Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/07/2012

Marisol Touraine à l’assaut de la forteresse des toubibs. Bon courage madame la ministre !

médecin stétoscope.jpeg

 

 

La ministre de la santé semble décidée a – enfin – secouer le cocotier de l’organisation de la médecine sur le territoire de la république et promet de s’attaquer réellement au scandale des dépassements d’honoraires. Tiens, en voilà une nouvelle qu’elle est bonne !


Au village où j’accroche chaque année mon hamac pour mes quartiers d’été, quelque part à près de 1300 mètres, dans le Gévaudan, depuis plus d’un an maintenant que nous avons de nouveau un toubib. Fort compétent et sympathique. Il est…Espagnol.


Avant lui, il était venu une docteure roumaine. Bien reçue car la municipalité a bien fait les choses : l’ancienne boulangerie, sur la place, face au bistrot, a été rachetée et transformée en cabinet médical bien conçu et bien équipé. Avec un coquet appartement de fonction juste au dessus. Malgré cela, il a fallu des mois pour que ce cabinet médical trouve son toubib, et la belle Roumaine n’y a pas fait de vieux os ! Le village est resté plus d’un an sans médecin… Vaut mieux être en acier trempé ! Par contre, le reste de l’année que je passe en Provence, il y a l’embarras du choix…


Chez nous, les toubibs, dont les études ont été payées par la collectivité, donc par vos et mes impôts, rechignent à s’isoler dans les cambrousses. Il est plus facile de gagner du pognon en expédiant 40 clients (on ne peut plus dire patients…) par jour dans les villes du sud ou en région parigote que de se farcir les scrofules purulentes qu’il faut aller nettoyer souvent dans la gadoue, le brouillard, les merdes de vaches et parfois même la méfiance de populations isolées. Là, le 4x4 a une raison d’être…


La situation des toubibs en France est tout ce qu'il y a d'ambigüe: elle est d'organisation et de philosophie libérale (liberté totale d'implantation) mais elle est payée de façon sociale (par la Sécu). Il est aberrant que l'Etat (ou la Sécu) n'est pas son mot à dire concernant l'implantation - au moins partielle - des toubibs dans le temps et l'espace national. Toute réforme se heurte évidemment au lobby de la profession médicale, très puissant, surreprésenté tant à l'Assemblée nationale qu'au Sénat.


La question de la rémunération des praticiens est aussi à dépoussiérer. Il va de soi que le toubib qui accepte de pratiquer son art en cambrousse ou en banlieue remuante devrait être payé à un tarif supérieur à son collègue parisien ou du midi de la France. Il est normal de récompenser le volontarisme, voire l’abnégation de ces héros des temps modernes que sont les toubibs de campagne.


Quant au scandale des « professeurs » qui posent sans vergogne la facture du bakchich (dépassement d’honoraire) de leur prestation sur la table de nuit du malade encore dans les vapes après une opération, il conviendrait de sabrer sans pitié. D’autant plus que ces abus sévissent souvent avec la complicité des hôpitaux publics…


Bon courage Madame la ministre !

 


Quintidi 25 Messidor 220


Photo X - Droits réservés

11/07/2012

Eh ! Ça ne gaze pas, ces gaziers qui augmentent rétroactivement le prix du gaz !

GDF dessin Fanch.jpg

 

 

Gaz de France, c’était une entreprise nationale. Appartenant aux citoyens. C’était une entreprise qui marchait bien et qui était juteuse. Trop juteuse aux yeux de la droite alors au pouvoir. Trop « française » aux yeux des talibans libéraux de Bruxelles. Hummm ! Y a bon le gâteau que se disaient les financiers de Suez !

A l’époque, Sarko sévissait à Bercy et proclamait : « C’est clair, c’est simple et c’est net : il n’y aura pas de privatisation de GDF. » Ben voyons…

On a donc inventé une « menace »  de ENEL, entreprise italienne, sur Suez. Patriotisme économique ! Ah non mais ! On ne va pas se laisser bouffer par ces chanteurs de bel canto ! Villepin, alors premier ministre, pour « sauver » Suez, préconise le rapprochement avec Gaz de France. Ce qui implique alors la privatisation de la compagnie nationale. Les syndicats se mobilisent, le conseil constitutionnel met l’opération en veilleuse jusqu’à ce que… Sarko relance l’affaire ! Il faut dire que les résultats de l’entreprise publique, dopés par le relèvement des tarifs à l’échelle européenne, à l’époque, étaient fort brillants ! Fallait en faire profiter les amis…

Après avoir pris l’engagement « solennel » de ne jamais abaisser la participation de l’Etat dans le capital de GDF en dessous de 70 %, le gouvernement de Dominique de Villepin a ensuite accepté, que la part de l’Etat ne soit plus que de 36,5%...

Tout ça, bien sûr, dans « l’intérêt » du consommateur qui devait bénéficier de cette privatisation grâce à la sainte « concurrence libre et non faussée ». On sait ce qu’il en est : rafales constantes d’augmentation des tarifs du gaz par une entreprise privée en situation de monopole. GDF était une entreprise qui marchait très bien pour le plus grand profit des clients-contribuables-propriétaires… Ceux-ci sont maintenant cocus et les énormes bénefs vont non pas au pays, mais dans la poche des actionnaires, en grande partie étrangers…

Et voilà que les « Sages » Conseil d’Etat retoque une des rares mesures positives de Fillon et…demande aux cochons de payants d’usagers de retourner leurs poches à titre rétroactifs à cause d’un mode de tarification ésotérique sortie des têtes d’œufs de la compagnie… Alors que le prix du gaz au niveau mondial diminue!

Eh ! Ayrault. On fait quoi là ?

 

Quartidi 24 Messidor 220

 

Merci à Fanch

 

10/07/2012

Au bistro de la toile : éthylotests.

chimulus bistro copie.jpg

 

- Oh ! Victor, tu les a tes éthylotests ? Parait qu’il en faut deux. Je suppose que c’est un pour le souffleur et un pour qui le fait souffler ?

 

- Il y a plus de cinq ans que j’ai un éthylotest à la maison. Un vrai. Equivalent à celui des flics. Un cher. Electronique. Acheté en pharmacie. Et je m’en sers. Lorsque moi je dois conduire et aussi lorsque des amis viennent chez moi faire une petite bringue. Et bien des gens sont étonnés… On est vite dans le rouge ! Donc, personnellement, je trouve que l’idée est bonne. Elle serait surtout meilleure en rendant obligatoire des systèmes d’anti-démarrage de la bagnole ou…du camion ! Maintenant, sur les motivations de ce décret le rendant obligatoire, il y a à dire…

 

- Eh bien dis-le !


- Il y a un an, en  juillet dernier, une association, "I-Test" se crée pour militer en faveur d'éthylotests obligatoires dans toutes les voitures. Ils interpellent le Ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, et hop quelques mois plus tard le décret sort, vite fait, bien fait. La nouvelle infraction est créée, avec une amende de 17 euros à la clef.  Mais, là où le bât blesse c’est quand on se penche sur la question de savoir à qui va bénéficier ce juteux marché ? Et là, surprise ! C’est ce qu’explique un article publié sur le site Internet lequipement.fr (http://www.lequipement.fr/) , et intitulé « Éthylotest obligatoire : Jackpot pour Contralco ». Il s’agit d’une société, basée dans l’Hérault, en situation de quasi-monopole avec 90 % du marché français et leader européen. Ainsi, l’Hexagone représente 36 millions d’automobilistes et 1 à 2 millions de deux-roues. Selon les calculs du site, sur une base de deux éthylotests par usagers de la route ce sont 72 millions d’unités à fournir. Basée dans l'Hérault, cette société de 61 employés est la seule entreprise française à produire et vendre des éthylotests, électroniques ou à usage unique. En 2008, la vente de 13 millions d'éthylotests a permis à Contralco d'afficher un chiffre d'affaires de près de 5 700 000 €. Fournisseur officiel de la Police et de la Gendarmerie, Contralco précise que les Forces de l'Ordre ne représentent que 35 % de son activité quand le grand public plafonne à seulement 25 %. Bonne nouvelle, le nouveau Code de la Route va changer ça, en multipliant les ventes par plus de 5.

