Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/03/2013

En avant première : le discours du président ! (enfin, presque…)

françois hollande volontaire.jpg

 

 

Françoises, François,

 

Je ne vous promets pas des larmes et du sang

Mais pas non plus des jours toujours beaux et dansants

Si vous m’avez élu, c’est, avant toute chose,

Parce que de Sarkozy vous aviez l’overdose,

Mais c’est moi qui hérite du terrible bilan

D’un pays ravagé par les sombres ruffians

Qui cinq années durant ont saccagé la France,

L’ont pillé, l’on volé pour se gaver la panse.

Leur héritage ? C’est des millions de chômeurs,

Des usines parties se faire voir ailleurs,

Des riches qui se goinfrent et des pauvres qui crèvent,

Des banquiers qui s’empiffrent, des travailleurs en grève,

Et partout l’ostracisme et l’insécurité

Tristes enfants bâtards de l’inégalité.

Alors qu’attendez-vous ? Que me faut-il vous dire ?

Que l’on rase gratis ? Que tout va refleurir 

Quand reviens le printemps ? C’est faux, vous le savez.

On va tous en chier, on va tous en baver.

Mais on s’en sortira si on combat ensemble

Debout dans la tourmente, et sans que la main tremble !

Terrasser le chômage n’est pas une utopie

Si nous faisons enfin renaître l’industrie

Que des patrons-voyous ont délocalisée

Pour que leurs actionnaires soient de fric arrosés.

Pour cela nous allons rétablir des frontières

Contre tous les produits que des pays gangsters

Font faire à des esclaves traités comme des chiens

Puis nous vendent en dessous de leur prix de revient.

Relancer la recherche, revoir l’éducation,

Redonner à chacun l’espoir en son action,

Ressouder le pays et croire en sa nation.

Redonner au Français plus de pouvoir de vivre

En débarquant enfin de ce gros bateau ivre

Qu’est un pays dans le service de la dette,

Première dépense que le pays budgète,

Gaspille, chaque année, à des fonds étrangers

Quarante gros milliards qu’il faut bien allonger.

Pour cela, citoyens, mobilisons l’épargne

Et rachetons la dette, avec constance et hargne,

Pour que tous ces milliards ne partent pas ailleurs

Mais servent à relancer, et l’emploi, et le beurre.

Mais pour ça, citoyens, que pouvons-nous tout seuls

Sinon, c’est évident, aller au casse-gueule ?

C’est avec plus d’Europe que nous réussirons,

Non pas de cette Europe de corrompus poltrons

Au service des banques, des multinationales

Et de toutes leurs merdes ultra libérales,

Mais d’une Europe unie au service des Hommes,

Solidaire, puissante, respectée, autonome,

Capable s’il le faut de taper sur la table,

Et pas cette limace impuissante et minable

Qui se couche en bavant devant tous les diktats

Des Ricains, des Chinois, des nations scélérates

Qui pillent son pognon, ses actifs, son savoir.

Pour cela, citoyens, je ferais mon devoir :

Faire face à Merkel, rembarrer Cameron,

Foutre la zizanie dans cette Commission

De boutiquiers marrons se laissant enfiler

Par les lobbies voraces émanant du privé.

Mes chers concitoyens, vous voulez un patron ?

Je serais celui-là, couillu et pas poltron !

Françoises, François, avec moi, sus à la canaille !

Et crions :

BANZAÏE !

 

 

Octidi 8 Germinal 221

 

07/03/2013

L'homme du recours de Colombin-les-deux-latrines

sarko caillera.jpg

 

 

Non mais écoutez-les, les Buisson, les Dassier

Machiavels de latrines du comique troupier

Qui, pendant cinq années, a saccagé la France !

Écoutez-les baver dans leur fosse d'aisance,

Sombres pourceau stupides, ô cupides menteurs

Prétendant transformer le bourreau en sauveur.

Ils vaudraient présenter comme recours ultime

Ce charlot qui a fait, hélas, tant de victimes

Dans la France d'en bas, au profit des voleurs.

Retourne dans ta bauge, gluant usurpateur

Qui prétend, du Grand Charles, détenir l’héritage

Lorsque tu n’as ni foi, ni honneur, ni courage.

Oser se comparer à Charles, ce Géant

Alors que tu n’es qu’un triste nain du néant,

Regagne donc ta place, celle de la vermine

Qui sur un membre mort, comme toi s’agglutine.

Charles le Grand connut la fureur des batailles,

La terreur et la mort, et les chairs que l’on taille.

Sa valeur était d’or, son glaive était d’airain,

Sa gouvernance était celle d’un souverain.

Ses généraux étaient des Chaban, des Malraux,

Toi, tu choisis les tiens parmi les maquereaux.

Ses victoires sont Sécurité Sociale,

Vote aux femmes, indépendance nationale,

Réconciliation avec les Allemands

Paix avec l’Algérie et développement.

Les tiennes ? Régression jusques à l’esclavage,

Faim et précarité, répression et chômage.

Tu as rempli les poches de tes amis patrons

Par la France d’en bas pressée comme un citron.

Reste dans ton terrier et fait tes conférences

Pour ramasser des thunes, MAIS LACHE DONC LA FRANCE.

 

 

sarko

 

Merci à Chimulus


Septidi 17 Ventôse 221

 

Illustration X – Droits réservés

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

En vu d’un éventuel retour de Sarko, l’Uhèmepets va, parait-il, prendre comme emblème le préservatif. En effet, la capote tolère l’inflation, vide les bourses, ralentit la production, détruit la prochaine génération et protège les glands. Enfin, il donne un sentiment de sécurité alors que vous vous faites baiser !

 

04/03/2013

Les bouffons charognards du « France bashing »

hyène qui rit.jpg

 

 

Regardez ces blafards qui crachent dans la soupe

Tout comme les morbaks, ils attaquent en groupe

Se prétendant élites, ils ne sont que des porcs

Se vautrant dans la bauge de leur triste confort,

Mouch’à merde du côche, on voit ces crétins rances

S’esbaudir tels baudets pour cracher sur la France.

