Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/02/2012

Cochon qui s'en dédit !

cochons trois.jpg

 

Ben, mon cochon !

 

« Des chercheurs britanniques et australiens ont étudié la santé de trois groupes de cochons. Les premiers étaient à l’extérieur, pouvant se salir à loisir. Les seconds étaient ensemble, à l’intérieur d’un bâtiment. Les troisièmes étaient à l’isolement et bourrés d’antibiotiques.

 

Résultat sur la part de bactéries intestinales renforçant l’immunité et la résistance de l’organisme porcin aux maladies : 90% pour le premier groupe, 70% pour le second, 50% pour le troisième. Moralité : mieux vaut soumettre son corps à rude épreuve que le protéger à outrance. Un porc en bonne santé est un porc sale. »

 

Pour moi qui suis aussi cochonophile que cochonophage, voilà une info qu’elle est sympa !

 

Le cochon – gloire à lui – est un animal fort propre et bien organisé. Dans une autre vie, alors que j’étais bucheron dans l’Ariège, j’ai élevé un cochon. Pompidou on l’appelait et sa maison était tout naturellement dénommée Elysée. Tous les dimanches, j’invitais quelques rudes amis coupeurs de bois ou paysans à trinquer chez Pompon à l’Elysée. Pompon avait le coin où il dormait, dans de la paille très propre ; le coin où il mangeait, correct bien qu’il laissât parfois quelques reliefs qu’il n’appréciait pas ; enfin l’endroit où il chiait, éloigné des deux premiers. Faut dire qu’il avait de la place. Et il n’était pas malade le  bougre ! Nous avons aimé Pompon jusqu’au bout, jusqu’à la dernière rondelle de saucisson.

 

Lorsque je trainais mon Nikon au Vietnam, les troufions ricains - dont pratiquement toute la nourriture arrivait des Zuhessa et qui chassaient la bactérie plus efficacement que le Viet – choppaient toutes les maladies qui passaient. Moi, bouffeur de tout, pas du tout intégriste de l’hygiène, je n’ai jamais été malade. Même pas des amibes, juste une traditionnelle chaude-lance…

 

Alors, lavons-nous mes mains bien sûr, mais ne nous cassons pas trop le cul pour ces questions de « propreté ». D’autant plus qu’il faut économiser l’eau !

 

Pour ça, je suis exemplaire : je ne bois que du vin.

-         « Et pour te laver me direz-vous, comment tu fais Victor ».

-         Ben ! C’est simple, je pratique le nettoyage à sec.

-          ????? C’est quoi ça ????

-         Je me gratte…

 

Quintidi 25 pluviose 220

 

Photo X - Droits réservés

12/02/2012

Ouiquinde gastronomique: sac d'os !

sac d'os 2.jpg

 

Le sac d’os

 

- Dis-moi, sais-tu, petit, ce que c’est qu’un sac d’os ?

- C’est une jeune fille qu’est pour sûr pas très grosse…

- Ce parallèle-là n’est vraiment pas galant,

Pour la gent féminine, c’est bien désobligeant !

Non, petit, un sac d’os, même si c’est étrange,

C’est un plat délicieux, paysan, que l’on mange

Au fond de nos campagnes lorsqu’on tue le cochon

Et non pas les appâts d’une maigre Fanchon.

Coupe en petits morceaux les os des côtelettes

En laissant de la viande, et pas qu’une lichette,

Coupe aussi tout petit un bon kilo de couennes

Met la queue du cochon, un peu de péritoine,

Dans une grande jatte, mélange tes parcelles

Avec de l’ail pilé, thym, laurier, poivre et sel.

Généreux sur le sel pour conserver le met,

Tu laisses reposer pendant que tu soumets

L’estomac du cochon à quelques tours de mains :

Retourner, bien gratter au couteau et laver

Soigneusement le tout dans de l’eau vinaigrée.

Puis tu remets d’aplomb cet estomac-saquette

Dans lequel tu ensaches couennes et côtelettes.

Tu fermes le sac d’os en cousant les entrées,

Saupoudre de gros sel et conserve aux frais.

Après trois quatre jours tu dessales une nuit

Alors, dans beaucoup d’eau, tu vas le faire cuire

Serre-le dans un linge pour ne pas qu’il éclate

Et à tout petit feu il mijote sans hâte

Trois ou quatre heures au moins pour qu’il s’épanouisse.

En bouche alors, petit, c’est un feu d’artifice !

Cessons pour aujourd’hui ce conte culinaire

Ma tripe est assoiffée, remplis ras bord mon verre

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi l coupe et la bonbonne !

 

 

Quartidi 24 pluviose 220

 

Photo X - Droits réservés

 

08/02/2012

Au bistrot de la Toile : avenir…

climat

 

- Tè ! Je vais un peu vous gâcher l’apéro…
« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » disait le Grand Rabelais. Merde ! Il a fallu des milliards d'années pour en arriver là où nous en sommes, à ce degré d'évolution qui a permis l'apparition de la conscience humaine; et nous, en quelques décennies de « civilisations » (au pluriel, n’en déplaise au pauvre Guéant), on fout tout par terre avec des technologies à la con irrespectueuse non seulement de l'environnement mais de la vie même. Sommes-nous cons à ce point ? Sommes-nous suicidaires? Le « confort moderne » nous a-t-il anesthésié les boyaux de la tête ?

- Oh ! Victor, bois un peu de tisane de Sainte-Marthe : le « fly » contient de la badiane, constituant essentiel du Tamiflu. Ça te soignera le tracsir !

- Merci Loulle. Quand même, il faut regarder les choses en face : la vie est en danger de mort. Jamais dans toute l'histoire de la planète on a vu, en si peu de temps, une telle hécatombe parmi les espèces animales et végétales. La biodiversité, toute la richesse de cette planète, en prend un sacré coup! Et les choses ne vont pas aller en s'arrangeant. Tout ce que nous connaissons va s'appauvrir, se rétrécir. Le monde va devenir petit. Les forêts primaires vont disparaître à jamais. En 2030, il n'en restera que de rares vestiges. Des communautés humaines ancestrales sont fauchées, victimes de la déforestation, et dans leur sillage leur connaissance directe du vivant libre. Comment vivrons-nous en 2030 ? Comme dans le fameux film « Soleil vert » ?

- Eh ! Oh ! Victor, on te voit venir, tu vas nous gonfler avec le « réchauffement climatique » alors qu’on se gèle littéralement les aliboffis… Alors lâche-nous les « moon-boots » avec ça !

- Chante coco ! Chante ! Ça ne durera pas. Si on se gèle les couilles, c’est AUSSI une conséquence du réchauffement. Si le Gulf-Stream se met à faire la sieste, on aura le climat du Canada, vu que Paris est à peu près à la latitude de Montréal ! La pollution de l'atmosphère est telle que la végétation et les océans ne sont plus capables aujourd'hui d'absorber l'excédent de gaz carbonique et autres gaz à effet de serre. Résultat : le réchauffement climatique bouleverse le fragile équilibre, les cyclones dévastateurs se multiplient, la désertification augmente, le climat se dérègle à la vitesse grand V... Et ça va encore aller plus vite puisque les Chinois, les Indiens, les Brésiliens et les autres sont aussi cons que nous et veulent rouler en voiture particulière, rejetant dans l'atmosphère ce qui reste de pétrole ! Bref on ne sait pas jusqu'à quel point la température va monter. Ce qu'on sait, c'est qu'il y a 250 millions d'années, 8 degrés seulement ont suffit pour anéantir 95% de la vie terrestre. Comme dit l’ami Paccalet, « L’espèce humaine disparaîtra ? Bon débarras… » Mais en attendant, elle lapinise l’espèce humaine ! Responsable des maux actuels infligés à la Terre, cette espèce-là pullule. Mais pour combien de temps ? Sept milliards aujourd’hui, neuf milliards en 2050. Et après ? Ils mangeront peut-être, mais ils devront manger debout !

- Est-il encore temps ? Avons-nous encore la possibilité de choisir quel monde nous voulons pour nos enfants et les enfants de nos enfants ?

- C'est tout vu : nous voulons de l'herbe, des arbres, des fleurs, du vin, des bécasses à rôtir, des dorades, du miel, des canards gras. Nous voulons des sourires d’enfants, des belles femmes pulpeuses, des oiseaux et toutes sortes d'animaux insolites ou familiers. Nous voulons un air pur pour voir le ciel avec ses étoiles qui nous murmurent que la vie existe forcement ailleurs. Nous voulons que la magie du vivant opère grâce au respect des lois de la nature. Nous ne voulons pas qu'elle soit définitivement détrônée par un monstre absurde nommé profit à tout prix.

- Il nous reste combien de temps au juste ?

- Au moins le temps de remettre ma tournée. Amen (…moi à boire, ça m’a donné soif !)

 

Décadi 20 pluviose 220

 

 Merci à Chimulus

 

 

 

29/12/2011

Le corbeau et le lapin

 

lapin corbeau.jpg 

 

Un corbeau sur un arbre perché

Ne foutait rien de la journée.

Un lapin voyant le corbeau

L'interpella aussitôt :

« Moi aussi, comme toi, puis-je m'asseoir

Et ne rien foutre du matin jusqu'au soir ? »

Le corbeau lui répondit de sa branche :

« Bien sur, ami à la queue blanche,

Dans l'herbe tu peux te coucher

Et ainsi de la vie profiter ! »

Blanc lapin s'assit alors par terre

Et sous l'arbre resta à ne rien faire…

Tant et si bien qu'un renard affamé,

Voyant ainsi le lapin somnoler,

S'approcha du rongeur en silence…

Et d'une bouchée en fit sa pitance.