 

- …taing ! Il doit avoir les bras long le patron…

 

 

- Probablement. Mais là où ça devient « pittoresque », c’est lorsqu’on voit qui sont les membres de cette association"philanthropique" I-Test : ils sont très, très, très proches…des fabricants de ces éthylotests ! Tiens, en voilà la liste :

Association I-Tests, la liste des membres


Liste des adhérents, membres actifs et suppléants :

Sources : http://www.lequipement.fr/info/493/ethylotest-obligatoire-Jackpot-pour-Contralco#association-liste-membres



Tridi 23 Messidor 220


Merci à Chimulus


Une précision que m'envoie un lecteur:

Au chapitre des caractéristiques de l'éthylotest sur lesquelles peu de personnes s'étendent, il y a son "principe actif". La substance qui entre en réaction avec l'éthanol exhalé par le délinquant en puissance s'appelle le dichromate de potassium (K2Cr2O7). Et cette substance présente quelque inconvénients, elle aussi :

1) C'est une substance hautement toxique, et en particulier un allergène (en particulier : allergie au chrome, très fréquente) et à l'origine d'eczéma (pathologies cutanées).

2) C'est un produit explicitement cancérigène (fortement oxydant et corrosif).

Pourtant, nulle filière de recyclage spécifique qui ait été envisagée, aucune précaution de stockage ou d'emploi où que ce soit. En d'autres termes, on va bientôt en retrouver un peu partout dans la nature.

09/07/2012

Merkel et Hollande : les bisous !

hollande merkel bises.jpg

 

L’Europe est la plus belle idée du siècle passé. Elle a bercé nos rêves, suscité beaucoup d’espoirs. Elle est aussi – hélas – une grande déception car cette belle idée a été dévoyée. Au lieu de bâtir une Europe des solidarités, les technocrates — non élus et mis en place par les lobbies financiers multinationaux — ont établi une Europe de la concurrence sauvage non seulement entre les nations mais surtout entre les peuples qui la constituent.

 

Il n’est pas inutile de revenir à ce qui a été la véritable volonté des Pères Fondateurs : la paix et la réconciliation entre l’Allemagne et la France. Ce but — ô combien difficile à seulement envisager à cette époque — est atteint au delà de toute espérance. Dès lors, faut-il que ces deux grands pays se diluent dans une construction complexe, sans ambition ni frontières, qui les met au même niveau que Malte, Chypre ou la Lituanie ? Certainement pas. Le Non — en cassant cette marche vers la simple zone de libre échange appelée de leurs vœux par les Anglais — aurait du inciter France et Allemagne à avancer dans le sens d’une intégration politique, militaire et diplomatique réelle sous peine d’être reléguées au rang de la Hongrie ou du Portugal. C’est loin d’être le cas.

 

Après l’épisode Merkozy, où la France n’était que la carpette de l’Allemagne, la diplomatie tranquille mais ferme de François Hollande fait bouger les lignes : restant intelligemment au second plan mais tirant en fait les ficelles, le trio Italie, Espagne France a fait reculer Merkel.

 

Arriveront-ils par réalisme à conduire France et Allemagne à un mariage de raison à défaut d’amour. Il serait temps, car la tentation du cavalier seul de l’Allemagne est à redouter. Cette tentation est due pour une bonne partie au décrochage économique de la France par rapport à son grand partenaire. Pourtant, hors de cette imbrication entre les deux pays, pas de salut.

 

Cette Françallemagne, englobant évidemment la Belgique, cohérente géographiquement, atteindrait la taille critique tant en matière démographique (autant que la Russie) qu’économique (autant que le Japon). Elle constituerait une entité stratégique réelle capable de parler d’autant plus haut et fort qu’elle pourrait s’appuyer sur une puissance militaire conséquente, restant à bâtir (faut pas être angélique). Dès lors le siège de la France — de la Françallemagne — au Conseil de sécurité de l’Onu ne pourrait plus être contesté. Et le reste de l’Europe aurait un noyau fort autour duquel se constituer politiquement. En oubliant tout de même les Anglais, bien sûr !

 

Si cette utopie ne devient pas réalité rapidement, l’histoire montre que les relations entre les deux pays glisseront vers l’incompréhension, de l’incompréhension vers la défiance, de la défiance vers la rivalité, de la rivalité vers… Ne cauchemardons pas. Merkel et Hollande en sont maintenant aux bisous ! C’est plus rassurant !

 

 Duodi 22 Messidor 220



Photo X - Droits réservés

06/07/2012

Déni de démocratie avec Astrid, un joli nom pour une horreur nucléaire.

 

nucléaire alors ça boum.jpg

Putaing ! Faut encore que ça tombe sur nous… Quoi ? Le réacteur nucléaire « expérimental » dit de 4ème génération répondant au doux nom d’Astrid. En fait de nouveauté, on nous ressort de très, très dangereuses vieilleries : Phénix et Super-Phénix…ou même, encore plus vieux et obsolète, Rapsodie… Ça tombe chez nous, à Marcoule, parce que ce site appartient au CEA et que, depuis plus d’un demi-siècle, la population a été chloroformée par ce qu’ils appellent la « culture nucléaire », autrement dit l’achat des consciences…

Phénix. Le voilà prêt à renaître de ses cendres celui-là. Le pionnier des réacteurs au plutonium, en fonctionnement à Marcoule depuis 1973, a été définitivement arrêté en mars 2009. Phénix, c’était le prototype des surgénérateurs, le rêve de tous les têtes d’œufs de l’industrie nucléaire : la bête produit plus de combustible qu’il n’en consomme, et fait de l’électricité ! Formidable non ? Mouais… Après l'enthousiasme des débuts, les surgénérateurs ont connu l'échec. Le bide de Superphénix est encore dans les mémoires. Mais ils pourraient connaître un retour en grâce. Grace à… Astrid !

 

Astrid, c’est le joli nom donné au nouveau projet de réacteur de 4ème génération. Pour le Réseau "Sortir du nucléaire" le réacteur nucléaire dit de "4ème génération" ne serait qu’une  pure invention publicitaire de l'industrie nucléaire. La supposée "génération 4", disent-ils, il s'agit en réalité du "recyclage" de vieux projets qui avaient été auparavant écartés par l'industrie nucléaire. Le réacteur de 4ème génération c'est le retour des surgénérateurs de type SuperPhénix... Des années 60 aux années 80 le programme français reposait sur les réacteurs à eau pressurisée (REP) et un développement significatif des réacteurs à neutrons rapides (RNR) fonctionnant en mode surgénérateur. Il était envisagé qu'en l'an 2000 les RNR surgénérateurs représenteraient 30% du parc.

