Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/08/2014

Théophile Gautier tel qu’on ne l’apprend pas à l’école !

liaisons dangereuses 1936.jpg

 

Solitude

 

Je bande trop. De ma culotte

Je sors mon vit qui décalotte

Son champignon.

Etre à midi, seul dans sa chambre,

En tête à tête avec son membre,

C'est du guignon.

 

Mon jacquemart me bat le ventre :

Dans quelque chose il faut que j'entre,

Cul bouche ou con.

Mais je ne vois pas ma voisine

Lançant son œillade assassine

De son balcon.

 

En vain Coco dresse sa huppe:

Dans la maison pas une jupe,

Pas un bonnet.

La pine au poing, pose équivoque,

Á défaut de con je t’invoque, Veuve Poignet.

 

Grande Vénus masturbatrice,

Solitaire consolatrice

Des amoureux,

Puisque je manque de maîtresse

Accorde au moins à ma détresse

Tes plaisirs creux.

 

Prête-moi cette main adroite

Qui sait, d'une caresse étroite,

Saisir l'engin,

Et fait jouer la pompe à sperme

Entre ses doigts qu'elle referme

Comme un vagin,

 

Enseigne-moi, j'y suis novice,

Ce que Tissot nomme vice,

Ce jeu caché

Que Cupidon enfant pratique,

Épointant sa flèche érotique

Loin de Psyché

 

Les pieds appuyés au chambranle,

Lentement d'abord je me branle

Et puis, presto:

Je développe mon extase,

Ponçant mon pilier de la base

Au chapiteau.

 

Mais la Chimère ouvre la porte.

Une femme entre, à gorge forte,

Á reins puissants,

Qui retrousse chemise et cotte

Met sous mon nez sa grosse motte

Aux crins frisants;

 

Puis souriante se retourne,

Et ne sachant par où j’enfourne

M'offre son cul.

Rubens, il faut que tu confesses

Par la ronde ampleur de ces fesses

Ton art vaincu !

 

Mais je l'empoigne par les hanches,

Et j’écarte ses cuisses blanches

De mon genou;

Déjà ma pine triomphante

De l'abricot perçant la fente

Y fait son trou.

 

Serrant le cul, haussant la croupe,

Les pieds en l'air comme en un groupe

De Clodion,

Elle absorbe toute ma pine

Et retrouve de Messaline

Le tordion.

  

Un flot de liqueur prostatique,

Du temple mouillant le portique,

Écume au bord ;

Sous le choc du vit qui la pousse

Elle crie à chaque secousse:

Oh ! va plus fort !

 

Les yeux noyés, de plaisir pâle,

Jusqu'à la garde elle s'empale,

Comme autrefois

Du dieu Priape au fond d'un antre

Les filles s'enfonçaient au ventre

L'outil de bois.

 

Je la transperce d'outre en outre.

Le spasme arrive: un jet de foutre,

Un jet brûlant,

Parcourt mon dard comme une lave,

Jaillit, retombe, et de sa bave

Poisse mon gland.

 

Quand j'ai bien égoutté mon tube,

Je vois s'envoler le succube

Aux beaux seins nus,

Je deviens flasque, je débande,

Et je regrette mon offrande,

Fausse Vénus.

 

Sur mes doigts en nappes s'épanche,

Déjà froide, la liqueur blanche;

Tout est fini,

Et j'offre pour ton microscope

Le résultat de ma syncope,

Spallanzani !

 

Théophile Gautier

 

Octidi 28 thermidor 222

 

Illustration Magritte - Photo X – Droits réservés


 

14/08/2014

Aux dieux odieux !

chimulus dieu tout puissant.jpg

 

Au Proche-Orient, les croyants s’entretuent avec allégresse. Chacun égorgeant l’autre avec « got mit uns ».

 

Enfin, c’est surtout les fils des divers Allah qui massacrent les autres. Tu ne crois pas à MON Allah ? Tu te convertis ou alors je te tue. Mais enfin, on peut s’arranger si tu as du pognon et que tu casques la « dhimmi » : on te permettra de survivre comme un citoyen de troisième zone, dans la peur permanente bien sûr, et en nous engraissant de ton travail. Bref, comme une pute se fait exploiter par son maquereau…

 

Il est vrai que dieu est amour.

 

Amour, mon cul ! Amour de la mort. Abrutissement des masses pour mieux les manipuler.

 

Ces horreurs me confortent dans mon rejet viscéral de toutes ces konneries, de toutes ces névroses collectives que sont les religions.

 

L'athéisme, il faut le dire avec force, est un engrenage positif pour l'amour de la vie.

 

Les trois grandes religions monothéistes, faisant de la vie terrestre une épreuve, et du corps une prison, donnent toute primauté à l'existence sous forme d'âme, dans un anti-monde féerique, un ailleurs bienheureux, où l'on vit en paix avec les êtres que nous aimons, et ceci pour l'éternité...Il y a dans cet anti-monde, au choix, la présence transcendante de Dieu, des rivières de miel, des vierges à profusion, la cohabitation idéale d'animaux qui dans la nature sont prédateurs et proies. Et gnangnangnan, et gnangnangnan… Fatras de puérilités.

 

Mais derrière ce cadre idyllique se cache la pénitence; le paradis n'est pas un cadeau, il est une récompense qui ne s'acquiert qu'au prix d'une souffrance et d'une soumission à des textes « sacrées » dont les inepties, les faussetés, les incohérences, les reprises à des peuples anciens et paganistes ne sont plus à démontrer. Fatras de stupidités destinées à culpabiliser, à faire peur.

 

C'est que le réel est ici sur Terre, et le silence de Dieu nous oblige, par raison, à conclure à son inexistence, donc à celle du paradis, et de surcroît à celle de l'enfer, et ceci sans équivoque. Le réel est ici sur Terre, avec les affections, négatives et positives, la mort et la naissance, la maladie et la rémission, la joie et la tristesse, la réussite et l'échec, et loin de tout manichéisme, la vie est aussi tout ce qu'il y a entre tous ces extrêmes.

 

L'athée entré en athéisme, c'est à dire athée par réflexion et par raison, sait qu'il n'y a rien après la mort, comme il n'y avait rien avant notre naissance, que tout ce que nous avons à vivre est sur cette Terre dans le temps que nous avons entre la naissance et la mort. L'athée sait donc combien la vie est chère, le corps aussi précieux que l'esprit.

 

Il n'y a pas de place dans la raison de l'athée pour la guerre, la violence, la destruction de toute vie, animale et humaine, dans un but de conquête, de réjouissance, de protection d'intérêt dit vitaux. L'athée n'est en aucune mesure d'accord pour accepter une haine à priori sur la base d'arguments fallacieux (racisme), il ne peut admettre que l'on discrimine des êtres pour ce qu'ils sont par nature (sexisme et homophobie). L'athée doit combattre tout cela qui n'est que le résultat de la névrose religieuse qui en instaurant un mode de vie patriarcale et bestiale (rapport sexuel dans le but de se reproduire, d'où sa haine pour l'homosexualité, pour le plaisir, pour la jouissance, pour l’hédonisme) n'a jamais pu apporter aucun bonheur.

 

L'athée vit dans cette engrenage positif d'amour de la vie, et vit avec lui en parfaite osmose, afin de découvrir que derrière la violence humaine il y a aussi la possibilité d'être humain, civilisé et d'appartenir à la nature en la protégeant des loups religieux qui pensent que Dieu la mît à notre disposition, et que, par évidence religieuse, nous pouvons en disposer à notre guise et sans remord aucun...

 

La religion n'amène à rien d'autre qu'à la haine de la vie, et à la destruction de celle-ci par l'arrogance déiste. Encore une fois la condamnation du port du préservatif met à mort des millions d'africains, qui, s'ils eussent été incroyants, auraient eu une vie plus longue, et moins douloureuse.

 

La première des révoltes, c’est de « tuer dieu » disait Camus dans « L’homme révolté ». Alors aux armes, citoyen. La première de ces armes étant la simple raison.

 

Sextidi 26 thermidor 222

 

Illustration: merci à Chimulus

 

12/08/2014

Nord Irak, Est Ukraine : le bal des faux-culs.

 

 

irak jihadistes fusillent.jpg

Le faux-cultiste à ce niveau atteint une dimension artistique : je viens d'entendre à la radio les serviteurs des médiarhées se répandre sur les situations dans le Nord Irak et dans l'Est Ukraine.

 

D'un côté, ces « zexperts » se félicitent de l'envoi d'aide humanitaire pour secourir des populations mises en danger de mort par l'avancée militaire des brutes sanguinaires du fascisme vert du « califat ». Et applaudissent tant à la livraison d'armes aux kurdes qui luttent contre ces obscurantistes qu'aux frappes aériennes étazuniennes. En oubliant que cette situation est directement liée à la guerre stupide et dévastatrice livrée par ces mêmes Etazuniens contre Saddam.

 

Celui-ci était certes un dictateur. Mais sous sa poigne de fer, l'Irak bénéficiait de la paix intérieure, toutes les minorités étaient respectées et les diverses religions ne se bouffaient pas la foi... Ceci au prix d'une conception particulière des droits de l'humain et de quelques centaines de morts par an. Mais le résultat issue de la guerre étazunienne est infiniment pire : éclatement du pays, guerres religieuses sans merci, et au moins une centaine de morts chaque jour !

