Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/05/2012

Au bistro de la toile : d’Europe en Afghanistan.

JVJ Ds en Turquie.JPG

 

 

- Oh Victor ! Parait que François part en Afghanistan ! Pour faire normal, tu crois qu’il y va en train ou en voiture ?

 

- Pourquoi pas. Mais faut avoir du temps devant soi. Tè ! Moi qui bois des canons avec toi, au temps où j’étais encore plus jeune, j’y suis allé en Afghanistan en…2CV ! Et bien plus loin encore, jusqu’au Viet-Nam. Comme quoi c’est très faisable. Je connais(sait) tous les bistrots sur la route, entre le Rhône et le Mékong. J’y suis même retourné en DS19 ! La reine des bagnoles : levier à la hauteur intermédiaire et 100 à l’heure sur les pistes. Je doublais les Land-Rover… Une bagnole qui te permettait même de te sortir de situations difficiles en roulant…sur 3 roues ! Bof. Nostalgie Loulle… Nostalgie. C’était dans une autre vie.

 

- Putaing ! Une sacré vie tout de même ! En tout cas, le François, il a fait une entrée sinon fracassante, du moins remarquée. La Merkel – habituée à avoir son toutou Sarko à ses pieds - en avale de travers sa choucroute ! Il lui a rappelé que l’Europe, ce n’était pas  que l’Allemagne, ni même que l’Allemagne et la France…

 

- Il pourrait lui suggérer, pour sauver la zone euro, non pas de foutre dehors les Grecs, mais que l’Allemagne – qui fait mine de se sentir à l’étroit dans cette Europe clubmed – sorte elle-même de la zone euro ! L’euro n’est que le mark allemand étendu (1 euro = 2 marks !). La sortie de l’Allemagne résoudrait bien des problèmes. Car le mark serait tout de suite réévalué de 25 à 30%, libérant d’autant la compétitivité des autres pays de la zone euros ! Avec un avantage conséquent aux économies les plus puissantes après l’Allemagne, la France et l’Italie ! Chiche, M’ame Merkel ! Dans six mois, l’Allemagne se retrouverait dans la situation de l’Espagne : en voie de sous-développement, avec un chômage galopant, une production effondrée, etc.

 

- Ce qui n’est surtout pas à envisager. Connaissant l’histoire de ce pays lorsqu’il veut faire cavalier seul…

 

- Exactement. Mais il est bon tout de même de leur parler haut et fort. C’est le langage qu’ils comprennent le mieux !

 

- A la nôtre !

 

 

Septidi 7 Germinal 220


Photo Moi !

 

24/05/2012

Les hyènes aux dents de toutou

hyènes avec charogne en bouche.jpg

 


 

Ils ont été battus, leur héros est tombé

Ils remâchent leur haine de pauvres constipés !

Ecoutez jacasser ces vieilles pies bavardes

Elles claquent du bec une bave poissarde,

 

Leur croupion déplumé chie des fientes de fiel,

L’odeur de leur cerveau est pestilentielle.

Leurs compères cafards partagent leurs estrons

Ils sont laids, ils sont lâches, ils sont aussi poltrons.

 

Ils attaquent en meute, comme chacals et hyènes

Mais leurs crocs ne sont que des dents de petit chien.

Leur cible, aujourd’hui : Christiane Taubira

 

Une femme, une noire, ministre ! Quel choléra !

Vous vous pensez censeurs, vous n'êtes que gorets,

En éclatant de rire, on vous pisse à la raie!

 

 

JVJ



Quintidi 5 Germinal 220



Illustration X - Droits réservés

23/05/2012

Copinage. Eh! C'est le jour d'Urtikan.fr !

Le mercredi, depuis la cambrousse où je glande à la "bonne" (!!!???) saison, je dois faire 50 bornes aller-retour pour ma nourriture des boyaux de la tête: le Canard enchaîné et, de temps en temps depuis que Siné-Hebdo est mort, Charly hebdo. Le bureau de tabac-presse-bistro du village a fermé et c'est un drame. Heureusement, j'ai une connect internet qui rame à 512 et décroche de temps en temps, maisje peux tout de même élucubrer sur les blogs et savoir ce qu'il se passe dans le monde en dehors des infos biaisées des machines à bruits et des étranges lucarnes (hier soir, avec la pluie, je ne recevais que TF1, RMC et NT1, autrement dit de la sous-merde!). Alors, lorsque parait URTIKAN, c'est un bonheur!


Faites comme moi, c'est gratos, mais il n'est pas interdit de leur faire un don!


Bon. J'y vais: j'ai un col de à descendre puis à remonter sous la pluie...

 

chimulus vivre sans sarko.jpg

 

 

chimulus vivre sans sarko 2.jpg

 

deligne facebook.gif

 

Quintidi 5 Germinal 220

22/05/2012

Législatives. Continuons le combat !

sarko-grimace.jpg

 

 

Les électeurs français, dans leur grande sagesse, ont décidé de renvoyer aux poubelles de l’histoire l’usurpateur qui, pendant cinq années sinistres, les a bafoués, a ridiculisé la France, a ruiné le pays.

 

Pendant cinq longues années, la France a été livrée à l’avidité cupide et sans complexe des sarko-trafiquants. Malhonnêteté, népotisme, favoritisme, exil fiscal, contrôle des médias, saccage de la protection sociale, dévastation des codes du travail, perte de l’indépendance de la France assujettie à l’Otan, ridiculisation de la diplomatie française à la botte des Etazuniens et de Merkel la teutonne, noyautage de toutes les administrations, attaque permanente du syndicalisme, dette galopante, chômage de masse, dépendance de la presse, racisme décomplexé, traque des sans papiers, fin de l’ISF et bouclier fiscal pour les plus riches, république des copains et des coquins, procès d’intimidation contre les gêneurs, espionnage des journalistes, fichages généralisé de la population, gaspillage des deniers publics, ruine et disparition des services publics, insécurité instrumentalisée pour faire peur, Kadhafi campant sur les Champs Elysées, Bachar El Assad invité d’honneur au 14 juillet, etc., etc.

 

Le nuisible en chef a été déboulonné, démocratiquement, par la force magnifique des urnes. Ouf ! Mais il convient de finir le travail. Comment ? D’abord en éliminant tous les députés qui ont sévi à ses côtés. Les élections de juin sont décisives. Le temps n’est pas aux bisbilles partisanes et aux querelles d’amour propre. Il faut savoir si on veut Copé à Matignon !!!

 

L’essentiel, c’est de se débarrasser d’un maximum de sarko-trafiquants. Il sera toujours temps, après, de surveiller et éventuellement recadrer le pouvoir qui a déjà réussi une chose qui mérite toute notre gratitude : nous avoir débarrassés de Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa.

 

 

 

Quartidi 4 Germinal 220 

 

 

Photo X - Droits réservés

 

 

21/05/2012

« La vérité, c’est le mensonge » comme pour Orwell « la guerre, c’est la paix », « la liberté, c’est l’esclavage », « l’ignorance, c’est la force »

 

censuré fermeture éclair.jpg

 

 

 La sinistre Anastasie – c’est ainsi que l’on nomme la censure dans le milieu de la presse – sévit de plus en plus. Elle est un outil redoutable au service des puissants non seulement en cachant les vérités qui pourraient gêner ces puissants, mais aussi en ôtant aux « consommateurs d’information » la possibilité de se forger une opinion lucide en matière de politique autant que de s’épanouir en matière de culture.

