Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/10/2011

Eh ! Y a pas que la primaire ni la finale du rugby ! Avez-vous acheté le n°2 de SINE-MENSUEL ?

sine-mensuel n2.jpg

Pas de pub, pas de financeurs, et pourtant environ 50 000 lecteurs ont acheté le premier numéro. Si ce début prometteur se poursuit, l’équilibre est assuré. L’équipe compte donc sur la détermination de ses amis pour ce second numéro.

« Si vous voulez qu’on continue, chaque mois, à leur filer des bourre-pif et à leur faire la fête, achetez-nous, abonnez-vous, abonnez vos potes… C’est grâce à vous qu’on tordra le cou à tous ces voyous. Haut les cœurs ! » Ainsi se termine la Zone de Siné sur ce nouveau numéro.

Mais pas question de s’endormir sur nos lauriers !
• Les dessinateurs tapent encore plus fort. Une pleine page hilarante est dédiée à l’accouchement de Carla !
Et le retour de Vuillemin dans ce numéro.

Siné Mensuel révèle la plus grande valse de procureurs sous la Ve République. Et divulgue en exclusivité la liste secrète des procureurs. Au moins 15 voire 17 procureurs généraux sur 35. Du jamais vu ! Ou comment le Président verrouille tous les parquets sensibles, alors qu’éclatent jour après jour de nouvelles affaires.
• Le journal dévoile aussi comment la justice française a tenté de protéger le docteur Krombach.
• Et un article de Karl Laske sur les affaires.
• Une interview du très rare philosophe Raoul Vaneigem. Pour Siné Mensuel, il revient sur le situationnisme, et prône la gratuité comme arme absolue.
• Et comme Siné Mensuel donne la voix aux sans-voix : une plongée au cœur des prud’hommes, juridiction menacée par le Medef.
• Une page sur la Tunisie avant les élections vue par de jeunes acteurs de la révolution.

Soutenez-les, abonnez-vous à SINÉ MENSUEL
et économisez par rapport à l’achat au numéro.

Abonnement à Siné-Mensuel 1 an – 12 numéros

France : 53 € – Pour les fauchés* : 49 €

Dom Tom et Europe : 60 € – Pour les fauchés* : 56 €

Autres pays :  66 € – Pour les fauchés* : 62 €

* on vous fait confiance !

Paiement par chèque bancaire ou Postal
à l’ordre de « Editions du Crayon »
à envoyer à l’adresse suivante :
Editions du Crayon
5 rue Séguier - 75006 Paris

Ou par virement bancaire sur le compte du CIC
IBAN : FR76 3006 6107 5100 0200 9950 109 – BIC : CMCIFRPP

Télécharger le bulletin d’abonnement à imprimer.

 Sextidi 26 Vendémiaire 220

14/10/2011

Primaires : un tour de trop.

aubry_hollande.jpg

 

 

Je disais il y a quelques jours :

 

« ATTENTION ! Ne pas se tromper d'adversaire !

 

Les primaires à gauche ont été – jusqu’à ce jour ! – un succès, une avancée démocratique, un moyen de ré-intéresser les Français a la politique et…une épine dans les panards douteux de la Sarkozie. Bien. Mais il fallait les arrêter au premier tour. Un tour était largement suffisant pour désigner le « champion ». Le second tour est en trop. C’est une connerie qui risque de foutre en l’air tous les bénéfices de ce bel exercice démocratique.

 

 Pourquoi ? Parce ce que les deux « finalistes » deviennent fatalement des adversaires impitoyables, et la lutte d’égo va faire ses ravages au détriment de la confrontation d’idées. Parce que la victoire à ce second tour implique fatalement le retour à des manœuvres souterraines, à des alliances qui dénaturent les projets. Enfin parce que la bataille finale, fatalement au couteau, laissera des traces qui ne pourront que profiter à l’adversaire. »

 

Persiste et signe. Les coups fourrés entre les deux finalistes sont malheureusement en train de me donner raison. Il n’y a pas de confrontation d’idées et de programme, c’est le même. Il n’y a que des rapports conflictuels sournois entre deux personnes qui ne se supportent pas, qui ne s’apprécient pas et qui devront, dès lundi matin, lutter ensemble contre Microlax !

 

Il faut avoir à l’esprit que si cette primaire s’était déroulée à un seul tour, les comportements n’auraient pas été les mêmes, les opinions plus tranchés, les confrontations d’idées plus précises. Et le résultat n’aurait pas forcément été le même !

 

Et qui qui rigole en loucedé ? Ben, Microlax 1er bien sûr !

 

Tenez, au fait, voilà les réponses des deux impétrants aux questions de Montebourg :

 

Martine Aubry:  http://www.martineaubry.fr/article/cher-arnaud-les-reponses-de-martine-aubry-a-arnaud-montebourg

 

François Hollande :http://www.websternsocialiste.com/?p=698

 

 Duodi 22 Vendémiaire 220

 

Photo X - Droits réservés

13/10/2011

Pendant les primaires, les sarko-saloperies continuent…

sarkozy_doigt.jpg 

 

* Le flicage est une constante nauséabonde en Sarkozie. Ainsi, le fétide Chapel s’efforce d’imposer « l’évaluation » - le flicage, le fichage – des enfants de Math-Sup (maternelle supérieure) ! Les enseignants transformés en flics devront déterminer « si l'enfant devenu élève agit de manière à respecter l'intégrité de toutes les personnes et de son environnement, il ne les agresse pas, il a recours à la parole en cas de désaccord ou de conflit ». Ils seront ensuite fichés avec les mentions « rien à signaler », « à risque » ou « à haut risque ». Ah mais ! En Sarkozie, on ne va pas se laisser emmerder par des chiards non ! Qu’est-ce qu’ils disent aux enseignants les sarko-trafiquants ? Tè ! Fumes !