 

C'est la raison du développement civil du retraitement des combustibles REP avec la construction des usines du site Hague. Ça en fait ça des emplois disent les « idiots utiles » du nucléaire. Mouais… Il faut savoir que, à la différence des centrales nucléaires «conventionnelles», et à l'inverse de tout ce qui est déclaré par la propagande officielle, les surgénérateurs peuvent, par accident, faire explosion à la façon d'une bombe atomique ! En effet, ils peuvent être le siège d'une réaction en chaîne dite « surcritique prompte en neutrons rapides », particularité que seule la bombe atomique possède également. La variété d'explosion atomique dont un surgénérateur peut être le siège porte le nom rassurant d '« excursion nucléaire ». C’est-y pas rassurant tout ça ? Et s’il n’y avait que ça comme danger…

 

Rappel : Super-Phénix (qui n'a jamais fonctionné correctement) comportait environ 35 tonnes de combustible nucléaire, dont 5 tonnes de plutonium. Or les expériences d'excursion nucléaire n'ont jamais concerné que quelques kilogrammes de matière fissile. Il est clair qu'étant donné l'extraordinaire toxicité radioactive des aérosols de plutonium, l'expulsion même partielle des 5 tonnes de plutonium de SuperPhénix dispersés ou volatilisés par l'excursion nucléaire constituerait une catastrophe sans précédent. Car 1/1.000.000 ème de gramme de plutonium inhalé suffit à provoquer un cancer et 8 kilos sont suffisant pour faire une bombe atomique de type Nagasaki…

 

Astrid, c’est Super-Phénix  qui change de nom, d’aspect probablement mais avec une base technologique identique… Le principal inconvénient et danger de cette filière – hormis le risque d’explosion - provient du sodium, liquide qui s'enflamme au contact de l'air et de l'eau. On se sait pas, à l’heure actuelle, éteindre un feu de quelques centaines de sodium ! (A titre indicatif, il y en a 6.000 tonnes dans Super-Phénix, pour Astrid ce sera vraisemblablement du même ordre).

Voilà ce que l’on nous promet dans notre vallée du Rhône, ceci grâce à la « culture nucléaire » avec laquelle, depuis un demi-siècle les « marcoulins » enfument les populations locales.

Comment se fait-il que l'industrie nucléaire puisse se faire attribuer, sans que jamais l'avis de la population ne soit sollicité, des budgets toujours plus importants, en échange de belles promesses ?

Comment un tel contrat – qui ridiculise les accords entre le PS et les Verts -  a-t-il pu se passer en loucedé entre le CEA et Bouygues pour une « assistance à maîtrise d'ouvrage de 44 mois » ?

 Et qu'en pense la ministre de l’énergie, Mme Batho ? A-t-elle seulement été informée ? Quant à lui demander son avis, ne rêvons pas.

Et qu’en dit Cécile Duflot ??? Rien pour l’instant…Seul Noël Mamère a osé dénoncer l'opération.

 Eh ! François, tu ne crois pas que tu te laisses enfumer par le corps des mines et le lobby nucléaire ? Ne crois surtout pas que ça va passer comme une lettre à la poste. Ça démarre mal M. le président ! Ça démarre mal !

Mobilisons-nous contre cette saloperie, contre ce déni de démocratie.

Population inactive aujourd’hui, radioactive demain…


Nonidi 19 Messidor 220


Illustration X - Droits réservés

 

05/07/2012

Au bistro de la toile. Bongo à l’Elysée : le fils d’Omar à la sauce hollandaise…

chimulus bistro copie.jpg

 

- Oh ! Victor, t’as vu, le François, il se sarkozylise : il reçoit à l’Elysée, dans les ors de la république, le dictateur du Gabon. On a gueulé au charron lorsque Sarko a laissé camper Kadhafi près des Champzé ou lorsqu’il a fait les honneurs de la revue du 14 juillet au tueur en série Bachar El-Assad, et on ne dirait rien lorsque un président de gauche (gôôôche ?) fait pareil avec un personnage pour le moins douteux. Ali Bongo - fils de son papa Omar, lui-même dictateur durant des
décennies - est arrivé au pouvoir à la faveur d'élections truquées et de violences ; il s’est encore illustré le mois dernier par une vague de répression et d’emprisonnements d’opposants. En le recevant, Hollande ne cautionne-t-il pas un des régimes les plus violents et les plus corrompus du monde, qui détourne les fonds du pays au profit de son clan ?

 

- On peut le voir comme ça. Mais François a mis les pendules à l’heure durant sa campagne en proclamant et en écrivant : «Je veux que le 6 mai soit une bonne nouvelle pour les démocrates et une terrible nouvelle pour les dictateurs ! » En voilà de belles et mâles paroles ! Maintenant, on va voir si François va en
profiter pour mettre un coup d’arrêt à la « Franceafrique – France-à-fric » ou… Mais ne lui faisons pas de procès d’intention.

 

 

- Explique…

 

 

- On va voir s’il exige d’Ali fils d’Omar la transparence dans l’utilisation de la juteuse manne pétrolière où Total et Schlumberger sont des acteurs majeurs.

On va voir s’il lui demande de restituer à son peuple les biens somptueux (immeubles, propriétés en France, voitures de luxe, etc.) que son clan a accumulé.

On va voir s’il exige de lui avant toute normalisation la démocratisation de la vie politique et sociale au Gabon.

On va voir s’il aborde le sujet de la fermeture
de la base militaire de Libreville (environ mille hommes).

Et tant d’autres questions qui sont l’essence même des dérives que l’on a coutume d’englober
dans le terme « Françafrique »…

 

 

- Bon. Eh bien on en saura plus ce soir puisque Ali fils d’Omar Bongo, dictateur de son état (et de son
Etat) sera reçu à 15 heures…

 

 

- Allez. Donne-moi un petit noir, Loulle !



 

 Octidi 18 Messidor 220


Merci à Chimulus

03/07/2012

Des milliards ! Des milliards ! Encore des milliards !


bourse à sous.jpg

 

Il faut trouver des milliards ! Où les prendre ? Dans la poche des habituels cochons de payants en augmentant la TVA et/ou la CSG ? Parait que c’est pas (encore ?) à l’ordre du jour. Ben, où on va les prendre ces milliards ?

 

Pensons d’abord aux gros cadeaux que la Sarkozie a largement distribués à ses amis :

-         la « niche Copé » : on exonère d'impôts les plus-values tirées de la cession de filiales possédées depuis au moins deux ans. Coût de ce cadeau aux grands patrons : de 8 à 10 milliards par an !

-         la TVA réduite pour les restaurateurs, un cadeau formidable pour une profession qui vote comme un seul gargotier à droite quand ce n’est à l’extrême-droite : 3 milliards par an.

 

Bon, on a largement atteint et même dépassé les 8 milliards que la Cour des comptes estime que le gouvernement doit trouver cette année.

 

Ouais, mais l’an prochain, la même institution comptable estime qu’il faudra trouver non pas 8 mais 33 milliards !

Eh bien, aux entre 11 et 13 milliards ci-dessus, un gouvernement soucieux non seulement d’assainir les finances de l’Etat mais aussi de mettre en œuvre la fameuse « transition écologique » devrait ajouter le gouffre des subventions aux pollueurs. Aujourd'hui en France, on subventionne trois fois plus le problème climatique que sa solution. Les secteurs polluants sont soutenus pour se développer et continuent à polluer ! A l'heure où le gouvernement prépare son budget et souhaite dégager des économies, il est bon de lui rappeler que le montant total des niches fiscales « grises » s'élève chaque année à 20 milliards d'euros.

 Pour les seules subventions à la consommation d'énergies fossiles, 6 milliards d'euros sont dépensés chaque année, principalement dans le secteur des transports ! Ces aides publiques (exonérations de taxe, TVA réduite, etc.) augmentent les émissions de gaz à effet de serre, la pollution de l'eau et de l'air, la consommation de ressources naturelles et nuisent à la biodiversité.

