Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/02/2014

Économie : la théorie des morpions.

couilles de banquiers.jpg

 

 

Si Mosco en avait, il ferait un gros bras d’honneur à cette commission européenne aussi nocive qu’ultralibérale qui nous gonfle les aliboffis avec ses leçons à la kon. Seulement pour grimper au mât, il vaut mieux avoir le cul propre ! Mosco pourrait, devrait renvoyer dans les cordes tous ces parasites élus par personne, plus soucieux d’uniformiser la taille des lunettes de chiottes eu Europe que la fiscalité et les lois sociales des états membres. La « Commission » (la grosse commission même) nous pousse au cul pour « faire des économies », novlangue ultralibérale qui veut dire « saccager les services publics » et pour pomper encore plus de pognon par l’impôt.

 

Impôts ! Taxes ! On n’entend plus que ça…pour se récriminer bien sûr. En oubliant que les impôts sont la condition sine qua non de la démocratie. Ces récriminations sont tout de même légitimes lorsqu’on connait l’ampleur de la fraude fiscale des multinationales et des plus riches qui s’exonèrent légalement de toute contribution à la bonne marche de la nation tout en en utilisant les infrastructures et les services. Cette fraude est estimée entre 80 et 120 milliards d’euros, soit bien plus que le déficit de l’Etat et de la Sécu. Le pognon, c’est là qu’il est. Le pognon, c’est là qu’il faut le prendre. Hélas, ce n’est pas ce que fait Mosco…

 

Puisque ce gouvernement de gôôôche se refuse à aller serrer le kiki des voyous (il est vrai que pendant un an, le ministre chargé de faire ce travail était lui-même…un tricheur fiscal !), il va aller chercher le pognon ailleurs, c'est-à-dire dans notre poche.

 

La doxa ultralibérale proclame que taxer les banques, taxer les grosses entreprises, taxer les pleins de thunes pénalise l’économie. Mais si on taxe à outrance les citoyens, les salariés, les petits commerçants et artisans, les petites entreprises, cela ne pénalise pas l’économie ?

 

Qui produit les richesses ? Les banquiers par la spéculation ou les petites et moyennes entreprises à travers le dynamisme de leurs dirigeants et le travail de leurs salariés ?

 

Qui paie la TVA, source principale des recettes publiques, les quelques centaines de milliers de riches ou les dizaines de millions de salariés, petites patrons, artisans, commerçants, retraités ?

 

Par contre qui est protégé par les niches fiscales, l’évasion fiscale, « l’optimisation » fiscale, les paradis fiscaux ? La réponse est dans la question : ce ne sont pas les salariés et patrons de PME mais les requins de la finance, les mafieux des multinationales et les kleptocrates qui « s’évadent » vers la Belgique, la Suisse et la City londonienne.

 

Si un organisme est infecté par des morpions qui pompent son sang plus qu’il n’en peut produire, il mourra et…les morpions aussi ! Sauf à reprendre aux morpions le sang qu’ils ont volé et le réinjecter dans l’organisme pour lui redonner la santé.

 

Mosco, va chercher le pognon ou il est et tu pourras dire merde à Barosso la tête haute.

 

Octidi 8 ventôse 222

 

Illustration X - Droits réservés

 

23/02/2014

Ouiquinde gastronomique bouscatier

 
 
couchée dans l'herbe.jpg
 

Zelli

 

Prosper coupe du bois dans les forêts d’Ariège           

Où la jolie Zelli cherche des champignons.

Brusquement le brouillard l’attrape dans son piège

Et la belle apeurée perd le Septentrion.

 

Elle tourne, affolée et quitte le sentier

Elle se heurte aux arbres, s’accroche dans les ronces,

S’étale lourdement, en oublie son panier,

Ses appels au secours demeurent sans réponse.

 

Soudain elle se sent accroché par le bras,

Paralysée d’effroi, bien près de défaillir,

Elle voit, tout contre elle, Prosper, l’homme des bois.

 

Éclatant en sanglot elle va se blottir

Sur le poitrail velu de son rude sauveur

Puis, très reconnaissante, lui offre ses faveurs…

 

 
 
 
 

- Pour ton coupeur de bois embaumant la résine

Zelli eût plus d’attraits que la fée Mélusine !

Pour le remercier de sa protection

Elle lui a donné bien des satisfactions !

Mais pour Zelli aussi, perdue et paniquée

La force rassurante d’un homme baraqué

Était un beau cadeau, un don de la nature

Au parfum de sous bois et au goût d’aventure.

La belle a découvert au fond de la forêt

Que le brouillard sournois a parfois des attraits.

- Plus tard, dans la cabane de rondins équarris

Prosper et sa Zelli se sont aimés, ont ri,

Puis ils ont eu besoin de quelques nourritures,

Alors le bûcheron prépara la Garbure.

Ce plat emblématique des rudes Pyrénées,

Des rochers ariégeois aux terroirs béarnais,

Fabrique des géants, bouscatiers, rugbymans,

Joyeux et forts en gueules, tous solides amants.

Pour faire la garbure, petit, d’abord tu dois

Avoir du vrai confit de canard ou bien d’oie.

Retires-en la graisse ou tu feras blondir

Deux oignons émincés sans les faire roussir.

Au fond d’une cassole met confit et oignons,

Puis deux litres d’eau froide, monte à ébulition,

Quand ça bout tu rajoutes un choux coupé en quatre

Dont tu retires les feuilles dures, jaunâtres.

Tu couvres et fais cuire pour une heure et demi.

Pendant ce temps tu coupes du pain complet rassis,

Tu râpes deux hectos de tome de Bethmale,

Sec, ancien, parfumé, aux saveurs animales.

Dans un tian à hauts bords, tu disposes le pain,

Puis les feuilles de choux hachées pas trop rupin,

Le confit désossé coupé en filets minces,

Le fromage râpé de nos belles provinces,

Et puis tu recommences jusques à demi pot,

Et enfin tu arroses avec le bouillon chaud,

Tu saupoudres au dessus le reste du fromage

Et tu fais gratiner, à four chaud, sans brûlage.

A nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour

A la beauté des femmes, au vin et à l’amour !

 

 

VictorAyoli


Quintidi 5 ventôse 222

 

 Illustrations X - Droits réservés

 

 

 

22/02/2014

Ouiquinde érotique aux parfums de rizière

asiatique nue 2.jpg

 

 

Au Jiho, j'ai entendu parler d'une épreuve de « half pipe » qui veut dire, si je ne m'abuse, en langue civilisée : « demi pipe ». Sans être mauvaise langue, je trouve que ça fait petit bras ce « demi ». J'ai connu au Vietnam une fleur de rizière qui, elle, ne faisait pas les choses à moitié !

 

Pipothé

 

J'ai connu, quelque part près de la baie d'Ha Long

 Une fleur des rizières qui s'appelait Huong.

 Visage de poupée sur un corps de princesse

 Elle savait jouer de la bouche et des fesses.

 

J'ai vécu auprès d'elle, heureux et envoûté

Par sa spécialité: la fellation au thé.

Huong me préparait, avec mille manières,

Du thé vert au gingembre, une pleine théière.

 

Tandis que je buvais la boisson parfumée,

Ses petits doigts agiles sur ma verge allumée

Préparaient mon phallus avec mille caresses,

Mettaient mon corps en feu et mon cœur en liesse.

 

 Huong prenait alors une gorgée de thé

 Qu'elle tournait en bouche pour en faire chuter

 Doucement la chaleur au degré idéal

 Pour les tendres muqueuses de mon engin de mâle.

 

Huong mettait mon gland dans sa petite bouche.

 Quel bonheur délicieux ! Je geignais sur ma couche.

 Une chaleur torride, proche de la brûlure,

 Envahissait mon sexe d'un volcan de luxure.

 

 Le liquide brûlant tourne autour de mon gland

 La languette de Huong lui donne mouvement,

 Elle aspire, elle pompe, elle masse, elle suce,

 Tandis qu'un de ses doigts vient me forcer l'anus,

 

Par des spasmes de joie, ma queue jouit longtemps,

Dans la bouche de Huong, douce fleur de printemps.

Elle m'embrasse alors, partageant les saveurs,

Du foutre et du thé chaud, du plaisir, du bonheur.

 

 

VictorAyoli

 


Quartidi 4 ventôse 222

Photo X – Droits réservés

 

 

21/02/2014

Au bistro de la toile : « Allez les petits !

chimulus bistro copie.jpg

 

- Oh ! Les gars, c’est ma tournée ! Alors, on va se les faire les Gallois ?

 

- On en est capable. Mais c’est des rugueux. Et ils jouent chez eux.

 

- En rugby, les équipes actuelles se valent toutes. Gagne donc celui qui a le plus la niaque. Et puis, il y a autre chose : Saint-André, il fait comme Lièvremont avant lui, ce qu’il peut avec ce qu’il a… Et il se trouve qu’actuellement, en France, il a ramassé ce qui se fait de mieux. Mais que ce n’est pas toujours, à tous les postes, au niveau.

 

- Pourquoi ?

