteur et certains restaurateurs s'évertuer à accommoder à leur sauce certaines statistiques pour défendre cette opération, mais tout n'est que mensonge et propagande. L'Insee dévoile que les prix en 2009 ont progressé de 1,6% dans la restauration alors que l'inflation été négative de 0,1%.

- Ouais mais ils ont augmenté les salaires de leurs employés…

- Ben voyons ! Si, suite à d'âpres négociations, une prime annuelle maximum de 500 euros brut sera versée à certains salariés et que le Smic dans ce secteur sera supérieur de six centimes d'euros bruts au Smic général, la branche de la restauration rapide, qui profite pleinement de la baisse de la TVA, n'a rien voulu octroyer à ses salariés qui restent pourtant les plus mal lotis de tout le secteur.

- Justement, la baisse de la TVA, qu’il dit le mari de Carla, c’était pour que la restauration traditionnelle soit aligner sur la restauration rapide…

- Baratin. La restauration rapide ne bénéficiait pas d'un taux de TVA différent de celui de la restauration traditionnelle, que l'on aille chez McDonald ou Bocuse, le « sur place » était facturé à 19,6% et le « à emporter » à 5,5%. Seulement les marchands de merde de la restauration rapide ne faisaient aucune distinction entre le « sur place » et le « à emporter ». Ce qu’il aurait fallu faire, pour équilibrer la concurrence, c’était mettre tout à 19,6%, que ce soit à emporter ou à manger sur place.

- Ouais mais, les restaurateurs ont embauché…

- Tè ! Fumes ! En réalité, 8 000 emplois net ont été créés depuis le 1er juillet 2009 pour l'ensemble des CHR, soit un coût de 375.000 euros par poste ! Ils nous coûtent cher ces emplois M’ame Michu….

- Ben alors qu’est-ce qu’il faut faire M’ame Chazotte ?

 

- Mangez le patapon de votre chat…

 

Sources : Eco89


 

Exilés fiscaux… Mais que fait donc Woerth ?

A l'aube d'une période d'austérité et d'un plan de rigueur pour la France, il peut être intéressant de connaître la liste (non exhaustive, tirée du «Nouvel Observateur n° 2359 du 21 Janvier 2010) des personnalités qui ont fui fiscalement le pays pour s'installer en Suisse, ou dans un autre paradis fiscal. S'ils l'ont fait en toute légalité (achat d'une résidence en Suisse, séjour inférieur à 6 mois sur le sol français), il est par contre inadmissible que certains d'entre eux continuent à s'immiscer dans la vie politique française, en participant activement aux campagnes électorales, pour soutenir tel ou tel candidat, ou pire, en étant officiellement investi par l'Etat pour représenter la France à l'étranger, comme c'est le cas actuellement pour Alain Delon qui est le parrain officiel du pavillon français à l'exposition universelle de Shanghai.


johnnysarko.gif
Parmi les plus actifs ans ce domaine, il y a donc Alain Delon, mais aussi Johnny Hallyday (le premier résidant à Genève depuis 1999 et le second à Gstaad depuis 2006), sans oublier Charles Aznavour (résidant à Genève), Patricia Kaas, Daniel Auteuil, Marc Levy et Michel Houellebecq.

Parmi les sportifs on peut citer Alain Prost, Jean Alesi, Richard Virenque, et les tennismen Guy Forget, Richard Gasquet, Henri Leconte, Amélie Mauresmo, Gaël Monfils, Cédric Pioline, et Jo-Wilfried Tsonga qui payent tous leurs impôts en Suisse.