Il dénigrent, ils méprisent et fouaillent de leur groin

La terr’ qui les éduque et leur fournit leur foin.

Ecoutez jacasser ces vieilles pies bavardes

Elles claquent du bec une bave poissarde,

Leur croupion déplumé chie des fientes de fiel,

L’odeur de leur cerveau est pestilentielle.

Leurs compères cafards partagent leurs estrons

Ils sont laids, ils sont lâches, ils sont aussi poltrons.

Ils se couchent devant toutes les dictatures

Toujours prêts à trahir pour quelques épluchures

D’écoute ou de pouvoir. Ayant peur des violents

Ils leurs lèchent les bottes pour intégrer leur clan.

Aujourd’hui ils se couchent devant le dieu Marché

Il est leur mandragore et leur godemiché

Lorsqu’ils ont du pognon, ils se tirent ailleurs

Vers les pays voyous chers à ces magouilleurs ;

Nullités du chobiz, du sport ou de la presse

Ne pas payer l’impôt est leur idée maitresse.

Lorsqu’ils ont de l’écoute, ils squattent les plateaux

Bavent sur leur pays dans télés et radios

Ils crachent leur doxa très ultra libérale,

Font aux Anglo-Saxons des gâteries buccales

Méprisent tous les « pigs », encensent la Teutone

Et compissent la France en en faisant des tonnes.

Ils se pensent élite, ils ne sont que vauriens,

Regardez-les, couchés, rampant comme des chiens,

Ils ont de la peau morte sur leur langue râpeuse

A force de lécher les couilles venimeuses

De ceux qui les enfilent profond jusqu’au trognon

A tous nous leur crions : « Cassez-vous, riches cons ! »

 

VictorAyoli


Quartidi 14 ventôse 221


Photo X - Droits réservés


***********************

 

Ecoute ! Ecoute !

 

 Une famille de fous furieux (sportifs ? journalistes ? chanteurs) part en vacances de neige. Au volant, le père aperçoit un chien au milieu de la route et scande à l’attention de tous les passagers :

- « Les enfants, on va bien s’amuser ! »

Il accélère brusquement et heurte le pauvre animal ! Applaudissements dans la voiture !

A la sortie de l’autoroute, il distingue une petite vieille qui traverse. Sa femme lui suggère :

- « Allez, vas-y, ça ferait tellement plaisir aux enfants. »

Le père appuie sur le champignon et percute la dame. Tout le monde applaudit dans le véhicule.

Arrivé en montagne, la voiture emprunte une route sinueuse. Le fils chuchote à l’oreille de son père :

- « Et si tu balançais maman par la portière… »

Ricanant, le père ouvre immédiatement la portière et pousse son épouse dans le ravin. Son fils éclate de rire mais sa petite fille éclate en sanglots. Mesurant la gravité de la situation, il freine brutalement. Alors, il se retourne vers sa petite fille et l’entend dire en pleurnichant :

- « Ouin… Ouin… Je l’ai pas vue tomber… »

16/01/2013

Méli mélo au Mali Slam

black_hannibal.jpg

 

 

Ce méli mélo au Mali

Dont on nous gonfle au saut du lit

Même si ce n’est pas poli

Malgré la francophilie

De nos cousins noirs du Mali

Il ne faudrait pas qu’on l’oublie

C’est pas la guerre en patchouli

Mais un véritable conflit.

Là, y a pas de mâchicoulis

Mais de dangereux tassilis,

Du sable et des éboulis

Où les barjots de la folie

Ces fous d’Allah très avilis

Nous ont poussés dans ce conflit.

 

Mais s’ils avaient pris Bamako

Les tarés d’Allah toxicos

Ça t’en foutrait un sirocco

Dans tous ces pays tropicaux !

Poussons de grands Cocoricos

Les Mirages, les hélicos

De ces Françaouis amicaux

Grace à leurs tirs chirurgicaux

Ont arrêté ces bourricots

Surarmés dans leurs vieux tacots.

Maintenant, plus de quiproquo :

C’est à eux, les troufions locaux

De se bouger le haricot

Sinon, on court droit au fiasco.

 

 

 Septidi 27 Nivose 221


Illustration : Merci à Anheuser-Busch Inc.

 

04/01/2013

Un petit cadeau pour la nouvelle année : « Ceux qui ne pensent pas comme nous… »

brassens gros plan couleur.jpg

 

 

 

Quand on est pas d'accord avec le fort en thème

Qui, chez les sorbonnards, fit ses humanités,

On murmure in petto: «C'est un vrai Nicodème,

Un balourd, un bélître, un bel âne bâté. »

Moi qui pris mes leçons chez l'engeance argotique,

Je dis en l'occurrence - excusez le jargon,

Si sa forme a changé le fond reste identique:

« Ceux qui ne pensent pas comme nous sont des cons. »

 

Refrain

 

Entre nous soit dit, bonnes gens,

Pour reconnaître

Que l'on n'est pas intelligent,

Il faudrait l'être. (bis)

 

 

Jouant les ingénus, le père de Candide,

Le génial Voltaire, en substance écrivit

Qu'il souffrait volontiers - complaisance splendide

­Que l'on ne se conformât point à son avis:

"Vous proférez, Monsieur, des sottises énormes,

Mais jusques à la mort, je me battrais pour qu'on

Vous les laissât tenir. Attendez-moi sous l'orme!"

« Ceux qui ne pensent pas comme nous sont des cons. »

 

Refrain

 

Entre nous soit dit, bonnes gens,

Pour reconnaître

Que l'on n'est pas intelligent,

Il faudrait l'être. (bis)

 

 

Si ça n'entraîne pas une guerre civile

Quand un fâcheux me contrarie, c'est - soyons francs-

Un peu par sympathie, par courtoisie servile,

Un peu par vanité d'avoir l'air tolérant,

Un peu par crainte aussi que cette grosse bête

Prise à rebrousse-poil ne sorte de ses gonds

Pour mettre à coups de poing son credo dans ma tête.