 

-  Qui sait… Entre autres, le fait que le professionnalisme est passé par là et a été pas toujours bien digéré. Les clubs achètent des joueurs étrangers de renom qui viennent pantoufler leur fin de carrière au détriment des jeunes formés par les clubs. Ça explique déjà bien des choses. C’est aberrant de voir autant de joueurs étrangers dans notre championnat. Cela élève notre niveau de jeu mais, aussi, cela tue notre formation. Tous les meilleurs, dans l’hémisphère Sud comme dans les îles britanniques ou en Argentine, sont fortement intéressés par la rémunération et le niveau de notre championnat qui s’élève chaque année un peu plus. Et comme la pression du résultat se fait de plus en plus forte, les clubs veulent très vite engranger des succès. Économiquement, pour prendre le moins de risque possible, c’est compréhensible. Seulement, nos espoirs, issus de nos écoles de rugby, ont de moins en moins de chances d’intégrer l’élite. Et sans expérience du haut niveau, on progresse moins vite. Cette course en avant, un moment donné, il faut la dénoncer. Le problème de l’équipe de France, il est là.

 

- C’est vrai que les grosses équipes sont formées par des mercenaires. Toulon en est l’exemple le plus flagrant.

 

- Puis, ces joueurs professionnels sont plus soucieux de monnayer leur image que de se sacrifier pour leur équipe. Bien des joueurs sont sous l’influence…de leur agent !

 

- Agent ? Késako ?

 

- Eh ! Comme au fouteballe, ce sont des sortes de maquereaux qui s’occupent de gérer « l’image » des joueurs, de négocier des contrats de pub, de faire des photos publicitaires, d’amener leur gagneuse à des coquetèles, etc. Tout ça pour du pognon… Bref, les rugbymen sont devenus de vulgaires foutebaleurs…

 

- La honte !

 

- Exactement. La honte. Donc, avec cette mentalité, chaque joueur perçoit ses coéquipiers comme des concurrents en « image » ! De là on néglige le jeu collectif au profit de quelques coups d’éclats individuels qui feront de belles « images », on n’a pas envie de sacrifier sa gueule et donc son « image » pour gagner un match. On n’est peut-être même plus potes, copains, amis hors du terrain mais rivaux… Plus de ces troisièmes mi-temps gargantuesques, plus de cassoulet ni d’entrecôtes bordelaises géantes, plus de chansons gaillardes… La tristesse.

 

- Le professionnalisme, c'est-à-dire l’arrivée du pognon a sonné le glas du rugby cassoulet. N’ayons pas trop de nostalgie ? Mais il a aussi sonné le glas du « french flair », de la spécificité française qui faisait que toutes les équipes du monde tremblaient devant les Bleus, capables de se faire parfois dérouiller mais en se battant, comme de renverser des montagnes. Rappelez-vous Dominici ridiculisant Lomu ! Plus de fulgurances comme celles de Blanco, de N’Tamak, de Lagisquet, plus de Spanghero sonnant la charge, plus de Jo Mazo et ses inspirations imprévisibles, plus de  Gachassin slalomant entre les bourrins d’en face, plus de Jean-Pierre Rive ensanglanté renversant les Gallois, sans remonter aux frères Prat et Boniface…

 

- C’est comme ça Loulle. Sans compter que le professionnalisme a probablement amené aussi ce dont on ne parle surtout pas, le dopage et autres gonflettes à la créatine. Non mais tu les a vus les bestiaux, bien sanglés dans leurs maillots serrés ! C’est plus du nourri sous la mère, avec l’abdominal-cassoulet ! C’est du bodybuildé bouffeur de salades aux « compléments alimentaires » et autres saloperies. Tè ! Rappelez-vous Castaignède. Un génie celui-là ! Un giclet capable de partir de son en-but, de traverser en zigzagant toute la défense adverse, passant sous les bras ou entre les jambes des bourrins pour aller marquer ! Le pauvre, succombant à l’appel de sirènes du fric, il est allé jouer en Angleterre. Un an après, il était méconnaissable : il avait pris 25 kg de barbaque ! Aux dépens de sa vélocité et de ses cadrages débordements qui laissaient ses adversaires sur le cul. Il était lui aussi devenu un bourrin. A tel point que – les attaches n’étant plus proportionnées aux muscles – il s’est arraché le tendon d’Achille… Foutu le mec. Et puis ces matchs deviennent emmerdants. Toutes les grosses équipes ont le même style de jeu parce qu’elles sont formées et dirigés par des entraineurs souvent venus de l’hémisphère sud et qui uniformisent le jeu.

 

- Bon. On va tout de même se les faire les Gallois. Même chez eux ! Allez, à la nôtre ! Et puis il faut donner aux choses l’importance qu’elles ont. Tout comme les Jiho, le tournoi des Six nations est dans la droite ligne de la fameuse sentence romaine « Donner au peuple du pain et des jeux ». Occulter l’essentiel par l’anecdotique, flatter l’émotionnel du peuple au dépend du rationnel.

 

- Eh ! Tant que les bons cons de Veaux s’enthousiasment ou râlent pour un simple jeu, ils ne s’intéressent pas aux choses essentielles : chômage maintenu sournoisement par les patrons pour faire pression à la baisse sur les salaires, pouvoir d’achat rogné au profit des grandes surfaces, retraites qui passent au laminoir, précarité organisée, saccage de l’environnement, nettoyage des droits des travailleurs, flicage organisé par toutes sortes de fichages croisés, rognage des libertés individuelles, chasse aux SDF, cadeaux aux riches, etc.

 

Bon. A la nôtre quand même et « Allez les petits ! »

 

Tridi 3 ventôse 222

 

Merci à Chimulus

20/02/2014

Culture de pomme de terre sous carton. Olé ! Voilà une vrai culture pour FAINEANTS.

patate géante.jpg

Voilà ce que j'envisage pour cet été!

 

Tè ! Ça nous changera des merdes d'Ukraine, des konneries des jiho, de la Ma(rga)rine : je viens de tomber par hasard sur une des plus grandes avancées techniques de ce siècle, apte à transcender la suprématie de ces élites que sont les FAINEANTS, mes frères. Et en plus c'est écolo. J'ai nommé : la culture des patates sans rien foutre !

 

Pour vous faire partager cette grande découverte, je laisse la parole à Stéphane, sur le site « Végéculture » http://www.vegeculture.net/spip.php?article65

 

 

« Vous trouvez fastidieuse la méthode traditionnelle de culture de la pomme de terre. Et bien tentez l’expérience permaculture pour voir !!!

 

Traditionnellement, la culture des pommes de terre consiste à travailler le sol pour l’ameublir ; ensuite on fait une tranchée pour y déposer les tubercules que l’on recouvre avec la terre précédemment déplacée ; puis à quelques reprises au cours de l’été, il faut buter les rangs, ce qui consiste à prendre la terre des allées et à la ramener par dessus le rang pour faire de plus grosses buttes.

 

L’objectif du buttage est de donner plus d’espace aux plants pour faire des tubercules, garder les tubercules à l’abri de la lumière (sinon ils verdissent) et lutter contre les adventices en les recouvrant de terre.

 

Lors de la récolte, les buttes sont totalement défaites afin d’y récupérer les tubercules.

 

Cette technique occasionne plusieurs problèmes :

 

  • Favorise l’érosion du sol en le gardant à nue.

  • Accélère la décomposition de la matière organique (et l’épuisement du sol) car le travail du sol apporte de l’oxygène.

  • Le travail du sol rend la vie très difficile aux vers de terres et autres organismes du sol.

  • Le sol à nu favorise son assèchement, créant ainsi un milieu défavorable à la vie du sol, en particulier les champignons (dont les bénéfiques mycorhizes)

 

Alternative !

 

La méthode avec carton inspirée de la permaculture propose une toute autre approche.

 

Les étapes :

 

  1. Si la végétation est très haute, il faut couper l’herbe, ou du moins bien l’écraser.

  2. Recouvrir la parcelle avec de gros cartons en les faisant se chevaucher d’au moins 20 cm pour éviter que la végétation ressorte.

  3. À l’aide d’un exacto (cutter) ou d’un bon couteau, faire des petits X dans le carton pour créer une ouverture.

  4. Déposer une pomme de terre dans chacune des ouvertures afin que le tubercule soit en contact avec le sol.

  5. Replier le carton par-dessus le tubercule

  6. Recouvrir l’ensemble du carton avec une bonne couche de foin

  7. Bien arroser le tout.

  8. Lors de la récolte, il suffit d’écarter le foin et on y trouve les pommes de terre. Ne reste plus qu’à les ramasser !

 

 

Note : Si le sol est sec et qu’on ne prévoit aucune pluie pour plusieurs jours, il est recommandé d’arroser un peu à chaque étape...

 

Note2 : Au cours de l’été, selon le niveau de décomposition du foin et l’état des plants, il faut rajouter du foin à une ou deux reprises afin de s’assurer que les tubercules ne soient pas exposés à la lumière du jour.

 

La récolte se faire en poussant le mulch( ??? NDLR – Ce doit être le terreau qui se sera formé en surface)

 

Bien sûr, il faut aussi considérer l’état du sol. Par exemple un sol très argileux et compacté de donnera pas des résultats extraordinaires dès la première année. Il faut laisser le temps à la nature de faire son travail ! Même chose pour les sols très pauvres, mais au fur et à mesure que le foin se décomposera, le sol s’enrichira.

 

Si vous tenter l’expérience, nous apprécierions énormément connaître vos résultats et commentaires !

 

Voir en ligne : Voyez les étapes en images !

 

 

Ouarf ! Dès que je remonte sur les Hautes terres pour mon glandage d'été, je mets ça en pratique. Je me suis établi une solide réputation de « plus mauvais jardinier du village » à laquelle je tiens beaucoup : les autres se disent : « Ce Victor, il est bon pour nibe ! ». Et ils me portent, qui des salades, qui des haricots verts, qui des blettes, qui du persil. Peinard ! Je vais les espanter avec mes cartons à patates !