Moins étonnant, mais encore plus scandaleux, des personnalités des affaires qui exercent actuellement (ou ont exercé récemment) un pouvoir politique économique ou financier en France, parmi eux : Antoine Zacharias (Vinci), Claude Berda (AB groupe, TF1), Daniel Hechter (couturier) et Jean-Louis David (salons de coiffure, cosmétiques). Mais aussi des rentiers et des héritiers, dont les fortunes ont été créées en France, avec la participation de centaines de milliers d'ouvriers français : Eric Peugeot, Jean Taittinger (PDG de la société du Louvre, ancien ministre de la justice et député de la Marne), Philippe Hersant (patron de presse du Groupe Hersant), Corinne Bouyques (héritière de la fortune Bouygues), les familles Defforey (Carrefour), Mulliez (Auchan) et Halley (Promodès), tous résidant à Genève ou aux environs.


Si ces gens n'aiment pas (fiscalement) la France, qu'ils la quittent et qu'ils l'oublient, et surtout qu'ils n'en profitent pas quand ils en ont besoin (comme par exemple pour venir s'y faire soigner).

 

 

Jhonny.jpg

 

 

Sources : Ancêtre - http://forum.orange.fr/messages/index/39179/sujet-libre-les-exiles-fiscaux.html

 

Plus d’info : http://hebdo.nouvelobs.com/sommaire/dossier/089811/le-cercle-des-riches-disparus.html

18/06/2010

Retraites : c’est la GUERRE !

 

 

chimulus retraites.jpg

 

 

Préparez-vous les manards. Vous allez travaillez plus, plus longtemps, pour moins de pognon. C’est ça la réalité de la « réforme » (contre-réforme, régression) dont les sarko-trafiquants viennent de dévoiler les grandes lignes ( Texte complet du projet gouvernemental et contre-projet socialiste ).

 

L’enjeu de l’évolution nécessaire du système de retraite est de surmonter les problèmes démographiques (papy-boumeurs) qui risquent de mettre à mal la retraite par répartition. Pour cela, il convient évidemment de mettre à contribution le travail ET le capital. De manière équilibrée. Tè ! Fumes ! Sarko a tranché, en bonne petite marionnette du Medef : le travail est accablé tandis que le capital est quasiment épargné, les mesurettes dérisoires le touchant n’étant que des leurres et des instruments de communication. C’est là-dessus que nous allons entendre baver des sarko-trafiquants de service sur les médias à la botte.

 

Selon Eric Aubin, responsable des retraites à la CGT : "Les mesures qui seraient imposées aux salariés seraient de l'ordre de 22,6 milliards d'euros alors que les mesures demandées aux ménages plus aisés et aux entreprises seraient de l'ordre de 4,4 milliards". Soit un effort demandé touchant cinq fois plus les salariés que les riches et les entreprises !

 

Le but n’est pas réellement de mettre en place un système de retraite viable et juste, mais avant tout d’envoyer un signal aux marchés et aux partenaires européens. Pour cela, Microlax 1er a choisi de faire payer les pauvres et ceux qui ont commencé à travailler tôt en épargnant actionnaires, entreprises et pleins de thunes. On ne pouvait évidemment pas attendre autre chose de cette bande de nuisibles inféodés aux financiers véreux et aux patrons voyous.

 

La riposte doit être massive, puissante, multiple. Il faut évidemment aller en masse à la manif prévue par les syndicats le 24 juin. Mais chacun de nous peut aussi agir auprès du député de sa circonscription. Le texte viendra en débat à l’Assemblée et septembre. D’ici là, chacun de nous peut interpeller, pas lettre, par courriel, son député et lui faire clairement savoir que sa réélection (dans deux ans) sera largement conditionnée par son attitude et son vote lors du débat.

 

C’est la guerre (des classes). Tous les moyens sont bons pour la gagner. Sarko compte sur cette « mère de toutes les réformes » pour se refaire la cerise et nous en remettre pour cinq ans de bagne. Il faut donc faire échouer cette « réforme » inique, scandaleuse afin qu’il soit enfin renvoyer à sa vraie place, aux poubelles de l’histoire.

 

Banzaïe !