 

Moralité :

Pour rester assis à ne rien branler…

Il vaut mieux être très haut placé... !

 

Nonidi 9 Nivose 220

 

Illustration X - Droits réservés

17/11/2011

A Avignon : quand les vins primeurs font la Fête.

 

vins primeurs avignon palais papes.jpg

 

 

Tandis que claquent au vent du nord les oriflammes des Confréries vineuses, tandis que sonnent de joie les cent clochers de la cité, la Place du Palais des Papes retrouve pour une fugitive soirée ses fastes multicolores d'antan. Du temps où Avignon était capitale du monde, du temps où défilaient sous les abruptes murailles du plus grand palais gothique de la planète les ambassades chamarrées, colorées et bruissantes de musiques des grands et des puissants de la chrétienté.

 

Mais c'est grâce à Bacchus que la cité provençale - où Saint-Pierre, pour un temps accrocha sa barque - retrouve les fastes pour lesquels elle est née.

Bacchus, le dieu de la vigne qui préside chaque année, le troisième jeudi de novembre, aux grandes bacchanales données en l'honneur de la naissance du Vin Primeur !

 

Les cinq cents robes de satin moiré, de soies multicolores des membres de toutes les Confréries vigneronnes de la deuxième aire d'appellation de France remontent solennellement, sous les vivats de cette foule avignonnaise si friande de fêtes, la principale artère de la ville. Elles se regroupent en un fastueux kaléidoscope aux pieds des imposantes murailles du Palais des Papes, orgueilleusement paré des atours de la Fête.

 

Fête du vin primeur, du vin nouveau, du premier vin sorti en chantant des cuves encore frémissantes.

 

Fête du Vin, fête de Bacchus, fête de la joie de vivre, fête des vignerons dont elle chante la Gloire.

 

Gloire au vigneron, ce poète de la terre, ce magicien qui, d'arides cailloux fait naître le nectar préféré des dieux. Cet humaniste qui offre à ses prochains le moyen d'approcher la Lumière divine. Ce faiseur de vie dont la sueur féconde les entrailles de la terre. Ce paysan sacré qui crée le sang de Dieu.

 

Gloire aussi au Vin, ce dieu végétal qui prodigue généreusement à l'Homme la vigueur et l'esprit, l'humour et l'amour. Ce rassembleur qui rapproche en une communion dionysiaque les puissants et les humbles. Ce sésame du désir et du plaisir qui nous ouvre en chantant le cœur et le piège à bonheur de nos belles compagnes.

 

Gloire encore à la futaille, aux tonneaux, aux barriques, qui protègent, mûrissent et enfantent le Vin.

Et gloire à la bouteille, oblongue ou ventrue, dont la panse repue est une récompense.

 

Gloire au modeste bouchon, gardien de joie et d'éternité, dont le pop joyeux est un signal de Fête.

 

Gloire au hanap, au verre, au calice, au taste-vin et à la Coupo Santo, ultimes véhicules entre le Vin et l'Homme.

 

Gloire enfin aux Buveurs, mes frères,  qui envahissent la Place et cherchent en se serrant l'espace qui dispense généreusement le Premier Vin.

 

Voilà ce qu'est la Fête des Vins Primeurs en Avignon où l'on chante, où l'on danse, où l'on épanche en beauté les plus larges soifs !

 

Septidi 27 Brumaire 220

 

 Photo X - Droits réservés

27/10/2011

7 milliards ! Nous sommes 7 milliards ! Olé !

 

camions bourré de gens et bagages radiofrance.jpg

 

Démographie démente, cause de tous les maux. Savez-vous que pour chaque battement de notre palpitant, trois bébés naissent quelque part dans le monde ! Essayez d’imaginer ce fleuve, cette marée de nouveaux venus braillards sur cette pauvre boule de plus en plus puante qu’on appelle Terre !

 

Ouais, me direz-vous. Mais pendant ce temps, il y en a un paquet qui passent l’arme à gauche et vont servir de patapon aux asticots. Allez les vers ! C’est vrai. Mais il n’en meurt qu’un lorsqu’il en naît trois ! On est loin du compte… Plus de 4 marmots par seconde qui réclament tout de suite à bouffer. Soit 250 par minute, 15.000 par heure, 360.000 par jour, 131 millions par an, autant que la France, l’Italie et le Bénélux réunis ! Et comme il ne meurt « que » 58 millions d’homo sapiens (homme sage ! ! ? ?) par an, ça nous laisse un confortable « bénef » d’environ 73 millions supplémentaires chaque année — l’équivalent de l’Allemagne, pays le plus peuplé d’Europe ! — de bouches supplémentaires à nourrir… Comme ces bouches viennent principalement dans des pays où on crève déjà de faim, vous voyez le tableau. Et en 2050, le nombre sera de 9 milliards, cette augmentation de 2 milliards se faisant essentiellement de l’Afrique sub-saharienne jusqu’au Pakistan.

 

Lorsque ces pays sortent de la misère, comme la Chine actuellement et l’Inde, ils veulent accéder au « progrès » que représente la manière de vivre occidentale. Ça va en faire des bagnoles qui cracheront leurs gaz pourris, des forêts qu’il faudra couper pour leur fournir des salons de jardin en teck et des tonnes de pubs débiles, des poissons qu’il faudra pêcher pour leur procurer du patapon pour leurs chien-chiens… Vive la croissance ! « Croissez et multipliez-vous » qu’il a dit l’autre. Ouais… Jusque dans le mur ! Et le mur, ce sera un coquetèle agréable de guerres pour l’eau, de catastrophes naturelles, de bonnes et belles épidémies… Tout ça orchestré par de gras et gros dictateurs qui pueront autant du cerveau que des pieds ! Les imbéciles heureux disent : « Allons ! Avec les OGM, on pourra nourrir tout ce monde… » Mouais… Ils mangeront peut-être, mais ils seront obligés de manger debout !


Eh ! Il est temps de conseiller à nous-mêmes et à nos congénères — ces mammifères omnivores qui ne se différencient des autres animaux que par leur faculté de boire sans soif et d’être en chaleur tout au long de l’année — cette évidence :  capotons-nous le créateur ou pratiquons l’autocoïtpalmaire !

 

Cette surpopulation combiné aux changements climatiques amène fatalement des mouvements migratoires qui ne peuvent aller qu’en s’amplifiant. Qu’en pensent les terriens ? Un sondage international passé totalement inaperçu laisse plus que dubitatif sur les capacités de nos « conterriotes » à faire de la place sur leur fromage… Je l’ai trouvé sur France-Inter : http://www.franceinter.fr/blog-le-blog-d-eric-valmir-immigration-le-sondage-dont-on-ne-parle-pas

 

 

Immigration : le sondage dont on ne parle pas

 

Sur un des thèmes les plus sensibles dans une période électorale, voilà une enquête ambitieuse dont les arrêtés, pourtant sujets à débats, n’ont inspiré aucun commentaire. Une étude internationale menée par l’Ipsos du 15 au 28 juin 2011 dans 23 pays auprès de 27 601 personnes âgées de 16 à 64 ans sauf aux Etats-Unis et au Canada (18-64 ans).

Global views on immigration cherche à mesurer la perception des citoyens face à la problématique complexe de l’immigration.

 

Premier tableau.

A la question, pensez-vous que l’immigration produit des effets positifs ou négatifs sur votre pays ? 14 % des français répondent « positifs », 54% « négatifs ». 

La vision négative est à 72% chez les Belges, 70 % en Afrique du Sud, 69 % en Russie, 64% en Grande Bretagne, 56% aux Etats-Unis et en Italie, 54 % en Allemagne et en France. … A l’inverse, Saoudiens, Canadiens, Japonais, Indonésiens et Brésiliens voient un impact positif. Les plus convaincus en la matière sont les Indiens !

 

Diriez-vous qu’il y a trop d’immigrés dans votre pays ?

Sans aucun doute pour les Russes (77%), les Belges (72%), les Britanniques (71%), les Italiens et les Espagnols (67%), les Argentins (61%), les Américains (59%), les Allemands (53%), les Australiens et les Français (52%) …  A penser le contraire, une majorité de Japonais, Polonais et Mexicains !

 

L’immigration pèse sur les services publics de votre pays (santé, transport, éducation)

D’accord disent 76% de Britanniques, 70 % d’Espagnols, 64% d’Australiens, 58 % d’Allemands, 56% de Français et d’Italiens, ….En revanche, désapprouvent cet axiome les Coréens du Sud, les Polonais, les Indonésiens et les Japonais.

 

Les immigrés rendent difficile l’accès à l’emploi dans votre pays !

Les Russes et les Britanniques se distinguent toujours. 75 et 62 % approuvent. Les Argentins et les Turcs à 61%, les Italiens et les Saoudiens à 52%....  En désaccord avec cette affirmation, les Suédois, les Polonais, les Mexicains, les Allemands et les Japonais. Position plus nuancée en France. 41% de OUI. 22% ni OUI ni NON. 34% de NON. Mais une majorité de sondés (41%)  considèrent que les immigrés encombrent le marché du travail

 

L’immigration améliore l’économie de votre pays !