 

A diables !

 

Duodi 2 ventôse 222

 

Photo X – Droits réservés

 

16/02/2014

Ouiquinde érotico-gastronomique hellénique

sirnehh sirène.gif

Perrine

Perrine dansait nue sur la grève luisante,
Pieds légers, ondulante, bras tendus vers Phébus,
Dans les fraîches senteurs de l’aurore naissante,
Elle sacrifiait au culte de Vénus.

Sa taille se ployait jusqu’à frôler l’arène
Puis elle s’élançait pour caresser les cieux,
Ventre offert, seins dressés, plus fière qu’une reine.
Perrine avait vingt ans et tutoyait les dieux.

Un grand faune barbu, velu et chevelu
A la flûte de Pan rythmait la sarabande.
Il dévorait des yeux le corps de son élue

Et savait que bientôt il aurait sa prébende.
Il sauta sur la nymphe, l’entraîna dans la mer
Où il la posséda d’une étreinte primaire.


La salade crétoise

— En ce temps là, petit, la Grèce était à terre,
Écrasée sous le joug de troufions sanguinaires :
Des colonels bornés alliés à des popes
Martyrisaient sans fin le berceau de l’Europe.
Pourtant à Matala, au fin fond de la Crête
Existait une baie retirée et discrète
Où quelques chevelus à la barbe fleurie
Vivaient en troglodytes dans de curieux abris,
Grottes aménagées dans le roc des falaises
Qui regardent la mer jusqu’au Dodécanèse.
Ils vivaient là heureux, simplement différents,
Tolérés des Crétois, oubliés des tyrans.
Sur la plage, la nuit, au son des bouzoukis
Ils dansaient jusqu’aux transes d’aériens sirtakis
Buvant force hanaps de vin à la résine
Tout en mangeant tomates, oignons et aubergines.
— Alors dis-moi, Victor, ce régime crétois
Dont on nous parle tant. Qu’est-ce que c’est d’après toi ?
— Avant tout des légumes de façon exhaustive,
Du poisson, du fromage et de l’huile d’olive.
Le plat de tous les jours : la salade crétoise
Qui rappelle parfois la salade niçoise.
Tu coupes des tomates assez mures en tranches,
Des morceaux de fêta, fromage à pâte blanche,
Tu épluches un concombre et le coupes en rondelles,
Un poivron vert coupé, sans pépins ni carpelles,
Tu éminces un oignon, cisèle des pourpiers
Et tu ranges le tout dans un grand saladier.
Ajoute une poignée de belles olives noires,
Ça apporte du goût et en plus, ça fait boire.
Tu assaisonnes avec beaucoup d’huile d’olive,
Poivre, jus de citron, fleur de sel, quelques cives.
C’est un plat délicieux, remontant, simple à faire
Et qui — c’est reconnu — fait de verts centenaires !
Voilà ce que mangeait le faune de Perrine
Avant de l’entraîner dans des amours marines.
À nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.
Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.
Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour
À la beauté des femmes, au vin et à l’amour !



botticelli venus.jpg

 

Ingrédients et proportions pour six personnes :
- 12 tomates, - 3 concombres, - 3 poivrons verts, - 3 oignons doux, - la valeur de 3 bols de pourpiers (c'est une plante très commune, avec de petites feuilles épaisses et arrondies, presque grasses, sur des tiges un peu rosées. Les jardiniers les arrachent comme des mauvaises herbes et c'est pourtant l'une des bases du fameux régime crétois! Ne garder que les feuilles, pas les tiges.) - quelques cives si vous en avez, - 3 hectos de feta coupée en petits dés, - 3 poignées d'olives noires dénoyautées, - 1 quart de litre d'huile d'olive, - sel, - poivre, - le jus de deux citrons.

Les vins conseillés:
Les crétois boivent beaucoup de vin blanc à la résine, mais à défaut, essayez avec des vins blancs secs des Côtes-du-Rhône, Coteaux-du-Tricastin, Coteaux-du-Diois, Coteaux-du-Luberon, Côtes-du-Ventoux, Costières-de-Nîmes.
En vins du Languedoc: Picpoul-de-Pinet, blancs de La Clape.
En vins de Provence: Cassis, Palette, Coteaux-d'Aix.

 

Septidi 27 pluviôse 222

 

Illustrations X - Droits réservés

 

14/02/2014

Saint-Valentin: Plaisirs d’amour…

peynet colombe.jpg

 

 

 

 

Le temps marche sur moi, quant à toi, il t’effleure

 

Ma taille s’épaissit, mes cheveux ? Je les pleure…

 

Le temps est un voyou, un voleur de jeunesse,

 

Mais il transmute aussi la passion en tendresse.

 

 

 

Si le torrent fougueux de notre amour total

 

S’est calmé dans le lac du bonheur conjugal

 

Après trente ans pourtant, il n’a pas une ride,

 

Et s’il est moins ardent, il n’est que plus solide.

 

 

 

Pour mon cœur, pour ma queue, tu restes la plus belle,

 

Fière, douce et sexy, ma lionne d’amour,

 

Plus attirante encor que bien des jouvencelles.

 

 

 

Pour tes yeux de velours je me fais troubadour

 

Et, pour Saint-Valentin, te dédie ce poème

 

Je t’aime.

 

 

 

 

 

Sextidi 26 Pluviose 222

 

 

 

Merci à l’irremplacé Peynet

 

 

 

 

11/02/2014

Paul Hué et Paul Hueur : à la vache !

pets de vaches par Topi.jpg

 

 

On se souvient de cette étonnante nouvelle : une étable explose à cause des pets de ses vaches ! lien 

On peut toujours en rire...

 

 

- Oh là ! Sieur Paul Hué, vos vaches pètent trop

Il vous faudra réduire leurs délires ventraux

Car leurs rots et leurs pets, ce sont du gaz méthane

Qui risque de changer nos prairies en savanes.

- Oh là ! Sieur Paul Hueur, rengainez vos leçons !

Que sont nos pets de vaches comparés au boxon

Que génère sur terre l’hyper consommation

De vos sociétés, vos « civilisations »

Basées sur le paraitre et sur le racolage,

Sur l’avoir plus que l’être, et où le gaspillage

Est le mode normal de concevoir la vie,

Où l’on prend, casse et jette au gré de ses envies.

- Notre mode de vie n’est pas négociable

Vous feriez comme nous si vous étiez capables !

De quoi donc rêvez-vous dans vos sombres gourbis ?

De bagnoles, de viandes, d’alcools, de beaux habits,

De maisons confortables à l’air conditionné,

De piscines, de plages, de routes bétonnées.

D’ailleurs que faites-vous quand vous avez des thunes ?

Une station de ski au milieu de vos dunes…

- Qui nous pollue la tête avec ces âneries ?

Vos programmes télé avec leurs konneries.

N’avons-nous pas le droit d’être aussi kons que vous ?

Nous marchons sur vos traces, cependant, je l’avoue,

Ces travers me désolent et me mettent en rage

Mais avant d’arriver au niveau de carnage

Que vous faites subir à l’environnement

Nous avons de la marge pour vivre décemment.

Quand un Indien produit une tonne de carbone,

Vous, les Zétazuniens en produisez vingt tonnes

Et dix tonnes en Europe. Mais zéro en Afrique !

C’est à vous d’arrêter vos pollutions chroniques !

- De quoi vous plaignez-vous ? Vous êtes bien contents,

Sûrement pas le peuple, mais vous, les dirigeants

D’accepter nos déchets à pleines palanquées

Car nous vous payons cash pour que vous les planquiez,

Qu’ils soient radioactifs, domestiques ou chimiques !

Euros, yens ou dollars, tout est bon pour vos cliques…

- Taisez votre cynisme, et gardez vos poubelles.

Car par la corruption vos actions criminelles

Saccagent nos contrées, empoisonnent nos gens,

Les poussent à émigrer pour trouver quelque argent.

C’est vous qui polluez depuis bientôt deux siècles.

Vous voudriez en plus nous imposer vos règles ?

C’est à vous de payer ! Vous tuez la nature

Et voulez que ce soit nous qui fassions ceinture ?

Le monde va crever ? Nous n’y sommes pour rien !

Si vous ne casquez pas, on ne répond de rien…

 

VictorAyoli

 

Tridi 23 pluviôse 222

 

Illustration X - Droits réservés

 

08/02/2014

Ouiquinde érotique avec Beaumarchais

femmes fleurs.jpg

 

 

L'épouse à la mode


La jeune Elvire, à quatorze ans, 
Livrée à des goûts innocents,
Voit, sans en deviner l'usage,
Éclore ses appâts naissants ;
Mais l'amour, effleurant ses sens,
Lui dérobe un premier hommage :
Un soupir
Vient d'ouvrir
Au plaisir
Le passage ;
Un songe a percé le nuage.


Lindor, épris de sa beauté,
Se déclare ; il est écouté :
D'un songe, d'une vaine image,
Lindor est la réalité ;
Le sein d'Elvire est agité,
Le trouble a couvert son visage.
Quel moment
Si l'amant,
Plus ardent
Ou moins sage
Pouvait hasarder davantage !


Mais quel transport vient la saisir ! 
Cet objet d'un premier désir,
Qu'avec rougeur elle envisage,
Est l'époux qu'on doit lui choisir ; 
On les unit :
Dieux ! quel plaisir ! 
Elvire en fournit plus d'un gage.
Les ardeurs,
Les langueurs,
Les fureurs,
Tout présage
Qu'on veut un époux sans partage.