Les exemples sont nombreux :
- exonération de taxe intérieure sur l'énergie pour l'aviation (3,5 milliards d'euros dont 1,3 pour les vols intérieurs) ;
- taux réduit pour le fioul utilisé comme carburant (1 milliard d'euros) ;
- remboursement partiel de la taxe intérieure sur l'énergie aux transporteurs routiers (300 millions d'euros) ;
- défiscalisation partielle des agro carburants (196 millions d'euros) ;
- TVA à taux réduit sur les engrais, avantages fiscaux au profit des usages fortement consommateurs de terres.

Voilà beaucoup de milliards à récupérer sans faire les poches des « Français d’en-bas », non ?

Une pétition pour demander la suppression de ces niches fiscales « grises » a été lancé par le Réseau Action Climat (RAC-F) et la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme (FNH), et soutenu par de nombreuses associations de protection de l'environnement, de défense de la biodiversité, de solidarité internationale, d'usagers des transports et d'alternatives énergétiques, ainsi que par des personnalités du monde universitaire.

On peut la consulter et la signer ICI

 

 Sextidi 16 Messidor 220


Illustration X - Droits réservés

 

27/06/2012

Forages pétroliers autorisés en Guyane… Eh ! François, elle est où la « transition écologique » ?

forages pétroliers incendie en mer.jpg

 


Après moult tergiversations la décision calamiteuse est tombée. Les autorisations pour la recherche d’hydrocarbures ultra profonds au large de la Guyane ont été délivrées. L’ensemble des ONG de protection de la nature et de l’environnement s’insurgent contre cette décision dangereuse. Cet arbitrage tombe alors même que simultanément la France se veut fer de lance à Rio dans le plaidoyer pour les océans et la gouvernance de la haute mer, de quoi douter de sa sincérité. Que s’est-il passé pour qu’en 8 jours à peine les autorités françaises passent d’une décision de suspension et de remise à plat de tous les permis à celles de délivrer les autorisations nécessaires à Shell ? La plus grande transparence doit être faite sur les raisons avancées pour justifier ce revirement. 


La recherche d’hydrocarbure est invasive et potentiellement destructrice

Contrairement à ce que l’on voudrait nous laisser penser la recherche d’hydrocarbure est très invasive et potentiellement très préjudiciable à l’environnement. La recherche « sismique », avec des ondes acoustiques peuvent perturber et désorienter les mammifères marins, entre autres. La recherche par forage test avec injection de cocktails chimiques et tous les risques de fuite qui en découlent, surtout par plus de 2000 mètres de fond et 4000 mètres sous terre, est aussi dangereuse que l’exploitation commerciale. Nous ne sommes d’ores et déjà plus à l’abri d’une marée noire aux conséquences désastreuses. Tout se passe comme si le naufrage de la plateforme Deep Water Horizon n’avait jamais eu lieu. Rappelons que l’avis du CESE sur la « Gestion préventive des risques environnementaux : la sécurité des plateformes pétrolières en mer » de mars 2012 pointait les insuffisances du cadre réglementaire et des procédures d’autorisations.

La biodiversité, trésor de la Guyane, bradée… 

La Guyane abrite 95% de la biodiversité terrestre française et est un sanctuaire pour les mammifères marins qui croisent au large de ses côtes, elle abrite une faune sous-marine exceptionnelle. Shell, qui se vante d’avoir concerté au-delà du raisonnable, n’a pourtant rien prévu en cas de marée noire qui viendrait atteindre les côtes, et ce alors même qu’elles abritent la plus grande mangrove de France. La concertation sur les paramètres majeurs du projet de Shell a dû s’arrêter aux portes des ONG qui n’ont jamais été entendues ! 

Rio, changement climatique, pollution : le profit à court terme continue de dicter sa loi

Une fois de plus lorsqu’un arbitrage doit intervenir entre profit de court terme et protection de l’environnement c’est l’intérêt général, qui est sacrifié au profit de quelques actionnaires. Rien n’y fait, ni les grands engagements de Rio, où la France défend, sans rire, la gouvernance internationale des mers et un meilleur partage des ressources (sic !) ; ni même ceux pris il y a 20 ans pour la défense de la biodiversité et la lutte contre le changement climatique. 
Le fait que la ministre de l’Environnement perde son premier arbitrage est de très mauvais augures pour la future conférence environnementale, le débat sur la transition énergétique et la réforme du code minier. 

En parallèle au moratoire sur les hydrocarbures non conventionnels, il faut développer des solutions alternatives

Les ONG demandent qu’un moratoire soit pris pour la recherche et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, à minima jusqu’à ce que le code minier ait été modernisé. La prise en compte de l’environnement ne doit pas être optionnelle, mais globale en s'intégrant à la "transition écologique" promue par la nouvelle équipe gouvernementale. Nous préférons l’économie verte à l’économie grise, il ne faudrait pas que pendant que Shell creuse on regarde ailleurs. 
Quelles que soient les améliorations techniques que Shell peut promettre au gouvernement pour mieux protéger l’environnement, le dérèglement climatique nous interdit tout simplement d’extraire ces nouvelles ressources. La France doit s’engager dès à présent vers la transition énergétique : celle-ci ne peut pas seulement être présente dans le discours de campagne du candidat Hollande, mais désormais dans ses actes de président de la République.

 

Sources : http://www.fne.asso.fr/fr/forages-en-guyane-bricq-bloque-et-montbourg-debloque-au-fond.html?cmp_id=33&news_id=12790&vID=916


shell tête de mort.jpg

 

Décadi 10 Messidor 220

 

Illustrations X - Droits réservés

26/06/2012

Qui c’est qu’a touité ?

chimulus valerie.jpg 

Aïe ! Aïe ! Aïe ! Encore une scène de ménage en perspective ? Plus besoin de regarder M6, regardons Elysée première.

 

Merci à Chimulus


Nonidi 9 Messidor 220


Merci à Chimulus

 

 

22/06/2012

« Et il est où ? Et il est où ? Et il est où le Mélenchon…La la la laaaa la la ! »

mélanchon.jpg

 

Eh oui. Moi ça m’emmerde, mais c’est comme ça. Mélenchon nous a séduits, nous a emballés, nous l’avons suivi, soutenu, espéré. Et nous voilà désillusionnés…

 

Les sondages, avant le premier tour de la présidentielle, le mettaient volontiers en troisième position. Les médias en faisaient leur nouvelle coqueluche. Alors nous avons cru au miroir aux alouettes, et lui a eu les chevilles qui gonflent…

 

La veille du premier tour (des présidentielles), j’ai téléphoné à « Tata Rouge » ! C’est une vieille tante de ma compagne. Une dure. Femme de mineur d’Alès. Habitué aux grèves rugueuses, à balancer des boulons sur la gueule des CRS. Bref. Une solide et en plus pleine d’humour.

 

-         Tata Rouge, demain, on vote pour la merluche ! On vote Mélenchon. Il va les bouger !

-         Mais tu es con où quoi ? Qu’est-ce que tu veux ? Virer Sarkozy ! Et tu crois que Mélenchon, malgré toutes ses bonnes idées est en position de virer Sarko ? Jamais de la vie. Alors écoute-moi : pour virer Sarko, il faut voter François Hollande. Tu crois que ça m’enchante ? Non. Mais il faut privilégier l’ef-fi-ca-ci-té !

 

Et voilà pourquoi, comme beaucoup, dans le tronche-à-tronche de l’isoloir, j’ai finalement mis le bulletin Hollande dans l’enveloppe. Et voilà pourquoi Mélenchon est passé de 14 ou 15% dans les sondages à 11,7% dans la réalité du scrutin.