 

La censure est la compagne sournoise de la propagande. Et les deux font partie des armes essentielles de ceux qui veulent tuer la démocratie comme de ceux qui veulent aliéner les humains à travers les fariboles religieuses. Surtout ne pensez pas !

 

La censure - la Police de la Pensée et de la Vertu - se camoufle sous divers masques. Anastasie sabre ce qu’elle considère comme « propos diffamatoires », elle sabre ce qu’elle considère comme « érotisme excessif ou pornographique ». C’est la censure directe : on coupe ! Elle sabre aussi, dans les émissions radiodiffusées ou télévisées en coupant au montage les plans et les mots qui gênent la pensée dominante (en l’occurrence l’ultralibéralisme global). Elle se camoufle encore plus insidieusement en autocensure: les journalistes se censurant eux-mêmes afin de préserver leur emploi plus que précaire...

 

Pour illustrer ce propos, voici une lettre ouvert de Vicky Skoumpi (rédactrice en chef de la revue grecque αληthεια) suite à une émission diffusée sur la chaine Arte (que l’on croyait pourtant au-dessus de ça…).


Chères amies, chers amis,


Le jeudi 16 mai, j'ai participé à l'émission d'Arte 28 minutes sur le thème : La Grèce, talon d'Achille de l'Europe?

http://videos.arte.tv/fr/videos#/tv/coverflow///1/120/cha...

 
Je viens de visionner l'émission telle qu'elle a été diffusée et j'en crois pas à mes yeux: le passage où je disais que l'aide accordée à la Grèce a été en réalité une aide aux créanciers du pays, et que les plans de sauvetage successives ont été conçus pour protéger les créanciers d’un défaut éventuel de la Grèce, tout en plongeant le pays à une récession de l'ordre de 20% et en le menant tout droit à la faillite, a tout simplement disparu! Si vous regardez attentivement vous constaterez les traces de coupure par des enchaînements assez abrupts et la non fluidité de la parole après la première intervention de Benjamin Coriat.


De même est passé à la trappe, un passage vers la fin où j'avais évoqué une confrontation qui n'est pas de nature nationale entre Grecs et Allemands, mais bel et bien entre deux camps transnationaux, c'est-à-dire entre ceux qui, en marchant littéralement sur des cadavres, défendent les intérêts du secteur financier d'une part, et, d'autre part, ceux qui défendent les droits démocratiques et sociaux et en fin de compte le droit à une vie digne de ce nom. Je prends à témoin Benjamin Coriat qui participait à l'émission et qui pourrait certifier que j'ai bien tenu ces propos dont la trace disparaît sous les ciseaux du censeur.

Car, cela relève tout simplement de la CENSURE. Une question s'impose : Qui donc contrôle Arte et qui filtre les infos ainsi?


Je l'avoue, je n’en reviens pas. L’émission a été enregistrée « dans les conditions du direct » deux heures et demi avant sa diffusion et que je sache cette formule veut dire qu'on ne coupe pas, à la limite on refait une prise si on a un souci, ce qui a été le cas pour les présentations. Et même si la pratique établie est de couper un peu les longueurs, comment se fait-il que les deux coupes principales portent, comme par hasard, sur des propos concernant les vrais bénéficiaires de l'aide à la Grèce, c'est à dire les banques, ainsi que sur le caractère fallacieux de la supposée confrontation greco-allemande?


Comme vous pouvez d’ailleurs sans doute le constater vous-même, mon temps de parole correspond à un tiers - peut-être même moins - de celui de Monsieur Prévelakis. Celui-ci , avec sa proposition d'un médiateur, sous la tutelle duquel devrait se mettre la Grèce, proposait rien de moins que de suspendre les procédures démocratiques en Grèce et de placer Sarkozy (!) à la position d'un tuteur du peuple grec qui ne saurait être représenté par ses élus, surtout si ceux-là appartiennent par malheur au Syriza. J'ai bondi mais on ne m'a pas laissé le temps de réagir en coupant là l’émission.


Conclure l’émission sur ce propos est absolument scandaleux. Cela n’honore pas, loin de là, Arte qui se revendique d'une sensibilité démocratique. D'ailleurs, si vous regardez un peu attentivement le déroulement juste avant la fin, vous verrez que la dernière question s'adresse à moi, Mme Quin se tourne bien vers moi et non pas vers M. Prévélakis. Et ma réponse concernant les deux Europe qui s'affrontent et qui précédait la conclusion de Georges Prévélakis, est passée complètement à la trappe.


Bref, les coupures, la répartition inégale du temps de parole, la conclusion sur un appel à suspendre la démocratie en Grèce, tout cela, si n'est pas de la manipulation de l'information, c'est quoi au juste?


Voilà bien de questions sur le traitement de l’information par une chaîne européenne qui se veut indépendante.


Merci de diffuser ce message le plus largement possible et de l'afficher sur les réseaux, si vous voulez bien.


Vicky Skoumbi
rédactrice en chef de la revue grecque αληthεια

 

Voilà. C’est fait. A vous de juger

 

Tridi 3 Germinal 220

 

Illustration X – Droits réservés

 

18/05/2012

Au charbon !

fralib pancarte.jpg

 

Montebourg est maintenant au pied du mur puisqu’il est en situation de peser sur les décisions des patrons-voyous qui ferment et délocalisent pour engraisser un peu plus les actionnaires avides. Ainsi des Fralib à Gémenos : autour de 600 jours de conflit, occupation de l’usine qui, en Provence, produit depuis 120 ans les thés « de l’éléphant ».

 

Les « fralib » ont proposés la reprise de leur entreprise. Refusée par les propriétaires – la multinationale rapace Unilever – qui veut fermer le site après avoir pillé le savoir-faire, la marque, la clientèle et veut délocaliser la production dans d’autres usines du groupe, à Bruxelles et en Pologne. La justice a ordonné l’évacuation, au besoin par la force, des ouvriers qui occupent le site.

 

Ce conflit est exemplaire car il oppose une multinationale rapace à des ouvriers luttant pour leur existence. Que peut faire Montebourg puisque les lois en vigueur, nationales, européennes, internationales protègent les multinationales-rapaces ? En l’état actuel des choses, pas grand-chose. Sauf à renverser la table : remettre en cause ces lois scélérates, quitte à se mettre momentanément en infraction avec la Commission européenne, avec l’OMC et toutes ces institutions mises en place par l’idéologie ultralibérale mondialisée au service de la finance et des multinationales.

 

 Le coup de pied dans la fourmilière susciterait, à coup sûr, bien des sympathies, bien des soutiens et contribuerait à renverser par les urnes, en Europe, les régimes de droites, au service de la finance internationale, qui saccagent la belle idée européenne et – crime impardonnable – suscitent la renaissance de nationalismes belliqueux auxquels vont répondre un terrorisme de « desesperados » genre Brigades rouges. Ça a commencé en Italie et en Grèce.

 

Montebourg, et le gouvernement de gauche, ne pourront répondre aux ravages du système mis en place par Sarkozy et ses comparses de la mondialisation que s’ils peuvent légiférer dans ce sens. Et ils ne pourront le faire que si les prochaines élections législatives leur donnent une majorité claire.

 

Donc le combat continue, il ne faut surtout pas se démobiliser. Un seul objectif : se débarrasser des députés au service des sarko-trafiquants.

 

 

Décadi 30 Florial 220


Photo X - Droits réservés

 

17/05/2012

Eh ! Si vous alliez faire un tour sur Urtikan.net !