 

D'un autre côté, les mêmes « zexperts » s'offusquent du fait que les Russes envoient un convoi d'aide humanitaire à des patriotes Est-ukrainiens. Ils considèrent cela comme une menace inacceptable. Oubliant que ce qui se passe la-bas, c'est le massacre de milliers de civils, le bombardement aérien et par artillerie d'une ville par une soldatesque nazi (l'armée de Kiev est surtout composée des néo nazis de la milice «Secteur droit », dont le chef Dimitri Iarosh a été nommé principal adjoint au Conseil national de défense et de sécurité de Kiev) . Imaginez Marseille, ou Lyon entourée par une armée qui la pilonne sans discontinuer. Comme Gaza est écrasé par Israël avec la bénédiction des USA.

 

ukraine armée kiev.jpg

 

Alors nos « zexperts » de la presse-purée prêtent à Poutine l'intention de profiter de ce prétexte humanitaire pour aider militairement les patriotes encerclés. Mais dans la logique « occidentale », Poutine, pour faire comme les Yankees, devrait envoyer son aviation pilonner les positions d'artillerie, les chars et les rassemblements de troupe de Kiev qui entourent et pilonne ces villes martyrisées ! Au lieu de ça il garde son sang-froid. Pour l'instant. Car les rodomontades de Rasmudsen, la marionnette de l'Otan dont Barrack « Blackbush » tire les ficelles, n'impressionnent pas plus le maître du Kremlin que les fameuses et fumeuses sanctions...qui se retournent à fond la caisse non pas contre les Yankees mais contre nous !

 

Et pendant ce temps, notre président fête « quelque part » son entrée parmi les sémillants sexagénaires. Bienvenue au club...

 

Quartidi 24 thermidor 222

 

Photos X - Droits réservés

 

11/08/2014

Les assureurs se « réassurent » contre...l'allongement de la durée de vie !

Les assureurs – qui sont, comme l'on sait, de grands philanthropes – étudient avec sérieux, assiduité et imagination le « problème » de l'allongement de la durée de vie. Un trimestre de plus d'espérance de vie chaque année. Voilà qui affole les assureurs. Ainsi AXA, pour se prémunir contre cette calamité qu'est l'allongement de la vie, est en train de prendre des précautions : cet assureur va souscrire un accord avec le réassureur allemand Hannover Re. Objectif : se prémunir contre le surcoût éventuel lié à l’allongement de la durée de vie.

 

Voilà de la saine gestion. Cette calamité pour les assureurs qu'est l'allongement de la vie provient de la disparition des conflits dans nos sociétés « riches ». Eh oui... C'est une bonne guerre qu'il nous faudrait ! Enfin, il y a quelques espoirs avec la guerre que nous préparent nos « amis » étazuniens avec la Russie. Cet allongement provient aussi des progrès de la médecine. Ah ! Les ravages dus à la

 

Sécurité sociale qui, non seulement « vole » le pognon des assureurs, mais en plus soigne les gens et réduit ainsi la mortalité, tant infantile que de fin de vie. Pourtant, en bons gestionnaires, les assureurs trient systématiquement les risques, laissant les plus mauvais d’entre eux à la charge de l’État. Ce laxisme a conduit à une société où l’on vit plus longtemps en bonne santé, et où le nombre d’« années homme » augmente toujours plus. Et cela peut très bien continuer alors qu’un bébé sur deux qui naît aujourd’hui en France vivra jusqu’à 100 ans, et même 105 ans pour les filles. Calamité...

 

Heureusement, fort de l'appui de puissants lobbies (qu'ils doivent largement soutenir financièrement, en loucedé) les assureurs voient venir avec satisfaction le « droit à une mort digne », autrement dit la possibilité de l'assassinat légal encore appelé « euthanasie ». « Soleil vert » se profile.

 

grimper au cocotier.JPG

Allez, je vais apporter moi aussi, à mon modeste niveau, ma contribution à ce débat. Pour résoudre le problème de la vieillesse galopante (salauds de vieux !), on pourrait adopter, en l'adaptant à nos sociétés, une mesure ayant fait ses preuves dans les régions tropicales, « la montée au cocotier ».

 

Voilà ce que je propose à nos « amis » assureurs. Chaque année, comme il y avait, avant, le « passage au conseil », on déterminera une classe d’age (65 ans, l’age de la retraite pour le commun des futurs morts, me semble opportun). Une fois l'an, au cours d'une cérémonie officielle, avec fanfare, sous-préfet, discours et tout et tout, les gens de cette « classe » seront convoqués sur le stade de la ville où auront été planté quelques mats de cocagne. Les impétrants devront grimper en grimper au mat de cocagne.jpghaut du mat. Lorsqu’ils auront atteint une hauteur, disons de cinq à six mètres, des membres de la « commission de contrôle des vieux », secoueront fortement le pied du mat.

 

Résultat : ceux qui résistent gagnent le droit de vivre un an de plus, jusqu’à la prochaine session de « Passage au cocotier ».

 

Ceux qui n'arrivent pas à monter sont « pris en charge » par le "service municipal de l'euthanasie."

 

Quant à ceux qui tombent… Ben, ils libèrent le territoire. Et font faire des éconocroques aux assureurs !

 

 

Tridi 23 thermidor 222

 

 

Illustrations X – Droits réservés

 

10/08/2014

Ouiquinde gastronomique : La bouillabaisse.

bouillabaisse web.jpg

 

 

 « Pour faire une bonne bouillabaisse

Il faut se lever de bon matin

Préparer le pastis et sans cesse

Raconter des blagues avec les mains…

 

Ainsi dit le refrain devenu immortel

Depuis qu'il fut chanté par le grand Fernandel.

Avec beaucoup d'humour, talent et allégresse

Il dit tout ce qu'il faut pour une bouillabaisse.

Ce fleuron flamboyant des tables de Marseille

Populaire partout au pays de Mireille.

Je vais vous raconter celle de Juvénal

Qui, bien que président auprès du Tribunal,

Était un personnage hautement sympathique

Dont les seules rigueurs étaient gastronomiques.

Devant le Roucas-blanc, des amis dévoués

Installaient son quintal dedans le tranvoué.

À l’époque, il roulait encore sur des rails,

Ses passagers riaient, galéjaient, sentaient l'ail.

Les trous de la chaussée remuaient les wagons,

Particulièrement le dernier des fourgons,

À tel point qu'à Marseille, en parlant d'une fille

Ayant l'arrière-train sur roulement à billes

On disait: « Celle-là elle bouge les miches

Presqu'autant que le tranvoué de la Corniche! »

Arrivé au Vieux Port, Juvénal descendait

Et, suivant sa bedaine, en quelques embardées,

Saluant les chalands sans faire de façons,

Il gagnait le superbe marché aux poissons

Où pointus marseillais (1) et bettes martéguales (2)

Débarquaient la marée du profond de leurs cales.

Juvénal inspectait l'étal des poissonnières,

De solides matrones, fortes en gueule et fières,

Justement redoutées par clients et pêcheurs

Parce qu'intransigeantes sur l'état de fraîcheur

Des poissons colorés qu'elles mettaient en vente.

Leurs bordées de paroles pouvaient être violentes !

Juvénal s'arrêtait devant Berthe Chouli

Une maîtresse femme nourrie aux raviolis,

À la pastasciuta (3) et aux chichi-frégi (4),

Aussi large que haute: cent kilos d'énergie.

Ils se congratulaient de façon très mondaine

En se claquant le dos, ventre contre bedaine.

Juvénal commandait à sa chère acolyte :

- « Berthy, servez-moi bien: ce soir j’ai mes petites !

- Je vous mets un beau loup, des vives et du fiala (5),

Une queue de baudroie, un saint-pierre un peu là !

Des roucaou (6), des rascasses, un kilo de favouilles (7)

Qui donnent si bon goût quand on les écrabouille,

Deux langoustes en vie. Vé ! Si elles sont belles !

Et puis, zou ! en cadeau, deux poignées de girelles.

- Aco vaï ben (8), Berthy. Je vous aime beaucoup !

Vous me préparez ça, le temps de boire un coup ... »

Juvénal s'en allait vers les terrasses peintes

Déguster un violet en buvant son absinthe.

Enfin, l'air réjoui, content de ses emplettes,

Il reprenait le tram vers son repas de fête.

Maître de la cuisine pour cette bouillabaisse,

Il chassait ses "petites" en leur claquant les fesses

Affectueusement. Chantonnant l'Opéra,

Sans quitter son chapeau, la canne sur le bras,

Il vidait, écaillait et lavait les  poissons.

Selon leur gabarit les coupait en tronçons.

Puis lorsque tous étaient nettoyés et parés

Enfin il les rangeait en deux plats séparés.

Dans l'un les poissons tendres à la chair délicate:

Loups, Saint-Pierre, roucaou, poissons aristocrates.

Dans l'autre les plus fermes: fiala, vives, baudroie,

Langoustes et favouilles, poissons que l'on rudoie.

Au fond d'une marmite, Juvénal disposait

Trois oignons émincés, beaucoup d'ail écrasé,

Trois tomates pelées, écrasées au mortier,

Férigoule et fenouil, zest d'orange et laurier,

Dessus il déposait son choix de poissons fermes,

Un verre de bonne huile d'olive de la ferme,

Du poivre du moulin et du safran en brins,

Quelques grosses pincées de bon gros sel marin.