 

Et puis il y a eu les législatives et le fiasco que l’on sait…

 

Mélenchon s’est fourvoyé dans un combat personnel contre la Le Pen. Il a fait une campagne locale – certes sous l’œil des médias toujours excités lorsqu’il y a de la castagne – alors qu’il aurait dû mener une campagne nationale, en soutien de tous les candidats FDG. Lui-même aurait dû mettre son panache de condottiere dans sa poche et se présenter dans une circonscription gagnable car sa voix manque cruellement à l’Assemblée. A Hénin-Beaumont, il s’est lamentablement planté, plantant par la même occasion tous les espoirs soulevés par l’engouement réel de la présidentielle. On n’engage un combat que lorsqu’on a des chances réelles de le gagner. Le reste, c’est du suicide politique.

 

Son intransigeance vis-à-vis de toute alliance avec les socialistes, ses références naïves aux révolutions sud-américaines, sa prétention a être « le seul recours à gauche » (tablant ainsi sur l’échec de Hollande !) ont conduit au fiasco que l’on sait. Et le nombre de députés communistes divisé par deux...

 

Et c’est bien dommage…


Quintidi 5 Messidor 220


Photo X - Droits réservés

 

 

21/06/2012

M’ame Michu et M’ame Chazotte : les députés au chomdu.

vamps.jpg

 

- Eh, M’ame Chazotte, j’pense à c’tte pôvre M’ame Nadine Morano qu’a perdu son emploi. Qu’est-ce qu’elle va faire puisqu’elle n’a pas été réélue députée ?

 

 

- Ben, v’z’avez du temps et de la compassion à perdre M’ame Michu ! C’tte pôvre Nadine comme vous dites, elle pourrait s’installer poissonnière ; elle en a le vocabulaire mais faudrait qu’elle se lève à quatre heures du matin pour aller chercher le poisson… Bref, lorsque j’aurais le temps, M’ame Michu, je les plaindrais ces pôvres femmes et hommes politiques qui ont perdu leur boulot de député. D’abord, la politique c’est pas un métier, c’est une vocation, quasiment un sacerdoce au service de la nation, du peuple, de la république. Être député ou sénateur, M’ame Michu, ne devrait pas donner droit à un salaire mais à un dédommagement, une compensation. L’honneur de représenter ses compatriotes peut s’accommoder de petits renoncements pécuniaires. On ne leur demande pas de crever de faim ni d’avoir des fringues élimées, mais de ne pas se distinguer outrancièrement du commun des mortels.

 

 

- Pourquoi ? Combien gagnent-ils ?

 

- On comprend pourquoi ils font la gueule lorsqu’ils sont battus. Juger vous-même M’ame Michu : Indemnité mensuelle : 7 100,15 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (5 514,68 €), une indemnité de résidence (165,44 €) et une indemnité de fonction non imposable (1 420,03 €). Cela représente 5 189,27 € net par mois. 

Indemnité représentative de frais de mandat : 6 412 € bruts par mois, pour faire face aux diverses dépenses liées à l'exercice de leur mandat (voiture, loyer, frais de réception, d'habillement...).

Avantages : les députés disposent de 9 138 € bruts par mois sous forme de crédit destiné à rémunérer ses collaborateurs, accès gratuit à l'ensemble du réseau SNCF en 1re classe, remboursement des forfaits de cinq lignes téléphoniques et d'un abonnement internet. Le président de l'Assemblée nationale jouit d'une indemnité propre de plus de 14 000 €.

Cumul : possible. Un député ne peut cumuler son indemnité parlementaire et les indemnités d'autres mandats électifs que dans la limite d'une fois et demie le montant brut de l'indemnité parlementaire de base, soit 8 272,02 €. Un parlementaire ne peut donc percevoir plus de 2 757,34 € au titre de ses mandats locaux.

 

- Ben ça alors ! C’est une bonne situation. Mais y a pas la sécurité de l’emploi. S’ils sont battus, qu’est-ce qu’ils font ? Ils ont droit au chômage, comme tout le monde ?

 

- Non. C’est pas le chomdu, c’est beaucoup mieux ! S’ils ont l’âge de la retraite, ils ont un régime très très avantageux, et s’ils sont encore en âge de travailler, ils ont droit à une prestation spécifique : l’AARE (Allocation d’aide au retour à l’emploi). Ils peuvent toucher l’AARE pendant trois ans. L’allocation est dégressive : 100 % de l’indemnité parlementaire les six premiers mois (soit 5 514 euros), elle passe à 70 % au deuxième semestre, à 50 % au troisième, à 40 % au quatrième, à 30 % au cinquième, enfin à 20 % pendant les six derniers mois (soit 1 102 euros). Il aura cependant fallu attendre 2007 pour que l'Assemblée conditionne officiellement  le versement de l'AARE à la« recherche effective d'emploi » .Mais qui vérifie s’il cherche effectivement du boulot ?

 

- Ben dites donc. C’est pas mal ça. Mon gendre, qu’a été au chomdu, ne touchait que 57,5% de son salaire brut, limité à deux ans. Et il devait prouver qu’il cherchait effectivement du boulot sous peine de suppression de ses allocations…

 

- Voilà M’ame Michu. Alors si vous voulez faire une quête pour c’tte pôvre M’ame Morano et ses collègues vidés par le peuple, libre à vous !

 

Sources :

http://www.mediapart.fr/journal/france/180612/pour-les-de...

http://www.journaldunet.com/economie/magazine/le-salaire-...

 

Quartidi 4 Messidor 220

 

 

Photo X – Droits réservés

 


20/06/2012

Au bistro de la toile : « Gardez-moi de mes amis, mes ennemis, je m’en charge ! »

chimulus bistro copie.jpg

 

- Oh ! Victor, t’as vu s’ils étaient beaux Noah et Forget devant je ne sais quelle commission de sénateurs qui les interrogeait sur l’évasion fiscale ! On aurait dit des sintibelli ! Presqu’on les plaindrait ! Ce pauvre Forget qui nous explique qu’ils doivent « économiser » vu que leur carrière est courte. Et Noah qui, lui, est fier de payer ses impôts en France, c’est tout en son honneur…mais qui a « oublié » de le faire pendant les années où il était « Suisse », comme d’ailleurs la plupart des millionnaires de la sueur (et souvent de la dope ! )… Notamment ceux-là qui se couvrent de caca en se faisant étriller au foutebale par les Suédois !

 

- C’est dans la ligne de tous les profiteurs du régime, qu’ils soient « sportifs », « artistes » ou « forces vives ». On gagne – si on peut dire – son pognon en France, on s’éduque et se forme en France, on bénéficie des infrastructures française, on se fait soigner en France si besoin mais on se tire ailleurs pour ne pas participer à l’effort national ! Ça s’appelle du parasitisme. François a du boulot sur la planche pour récupérer les 50 à 60 milliards d’euros de fraude fiscale : la tranche à 75% est encore bien douce…

 

- Ouais mais, ces « élites » vont fuir la France qu’ils disent.

 

- La fuite des cerveaux, c’est vrai. Le neurone de Johnny, le neurone de Forget, le neurone de Tsonga, le demi-neurone d’Anelka, il est vrai que ça met le pays dans un état de manque intellectuel alarmant ! Quant à la fuite des « grands patrons », ça me file des crampes dans les côtelettes à force de rigoler ! Ce sont des charlots ayant pour seule compétence d’avoir fait l’Ena et d’avoir grenouillé dans les cabinets ministériel avant de grassement pantoufler dans des multinationales qui ne paient quasiment pas l’impôt. Dans une entreprise, Loulle, la seule personne que tu puisses supprimer sans que son fonctionnement n’en soit perturbé, c’est le patron ! La Parizot me fait péter les zygo lorsqu’elle nous menace de la désertion de ces immenses têtes pensantes et nous fait trembler sur l’apocalypse qui nous attend si on fait enfin payer les parasites !