« Ceux qui ne pensent pas comme nous sont des cons. »

 

Refrain

 

Entre nous soit dit, bonnes gens,

Pour reconnaître

Que l'on n'est pas intelligent,

Il faudrait l'être. (bis)

 

 

La morale de ma petite ritournelle,

Il me semble superflu de vous l'expliciter.

Elle coule de source, elle est incluse en elle,

Faut choisir entre deux éventualités.

En fait d'alternative, on fait pas plus facile.

Ceux qui l'aiment, parbleu, sont des esprits féconds,

Ceux qui ne l'aiment pas, de pauvres imbéciles.

« Ceux qui ne pensent pas comme nous sont des cons. »

 

Refrain

 

Entre nous soit dit, bonnes gens,

Pour reconnaître

Que l'on n'est pas intelligent,

Il faudrait l'être. (bis)

 

 

Georges Brassens


Ecoutez-là

ICI

 

 Quintidi 15 Nivose 221

 

Photo X - Droits réservés


 

 

20/12/2012

Réforme : les banquiers se bidonnent…

banquiers banksters.jpg

(Ça peut se chanter sur l'air des "rois mages en Galilée!) 


Comme des rapaces

V’là les banquiers

Ils sont d’la race

Des vautours ces fumiers

Sans rigoler

Tu les verras voler

Sans même un pistolet

Et puis se gondoler.

 

Ils ont d’abord bouffé notre pognon

En spéculant jusqu’au dernier quignon

Après ils ont fabriqué une crise

Mettant l’Etat et les gens dans la mouise

 

Comme des rapaces

V’là les banquiers

Ils sont d’la race

Des vautours ces fumiers

Sans rigoler

Tu les verras voler

Sans même un pistolet

Et puis se gondoler.

 

Ah ! Ah ! Ah !

Ah ! Ah ! Ah !

 

Comme des rapaces

V’là les banquiers

Ils sont d’la race

Des vautours ces fumiers

Sans rigoler

Tu les verras voler

Sans même un pistolet

Et puis se gondoler.

 

Sarko leur a filé plein de milliards

Pour qu’ils puissent se goinfrer de caviar

Creusant pour eux un abyme de dettes

Qu’il a évidemment mis sur nos têtes

 

Comme des rapaces

V’là les banquiers

Ils sont d’la race

Des vautours ces fumiers

Sans rigoler

Tu les verras voler

Sans même un pistolet

Et puis se gondoler.

 

Ah ! Ah ! Ah !

Ah ! Ah ! Ah !

 

Comme des rapaces

V’là les banquiers

Ils sont d’la race

Des vautours ces fumiers

Sans rigoler

Tu les verras voler

Sans même un pistolet

Et puis se gondoler.

 

Puis l’Elysée valant bien une messe

Le « Normalou » nous a fait des promesses

« Mon ennemi, dit-il, c’est la finance !

Votez pour moi, je sauverais la France. »

 

Comme des rapaces

V’là les banquiers

Ils sont d’la race

Des vautours ces fumiers

Sans rigoler

Tu les verras voler

Sans même un pistolet

Et puis se gondoler.

 

Il nous a concocté une réforme

Mais c’est les banquiers qui l’ont mise en forme

Ils se bidonnent, pour eux c’est la vendange

Pour ces salauds, soyez-en sûr, rien de change

 

Comme des rapaces

V’là les banquiers

Ils sont d’la race

Des vautours ces fumiers

Sans rigoler

Tu les verras voler

Sans même un pistolet

Et puis se gondoler.

 

Ah ! Ah ! Ah !

Ah ! Ah ! Ah !

 

 

Décadi 30 Frimaire 221

 

Illustration X – Droits réservés

23/11/2012

Une drogue dure : le Pouvoir...

pouvoir gros riches écraseur.jpg

 

 

Pourquoi se déchirent-ils les deux comiques troupiers UMP ? Pour le POUVOIR.

Pourquoi font-ils étalage de tant de haine ? Pour le Pouvoir.

Ils se prennent pour dieu, car dieu, c'est le pouvoir.

Ils veulent jouir de l'ivresse croissante du pouvoir.

Ils recherchent le pouvoir pour le pouvoir, exclusivement pour le pouvoir.

Le bien des autres ne les intéresse pas.

Ils ne recherchent au fond ni la richesse, ni le luxe, ni une longue vie, ni le bonheur.

Ils ne recherchent que le pouvoir. Le pur pouvoir.

Pour ces drogués du pouvoir, Le pouvoir n’est pas un moyen, il est une fin.

Jamais personne ne s’empare du pouvoir avec l’intention d’y renoncer.

La drogue du pouvoir les rend tous sanguinaires.

Le pouvoir est le pouvoir sur d’autres êtres humains. Sur les corps mais surtout sur les esprits.

Ce qui les fait jouir, c'est le pouvoir, non sur les choses, mais sur les hommes.

Et comment un homme s’assure-t-il de son pouvoir sur un autre homme ? En le persécutant.

Le pouvoir est d’infliger des souffrances et des humiliations.

Le pouvoir est de déchirer l’esprit humain en morceaux que l’on rassemble ensuite sous de nouvelles formes que l’on a choisies.

Le pouvoir, qu'il soit fasciste ou capitaliste crée un monde de crainte, de trahison, de tourment. Un monde d’écraseurs et d’écrasés. Un monde de haine.

Le pouvoir, c'est une botte de soudard écrasant un visage.

Le pouvoir, c’est défier la Justice jusqu’au mépris.

Mais ce pouvoir là, aveugle, criminel, se renverse, se conquiert, s'arrache par le courage, le sacrifice, la volonté de justice.

Le pouvoir n'est pas invincible. Les Sans-culotte l’ont jadis démontré en écrivant leur victoire à l’encre de leur sang.



Tridi 3 Frimaire 221


Illustration X - Droits réservés

 

22/11/2012

La droite la plus con du monde !

chimulus copé fillon merde.jpg

 

 

On est les champions ! On est les champions !