Dans le monde, un essaim flatteur 
Vivement agite son cœur ;
Lindor est devenu volage,
Lindor méconnaît son bonheur.
Elvire a fait choix d'un vengeur ;
Il la prévient, il l'encourage : 
Vengez-vous ;
Il est doux,
Quand l'époux
Se dégage,
Qu'un amant répare l'outrage.


Voilà l'outrage réparé ;
Son cœur n'est que plus altéré
Des plaisirs le fréquent usage
Rend son désir immodéré ;
Son regard fixe et déclaré
A tout amant tient ce langage
Dès ce soir,
Si l'espoir
De m'avoir
Vous engage,
Venez, je reçois votre hommage.


Elle épuise tous les excès ;
Mais, au milieu de ses succès,
L'époux meurt, et, pour héritage, 
Laisse des dettes, des procès.
Un vieux traitant demande accès :
L'or accompagne son message...
Ce coup d'œil
Est l'écueil
Ou l'orgueil
Fait naufrage :
Un écrin consomme l'ouvrage.


Dans ce fatal abus du temps
Elle a consumé son printemps ;
La coquette d'un certain âge
N'a plus d'amis, n'a plus d'amants : 
En vain, de quelques jeunes gens
Elle ébauche l'apprentissage ;
Tout est dit,
L'amour fuit,
On en rit :
Quel dommage !...
Elvire, il fallait être sage.

 

 

 

Pierre Augustin Caron dit BEAUMARCHAIS

 

Décadi 20 pluviôse 222

 

Illustration X - Droits réservés

 



 

05/02/2014

Pour sortir de la grisaille : de l’Amour et du Vin

Triomphe de Bacchus par Cornelis de Vos.jpg

 

 

 

 

Tiens, je viens de déboucher une bouteille de Côtes-du-Rhône primeur de chez David, que j’avais oubliée. Elle reste très bonne, avec un peu moins de fraîcheur, mais plus de rondeur. Révérence envers les seuls dieux que je révère : Dionysos-Bacchus et Aphrodite-Vénus. Chantons la gloire du Vigneron, ce paysan sacré dont la sueur féconde les entrailles de la terre, ce magicien qui, d'arides cailloux, tire le sang de dieu.

 

 

 

Que fit dieu pour guérir nos maux

 Le vieux vin et les jeunes femmes !

 Il créa pour notre bonheur

 Le sexe et le jus de la treille

 Aussi je veux en son honneur

 Chanter le con et la bouteille

 Dans l'Olympe, séjour des dieux

 On boit, on patine les fesses

 Et le nectar délicieux

N'est que le foutre des déesses !

Si j'y vais, jamais Apollon

Ne charmera plus mon oreille

De Vénus je saisis le con

De Bacchus arrach'la bouteille!

Dans les bassinets féminins

Quand on a brûlé des amorces

Quelques bouteilles de vieux vin

Au vit rendent toute sa force

Amis, plus on boit plus on jouit

Un buveur décharge à merveille,

Aussi le vin pour dire tout

C'est du foutre mis en bouteille

On ne peut pas toujours bander

Du vit le temps borne l'usage

On se fatigue à décharger

Mes amis on boit à tout âge !

Quant au vieillard aux froids couillons

Qu'ils utilisent mieux leurs vieilles !

Quand on n'peut plus boucher de cons

On débouche au moins des bouteilles !

Mais hélas depuis longtemps

Pour punir nos fautes maudites

Le Bon Dieu fit les cons trop grands

Et les bouteilles trop petites !

Grand Dieu fais, nous t'en supplions

Par quelque nouvelle merveille

Toujours trouver le fond du con

 Jamais celui de la bouteille !

 

 

Écrit par le grand poète catalan Alonzo Bobinar

 

 

 

Septidi 17 pluviôse 222

 

Illustration Cornelis de Vos

 

03/02/2014

M’ame Michu et M’ame Chazotte : l’apéhèma et l’agépéa.

vamps.jpg

 

 

- Dites-moi, M’ame Chazotte, vous avez vu tout ce monde à Paris et à Lyon, avec de belles pancartes roses. Bien propre sur eux, avec souvent des ribambelles de petits. Sur leurs pancartes, ils gueulaient contre PMA et GPA. Mais c’est quoi ces PMA et GPA dont on nous rebat les oreilles ? PMA, c’est Petite Maison Accueillante, je suppose ? Une maison de retraite où les vieux ne sont pas que de la marchandise. Et GPA, c’est quoi ? Généreux Plan d’Assistance aux vieux ? Ben ils font des progrès moi je trouve les politiques. Quand même, la gauche, c’est autre chose…

 

- Ben, je vois que vous planez toujours, M’ame Michu. « Heureux les simples d’esprit… » qu’il a parait-il dit l’Autre. Faut dire que c’est lui qui a inventé ces conneries : le mec, il serait né d’une mère porteuse supposée vierge inséminée artificiellement par le célèbre docteur Saint-Esprit ! Non, M’ame Michu, PMA, ça veut dire Procréation Médicalement Assisté.

 

- Ah ! Donc, quand j’étais jeune et que le docteur Langougnole me mettait sa…, enfin, son…, pour me soigner qu’il disait, il faisait de la PMA ?

 

- En quelque sorte M’ame Michu. Mais c’est moins romantique que les traitements pittoresques du bon docteur Langougnole. La PMA, c’est engrosser artificiellement une femme que la nature n’a pas équipé pour.

 

- Comment ça ?

 

- Comment ? Ben, au lieu d’écarter les cuisses sous un rude gaillard, comme tout le monde, elle les écarte devant un toubib qui lui refile dans la boite à bonheur un embryon congelé.

 

- Comme chez Elie alors, mon cousin paysan d’Ariège. L’inséminateur vient avec sa blouse verte, soulève la queue de la vache qui a ses chaleurs et lui enfonce une grosse seringue et même tout le bras. Et ben, je vais vous dire M’ame Chazotte, la vache n’a pas l’air très heureuse… Elle regrette l’époque de Topino. C’était le taureau d’Elie…

 

- Voilà. Vous avez tout compris M’ame Michu. C’est tout pareil. Bonjour le romantisme, bonjour l’amour…

 

- Et la GPA, c’est quoi ?

 

- La GPA, ça veut dire Gestation Pour Autrui.

 

- Compris. C’est pareil, mais pour les truies.

 

- Ah ! Ah ! Ah ! C’est beau l’humour naïf, M’ame Michu. On pourrait dire aussi GPA = Grosses Putes Avides. Ce sont des femmes avides de pognon qui louent leur ventre. Les putes, elles, ne louent que leur chatte, et pour quelques minutes seulement. Mais les « Gestationneuses Pour Oh ! Truies » louent carrément leur ventre entier pendant neuf mois, pour faire un chiard qu’elles refileront à leurs clients, contre pas mal de thunes. Au Zétazunis, on peut choisir sur catalogue !

 

- Mais c’est dégueulasse M’ame Chazotte ! C’est une sordide affaire commerciale ! Et comment qu’ils font ?

 

- Ben, ils refilent dans l’utérus de la porteuse un ovocyte de la cliente – ou d’une autre donneuse qui se fait sortir du bide ses ovules pour les vendre. Ovocyte fécondé dans des petits tubes en verres avec le foutre du mari, ou d’un vendeur de foutre si le mec a les œufs clairs !

 

- Ben ça alors ! Ben ça alors ! De mon temps, M’ame Chazotte, quand une femme ne pouvait pas se faire engrosser par son homme, elle s’arrangeait autrement, discrètement. Les facteurs, les employés de l’EDF ou du gaz portaient haut la réputation du Service public, et les plombiers celui du privé !

 

- Et ça ne coûtait rien à la Sécu…

 

- Oui mais, ces femmes qui ne peuvent pas avoir d’enfants, comme ça elles peuvent profiter des joies de la maternité… Pareil pour les couples d’homos puisqu’ils se marient maintenant.

 

- Egoïstement M’ame Michu. Egoïstement. Parce qu’elles/ils veulent pour elles ou pour eux les – comme vous dites – « joies de la maternité ». Sans penser au devenir du gosse à venir. Elles/ils revendiquent le droit Á l’enfant, et pas les droits DE l’enfant. Et puis, vous croyez qu’il n’y a pas assez de gosses sur Terre ? On est déjà entre sept et huit milliards par « les voies naturelles ». Faut encore en faire d’autres artificiellement ?

 

- C’est ben vrai ça…

 

- Je vais vous dire M’ame Michu. La sexualité a deux fonctions : procurer du plaisir ET procréer. Les deux étant liés : sans le plaisir croyez-vous que les femmes et les hommes se livreraient à cette gymnastique cocasse et passablement ridicule qu’on appelle « faire l’amour » ? La grande majorité de l’humanité accepte cette dualité : plaisir ET procréation. Une petite minorité ne prend de ce diptyque qu’un seul volet - le plaisir – en s’affranchissant volontairement des contraintes du second – la procréation. Or cette minorité, au fort pouvoir d'influence, veut maintenant aussi accéder à ces joies indéniables que sont la présence d’un petit être dans la famille. Mais sans en payer le prix : croyez-vous que nous, les femmes, sans le hochet du plaisir on supporterait de se déformer, de dégueuler pendant 9 mois, de souffrir le martyre pour expulser un lardon ? Puis de se décarcasser pour l’élever ? Il faut être maso pour ça... Il faut être cohérent, non ?