 

 

15/06/2010

Traders : La Saloperie élevée au niveau de l’Art


insolite-072.jpgQuand on est pourri, on l’est jusqu’à la moelle. Et la pourriture morale et mentale des petits cons diplômés – grâce aux sous de la collectivité française – des écoles de fabrication d’escrocs encore appelés « grandes écoles de commerce », et qui s’expatrient à la City, à Londres comme « traders » ou autres conneries de ce genre, atteint un niveau qui touche à l’art.

 

Ces crapules – suite au dégonflage de la baudruche financière anglo-saxonne puis mondiale – se retrouvent lourdés, comme les merdes qu’elles sont. Pauvres malheureux qui se sont gavés de sommes astronomiques  en spéculant…

 

Et que croyez-vous qu’ils font, ces raclures de bidets qui crachent sur la France « archaïque » ? Qu’ils vont s’inscrire au chomdu en Rosbifistan pour toucher environ 100 euros d’alloc chômage par semaine ? Non. Pas si cons les pourris : ils traversent la manche, retrouvent cette bonne vieille France « archaïque », travaillent une seule petite journée à MacDo par exemple et – les lois française étant généreuse – vont, en Ferrari,  s’inscrire au chomdu en France. Où ils ont droit à des indemnités proportionnelles à leur ancien salaire en Rosbifistan, qui était plus que gras. Ils touchent donc le plafond des assedic, soit 6400 euros par mois pendant deux ans… Sans avoir cotisé une seule thune !

 

Spécialiste du droit du travail, le député socialiste Alain Vidalies a donc questionné le ministère de l'économie dès février 2009; il vient tout juste de décrocher une réponse – encore partielle. Pour daigner communiquer leurs statistiques, les services de Christine Lagarde ont attendu que le parlementaire dégaine, le 25 mai, l'artillerie lourde, c'est-à-dire la procédure dite des «questions signalées», qui permet depuis 1994 aux députés d'exiger de n'importe quel ministre, dans un délai de 10 jours, des réponses circonstanciées à des interrogations d'ordre juridique ou financier. Alain Vidalies a précisément demandé à Christine Lagarde «de bien vouloir lui préciser, pour l'année 2009, le nombre de ces heureux bénéficiaires et le montant ainsi déboursé par l'Unedic». La réponse de Lagarde est un modèle de langue-de-bois jésuitique : «La situation décrite, qui reste très marginale, ne constitue pas un cas de fraude mais s'apparente davantage à une optimisation du système de protection sociale applicable aux travailleurs migrants». Les Bercy-boys-and-girls lâchent du bout des lèvres qu’ils seraient 33 ces heureux bénéficiaires de « l’archaïsme » français. Ce qui coûtera sur deux ans près de 5 millions aux caisses de chômage…

 

Eh ! Sarko, si tu faisais une Loi contre ces aberrations ? Pour une fois que ce serait utile. C’est vrai que - malgré tes postures moralisatrices – le modèle ultra-libéral de merde des Rosbifs et des Zétazuniens, c’est ce dont tu rêves pour nous…

 

(Sources : Lantifadas – Médiapart)

 

11/06/2010

Pendant la Coupe du monde, les sarko-saloperies continuent : Bolkestein, le retour en douce…

 

 

Bolkestein_meprisGP.JPGBolkestein, ça vous dit quelque chose. C’est le nom de l’ultralibéral qui a pondu la directive éponyme qui prévoit de permettre aux entreprises européennes d'appliquer les réglementations de leur pays d'origine plutôt que celles des pays où elles sont installées. Mais la directive Bolkestein va plus loin encore, en rendant concrètement impossible l'application de toute réglementation aux entreprises. Pour cela, elle prévoit de confier également au "pays d'origine" de l'entreprise le contrôle de l'application des lois. Cette mesure est donc un véritable acte de sabotage contre toute réglementation applicable aux entreprises.

Devant les tollés qu’elle a suscités, on la croyait morte et enterrée… Tè ! Fumes ! Le 4 avril 2006, la Commission européenne a finalement entériné le texte voté par le parlement mais – sous la pression des milliers de salariés venus manifester de toute l’Europe à Bruxelles et Strasbourg - le parlement a amendé le texte en supprimant le principe du "pays d'origine".