Personne ne le pense vraiment, à l’exception des Brésiliens, des Canadiens et des Saoudiens. Faible pourcentage en France (24%) qui avec les Allemands (23 %) sont les plus sceptiques du continent Européen, les Hongrois mis à part (13%)

 

 

* * * * * *

 

 

Global views on immigration  a été publié au mois d'Aout, et en dépit des questions que soulèvent ses arrêtés, ils sont peu nombreux à avoir entrepris un travail d'analyse. Comment interpréter le fait que les sociétés anglo saxonnes communautaristes, le melting pot Australien, la République Française estiment qu'il y ait trop d'immigrés ?

Le géographe Christophe Guilluy, auteur de l'Atlas des nouvelles fractures sociales en Frances'en est d'ailleurs étonné dans les colonnes du Nouvel Observateur (édition du 22 septembre 2011).

Cette étude démontre t-elle l'influence des discours populistes sur les consciences ?

Pour le géographe, le baromètre Front National n'est pas le bon pour réflechir sur le résultat de cette enquête. "Plutot que de s'intéresser à ce que disent politiquement les gens, il faut regarder ce qu'ils font depuis 20 ans".

Les pratiques d'évitement résidentiel ou scolaire permettent aussi de mesurer le niveau de tolérance à l'immigration. "Dans nos sociétés multiculturelles, l'autre n'est pas soi, il reste l'autre. Il n'est pas forcément ennemi et étranger, il est l'autre.

 

Christophe Guilluy parle d'un séparatisme social. Le bobo parisien qui vote à gauche et contourne la carte scolaire s'inscrit dans la même démarche qu'un prolétaire du Nord qui vote Front National. L'un érige des frontières invisibles par ses choix résidentiels, l'autre qui n'a pas les moyens demande à un pouvoir fort de les mettre en place !

Le géographe rappelle qu'en juin 2011, 80 % des Français plaidaient un protectionnisme européen.

 

Et le social s'articule alors avec le culturel dans une grande confusion intellectuelle

 

 

Par Eric Valmir posté le 24 octobre 2011 à 23:28

 

Quintidi 5 Brumaire 220 

Photo X - Droits réservés

03/08/2011

Girolles !

Girolles Nicole.jpg
 
 
 

Hier j’ai mis mes grosses grôles

Oublié la bagnole

Et autres fariboles

Pour aller aux GIROLLES !

J’ai sauté des rigoles

Parmi les herbes folles

J’ai vu des lucioles

Des petites bestioles

Qui rampent et qui volent

Dans les airs, sur le sol.

Et alors, ma parole

Entre fayards et saules

J’ai trouvé mon pactole,

J’ai pas dit mon pétrole !

Je suis trop mariolle

Pour faire des idoles

Du sans-plomb, du gazole.

Je préfère mes guiboles

Qui font la farandole,

Avec ma belle Nicole,

Amoureuse et frivole,

Dont le doux entresol

Pousse à la gaudriole.

Zou ! Sors les casseroles

Sers-moi un coup de gnole

Et, c’est bon et c’est drole :

Dégustons les GIROLLES !

 

 

Sextidi 16 thermidor 219

 

 

 

 

11/07/2011

Vous avez aimé Fukushima (Japon), vous allez adorer Fort Calhoun (USA) en attendant Nogent, Palluel ou Tricastin (France)

fort Calhoun nucléaire inondé.jpg
 
 
 

La mafia nucléaire est en train de jouer à la roulette russe avec l’humanité, et pour plus de 1000 générations! A quand le crime contre l’humanité pour avoir utilisé délibérément des moyens techniques hautement dangereux, toxiques et mortels pour le profit du complexe nucléaro-industriel et un peu d’énergie si chère au final (8% de nos besoins globaux) ?

Cette mafia nucléaire, avec la complicité de pouvoirs politiques complices, ment systématiquement, délibérément afin de maintenir les populations dans l'ignorance des dangers incommensurables qu'elle leur fait courir? Pourquoi? Bêtise et orgueil de caste.

A Tchernobyl, c'était l'incompétence et la faiblesse des installations; à Fukushima, ce sont des événements extérieurs (tremblement de terre et tsunami) aggravés par la cupidité des propriétaires privés des installations. Mais connaissez-vous Fort Calhoun? Avez-vous seulement entendu parlé de ce nom dans les canards laquais, les lucarnes à bourrer les crânes et les machines à bruits? Si peu...

Fort Calhoun, c'est le nom d'une centrale nucléaire aux Etats-Unis. Cette centrale est située sur les rives du fleuve géant Missouri. Or il se trouve que ce fleuve est entré dans une période de crue que les autorités qualifient de millénaire. Cette crue dure depuis le mois de mai et la décrue n'est pas prévue avant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Et la centrale est inondée!

Que croyez-vous que fût la première décision des autorités en charges de la centrale? Faire le « black out » sur toutes les informations et abreuver les médias de communication truquée. S’il n’y avait pas eu la crue du Missouri, les médias n’auraient pas eu connaissance de l’état de la situation à la centrale nucléaire de Fort Calhoun et en toute discrétion les autorités auraient pu continuer à traiter en interne les problèmes et quels problèmes, puisqu’ils dépassent tout ce qu’il est possible d’imaginer pour la sécurité nucléaire !

La centrale est devenue une île! Plus d'autorisation de survol, accès uniquement par bateau et évidemment strictement encadré. Donc plus de journalistes emmerdeurs. Ça, c'est pour « endiguer » l'information. Circulez! Y a rien à voir! Pour le reste, les responsables en sont réduits à empiler des sacs de sables! A faire sauter les digues en amont de la centrale afin de tenter d'écrêter la crue. Des emplâtres sur une jambes de bois... Impéritie, imprévoyance, aveuglement, orgueil de caste, mépris des populations. On retrouve cet état d'esprit partout dans le monde des nucléocrates.

À la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, au Japon, l’opérateur avait moins d’une heure pour réagir à la catastrophe, à Fort Calhoun les responsables ont eu plusieurs semaines pour se préparer à l’inondation de la centrale. Tous les clignotants étaient au rouge, tous les responsables savaient et … rien n’a été fait. En juin 2010, les inspecteurs de la NRC (Nuclear Regulatory Commission) avaient écrit dans leur rapport sur la centrale qu’il n’y avait aucune préparation aux inondations, ils en avaient conclu qu’elles pouvaient engendrer des détériorations catastrophiques des conditions de la sécurité et que des protections d’urgences notamment avec des sacs de sables ne pourraient contenir une crue du Missouri

Concrètement, l’inondation de l’assise foncière de la centrale nucléaire a commencé le 21 mai, seuls des sacs de sables avaient été utilisés en protection. Depuis plusieurs jours la montée en charge de l’inondation qui s’est fortement accentuée a été associée à une succession d’incidents dont un incendie d’une installation électrique provoquée par l’eau qui a temporairement perturbé le refroidissement des barres de combustible usé stockées dans la piscine, ces événements ont nécessité une classification de niveau 1 sur 4 par la NRC.

Question : Et si la crue qui est en cours dépasse les prévisions que se passera-t-il à la centrale nucléaire de For Calhoun, en sachant que beaucoup d’installations névralgiques se trouvent au niveau du sol, voire en sous-sol ? Autre question : Qu’en est-il du stockage au sol des containers et assimilés qui sont actuellement submergés ? Les systèmes de refroidissement de secours ont déjà dû être utilisés. Et s'ils deviennent inopérant, comme à Fukushima? Fonte du cœur et tout le toutim, comme à Tchernobyl, comme à Fukushima. Comme un jour à Tricastin, Cruas, Palluel, Fessenheim, Nogent, etc.?

Les autorités n’ont plus conscience de ce qu’elles font, ni de ce qu'elles disent, elles semblent être dans ce que nous pourrions appeler le « délire nucléaire ».

Mais rassurons-nous, tout cela ne peut pas arriver en France, pays où les dangers nucléaires s'arrêtent aux frontières...

 

Photo X - Droits réservés

 

Tridi 23 messidor 219

30/06/2011

Jeannot ! Une bourriche d’huitres. Mais surtout pas des triploïdes !

Huîtres pour le web.jpg
 

 

Ce qui me manque, dans ma cambrousse lozérienne d’été, ce sont les fruits de mer. L’autre jour, j’ai acheté des moules…et j’ai dû en jeter la moitié. Quant aux huîtres, vaut mieux ne pas y penser. Alors l’autre jour, en remontant, je me suis arrêté chez mon pote Jeannot, à Mèze et j’ai acheté une belle caissette d’huitres de Thau. Mais des vraies, un peu laiteuse à cette époque sans « R », mais foutrement bonnes.

 

Pourquoi, me direz-vous, il y a des « vrais » huitres et des « pas vrais » ? Ben ouais… Mais pour comprendre, je vais vous raconter les amours des huitres. Le pied ! (Oh pardon, monsieur Tron !)

 

Ah ! Les amours des huitres ! Extraordinaire ! Ça fait rêver. Figurez-vous madame Huitre, aguicheuse. Elle s’ouvre largement comme une starlette en quête de contrat, dévoile ses dedans gracieux, montre subrepticement quelques portions de nacre délicatement irisées, les plus salopes dévoilent impudiquement une jolie perle… Et voilà qu’arrive monsieur Huitre. Excité comme un jeune abbé dans un couvent de jeune fille ou un kamikaze pensant, avant d’appuyer sur le bouton, aux soixante et douze vierges qui l’attendent les cuisses écartées, le string à la main ! Monsieur Huitre, il en peut plus. Il prend son pied (Oh pardon, monsieur Tron !) et balance la fumée dans une extase marine. Madame Huitre, ouverte et offerte, se gave du nuage de jus intimes de monsieur Huitre et connait enfin la grande secousse et le fameux petit frisson.