Au nez ! Au nez ! On est les champions !

Ils le proclament à la ronde :

" Nous sommes la droite la plus con du monde ! 

Nous sommes tellement couillons

Que nous perdons toutes les élections

Les municipales,

Puis les régionales,

La présidentielle, mère des élections

Puis les législatives pour finir la ration

Voilà de belles preuves de notre connerie !

« De droite », c’est être con ! Eh ! Toi, pourquoi tu ris ?

Ah ! C’est vrai j’oubliais :

Le foutoir intégral de Fillon et Copé.

C’est vrai, là on fait fort

Plus cons que des butors.

On en arrive à perdre, en nous couvrant de boue

Une élection que l’on fait…entre nous !

On est les champions ! On est les champions !

Au nez ! Au nez ! On est les champions !

Nous, on peut tout promettre sans jamais rien tenir

Nous, on sait magouiller sans peur de se salir

Nous, on peut s’engraisser sur le dos des manards

Nous, devant les puissants, on baisse le bénard

Devant eux, s’il le faut, on sait se montrer veule

Leur rendre des services et fermer notre gueule

Nous, on peut trafiquer en restant populaire

Pressurer l’ouvrier plutôt que l’actionnaire

Nous, on peut sans vergogne renier nos paroles

Trimbaler à nos culs des tas de casseroles

Nous on peut sans déchoir, sans peur de s’avilir

Et la main sur le cœur dénoncer et trahir,

Enfiler nos semblables par tous les orifices

Pourvu que l’on y trouve de juteux bénéfices.

Champions du monde !

On est la droite la plus con du monde !

On est les champions ! On est les champions !

Au nez ! Au nez ! On est les champions ! "

 

VictorAyoli

 

 Duodi 2 Frimaire 221


Merci à Chimulus

 

16/11/2012

Le temps de la crise

Revolution-Delacroix.gif

 

 

Il est revenu le temps de la crise

Le temps des torgnoles le temps des chômeurs

Sans rien dans l’assiette

Pour les banquiers c’est le temps de la fête

Mais pour les prolos c’est le temps des pleurs

Pour éradiquer le temps de la crise

Bientôt va sonner le temps des fureurs.

 

 

Ras le cul de tous les fauteurs de crise

De tous les salauds de tous les rufians

Qui piquent l’oseille

Il est temps que le peuple se réveille

Que vienne l’espoir aux couleurs de sang

Car il a bon dos le temps de la crise

Mais bientôt la peur va changer de camp

 

 

Elle vous arrange cette sacrée crise

Merkel, Parizot tous vos beaux discours

Et ceux de Bruxelles

C’est pas ça qui remplira nos gamelles

Avec ce que laissent vos becs de vautours

Vous regretterez le temps des valises

Lorsque vous aurez une corde au cou

 

Ecoutez gronder  la rumeur sans fin

Des peuples battus qui crèvent de faim

Dans la riche Europe

Espagnols et Grecs, tous ceux qui écopent

L’océan de pleurs des sombres chagrins

Qu’engendrent banquiers et autres salopes

Qui se goinfrent en bouffant notre grain

 

Entendez le bruit du fer qu’on aiguise

Des balles qui vous laisseront au cœur

Une plaie ouverte

La Révolution qui nous est offerte

Va vous dévorer comme une tumeur

Ô Peuples debout, foules insoumises

Vous retrouverez enfin votre honneur


VictorAyoli

 

Merci à Jean-Baptiste Clément, Antoine Renard et Eugène Delacroix


Sextidi 26 Brumaire 221

 

31/10/2012

Les couacs et les peigne-culs

chieur Topor.jpg

 

 

Ecoutez jacasser ces vieilles pies bavardes

Elles claquent du bec une bave poissarde,

Leurs croupions déplumés chient des fientes de fiel,

L’odeur de leur cerveau est pestilentielle.

 

Cloportes et cafards partagent leurs estrons

Ils sont laids, ils sont lâches, ils sont aussi poltrons.

Puants comme putois et furtifs comme rats

Ecoutez-les miauler de leurs voix de castrats !

 

Jacob, NKM, Accoyer ou Copé,

Tous les seconds couteaux de cette uhèmepets

Jetée par l’électeur, dégueulent à tour d’antennes

 

Les aigreurs de leur bile et leurs rires d’hyènes

Dans les canards laquais et autres torche-cul

Qu’attendez-vous, à gauche, pour leur botter le cul ?

 

VictorAyoli


 

Nonidi 9 Brumaire 221

 

Merci à Topor 

05/10/2012

Pantaïe…

rêve chut.jpg

 

 

 

Aïe avé drim

C'est de pendre tous les banquiers,

Par les couilles ou par les pieds

Ou encor' de les fusiller

Mais, avant, de leur faire raquer

Tout le pognon qu'ils ont piqué,

Aux pauvres cons qu'ils ont niqués.

 

Aïe avé drim

C'est d'exploser les politiques

Sans vergogne et sans éthique,

Ces vieux cumulards prostatiques,

Résidus de fosses septiques

Dont la seule et unique tactique

Est: parasiter la République.

 

Aïe avé drim

C'est d'empaler tous les bigots

Ces insupportables cagots

Curés, rabbins, imams dingos

Qui se dressent sur leurs ergots

Pour abrutir tous les gogos

Et leur emplâtrer le magot.

 

Aïe avé drim

C'est d'arracher les deux roustons

Puis de couler dans le béton

Les marchands de merde en veston

Qui nous vendent leurs rogatons,

Viandes pourris et faux frometons

Dans leurs grandes surfaces de con.

 

Aïe avé drim:

La revanche de ceux qui triment...

 

 

 Quartidi 14 Vendémiaire 221


Illustration X - Droits réservés

 

 

03/10/2012

L’hiver arrive, préparons notre enfer : c’est chauffé !

dieu masque.jpg

 

 

Oh ! Dieu, Yahvé, Allah, Bouddha et tutti quanti

Existez-vous ou pas ? On s’en fout ! Sapristi !