Le nec plus ultra des dessins d’humour caustiques est publié sur ce site qui pète le feu. Par exemple :

 

 

Sarko chez ruquier par  jiho urtikan.jpg

 

 

Allez y faire un saut, vous en deviendrez accro.

 

Et au passage, vous pourrez méditer sur un article relayé par ce site et qui fait froid dans le dos : il traite des déchets nucléaires et du cadeau empoisonné que nos criminels nucléocrates vont laisser ad vitam eternam à l’humanité ou à toute autre forme d’intelligence vivante à venir.

 

Eh ! Urtikan.net, c’est gratos, mais si vous n’avez pas un oursin dans une poche et une bogue de châtaigne dans l’autre, un petit don est toujours le bienvenu !


Nonidi 29 Florial 220

16/05/2012

Eh ! François, si après Berlin, tu allais visiter l’Acropole ?


acropolis adieu.jpgLes lampions sont éteints, François a mouillé sa chemise et même plusieurs vestes, il a eu un coup de foudre en allant manger des asperges chez Angela et Sarko est – enfin ! – parti faire de la course à pieds au Bois. Bon. Attendons les premiers pas du gouvernement pas encore mis en place par Ayrault (« De Nantes à Matignon, la digue, la digue… » comme disait ce matin la pétulante Sophia Aram sur France Inter !).

 

 

Au menu du gueuleton germano-franco-hollandois, entre les asperges (- « Ach ! Herr Vrançois, les Zarperges, z’est des produits télicats, qui demandent beaucoup de RIGUEUR ! » - Oui, chère madame, mais elles ne sont savoureuses que lorsqu’elles ont une belle CROISSANCE ») et la choucroute, il y avait au menu la Grèce, dont le peuple a de moins en moins de graisse sur les os !

 

 

Parlons-en de la Grèce. Ce pays, qui a inventé la démocratie et même le mot « Europe », est au bord du gouffre creusé devant ses pieds par des gouvernants pourris et…la pression insupportable de l’Union Européenne défendant…les banques françaises et allemandes.


Eh bien, contrairement aux apparences, de ce pays exsangue est en train de naître un formidable espoir. Cet espoir s’appelle Syriza, du nom de la coalition de gauche radicale qui a le vent en poupe et qui a toutes les chances de triompher, et donc de prendre le pouvoir – disons plutôt de rendre le pouvoir au peuple grec – aux prochaines élections en juin.  Dans un pays ravagé par le chômage (21,8% en janvier 2012) et les coupes franches dans les dépenses publiques (13,8 milliards d'euros d'ici à 2015), la colère gronde. Les partis « traditionnels », pourris jusqu’à la moelle, ayant fait la preuve de leur incompétence et de leur corruption, cette colère oscille entre l’espoir Syriza et le risque cauchemardesque du retour des colonels avec les néo-nazis.

 

Cette coalition, formée autour de dissidents du parti communiste grec favorables à l’Europe lutte bille en tête contre le diktat qu’il juge « criminel » imposé par La Banque centrale Européenne, le Fond Monétaire International et l’Union Européenne. Son slogan de bataille : « Ils ont décidé sans nous, continuons sans eux ! » Le mot d’ordre est « non à l’austérité » et non pas « non à l’euro ».  « Affirmer que notre appartenance à l’euro est en danger est un mythe construit de toutes pièces, un chantage exercé par les partis favorables aux plans de renflouement et un outil visant à pressurer le peuple afin qu’il accepte des mesures qui nous amèneront la misère. » martèle Alexis Tsipras, le jeune et flamboyant chef de file de Syriza, qualifié de « Mélenchon grec ». Tout comme ce dernier, ce parti - influencé par les succès des gauches sud-américaines - est favorable à la construction européenne mais « pour une autre Europe », plus sociale, moins ultralibérale, favorisant la croissance.

 

Croissance ? Voilà qui devrait sonner agréablement aux oreilles de notre François, auquel Alexis Tsipras se réfère d’ailleurs. Le programme de ce parti, dans ses grandes lignes, est celui-ci :

- Abrogation des lois sur les diminutions des salaires, sur la remise en cause du droit du travail et sur l'immunité pénale des parlementaires ;

- Enquête sur les banques grecques qu'il veut partiellement nationaliser ;

- Audit international de la dette de la Grèce ;

- Moratoire sur son remboursement.

 

A côté du jeune (né en 1974) Alexis Tsipras, redoutable tribun, la coalition bénéficie d’une formidable caution morale, celle de Manolis Glezos, celui que le général de Gaulle avait qualifié de "premier résistant d'Europe" pour avoir en 1941 arraché le drapeau nazi du sommet de l'Acropole.

Eh ! François, si Alexis Tsipras réitère son souhait de te rencontrer, ne fait pas comme Merkel refusant de te recevoir pendant ta campagne !

 

Epharisto poli et Kalimera !


Octidi 28 Florial 220


Illustration Spiegel

15/05/2012

Il a libéré le territoire ! OUF!!!!!

sarko méchoui.jpg

 

chimulus elysée.jpg

 

Septidi 27 Floréal 220

 

Merci à Chimulus

14/05/2012

François et Angela sont sur un bateau…

hollande merkel dessin bras de fer.jpg


 Eh ! François, c’est toi qui est sur une dynamique porteuse, ce n’est pas la Hambourgeoise ! Toi, tu viens de remporter, après une campagne âpre, le titre suprême en France, pays FONDATEUR et INITIATEUR de l’Europe. Elle, elle vient de prendre une nouvelle bouffe électorale rognant très sérieusement son crédit au sein même de son pays, après avoir fait de ce dernier scrutin une sorte de référendum pour ou contre la politique d’austérité à tous crins qu’elle prétend imposer non seulement à ses concitoyens qui n’en peuvent plus, mais au reste de l’Europe.

 

Dans vos discussions, rappelle-lui – avec toute la rondeur diplomatique qui te caractérise – que c’est elle maintenant qui entre en campagne électorale, qu’elle ne représente en aucune manière l’Allemagne tout entière et qu’elle se trouve sur un siège éjectable qui la renverra probablement – espérons-le en tous cas – à ses chères études (elle est docteur en chimie quantique, excusez du peu !).

 

Rappelle-lui que cette année des élections vont avoir lieu en France encore mais aussi en Italie, en Espagne, en Belgique, de nouveau en Grèce et…en 2013 en Allemagne ! Rappelle-lui que ces scrutins marquent pour la première fois une prise de conscience européenne chez les électeurs et que de nouveaux dirigeants vont apparaître, cassant radicalement le ronron ultralibéral des gouvernements de droite qui, depuis une décennie au moins plonge l’Europe dans le malheur et la division. Rappelle-lui discrètement qu’elle a refusé de te recevoir durant la campagne et qu’elle est venue, en France, soutenir Sarko. Rappelle-lui cela en menant parallèlement des discussions poussées avec son opposition qui deviendra probablement à l’automne 2013 la majorité en Allemagne !

 

Rappelle-lui bien que si elle défend les intérêts supérieurs du grand patronat de l’Allemagne, au détriment d’ailleurs de « l’Allemagne d’en bas », toi tu as été élu pour défendre ceux de la France. Rappelle-lui à l’occasion que la France est le premier partenaire commercial de l’Allemagne, ce qui mérite un respect…pragmatique.