Échaudé par la mobilisation citoyenne, en 2005, contre ce texte menaçant les services publics et encourageant le dumping social, les sarko-trafiquants qui nous gouvernent ont préféré la discrétion pour procéder à sa transposition dans le droit français. Pas de loi-cadre, donc, mais une modification graduelle de la législation. Dans son rapport d’information sur l’état de la transposition de la directive services, le sénateur (UMP) de la Manche, Jean Bizet, justifie ce choix dans des termes ahurissants : « L'abandon par le gouvernement français d'une loi-cadre de transposition conduit à instiller plusieurs dispositions de nature technique à l'occasion de l'examen de différents projets ou propositions de loi afin de mettre la législation française en conformité avec les prescriptions de la directive. Cette méthode est sans doute moins lisible, tant pour les parlementaires que pour l'opinion publique, mais elle permet, en « technicisant » la transposition, d'éviter l'apparition de polémiques stériles. » (rapport Bizet du Sénat, juin 2009). Pour ce sarko-trafiquant sans vergogne, le débat démocratique s’appelle « polémiques stériles »…

Il y en a qui l’appliquent déjà, et dans toute son horreur cette directive honnie. Entre autres le sulfureux irlandais Michael O'Leary, patron du transporteur aérien à bas prix (Pardi, ce sont les collectivités locales, donc nos impôts locaux, qui paient !)  Ryanair, qui menace de fermer son escale de Marseille si les poursuites judiciaires engagées contre sa compagnie pour travail illégal ne sont pas abandonnées ! Carrément du chantage à l’emploi : 120 salariés travaillent sur la base Ryanair à Marseille et paient leurs cotisations sociales et leurs impôts… en Irlande. Une situation contraire à la législation française. En vertu d'un décret de novembre 2006, toute compagnie qui ouvre une base en France doit en effet s'acquitter des charges sociales françaises. Il s’en fout le O’Chez pas quoi. En matière de conditions de travail ou de respect des droits syndicaux, la compagnie irlandaise multiplie les provocations, entraînant des conflits un peu partout en Europe, notamment en Belgique et en Suède.

Les juges d’Aix-en-Provence, en charge du dossier, doivent être débordés…

 

marignane aéroport.jpg

 

(Sources : L’Humanité)

 

10/06/2010

Capitalistes de tous les pays, investissez à Bhopal : la vie humaine est soldée, un demi euro le mort ! Qui dit mieux ! Approchez, approchez, il y en aura pour tout le monde !

 

Bhopal catastrophe.JPG

 

Dans la nuit du 2 au 3 décembre 1984, entre 3000 et 4000 personnes, essentiellement des habitants des quartiers défavorisés de Bhopal, ont péri après une fuite de gaz Sevin, un pesticide efficace… et mortel. Dans la semaine qui a suivi, 20.000 pauvres types y ont laissé leur peau. Et actuellement, 26 ans après, 300.000 personnes subissent encore les effets irréversibles de leur empoisonnement par la multinationale étazunienne Union Carbide (aujourd’hui Dow Chemical).

 

Lundi 7 juin, le tribunal de Bhopal, dans le centre de l’Inde, a condamné à deux ans de prison et 1.800 euros d’amende sept anciens dirigeants locaux de l’usine de pesticides. Reconnus coupables de « négligence entraînant la mort » dans ce qui demeure la plus grande catastrophe industrielle de l’histoire, ils ont été aussitôt libérés sous caution et devraient faire appel. Parmi les accusés figurait l’ancien président de la branche indienne d’Union Carbide, Keshub Mahindra, aujourd’hui à la tête du constructeur automobile indien Mahindra et Mahindra. La filiale, qui n’existe plus, a été condamnée pour sa part à verser 9.000 euros d’amende. Warren Anderson, le PDG d’Union Carbide à l’époque, s’était enfui aux Etats-Unis après la catastrophe. New Delhi demande en vain son extradition depuis 1993.