 

- Ben c’est vrai ça. Ils ou elles veulent le beurre et l’argent du beurre…

 

- Et le cul de la fermière ou du fermier par-dessus le marché !

 

 

Quintidi 15 pluviôse 222

 

Photo X – Droits réservés

 

******************************************************

Ecoute ! Ecoute !

 

C'est une femme qui monte dans un autobus bondé. Elle s'approche d'un monsieur assis et lui dit : 
- Pourriez-vous me laisser votre place, s'il vous plaît, je suis enceinte ? 
L'homme répond : 
- Oui, bien sûr. 
Il se lève et lui laisse sa place, puis demande : 
- Mais ça ne se voit pas du tout. Ça fait combien de temps ? 
Et elle répond : 
- Dix minutes. Mais ça m'a coupé les jambes !

 

02/02/2014

Ouiquinde gastronomique aphrodisiaque: le colombo d'agneau

colombo agneau et riz.jpg

 

« X. »

 

 

Précipite tes vagues, Boléro de Ravel,

Tes rythmes envoûtants, obsédants, sensuels

Entraînent les amants dans une chevauchée

Qui marie le désir au plaisir du péché.

 

« X » avait sur la peau la marque des sorcières,

Et prenait dans les rets de son charme incendiaire

Les hommes kimboisés qu’elle broyait d’amour

Puis qu’elle rejetait au temps du désamour.

 

« X » était avant tout une femme de proie

Jouissant de croquer ses victimes avec joie.

J’ai pris bien du plaisir en tenant dans mes bras

 

Cette fleur dangereuse au venin de cobra.

Napoléon disait, et là on peut le croire :

La fuite est très souvent une grande victoire !

 

 

Le Colombo d’agneau

 

 

- Cette fleur carnivore arrivait des Antilles,

Iles où voient le jour les plus belles des filles.

Elle parlait créole et j’en étais troublé,

Disant : “ En cas coqué dbou, jamb a ou tremblé ? ”

Pour donner de l’ardeur, à ses nombreux amants,

« X » leur préparait un repas détonnant,

Propre à faire surgir les zombis des tombeaux,

Plat national des îles : l’agneau au Colombo.

- C’est vrai Victor, ces îles sont paradisiaques,

Mais comment tu la fais ta bombe aphrodisiaque ?

- Tranche en tronçons épais courgette et aubergine,

Égrène, pèle et coupe en dés la cristophine,

Fais de même avec deux belles pommes de terre,

Prépare deux oignons de façon coutumière,

Pèle deux gousses d’ail et coupe ton agneau,

Épaule si possible, en assez gros morceaux.

Tu fais chauffer de l’huile au fond d’une cocotte,

Fais sauter cinq minutes viande, oignons en compote,

Met trois cuillères pleines de poudre de Colombo,

Tu remues et tu mouilles avec trois verres d’eau.

Rajoutes, si tu veux, un peu de tamarin,

Un gros bouquet garni, poivre, et sel marin.

Monte à ébullition, rajoutes tes légumes,

Du piment de Cayenne, ici c’est la coutume,

C’est du feu ! Tu en mets la pointe d’un couteau.

Tu laisses cuire une heure, à couvert, et bientôt

Des parfums capiteux taquinant tes narines

Vont réveiller en toi des puissances taurines.

Tu sers ce plat bien chaud avec du riz créole.

Pour le faire tu mets dans une casserole

Pour cinq ou six personnes, trois verres de riz blanc,

Et tu fais attention qu’il ne soit pas collant.

Abondamment à l’eau  tu vas donc le rincer

Et tu cuis à grand feu dans beaucoup d’eau salée.

Les Antilles sont un grand carrefour de races,

Caraïbes, Indiens, Noirs et Blancs ont leur place.

Du Sri Lanka provient le nom de Colombo

Car c’est la capitale de ce pays si beau

D’où sont venus nombreux pour vivre et travailler

Tamouls et Cinghalais aux deux siècles derniers.

A nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour

A la beauté des femmes, au vin et à l’amour !

 

 

Ingrédients et proportions pour six personnes :

- 1 aubergine, - 1 courgette, - 1 cristophine (encore appelée chayotte), - 2 pommes de terre de bonne taille, - 2 gousses d'ail, - 2 oignons pelés et hachés, - 1 épaule d'agneau désossée et coupée en morceaux assez gros, - 3 cuillères à soupe d'huile d'olive, - 3 cuillères à soupe bombées de poudre de colombo, - 1 peu de tamarin (on trouve ces ingrédients spécifiques chez les épiciers asiatiques ou antillais), - 1 bouquet garni, - sel, - poivre, - 1 cuillère à café de piment de Cayenne (ou moins pour les non habitués).

 

Les vins conseillés:

Les Antillais boivent force rhum avec ce plat particulièrement relevé. Mais il s'accompagne aussi très bien de vins doux naturels qui vont en atténuer le feu: Frontignan, Lunel, Rivesaltes, Maury, Rasteau et évidemment Beaumes-de-Venise.

 

 

Quartidi 14 pluviôse 222

 

Photo X - Droits réservés

 

31/01/2014

François, dis-le aux Rosbifs: à midi, je mange du cheval.

cheval qui ricane.jpg

 

 

Tè ! Hier, j’ai mangé des lasagnes. Pas Findus pour deux ronds mais faites maison, avec du cochon de Lozère, de l’ail, des herbes, du fromage du Cantal et tout ce qu’il faut. Un bonheur ! Et à midi, c’est filet de cheval façon tournedos, acheté chez Maurice, le boucher chevalin qui vient chaque semaine au marché. Il ne vend que des Comtois, ces puissants chevaux de traits couleur châtain clair agrémentés d’une superbe parure – crinière et  queue – blonde. Ces bestiaux courent sans contrainte dans les prairies de Lozère. Je me régale de les voir s’ébattre l’été, et je me délecte de les déguster ! Ben ouais… C’est comme ça la nature humaine. François, tu peux le dire aux Rosbifs puisque tu vas les voir aujourd’hui !

 

Parce c’est bon le cheval ! Une belle viande d’un rouge sombre, très goutue, bien poivrée et juteuse à souhait. Je vais le déguster, mon filet, avec des frites coupées gros, à la main, et salées à souhait. Le pied !

 

Pour dire qu’« ils » me gonflent les aliboffis tous les peine-à-jouir qui, profitant des magouilles des gougnafiers de l’industrie agro-alimentaire jettent l’opprobre sur cette viande excellente, meilleure que celle des vaches (le bœuf est une appellation aussi erronée que trompeuse : il n’y a plus de bœufs, c’est-à-dire des taureaux castrés, seulement des vaches). N’oublions pas que si la race équine existe encore depuis le tracteur, c’est grâce à nous, les bouffeurs de chevaux ! Et…aux margoulins des courses de canassons. Environ 30% des chevaux abattus sont des poulains de trait élevés pour la boucherie (comme mes beaux et bons Comtois de Margeride), 20% des chevaux de trait adultes réformés (débardage, ramassage d’algues, labours de vignes escarpées, etc.), et le reste, soit la moitié, des chevaux « de course » réformés. 80% de ces derniers sont des trotteurs âgés de moins de dix ans dont 20 % des poulains de moins de deux ans, soit des animaux encore jeunes.

 

Les premiers, c’est tout du bon, les deuxièmes c’est correct, les derniers (les plus nombreux) c’est plus douteux. Pour satisfaire plus que largement aux besoins des champs de courses, on fait naître selon les années de 11.000 à 13.000 chevaux de compétition potentiels, pour le trot attelé ou monté. Seulement 20% de ces chevaux seront qualifiés, les autres finiront évidemment à la boucherie. Les éleveurs les inscrivent au chapitre pertes comptables, les larguent sans soins dans des prairies où ils bouffent ce qu’ils peuvent jusqu’à ce qu’un chevillard les achètent pour quelques poignées de figues et les mettent dans le circuit boucherie. C’est comme ça. Il n’y a pas de sensiblerie dans le milieu des « amis de la race équine ». Le monde hippique est comme toute notre société où règne le tout puissant dieu Profit. Les jockeys et les entraîneurs se prétendent des « hommes de cheval », les parieurs fantasment sur le pognon facile, les vétérinaires testent leurs drogues sur les canassons, les sociétés de pari et les éleveurs s’enrichissent, et n’oublions surtout pas l’Etat qui se gave de taxes (de 60 à 80% du total de sommes pariées qui tournent bon an mal an autour de 10 milliards d’euros !)… Tout cela sur le dos du cheval. Voilà la sordide réalité !

Alors les cris d’orfraie des Rosbifs et autres qui s’offusquent que des gens mangent du cheval, eh….

 

Photo X - Droits réservés

 

Duodi 12 Pluviôse 222

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

C’’est un fermier de Margeride. Il était triste car son cheval ne riait plus, il mit une pancarte disant : « J'offre 1000 € a qui redonnera la joie de vivre a mon cheval. »


Un homme se présenta, alla voir le cheval et se mit à lui chuchoter à l'oreille. Le cheval fut plié de rire ! Et le gars empocha ses 1000 € !


Trois jours après le fermier téléphona au gars car son cheval riait bruyamment, sans arrêt et empêchait tout le monde de dormir. Il lui proposa donc : « Si tu le calmes je te donne 5000 € ! »

 

L'homme alla voir le cheval et 10 mn plus tard l’animal était effondré en larmes, couché sur le coté.