Il mouillait tout cela avec de l'eau bouillante,

Juste un doigt au dessus, c'est la valeur courante.

Il enlevait alors les ronds de la "Rosières" (9),

Pour que la flamme entoure son oulo (10) presqu'entière.

Il montait ça au bouilh (11), cinq minutes, à feu vif,

Alors il ajoutait les poissons de récifs.

Encore cinq minutes de grosse ébullition

Pour bien amalgamer l'huile avec le bouillon.

- « Ma bouillabaisse est prête. Humez-moi ce parfum !

C'est toute la Provence, la mer et ses embruns! »

Il versait le bouillon, fumant dans la soupière,

Sur du pain frotté d'ail et en tranches entières.

Il servait les poissons à part, sur un grand plat.

Et tous appréciaient ce repas de gala.

Un grand Châteauneuf blanc servi dans du cristal

Sublimait les saveurs du plat de Juvénal.

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire

Ma tripe est assoiffée, remplis raz-bord mon verre

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

Ingrédients et proportions pour six personnes:

3 petits loups (un kilo en tout), - 1 demi kilo de fiala (congre) pris dans le ventre. - 1 kilo de poissons de roches (vives, girelles, roucaou ),saint-pierre (5 à 700 g), - 1 queue de baudroie (800 g), - 1 kilo de favouilles (petits crabes), - 1 langouste (pas obligatoire), - 3 ou 4 tomates, - 3 oignons, - 4 gousses d'ail, - 3 cuillères à soupe de gros sel marin, - poivre noir du moulin, - safran en brins, - 1 gros bouquet garni (thym, laurier, persil plat), - 3 branches de fenouil. - 1 zeste d'orange. - un grand verre d’huile d'olive.

 

Les vins conseillés:

Les vins blancs frais, joyeux et embaumés de Cassis sont le complément naturel de la bouillabaisse. On peut les remplacer avec bonheur par des blancs de Bandol, de La Ciotat, de Draguignan, de Vidauban, de Pierrefeu. Tous les grands vins blancs secs de la vallée du Rhône: Saint-Peray, Châteauneuf-du-Pape, Saint-Gervais, Uchaux, Laudun, Villedieu, Saint­Victor-Lacoste, Pujaut.

Les blancs puissants et parfumés des Coteaux du Languedoc de Quatourze, La Clape, La Méjanelle, Picpoul de Pinet

 

(1) Pointus marseillais: bateau de pêche à étrave pointue et fond en forme. Commun à tous les pêcheurs de la Méditerranée. Une forme qui n'a pas changé depuis les phéniciens et les grecs.

(2) Bette martégua!e : bateau de pêche pointu mais à fond plat, originaire de Martigues.

(3) Pastacciuta : plat de pâtes à l’italienne.

(4) Chichi-frégi : beignet marseillais en forme de boudin à base de farine de pois-chiche à l'origine, de froment à présent.

(5) Fiala : congre.

(6) Roucaoû : poisson de roche .

(7) Favouilles : petits crabes de la Méditerranée.

(8) Aco vaï bèn : ça va bien.

(9) Rosières : marque de cuisinière en fonte.

(10) Oulo : récipient de cuisson métallique profond, qu’on suspend au dessus de la cheminée ou que l’on pose sur la cuisinière.

(11) Bouilh : ébullition.

 

In : « Le bonheur est dans l’assiette et dans les ver(re)s

 

Duodi 22 thermidor 222

 

Illustration originale Vincent Barbantan

09/08/2014

Ouiquinde érotique : enfin Malherbe vînt...

amour,sexe,littérature,Malherbe

 

 

J'aime beaucoup Malherbe. C'est lui qui a fixé notre langue pour en faire un joyau. Mais c'était aussi un sacré luron, le François ! Voici quelques sonnets gaillards de ce fort galant homme :

 

 

J'avais passé quinze ans les premiers de ma vie,
Sans avoir jamais su quel était cet effort,
Où le branle du cul fait que l'âme s'endort,
Quand l'homme a dans un con son ardeur assouvie.

Ce n'était pas pourtant qu'une éternelle envie,
Ne me fît désirer une si douce mort.
Mais le vit que j'avais n'était pas assez fort,
Pour rendre comme il faut une dame servie.

J'ai travaillé depuis et de jour et de nuit,
A regagner ma perte, et le temps qui s'enfuit,
Mais déjà l'Occident menace mes journées,

Ô Dieu je vous appelle, aidez à ma vertu,
Pour un acte si doux allongez mes années,
Ou me rendez le temps que je n'ai pas foutu.

 

* * * * * * * * * * * *

 

Là ! Là ! pour le dessert, troussez-moi cette cotte,
Vite, chemise et tout, qu'il n'y demeure rien
Qui me puisse empêcher de reconnaître vien
Du plus haut du nombril jusqu'au bas de la motte.

Là, sans vous renfrogner, venez que je vous frotte,
Et me laissez à part tout ce grave maintien :
Suis-je pas votre cœur ? estes vous pas le mien ?
C'est bien avec moi qu'il faut faire la sotte !

- Mon cœur, il est bien vrai, mais vous en faites trop :
Remettez-vous au pas et quittez ce galop.
- Ma belle, baisez-moi, c'est à vous de vous taire.

- Ma foi, cela vous gâte au milieu du repas...
- Belle, vous dites vrai, mais se pourrait-il faire
De voir un si beau con et ne le foutre pas ?

 

* * * * * * * * * * * * *

 

Sitôt que le sommeil, au matin, m'a quitté,
Le premier souvenir est du con de Nérée,
De qui la motte ferme et la barbe dorée
Égale ma fortune à l'immortalité.

Mon vit, dont le plaisir est la félicité,
S'allonge incontinent à si douce curée,
Et d'une échine roide, au combat préparée,
Montre que sa colère est à l'extrémité.

La douleur que j'en ai montre sa patience,
Car de me le mener, c'est cas de conscience ;
Ne me le mener point, ce sont mille trépas.

Je le pense flatter afin qu'il me contienne,
Mais en l'entretenant je ne m'aperçois pas
Qu'il me crache en la main sa fureur et la mienne.

 

François de Malherbe

 

Primidi 21 thermidor 222

 

Illustration: le baiser de Rodin - photo X – Droits réservés

 

08/08/2014

Allez : une histoire de culs pour nous changer les idées.

chevaux culs.jpg

 

La distance standard entre 2 rails de chemin de fer aux US est de 4 pieds et 8,5 pouces.

 

C'est un chiffre particulièrement bizarre. Pourquoi cet écartement a-t-il été retenu ?

 

Parce que les chemins de fer US ont été construits de la même façon qu'en Angleterre, par des ingénieurs anglais expatriés, qui ont pensé que c'était une bonne idée car ça permettait également d'utiliser des locomotives anglaises. Eh ! C’est ça le commerce.

 

Pourquoi les anglais ont-ils construits les leurs comme cela ?

 

Parce que les premières lignes de chemin de fer furent construites par les mêmes ingénieurs qui construisirent les tramways, et que cet écartement était alors utilisé. On refait ce qu’on sait faire. Pourquoi ont-ils utilisé cet écartement ?

 

Parce que les personnes qui construisaient les tramways étaient les mêmes qui construisaient les chariots et qu'ils ont utilisé les mêmes méthodes et les mêmes outils.

 

Bon, mais pourquoi les chariots utilisent un tel écartement ?

Et bien, parce que partout en Europe et en Angleterre les routes avaient déjà des ornières et un espacement différent aurait causé la rupture de l'essieu du chariot. Pragmatisme donc.

 

Mais pourquoi ces routes présentaient elles des ornières ainsi espacées ?

 

Ça vient de loin. Les premières grandes routes en Europe ont été construites par l'empire romain pour accélérer le déploiement des légions romaines. 

 

Pourquoi les romains ont ils retenu cette dimension ?

 

Parce que les premiers chariots étaient des chariots de guerre romains. Ces chariots étaient tirés par deux chevaux. Ces chevaux galopaient côte à côte et devaient être espacés suffisamment pour ne pas se gêner. Afin d'assurer une meilleure stabilité du chariot, les roues ne devaient pas se trouver dans la continuité des empreintes de sabots laissées par les chevaux, et ne pas se trouver trop espacées pour ne pas causer d'accident lors du croisement de deux chariots.

 

Nous avons donc maintenant la réponse à notre question d'origine. L'espacement des rails US (4 pieds et 8 pouces et demi) s'explique parce que 2.000 ans auparavant, sur un autre continent, les chariots romains étaient construits en fonction de la dimension du cul des chevaux de guerre !

 

 

Décadi 20 thermidor 222

Photo X - Droits réservés

 

07/08/2014

(In)justice dans le « pacte de responsabilité » : le Conseil constitutionnel a encore frappé.

chimulus bistro copie.jpg

 

- …taing ! Victor. François va pas pouvoir profiter de ses vacances à la Lanterne (« Ah ! Ça ira ! Ça ira ! Ça ira ! »). Le Conseil constitutionnel, selon une habitude maintenant bien établie, vient de lui sabrer la seule mesure – mesurette ! - sociale de son fameux « pacte de responsabilité ». C’est quoi cette mesure qui hérisse les « Sages » ?