25.000 morts et 300.000 malades reviennent à 1800 euros x 7 = 12.600 euros. Soit 0,50 euros la pièce. Les 300.000 éclopés et malades qui crèvent chaque jour, c’est bakchich… Un demi euros la  vie humaine pour une multinationale, c’est très très rentable, non ? D'abord accusés d'homicide, les dirigeants de Union Carbide ont finalement été reconnus par le tribunal coupables de simple «négligence ayant entraîné la mort». Ben voyons, à ce prix là, on va pas s’emmerder la vie à  installer des systèmes de sécurité qui coûtent les yeux de la tête ! Ça va pas, non !

Rachna Dhingra, membre de l'International Campaign for Justice in Bhopal ne cache pas sa rage impuissante : «Les gens se sentent abandonnés par le gouvernement, trahis par la justice de leur pays. Une tragédie qui a fait près de 30.000 morts a été traitée par les magistrats comme un simple accident de la route». Tout ça pour ne « pas décourager les capitaux étrangers de s’investir en Inde »…

Le capitalisme sauvage issu de l’ultralibéralisme s’exprime là dans toute son horreur…

bhopal colère.jpg

(Sources AFP)

 

P.S.- Putaing ! Siné est à l’hosto. Buvons, amis, à son prompt rétablissement !

http://lazone.sinehebdo.eu/zone-6.html

08/06/2010

Eh ! Pancho ! Ne ramène pas ta fraise ! C’est de la merde…

 

fraises.jpgJe viens d’acheter deux barquettes de superbes fraises de Provence. Humm ! Un petit producteur, en ayant ras le cul de se faire exploiter par les grandes surfaces, les vends à un prix très correct au cul de sa camionnette. Et les clients ne s’y trompent pas !  Ça change de ces putains de « fraises » espagnoles qu’on trouve aux supermarchés ! T’as l’impression de croquer dans un bout de caoutchouc dur qui aurait un vague gout de tomates transgénique… Dégueulasse. Et les mecs, ils vendent ça en belles barquettes, à 2,5 € pièce. Comme ça paraît pas cher, les bons cons achètent.

 

Seulement voilà, ces saloperies sont le nec plus ultra de la  merde. Elles arrivent du sud de l’Espagne et ont donc parcourues au bas mot 1500 à 2000 bornes en camions crachant leur gazole à la tonne. Près de 90.000 tonnes chaque année ! À dix tonnes en moyenne par véhicule, ils sont 16.000 par an à faire un parcours valant son pesant de fraises en CO2 et autres gaz d'échappement. Car la quasi totalité de ces merdes poussent dans le sud de l'Andalousie, sur les limites du parc national de Doñana, près du delta du Guadalquivir, l'une des plus fabuleuses réserves d'oiseaux migrateurs et nicheurs d'Europe. Cette agriculture couvre près de six mille hectares, dont une bonne centaine empiète déjà en toute illégalité (tolérée) sur le parc national. Officiellement, 60% de ces cultures seulement sont autorisées; les autres sont des extensions «sauvages» sur lesquelles le pouvoir régional ferme les yeux en dépit des protestations des écologistes.

 

Les fraisiers destinés à cette production, bien qu'il s'agisse d'une plante vivace productive plusieurs années, sont détruits chaque année. Pour donner des fraises hors saison, les plants produits in vitro sont placés en plein été dans des frigos qui simulent l'hiver, pour avancer leur production. À l'automne, la terre sableuse est nettoyée et

stérilisée, et la microfaune détruite avec du bromure de méthyl et de la chloropicrine. Le premier est un poison violent interdit par le protocole de Montréal sur les gaz attaquant la couche d'ozone, signé en 1987 (dernier délai en 2005… ! ! !); le second, composé de chlore et d'ammoniaque, est aussi un poison dangereux: il bloque les alvéoles pulmonaires.