 

- « Voila dit le gars au paysan, par ici la monnaie ! »


Le paysan dû payer et demanda :

- « Je vous ai payé mais je voudrais vous poser une question?

- Oui.

- Qu'avez vous dit a mon cheval ? »

Le gars répond :

« la 1ere fois je lui ai dit que j'en avais une plus grosse que lui. Et la seconde fois, je la lui ai montrée ! »

 

30/01/2014

Au bistro de la toile : les épais pets de Pépé.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

 

- Eh ! T'as vu Loulle, en Allemagne, une étable a explosé à cause...des pets de vaches !

 

- Les pets, c'est du méthane, et ça brûle ! Dans un lieu confiné, ça peut produire sinon une explosion, du moins des flammes. Comme dans les marais...

 

- ...ting ! Il va falloir que je surveille ma femme !

 

- Ça me rappelle une histoire savoureuse...

 

- Tè ! Je te sers un canon. Raconte.

 

- C'était un soir de Noël, quelque part en Ariège. On fêtait donc à la fois Noël et le baptême d'Arnaud, nouveau venu dans la tribu. La cérémonie devait avoir lieu au cours de la messe de minuit, dans la petite église de Loubens. Pour l'occasion, le jeune curé, frais émoulu de la fabrique, avait bien fait les choses : crèche vivante avec sainte-vierge et un âne. Voilà donc tout le monde, vers onze heures, après le cassoulet de préparation aux mystères de la religion, qui se pointe à l’église. Cérémonie émouvante, le petit baptisé, puis voilà la messe de minuit dans la petite chapelle pleine à craquer. Dehors soufflait un vent glacial. C'était beau Loulle. Le petit cureton et son encensoir, la sainte vierge, émouvante avec sa robe immaculée et son voile bleu ciel, les enfants de chœur pleins de dentelles blanches et rouges, et puis l'âne.

Ce bourricot, il s'était gavé d'herbe toute la journée dans le petit cimetière autour de l'église. Serait-ce les sonorités éthérées de l'harmonium, la présence proche de la jeune et jolie vierge ou le bonheur de la digestion, voilà que notre bourricot, oreilles en arrière, entame un rêve cochon. Et il se met à bander...comme un âne. Gloussements discrets dans l'assistance, coups d’œil effarés mais admiratifs de la sainte vierge, affolement du petit curé... Mais la dilatation de la partie noble de l'âne eut pour contrepartie un relâchement de ses sphincters ! Il fallait bien évacuer les gaz emmagasinés tout l'après-midi... Mais l'âne à cette particularité : il pète en silence ! Mais pas sans parfum... Dans l'église se répand une lourde fragrance.

Paulette, croyant que c'était son homme qui se soulageait, donne un grand coup de coude dans les côtes d'Elie en lui chuchotant, coléreuse : « As pas crinte ! Pudriès te teni un poù, millo dieù ! » A côté, Mamé, victime de la même méprise, morigène son homme Pépé Alfré : « Ounte te crésès ! Podès pas ana deforo per péta, bougre de gran porcas ! » Et dans toute l'église, les femmes s'en prennent de même à leurs hommes.

 

- Comme si elles ne pétaient pas, elles. Belle hypocrisie féminine...

 

- Mais les hommes se pensent alors :  « Merde, à me faire engueuler, autant que ce soit pour quelque chose ».

 Et chacun, entre avés et paters de travailler du sphincter pour moduler discrètement de délicates brises d'anus.

 

- Dès lors les choses se précipitent. Les puissantes effluves de cassoulets montent et roulent en vagues invisibles. Au contact des cierges, voilà que se forment de légères flammèches bleue, verte, orangée qui, tels d'éphémères feu-follets, montent vers les voûtes et s'évanouissent...

 

- « Miracle ! » crient quelques paroissiennes pâmées.

 

- « Ite missa est » s'écrie le curé en se ruant pour ouvrir les portes !

 

- Oh ! Oh ! Oh ! La belle histoire Victor ! Pétard, tè ! Je fais péter ma tournée !

 

 

Primidi 11 pluviôse 222

 

Merci à Chimulus

 

**************************

 

Cio François Cavanna, mon Maître...

 

 

28/01/2014

Au bistro de la toile : l'Ukraine pour les nuls !

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Ah ! Victor, v'la le Poutine qui rencontre aujourd'hui nos redoutables « patrons » de l'Europe: Barroso et Van Rompuy, épaulés par la sulfureuse Ashton ! P'teng, il doit être impressionné le tsar !

 

- A peu près autant qu'un renard dans un lapinier... Sujet obligatoire : l'Ukraine.

 

- J'y comprends rien à ces histoires d'Ukraine, Victor. Pourtant, «ça m'interpelle » comme on doit dire en nov'langue. Disons que ça me fait réfléchir : ces gens manifestent depuis des semaines, dans un froid de canards sauvages, face à des légions de bourres particulièrement brutaux. Et ceci pour qui, pourquoi ? Pour se rapprocher de...l'Europe !

 

- J'ai les mêmes interrogations que toi Loulle. Nous, à longueur de palabres, à longueur de colonnes, nous crachons sur cette Union Européenne que nous rendons responsables de tous nos maux. Et pendant ce temps, à trois heures d'avion de chez nous, des gens rêvent de l'intégrer et certains se font tuer pour la rejoindre. Je t'avoue que cela me met un coup sur la cafetière. Bouffis dans notre confort, nous avons oubliés que c'est grâce à l'Europe – même mal foutue, même exécrable sous certains aspects – que nous sommes en paix, en PAIX depuis soixante ans. Et nous ne voulons pas voir que si l'Europe disparaît en tant qu'institution, il ne faudra pas vingt ans pour que la France et l'Allemagne deviennent de nouveau ennemis ! Je dis bien ennemis Loulle. Avec tous les germes de catastrophe que cela implique...

 

- J'ai fait le même raisonnement que toi Victor. Mais l'Ukraine ? Qu'est-ce qu'on en fait de ces gens qui rêvent de nous rejoindre ? On leur dit merde ? On les laisse sous la coupe des Ruskofs ?

 

- C'est pas facile Loulle. Géographiquement, l'Ukraine est située entre la Russie et une ligne frontière formée par la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie et la Roumanie. Autrement dit, entre la Russie et l'Union européenne, entre Moscou et Bruxelles. Cette dichotomie se retrouve au niveau de la population comme de l’économie. La moitié ouest de ce grand pays de près de 50 millions d'habitants est très proche de l'Europe et est peuplée de gens qui parlent la langue ukrainienne. Mais la moitié est et la Crimée sont proches de Moscou et sont peuplés d'une majorité de russophones. Le président actuel – élu (presque !) démocratiquement ne l'oublions pas – appartient à cette population de l'est.

Économiquement, l'ouest est agricole, mais c'est à l'est que se trouventtoutes les grandes entreprises, en particulier la sidérurgie et les métallurgies lourdes, ayant besoin de se moderniser (donc de l'Europe) mais largement tributaires de la Russie en tant que marché. Par ailleurs, les Ukrainiens ont sous les yeux l'exemple de la Pologne, pays voisin équivalent : à la sortie du communisme, disons l'année 1990, le PIB par tête de l'Ukraine (exprimé en euros courants) représentait 92 % de celui de la Pologne. Vingt ans plus tard, il équivalait à moins d'un quart. Entre les deux ? Réformes politiques et économiques d'un côté, glaciation et corruption de l'autre. Mais surtout Europe d'un côté, isolation de l'autre... Enfin, l'économie de l'Ukraine est largement tributaire du gaz russe...dont les robinets sont à Moscou ! Poutine les tient par là.

 

- Alors, on les laisse tomber ?

 

- Sûrement pas, mais il serait dangereux et d'une hypocrisie sordide de leur faire miroiter une adhésion que Moscou n'acceptera jamais.

 

- Pourquoi ?

 

- Pour des raisons qui ne sont pas économiques. La Russie aurait elle-même tout intérêt à intégrer une vaste zone de libre-échange européenne « de l'Atlantique à l'Oural » comme disait De Gaulle, et même de Lisbonne à Vladivostok. Mais le « niet » est à un autre niveau.

 

- Explique.

 

- Eh bien l'adhésion de l'Ukraine à l'Europe s'accompagnerait logiquement d'une adhésion à l'Otan ! Et ça – la présence d'une alliance militaire sous la coupe des USA à leur frontière - les Russes ne l'accepteront jamais.

 

- Autrement dit, derrière ce pataquès, on trouve encore les griffes des yankees... Bon. A la nôtre tout de même !

 

 

Nonidi 9 pluviôse 222

 

Merci à Chimulus

 

27/01/2014

Il s'en est passé des choses ce ouiquinde !

manif nuit.jpg

 

 

 

Des futiles : les péripéties sentimentales de Normalou... On s'en fout.

 

Des utiles : le ministère de l’Agriculture s’engage à exclure les semences de ferme de la loi sur la contrefaçon. Le gouvernement a fait une déclaration claire : « il présentera un amendement afin que les semences de ferme ne soient plus concernées par la loi contre les Contrefaçons ». C'est sans conteste une victoire du bon sens contre la volonté de main-mise des multinationales semencières. Une victoire de Kokopeli et de la Confédération paysanne. Une victoire des paysans face à l'agro-industrie mais aussi une victoire des citoyens qui refusent de céder leur droit légitime à une alimentation saine et variée aux monstres cupides de l’agroalimentaire multinational. Attendons tout de même le texte de loi, car les lobbies sont déjà à l’œuvre.