Mais si par quelqu’hasard vous existassiez

Dites à vos employés qu’ils nous font tous chier !

Curés, rabbins, imams, tous ces bourreurs de crânes

Culs serrés rabat-joie, nous prennent pour des ânes.

Ils nous les gonflent grave avec leurs conneries

Est-elle hallal, casher, des bestiaux la tuerie ?

Sont-ils donc estourbis, égorgés ou saignés ?

Cornedieu ! On s’en fout de ces discours de niais !

Les imbéciles heureux que le besoin de croire

Rend aptes à gober des monceaux de bobards.

Croire n’importe quoi, croire n’importe qui !

Surtout ne pas penser ! Trop dangereux Kiki !

De la pensée nait l’inquiétude.

Pas confortable l’inquiétude !

Faut-il avoir vraiment un Q.I. de mérou

Pour croire en vous, curés, imâms, rabbins, gourous

Qui vous précipitez sur la misère humaine

Comme mouches à merde sur des fruits de bedaine.

Vous confisquez la Vie, vous promettez le Ciel

Votre esprit est tordu, votre voix est de fiel,

Partout où vous passez agonise l’espoir,

Vous mettez la Raison, toujours, sous l’éteignoir.

Votre fond de commerce, votre sale bizness,

N’est que l’exploitation de l’insigne faiblesse

Et la crédulité de gens déboussolés

Prêt à tout abdiquer pour être consolés.

Pour vos sombres desseins, toute détresse est belle,

Vous êtes des machines à laver les cervelles

Des crédules victimes qui tombent dans vos rets

Et qui seront broyés, ruinés puis essorés

Pour vous servir d’esclaves, de chiens, de trous à bites,

De zombies asservis, de main d’œuvre gratuite.

Ô toi, Humain mon frère, que l’existence angoisse

Fuit comme le sida leurs sinistres paroisses

N’écoute pas la peur et fuit tous ces menteurs

N’écoute pas tous les profiteurs de la peur

Surtout ne croit en rien, rejette toute foi

Que le doute, toujours, soit ton ultime Loi.

Puisque tu n’y peux rien, puisqu’au bout de la Route

Inconnu ou néant apaiseront tes doutes.

Puisque tu n’y peux rien, attends sans peur la mort

Goûte plutôt la Vie sans pleurer sur ton sort.

 

VictorAyoli

 

Duodi 12 Vendémiaire 221

 

Photo X – Droits réservés

 

 

01/10/2012

Gandrange, Florange in memoriam…

Mittal dessin.jpg

Mittal, prototype du "tueur" ultra libéral sans états d'âme... 

 

L’humour étant la politesse du désespoir, essayons de sourire pas trop jaune à ce pastiche caustique du groupe « Chanson-plus-bi-fluoré » sur l'air des célèbres "Trois cloches":

 

 

 

Chômage au fond de la vallée
C'est là la vraie fatalité
Voici qu'en la nuit étoilée
Un sans emploi nous est donné
Séraphin Deudroit il se nomme
Il était cadre et respecté
Aujourd'hui pôvre petit homme
Voilà que tu es licencié
Quand la cloche sonne sonne
C'est à l'Armée du Salut
Que se rassemblent les hommes
Les hommes qu'ont tout perdu
Armée froide qui résonne
En haillons et peu vêtus
Plus de trois millions entonnent
Le chant triste et monotone
C'est la chanson du chôm'du

Chômage au fond de la vallée
Peu de familles sont épargnées
Voilà qu'après dix-neuf années
Le Séraphin est remercié
Qu'arrive-t-il ? Ah quel marasme !
Sa femme geint près de l'évier
Ses deux fillettes font de l'asthme
Son vieux chien est paralysé
Quand la cloche sonne sonne
C'est la douleur des vaincus
Qui au fond des cœurs résonne
Comme un cri d'amour perdu
Et l'assistante sociale
Ne pourra rien y changer
Séraphin est au plus mal
Part à la banque locale
Avec un grand pistolet

Chômage au fond de la vallée
Un drame horrible est arrivé
Hier un homme a pris en otage
Le patron du Crédit (censuré)
Séraphin Deudroit il se nomme
Il était cadre et respecté
Aujourd'hui pôvre petit homme
Les policiers l'ont arrêté
Quand la cloche sonne sonne
C'est chaque jour à midi
Que se rassemblent les hommes
Pour un repas entre amis
Séraphin est tout sourire
Plus besoin de RMI
A l'atelier on l'admire
On assure son avenir
A la prison de Fleury

A la prison de Fleury……

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=PIW8boarcVE

 

Décadi 10 Vendémiaire 221

 

Illustration: merci à Nalair 

03/09/2012

Adresse virile au Président « Normalou » !

hollande ayrault couchés.jpg

 

 

Eh là ! Oh ! Où va-t-on président « Normalou » ?

Même question pour toi, prem’ministre « Tranquillou » ?

Pour dégager Sarko, nous vous avons élus,

C’est fait, il est parti le triste hurluberlu.

Maintenant allez-y ! Faut retrousser les manches,

Faut définir un cap, et tenir bon le manche !

« Normalou », on n’a pas oublié tes promesses,

Faudra-t-il te les rappeler avec rudesse ?

Tes ministres, éhontés, font la danse du ventre

Devant le patronat esbaudi, dans son antre !

Ne nous as-tu pas dit, avec mâle assurance

Que tes vrais ennemis sont les gens de finance ?

Alors, face aux banquiers, pourquoi te couches-tu 

Et sur le Livret A en as-tu rabattu ?

Quand vas-tu attaquer ta réforme fiscale ?

Mais une vraie réforme et pas un truc bancal,

Une qui fait payer, enfin, les pleins de thunes,

Qui multiple par dix l’impôt sur la fortune,

Qui équilibrera capital et salaires,

Reprendra le pognon pompé par l’actionnaire,

Pour le rendre aux manards blanchis sous le harnois,

Mais des vrais picaillons, pas juste quelques noix !