 

Les Allemands jouent l’intimidation en Europe. C’est leur manière d’être. Mais ils ne te respectent que si tu gueules plus fort qu’eux ! Rappelle-lui donc que la France, avec l’Italie et l’Espagne, ont un poids bien supérieur à celui de l’Allemagne. Et que ces trois poids lourds refusent désormais l’austérité que prétend imposer l’Allemagne. Ils sont pragmatiques et comprendront…

 

Rappelle-lui que le traité d’austérité qu’elle a concocté avec Sarkozy n’est ratifié ni par le parlement français ni…par le parlement allemand ! Et qu’il ne le sera pas s’il n’est pas renégocié dans le sens d’une relance de la croissance parallèlement à des économies structurelles.

 

Propose-lui de redonner à la Françallemagne son rôle moteur en Europe avec  la mise en place de project bonds - des emprunts obligataires garantis par la Banque européenne d'investissement pour financer des projets d'investissement ; le déblocage de fonds structurels ; l'augmentation du capital de Banque européenne d'investissement ; la mise en place d’une taxe sur les transactions financières à l’échelle de l’Europe avec les pays qui le souhaiteront.

 

Enfin propose lui – ça ne mange pas de pain et ça ne coûte rien ! – en échange de ta neutralité provisoire dans les affaires électorales allemandes, de repousser les discussions les plus rugueuses après les législatives françaises.

 

Allez, « Aux fines herbes », comme ils disent outre-Rhin !



Sextidi 26 Florial 220.


Illustration X - Droits réservés

11/05/2012

François a rendu hommage à un vrai Grand Homme : Victor Schœlcher

victor schoelcher esclavage.jpg

 

A l’occasion d’une démarche administrative, il y a quelques années, j’ai eu en face de moi une fonctionnaire d’origine antillaise. Son nom était Schœlcher. Je me suis alors levé et lui ai demandé de me faire l’honneur de me toucher la main. C’était une descendante « naturelle » du grand Victor Schœlcher, l’homme qui a rendu son honneur à la France en abolissant l’esclavage. Esclavage une première fois aboli par la Révolution française puis rétabli par le sinistre Bonaparte. Cette mémoire douloureuse est mise en lumière aujourd’hui.

 

Victor Schœlcher est né le samedi 22 juillet 1804 dans une famille bourgeoise originaire de Fessenheim (!!) en Alsace. Il fit ses études au lycée Condorcet. Le jugeant désœuvré, son père, porcelainier de renom, l'envoie au Mexique pour affaires en 1830. Visitant Cuba, il y est révolté par l'esclavage. De retour en France, il publie des articles, des ouvrages, multiplie ses déplacements d'information et adhère à la Société pour l'abolition de l'esclavage. Il n'aura de cesse que de lutter pour la libération des esclaves.

 

Le discours abolitionniste de Schœlcher évolue au cours de sa vie. En effet, au début de son engagement, il s'oppose à l'abolition immédiate de l'esclavage. En 1830, dans un article de la Revue de Paris, "Des Noirs", il demande ouvertement de laisser du temps aux choses. Cette vision de l'abolition qu'il a, se retrouve en 1833, dans son premier grand ouvrage sur les colonies : « De l'esclavage des Noirs et de la législation coloniale. » Pour lui, il serait dangereux de rendre instantanément la liberté aux noirs, parce que les esclaves ne sont pas préparés à la recevoir. Il souhaite même le maintien de la peine du fouet, sans laquelle les maîtres ne pourraient plus travailler dans les plantations. Il faut attendre un nouveau voyage dans les colonies pour qu'il se tourne vers une abolition immédiate.

 

Nommé dans le Gouvernement provisoire de 1848 Sous-secrétaire d'État à la Marine et aux colonies par le ministre François Arago, il contribue à faire adopter le décret sur l'abolition de l'esclavage dans les Colonies. Le décret signé par tous les membres du gouvernement paraît au Moniteur, le 5 mars. Député de la Martinique et de la Guadeloupe entre 1848 et 1850 il siège à gauche.

 

En tant que président de la commission d'abolition de l'esclavage, il est l'initiateur du décret du 27 avril 1848 abolissant définitivement l'esclavage en France et dans ses colonies. L'esclavage avait déjà été aboli en France à l'initiative de l'Abbé Henri Grégoire, pendant la Révolution française (4 février 1794, 16 pluviôse an II), puis rétabli par Bonaparte en 1802.

 

Républicain, défenseur des droits de la femme, adversaire de la peine de mort, il est proscrit durant le Second Empire par le coup d'état de Louis Napoléon Bonaparte. Il s'exile en Angleterre où il rencontre fréquemment son ami Victor Hugo. En 1870 il revient en France suite à la défaite de Sedan. Après l'abdication de Napoléon III, il est réélu député de la Martinique à l'Assemblée Nationale (1871). Le 16 décembre 1875, il est élu sénateur inamovible.

 

A la fin de sa vie, comme il ne s'était jamais marié et qu'il n'avait pas eu d'enfant, il décida de donner tout ce qu'il possédait. Enterré à Paris au cimetière du Père-Lachaise, ses cendres furent transférées au Panthéon le 20 mai 1949 en même temps que celles du Guyanais Félix Éboué (premier noir à y être inhumé).

 

En hommage à son combat contre l'esclavage, la commune Case-Navire (Martinique), prit le nom de Schœlcher en 1888.

 

 

Tridi 23 Floréal 220

 

Illustration X - Droits réservés

 

10/05/2012

Avant de dégager, les sarko-trafiquants continuent de sévir…

fichier dessin honnête gens.jpg 

La veille du second tour, ils ont publié le décret relatif à la TVA « sociale », autrement dit antisociale puisque faites pour alléger les charges des entreprises de main d’œuvre surtout en les faisant payer par une augmentation de la TVA. Cette mesure, compte tenu du changement politique majeur qui s’est opéré dimanche, n’a aucune chance de voir le jour prévu en octobre prochain. C’est donc une provoc.

 

Ce n’est pas tout. Le six mai est paru au Journal Officiel le décret instituant « le ficher des braves gens ». Quelques heures avant la défaite de Sarkozy à l'élection présidentielle, son fidèle ministère de l'Intérieur, Claude Guéant, a créé par décret un énorme fichier commun à la police et la gendarmerie. Un fichage qui devrait concerner près la moitié de la population française. Le fichier compilera toutes les infractions, de la contravention pour excès de vitesse à l'infraction "contre les personnes" ou l'atteinte "à la paix publique". Les auteurs comme les victimes des délits seront recensés !

 

Les données seront conservées pendant 5 ans pour les contraventions, et jusqu'à 40 ans pour les délits les plus importants. Ce méga fichier qui contiendra nom, adresse, sexe, date et lieu de naissance, voire dans certains cas, "les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuse ou l'appartenance syndicale des personnes, ou [des données] relatives à la santé ou à la vie sexuelle".

 

A noter que pour la première fois, le fichier recensera des données biométriques (des photographies) permettant la reconnaissance faciale, point dénoncé par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).

 

Duodi 22 Floréal 220

 

Illustration X - Droits réservés

09/05/2012

Machines à voter-tricher : jugez vous-mêmes

machines à voter.jpg

 

 

Samedi, veille du second tour, je dénonçais les dangers que présentaient les machines à voter, que je comparais à de véritables machines à tricher.

 

J’ai donc fait une petite enquête sur les résultats de quelques communes utilisant ces machines.