 

Qui s'en soucie? La plupart des producteurs de fraises andalouses emploient une main d'œuvre marocaine, des saisonniers ou des sans papiers sous payés et logés dans des conditions précaires, qui se réchauffent le soir en brûlant les résidus des serres en plastique recouvrant les fraisiers au cœur de l'hiver. Mais c’est qu’en plus ils polluent ces cons d’esclaves mon brave, en plus d’avoir les poumons pourris par les merdes qu’ils resporent et la peau vérolées par les pesticides !

 

Les plants poussent sur un plastique noir et reçoivent une irrigation qui transporte des engrais, des pesticides et des fongicides. Les cultures sont alimentées en eau par des forages dont la moitié ont été installés de façon illégale. Ce qui transforme en savane sèche une partie de cette région d'Andalousie, entraîne l'exode des oiseaux migrateurs et la disparition des derniers lynx pardel, petits carnivores dont il ne reste plus qu'une trentaine dans la région, leur seule nourriture, les lapins, étant en voie de disparition. Comme la forêt, dont 2 000 hectares ont été rasés pour faire place aux fraisiers.

 

La saison est terminée au début du mois de juin. Les cinq mille tonnes de plastique sont soit emportées par le vent, soit enfouies n'importe où, soit brûlées sur place.

 

estron.jpgQuant aux esclaves, ils sont priés de se barrer, retourner chez eux ou s'exiler ailleurs en Espagne. Remarquez: ils ont le droit de se faire soigner à leurs frais au cas ou les produits nocifs qu'ils ont respiré ...

 

La production et l'exportation de la fraise espagnole représente ce qu'il y a de moins durable comme agriculture, et bouleverse ce qui demeure dans l'esprit du public comme notion de saison. Quand la région sera ravagée et la production trop onéreuse, elle sera transférée au Maroc, où les industriels espagnols de la fraise commencent à s'installer. Avant de venir de Chine, d'où sont déjà importées des pommes encore plus traitées que les pommes françaises...

 

Mangez cinq fruits et légumes par jour qu’ils nous bassinent… Vous crèverez plus tôt, ça soulagera la sécu !

 

 

Sous le soleil printanier, les sarko-saloperies continuent !


sarkodoigtsdhonneur copie.jpg

Qu’est-ce qui a foutu le bordel il y a deux ans aux Zuessa puis dans le reste du monde ? Les « subprimes », c'est-à-dire la possibilité donnée aux banques de noyer leurs créances immobilières pourries, en les « titrisant » (en les incluant dans des « titres », des « obligations » vendues ensuite sur le « marché »). C’est ainsi que des épargnants du Crédit Agricole, de la Société générale et autres se sont trouvées propriétaires, à travers des sicav ou des fonds de placements, de ces créances véreuses jusqu’à l’os.


Notre génie national, Sarko 1er, s’était alors vertement élevé contre ces manières de faire : « Ce qu’on appelle la titrisation, c'est-à-dire que chaque jour les banques (étazuniennes) consentaient un prêt immobilier à 10 heures, le revendaient à 17 heures, prenaient la commission, le déstockaient. »


Non mais ! Pas de ça chez nous ! qu’il avait proclamé notre père-la-vertu-financière.


Mouais… Le travail de sape du lobby des banques a eu raison de la fière « détermination » de Microlax 1er. Le projet de loi « Régulation bancaire et financière » porté par Lagarde et qui sera débattu cette semaine à l’Assemblée dit pourtant tout le contraire des bonnes résolutions sarkoziennes. Son chapitre V crée en effet les « Sociétés de financement de l’habitat » à travers lesquelles les banques auront la possibilité, contre des obligations, de céder leurs créances immobilières, par paquets, aux compagnies d’assurances et aux sicav. Dès lors, elles ne seront plus directement responsables des mauvais payeurs. Leurs mauvaises créances n’apparaissant plus dans leur bilan, elles seront incitées à prêter sans beaucoup de discernement… C’est ni plus ni moins que la titrisation à l’américaine que dénonçait Sarko !