 

- Eh ! « Ils » partiront chez les Rosbifs ! Cameron les attend avec le tapis rouge qu’il a dit notre « ami » britannique !

 

- Bof… Le changement de politique en France va marquer le début d’un mouvement plus large en Europe, notamment en Allemagne l’an prochain. Alors « ouette-inde-si » comme disent nos grands amis anglais. Comme disait Philippe-Auguste je crois « Gardez-moi de mes amis, mes ennemis, je m’en charge ! »

 

sportifs,évasion fiscale

 

Tridi 3 Messidor 220

 

Merci à Chimulus

15/06/2012

Bientôt des oranges pour Sarko ?

chimulus-52-05 sarko prison.jpg

 

A partir de ce soir, Microlax 1er perd sa protection monarquale et redevient le citoyen Nicolas Paul Stéphane Sárközy de Nagy-Bocsa, exposé comme tout un chacun a devoir rendre des comptes à la justice. Celle-ci avait attendu un mois supplémentaire pour convoquer l’ex président Chirac. Sarko battra-t-il ce record ? Ouette inde si…

 

L'article 67 de la Constitution stipule que le président de la République ne peut pas, pendant toute la durée de son mandat « être requis de témoigner » ni « faire l'objet d'une action, d'un acte d'information, d'instruction ou de poursuite ».  Cette interdiction cessant un mois après la cessation de ses fonctions, c’est donc ce soit à minuit pour le ci-devant Sárközy de Nagy-Bocsa Nicolas Paul Stéphane.

Les juges de Bordeaux, pour l’affaire Béthencourt, le juge Van Ruymbeque pour l’affaire Bettencourt seront peut-être intéressés d’entendre le témoignage de ce citoyen pas redevenu comme les autres…

 

chimulus-52-02 sarko avoue à carlita.jpg

 

Octidi 28 Prairial 220

 

Merci à Chimulus et à Urtikan


14/06/2012

Electoro-magouilles…

magouilles électorales.jpg

 

 

Tè ! Ça se passe chez moi. Le rouge de la vergogne m’enlumine la trogne mais c’est comme ça chez nous, dans le Gard, dans le Vaucluse et dans les Bouches-du-Rhône, terres en voies de conquête pour le F-Haine et ses alliés-supplétifs de l’Hu-aime-pets.

 

Dans la circonscription rhodanienne, le député sortant est un UMP, le ci-devant Roubaud. Au premier tour, il est dépassé par le candidat PS, le ci-devant Prat et talonné par le candidat du F-Haine. Ce dernier pouvant se maintenir, pour le première fois dans cette circonscription de bourges, la gauche peut rafler la mise. Oui mais…

 

Dans la circonscription de la petite Camargue, le candidat F-Haine, le ci-devant Collard Gilbert arrive en tête devant le candidat PS et le député sortant, l’UMP Mourrut, cacique local blanchit sous le harnois. Si ce dernier se retire de la triangulaire, il ouvre un boulevard pour l’avocat lepéniste. Oui mais…

 

Tractations souterraines, rencontres secrètes – les digues ayant ici depuis bien longtemps sautées semble-t-il, ici entre UMP et F-Haine – on s’oriente vers un échange de bon procédés : l’UMP Mourrut se retirerait de la compétition dans sa circonscription, donnant ainsi un député au F-Haine ; en compensation, le candidat F-Haine se retirerait dans la circonscription rhodanienne, donnant ainsi la victoire au député UMP sortant. Donnant donnant, chacun y retrouverait son compte. Oui mais…

 

Oui mais, finalement, ça ne s’est pas fait ! Pourquoi ? Peut-on espérer qu’au niveau national, « on » ait mis le holà à ces magouilles ? Ça redorerait un peu le blason moral du parti de la droite républicaine… Mais je n’ai pas personnellement cette naïveté…


Septidi 27 Prairial 220


Photo X - Droits réservés

13/06/2012

Au bistro de la toile : territoires occupés eu Laurier-Rose.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Oh ! Victor. On te voyait plus !

 

- Hier, je suis allé à la mer. J’ai donc traversé des territoires en voie d’occupation…

 

-????!!!!

 

- Ouais. Pour aller au Grau-du-roi depuis Avignon, tu dois traverser tous ces territoires de culture de légumes sous serres, de culture de melons, de tomates, d’aubergines, de vergers d’abricots, de pêches, de brugnons, etc. Ces territoires étaient autrefois des terres pauvres, des parcours à moutons brulés de soleil et desséchés par le mistral. Ce sont maintenant des pays de cocagne, depuis la construction, il y a plus d’un demi-siècle, du canal d’irrigation Philippe Lamour qui amène l’eau du Rhône au sein de ces terres.

 

- Bon. C’est bien. Mais où est « l’occupation » dans tout ça ?

 

- C’est terres ont été mises en valeur il y a cinquante ans, en grande partie par les riches pieds noirs rapatriés d’Algérie. Ceux-ci avaient de l’argent, des aides, un indéniable dynamisme entrepreneurial et un goût du risque. Ils ont transformé le pays. Mais pour cela, beaucoup ont ramené une mentalité de colons et…des employés maghrébins. Ceux-ci, payés à coup de lance-pierre, vivaient dans des conditions souvent honteuses et travaillaient généralement en marge des lois sociales et du travail. Ils ont fait venir leurs familles et ont fait souche. Les exploitants agricoles, entre temps, ont du respecter les lois sociales, augmentant d’autant les prix de revient de leur produits. Puis les Espagnols sont venus concurrencer les producteurs du midi en utilisant les mêmes méthodes d’exploitations de la main d’œuvre immigrés. En Andalousie, autour d’Almeria, des centaines de milliers de quasi esclaves marocains assurent dans des conditions épouvantables la production de fruits et légumes à bas prix, bourrés de pesticides, qui inondent l’Europe.

 

- Bon. Je réitère ma question : où est « l’occupation » ?

 

- Les jeunes générations de français, enfants des premiers maghrébins appelés par les exploitants agricoles, sont mal intégrés, sous les coups de boutoir de la concurrence espagnole le travail manque et le miracle économique des années 60 – 80 est loin derrière. Incivilités, arrogance, larcins et cambriolages à répétition, incompréhension, replis identitaires et religieux sur fond de marasme économique ont fait le lit des idées du Front national. Voilà pourquoi dans cette région, le candidat du FN, le très médiatique ci-devant Collard Gilbert, avocat, a des chances d’être élu dimanche…

 

- Mouais… Je comprends un peu mieux. Eh ! Qu’est-ce que tu en penses de la « twisteuse de l’Elysée » ?

 

- Je pense que cette personne n’a été élue par personne, que je ne vois pas ce qui justifie qu’elle aie un bureau et sept collaborrateurs à l’Elysée, payés par nos impôts, et qu’elle ferait bien de fermer sa gueule. Les jongleurs de l’ironie sarcastique se sentent un peu orphelins de Sarko, mais aussi des Lefèvre, Morano, Mariani et consorts, des gens qui fournissaient des tombereaux de conneries savoureuses chaque jour. Je crois que voilà venir, avec madame Laurier-Rose une relève prometteuse !

 

- Laurier-rose ? Pourquoi tu l’appelles ainsi ?

 

- Le Laurier-rose, c’est superbe à regarder, mais c’est un sacré poison !

 

 

 

Sextidi 26 Prairial 220

 

 

Merci à Chimulus

11/06/2012

Vaguelette rose et peste brune

chimulus législatives.jpg

 

Il a tout dit...


Quartidi 24 Prairial 220


Merci à Chimulus

09/06/2012

Ouiquinde érotique avec Arthur Rimbaud

 

femmes et griffes.jpg

 

 

L'orgie parisienne ou Paris se repeuple...