 

Communes déclarées avec un vote électronique (liste déclarative non vérifiée) : 60400 Noyon, 77130 Montereau-Fault-Yonne, Annœullin, Antibes, Antony, Arcueil, Épernay, Bagnolet, Blain, Blain, PA 17006, USA, Bois-Colombes, Boulogne-Billancourt, Boulogne-sur-Mer, Bourges, Brest, Bry-sur-Marne, Caen, Cannes, Castanet-Tolosan, Chazay-d'Azergues, Châtenay-Malabry, Condé-sur-l'Escaut, Couëron, Courbevoie, Garches, Issy-les-Moulineaux, Juvignac, Le Havre, Le Mans, Les Herbiers, Mandelieu-la-Napoule, Marignane, Massy, Meylan, Mimizan, Moissy-Cramayel, Montbéliard, Montpellier, Mougins, Mulhouse, Nevers, Orange, Orvault, Palavas-les-Flots, Paris, Ploërmel, Ploemeur, Pornichet, Questembert, Riedisheim, Rosny-sous-Bois, Saint-Chamond, Saint-Laurent-du-Var, Saint-Pol-sur-Mer, Savigny-le-Temple, Sèvres, Stains, Strasbourg, Suresnes, Theix, Thyez, Toulouse, Trégueux, Valbonne, Vauréal, Vence, Ville-d'Avray, Villeneuve-lès-Béziers, Villeneuve-le-Roi, Villeneuve-Loubet, Voiron

 

 

Antibes : S : 67,19 H : 32,81

Arcueil S : 30,34 H 69,66

 

Bagnolet S : 27,63 H 72,37

 

Épernay S : 47,59 H : 52,41

 

Cannes S : 68,8 H : 31,2

Caen S : 39,34 H: 60,66

 

Mandelieu-la-Napoule : 71,49 H : 28,51

Montpellier S : 37,62 H : 62,38

Mougins S : 72,28 H : 26,72

Marignane S : 60,32 H : 39,68

 

Orange S : 63,11 H : 36,89

Palavas-les-Flots S : 64,52 H : 35,48

Pornichet S : 56,06 H : 43,94

 

Rosny-sous-Bois S : 44,03 H : 55,97

 

Saint-Laurent-du-Var S : 68,54 H : 31,46

 

Villeneuve-lès-Béziers S : 54,45 H 45,99

Villeneuve-Loubet S : 70,63 H : 29,37

 

J’ai comparé ces résultats avec les résultats généraux des départements concernés. Il s’avère que les communes « machines-à-votertisées » donnent des résultats, quel que soit le bord, conformes avec l’orientation du département mais confortablement augmentés! Ce qui ne peut que renforcer les soupçons de machines à tricher qui entachent l’utilisation de ces machines.

 

Un combat à mener : la mise hors la loi de ces instruments douteux.

 

 

Primidi 21 Floréal 220

 

 

Illustration  Acturaton 

 

 

 

 

 

08/05/2012

Dimanche, une nouvelle énorme à résonnance mondiale…

centrales-nucleaires dessin.jpg 

L’élection de François Hollande et donc, par conséquence évidente, le monde – et avant tout la France – débarrassé de Sarkozy ? Oui. C’est une nouvelle à résonnance mondiale. Enfin. Un peu…

 

Mais il y a une autre nouvelle à résonnance mondiale, passée quasi inaperçue dans les médias à œillères entièrement focalisés sur les élections françaises. Cette nouvelle énorme a vu les japonais sortir dans la rue, chanter et danser.

 

Alors c’est quoi cette nouvelle ?

 

L’ARRET DU DERNIER REACTEUR NUCLEAIRE DU JAPON !

 

La troisième puissance utilisatrice d’électricité nucléaire du monde passe, dans l’espace d’une année de 28% à 0% de production d’électricité nucléaire, soit de 250 millions de KWh à 0. (à comparer avec la France, 2ème producteur d’électricité nucléaire avec 78% et 368 millions de KWh annuels).

 

Subissant dans leur chair les ravages d’une catastrophe nucléaire, les Japonais ont exigé de leurs dirigeants la sortie totale et radicale de ce mode de production d’électricité. Ceci en n’obérant leur production totale de seulement 20%. Prouvant ainsi que c’est faisable, mais aussi faisable rapidement. On est loin de la réduction « de 75 à 50% en 25 ans » préconisée par Hollande…

 

Comment font-ils les Japonais ? Evidemment en substituant la grippe (centrales aux charbon, au fuel, au gaz) au cancer (centrales nucléaires). C’est loin d’être une solution idéale mais c’est la « moins pire » des solutions.

 

Imaginez une catastrophe genre Fukushima en France. On en a largement parlé. Ce serait la fin de notre pays en tant que puissance (partie du territoire évacué et désertifié, fin du tourisme, baisse importante de production industrielle, etc.). Vous croyez que nos politiques ont envisagé et planifié les conséquences une telle catastrophe ?

 

Tè ! Fume ! C’est du nucléaire…

 

 

Décadi 20 Floréal 220 

 

Illustration X - Droits réservés

 

 

07/05/2012

KASTOAPOVKON !

LA FRANCE

enfin

 

 LIBÉRÉE !

 

sarko se casse pae Lasserpe.jpg

 

Et qu'on n'entende plus parler des Pécresse, des Copé, des Barouin, des Hortefeu et de tous les  sarko-trafiquants qui ont saccagé, humilié, pillé la France pendant cinq ans. 

Terminé, basta ya, khalas!

 

Nonidi 19 Floréal 220

 

Merci à Lasserpe

06/05/2012

ELECTIONS - MEFFI ! Les sarko-trafiquants sont prêts à toutes les embrouilles !

 

élections,embrouilles,triche,machines à voter

 Surtout ne pas être euphoriques, surtout ne pas être naïfs, surtout ne pas se démobiliser. Il faut ALLEZ VOTER et SURVEILLER. Le danger, c’est un scénario « à la Bush » : Sarko vainqueur sur le fil grâce au traficotage des Machines à tricher que sont les machines à voter !

 

Lisez cet article édifiant :

 

Présidentielles : enquête sur l'incroyable opacité du vote électronique

Par Simon Robic -

Ce n'est quasiment pas dit, et pourtant près de 1,5 million d'électeurs en France, soit deux fois la différence de voix entre Nicolas Sarkozy et François Hollande au premier tour de l'élection présidentielle, doivent utiliser une machine à voter électronique pour exprimer leur choix. Outre le fait que le vote électronique pose d'importants problèmes de contrôle du scrutin, qui est à la base de la transparence électorale, le ministère de l'intérieur refuse de communiquer la liste des bureaux de vote concernés, présents dans 64 communes. Enquête.

Mise à jour : nous avons réalisé une application pour déclarer et localiser les bureaux de vote électronique.

Depuis 2008, les communes françaises ne peuvent plus s'équiper en machines à voter électroniques. Mais 64 communes de plus de 3.500 habitants, déjà équipées auparavant, imposent aux personnes inscrites sur leurs listes électorales de voter sur des machines dont le fonctionnement est d'une redoutable opacité. Tout semble fait pour entretenir le manque de transparence autour du vote électronique, jusqu'à tenir secrète la liste des communes concernées. Et aucun recours juridique ne semble pouvoir empêcher l'utilisation du vote électronique.

Alors que des pays comme les Etats-Unis, le Brésil ou l'Inde votent (exclusivement pour l'Inde) par des machines à voter, d'autres plus proches de nous reviennent en arrière. C'est le cas par exemple des Pays-Bas, qui ont fait voter jusqu'à 90% de leur population sur des machines, et qui privilégient désormais le papier face aux polémiques suscitées par le vote électronique.

Mais en France, malgré un moratoire prononcé de fait en 2008, le vote électronique se prépare à une nouvelle révolution plus dangereuse encore : le vote par internet.