 

Heureuse, elle va couver sa progéniture avec sa belle chair laiteuse des mois sans « R ». Puis qu’est-ce qu’elle fait quand elle a chié ses lardons madame Huitre ? Qu’est-ce qu’elle fait ? Je vais vous le dire. Je vais vous le dire. Eh ! Oh ! Calmos. Faut pas s’exciter comme ça. Bon. Madame Huitre, ELLE CHANGE DE SEXE ! Elle devient monsieur Huitre ! Et monsieur Huitre, qu’est-ce qu’il fait après avoir pris son panard ? Ben vous allez me dire, il va pisser, il boit un coup, fume une clope puis il rentre chez sa femme. Comme tout le monde, quoi. Et bien non ! Monsieur Huitre, après avoir tiré son coup, il change de sexe ! Putaing ! Le pied (Oh pardon, monsieur Tron !)les mecs et les meufs, non ? Connaître les deux plaisirs ! Le rêve de tout jouisseur hédoniste…

 

Mais je m’égare. Oui et non. Pas étonnant qu’avec des mœurs pareilles, ces huitres-là se ramassent toutes les maladies honteuses qui passent. C’est comme ça que, jadis, les huitres plates ont chopé une ch’touille qui les a presque toutes flinguées, puis que leurs remplaçantes, les portugaises, ont subi le même sort, remplacées par les japonaises. Et celle-ci sont en train de crever d’une saleté d’herpès ! C’est la nature quoi…

 

Mouais… Sauf que.

 

Sauf que les producteurs d’huitres, ça les emmerdait les huitres laiteuses des mois d’été. Les clients n’aiment pas trop. Hors ils sont nombreux l’été au bord de la mer. Alors Ifremer, organisme de recherche et de régulation des produits de la mer, a fait travailler ses ingénieurs en blouses blanches sur une invention étazunienne. Ces braves gens n’ont pas fait de manips génétiques, non. Huitre OGM, ça fait un peu trop craignos… Ils ont travaillé non pas sur les gènes, mais sur les chromosomes. Ils font niquer une huitre normale « diploïde », à 2n chromosomes avec une huitre anormale « tétraploïdes » à 4n chromosomes, ce qui donne une huitre à 3n chromosomes dite « triploïde ». Donc pas OGM : on ne manipule pas les gènes, on augmente le nombre de chromosomes…Et cette « merveille », stérile,  se développe dans n’importe quelle eau, grossit plus vite puisque n’ayant pas à se reproduire, n’a donc pas la laitance qui n’est pas très vendeuse, et est commercialisable toute l’année. La poule aux œufs d’or ! Ces « choses » occupent actuellement le tiers du marché.  Les males triploïdes ne sont pas aussi veinards que leurs compères diploïdes normaux : ils sont tués dès qu’ils ont balancé la fumée dans les écloseries !

 

Résultats, pas de brassages génétiques. Toutes les huitres françaises descendent de quelques centaines de géniteurs. Ces huitres débiles n’ont évidemment pas la résistance des sauvages face aux attaques du milieu marin et des virus et germes des côtes. Elles chopent toutes les maladies honteuses… Et les refilent aux autres, les normales, les diploïdes. Voilà pourquoi les huitres « graines » - le naissain – crèvent à 90% !

 

A côté des margoulins qui font de la triploïde, il existe pourtant des ostréiculteurs traditionnels (O.T.) qui élèvent des coquillages nés en pleine mer et non en écloserie. Ceux-là réunis dernièrement à Tourville-sur-Sienne, en Normandie, ont levé l’étendard de la révolte contre la triploïde. Ils soupçonnent cette création artificielle d’affaiblir le capital immunitaire de l’huitre, donc de la rendre sensible à toute maladie. Il la soupçonne aussi d’être à l’origine de la mutation du virus qui ravage des parcs depuis 2008. Enfin, ils ont peur de perdre leur indépendance comme aux Etats-Unis où les écloseries ont mis la main sur toute la filière…

 

Alors lorsque vous achetez des huitres en été, prenez les laiteuses et refusez les « quatre-saisons » qui sont ces triploïdes dégueulasses. Le marchand, qui verra ainsi que vous êtes au courant, ne vous prendra pas pour un gogo et vous sortira ses bons produits ! D’ailleurs, bientôt va apparaître un label marqué « huitres nées en mer ».

 

Tè ! Je fais péter la bouteille de Picpoul de Pinet ! A notre santé.

 

Duodi 12 messidor de l'an 219 de l'ère de la liberté.

 

 

02/06/2011

Au bistro de la toile : le concombre tueur !

chimulus bistro copie.jpg

 

- Oh ! Victor, Tiens, bois un coup de rouge. Au moins, si t'as bouffé des concombres tueurs, ça te désinfectera la tripe ! Enfin, il parait que c'est plus le concombre espagnol le responsable...

- Merci Loulle. On rigole, mais avec cette histoire, on touche du doigt la stupidité du mode de production et de distribution des fruits et légumes. Entièrement tourné vers le pognon selon la vulgate ultralibérale poussée en Espagne jusqu'à la caricature. Ils peuvent gueuler les Espanches, crier à la ruine, ils sont surtout victimes de la rapacité, de l'avidité de quelques gros consortium agroalimentaires qui font n'importe quoi. Ces margoulins se gavent  de subventions européennes à travers des systèmes largement corrompus. Et l'Europe ne contrôle même plus ces pratiques de peur d'une faillite générale du système. Mais si ce n'était que ça ! Autour d'Almeria par exemple, sur des centaines de kilomètres carrés, le désert entre sierra et mer est couvert de serres rudimentaires en plastiques sous lesquelles poussent ( !!??) des milliers de tonnes de produits encore baptisés tomate, poivron, aubergine, concombre, fraise, etc. Ont-ils encore le droit de porter ces noms ? Car en fait ce sont des produits insipides, nourris à la merde chimique. La plupart des producteurs andalous emploient une main d'œuvre marocaine, des saisonniers ou des sans papiers sous payés et logés dans des conditions précaires, qui se réchauffent le soir en brûlant les résidus des serres en plastique recouvrant les fraisiers au cœur de l'hiver. Mais c'est qu'en plus ils polluent ces cons d'esclaves mon brave, en plus d'avoir les poumons pourris par les merdes qu'ils respirent et la peau vérolées par les pesticides ! Le matin, les gros porcs en 4x4 viennent sur les places de village et embauchent leurs esclaves pour la journée. La plupart du temps au black bien sûr et pour une poignée de figues...

- Actuellement, c'est le concombre qui est sur sellette mais l'exemple le plus caricatural de cette agriculture ultra libérale ultra productiviste, ultra dégueulasse, c'est la fraise !

- Des produits jolis mais sans goût, dur à s'y casser les ratiches...

- Et pour cause ! Les fraisiers destinés à cette production, bien qu'il s'agisse d'une plante vivace productive plusieurs années, sont détruits chaque année. Pour donner des fraises hors saison, les plants produits in vitro sont placés en plein été dans des frigos qui simulent l'hiver, pour avancer leur production. À l'automne, la terre sableuse est nettoyée et stérilisée, et la microfaune détruite avec du bromure de méthyle et de la chloropicrine. Le premier est un poison violent interdit par le protocole de Montréal sur les gaz attaquant la couche d'ozone, signé en 1987 (dernier délai en 2005... ! ! !); le second, composé de chlore et d'ammoniaque, est aussi un poison dangereux: il bloque les alvéoles pulmonaires. Les plants poussent sur un plastique noir et reçoivent une irrigation qui transporte des engrais, des pesticides et des fongicides. Les cultures sont alimentées en eau par des forages dont la moitié a été installés de façon illégale. Ce qui transforme en savane sèche une partie de cette région d'Andalousie.

- Bonjour les dégâts ! Et après, il faut les transporter ces merdes, partout en Europe.

- Exact. L'autoroute entre Perpignan et la vallée du Rhône est encombré jour et nuit d'énormes camions qui polluent, encombrent toutes les voies de circulation er causent d'innombrables accidents. Ils sont des dizaines de milliers à cracher leur gazole à la tonne en parcourant des milliers de kilomètres d'Andalousie jusqu'en France, Allemagne, Angleterre, etc. On nous bassine avec les gaz à effet de serre et on autorise, on privilégie ce mode de production d'une stupidité stratosphérique. Ces quelques dizaines de morts victimes de ce mode de production, c'est dramatique pour les pauvres mecs qui crèvent dans la force de l'âge simplement...pour avoir mangé leurs cinq fruits et légumes règlementaires, mais ç'est une bonne chose car ça révèle au grand jour ce système à la con.

- Alors quoi faire ?

- D'abord reprendre l'habitude de manger fruits et légumes en fonction des saisons. Ensuite mettre en place cette fameuse taxe carbone et taxer les produits au kilomètre parcouru. Ceci aura pour effet de ressusciter les couronnes maraîchères qui, il y a quelques années nourrissaient chaque ville. Et puis, comme disait candide, « cultivons notre jardin » !