Ô lâches, la voilà ! Dégorgez dans les gares !
Le soleil essuya de ses poumons ardents
Les boulevards qu'un soir comblèrent les Barbares.
Voilà la Cité sainte, assise à l'occident !

Allez ! on préviendra les reflux d'incendie,
Voilà les quais, voilà les boulevards, voilà
Les maisons sur l'azur léger qui s'irradie
Et qu'un soir la rougeur des bombes étoila !

Cachez les palais morts dans des niches de planches !
L'ancien jour effaré rafraîchit vos regards.
Voici le troupeau roux des tordeuses de hanches:
Soyez fous, vous serez drôles, étant hagards !

Tas de chiennes en rut mangeant des cataplasmes,
Le cri des maisons d'or vous réclame. Volez !
Mangez ! Voici la nuit de joie aux profonds spasmes
Qui descend dans la rue. Ô buveurs désolés,

Buvez ! Quand la lumière arrive intense et folle,
Fouillant à vos côtés les luxes ruisselants,
Vous n'allez pas baver, sans geste, sans parole,
Dans vos verres, les yeux perdus aux lointains blancs ?

Avalez, pour la Reine aux fesses cascadantes !
Ecoutez l'action des stupides hoquets
Déchirants! Ecoutez sauter aux nuits ardentes
Les idiots râleux, vieillards, pantins, laquais !

Ô cœurs de saleté, bouches épouvantables,
Fonctionnez plus fort, bouches de puanteurs !
Un vin pour ces torpeurs ignobles, sur ces tables...
Vos ventres sont fondus de hontes, ô Vainqueurs !

Ouvrez votre narine aux superbes nausées !
Trempez de poisons forts les cordes de vos cous !
Sur vos nuques d'enfants baissant ses mains croisées
Le Poète vous dit: "Ô lâches, soyez fous !

Parce que vous fouillez le ventre de la Femme,
Vous craignez d'elle encore une convulsion
Qui crie, asphyxiant votre nichée infâme
Sur sa poitrine, en une horrible pression.

Syphilitiques, fous, rois, pantins, ventriloques,
Qu'est-ce que ça peut faire à la putain Paris,
Vos âmes et vos corps, vos poisons et vos loques ?
Elle se secouera de vous, hargneux pourris !

Et quand vous serez bas, geignant sur vos entrailles,
Les flancs morts, réclamant votre argent, éperdus,
La rouge courtisane aux seins gros de batailles
Loin de votre stupeur tordra ses poings ardus !

Quand tes pieds ont dansé si fort dans les colères,
Paris! quand tu reçus tant de coups de couteau,
Quand tu gis, retenant dans tes prunelles claires
Un peu de la bonté du fauve renouveau,

Ô cité douloureuse, ô cité quasi morte,
La tête et les deux seins jetés vers l'Avenir
Ouvrant sur ta pâleur ses milliards de portes,
Cité que le Passé sombre pourrait bénir:

Corps remagnétisé pour les énormes peines,
Tu rebois donc la vie effroyable ! tu sens
Sourdre le flux des vers livides en tes veines,
Et sur ton clair amour rôder les doigts glaçants !

Et ce n'est pas mauvais. Les vers, les vers livides
Ne gêneront pas plus ton souffle de Progrès
Que les Stryx n'éteignaient l'œil des Cariatides
Où des pleurs d'or astral tombaient des bleus degrés."

Quoique ce soit affreux de te revoir couverte,
Ainsi; quoiqu'on n'ait fait jamais d'une cité
Ulcère plus puant à la Nature verte,
Le Poète te dit: "Splendide est ta Beauté !"

L'orage t'a sacrée suprême poésie;
L'immense remuement des forces te secourt;
Ton œuvre bout, la mort gronde, Cité choisie !
Amasse les strideurs au cœur du clairon sourd.

Le Poète prendra le sanglot des Infâmes,
La haine des Forçats, la clameur des Maudits;
Et ses rayons d'amour flagelleront les Femmes.
Ses strophes bondiront: Voilà! voilà! bandits!

- Société, tout est rétabli: - les orgies
Pleurent leur ancien râle aux anciens lupanars:
Et les gaz en délire, aux murailles rougies,
Flambent sinistrement vers les azurs blafards !

Arthur Rimbaud

 

Duodi 22 Prairial 220


Photo X - Droits réservés

08/06/2012

VOTONS ! Le bulletin de vote, c’est notre ARME !

bulletin de vote.jpg

 


 Bon. Vous allez dire que je répapille: à chaque scrutin  je dénonce d'abstention, piège à cons...

 

Qui s’abstient ? Les jeunes.

 

Qui vote ? Les moins jeunes et surtout les vieux.

 

Redoutable constat : la démocratie telle qu’on la vit ne fait plus recette. Porte entr’ouverte à toutes les dérives autoritaires.

 

Pourquoi ? Parce que LES politiques qui représentent LA politique ne répondent plus à l’attente de la population qui les perçoit comme une coterie plus parasitaire qu’efficace, plus magouilleuse qu’honnête, plus inféodée aux puissances économiques que soucieuse du bien-être du peuple. Ceci se traduit par le « Tous pareils, tous pourris » et le « je ne vais pas voter pour ces cons ».

 

Seulement voilà : en refusant de mettre les pognes dans le cambouis, en se retirant dans une abstention méprisante, les jeunes se tirent une balle dans le pied.

 

Pourquoi ?

 

Parce qu’en ne participant pas à la  vie démocratique de la nation, ils laissent les décisions qui vont régir LEUR vie future aux mains de gens qui, eux, ont déjà leur vie derrière eux ! En d’autres termes, en ne votant pas, les jeunes laissent les vieux dessiner leur cadre de vie. Ils laissent décider ce que sera leur vie future par des gens qui…seront morts lorsque leurs décisions prendront effet !

 

Changer cette approche implique de changer les femmes et les hommes qui font, qui sont la politique actuelle qui ne satisfait plus personne.

 

Une seule manière pour renouveler ces gens et donc ce qu’ils font : éradiquer le mandarinat, éliminer les politiciens « professionnels » en imposant le principe du « Un mandat, Une mandature ».

 

Comme évidemment les gens en place, quel que soit leur bord, freinent des quatre fers contre la seule VRAI réforme qui s’impose, ce n’est que l’arrivée massive de jeunes sur l’échiquier politique qui peut imposer cette renaissance de la démocratie.

 

Abstention : piège à cons !

 

Alors, AUX URNES citoyens !



Primidi 21 Prairial 220


Illustration X - Droits réservés

 

 

06/06/2012

Tarpé ! Cécile Duflot ouvre un débat fumant !

cannabis vache qui rit.jpg

 

 

Eh ! On dirait qu’elle a pété dans la sacristie Cécile Duflot, notre fringante ministre de…de quoi au fait ? Ah oui, du logement. Avec la franchise de sa jeunesse, elle a proposé d’ouvrir le débat sur un sujet qui fait hurler les chaisières : le cannabis ! Les Français sont les premiers consommateurs en Europe de « l’herbe qui fait rire ». Et il faudrait étouffer le débat ? Daniel Vaillant, ancien ministre de l’intérieur, déclare sans problème qu’il y a dans le gouvernement des gens qui ont tiéé le tarpé ! Pas de quoi en chier des bulles… En Suisse, sans faire d’histoire, le gouvernement vient de donner à l’usage du cannabis l’importance qu’il a : un plaisir ou un petit vice selon qui parle ou pense, dont l’usage dans la rue sera puni d’une simple contredanse de 100 francs suisse (80 euros). Toujours en Suisse, romande celle-là, il est permis de cultiver quatre plants de gandja (cannabis) pour son usage personnel. Et en France, oser soulever le problème soulève les tollés des autruches et voit cette caricature de Copé hurler comme s’il avait un piment dans l’oigne !