Un peu d'histoire...

C'est après la démission du Général de Gaulle en 1969 que les Etats-Unis ont poussé la France à se doter de machines à voter. L'objectif était officieusement à l'époque d'empêcher les Communistes d'arriver au pouvoir ; les Américains les suspectant d'être capables d'organiser une fraude électorale massive pour y parvenir. Seules quelques communes de Corse et de la périphérie de Paris se sont alors équipées cette année-là, sur ordre du ministère de l'Intérieur.

Depuis, l'article L. 57-1 du Code électoral créé à cette occasion a peu changé. Les communes de plus de 3.500 habitants qui bénéficient d'un feu vert préfectoral peuvent mettre en place le vote électronique, ce qui est le cas d'une soixantaine de villes françaises. 

En 2003, le Ministère de l'Intérieur a suivi les conseils du fabricant hollandais de machines à voter Nedap qui lui promettait, avec des terminaux non-connectés, davantage de sécurité qu'avec un vote centralisé en réseau (il faut cependant noter que ces machines doivent être connectées à Internet une première fois pour les initialiser, et qu'elles sont branchées au courant électrique via lequel il est possible de faire passer des données grâce au CPL). Un document technique d'agrément fut alors publié, auquel ont pu se conformer quelques entreprises spécialisées. C'est Nedap qui raflera la majorité des marchés (PDF).

Mais l'agrément du ministère de l'Intérieur est attribué à des types d'appareils, et non à des modèles précis. Aussi, une autorisation accordée en 2003 est toujours valable pour les machines fabriquées en 2012, lesquelles ne font l'objet d'aucun nouveau contrôle. Il suffit au constructeur de certifier qu'elles sont du même type que celui agréé, pour qu'elles puissent être utilisées. Un trou béant dans le protocole.

En 2008, devant une protestation croissante, la ministre de l'Intérieur Michelle Alliot-Marie a décidé de ne plus accorder de nouvelles autorisations préfectorales, gelant de fait la progression du vote électronique en France. Mais les autorisations déjà délivrées aux communes n'ont pas été annulées, ce qui leur permet encore de faire voter électroniquement.

Chantal Enguehard, maître de conférence au Laboratoire Informatique de Nantes Atlantique (LINA) et experte du vote électronique, nous explique dans l'interview suivant pourquoi l'opacité des machines est vivement critiquée, et critiquable. "Il n'y a aucune manière de vérifier" que le vote compté par la machine est bien celui exprimé par l'électeur, prévient-elle.  

Vers un vote par Internet ?

Malgré les zones d'ombre qui justifient largement le coup d'arrêt donné aux machines à voter en 2008, le vote électronique est encore vu comme une solution d'avenir par les autorités en France. Pire, c'est désormais le vote par Internet qui a les faveurs de l'Etat. 

Les français de l'étranger choisiront d'ailleurs leurs députés par ce biais dès cette année.

Or le vote par Internet pose encore d'autres problèmes majeurs, notamment pour identifier l'électeur, pour s'assurer qu'il ne vote ni sous la pression d'un tiers, ou que l'ordinateur personnel à partir duquel il vote n'est pas infecté par un virus qui modifierait son choix à son insu.

Au début des années 2000, c'est Isabelle Falque-Pierrotin, l'actuelle présidente de la CNIL qui était alors au Conseil d'Etat, qui militait pour le vote par Internet. Le réseau mondial était en pleine expansion et l'idée qu'il était la meilleure réponse possible à tous les problèmes flottait sur une France qui n'avait pas encore connu l'éclatement de la bulle économique et de prise de conscience de certains problèmes, notamment de vie privée, posés par Internet. Feignant d'ignorer les risques engendrés, Mme Falque-Pierrotin plaidait pour que des machines à voter présentes dans les bureaux de vote soient toutes connectées à Internet afin que les votes soient centralisés et sécurisés. Or le succès de Nedap, avorté en 2008, lui a été défavorable.

En tant que présidente de la CNIL, Isabelle Falque-Pierrotin aura certainement à rouvrir le dossier du vote électronique par Internet. Une occasion en or de valider ce qui lui avait été refusé dix ans auparavant.

Quels recours possibles ?

Au bout de la chaine électorale, mais au centre du processus, l'électeur paraît bien démuni devant l'opacité du vote électronique. Sauf à faire partie des abstentionnistes, il lui est impossible de s'y soustraire, le code électoral précisant que les bureaux de vote ne doivent avoir qu'une seule urne. Il est donc impossible de proposer une urne papier aux réfractaires.

Si certains ont appelé à protester auprès des présidents des bureaux de vote concernés, Jean-Didier Graton, le président de l'Observatoire du Vote, nous précise que l'expression d'un simple doute sur le bon déroulement d'un scrutin électronique ne suffit pas à l'électeur pour contester la sincérité des résultats de son bureau de vote. L'action en justice n'a guère plus de chances.

"Le juge électoral (le Conseil Constitutionnel pour les élections nationales, le tribunal administratif et le Conseil d'Etat pour les élections locales, ndlr) ne casse les votes que s'il lui est apporté la preuve formelle qu'il y a eu fraude. Il ne fait pas réaliser d'enquête pour le vérifier", explique-t-il. Or puisqu'il est matériellement impossible de vérifier le déroulement d'un vote avec une machine à voter (contrairement à l'urne traditionnelle) qui doit toujours être transparente et visible pour chaque électeur, il est très difficile voire impossible d'apporter une telle preuve.

Le vote électronique est avant tout un vote de confiance dans le vote électronique. Or l'opacité ne fait rien pour rassurer.

Selon des témoins qui vont jusqu'à évoquer des soupçons de corruption, certains maires s'obstinent à conserver leurs machines, parfois jusqu'à en perdre leur siège face à des électeurs mécontents, sans apporter d'explications à cet attachement viscéral.

Plus grave, le ministère de l'Intérieur que nous avons contacté refuse de fournir la liste des bureaux de vote concernés, comme il le fait systématiquement à ceux qui la demandent, malgré plusieurs saisines de la Commission pour l'Accès aux Documents Administratifs (CADA). La seule liste officieuse disponible est issue d'un relevé réalisé par Chantal Enguehard sur le terrain, et disponible en annexe de l'une de ses publications (PDF). Les cahiers d'évaluation technique des machines à voter, eux, ne commencent à être rendus publics qu'à la suite de plusieurs recours devant le Conseil d'Etat.

La question de la sincérité du vote électronique et de son contrôle n'est pourtant pas anecdotique puisqu'elle concerne entre 1,3 et 1,5 millions d'électeurs, soit deux fois la différence de voix entre Nicolas Sarkozy et François Hollande au premier tour de l'élection présidentielle.

 

Sources : http://www.numerama.com/magazine/22477-presidentielles-enquete-sur-l-incroyable-opacite-du-vote-electronique.html

 

 

Illustration  Acturaton 


Octidi 18 Floréal 220

 

 

04/05/2012

Dimanche, vous allez vraiment faire ça ?

bulletin de vote.jpg

 

 

Eh ! Gens de la droite républicaine, héritiers de de Gaulle, fils des libérateurs de la France au coté des communistes et constructeurs de la France moderne avec le Conseil National de la Résistance, vous allez vraiment faire ça ? Vous allez vraiment mêler votre bulletin à ceux du successeur de Pétain et de la fifille de Le Pen ? Vous allez vraiment faire ça ?