 

 Merci à Chimulus

 

 *********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Quatridi 14 prairial de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

27/05/2011

Vous avez aimé Fukushima, vous adorerez Fessenheim, Cruas, Tricastin, Gravelines ou Nogent !

nucléaire dessin sarko.jpg
 

 

Je viens d’entendre Dame Lauvergeon, la patronne d’Areva, déployer tout son charme – et elle n’en manque pas la bougresse – pour nous faire avaler l’extraordinaire « progrès » que constitue l’énergie nucléaire. Loin d’être convaincante Dame Lauvergeon…

 

Elle, ainsi que son frère ennemi Proglio, l’ami de Sarko patron d’EDF, sont les deus ex machina du très puissant lobby du nucléaire qui s’agite autour de la commission européenne concernant les fameux « stress tests » qui doivent permettre de vérifier la sureté-sécurité des 143 centrales nucléaires européennes (143 Fukushima potentiels, rappelons-le).

 

Ces « stress tests » ont été décidés afin de répondre aux légitimes inquiétudes des populations européennes à la suite de la catastrophe de la tristement célèbre centrale japonaise. L’idée de ces « stress tests » - vérifications de toutes les centrales en service en Europe en fonctions de certains critères précis – est louable, mais ils risquent dans les faits de se résumer à une vaste opération de communication. En effet, la France, soutenu par les Britanniques, a réussi à imposer les vues du moins disant en matière de sécurité nucléaire. N’est-il pas aberrant que ces tests de résistance soient réalisés par les mêmes autorités et experts que ceux qui les pratiquent habituellement ! Autorités et experts évidemment issus des opérateurs nucléaires : Juges et parties… Bonjour la transparence.

 

Yannick Jadot, le député européen Europe Ecologie - les Verts ne s’est pas laissé abuser : « De toute évidence, le Commissaire européen à l'énergie, Günther Oettinger a perdu la lutte face aux autorités britanniques et françaises, et n'a pas réussi à imposer des "stress tests" totalement transparents et indépendants, qui prennent en compte tous les critères nécessaires. Le Commissaire avait longtemps campé sur ses positions et affirmé qu'il prendrait en compte les attentats terroristes dans le cahier des charges mais il a finalement du céder face à la pression des autorités françaises et britanniques. Il tente de sauver la face en renvoyant cette question de sécurité et de terrorisme à des futurs groupes de travail nationaux, mais c'est finalement le moins-disant sécuritaire qui remporte la mise. Ces tests se transforment, comme prévu, en simple exercice de communication, orchestré par les autorités nationales, tandis que pendant ce temps, les citoyens européens s’interrogent légitimement sur le risque qu’on leur impose. C'est l'arrogance nucléaire française qui se poursuit, illustrée d'ailleurs par les mensonges du PDG d'EDF Henri Proglio, qui déclarait dans le journal Le Monde que la catastrophe de Fukushima n'était lié qu'à un tsunami, contrairement à tous les éléments dont on dispose aujourd'hui »

 

Pendant ce temps, à Fukushima, dans le silence assourdissant des médias, la catastrophe continue voire s’amplifie. http://sciencepourvousetmoi.blogs.sciencesetavenir.fr/   http://www.sciencesetavenir.fr/actualite/crise-nucleaire-au-japon/

 

 

Illustration X - Droits réservés

 

*********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Nonidi 9 prairial de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

 

13/05/2011

Faire chier les Zotomo-bilistes ? En voilà une idée qu’elle est bonne !

 

chimulus radars.jpg

 

 

...taing! Fallait voir la gueule qu'ils faisaient hier matin au bistro, tout en s'empastissant consciencieusement, les enragés du macadam, les choutés au 98, les içncontitionnels de la sacro-sainte bagnole !

 

 

« Non mais vous vous rendez compte ! « Ils » veulent nous piéger encore plus avec leurs radars à la con. Tout ça pour prendre du pognon. » Eh non Ducon. Ils veulent sauver des vies. Qu’est-ce que tu dirais si tu devais aller reconnaître les morceaux sanglants de ton fils, de ta fille, de ta femme, de ta mère envoyés « ad patres » par un triple connard qui assimile son tas de ferraille à sa bite ?

 

Tout ce qui brime, tout ce qui fait chier les Zotomo-bilistes qui ne respectent pas le vivre-ensemble sur la route et dans les rues, c’est-à-dire le Code de la route, est bon. Parole de vieil anar !

 

Merci à Chimulus

*********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Quatridi 24 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

12/05/2011

Comment on se fait « enschister » profond et sans vaseline !

borloo boit de l'eau.jpg

 Les députés ont voté la loi présentée tant par l’UMP que par le PS concernant les gaz de schiste. Bon. Bien. Faut pas cracher dans la soupe, c’est toujours ça de pris. Pourtant…

 

Pourtant il y a une différence essentielle entre la première mouture de la loi et celle qui a été votée. La première version de l’article 2 de cette loi est celle-ci : «Les permis exclusifs de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux non conventionnels sont abrogés.» La version revue et corrigée sous la pression des lobbies industriels, bien plus longue et obscure, stipule que les titulaires de permis de recherche devront «dans les deux mois» à compter de la publication de la loi remettre «à l’autorité administrative qui a délivré les permis un rapport précisant les techniques employées». Les permis ne seraient abrogés que si ce rapport n’est pas remis ou s’il «mentionne le recours, effectif ou éventuel, à des forages suivis de fracturation hydraulique de la roche». Et c’est tout à fait différent. Il n’est plus question d’abrogation pure et simple des autorisations refilées (contre quoi ?) par l’ineffable Borloo mais de…

 

En fait, cette loi donne toute satisfaction aux industriels qui projettent de saloper le pays. En effet, ils doivent demander l’autorisation de saloper à l’administration…qui leur a déjà accordé les permis ! Administration aux mains du corps des Mines, favorable à ces forages et qui donc a peu de chance de se désavouer ! D’autant plus qu’il suffira aux industriels de changer la terminologie de présentation de leur technique opératoire tout en faisant pareil puisqu’il n’existe pas d’autre manière de faire ! Et pan ! Dans l’oignon ! Et sans vaseline.

 

Ce dossier est significatif de la duplicité des responsables politiques et de leur complicité avec les industriels.

 

Duplicité : il y a un an, Jean-Louis Borloo signait en catimini trois permis autorisant l’exploration du sous-sol d’une zone de 15.000 km2, à la recherche de gaz de schiste.

 

Duplicité encore : les modifications apportées au code minier qui simplifient la vie des prospecteurs. 

 

 Complicité : Six mois plus tôt, les sociétés Toreador Energy France (dont le vice-président est…Julien Balkany, le demi-frère du maire de Levallois-Perret !) et Hess Oil France – à la recherche de pétrole de schiste – avaient déjà obtenu un permis pour sonder le sous-sol de l'Aisne, de Seine-et-Marne et de la Marne (« Permis de Château-Thierry »).

 

Complicité encore : dans les archives de la Drire de Midi-Pyrénées, le rapport « Bilan 2007, objectif 2008 » démontre sans équivoque que la fracturation hydraulique a déjà été utilisée en France. Cette première a eu lieu sur la commune de Franquevielle (Haute-Garonne), en mars et en avril 2007, dans le cadre du « Permis de Foix ».

 

Complicité toujours : un forage qui se voulait discret sous l’égide de Total à Garn, dans le Gard concluant à la présence de « forte potentialité d’eau disponible ». Curieuse coïncidence lorsque l’on sait que l’exploitation des gaz de schiste demande d’énormes quantités d’eau…

La seule technique pour récupérer des « gaz de schistes » - la fragmentation hydraulique  - est celle utilisée aux Etats-Unis qui saccage, défigure des régions entières et perturbe gravement la santé des habitants. Couverts par des brevets et jalousement tenus secrets par l’industrie (plus de 600 ont toutefois été recensés), la plupart sont accusés d’avoir des impacts sur la peau, les yeux ou le système respiratoire, nerveux, immunitaire ou cardiovasculaires. Les témoignages d’habitants désespérés du documentaire Gasland de Josh Fox – attaqué à l’artillerie lourde par les gaziers, surtout depuis sa nomination aux Oscars – démontrent sans fard que la fracturation hydraulique peut aussi avoir des effets catastrophiques.

La fragmentation hydraulique ? Ques aco ? Pour réussir une bonne fracturation hydraulique : mélangez beaucoup d’eau (entre 15.000 et 20.000 m3), du sable et quantités de produits chimiques de synthèse. Projetez ce cocktail à forte pression sur des roches compactes, entre 2.000 et 3.000 mètres de profondeur, pour les fracturer. Vous libérerez alors des hydrocarbures « non conventionnels », dont les fameux « gaz et pétrole de schiste ». Et vous saccagerez la région…

Des nappes phréatiques polluées, des terres trouées de centaines de milliers de puits, des caravanes de camions géants jetés sur les routes, un air toxique en rase campagne, sans oublier l’augmentation des émissions de CO2… Voilà le spectacle dramatique créé par l’industrie des gaz de schiste aux Etats-Unis. Les produits chimiques de synthèse, utilisés pour dissoudre les minéraux, limiter le développement de bactéries nuisibles au bon état des tuyaux ou encore « sécher » le gaz, sont particulièrement décriés.

Voilà les saloperies  que des intérêts privés, avec la complicité des sarko-trafiquants, veulent commettre dans nos régions… Oui mais si nous on ne le fait pas, les Polonais, eux, vont le faire sans états d’âme !