 

Médicalement, le cannabis pose peut-être problème mais moins que l’alcool et le tabac, drogues légales…qui engraissent l’Etat ! Mais au niveau sociétal, ce n’est pas le cannabis en lui-même mais son TRAFIC qui est une CALAMITÉ ! Il crée toute une économie parallèle qui génère une ambiance de western. Regarder, Marseille ressemble au Chicago des plus sombres heures de la prohibition. Je dis Marseille, mais c’est toutes les villes de France qui sont concernées, que dis-je gangrénées. Les règlements de comptes se multiplient, voire se banalisent. Le moindre différent se règle au calibre et – escalade – à la kalachnikov. Les flics font ce qu’ils peuvent, c’est-à-dire pas grand-chose. Cette ambiance de far-west est sous tendue par deux choses : le chômage à haute dose qui sévit dans les quartiers dits sensibles, avec pour conséquence la nécessité d’une économie parallèle, en l’occurrence le trafic de drogues, essentiellement de shit (cannabis).

 

Ce trafic est parfaitement organisé avec les gros bonnets (n’habitant pas sur place mais de luxueuses demeures au soleil), les pourvoyeurs qui remontent la drogue depuis le Maroc où elle est cultivée sous très haute protection, soit en grosses bagnoles, soit planquée dans des cargaisons de poids lourds, les revendeurs (dealers) dans les citées, les « nourrices » qui logent les stocks, les guetteurs qui surveillent l’éventuelle venue des flics, les rabatteurs de clients. Tout ça croque plus ou moins selon la place dans la hiérarchie du trafic. Mais la dure loi de la concurrence « libre et non faussée » fait que les conflits de territoires, de parts de marchés sont nombreux. Et se règlent à la kalach…

 

Comment casser cette spirale de la mort ? Certainement pas avec des gesticulations policières. Les bataillons de CRS de Villeneuve près de Grenoble ou dans les quartiers nord de Marseille ne sont pas inutiles en ce sens qu’ils donnent un coup de pied dans la fourmilière et désorganisent momentanément les réseaux, mais ils ne règlent pas le problème de fond : misère due au manque de boulot et trafic. Le chômage étant ce qu’il est, le boulot n’arrivera pas dans les citées à coup de baguette magique, on n’est pas dans Harry Potter. Reste le trafic de drogue.

 

La politique, jusqu’à maintenant, c’est répression, répression, répression…du petit fumeur surtout ! Les flics se montrent impuissants à lutter contre le trafic et ont même perdu le contrôle de pans entiers du territoire de la république. C'est bien la preuve que cette politique répressive ne mène nulle part, et au contraire permet le financement des réseaux mafieux, car plus c'est illégal, plus c'est rentable. Elle a été privilégiée par la droite…qui y trouve quelques avantages (flicage généralisé, fichages, possibilité de jouer sur la peur d l’électeur, etc.). Mais on attend autre chose de la gauche.

 

Le système de légalisation sous contrôle strict permettrait : - production en France ou en Europe via des filières contrôlées, - autoproduction déclarée et contrôlée (4 plants, comme en Suisse romande) pour ceux qui veulent pour leur conso perso, - vente d’un produit non trafiqué dans des « coffees-shop » bien contrôlés ou dans les bureaux de tabacs, - interdiction évidente pour les mineurs. 

Les résultats seraient : - remise des flics sur des taches utiles, - du boulot pour les agriculteurs notamment en zones de montagnes, - de l’activité pour les buralistes et les « coffees shop », - la fin des financement des réseaux maffieux, puisqu'ils n’auraient plus rien à y gagner, - une meilleure détection des personnes à la dérive par surconsommation, - une prévention plus aisée, notamment par la suppression de « l'attirance pour l'interdit » chez les ados, - des taxes pour la sécu, -  une meilleure qualité, contrôlée, garantie pour les consommateurs, - et pourquoi pas, des « dealers » devenant chef d’entreprises et confrontés alors aux règles de concurrence !

 

Et donc beaucoup moins d’insécurité dans nos villes…

 

Alors, François, on l’ouvre ce débat ?

 

C’est quand l’appel du 18 joints !

 Nonidi 19 Prairial 220


Illustration X - Droits réservés

05/06/2012

Au bistro de la toile : Le retour de Microlax 1er !

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Eh ! T’as vu, il est revenu le fifrelin…

 

- De qui tu parles Loulle ?

 

- Ben, de Microlax 1er ! Après des vacances au Maroc et avant de repartir faire du vélo et réparer le tout-à-l’égout chez sa belle-doche au Cap-Nèg (Oh ! Pardon, Cap Homme-de-couleur)

 

- Il est revenu, il n’est plus rien que lui-même et pourtant on va continuer à casquer grave pour lui !

 

- Raconte.

 

- Selon le député René Dosière, auteur de "L'Argent de l'Etat", chaque ancien président nous coûte chaque année entre 1,5 et 2 millions d’euros par an ! Ces avantages recouvrent :

  • Un appartement de fonction avec personnel (au moins deux personnes, Giscard en a quatre !) Pour Microlax, c’est un appart de 11 pièces dans les quartiers chics de Paris.
  • Au moins 7 collaborateurs…pour ouvrir son courrier sûrement.
  • Une voiture de fonction avec deux chauffeurs.
  • Une escorte composée de deux ou trois policiers. Et ses domiciles privés seront surveillés par les gendarmes.
  • Voyages gratuits pour lui et sa conjointe (idem pour les autres ex) sur l’ensemble des réseaux publics ferroviaires, aériens et maritimes dans la meilleure classe.
  • Dans ses déplacements à l’étranger, il sera traité comme un président de la République. "C’est-à-dire qu’il est accueilli par l’ambassadeur de France qui peut le loger et l’aider à organiser ses déplacements" dit Dosière.
  • Carla n’est pas oubliée : En cas de décès d'un ancien président de la République, sa veuve pourra bénéficier d’une partie de ces avantages.
  • Sans oublier de grasses rémunérations : 18 000 euros de revenus mensuels (plus que…le président Hollande !). En tant qu'ancien chef d'Etat, Nicolas Sarkozy aura droit à une dotation, c’est le terme, qui est égale à la rémunération d’un conseiller d’Etat et qui est de l’ordre de 6 000 euros par mois. Ensuite, puisqu’il a décidé de siéger au Conseil Constitutionnel, il touchera 12 000 euros brut de plus par mois. Soit un total de 18 000 euros mensuels.


- …taing ! T’as raison, Victor, il va nous coûter un bras !


- Et tu sais à qui on doit toutes ces largesses aberrantes ? A Fabius, alors premier ministre, par une simple lettre à Giscard… Il y a tout de même un doute, c’est qui paiera les oranges ?


- ?????!!!!!?????


- Ben, faut pas oublier qu’à partir d’un mois après sa cessation d’activité en temps que président de la République (soit autour du 15 juin), il redevient un citoyen justiciable comme les autres. Et il va probablement recevoir dans ses beaux bureaux tous neufs deux convocations : - une du juge Gentil (pas si gentil que ça !) de Bordeaux concernant l’affaire Bettencourt (soupçons d’enveloppes d’argent liquide pour sa campagne électorale de 2007); - une autre du juge Van Ruymbeque concernant l’affaire Karachi (soupçon de rétro commissions sur ventes d’armes au profit de la campagne électorale de Balladur).


- Tè ! Victor, si c’est nécessaire, je veux bien les payer moi, les oranges !


- A la nôtre !

 

Octidi 18 Prairial 220

Merci à Chimulus