 

Vous les plus malins, les plus intelligents, les plus cohérents, les à qui-on-ne-la-fait-pas, vous allez vraiment, en allant à la pêche ou en ne pas votant pour Hollande, reconduire pour cinq ans le fossoyeur de la France ? Vous allez vraiment faire ça ? Vraiment, dans l’isoloir, vous allez le faire ?

 

Vous les amers, les déçus, les rouspéteurs, les éternels laissés-pour-compte, les humiliés, les méprisés, les indécis chroniques, vous allez vraiment faire ça ? Par défi ? Pour renverser la table ? Vous allez vraiment faire ça ?

 

Dans le programme de Hollande, il n’y a même pas dix, cinq, une proposition qui vous conviennent ? Les réductions des injustices, ça ne vous plait pas ? La taxation des ultras riches, ça ne vous plait pas ? Le non cumul des mandats, ça ne vous plait pas ? Le renouveau de l’école, ça ne vous plait pas ? La baisse des émoluments des ministres et des élus, ça ne vous plait pas ? La justice juste, la sécurité juste, ça ne vous plait pas ? Non ? Il n’y a vraiment rien ?

 

Programme pas assez à gauche ? Pas assez dur de dur, pas assez pur ?

 

Que ceux qui se retrouvent dans les idées de Sarkozy, ceux qui bénéficient de ses largesses, de ses cadeaux fiscaux votent pour lui, rien que de très normal.

 

Que ceux qui ont profité de cinq longues années de droite débridée et qui veulent que ça continue  votent pour lui, c’est bien normal. C’est même logique et cohérent.

 

Que les patrons du Cac 40, que madame Parizot et ses féaux, que les copains et coquins du Fouquet’s votent pour lui, c’est bien normal.

 

Mais vous, amis et frères de la France d’en bas, de la France qui souffre, de celle qui se lève tôt pour tenter de gagner sa croûte, une musique nouvelle, une cure d’air frais, de rassemblement, d’espoir en une France et une  Europe plus justes, plus près du peuple, ça ne vous plait pas ? Pas du tout ? Qu’est-ce-qui vous fait peur ? Et donc vous allez vraiment faire ça ?

 

Vous allez vraiment prendre le risque de ramener au pouvoir, pour cinq ans, cette droite dure, étroite, cupide ? Vous allez vraiment faire ça ?

 

Le pari d’un espoir, d’une vie meilleure, plus juste contre la plus sombre des certitudes ? Et vous ne prendriez pas ce petit risque ?

 

Quelles sont les raisons obscures, cachées, de votre choix ? De qui, de quoi êtes-vous, sans même vous l’avouer, solidaires ?

 

Et si, dimanche soir il ne manquait qu’une seule voix pour libérer la France ? Supporteriez-vous que ce soit la vôtre ? Pourriez-vous encore vous regarder dans la glace ?

 

Je vous en prie ami(e)s, réfléchissez bien ! 

 

 

 Sextidi 16 Floréal 220

 

Illustration X - Droits réservés

 

 

 

03/05/2012

Au bistro de la toile : Niko-Microlax contre Battling-Flamby !

sarko boxeur sonné.gif

 

 

- Alors Victor, t’as vu le match ?

 

- L’OM ? Eh ! Cette fois ils ont gagné. C’est bon signe.

 

- C’est bien, mais je te parle de la baston télévisée Hollande Sarko.

 

- Ah Ouais. A ma droite – et même à mon extrême-droite – Niko-Microlax, champion toutes catégories de l’embrouille ! A ma gauche – enfin presque – Battling-Flamby – l’homme qui monte. Niko-Microlax tente de rentrer dedans mais Battling-Flamby le maintient facilement à distance par des gauches précises sur le bilan, sur le pouvoir d’achat, sur le chômage. Niko-Microlax tente de toucher son adversaire sur l’Europe mais Battling-Flamby, maitre du centre du ring, renvoie sèchement son adversaire dans les cordes sur le teckel de Merkel, et l’aplatissement de la France devant les oukases de la Teutonne. Niko-Microlax rompt le combat et attaque sur la dette. Mal lui en prend. Son adversaire rend coup pour coup, touchant Sarko-Microlax sur les 600 milliards d’augmentation de cette dette résultant directement de la gestion des sarko-trafiquants. Celui-ci sort alors son nucléaire et tente d’enfoncer Battling-Flamby sur Fesseinheim. Réplique de celui-ci, évitant par charité de parler de l’insécurité époustouflantes de ces centrales passoires comme vient de le démontrer Greenpeace avec le survol de l’une d’elle par un parapentiste ! Sarko-Microlax encaisse gnon sur gnon. Dominé aux points, il ne peut gagner que pas KO. Il ne peut alors éviter de se laisser aller à son naturel avec un coup bas : DSK. Battling-Flamby ne cède pas malgré les coups bas. Enfin, amoché, titubant, Sarko-Microlax tente de limiter les dégâts en lançant un appel aux fachos d’entre les fachos. Ouf ! Il est sauvé par le gong Pujadas !

 

- Ben en voilà une retransmission qu’elle est bonne Victor !

 

- J’ai, regardé, comme beaucoup, ce débat avec un certain détachement. Et en me fendant la gueule parce qu’à côté de la télé, à droite, mon ordinateur était ouvert et je suivais ce match sur Urtikan.fr. Formidable prestation de ce site qui pète le feu ! Pendant tout le débat, une équipe de dessinateurs de grand talent nous a régalés de rafales de plus de 80 dessins aussi pertinents que vachards. Lasserpe, Soulas, Faujour, Deligne, Chimulus, Cambon, Jiho, Mutio, Soulcié, MRic. Un bonheur !

 

- Allez, c’est ma tournée. Dans deux jours la France devrait être libérée.

 

- Sarko-Microlax, en desesperados, va bien nous sortir un fait-divers sordide genre petit père Voize… A la nôtre !

 

 

Quintidi 15 Floréal 220

 

Merci à Soulcié et à toute l'équipe d'Urtikan

 

  

 

02/05/2012

Faux travailleurs, fausses travailleuses ! Vrais travailleurs, vraies travailleuses !

 

 

Doigt_d_honneur en or.jpg

 

 

Comparez votre salaire à l’aune des revenus de la « grande amie » de Sarko, Liliane Bettencourt. Si après ça vous avez encore quelques velléités de voter pour Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa, c’est que vous êtes définitivement irrécupérables ou que votre place est à Mondevergues !

 

 

 

Convertissez votre salaire en pouvoir d’achat Bettencourt

en cliquant sur la photo de la très chère Liliane

 

 

bettencourt.jpg

 

 

Quartidi 14 Floréal 220

 

Photo X - Droits réservés

01/05/2012

Ne nous laissons pas plumer ! Gastronomie ouvrière du 1er Mai : Le coq au vin !

1er mai pince fesse trocadéro.jpg 

 

Il salope tout ce qu’il touche… Son crédo, sa stratégie c’est « séparer pour mieux régne »r. Les jeunes contre les vieux, les actifs contre les chômeurs, le public contre le privé, les étrangers contre les Français de souche. Ce type est un fauteur de guerre civile. Maintenant il s’en prend aux travailleurs en prétendant fêter le « vrai travail » (c’est quoi ça ?) donc en opposition au faux travail… Pour cela il reprend les brillantes idées de son maître à penser, Pétain, avec sa « fête du travail et de la concorde sociale ». Bonjour l’exemple ! Ses « vrais travailleurs », amenés par cars entiers de toute la France, vont aller défiler en prada, petits mocassins et escarpins !

 

Le 1er mai, il convient de lui rappeler ce que c’est à cet ignare.