Tu devais fusionner l’impôt sur le revenu

Et la CSG. Or, on n’en parle plus !

Ne nous aurais-tu pas pris un peu pour des billes

En « revalorisant » le Smic de trois lentilles ?

« Oui mais Bruxelles là, oui mais l’Europe ci… »

Bouscule, s’il le faut, cette Europe moisie !

Recadre la Merkel, rabat son arrogance

C’est ce que tous les peuples attendent de la France.

Monsieur le président, ci-devant Normalou,

Mais qui donc proclamait : « Si c’est flou, y a un loup » ?

Alors sors de ce flou, mets tes gens au turbin,

Mais un turbin de gauche, pas un truc de larbins !

Bouffe les financiers à la sauce gribiche

Et dis à « Tranquillou » de se bouger les miches !


VictorAyoli


Octidi 18 Fructidor 220


Illustration X - Droits réservés

 

 

 

 

 

 

 

 

19/07/2012

Pour se laver les boyaux de la tête : salade de mots d’été.

 

 

rafraichissement.jpg

 

 

 

 

Sur le collier du chien que tu laisses au mois d'août

Sur la vulgarité de tes concours de pets

Sur l'étendard nazi et sur le drapeau rouge

Sur la rosette au coin du vieillard officiel

Sur les blousons kaki, sur les képis dorés

Sur le cul blanc des féministes

Sur le mandrin des misogynes

Sur le béret obtus des chauvins aveuglés

Sur la croix des cathos, le croâ des athées

Sur tous les bulletins et sur toutes les urnes

Où les crétins votants vont se faire entuber

Sur l'espoir en la gauche

Sur la gourmette en or de mon coiffeur de droite

Sur la couenne des connes aplaties sur les plages

Sur l'asphalte encombré de cercueils à roulettes

Sur les flancs blancs d'acier des bombes à neutron

Que tu t'offres à prix d'or sur tes impôts forcés

Sur la sébile humiliante et dérisoire

Qu'il faut tendre pourtant à tous les carrefours

Pour aider à freiner l'ardeur des métastases

Sur le mur de la honte et sur les barbelés

Sur les fronts dégarnis des commémorateurs

Pleurant au cimetière qu'ils ont eux-mêmes empli

Sur le petit écran qui bave encore plus blanc

Sur l'encéphalogramme éternellement plat

Des musclés, des Miss France et des publicitaires

Sur l'étendard vainqueur de la médiocrité

Qui flotte sur les ondes hélas abandonnées

Aux moins méritants des handicapés mentaux

Sur la Bible et sur Mein Kampf

Sur le Coran frénétique

Sur le missel des marxistes

Sur les choux-fleurs en trop balancés aux ordures

Quand les enfants d'Afrique écartelés de faim

Savent que tu t'empiffres à mourir éclaté

Sur le nuage

Sur la lune

Sur le soleil atomique

Sur le cahier d'écolier de mes enfants irradiés

J'écris ton nom

HOMME.

 

Victor Chabert

remarquable pastiche de la poésie "Liberté" de Paul Éluard, 1942


Duodi 2 Thermidor 220


Photo X - Droits réservés

 


 

14/07/2012

Sourire du 14 juillet

villesoule été 2010 009.JPG

 

Célébration du 14 juillet dans la forêt.

Qu'il est joyeux aujourd'hui
Le chêne aux rameaux sans nombre,
Mystérieux point d'appui
De toute la forêt sombre !

Comme quand nous triomphons,
Il frémit, l'arbre civique ;
Il répand à plis profonds
Sa grande ombre magnifique.

D'où lui vient cette gaieté ?
D'où vient qu'il vibre et se dresse,
Et semble faire à l'été
Une plus fière caresse ?

C'est le quatorze juillet.
À pareil jour, sur la terre
La liberté s'éveillait
Et riait dans le tonnerre.

Peuple, à pareil jour râlait
Le passé, ce noir pirate ;
Paris prenait au collet
La Bastille scélérate.

À pareil jour, un décret
Chassait la nuit de la France,
Et l'infini s'éclairait
Du côté de l'espérance.

Tous les ans, à pareil jour,
Le chêne au Dieu qui nous crée
Envoie un frisson d'amour,
Et rit à l'aube sacrée.

Il se souvient, tout joyeux,
Comme on lui prenait ses branches !
L'âme humaine dans les cieux,
Fière, ouvrait ses ailes blanches.

Car le vieux chêne est gaulois :
Il hait la nuit et le cloître ;
Il ne sait pas d'autres lois
Que d'être grand et de croître.

Il est grec, il est romain ;
Sa cime monte, âpre et noire,
Au-dessus du genre humain
Dans une lueur de gloire.

Sa feuille, chère aux soldats,
Va, sans peur et sans reproche,
Du front d'Epaminondas
À l'uniforme de Hoche.

Il est le vieillard des bois ;
Il a, richesse de l'âge,
Dans sa racine Autrefois,
Et Demain dans son feuillage.

Les rayons, les vents, les eaux,
Tremblent dans toutes ses fibres ;
Comme il a besoin d'oiseaux,
Il aime les peuples libres.

C'est son jour. Il est content.
C'est l'immense anniversaire.
Paris était haletant.
La lumière était sincère.

Au loin roulait le tambour...?
Jour béni ! jour populaire,
Où l'on vit un chant d'amour
Sortir d'un cri de colère !

Il tressaille, aux vents bercé,
Colosse où dans l'ombre austère
L'avenir et le passé
Mêlent leur double mystère.

Les éclipses, s'il en est,
Ce vieux naïf les ignore.
Il sait que tout ce qui naît,
L'oeuf muet, le vent sonore,

Le nid rempli de bonheur,
La fleur sortant des décombres,
Est la parole d'honneur
Que Dieu donne aux vivants sombres.

Il sait, calme et souriant,
Sérénité formidable !
Qu'un peuple est un orient,
Et que l'astre est imperdable.