 

Des dangereuses : la manif de tout ce que la France compte de fachos : groupuscules d'extrême-droite, FN, ultra cathos, royalistes, admirateurs de Dieudonné, quenellistes, bonnets rouges manipulés par le patronat le plus cupide, anti mariage-pour-tous, anti-IVG, putchistes ouvertement revendiqués et tutti quanti. Ces gens-là sont les ennemis déclarés de la république. Il ne s'agit pas de finasser avec cette lie de la nation, Valls. Si tu veux dérouiller les articulations de tes flics, c'est le moment de taper et de taper fort. Pas d'indulgence ni de molesse avec les ennemis de la liberté.

 

Des réjouissantes : en Tunisie, l'Assemblée nationale constituante a définitivement adopté, tard hier soir, la nouvelle Constitution du pays qui jette les bases d'un État authentiquement démocratique. Tous les Tunisiens et Tunisiennes s'y retrouvent. Pour la première fois dans le monde arabe, ce texte fondateur introduit un objectif de parité entre hommes et femmes, notamment dans les assemblées élues. De plus la place de l'Islam est reconnue mais n'est pas prépondérante. Un grand bravo aux Tunisiens et Tunisiennes pour leur combat exemplaire.

 

Des qui flanquent un grand coup de pied au cul aux peine-à-jouir du soi-disant « déclin français » : la victoire formidable de cette équipe de France de hand-ball qui renverse tout et tous sur son passage, avec la niaque et le sourire en plus.

 

Des toutes personnelles : les langoustes à l'armoricaine et le baeckeofe étaient excellents et ont réjoui tous mes invités !

 

Elle est pas belle la vie !

 

 

Octidi 8 pluviôse 222

 

Illustration X – Droits réservés

 

24/01/2014

François et François fêtent la saint François...de sales!

François chez le pape Cambon.jpg

 

 

 

 

- Ah ! François, mon fils, l’église a une fille ainée bien délurée…

 

- Oh ! François, je ne savais pas que ma mère avait fauté avec toi. Alors t’es mon père ? Et maman m’a toujours caché ça ? T’as raison François. La France est une trainée qui se roule sous n’importe qui.

 

- François, tu sens le parfum. Mais ce n’est pas une odeur de sainteté. J’ai appris que non seulement tu te roulais dans le stupre et la fornication avec une créature divorcée et en dehors du saint sacrement du mariage, mais qu’en plus tu trompais ta compagne fugitivement, en scooter, comme un séminariste attardée.

 

- François, la gaudriole est une spécificité française, au même titre que le camembert, le vin rouge et la baguette. Moi président, je me dois d’être à la hauteur de mes glorieux anciens, du président Fallières au président Chirac en passant par le président Giscard.

 

- Bon. Assez de politesse François, ne perdons pas de temps, j’ai une messe à dire. Alors comme ça tu permets même aux invertis de se marier entre eux ! Tu acceptes et même aggraves l’assassinat des créatures de dieu dans le ventre de leur mère, tu envisages de tuer les mêmes créatures de dieu en fin de vie. Mais qui es-tu François ? Un monstre ? Serais-tu l’antéchrist ?

 

- D’accord François, ne perdons pas de temps. Moi j’ai rencart avec ma Julie à la villa Médicis. Dis, François, si on parlait de tes évêques pédophiles ? Si on parlait des petits enfants de cœur auxquels tes employés font gouter du goupillon ? Si on parlait de ces millions de pauvres malheureux qui meurent du sida parce que toi, ou en tout cas tes prédécesseurs, interdisent le port du préservatif ? Qui est le monstre ? Qui sont les assassins ? Crois-tu que le juif que vous révérez ne serait pas plus ouvert d’esprit ?

 

- Ah ! François, changeons de sujet. Les pauvres malheureux, chez toi, ont une idole, et ce n’est pas un banquier mais un homme de foi, un homme de chez nous, c’est un prêtre, l’abbé Pierre.

 

- Un grand républicain croyant, François, l’abbé Pierre. Tout comme Coluche, autre grand républicain athée. La France est laïque François. Elle respecte toutes les religions  – que je considère personnellement comme étant des névroses collectives – mais dans la sphère strictement privée, et elle n’en privilégie aucune. Je viens te voir, comme je vais voir les représentants des musulmans, des juifs, des bouddhistes et bien sûr des mécréants qui, ne t’en déplaise François, sont largement majoritaires en France. Quant aux banquiers, François, je te sais gré du coup de balai que tu sembles vouloir donner dans le panier à crabes qui gravite autour de ton Etat d’opérette. La banque, chez toi, c’est surtout une machine à laver l’argent de la mafia, le fric de la drogue, de la prostitution, du trafic d’armes, du racket. Si tu y arrives, François, presque, je me convertirais !

 

- Alors je vais faire en sorte de récupérer ton âme mon fils.

 

- Dis, papa, avant de partir, puis-je te demander quelque chose ?

 

- Bien sûr mon fils, demande, demande.

 

- T’aurais pas un carton de vin de messe ? Avec ça, j’espanterais ma Julie !

 

- Bonum vinum laetificat cor hominum, François ! Ton souhait sera exhaucé.

 

- Secula secondum. Amène…

 

 

Quintidi 5 pluviôse 222

 

Illustration : Merci à Cambon

 

23/01/2014

Au bistro de la toile : loi contre le cumul des mandats.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Eh ! Victor, t’as vu : ils l’ont votée finalement cette fameuse loi contre le cumul des mandats. C’est plutôt une bonne chose, non ?

 

- C’est évidemment ne bonne chose Loulle, mais c’est bien trop timide, bien trop restrictif. Parce que si elle interdit le cumul d’un mandat de parlementaire avec celui de maire ou de président d’une grande institution régionale, elle passe à côté de ce qui crée ce cancer de notre démocratie qu’est le cumul dans le temps des mandatures. Ce qui génère des dynasties de parlementaires, de maires, de président de conseil généraux, voire régionaux. Pourtant cette limitation dans le temps de l’exercice du pouvoir a été voté en commission des lois, bien que pour les seuls parlementaires, laissant la bride sur le cou aux maires. Mais elle a été évacuée dans la loi sur ordre du gouvernement.

 

- Tu parles, tous en croquent. Combien sont-ils, en France dans cette « classe politique » qui se coopte, se conforte, se tient par la barbichette par toutes sortes de connivences et de compromissions, au-delà des clivages politiques. La gamelle est trop bonne : on fait semblant de se carcagner, mais sur l’essentiel – privilèges des élus, régimes retraites très particuliers, etc. – ils se retrouvent toujours !

 

- C’est ça la professionnalisation de la politique. Être élu est devenu un métier juteux. Et cette professionnalisation a généré une oligarchie – en grec : commandement de quelques uns – de quelques centaines de politicards, en majorité mâles, qui se partagent les mandats parlementaires et territoriaux… Ce sont des gens qui vivent de la politique, qui confisquent le pouvoir, le pognon, et la parole. Ceci concerne 81% des sénateurs et 85% des députés ! Si tu veux la liste des champions toutes catégories, tu l’as là : lien 

 

- Cet accaparement de tous les postes par des gens sortis du même moule- énarque-fonction publique- enseignement - sclérose la vie politique.

 

- Ce n’est pas avec cette loi au rabais que l’on retrouvera la vision politique de Robespierre : « un ordre de choses (…) où l'ambition soit le désir de mériter la gloire et de servir la patrie; où les distinctions ne naissent que de l'égalité même; où le citoyen soit soumis au magistrat, le magistrat au peuple, et le peuple à la justice; où la patrie assure le bien-être de chaque individu et où chaque individu jouisse avec orgueil de la prospérité et de la gloire de la patrie; où toutes les âmes s'agrandissent de la communication continuelle des sentiments républicains, et par le besoin de mériter l'estime d'un grand peuple. »

 

- Allez. A la nôtre tout de même.

 

 

Quartidi 4 pluviôse 222

 

Merci à Chimulus

 

21/01/2014

Classe politique, médias… Je t’aime. Moi non plus !

canards laquais.jpg

Un bel étalage de canards laquais(és)

 

Ils sont pas beaux, eux ! On dirait les ravis de la crèche… « Eux », ce sont les bavards des  canards laquais et de la presse purée. Ce qui les fait tomber sur le cul, c’est qu’une enquête « auprès d’un échantillonnage représentatif de la population française » vient de révéler (?!) une fois de plus le rejet massif de la « classe » politique et de la presse.

 

La classe politique… Tout est dit dans ce terme. Cette classe, c’est le tiroir du haut. Non, t’en fais pas, tu n’y es probablement pas toi, moi non plus ! Pour être dans cette « classe », il faut être passé par les usines à « élites » de la république : ENA, Polytechnique, Sciences-Po, HEC et quelques autres « grandes écoles » se comptant sur les doigts de la main. A défaut, il est convenable d’être enseignant, fonctionnaire ou toubib. Mais il est totalement rédhibitoire pour espérer intégrer cette « classe » d’être ouvrier, paysan, employé, voire chef de petite et moyenne entreprise, commerçant ou artisan. Bien sûr, il y a le passage – hélas encore obligatoire ! – par le suffrage de la populace. Mais avec les thunes, l’entregent, les coteries encore appelés « partis politiques » et une bonne dose de mauvaise foi et surtout peu de scrupules, on y arrive ! Une fois qu’on y est, dans cette classe, le principal c’est de s’y maintenir. Comment ? En mettant en place des réseaux de clientélisme, en jouant sur la distribution bien ciblée de prébendes, avantages, bonnes places, appartements, etc. Une mienne connaissance de cette « classe » m’avouait un jour que 70% des réflexions et des actions d’un élu ont pour principal but : être réélu !