 

Etats-Unis, années 1880, la colère gronde dans un monde ouvrier soumis à des cadences de travail harassantes, 12h, parfois 14h par jour. Le 1er mai 1886, début de l'année comptable des entreprises, une grande manifestation est organisée par les syndicats de Chicago. La grève s'étend bientôt au pays tout entier et la mobilisation est telle que le mouvement obtient satisfaction : la journée de travail est réduite à 8h, mais non sans perte. Plusieurs ouvriers de la fabrique McCormick à Chicago trouvent la mort dans des affrontements avec les forces de l'ordre. Sur l'une des tombes sont gravés ces quelques mots : "Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd'hui".

 

De l'autre côté de l'Atlantique, la IIème Internationale socialiste se réunit à Paris, en 1889 pour le centenaire de la Révolution française et décide d'organiser tous les ans, dans tous les pays et à date fixe, une grande manifestation ouvrière. Ici aussi, la journée de 8h (mais toujours 5 jours par semaine) est la principale revendication. Et c'est la date du 1er mai qui est retenue, en souvenir des manifestations de Chicago. Dans les années qui suivent, le 1er mai s'impose peu à peu comme un rendez-vous et un jour de grèves ouvrier, mais c'est en 1936 qu'ont lieu les plus grandes manifestations.

 

Ces manifestations du 1er mai 1936 marquent durablement l'imaginaire français. Elles contribuent en effet à l'élection de la première coalition républicaine de centre gauche, deux jours plus tard : le Front populaire. Présidée par le socialiste Léon Blum, ce gouvernement ne tarde pas à adopter des mesures historiques pour les travailleurs, la semaine de 40h, les deux premières semaines de congés payés ou la reconnaissance du droit syndical.

 

En 1941, le régime de Vichy salope cette journée émancipatrice et transforme ce rendez-vous ouvrier en jour férié, "fête du Travail et de la Concorde sociale".

 

Le 29 avril 1947, les autorités issues de la Libération reprennent la mesure. Le 1er mai est officiellement déclaré jour chômé-payé dans toutes les entreprises françaises, et le restera.

 

Le sinistre borgne a tenté de récupérer ce beau jour de fraternité avec sa fête folklorique de Jeanne d’arc.

 

Attention donc à ne pas laisser ce jour symbole des luttes ouvrières à…Marine Le Pen et sa fête de Jeanne-d’Arc ainsi qu’à son clone qui déconne, Nicorine Sarkopen !

 

Ce qui ne doit pas nous couper l’appétit avant de renvoyer l’imposteur à son destin : les tribunaux !

 

Je vous propose donc de déguster deux des emblèmes de notre pays : le coq et le vin !

 

 

Le coq au vin de Ginette et Nicole

 

« Allez, Zou ! Viens mon beau. On va tuer le coq! »

C'est ainsi que Ginette, femme du Pays d'Oc

Fit de moi son complice pour saigner "Pyjama"

Et en faire une fête pour tous nos estomacs.

« Il honore mes poules, mais il me les esquinte.

C'est "viol avec violence", si elles portent plainte! »

Je tiens solidement Pyjama par les pattes

Et lui bloque les ailes pour qu'il ne se débatte,

Elle lui tend le cou sur une casserole

Et plante franchement l'Opinel à virole.

Le sang de Pyjama s'écoule volontiers,

Un grand frémissement et il meurt sans crier...

Telle est la dure et saine loi de la nature :

Tout être est prédateur mais aussi nourriture !

En quatre mouvements, Pyjama est plumé,

Vidé et nettoyé, puis flambé et coupé

En solides portions et mis à mariner

Dans un Cairanne rouge où l'on a ajouté

Oignons piqués de clous de girofle et carottes,

Quelques baies de genièvres, sel, poivre et pas de flotte.

On laisse reposer au frais, toute une nuit.

Au matin on sort les morceaux que l'on essuie.

Au fond d'une sauteuse ou mieux d'une... cocotte,

Faites mousser du beurre dans de l'huile bien chaude,

Et faites-y dorer vos morceaux de volaille

Avec un peu d'oignon et quelques gousses d'ail.

Saupoudrez sur la fin avec de la farine

Toujours en remuant. Faut pas que ça calcine.

Flambez alors le tout avec un Armagnac,

Un marc de Châteauneuf ou bien un bon Cognac.

Puis vous passez dessus le jus de marinade,

Poivre, bouquet garni, sel (pas comme un malade).

Montez alors jusqu'à petite ébullition

Et cuisez doucement. La durée est fonction

De ce qu'est le bestiau. Pour Pyjama trois heures

Mais pour un coq d'hyper entre une et deux heures.

Préparez quelques cèpes, frais ou secs mais trempés,

Vous les sautez dans l'huile, les poivrez, les salez,

Puis vous les rajoutez à la préparation

Demi-heure avant la fin de votre cuisson.

À votre liaison il faut alors penser:

Sortez un verre de sauce, laissez-là reposer,

Puis battez-la avec jaune d'œuf et vinaigre,

De la farine en pluie. Fouettez d'un ton allègre!

Si vous l'avez gardé, vous rajoutez le sang.

Incorporez le tout dans le jus frémissant.

C'est prêt. Sans plus tarder arrêter le réchaud.

Vous buvez un canon et vous servez très chaud.

Avec des tagliatelles ou des pommes vapeur,

Et un bon Châteauneuf, on atteint le bonheur!

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire

Ma tripe est assoiffée, remplis raz-bord mon verre

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

 

Ingrédients et proportions pour six personnes

 

Le coq au vin est un plat qui doit mijoter. Il s'accommode donc parfaite­ment d'une volaille ayant de l'âge. Il faut une viande qui tienne aux os, et des os solides. Il vous faut donc:

Pour la marinade: - l coq ancien de deux kilos, - 2 bouteilles de bon vin rouge A.a.C., - 2 oignons pour la marinade, - 1 demi kilo de carottes coupées en rondelles, - 4 clous de girofle, - l dizaine de baies de geniè­vre, - 2 cuillerées de gros sel, - poivre du moulin.

Pour le plat: - 2 cuillerées à soupe d'huile d'olive, - gros comme un œuf de beurre, - l oignon émincé, - 3 gousses d'ail, - un peu de farine, - l verre d'Armagnac, Cognac ou Marc de Provence, - l bouquet garni, - l cuillerée à soupe de sel fin.

Pour la sauce: - 1 jaune d' œuf, - l demi-verre de vinaigre de vin, - 2 cuillerées à soupe de farine, - le sang du coq si vous l'avez gardé, - 1 sachet de cèpes secs mis à tremper.

 

Les vins conseillés:

 

Pas de demi-mesure pour le coq au vin: les meilleurs rouges de la vallée du Rhône: Côtes-Rôties, Hermitage, Croze-Hermitage, Saint-Joseph, Chateauneuf-du-Pape, Lirac, Gigondas, Vacqueyras, Cairanne, Saint­Gervais, Séguret, Vinsobres, Visan, Sainte-Cécile-Ies- Vignes, Cornillon. En Coteaux du Languedoc, les vins chaleureux de Saint-Chinian, Faugères, Minervois, Corbières, Fitou.

Les Côtes du Roussillon "Villages" de Belesta, Estagel, Maury, les Collioure.

Les vins de Provence Coteaux des Baux, Palette, Bandol évidemment, Les Arcs, les grands rouges de Bellet.

 

 

Tridi 13 Floréal 220

 

Illustration: merci à Bavon