Il me salue en passant,
L'arbre auguste et centenaire ;
Et dans le bois innocent
Qui chante et que je vénère,

Étalant mille couleurs,
Autour du chêne superbe
Toutes les petites fleurs
Font leur toilette dans l'herbe.

L'aurore aux pavots dormants
Verse sa coupe enchantée ;
Le lys met ses diamants ;
La rose est décolletée.

Aux chenilles de velours
Le jasmin tend ses aiguières ;
L'arum conte ses amours,
Et la garance ses guerres.

Le moineau-franc, gai, taquin,
Dans le houx qui se pavoise,
D'un refrain républicain
Orne sa chanson grivoise.

L'ajonc rit près du chemin ;
Tous les buissons des ravines
Ont leur bouquet à la main ;
L'air est plein de voix divines.

Et ce doux monde charmant,
Heureux sous le ciel prospère,
Épanoui, dit gaiement :
C'est la fête du grand-père.


Victor Hugo


Septidi 27 Messidor 220

07/07/2012

Complainte d’un lavoir malheureux

lavoir des Angles 2.jpg

 

Il était une fois, blotti sous la falaise

Du village des Angles, un lavoir bien à l’aise.

Ce lavoir provençal vivait là, bien peinard,

Sa superbe charpente l’abritait du cagnard,

D’une source discrète, une eau fraîche et limpide

Enluminait ses pierres de ses trésors liquides.

Il vivait avec elle une histoire d’amour

Qu’il pensait pouvoir faire rimer avec toujours…

Les jeunes du village venaient s’y rencontrer

Y boire quelques bières, rire fort, chahuter.

Le lavoir aimait ça ! Le bruit, les cris, les rires

Lui rappelait le temps lointain où les délires

Des belles lavandières, toujours le verbe haut

Réglaient en s’engueulant leurs comptes conjugaux !

Ah ! Il en avait vu des vertes et des pas mûres !

Les gaillardes tapaient le linge et, pour sûr,

Quelques fois leurs battoirs s’abattaient sur les fesses

Quand ce n’est sur la tête de ces rudes diablesses !

Le lavoir cru enfin retrouver la vraie vie

Quand de nouveaux Anglois lavèrent leurs tapis.

Mais c’était sans compter sur quelque acharnement,

On plaqua sur ces murs cet avis infamant :

« Avis à la population

Sous peine de contravention

Il est désormais interdit

De laver, ici, des tapis »

Foin de salamalecs, de pater ou d’avés,

Le propre d’un lavoir n’est-il pas de laver !

Les anciens en faisaient leur « banc des sénateurs »,

Les rires des enfants égaillaient le secteur…

Hélas, quelques voisins, égoïstes grincheux

Allaient jouer bientôt le rôle de fâcheux,

Excédés par les cris, les chansons et les rires

Ils obtinrent du maire ce qui se fait de pire

En Provence, où l’eau est un bien précieux

Que l’on doit respecter comme un cadeau des dieux.

Alors « on » détourna cette eau vers des gargouilles

Où elle se perd pour tous, hormis pour les grenouilles…

Comme l’ont illustré, et Pagnol, et Giono

C’est un crime en Provence que de détourner l’eau.

Le lavoir, éploré de son amour perdu,

Réclame à qui de droit cette eau qui lui est due !

 

VictorAyoli - Anglois

 

 

lavoir des Angles.jpg

 

Décadi 20 Messidor 220

 

Photos X - Droits réservés

  

25/06/2012

Trotsko-talibans : les fossoyeurs d’espoir

doigt d honneur sixtine.jpg

 

 

Ah qu’ils ont de la chance les trostko-talibans

Eux qui touchent au Graal : la Sainte Vérité

Ils n’ont pas à penser, ils n’ont pas à douter

Le « Messie » a placé le « Vrai » sous leur turban.

Ils hurlent, vocifèrent, insultent, excommunient ;

Comme hyènes en chasse, fielleux, ils sont unis

Pour trainer dans la boue qui ose critiquer

Le combat mal choisi du Chef qui, dans le Nord,

Avec panache certes, s’est pourtant fait niquer

Au lieu de soutenir les bretteurs de son bord.

Lisez-les, voyez donc comment manient la haine

De tristes viragos, tout comme le F-haine !

Ces trotsko-talibans sont trop purs, sont trop haut

Pour se salir les mains dans les impurs travaux

Qu’implique la gestion du terrible héritage

Des sarko-trafiquants. Pour eux, pas de partage !

Ils sont purs, se croient beaux, sont superbement seuls

Et leur pauvre drapeau ressemble à un linceul.

Pourtant lorsqu’il faut bien déboucher un chiotte,

Faut, pour y arriver, mettre les mains dans la merde !

Ça, ce n’est pas pour eux, ces marquis, ces chochottes…

Combien de coups de pieds, dans les fesses, se perdent !

Bah ! Laissons-les baver ces fossoyeurs d’espoirs

Assis depuis un siècle, attendant le Grand Soir.

Comme disait Audiard en quelques mots concis

Un con qui marche va plus loin qu’un intello assis !

 

VictorAyoli

 

 

 Octidi 8 Messidor 220


Illustration X - Droits réservés

19/06/2012

Ségolène attire-t-elle les Ganelon ?

 

 

ganelon écartelé.jpg

 

Le Prix Ganelon, qui nomme la traitrise la plus spectaculaire revient sans conteste, cette année, à ce pittoresque personnage qui, sous le drapeau socialiste, s’est fait élire par les sarkozistes et les lepenistes ! Ségolène en a référé au grand Victor Hugo, voici donc ce texte référence :

 

Victor Hugo. "Ce que c'est que l'exil"....

« Le droit incarné, c'est le citoyen ; le droit couronné, c'est le législateur. Les républiques anciennes se représentaient le droit assis dans la chaise curule, ayant en main ce sceptre, la loi, et vêtu de cette pourpre, l'autorité. Cette figure était vraie, et l'idéal n'est pas autre aujourd'hui. Toute société régulière doit avoir à son sommet le droit sacré et armé, sacré par la justice, armé de la liberté.