 

- Il s’agit, pour faire illusion face aux cadeaux énormes faits aux entreprises, d’une réduction de cotisations salariales (maladie et vieillesse), soit un allègement dégressif sur les salaires compris entre 1 et 1,3 smic. Pour faire simple, le salaire brut reste le même mais avec cet allègement le salaire net augmente. Ça fait un bonus de 500 euros par an pour chaque bénéficiaire et ça touche 5,2 millions de salariés et 2,2 millions de fonctionnaires. Coût de l’opération : 2,5 milliards d’euros à comparer aux 42 milliards d’allègement de cotisation patronales, donc de cadeaux aux entreprises.

 

 - Merde ! Mais c’était une bonne mesure ça ! Pour une fois… Pourquoi ils l’ont sabré les fameux « sages » ?

 

- Eux, ils jugent en fonction d’un seul critère – qu’ils disent ! - : à savoir si la loi est compatible avec la Constitution ou non. Et là, ils disent que la loi « méconnait le principe d’égalité ». Ben voyons. Mais leurs jugement sont toujours à sens unique et donc plus politiques que « sages ».

 

- Ce n’est pas la première fois qu’ils sabrent les lois issues des gouvernements de François…

 

- C’est même devenu une habitude. Tiens, la fameuse tranche d’impôt à 75% pour faire payer un peu plus les plein de thunes ? Sabrée par les « sages ». Concernant l’évasion fiscale : les « sages » ont sabré les dispositions qui auraient permis au fisc de poursuivre plus facilement les entreprises et les particuliers plein de thunes qui se livrent à des magouilles acrobatiques pour payer le moins d’impôts possible. Ils ont aussi sabré les dispositions qui durcissaient les conditions d’évasion fiscale des entreprises grâce aux magouilles des « prix de transfert ». Ils ont aussi sabré l’obligation de déclarer au fisc les astucieux montages d’optimisation concoctée par des palanquées de cabinets d’avocats d’affaires dont la fonction et seule utilité est d’aider les entreprises à baiser le fisc.

 

- Cette dernière saloperie : sabrer ce qui pourrait donner un peu plus de fric aux plus pauvres va donc dans le même sens. Si je comprends bien, le Conseil constitutionnel sabre systématiquement toute mesure de gauche. Puteng mais c’est quoi ce « machin ? C’est qui ces personnages qui sabrent systématiquement tout ce qui peut aller vers plus de justice ?

 

- Tiens, en voilà la liste :

2013-2016 du 14 mars 2013 au 5 mars 2016

Président : Jean-Louis Debré.

Membres nommés par le président de la République :

Jean-Louis Debré, nommé par Jacques Chirac en 2007,

Michel Charasse, nommé par Nicolas Sarkozy en 2010,

Nicole Maestracci, nommée par François Hollande en 2013,

Membres nommés par le président du Sénat :

Renaud Denoix de Saint Marc, nommé par Christian Poncelet en 2007,

Hubert Haenel, nommé par Gérard Larcher en 2010,

Nicole Belloubet, nommée par Jean-Pierre Bel en 201318,

Membres nommés par le président de l'Assemblée nationale :

Guy Canivet, nommé par Jean-Louis Debré en 2007,

Jacques Barrot, nommé par Bernard Accoyer en 2010,

Claire Bazy-Malaurie, nommée par Claude Bartolone en 201319.

Membres de droit :

Valéry Giscard d'Estaing,

Jacques Chirac (ne siège plus à partir de mars 2011),

Nicolas Sarkozy (refuse de siéger à partir de juillet 2013)

Voilà les "sages" (!!!???) à qui les magouilleurs fiscaux, les patrons et la droite la plus bornée  peuvent dire merci ! Il suffit de regarder qui ils sont, d’où ils viennent, qui les a nommés pour comprendre que leurs jugements sont fortement teintés de favoritisme politique, toujours en faveur de la droite évidemment...

 

Nonidi 19 thermidor 222

Illustration: merci à Chimulus

 

05/08/2014

Eh! C'est l'été, faut bien rigoler!

 

 

siné curés.jpg

Une femme d'une quarantaine d'années, bien jolie, bien roulée et nymphomane se retrouve pour son boulot dans un petit village du sud de l'Italie.

La vie sociale y est quasi inexistante, il n'y a que des vieux, et au bout d'un mois, c'est surexcitée qu'elle va voir le jeune curé de la paroisse.

Elle monte sur l'autel, prend des pauses lascives, se caresse et demande au jeune curé de lui faire l'amour.

Le jeune curé tente de la dissuader mais commence à transpirer abondamment, ému qu'il est devant cette belle femme offerte.

Alors il se tourne vers le crucifix et demande à Jésus :

« Seigneur que dois-je faire ? »

Et Jésus de lui répondre :

« Mais décloue-moi bordel ! »

 
 
 
Septidi 17 Thermidor 222
 
Merci à Siné

02/08/2014

Ouiquinde érotique avec Pierre Motin

bouche-chatte.jpg

 

 

Stances

 

Ces petits Cons, dont l'on fait fête,
Où le Vit ne met que la tête,
N'assouvissent point mon désir ;
J'aime les Cons de belles marges,
Les grands Cons qui sont gros et larges,
Où je m'enfonce à mon plaisir.

Les Cons si étroits de clôture
Et le laissent sans mouvement ;
J'aimerais mieux branler la pique
Que de foutre en paralytique :
Le plaisir gît au remuement.

Dans le grand Con de ma Maîtresse,
Mon Vit peut montrer son adresse,
Aller le trot, aller le pas,
Chercher partout son avantage,
Et monter d'étage en étage,
Maintenant haut, maintenant bas.

Comme le Monarque des Perses,
Jadis, par les saisons diverses,
Avait de diverses maisons,
D'un vit la majesté suprême
Dans un grand Con peut, tout de même,
Se loger en toutes saisons.

Foutre du Con de ces pucelles,
Serrez comme des escarcelles,
Où le Vit n'est en liberté !
J'ai, dans le Con de ma voisine,
Ma chambre, antichambre et cuisine,
Logis d'hiver, logis d'été.

Pierre Motin - 1618

 

 

Quartidi 14 thermidor 222

 

Photo X – Droits réservés

 

01/08/2014

Investissez dans un marché porteur : l'enfant d'occasion !

Au milieu de la morosité ambiante, il y a un marché prometteur qui vient de naître aux USA – pays d'où vient toujours la « modernité » et l'audace commerciale. Il s'agit du florissant et prometteur marché de l'enfant d'occasion.

 

Eh ! Oh ! Le Victor, il a dû bouffer d'autres champignons que des girolles, que vous devait vous dire. Détrompez-vous. Tenez, si vous lisez l'english, voilà ce que l'on trouve sur le site de vente d'enfants d'occasion WIAA

 

Meet Caleb

 

enfants d occasion Caleb.JPGCaleb is a 9 year old boy who was adopted from the foster care system.  Caleb is an energetic, active young boy who is in need of a new adoptive home.

 

He loves playing golf, riding his bike, camping, playing with Legos, fishing and reading.  He also likes playing with his friends. He gets a lot of invitations to parties because he is very well liked. He is intelligent and does well in school.  He does not have an IEP because he does so well in school.  Academically, he does well in all his subjects.

 

Caleb has been in a large family with 6 siblings “stair-stepped” above him. All his siblings are also adopted except for one 4 year old boy who is a biological son of the family.

 

His current parents are looking to place him with a family with either no children or no more than one other child.  They would like Caleb to be the youngest child in the family.  The family should have an active lifestyle so they can keep up with Caleb.

 

Caleb has a Title IV-E adoption subsidy which is supposed to follow him in a new adoption. Continued therapy is strongly recommended, perhaps in a family therapy.

 

For more information on Caleb, please email us at secondchance@wiaa.org

 

This is a private adoption, so a state or foster homestudy would not work. A state authorized private domestic or international homestudy would be required.  Due to state laws, we are not able to place him in NY, CO, IL, CT, MA, or DE.  If you would like to receive additional information on him, please contact us at secondchance@wiaa.org

 

Adoption is a legal process so there are some costs for this adoption.  This adoption qualifies for the IRS Adoption Tax Credit.

 

 

Meet Tina

 

enfants d occasion Tina.JPGTina, age 11, was originally adopted from Russia at age 5. She is in need of a new home.
 She is a girly-girl who loves pretty clothes and looking good.  She is an active child who loves gymnastics, soccer, fishing, baking, crafts and reading.

 

Tina needs to be either the youngest child or the only child in a home where she is able to get ongoing therapy for RAD and other needs.

 

Due to state laws, we are not able to place her in NY, CO, IL, CT, MA, or DE.

 

This is a private adoption, so a state or foster homestudy would not work. A private domestic or international homestudy by a state licensed adoption agency or adoption social worker would be required.

 

Adoption is a legal process so there are costs.

 

If you would like to receive additional information on her, please contact us at secondchance@wiaa.org 

 

Il y a ceux qui font l'enfant à l'ancienne manière, avec un monsieur qui monte sur une dame, qui se secoue spasmodiquement sur elle et lui « met la petite graine » en grognant avant de se tourner et de ronfler. La dame, alors, va enfler comme une barrique puis, comme toute jument gravide, elle mettra bas au bout de neuf mois une progéniture humaine. Comme les animaux quoi... Pas « moderne » ça, coco !