 

Faut pas être pessimiste Coco ! Faut pas être pessimiste ! Bien sûr, l’eau de ton robinet sera pourrie et il faudra la faire bouillir avant de l’utiliser. Mais ce sera facile : le gaz pour la faire bouillir sortira aussi du robinet !

Photo X - Droits réservés

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Tridi 23 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

04/05/2011

Fukushima. Passé à la trappe de l’actualité derrière les enfumages de princesses, de miracle, de benladenages. Et pourtant…

fukushima.jpg

Et pourtant la catastrophe continue et s’amplifie. Le but n’est plus maintenant de sauver la centrale mais d’évacuer le site le plus tôt possible en « automatisant » la gestion de l’accident, essentiellement l’évacuation vers la mer du maximum des eaux très hautement radioactives des soubassements, des sous-structures et même des sous-sols (Des échantillons collectés dans le lit marin à 15 km de la centrale contiennent 1.400 becquerels de césium 137 par kilogramme, selon Tepco Electric Power (Tepco). Ce chiffre est 600 fois supérieur au niveau maximum de 2,3 becquerels trouvé jusqu'à présent au large de la côte nord-est où se trouve la préfecture de Fukushima. Les échantillons prélevés vendredi dernier contenaient également 1.300 de césium 134 et 190 becquerels d'iode 131, selon un communiqué de Tepco. Ces analyses sont les premières effectuées sur le lit marin depuis l'accident du 11 mars).

Il n’est désormais plus question de remise en état des systèmes de refroidissement, de rétablissement de l’électricité, etc. Les seuls communiqués diffusés se font de plus en plus insistants sur le fait que le site devient « invivable » : certains réacteurs sont désormais inaccessibles, ça s’étend au site complet au travers de nappes d’eau etc. et que l’on trouve de moins en moins de volontaires pour y travailler … Au fait où sont les experts d’Areva et du CEA ? S’ils servaient à quelque chose, les cocoricos triomphants résonneraient… En fait on en est à gagner du temps avant d’annoncer l’inéluctable : l’évacuation et l’abandon du site. Avec la création d’une immense zone morte, sur un rayon minimal de 30, 40 km voire plus. Comme à Tchernobyl.

En France, pays le plus nucléarisé du monde (58 réacteurs !), le président a visité la centrale de Gravelines. Comme Fukushima une centrale vieille de 30 ans, comme Fukushima construite au bord de la mer, comme Fukushima avec 6 réacteurs. Et qu’a dit not’bon président ?  « Ceux qui réclament un moratoire adoptent une position incompréhensible. Soit on croit dans la sûreté de nos installations et on continue d'investir, soit on n'y croit plus et on ferme les centrales. Mais dire qu'il faut faire un moratoire, ne pas bouger et attendre que le ciel nous tombe sur la tête, c'est le choix du Moyen-Age. » Une sarkonnerie de plus… Les Allemands, les Italiens, les Autrichiens et bien d’autres ont fait le choix de sortir du nucléaire et n’en sont pas à la bougie pour autant. Cet attachement à l'énergie nucléaire, c'est aussi peut-être parce la France n'a pas les moyens de débourser les 45 milliards d'euros nécessaires à la fermeture de son parc !

Parce que si on sait construire de superbes centrales (bien que la construction des fameux EPR pédale dans la choucroute), on ne sait pas déconstruire proprement et efficacement les centrales obsolètes ! Le démantèlement du réacteur expérimental de Brennilis, dans le Finistère, inquiète à ce point les riverains qu’il est stoppé depuis 3 ans et que les « experts » préconisent…d’attendre au moins 40 ans !!! Devant le millier de salariés de Gravelines, Nicolas Sarkozy a pris « un engagement ferme », celui de développer la filière : « Votre métier a de l'avenir ». Bien sûr que les compétences de ces milliers de techniciens pourraient avoir une grande utilité : dans le démantèlement des centrales françaises bien sûr, mais avec une telle expérience, cette filière pourrait devenir n°1 dans le monde !

La question du nucléaire civil, pour moi en tout cas, sera LE critère primordial concernant le choix du futur président en 2012. Au-delà des clivages droite gauche, extrême-droite extrême-gauche, le critère doit être entre les tenants de LA VIE et ceux de LA MORT. Tenant de la vie ceux qui s’engageront fermement à sortir du nucléaire sur une génération (25 à 30 ans), tenants de la mort et du malheur pour des centaines de génération futures ceux qui prôneront le maintien et le développement du nucléaire.

Que les candidats se le tiennent pour dit.


 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Quintidi 15 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

28/04/2011

Tchernobyl et Fukushima dans nos assiettes !

 

 

affiche-aliments-irradies-3-1e364.jpg

Avant-hier, j’ai régalé mes invités avec des cuisses de grenouilles. On n’entendait que des « hummm » !, on ne voyait que les trognes réjouies d’épicuriens se léchant les doigts pour ne rien perdre des fragrances subtiles d’ail et de persil de ces si sexy petites paires de cuisses ouvertes. Le plaisir de Gulliver ou Gargantua mangeant d’insignifiantes créatures humanoïdes…

 

Le lendemain, en allant aux poubelles, j’ai regardé par hasard l’étiquette de ces subtiles cuisses. « Produit irradié en provenance d’Indonésie ». Bon. Je suis bien placé pour savoir que la pêche aux grenouilles est sévèrement règlementé en France (un jour par an je crois), donc faut se faire une raison, les grenouilles que nous mangeons chez nous ou au restaurant arrivent surgelés de contrées lointaines… Mais ce qui m’a fait tiquer c’est le mot « irradié ». Aurais-je mis Tchernobyl et Fukushima dans les assiettes de mes commensaux ?

 

J’ai donc creusé la question. « L'ionisation (c’est plus vendeur que l’"irradiation") consiste à exposer des aliments à des rayonnements ionisants afin de réduire le nombre de micro-organismes qu'ils contiennent. Schématiquement, les aliments sont déposés devant des monticules de matière radioactive (Césium 137 ou Cobalt 60) ou des faisceaux d'électrons accélérés qui les irradient. Cette technique permet de tuer les micro-organismes, potentiellement pathogènes ou non, et de rallonger les durées de conservation des aliments, les cellules constitutives de l'aliment étant aussi affectées. Théoriquement, les produits alimentaires ainsi irradiés doivent être signalés au consommateur. Mais dans les faits, il est quasiment impossible de le vérifier. » Bon. De ce côté-là, mes grenouilles ne mentaient pas, c’était bien signalé.

En Europe, l'irradiation est autorisée dans huit pays. En France, sont régulièrement irradiés : les volailles, les fruits et légumes secs, les germes et flocons de céréales pour produits laitiers, les oignons, l'ail, l'échalote, la farine de riz, les cuisses de grenouilles et les crevettes. Cette liste dépasse de loin celle de l'Union Européenne, qui se limite aux herbes aromatiques séchées, épices et condiments alimentaires.

Des scientifiques et des associations alertent régulièrement le public sur les risques de cette pratique. L'ionisation des aliments dégrade leur qualité notamment en détruisant les vitamines (A, B1, C, E...) et structures vivantes qu'ils contiennent, et en faisant apparaître de nouveaux composés chimiques dont certains sont cancérigènes. Les cyclobutanones, par exemple, qu'on ne trouve pas dans les aliments non ionisés, et qui causent cancers et dommages génétiques chez le rat. D'autres composés toxiques tels les radicaux libres, le benzène, le toluène, etc. apparaissent aussi lors de l'irradiation des aliments.

Par le jeu des dérogations et de la libre circulation des produits en Europe, la liste des produits pouvant être soumis à irradiation est très vaste : pomme de terre, oignons, ail, échalotes, gingembre, tomates, fruits secs, café, potages déshydratés prêts à l'emploi, flocons et germes de céréales pour produits laitiers, légumes secs, viandes de volailles, farine de riz, blanc d'œuf, abats de poulets, crevettes congelées décortiquées ou étêtées, cuisses de grenouilles congelées, sang animal séché, plasma, coagulâts, gomme arabique, caséine, caséinates, etc.

Outre le fait qu’il n’est pas très bon de manger des produits dans lesquels toute trace de vie a été radicalement éliminé par un traitement radioactif, il est anormal que ces traitements ne soient pas clairement expliqué sur les étiquettes (comme c’est fait pour mes fameuses cuisses de grenouilles. Mais c’est pas très vendeur ça Coco ! C’est pas vendeur !

Sources :

http://www.irradiation-aliments.org/Campagne-contre-l-irradiation-des.html

http://www.lesmotsontunsens.com/

http://www.bioweight.com/irradier.html

 

Photo X - Droits réservés

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Nonidi 9 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

26/04/2011

Amazonie: pan! dans les dents...

 

 

amazonie.jpg

Je viens de recevoir ça dans ma boite à courriel. C’est la superbe réponse du ministre brésilien de l'Education, Cristovao Buarque, interrogé par des étudiants aux Etats-Unis... La presse nord-américaine a parait-il refusé de publier ce texte.
 
Internationalisation
 
Discours du ministre brésilien de l'Éducation aux Etats-Unis.
 
Pendant un débat dans une université aux Etats-Unis, le ministre de l'Éducation Cristovao Buarque, fut interrogé sur ce qu'il pensait au sujet de l'internationalisation de l'Amazonie.
Le jeune étudiant américain commença sa question en affirmant qu'il espérait une réponse d'un humaniste et non d'un Brésilien.
 