 

Un seul moyen de contrecarrer le rejet de ce qui est devenu une caste considérée par la « populace » comme corrompue et essentiellement préoccupée de ses propres intérêts plutôt que de l’intérêt public : la suppression radicale du cumul des mandats ET des mandatures. La politique n’est pas un métier mais un honneur et surtout un altruisme, quasiment un sacerdoce. Un seul mandat, une seule mandature. Et basta !

 

Les mêmes journaleux s’étonnent de la perte quasi-totale de crédibilité des médias. Pourquoi cette défiance envers les médias ? Pour une raison bien simple : les médias appartiennent à des groupes financiers et à des marchands d’armes ou de béton, tous chantres et acteurs du capitalisme ultra libéral. À la Libération, sous l’égide du Conseil National de la Résistance, on ne parlait que de mettre les journaux à l’abri des puissances d’argent, de protéger leur indépendance. Mais au fil des années, cette louable ambition s’est effilochée. Aujourd’hui, les Arnault, les Dassault les Pigasse, les Lagardère, les Pinault, les Bolloré et autres « seigneurs » dont l’inévitable Tapie contrôlent la presse nationale via leurs holdings aussi opaques que rémunérateurs. Notons tout de même quelques exceptions qui confirment la règle et portent à bout de bras l’honneur des journalistes : le Canard enchainé, le Monde Diplo et - ??!! –Marianne. Un espoir s’est levé récemment avec l’apparition de journaux en ligne comme Rue89, Médiapart, Agoravox. Jusqu’à quand ? Rue89 est tombé dans les pattes du Nouvel Obs qui a oublié depuis longtemps qu’il fut un exemple d’indépendance.

 

Dès lors que la grande majorité des médias est à la solde des marchands d’armes, des bétonneurs et des prédateurs financiers, les journalistes – s’ils veulent bouffer et continuer d’exercer un métier somme toute fort agréable – n’ont qu’un choix : fermer leur gueule ou lécher le cul de ceux qui les paient.

 

Il faut savoir aussi que vous, moi, mettons la main à la poche pour permettre l’existence de cette presse purée. A travers des aides que l’Etat (nos impôts) distribue généreusement en raison inverse de l’intérêt des journaux.

 

Apprenez que l’indispensable Closer touche 558.619 euros par an soit autant que le Canard enchainé (556.958) et que Gala (527.810) et 3 fois plus que Le Monde Diplomatique (188.339) ! Sachez encore que des journaux aussi indispensable au débat d’idée que les magazines de programmes télé se gavent : TV GRANDES CHAINES : 1.028.810 euros ; TELE POCHE : 1.706.328 ; TELECABLE SATELLITE HEBDO : 3.290.234 ; TELE Z : 3.710.026 ; TELE LOISIRS : 4.563.698 ; TELE 7 JOURS : 6.925.596.

Sachez enfin que Le Monde (des hommes d’affaires et banquiers Bergé, Niel, Pigasse) touche : 18.685.441 euros ; Le Figaro (du marchand de bombardiers Dassault) : 18.263.664 ; Le NOUVEL OBSERVATEUR (récemment racheté par les mêmes du Monde) : 9.320.731 ;  TELERAMA (du même groupe Le Monde): 10.366.035 ; LIBERATION (du banquier Rothschild): 10.071.968 euros.

 

A vot’ bon cœur, m’sieur dames !

 

Duodi 2 pluviôse 222

 

Photo X - Droits réservés

 

20/01/2014

Je paie, tu paies, il pollue, nous payons, vous payez, ils polluent…

réchauffement climatique dessin.jpg

 

Dans le sud, il pleut comme vache qui pisse, avec inondations, glissement de terrain et autres joyeusetés ; en Australie, tout crame ; aux Zétazunis, c’est du moins 40°C et de la neige en veux-tu en voilà.

 

Ben ça a une cause ça Môssieu : le changement climatique. Et quelle est la cause de ce réchauffement climatique ? Les activités humaines qui salopent l’atmosphère en balançant à pleine palanquées des millions de tonnes de gaz carbonique.

Le quotidien en ligne Médiapart vient de publier une enquête particulièrement fouillée sur les principaux pollueurs français, donc sur les premiers responsables hexagonaux de ces dérèglements. Lien 

Le palmarès des plus gros pollueurs climatiques sur le territoire national, d’après Médiapart, est celui-ci : le groupe de métallurgie Arcelor-Mittal et l’énergéticien EDF arrivent loin devant les autres, avec respectivement 19 et 16,5 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent de 18 % et 16 % de l’ensemble, selon nos estimations. Ils sont suivis du pétrolier Total (9 % des émissions totales de CO2), de l’énergéticien allemand E.ON (5 %), du groupe GDF-Suez (4 %), du spécialiste des matériaux de construction Lafarge (4 %), du pétrolier ExxonMobil (4 %). Suivent ensuite le cimentier Italcementi, le producteur de chaux Lhoist et le cimentier Vicat.

EDF arrive à la deuxième place. Bonjour le bourrage de crâne de notre champion de l’électricité nucléaire « propre » ! Mais il est largement battu par les entreprises du sardar Laksmi Mittal. Les sites Arcelor-Mittal de Dunkerque et de Fos-sur-Mer produisent de l’acier liquide, dont la fabrication requiert une consommation massive de charbon afin d’obtenir des températures très élevées. Ils rejettent chacun une quantité colossale de dioxyde de carbone, respectivement 11,2 et 7,1 millions de tonnes. Ils sont de très loin les sites les plus émetteurs du pays. 

Ouais, mais s’il pollue, le sardar Laksmi Mittal, il doit payer en conséquence à travers le marché des « droits à polluer » ( !!!). C’est quoi ce truc ? Pour se conformer en partie au Protocole de Kyoto, sous la pression des lobbies capitalistes, certains pays, dont l’Europe, ont mis en place un « marché carbone » qui fonctionne comme une bourse. Les entreprises polluantes reçoivent gratuitement bien sûr de la C.E., à travers le gouvernement français, des allocations annuelles de « tonnes de carbone » à rejeter. Si l’entreprise recevant cette allocation dépasse son quota, elle doit soit arrêter son activité, soit…acheter sur ce marché des « tonnes de carbone » à d’autres entreprises, plus civiques, qui ont mis en place des processus plus écologiques et donc qui ont des « tonnes de carbone » à vendre. C’est ça le marché de la pollution. Autrement dit on peut se faire beaucoup de thunes en étant civique et écolo.

 

C’est bien non ? Ben voyons… Ce marché donne lieu à de gigantesques magouilles touchant non seulement le carbone mais d’autres saloperies issues de l’industrie chimique lien   Et Mittal, il est champion dans ce domaine de magouille. Comment ? Vous allez comprendre. Les allocations carbone entreprise par entreprise sont allouées par les gouvernements nationaux et sont fixés pour plusieurs années sans tenir compte de l’activité réelle du site. Alors qu’est-ce qu’il fait le sardar Mittal ? Il va voir les gouvernements français, belge, luxembourgeois, espagnol et leur tord les couilles : « vous m’allouez tant de tonnes carbone ou je ferme mes usines chez vous ». Voilà comment le sardar Mittal touché chaque année, pour le seul site de Florange, 4 millions de tonnes de CO2.

 

Bon. Et ça veut dire quoi ?

 

Eh bien lorsqu’une usine est à l’arrêt, Mittal touche quand même ses tonnes carbone. Il les économise donc et peut les revendre sur le marché ! Voilà pourquoi le sardar ferme, puis redémarre des usines. Mettre un haut-fourneau à l’arrêt, c’est que du bonheur pour le sardar Mittal : il thésaurise des « tonnes carbone » et les salariés sont mis au chomdu partiel (http://www.emploi.gouv.fr/dispositif/activite-partielle-longue-dureee-apld) payé par qui ? Par vous, par moi, et très peu par Mittal. A la sortie, ces arrêts de site lui rapportent sans rien faire beaucoup, beaucoup de sous : sur le marché, à la fin de 2012, la tonne s’échangeait à 6,4 euros. Ainsi, rien que pour Florange, Mittal a ainsi encaissé 30,7 millions d’euros ! Mais le sardar fait pareil partout où il a mis ses billes (Arcelor bouffé à l’été 2006 par une OPA hostile, ne l’oublions pas, avec assentiment du gouvernement de l’époque). Sur ses sites européens, à coup d’arrêts partiels, Mittal a ainsi accumulé un bonus de 123 millions de tonnes de carbone. Soit l’équivalent de 1,58 milliards d’euros ! Elle est pas belle la vie ?

 

Comme on arrive au moment de l’attribution des nouvelles allocations carbone pour les 4 ans à venir, et que Mittal ne pourra pas refaire ce coup fabuleux, il ferme définitivement, fout le camp et ouvre ailleurs dans des pays qui n’ont rien à foutre du protocole de Kyoto des aciéries avec le pognon qu’il nous a pris. Et lorsqu’on aura besoin d’acier, il faudra le lui importer !

 

Vous avez suivi ? Qui est-ce qui l’a dans l’oigne ?

 

Nous.

 

Et qui est-ce qui paie la vaseline ?

 

Nous encore.

 

Primidi 1er pluviôse 222

 

Illustration X - Droits réservés