 

Il y a ceux qui ne peuvent pas, ou ne veulent pas de ce mode d'emploi archaïque. Ils ont alors la possibilité, pour faire valoir leur droit à l'enfant, soit d'acheter un enfant tout fait. En terme commercial, ça s'appelle "l'adoption". On en trouve un large échantillonnage dans les pays pauvres. Mais la démarche commerciale n'est pas facile et coûte la peau des fesses (entre 30 et 50.000 dollars clés en mains). Pourtant, à ce prix-là, il n'y a ni garanti ni reprise. C'est à vos risques et périls.

 

Il y a ceux et celles qui ne veulent en aucune manière subir les tracas de la femelle pleine et de la mise bas du produit-enfant. Ceux-là louent un utérus (avec une femme autour, généralement pauvre et inculte) qui fera le travail pour eux. On enrobe ce commerce du doux nom de « Gestation Pour Autrui - G.P.A.», ça fait plus joli que « location d'utérus ».

 

Et puis il y a les petits malins : ceux qui ont découvert le marché de l'enfant de troisième main. L'inconvénient, c'est comme les soldes : ni reprise, ni garantie. Mais les prix sont particulièrement avantageux. Autour de 3500 $ de frais d'agence, autour de 2000 $ de frais d'avocat pour rédiger le bon contrat, plus les frais de voyage vers le Minnesota, l'état étazunien pionnier dans le marché du produit-enfant d'occase. Allez, ça ramène le prix TTC de l'enfant autour de 7000 à 8000 $. Ce n'est pas donné, mais c'est une excellente affaire par rapport à l'adoption de deuxième main (voir plus haut). Évidemment, avec le « low cost », il ne faut pas s'attendre à de la première classe et rester vigilant sur les éventuelles malfaçons. S'ils sont remis sur le marché de l'occasion, c'est que ces produits-enfants n'ont pas donné entière satisfaction à leur premier propriétaire. Ils ont peut-être quelques défauts, quelques vices cachés, problèmes génétiques, maladies des boyaux de la tête, troubles psychologiques, maladies orphelines qui coûtent les yeux de la tête à traiter, etc. Eh ! C'est de l'occase... Réclamez donc le certificat de Contrôle technique. Ça s'appelle « bilan médical et bilan psychologique complet ». Vérifier sa validité. Cette sage précaution protégera votre investissement si le produit-enfant ne vous donne pas entière satisfaction et que vous vouliez par la suite le remettre sur le marché de l'occasion. C'est de la saine gestion. Á savoir : aux USA, certains de ces frais sont déductibles de vos impôts (This adoption qualifies for the IRS Adoption Tax Credit. ). Il faudra voir à réclamer pareil en France.

 

Ah ! Au fait, ce qu'il demande par-dessus tout un enfant, qu'il soit de première, de deuxième ou de troisième mais, c'est DE L'AMOUR.

 

Mondo cane...

 

Tridi 13 thermidor 222

 

Illustration: merci à Deligne

 

30/07/2014

Allez, un peu d'anti-étazunisme primaire.

USA vautour.jpg

Sanctions contre la Russie. Ça y est, ils ont agité leurs petits bras les Européens. Et ils ont pris des sanctions ! Ah mais ! Santions dictées par leur maître, le grand méchant Yankee. Des « gels d'avoirs bancaires », l'interdiction de séjour à quatre proches de Vladimir Poutine et trois sociétés. La liste noire de l'UE comprend actuellement 87 personnes et 20 entités. Les entreprises russes auront un accès limité aux crédits des banques européennes. Il va trembler le Poutine ! En léchant le cul des USA, les européens se punissent au moins autant qu'ils ne punissent la Russie ! En plus, le faux-cultisme règne : rien sur le gaz (les Allemands en ont trop besoin), rien sur les navires Mistral (la France ne va pas se couper un bras et perdre un bon partenaire commercial et un ami pour faire plaisir à Barrack Blackbush.) Tout ça pour soutenir un gouvernement ukrainien plus ou moins fachos venu au pouvoir suite aux troubles fomentés par la CIA et d'autres officines nuisibles étazuniennes pour que l'Otan puisse un peu plus menacer la Russie...

 

 

Faillite de l'Argentine. Ce pays a eu le courage de dire Merde aux banksters étazuniens et les a poussés à ravaler leurs prétentions en acceptant une décote de 65% de leurs créances douteuses sur ce pays. 93% des créanciers ont signé. Reste 7% parmi lesquels des « fonds-vautours » - des voyous qui ont racheté de la dette argentine à très bas prix pour spéculer et prétendent maintenant se faire payer en faisant une méga-culbute de fois 20 ou fois 30 ! Un tribunal, évidemment étazunien, condamne l'Argentine à payer 1,33 milliards de dollars. Ce n'est pas ça qui ruinera l'Argentine. Mais sa présidente les a bien pendues et leur dit : Tè ! Fume... Car si elle paie ces voyous, tous les autres, ceux qui ont accepté une énorme décote, vont rouvrir le dossier. Ce qui mettrait l'addition à 120 milliards. Puis quoi encore ! N'oublions pas que voler des banques, et des banques étazuniennes en plus, ce n'est que de la récupération. Arriba Argentina !

 

 

Chaos en Libye. Regardez-les les fiers-à-bras. Ils foutent le camp de Libye la pète au cul ! Les Etazuniens mais aussi les Rosbifs et...nous ! Nous qui avons envoyés nos Mirages et nos Rafales pour « sauver Bengazi d'un bain de sang » ! La France de Sarko agissant en la matière en pitbull des USA. Résultat: le chaos intégral dans ce pays, le pillage de ses énormes arsenaux et dépôts d'armes au profit de tout ce que la région compte de terroristes. On en vient à regretter Kadhafi qui était peut-être un bouffon mégalo mais qui a toujours maintenu l'unité de son pays. Á coups de triques peut-être, mais avec efficacité.

 

 

Elimination des chrétiens d'Irak. Là encore, on en vient à regretter Saddam qui, lui aussi, n'était pas un tendre, mais qui – soyons cynique - moyennant quelques centaines d’exécutions par an, assurait l'unité de son pays et la paix entre toutes les minorités religieuses et ethniques. Les konneries, les mensonges, la guerre destructrice menée par les USA ont saccagé l'Irak, ruiné son économie et déclenché des guerres civiles intestines récurrentes. Résultat : des fous de dieu, genre talibans, incultes et sanguinaires, prennent le pouvoir, instaurent la charia et menacent les minorités, en particulier les chrétiens d'Irak. Le choix : la conversion à l'islam, sinon la valise ou le cercueil. Bravo les Zétazunis !

 

 

Anéantissement des Gazaouis. Comment ne pas avoir la rabia lorsque l'on voit des familles entières massacrées sciemment, méthodiquement par une armée puissante utilisant contre des populations civiles martyrisées des armes sordides : bombes à fragmentation, à fléchettes, et selon certaines sources obus et bombes au phosphore et à l'uranium appauvri... Ceci sous les applaudissements goguenards de ces colons voleurs de terre qui se réunissent le soir sur les hauteurs surplombant Gaza, et trinquent à chaque explosion ! Comment se fait-ils que les Zétazunis – et leurs caniches belliqueux, la France et le Royaume-Unis – n'envoient pas leurs missiles Tomahawks pour les uns, leurs Rafales, Mirages et Eurofighters pour les autres ? N'y a-t-il pas là un « bain de sang » plus réel que celui qu'ils « craignaient » en Libye ? Seulement voilà : Israël est le pittbull des Etas-Unis au Proche-Orient...à moins que ce soit l'extrême-droite bornée (pléonasme!) qui gouverne Israël qui tienne, par lobby interposé, la laisse des Zétazunis. Ah ! Au fait, il y a d'énormes réserves de gaz et même du pétrole au large de Gaza.

 

Mondo cane !

 

Primidi 11 thermidor 222

 

Illustration X - Droits réservés

 

 

 

 

29/07/2014

Au bistro de la toile : chiens dangereux et députés liberticides

chimulus bistro copie.jpg

 

- ...taing ! Victor. Le Canigou, c'est bien de la nourriture pour chien ?

 

- Eh ouais Loulle... Tout comme Picasso est une bagnole moche. Les voleurs de mots n'ont aucune vergogne. Le Canigou, Loulle, c'est le pendant catalan de notre Ventoux : une formidable montagne qui a les pieds dans les flots de la Mare Nostrum et la tête dans les étoiles, à 2800 mètres d'altitude. Mais pourquoi tu me parles du Canigou Loulle?

 

- Parce que dans cette montagne, Victor, il y a des chiens qui doivent justement en manquer, de « Canigou »...

 

- ???!!!

 

- Ouais : des tchinas ont attaqué des touristes suédois qui se baladaient sur ce massif. Et ils ont rousigué sérieusement les fesses dodues d'une Suédoise, par ailleurs journaliste qui effectuait un reportage sur les Pyrénées.