 
Voici la réponse de M. Cristovao Buarque.
 
En effet, en tant que Brésilien, je m'élèverais tout simplement contre l'internationalisation de l'Amazonie. Quelle que soit l'insuffisance de l'attention de nos gouvernements pour ce patrimoine, il est nôtre.

En tant qu'humaniste, conscient du risque de dégradation du milieu ambiant dont souffre l'Amazonie, je peux imaginer que l'Amazonie soit internationalisée, comme du reste tout ce qui a de l'importance pour toute l'humanité. Si, au nom d'une éthique humaniste, nous devions internationaliser l'Amazonie, alors nous devrions internationaliser les réserves de pétrole du monde entier.
 
Le pétrole est aussi important pour le bien-être de l'humanité que l'Amazonie l'est pour notre avenir. Et malgré cela, les maîtres des réserves de pétrole se sentent le droit d'augmenter ou de diminuer l'extraction de pétrole, comme d'augmenter ou non son prix.
 
De la même manière, on devrait internationaliser le capital financier des pays riches. Si l'Amazonie est une réserve pour tous les hommes, elle ne peut être brûlée par la volonté de son propriétaire, ou d'un pays.
 
Brûler l'Amazonie, c'est aussi grave que le chômage provoqué par les décisions arbitraires des spéculateurs de l'économie globale. Nous ne pouvons pas laisser les réserves financières brûler des pays entiers pour le bon plaisir de la spéculation.
 
Avant l'Amazonie, j'aimerai assister à l'internationalisation de tous les grands musées du monde. Le Louvre ne doit pas appartenir à la seule France. Chaque musée du monde est le gardien des plus belles oeuvres produites par le génie humain. On ne peut pas laisser ce patrimoine culturel, au même titre que le patrimoine naturel de l'Amazonie, être manipulé et détruit selon la fantaisie d'un seul propriétaire ou d'un seul pays.
 
Il y a quelque temps, un millionnaire japonais a décidé d'enterrer avec lui le tableau d'un grand maître. Avant que cela n'arrive, il faudrait internationaliser ce tableau.
 
Pendant que cette rencontre se déroule, les Nations unies organisent le Forum du Millénaire, mais certains Présidents de pays ont eu des difficultés pour y assister, à cause de difficultés aux frontières des Etats-Unis. Je crois donc qu'il faudrait que New York, lieu du siège des Nations unies, soit internationalisé. Au moins Manhattan devrait appartenir à toute l'humanité. Comme du reste Paris, Venise, Rome, Londres, Rio de Janeiro, Brasília, Recife, chaque ville avec sa beauté particulière, et son histoire du monde devraient appartenir au monde entier.
  
Si les Etats-Unis veulent internationaliser l'Amazonie, à cause du risque  que fait courir le fait de la laisser entre les mains des Brésiliens, alors internationalisons aussi tout l'arsenal nucléaire des Etats-Unis. Ne serait-ce que par ce qu'ils sont capables d'utiliser de telles armes, ce qui provoquerait une destruction mille fois plus vaste que les déplorables incendies des forêts Brésiliennes. Au cours de leurs débats, les actuels candidats à la Présidence des Etats-Unis ont soutenu l'idée d'une internationalisation des réserves florestales du monde en échange d'un effacement de la dette.
 
Commençons donc par utiliser cette dette pour s'assurer que tous les enfants du monde aient la possibilité de manger et d'aller à l'école. Internationalisons les enfants, en les traitant, où qu'ils naissent, comme  un patrimoine qui mérite l'attention du monde entier. Davantage encore que l'Amazonie.
 
Quand les dirigeants du monde traiteront les enfants pauvres du monde comme un Patrimoine de l'Humanité, ils ne les laisseront pas travailler alors qu'ils devraient aller à l'école; ils ne les laisseront pas mourir alors qu'ils devraient vivre.
 
En tant qu'humaniste, j'accepte de défendre l'idée d'une internationalisation du monde. Mais tant que le monde me traitera comme un Brésilien, je lutterai pour que l'Amazonie soit à nous. Et seulement à nous!

 
Voilà qui remet les pendules à l’heure !

Photo X - Droits réservés

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Septdi 7 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

25/03/2011

Pendant la guéguerre, les sarkosaloperies continuent : loi NOME = 37% d'augmentation du tarif EDF...

centrales-nucleaires dessin.jpg

 

C'est passé discrètement à la fin de l'an dernier : « Le Parlement a définitivement adopté mercredi 24 novembre dans la soirée le projet de loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité (Nome) lors d'un dernier vote en seconde lecture à l'Assemblée nationale. » Et maintenant le sarko-nuisible Proglio annonce sans broncher une augmentation de tarifs de l'électricité, sur cinq ans de 30% au moins...


Hénaurme ! Cette fumeuse loi NOME (Nouvelle Organisation du Marché de l'Electricité) est une véritable escroquerie dont la finalité est de faire augmenter les tarifs de l'électricité en contraignant EDF à vendre le quart de sa production d'électricité d'origine nucléaire à ses concurrents à prix coutant pour qu'ils puissent tailler des croupières à l'entreprise publique ! C'est comme si on obligeait un boulanger à vendre à prix coutant le quart de ses fournées à des grandes surfaces pour qu'elles puissent le concurrencer ! On marche sur la tête. Mais l'énormité de la connerie n'a pas effleuré les sarko-nuisibles de l'UMP. Ils ont voté comme un seul con cette loi scélérate (préconisée évidemment par la commission européenne du voyou ultra libéral Barosso).

 

Notre électricité nucléaire est la moins chère d'Europe. Eh ! Oh ! C'est nous qui nous farcissons ces dangereuses centrales, contre notre gré pour la majorité d'entre nous. Qui c'est qui risque chaque jour un Fukushima-sur-Rhône, Fukushima-sur-Seine, Fukushima-sur-Loire, Fukushima-sur-Rhin, Fukushima-sur-Mer, etc. ? Et qui c'est qui les a payées ces usines merdiques ? C'est nous. Avec nos impôts. Et puisque nous en subissons les conséquences, profitons au moins de ces tarifs plus avantageux qu'ailleurs !

 

Tè ! Fumes ! Et la « concurrence libre et non faussée » Coco, qu'est-ce que t'en fait ? Les appétits privés lorgnaient depuis longtemps sur la rente nucléaire que se sont constitués les Français depuis  les années 1970. Ces opérateurs privés - qui se sont lancé sur le marché (Poweo, Direct Energie, GDF-Suez ) - n'arrivant pas à s'aligner sur les tarifs d'EDF, entreprise publique, propriété des Français, ils sont allés intriguer auprès de la Commission européenne pour imposer cette hénaurme saloperie au gouvernement français. Qui s'est couché vite fait.

 

Résultat ? Le prix de l'électricité va augmenter de 5% chaque année jusqu'à 30% et même 37% selon les sources.

 

Vous l'avez voulu, vous les 53% d'électeurs qui vous êtes laissé enfumer par les boniments de Microlax 1er... Eh bien vous l'avez. Mais nous aussi nous l'avons. Et dans l'oigne sans vaseline...

 

Sources : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-envir...

Illustration X - droits réservés

********************

 



Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

VOTEZ

Quintidi 5 germinal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

24/03/2011

Fukushima-sur-Rhône ! Inactifs aujourd'hui, radioactifs demain !

tricastin morts.jpg

 

Ça y est, parait qu'il doit passer aujourd'hui ! Mais bien sûr, il sait qu'il survole la France, donc il se fait discret. Je veux parler du nuage radioactif. Bon. Cette fois, du moment que la Criirad nous dit qu'il n'y a pas de danger, ça rassure mais sinon, malgré les « experts » officiels qui nous rebattent les oreilles, il y aurait de quoi avoir le tracsir...

 

Il y a quelques années j'ai participé à un « exercice d'alerte nucléaire » dans la vallée du Rhône. Il s'agissait de coordonner tous les intervenants en cas de problème nucléaire. Le scénario décrivait un incident somme toute restreint : une fuite d'hexafluorure d'uranium, à 10 heures du matin, dans une usine du site du Tricastin. Donc un nuage toxique qui s'élève et se met en mouvement vers le sud, poussé par un léger mistral qui se lève. Ben mes aïeux ! Fallait-il évacuer les populations des villes du sud du site ? Que faire des enfants des écoles ? Pompiers, maires, préfecture, secouriste, population... Fallait voir le bordel !

 

Bref, pour dire que s'il y avait vraiment un problème grave, rien n'est prêt. Aucun plan d'évacuation. Oui mais ce n'est pas la peine PUISQUE nos centrales sont les plus sûres du monde ! Puisque rien ne peut nous arriver ! Mouais...

 

En 2008, à Tricastin, un simple robinet qui fuyait et c'est 75 kilos d'uranium (!!!!) qui ont, au fil des mois, foutu le camp dans une ruisseau du coin, la Gaffière, puis de là au Rhône... Pas grave, nos centrales sont tellement sûres !

 

La même année, toujours au Tricastin, au cours d'une opération de renouvellement du combustible, lorsque le couvercle de la cuve du réacteur n°2 a été soulevé, deux assemblages de combustible sont restés accrochés aux structures internes supérieures, et sont restés suspendus au dessus des 155 autres assemblages qui constituent le cœur du réacteur ! Sans refroidissement bien sûr, la fusion guettait, puis la détérioration de tout le cœur... Avec en perspective Fukushima-sur-Rhône !