Et dire que la presse léche-cul a pourri Martine Aubry pour avoir osé comparer l’Axe de la galaxie - ce génie qui a triplé le déficit et plombé la dette de 750 milliards d’euros - à Maadoff ! C’est désobligeant pour Maadoff : celui-ci n’a volé que les riches, alors que les saloperies sarkoziennes volent avant tout les pauvres…


Sources : Marianne n°685

 

04/06/2010

Le roi du rabot Fillon aurait-il des idées ?

 

fillon faillitaire.jpg

Il vient – enfin ! – d’admettre que les trop fameuses « niches fiscales » devraient être « rabotées » afin de financer, un tout petit peu, les retraites. Evidemment le coup de rabot sera sélectif et probablement léger du coude. Pourtant il y en a du pognon a récupérer dans ces niches pour qui aurait le courage d’en sortir les pitbulls qui les gardent jalousement !

 

Une commission de députés a planché la dessus et a publié un rapport édifiant la dessus. On y apprend que notre beau pays compte... 486 niches fiscales ! Corse, réservistes, débits de boissons, prix littéraires, pipeuses de St-Claude, journalistes, députés, chevaux de course, investissements outre mer, restaurateurs, etc. C'est plus que le nombre de fromages d'un pays jugé ingouvernable par le général de Gaulle, et à peine moins que son nombre de députés !

 

Comment avons-nous pu arriver à une telle aberration ? D'abord, notre impôt sur le revenu est décrépi. Fondé en 1914, refondu en 1948, il a été boursouflé d'abattements, de décotes, de minorations, de boucliers et autres exemptions au fil des décennies. Et la dernière – énorme boursouflure - est le grand œuvre de notre Phénix de Neuilly, le fameux bouclier fiscal de 15 milliards chaque année refilé aux plus bourrés de thunes ! Une profession à cajoler, des électeurs à remercier, une région à préserver ? Hop ! Une dérogation, un abattement, une exonération.

 

L'Etat redonne de la main gauche ce qu'il prend de la main droite. Il comprime certaines dépenses pour tenir sa promesse, mais accorde en échange des baisses d'impôt très ciblées. Autrement dit, il crée de nouvelles niches.

75 milliards d'euros de niches pour cette année, alors que l'impôt sur le revenu devrait rapporter 60 milliards, moins que l’intérêt de la dette !

 

Etrange paradoxe : ce que nous évitons de payer dépasse ce que nous payons ! Champions du monde ! Nous sommes le pays de l'OCDE où l'impôt sur le revenu est de loin le plus faible, autour de 3 % du PIB. Aux Etats-Unis, l'impôt sur le revenu (échelon fédéral et Etats confondus) rapporte 8,5 % du PIB, plus de 15 % en Suède, et près de 25 % au Danemark !  Eh ! Kiki me répondra un heureux planqué, c’est parce que nous sommes plus malins que les autres, planqués dans des niches permettant d'échapper au regard inquisiteur du percepteur !

 

Alors que la France se gargarise d'égalité et de modèle social, elle vit en réalité dans l'inégalité et le chacun pour soi.

 

Ce système est profondément injuste. Car les taxes les plus lourdes, comme la TVA avec 180 milliards d'euros de rentrées prévues en 2009, la CSG et la CRDS avec près de 90 milliards (un chiffre tellement énorme qu'il faut aller le chercher au fond d'un rapport abscons, aucun ministère ne jugeant opportun de le publier) et les cotisations sociales, sont toutes proportionnelles. Les pauvres paient autant que les riches.

 

C'est contraire au fameux article 13 de la Déclaration des droits de l'homme de 1789 : « Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre les citoyens, en raison de leurs facultés. »


France, pays des Droits de l’Homme, Mon Cul…