 

- Eh bien, ça fera de la pube en Suède... Après ça les propriétaires des troupeaux gueulent après le loup, voire l'ours. Cette attaque de chiens agissant en meute illustre parfaitement cette substitution de responsabilité voulue : ce sont des chiens errants, abandonnés par des chasseurs, voire lâchés volontairement par des éleveurs qui ne gardent pas leurs bêtes à l'estive, qui sont les principaux responsables des attaques de troupeaux. Mais il est plus facile, et surtout bien plus rentable de désigner ce pauvre trouillard de loup de tous les maux : si les éleveurs déclarent une attaque de loup, chaque bête tuée est remboursée par l’État (toi, moi) à hauteur d'environ 80 euros. Mais si c'est une attaque de chiens, il faut retrouver le propriétaire du chien et faire payer son assurance. Autrement dit aucune chance d'obtenir quelque remboursement que ce soit ! S'il s'était avéré que c'était un loup qui avait rousigué le culcul de la belle suédiche, qu'est-ce qu'on aurait entendu ! « Cet animal sauvage met en péril le tourisme dans la région », « ils vont attaquer nos enfants », « allons-nous tolérer le retour de la Bête du Gévaudan ? », et patati et patata... Bof. Pendant qu'on enfume le populo avec ça, les saloperies hollando-vallsiennes continuent en loucedé...

 

- Qu'est-ce que tu veux dire ?

 

- L'été, le temps du bronze-cul est la période préférée des politicards véreux (pléonasme !) pour faire adopter des lois scélérates. Et cette année ne déroge pas à la règle. Ainsi le groupe socialiste a déposé le 16 juillet sur le bureau de l'Assemblée nationale une proposition de loi instaurant un délit de « violation du secret des affaires ». Autrement dit organisant l'omerta sur les délits des voyous en col blanc. Le Medef et les sarkotrafiquants en ont rêvé, les traîtres hollando-vallsiens veulent le faire ! Sous le prétexte de lutter contre l'espionnage économique dont les entreprises peuvent être victime, cette loi, si elle passe, constituera surtout une impossibilité pour les journalistes d'investigations et pour les lanceurs d'alerte et tous les citoyens de dénoncer les magouilles et les dérives des entreprises et des groupes financiers. Il s'agit de protéger les entreprises et les banksters de la légitime curiosité des citoyens. C'est une grave menace contre le droit à l'information.

 

- Tout ça sous un gouvernement de gôôôche...

 

- Eh oui Loulle. On est cocus, battus mais pas contents. Ces salopards ne font que reprendre une proposition de loi du député UMP Carayon qui a failli aboutir sous Sarko. Faute d'avoir pu obtenir la dépénalisation du droit des affaires – leur rêve – ils veulent pénaliser...ceux qui dénoncent ces magouilles.

 

- Putaing ! Les chiens, c'est pas au Canigou qu'ils sont le plus dangereux.

 

- T'as raison ! Allez, à la nôtre...

 

 

Décadi 10 thermidor 222

Illustration : merci à Chimulus

 

27/07/2014

Ouiquinde gastronomique. Et si nous faisions l'andouille!

andouille haricots 2.jpg

 

 

Mettez donc à tremper un kilo de fayots

De Paimpol ou Pamiers, si possible bio

Et pour, de votre anus, éviter la cantate

Ajoutez à cette eau quelque bicarbonate.

Faites cuire à l’eau froide pendant deux heures au moins

Une andouille de porc choisie avec grand soin

Puis laissez refroidir dans son jus de cuisson

Jusques au lendemain. Buvez un Jurançon !

La nuit étant passé, égouttez les fayots

Mettez-les en cocotte, couvrez avec de l’eau,

Ajoutez quelques couennes, une queue de porc frais,

Deux carottes rondelles, trois oignons en quartiers,

Un peu de céleri et de l’ail écrasé

Sel, poivre du moulin, thym, feuille de laurier.

Mettre en ébullition, ajouter deux grands verres

De Côtes-du-Rhône rouge, du vin fort en matières.

Faites frémir une heure à feu non emballé,

Puis ajoutez l’andouille confite en sa gelée.

Remettez en cuisson pour que les haricots

Soient fondants à souhait sans être musicaux.

Servez le met bien chaud en deux plats séparés,

Avec un peu de beurre, du persil ciselé.

Cessons pour aujourd’hui ce conte culinaire,

Ma tripe est assoiffée, remplis raz bord mon verre,

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

 

Nonidi 9 thermidor 222

Photo X – Droits réservés

 

 

Ecoute ! Ecoute !

Dans ce restaurant quatre étoiles, un client pour le moins furieux appelle le serveur et se met à tempêter:


- « Dégueulasse, votre bœuf bourguignon ! Vous pourrez dire au chef qu'il se le foute au cul ! »


- « Ah ! Monsieur, répond le garçon, très stylé, je crois que ce n'est pas possible pour le moment. À l'endroit que vous dites, il a déjà un coq au vin, une truite aux amandes et une quiche lorraine... »

26/07/2014

Ouiquinde érotique: LE MARIAGE !

 

 

mariage.jpg

 

 

La marche nuptiale

 

Mariage d'amour, mariage d'argent
J'ai vu se marier toutes sortes de gens
Des gens de basse source et des grands de la terre
Des prétendus coiffeurs, des soi-disant notaires

Quand même je vivrai jusqu'à la fin des temps

Je garderais toujours le souvenir content
Du jour de pauvre noce où mon père et ma mère
S'allèrent épouser devant Monsieur le Maire

C'est dans un char à bœufs, s'il faut parler bien franc

Tiré par les amis, poussé par les parents
Que les vieux amoureux firent leurs épousailles
Après long temps d'amour, long temps de fiançailles

Cortège nuptial hors de l'ordre courant

La foule nous couvait d'un œil protubérant
Nous étions contemplés par le monde futile
Qui n'avait jamais vu de noces de ce style

Voici le vent qui souffle emportant, crève-cœur

Le chapeau de mon père et les enfants de chœur
Voilà la pluie qui tombe en pesant bien ses gouttes
Comme pour empêcher la noc', coûte que coûte

Je n'oublierai jamais la mariée en pleurs

Berçant comme un' poupée son gros bouquet de fleurs
Moi, pour la consoler, moi, de toute ma morgue
Sur mon harmonica jouant les grandes orgues

Tous les garçons d'honneur, montrant le poing aux nues

Criaient: " Par Jupiter, la noce continue ! "
Par les homm's décriée, par les dieux contrariée
La noce continue et Viv' la mariée !

 

Georges Brassens

 

http://www.blinkx.com/watch-video/lama-brassens-la-marche-nuptiale/tPml3gJ7qm3TYysQGlgcgA

 

Octidi 8 thermidor 222

Photo X - Droits réservés

 

**************************************

 

Ecoute ! Ecoute !

 

C'est un mec qui, après cinq ans de vie avec sa copine, décide de se marier. Et à l'église en plus... Mais il ne connaît pas trop les coutumes à propos de l'offrande au prêtre, alors à la fin du mariage, il en parle à celui-ci qui lui dit :

 
- En fait plus la mariée et jolie plus c'est cher !


Alors, le jeune homme regarde sa copine, met la main dans sa poche, sort une pièce de 1 euro et la donne au prêtre qui dit alors :
- Attendez ! Je vous rends la monnaie.

 

 

25/07/2014

Au bistro de la toile : catastrophes...

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Putaing, Victor, t'as vu cette catastrophe ! Un truc de ouf...

 

- Tu parles de laquelle de catastrophe ? De l'avion qui a explosé au Mali ? Des enfants de l'école de l'ONU bombardée sciemment par les nazisraéliens à Gaza ? De l'avion qui s'est écrasé à Taïwan ? Sans oublier celui qui a été descendu en Ukraine ? Fais ton choix Loulle : les catastrophes, ce n'est pas ce qui manque sur les étagères de la konnerie mondiale...

 

- Arrête Victor. Je te parle de choses sérieuses : l'O.M. qui refuse de jouer au Stade Vélodrome pour cause de loyer trop cher : 380.000 euros par match.

 

- Ah ! Bè ouais, en termes de hiérarchie catastrophale, c'est évidemment primordial... Combien tu dis qu'ils doivent payer par match ? 380.000 euros par rencontre. C'est un pet de lapin Loulle. C'est à peine l'équivalent du salaire du seul Valbuena qui touche 4,6 millions par an, soit 383.333,33 euros chaque mois ! Tout ça, c'est de la tchatche. Ils veulent marchander avec Gaudin qui leur a fait un stade quasi-neuf, et entend – à juste titre – récupérer le pognon des contribuables. Enfin, espérons. Faut pas oublier que Gaudin est UMP, ça marque son homme...

 

- Bon. Alors parlons d'une autre catastrophe. Cet avion qui vient de s'écraser en Afrique... Depuis hier, en entend les « zexperts » nous parler des « terribles orages » qui sévissent dans ces régions. S'il pleuvait tant que ça au Sahara, ça se saurait non ?

 

- Ça se saurait effectivement. Et puis, tous les jours, toutes les heures, des avions traversent des orages, ils appellent ça des « zones de turbulence ». Ce n'est pas pour cela qu'ils se désintègrent en vol. La probable réalité est qu'il devait soit avoir une bombe dans sa soute, les contrôles de l'aéroport d’Ouagadougou n'étant sûrement pas trop drastiques, soit il aurait reçu dans le cul un missile envoyé par un des nombreux systèmes d'armes sophistiqués que tous les terroristes de la région possèdent, puisqu'il leur suffit d'aller se servir sur les étagères bien fournies des arsenaux de feu Kadhafi. Merci qui ? Merci Sarko qui est allé faire la guerre en Libye « pour éviter un bain de sang à Benghazi ».