 

En 2010, à Cruas, un peu plus haut dans la vallée du Rhône, un employé ferme par erreur une vanne du circuit de refroidissement de la piscine où sont abrités les combustibles usagers ou à mettre en place. Risque de surchauffe, et tout le tintouin... Avec en perspective Fukushima-sur-Rhône !

 

Et c'est partout pareil sur les 58 centrales françaises vieillies. Des incidents mineurs, imputables aux éléments ou aux humains, peuvent dégénérer rapidement et déboucher sur des situations hors de tout contrôle.

 

Tiens, on va faire un peu de fiction. Imaginons. Un des réacteurs de l'usine du Tricastin vient d'exploser. Un énorme nuage radioactif s'élève au-dessus du site. Un mistral en cours de formation va pousser les nuées mortelles vers les villes du sud : Orange, Avignon, Salon, Aix, Arles et surtout Marseille ! Le nuage est trop bas pour atteindre la Méditerranée. Il va forcément s'abattre sur l'énorme agglomération marseillaise. Plus d'un million d'habitants. Impossible d'organiser l'évacuation. Trop tard. Que faire ? Pour sauver Marseille, les autorités décident... de brûler Avignon ! Il y a au Pontet, banlieue est de la cité des papes, un énorme complexe de stockage et de répartition régionale de pétrole. On y met le feu. Incendie qui se propage rapidement à la grande zone commerciale qui jouxte le site puis à la ville. Des milliers de clients et d'habitants pris au piège. La chaleur du brasier crée une énorme colonne montante d'air chaud qui propulse le nuage toxique à des altitudes telles que le mistral l'amènera sur la mer... Marseille est sauvé. Avignon rayée de la carte. Allez, amusez-vous. Un peu d'imagination que diable !

 

Pour dire qu'IL FAUT SORTIR DU NUCLEAIRE, prendre la décision maintenant et étaler la sortie sur une génération.

 

Voilà une exigence impérative à imposer l'an prochain aux candidats qui prétendent nous gouverner.

 INACTIFS AUJOURD'HUI

RADIOACTIFS DEMAIN !

Photo X - droits réservés 

********************

 



Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

VOTEZ

Quatridi 4 germinal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

14/03/2011

Au bistro de la toile : la roulette russe du nucléaire.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Pellerin ! Nous voilà... Teng ! C'est bien tout de même d'avoir des frontières. De vrais frontières mêssieurs. Bien de chez nous, nourris au calendos. Elles ont déjà empêché de passer le fameux nuage de Tchernobyl, maintenant, elle vont bien nous protéger des japonaiseries fumantes et bien grassement radioactives !

 

- Eh ! Victor, faut pas déconner, on est de l'autre côté du globe par rapport au Japon ! C'est pas demain que le nuage va arriver...

 

- Eh ! Mon con joli. Et la Nouvelle-Calédonie ? Et les iles de Tahiti ? C'est pas France ?

 

- Ben oui, vu sous cet angle, mais...

 

- Y a pas de mais, Loulle. Des compatriotes sont sous la menace de ces centrales nucléaires qui - malgré les belles paroles de ce faux-cul et menteur de haut-vol qu'est Ganelon Besson - ne sont plus sous contrôle. Ça risque de péter méchant. Et ça devrait donner à réfléchir chez nous. Oui Loulle, chez nous, tout près. A vingt-cinq kilomètres à vol d'oiseau, au nord de ton rade, c'est Pierrelatte, Tricastin, c'est Marcoule. Et à soixante kilomètres au sud, c'est Cadarache. Tous les plus beaux « fleurons » de l'énergie nucléaire françouise ! Les Japonais, dans leurs centrales, ils brûlent des produits conçus et réalisés chez nous môssieur ! Ils appelent ça du « mox », c'est-à-dire une hyper saloperie, mélange d'uranium et de plutonium ! Le plutonium, Loulle, c'est la pire des horreurs que le « génie » humain ait inventé. Six kilos, ça fait une bombe, et une quantité comme une boule de pétanque suffit à empoisonner mortellement, si elle est ingérée, toute la population du pays ! Et le Besson - maire de Donzère, à quelques kilomètres de Tricastin, Cruas et Marcoule ! - qui nous serine qu'il n'y a pas de danger...

 

- Bon. Buvons un coup à titre préventif !

 

chimulus nucléaire japon.jpg
 
 
 
 

 

Merci à Chimulus

*********************



Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

 

VOTEZ

Quatridi  24 Ventose 219 de l'ère de la Liberté

03/03/2011

Pourquoi des huitres m'on refilé la cagagne !?

Huîtres pour le web.jpg

 

Ce matin, je suis allé au marché. Je suis passé devant l'étal du marchand d'huîtres. J'ai hésité car je mangerais des huîtres sur la tête d'un mort ! Mais je suis passé sans acheter. A cause d'une cagagne qui m'a secoué la tripe et torturé les boyaux trois semaines avant...après avoir mangé des huîtres ! Ouarf... La peinture au pistolet !

 

Bon. Qu'est-ce que je raconte là ? Vous vous en foutez de l'état de mes tripes, et vous avez bien raison. Mais comme je suis curieux, j'ai un peu creusé la question.

 

Ah ! Les amours des huitres ! Extraordinaire ! Ça fait rêver. Figurez-vous madame Huitre, aguicheuse. Elle s'ouvre largement comme une starlette en quête de contrat, dévoile ses dedans gracieux, montre même subrepticement quelques portions de nacre délicatement irisé, les plus salopes dévoilent même impudiquement une jolie perle... Et voilà qu'arrive monsieur Huitre. Excité comme un jeune abbé dans un couvent de jeune fille ou un kamize pensant, avant d'appuyer sur le bouton, aux soixante et douze vierges qui l'attendent les cuisses écartées, le string à la main ! Monsieur huitre, il en peut plus. Il prend son pied et balance la fumée dans une extase marine. Madame Huitre, ouverte et offerte, se gave du nuage de jus intime de monsieur Huitre et connait enfin la grande secousse et le fameux petit frisson.

 

Heureuse, elle va couver sa progéniture avec sa belle chair laiteuse des mois sans R. Puis qu'est-ce qu'elle fait quand elle a chié ses lardons madame Huitre ? Qu'est-ce qu'elle fait ? Je vais vous le dire. Je vais vous le dire. Eh ! Oh ! Calmos. Faut pas s'exciter comme ça. Bon. Madame Huitre elle change de sexe ! Elle devient monsieur huitre ! Et monsieur Huitre, qu'est-ce qu'il fait après avoir pris son panard ? Ben, il va pisser, il boit un coup, un fume une clope puis il rentre chez sa femme. Comme tout le monde, quoi. Et bien non ! Monsieur l'huitre, après avoir tiré son coup, il change de sexe ! Putaing ! Le pied les mecs et les meufs, non ? Connaître les deux plaisirs ! Le rêve de tout jouisseur hédoniste...

 

Mais je m'égare. Oui et non. Pas étonnant qu'avec des mœurs pareilles, ces huitres-là se ramassent toutes les maladies honteuses qui passent. C'est comme ça que, jadis, les huitres plates ont chopé une ch'touille qui les a presque toutes flinguées, puis que leurs remplaçantes, les portugaises, ont subit le même sort, remplacées par les japonaises. Et celle-ci sont en train de crever d'une saleté d'herpès ! C'est la nature quoi...

 

Mouais... Sauf que.

 

Sauf que les producteurs d'huitres, ça les emmerdait les huitres laiteuses des mois d'été. Les clients n'aiment pas trop. Hors ils sont nombreux l'été au bord de la mer. Alors Ifremer, organisme de recherche et de régulation des produits de la mer, a fait travailler ses ingénieurs en blouses blanches. Ces braves gens n'ont pas fait de manips génétiques, non. Huitre OGM, ça fait un peu trop craignos... Ils ont travaillé non pas sur les gènes, mais sur les chromosomes. http://www.infogm.org/spip.php?article3767 Ils font niquer une huitre normale « diploïde », à 2n chromosomes avec une huitre anormale « tétraploïdes » à 4n chromosomes, ce qui donne une huitre à 3n chromosomes dite « triploïde ». Et cette « merveille », stérile,  se développe dans n'importe quelle eau, grossit plus vite puisque n'ayant pas à se reproduire, et donc n'a pas la laitance qui n'est pas très vendeuse, est commercialisable toute l'année. La poule aux œufs d'or ! Elles occupent actuellement le tiers du marché.  Les males triploïdes ne sont pas aussi veinards que leurs compères diploïdes normaux : ils sont tués dès qu'ils ont balancé la fumée dans les écloseries !

 

Résultats, pas de brassages génétiques. Toutes les huitres françaises descendent de quelques centaines de géniteurs. Ces huitres débiles n'ont évidemment pas la résistance des sauvages face aux attaques du milieu marin et des virus et germes des côtes. Elles chopent toutes les maladies honteuses... Et les refilent aux autres, les normales, les diploïdes. Voilà pourquoi les huitres « graines » - le naissain - crèvent à 90% !

 

Et accessoirement pourquoi j'ai chopé une cagagne...qui m'a permis de me cultiver !

 

Sources : http://www.rue89.com/planete89/2011/02/09/mort-des-huitres-lun-des-suspects-charge-denqueter-189389

 

Bonne adresse: http://www.ostreiculteurtraditionnel.fr/

 

*********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Tridi  13 Ventose 219 de l'ère de la Liberté