Dans ce qui vient d'être dit, le mot force n'a pas été prononcé. La force existe pourtant ; mais elle n'existe pas hors du droit ; elle existe dans le droit.

Qui dit droit dit force.

Qu'y a-t-il donc hors du droit ?

La violence.

Il n'y a qu'une nécessité, la vérité ; c'est pourquoi il n'y a qu'une force, le droit. Le succès en dehors de la vérité et du droit est une apparence. La courte vue des tyrans s'y trompe ; un guet-apens réussi leur fait l'effet d'une victoire, mais cette victoire est pleine de cendre ; le criminel croit que son crime est son complice ; erreur ; son crime est son punisseur ; toujours l'assassin se coupe à son couteau ; toujours la trahison trahit le traître ; les délinquants, sans qu'ils s'en doutent, sont tenus au collet par leur forfait, spectre invisible ; jamais une mauvaise action ne vous lâche ; et fatalement, par un itinéraire inexorable, aboutissant aux cloaques de sang pour la gloire et aux abîmes de boue pour la honte, sans rémission pour les coupables, les Dix-huit Brumaire conduisent les grands à Waterloo et les Deux-Décembre traînent les petits à Sedan.

Quand ils dépouillent et découronnent le droit, les hommes de violence et les traîtres d'état ne savent ce qu'ils font. »

 

Duodi 2 Messidor 220


Illustration X - Droits réservés

09/06/2012

Ouiquinde érotique avec Arthur Rimbaud

 

femmes et griffes.jpg

 

 

L'orgie parisienne ou Paris se repeuple...



Ô lâches, la voilà ! Dégorgez dans les gares !
Le soleil essuya de ses poumons ardents
Les boulevards qu'un soir comblèrent les Barbares.
Voilà la Cité sainte, assise à l'occident !

Allez ! on préviendra les reflux d'incendie,
Voilà les quais, voilà les boulevards, voilà
Les maisons sur l'azur léger qui s'irradie
Et qu'un soir la rougeur des bombes étoila !

Cachez les palais morts dans des niches de planches !
L'ancien jour effaré rafraîchit vos regards.
Voici le troupeau roux des tordeuses de hanches:
Soyez fous, vous serez drôles, étant hagards !

Tas de chiennes en rut mangeant des cataplasmes,
Le cri des maisons d'or vous réclame. Volez !
Mangez ! Voici la nuit de joie aux profonds spasmes
Qui descend dans la rue. Ô buveurs désolés,

Buvez ! Quand la lumière arrive intense et folle,
Fouillant à vos côtés les luxes ruisselants,
Vous n'allez pas baver, sans geste, sans parole,
Dans vos verres, les yeux perdus aux lointains blancs ?

Avalez, pour la Reine aux fesses cascadantes !
Ecoutez l'action des stupides hoquets
Déchirants! Ecoutez sauter aux nuits ardentes
Les idiots râleux, vieillards, pantins, laquais !

Ô cœurs de saleté, bouches épouvantables,
Fonctionnez plus fort, bouches de puanteurs !
Un vin pour ces torpeurs ignobles, sur ces tables...
Vos ventres sont fondus de hontes, ô Vainqueurs !

Ouvrez votre narine aux superbes nausées !
Trempez de poisons forts les cordes de vos cous !
Sur vos nuques d'enfants baissant ses mains croisées
Le Poète vous dit: "Ô lâches, soyez fous !

Parce que vous fouillez le ventre de la Femme,
Vous craignez d'elle encore une convulsion
Qui crie, asphyxiant votre nichée infâme
Sur sa poitrine, en une horrible pression.

Syphilitiques, fous, rois, pantins, ventriloques,
Qu'est-ce que ça peut faire à la putain Paris,
Vos âmes et vos corps, vos poisons et vos loques ?
Elle se secouera de vous, hargneux pourris !

Et quand vous serez bas, geignant sur vos entrailles,
Les flancs morts, réclamant votre argent, éperdus,
La rouge courtisane aux seins gros de batailles
Loin de votre stupeur tordra ses poings ardus !

Quand tes pieds ont dansé si fort dans les colères,
Paris! quand tu reçus tant de coups de couteau,
Quand tu gis, retenant dans tes prunelles claires
Un peu de la bonté du fauve renouveau,

Ô cité douloureuse, ô cité quasi morte,
La tête et les deux seins jetés vers l'Avenir
Ouvrant sur ta pâleur ses milliards de portes,
Cité que le Passé sombre pourrait bénir:

Corps remagnétisé pour les énormes peines,
Tu rebois donc la vie effroyable ! tu sens
Sourdre le flux des vers livides en tes veines,
Et sur ton clair amour rôder les doigts glaçants !

Et ce n'est pas mauvais. Les vers, les vers livides
Ne gêneront pas plus ton souffle de Progrès
Que les Stryx n'éteignaient l'œil des Cariatides
Où des pleurs d'or astral tombaient des bleus degrés."

Quoique ce soit affreux de te revoir couverte,
Ainsi; quoiqu'on n'ait fait jamais d'une cité
Ulcère plus puant à la Nature verte,
Le Poète te dit: "Splendide est ta Beauté !"

L'orage t'a sacrée suprême poésie;
L'immense remuement des forces te secourt;
Ton œuvre bout, la mort gronde, Cité choisie !
Amasse les strideurs au cœur du clairon sourd.

Le Poète prendra le sanglot des Infâmes,
La haine des Forçats, la clameur des Maudits;
Et ses rayons d'amour flagelleront les Femmes.
Ses strophes bondiront: Voilà! voilà! bandits!

- Société, tout est rétabli: - les orgies
Pleurent leur ancien râle aux anciens lupanars:
Et les gaz en délire, aux murailles rougies,
Flambent sinistrement vers les azurs blafards !

Arthur Rimbaud

 

Duodi 22 Prairial 220


Photo X - Droits réservés