 

- En parlant de bain de sang, Victor. Je pense qu'il y a deux poids deux mesures. En Libye, la France « éternelle » n'a pas hésité à envoyer ses Mirages et ses Rafales pour « empêcher un massacre de civils innocents ». Pourquoi cette même France « éternelle », pays des droits de l'homme, toujours prompte à agiter ses petits bras pour défendre la veuve et l'orphelin, pourquoi la France n'envoie-t-elle pas ses Mirages et Rafales pour détruire les tanks israéliens qui massacrent sans vergogne des enfants innocents ?

 

- La réponse est dans la question Loulle. Il y a effectivement deux poids, deux mesures... Mais il y a aussi un volet de cette affaire de Gaza dont on ne parle pas trop, sinon jamais dans les médiarrhées : c'est qu'il y a du gaz à Gaza !

 

- ???!!!

 

- Ouais Loulle. Derrière le prétexte de quelques bombinettes envoyées par les nazislamistes du Hamas sur les colonies des voleurs de terre israéliens, il y a d'autres raisons : à 30 km des côtes de Gaza et à 600 mètres sous la mer, donc dans les eaux territoriales palestiniennes, il y a un énorme gisement estimé à 30 milliards de mètres cube de gaz naturel, « Gaza Marine ». Autrement dit des milliards d'euros ! Et ne n'est pas tout : selon une agence gouvernementale étazunienne, il y aurait d'autres gisements de gaz et de pétrole sur la terre ferme, en Gaza et en Cisjordanie. Et tu crois que les Israéliens et leurs complices étazuniens ont envie de laisser ce pactole aux Gazaouis ?

 

- Mouais... Voilà qui donne un autre éclairage à ces massacres... Monde de merde, Victor.

 

- Ouais Loulle. Mondo Cane. Tè, mets ma tournée !

 

Septidi 7 thermidor 222

 

Merci à Chimulus

 

23/07/2014

« Honneur » à Bill Gates, grand bienfaiteur de l'humanité...

bill gates monsanto blackwater.jpg

 

Ras les aliboffis des massacres du Moyen-Orient, des bourrages de crâne autour des drames ukrainiens, des magouilles de l'Hue-Aime-Pets, des lâchetés de François, et tuti quanti. C'est l'été, les Français brillent dans le Tour, les girolles arrivent, alors parlons de choses belles, de choses positives, de gens biens, de patrons non pas voyous mais généreux.

 

Tiens : Bill Gates par exemple. En voilà un brave homme. Un patron exemplaire. Un vrai bienfaiteur de l'humanité. N'a-t-il pas donné les trois-quarts de son immense fortune (un peu prise sur mon dos et le vôtre à travers le Microsoft imposé de mon, de votre ordinateur...) à sa fondation humanitaire ?! Il a d'ailleurs été reçu en grande pompe, il y a quelques semaines, comme un chef d’État, par not 'bon président !

 

La Fondation Bill et Mélinda Gates, c'est plus de 100 milliards de dollars provenant de la fortune personnelle du bon Billy et de celle de quelques uns de ses amis milliardaires. Elle a pour objectif « de faire profiter la population mondiale des innovations bénéfiques de la science en matière de santé et d'éducation ». Vaccinations à grande échelle et écoles (à programmes étazuniens tout de même). De plus, la Fondation Gates ouvre des concours généreusement dotées pour favoriser la recherche. Voilà qui est très positif, très humanitaire. Bravo Billy !

 

Mouais... Tout ça est un peu trop beau. Regardons d'un peu plus près.

 

Pour les milliardaires étazuniens, il y a quelques bonnes raisons de créer une fondation philanthropique :

  • Fiscalité très avantageuse accordée aux capitaux placés dans une fondation à caractère caritatif.

  • Excellente image de marque pour le ou les fondateurs.

  • Surtout l'article 501c3 du code des impôts étazunien qui permet des exonérations importantes et depuis 1981, énorme cerise sur le gâteau : elles sont seulement tenues à un minimum de distribution égal à 5 % de leur dotation !

 

Pour la fondation de notre bon Bill et de son adorable femme Mélinda, cela représente dans les 5 milliards de dollars. Une belle somme qui va servir au « bien-être » des plus défavorisés, notamment en Afrique. Seulement il reste 95 % des capitaux de la Fondation. Autour de 95 milliards de dollars qui échappent totalement à l'impôt étazunien ! Cette montagne de thunes est gérée et investie par un cabinet propre à la fondation « Cascade Investment LLC ». Et puisqu'il s'agit d'une fondation « caritative », ce cabinet n'est pas tenu de divulguer ce que sont ses activités !

 

Résultat : 5% des fonds va à des causes « humanitaires » et le reste, les 95 %, ils vont où ? Devinez ? Dans les industries pétrochimiques et pharmaceutiques. Autrement dit et pour faire simple les pesticides et les vaccins. Une part conséquente de ces fonds « caritatifs » est aussi utilisé pour la propagande au sujet des belles actions présumées de la Fondation. Ben voyons, la pube grassement mais judicieusement délivrée vous met les canards-laquais dans la poche !

 

Ah ! Au fait, la Fondation Bill Gates a acheté 500.000 actions de Monsanto, un autre grand bienfaiteur de l'humanité, qui lui-même, est actionnaire de « Academi », ex-Blackwater, armée privée célèbre pour ses exactions.

 

La Fondation, avec la complicité donc de Monsanto, est actuellement engagée dans une entreprise de démolition de l'agriculture rurale vivrière dans le monde, et particulièrement en Afrique avec « l'Alliance pour une révolution verte en Afrique » (AGRA). Le but : remplacer les semences traditionnelles des agriculteurs pauvres d'Afrique par des semences « plus productives » fournies (contre pognon bien sûr) par la Fondation, pour ensuite les remplacer par...des semences OGM Monsanto !

 

Autre « action humanitaire » de la Fondation du brave Billy : le pillage de la pharmacopée traditionnelle en Afrique (entre autres) pour en tirer de juteux brevets, puis vendre à ces populations pauvres des médicaments sophistiqués produits par la nébuleuse de la Fondation. Sans oublier les vaccins testés sur ces populations...

 

Ah ! J'oubliais : la Fondation Bill et Mélinda Gates pense aussi à vous mesdames. Une équipe du Massachussets Intitute on Technologie, le fameux MIT, financée par la Fondation, vient de mettre au point une puce sous-cutanée qui assurera la contraception durant 16 ans ! Elle délivrera une dose quotidienne d'un contraceptif et sera contrôlée par une télécommande ! Ce sera commercialisé dès 2018. Un pas de plus vers le flicage et le contrôle total des individus par l'introduction de ces fameuses puces RFID et autres...

 

Elle est pas belle la vie ? Mais si, grâce à de grands altruistes, à de grands humanistes comme Bill Gates et autres crapules qui en plus nous prennent pour des kons. Avec la complicité achetée des médiarhées.

 

Bon. Je vais aux girolles.

 

 

Quintidi 5 thermidor 222

 

Photo X – Droits réservés.

 

Liens utiles:

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-pilule-sous-la-peau-facon-bill-154195

 http://www.internationalnews.fr/article-blackwater-monsanto-et-bill-gates-les-machines-de-guerre-61473859.html

http://www.bancpublic.be/article.php?id=5553

 

19/07/2014

Ouiquinde foutrement érotique avec Alfred Delvau !

bacchante nue.jpg

 

 

Fouterie de poète


La fille :

Á quoi rêves-tu sous la couverture,
Ô mon cher poète, ô mon doux amant ?
Ne suis-je donc plus cette créature
Que tu désirais passionnément ?

Tu mourais pour moi d'un amour immense,
Dans des vers fort beaux... que je n'ai pas lus ;
Notre fouterie à peine commence,
Et déjà, mon cher, tu ne bandes plus !

Tes couilles, je vois, se vident plus vite
Que ton encrier plein de sperme noir ;
Ta pine n'est plus qu'une humble bibite
Indigne d'entrer dans mon entonnoir !

Pourtant, si j'en crois mes propres rivales.
Je réveillerais le plus mort des morts :
D'un coup de ce cul qu'ici tu ravales
Sans en éprouver le moindre remords.

Ma gorge se tient mieux qu'un militaire ;
Mon con est boisé comme l'est Meudon,
Afin de cacher l'autel du mystère
Où l'on officie en toute saison.

J'ai des cheveux roux comme des carottes ;
Des yeux de faunesse émerillonnés,
Qui guignent les vits au fond des culottes
Et des pantalons les mieux boutonnés.

Je possède l'art du casse-noisette,
Qui ferait jouir un nœud de granit ;
Un coup avec moi n'est qu'une amusette :
Quand on est à douze, on n'a pas fini !

Et lorsque mon con a soif de ton sperme,
Lorsqu'il en attend dix litres au moins,
Tu sers une goutte ou deux, puis tu fermes
Le doux robinet des ruisseaux divins !

Est-ce du mépris ou de l'impuissance ?
Es-tu pédéraste ou castrat, voyons ?
Un pareil état m'excite et m'offense :
Donc, descends du lit, ou bien rouscaillons !


Le poète :

Je sens les sonnets pousser sur mes lèvres,
Á vous contempler dans cet abandon ;
Vous me rappelez les biscuits de Sèvres
Pétris par la main du grand Clodion.

Corrège vous eût peinte en Antiope,
Á voir votre pose et vos charmes nus...
Je vous aime ainsi, divine salope :
La Farcy n'a pas de telles Vénus !

Je vous chanterai dans mes hexamètres,
Superbe catin dont je suis l'amant :
Des vers parfumés comme ceux des Maîtres,
Qu'on lit d'une main, tout en se pâmant.


La fille :

Conserve tes vers pour une autre muse
Qui se montera mieux le bourrichon ;
Ce n'est pas cela, mon cher, qui m'amuse :
Sois moins poète et beaucoup plus cochon !

Ingrat ! tu m'as mis le foutre à la bouche !
J'allais presque entrer dans le paradis ;
Maintenant je suis réduite, farouche,
Á me branler... moi ! Que je te maudis !...

Bande ta pine et débande ta lyre :
L'important au lit est de pisser droit ;
La femme n'est pas au monde pour lire...
Le nœud d'un goujat vaut celui d'un roi !

Ah ! ! je n'y tiens plus ! le cul me démange !
Qu'on m'aille chercher l'Auvergnat du coin :
Car je veux sentir le vit de cet ange
Enfoncer mon con, comme avec un coin !

 

Alfred Delvau

 (Ce fier gaillard, avec Ledru-Rollin, est un des pères du suffrage universel en France)

 

 

Primidi 1er thermidor 222

 

Illustration X - Droits réservés

 

16/07/2014

Dumping fiscal, paradis fiscaux, croissance... On t'attend là, euro-citoyen Junker !

junker par A Botella.jpg

 

 

Barosso va ENFIN libéré le territoire. N'épiloguons pas sur les méfaits de ce personnage nuisible parmi les nuisibles et essayons d'avancer. La commission européenne s'est donc donnée un nouveau patron, le Luxembourgeois Jean-Claude Junker, créateur, lorsqu'il dirigeait son micro-pays, du « paradis fiscal le plus nuisible d'Europe » dixit Eva Joly qui connaît bien la question. Ce n'est pas un perdreau de l'année mais une vieille carne politique qui gravite depuis des décennies dans les milieux « responsables » de l'Europe. Il était le candidat du parti arrivé en tête aux dernières élections européennes, il est donc logique qu'il prenne la tête du pilier de l'Union : la Commission.

 

Il faut faire avec, ne lui faisons donc pas de procès d'intention. Mais on va vite voir comment il se comporte et au profit de qui il roule. En particulier dans la lutte contre...les paradis fiscaux, c'est-à-dire, en Europe, la lutte contre le dumping fiscal et les contorsions des multinationales qui jouent de ces distorsions pour « optimiser » leur fiscalité. En parlant clair, pour ne pas payer les impôts que les États dans lesquels ces entreprises prédatrices font leurs bénéfices sont légitimement en position d'attendre. On t'attend, là, euro-citoyen Junker.

 

Une des combines de ces multinationales s'appuie sur les « prix de transferts ». Il s'agit de transferts de pognon entre filiales d'une même multinationale installée dans le monde entier. Ainsi, en affectant des tarifs « pittoresques » à divers services et produits échangées entre ces filiales, les multinationales s'arrangent pour être déficitaires ou très peu bénéficiaires dans les pays à fort taux d'imposition, et ainsi faire passer l'essentiel de leurs bénéfices dans des pays « accueillants » en matière fiscale. Ainsi, Apple, Google, Dell, IBM, Starbucks et autres multinationales yankees reversent la quasi-totalité de leurs bénéfices effectués en France, en Allemagne, en Italie et dans toute l'U.E., sous forme de « royalties », à leur filiale Irlandaise dans laquelle elles concentrent la propriété des brevets et donc de tous les droits d'utilisation. Et voilà comment je t'embrouille !

 

Mais il n'y a pas que l'Irlande comme état-pirate en Europe, le Luxembourg – pays de Junker – en est un autre, et pas des moindres. Il concentre les sièges ou les filiales financières de beaucoup d'entreprises multinationales, et par des accords secrets entre l’État luxembourgeois (mais aussi hollandais, belge, britannique) et ces multinationales (les « tax ruling », se montre très accommodant sur les taxations... Junker s'est engagé durant sa campagne à « faire du droit comparé positif » (??!!) pour en finir avec cette concurrence fiscale entre États de l'Union, et à « revoir la fiscalité des entreprises ». On va voir... D'autant plus que dans l'U.E. toute décision concernant la fiscalité doit être prise à l'unanimité des 28 membres ! Bonjour l'efficacité, et merci aux Rosbifs qui ont imposé cette directive scélérate pour protéger les intérêts des vautours de la City. Il y a donc toujours un pays qui met son veto pour bloquer toute avancée conséquente en la matière. On t'attend, là, euro-citoyen Junker.

 

Les banques vont être très prochainement obligées lien à déclarer, entre autres, le nombre des personnels qu'elles emploient pays par pays, les bénéfices qu'elles réalisent pays par pays, le montant de l'impôt qu'elles y paient, pays par pays encore. On verra si Junker propose d'étendre cette excellente directive aux multinationales ! On t'attend, là, euro-citoyen Junker.

 

Junker s'est prononcé clairement, au cours de sa campagne électorale, pour la création d'un registre sur lequel il serait obligatoire d'enregistrer les noms et coordonnées de tous les bénéficiaires des trusts, edges-funds et autres officines opaques qui participent à l'évasion fiscale et au blanchiment d'argent. Registre contre lequel ferraillent entre autres les Pays-Bas et...le Luxembourg ! lien On t'attend, là, euro-citoyen Junker.

 

Ah ! C'est vrai, Junker a promis 300 milliards sur 3 ans pour relancer la « croissance ». Soit 100 milliards par an. Pour 500 millions de citoyens européens, cela fait 200 euros par citoyen. Un bon repas en famille au resto... Ma foi, c'est toujours bon à prendre. On t'attend, là encore, euro-citoyen Junker.

 

 

Octidi 28 messidor 222

 

Illustration : merci à A.Botella

 

12/07/2014

Ouiquinde érotique héllène avec Jarry (Fredo la gidouille!)

amazone cheval.jpg

Alfred Jarry

A la découverte de la femme


Une forme nue et qui tend les bras,
Qui désire et qui dit : Est-ce possible ?
Yeux illuminés de joie indicible,
- Qui peut, diamants, nombrer vos carats !

Bras si las quand les étreintes les rompent.
Chair d'un autre corps pliée à mon gré,
Et grands yeux si francs, surtout quand ils trompent,
- Salez moins vos pleurs, car je les boirai.

Au frisson debout elle est, endormie,
Un cher oreiller en qui bat un coeur ;
Mais rien n'est plus doux que sa bouche amie,
Que sa bouche amie, et c'est le meilleur.

Nos bouches, formez une seule alcôve,
Comme on unit deux cages par leurs bouts
Pour célébrer un mariage fauve
Où nos langues sont l'épouse et l'époux.

Tel Adam qu'animé une double haleine
A son réveil trouve Ève à son côté,
Mes sommeils enfuis, je découvre Hélène,
Vieux mais éternel nom de la beauté.
Au fond des temps par un cor chevroté :

- Hélène,
La plaine
Hellène
Est pleine
D'Éros.
Vers Troie
La proie,
S'éploie
La joie
D'Argos.

L'agile
Achille
Mutile
La ville
Où pâme
Priam.
Le sillon de son char qui traîne
Hector à l'entour des remparts
Encadre un miroir où la reine
Toute nue et cheveux épars,
La reine
Hélène
Se pare.

- Hélène,
La plaine
Hellène
Est pleine
D'amour.

Le vieux Priam implore sur la tour :

- Achille, Achille, ton coeur est plus dur
Que l'or, l'airain, le fer des armures,
Achille, Achille, plus dur que nos murs,
Que les rochers bruts de nos remparts !

A son miroir Hélène se pare :

- Mais non, Priam, il n'est rien si dur
Que le bouclier d'ivoire de mes seins ;
Leur pointe s'avive au sang des blessures,
De corail comme l’œil de blancs oiseaux marins :

Dans la prunelle froide on voit l'âme écarlate.
Il n'est rien si dur, non, non, non, Priam.

Paris archer
Comme Cupidon
S'en vient flécher
Achille au talon ;

Pâris Éros
Si blond et si rosé,
Le beau Paris, juge des déesses,
Qui choisit d'être amant d'une femme ;
Le ravisseur d'Hélène de Grèce,
Fils de Priam,
Paris l'archer est découvert :
Sur sa trace éperdue exulte un char de guerre,
Son sexe et ses yeux morts nourrissent les vautours :

- Hélène,
La plaine
Hellène
Est pleine
D'amour.

Destin, Destin, trop cruel Destin !
Le buveur du sang des mortels festoie :
Les corps hellènes jonchent la plaine de Troie,
Destin et vautours font même festin.
Trop cruel Destin, dur aïeul des dieux !

- Destin n'est qu'un mot, et les cieux sont vides.
S'il était des cieux autres que mes yeux.
Mortels, osez en scruter sans pâlir
L'abîme de bleu, l’arrêt s'y peut lire :
L'époux et l'amant, Ménélas, Pâris,
Sont morts et de morts la plaine est couverte
Pour faire à mes pieds un plus doux tapis,
Un tapis d'amour qui palpite et bouge ;
Et puis j'ai souvent une robe verte

Et... je ne sais pas... ces jours là, j'aime le rouge.

Alfred Jarry dans Le Surmâle

 

Grecs couple.jpg

 

Quartidi 24 messidor 222

 

Illustrations X - Droits réservés