 

 

* Qu’est-ce que vous dites ? Le prix de la vie augmente ? J’ai pas entendu… Ah si ! Vous trouvez que l’essence, les fruits et légumes, les pates, le riz, le chocolat, la viande, enfin ce qu’on bouffe chaque jour quoi, augmente ? Ouais…Mais les écrans plats, les téléphones portables, les gadgets électroniques fabriqués par des esclaves chinois baissent, alors… Tout ça pour dire qu’en Sarkozie, pas question d’augmenter le Smic. Les sarko-trafiquants vous disent, nous disent : Tè ! Fume !

 

 

* Vous êtes peut-être allés en vacances en Bretagne ou en Normandie cet été, et vous avez pu apprécier sur de nombreuses plages, les délicats effluves de merde voletant au-dessus des hectares d’algues vertes pourrissant sur le sable. Algues vertes provenant directement de l’azote répandu sans frein et sans vergogne par les agriculteurs affiliés à la sinistre FNSEA. Il serait peut-être temps que le gouvernement prennent des décisions drastiques à ce sujet. Ben voyons… Le Journal Officiel a publié mardi le décret qui va permettre d'augmenter les quantités d'azote épandues sur les terres agricoles, et va à contre-courant des efforts de réduction des nitrates dans les eaux. Le décret, signé par le premier ministre et les ministres de l'Agriculture et de l'Ecologie, étend la surface prise en compte pour le calcul du plafond d'épandage  ce qui va permettre d'augmenter de 20 % les quantités d'azote épandues sur les sols ! La parution de ce décret intervient alors que la commission européenne exige de la France, dans une lettre du 17 juillet dernier, des explications sur sa politique de prévention des marées vertes. Qu’est qu’ils leur disent les sarko-trafiquants à l’Europe, aux Bretons et aux touristes ? Tè ! Fume !

 

 

* Et si on parlait un peu des Chinois ? L'Europe – et surtout la France de Sarko - fait encore figure de bonne poire. Selon le quotidien Les Echos, les Airbus A320 assemblés en Chine devraient bénéficier des mêmes aides à l'exportation que les appareils fabriqués en Europe. L'avionneur aurait en effet réussi à convaincre les gouvernements français, britannique et allemand d'accorder leur garantie, via leurs agences d'assurance crédit, aux clients chinois des A320 assemblés à l'usine de Tianjin. Selon les termes de l'accord, les Airbus A320 produits à l'usine de Tianjin et destinés aux compagnies chinoises, pourront donc bénéficier de prêts garantis par les trois Etats européens, via leurs agences de crédit-export : la Coface en France, Euler Hermes en Allemagne, ECGD en Grande-Bretagne. Un dispositif théoriquement destiné à soutenir les exportations européennes. Et qui dans ce cas va servir les compagnies chinoises... En effet, grâce à ce dispositif, si une compagnie aérienne chinoise fait faillite, il appartiendra in fine au contribuable européen de payer la facture. Qu’est-ce qu’ils nous disent les Chinetoques en se foutant de notre gueule ? Tè ! Fume !

 

 

Primidi 21 Vendémiaire 220

 

PhotoX - Droits réservés

 

 

 

12/10/2011

Lettre à Martine Aubry et François Hollande

montebourg 1.jpg

 

 

 

 

 

Paris, le 11 octobre 2011

 

A l'attention de Madame Martine Aubry
et de Monsieur François Hollande

 

                  Chère Martine, cher François,

 

 

Je voudrais en premier lieu féliciter chacun d'entre vous pour sa qualification au second tour des Primaires citoyennes. Dans cette campagne loyale et cordiale, j'ai défendu des solutions nouvelles destinées à répondre par des propositions concrètes, réalisables et efficaces à l'extrême gravité de la crise financière, économique, sociale et morale qui a commencé à ravager tous les pays européens, dont la France. Je me suis attaché à dégager des perspectives d'actions nouvelles auprès de ceux qui se sentent à juste titre écrasés par l'économie et oubliés par la politique.

 

Cette lettre a pour objectif d'éclairer avant dimanche l'opinion finale des 450.000 Françaises et Français qui m'ont fait l'honneur de leur confiance. Ces femmes et ces hommes sont libres et feront leur choix en conscience. Mais je tiens à ce qu'ils fassent ce choix important, en toute connaissance de cause. C'est cela, la VIème République en actes.

 

1 - La première des questions que je souhaite vous poser concerne les conditions précises et concrètes dans lesquelles vous entendrez reprendre le contrôle politique du système financier qui soumet aujourd'hui l'économie réelle et les entreprises à ses exigences indues, tout comme il le fait des gouvernements et des contribuables.

 

J'ai rappelé à maintes reprises que les Français refuseraient à bon droit -particulièrement ceux qui n'ont que leur travail pour vivre- de payer les conséquences des graves fautes commises par le système financier, dans lesquelles ils n'ont aucune espèce de responsabilité. Mettre à contribution par l'impôt les classes moyennes et populaires pour secourir les banques, leurs filiales, comme tel est d'ores et déjà le cas dans les projets de renflouement de la banque privée Dexia, serait une faute morale et politique, contre laquelle la gauche aura l'obligation de nous prémunir.

 

Ceci implique des mesures de mise sous tutelle publique des banques, sans frais pour les contribuables, conduisant à faire entrer des représentants de l'Etat ainsi que des usagers du crédit, avec droit de veto, dans les conseils d'administration des banques.

 

En plus des mesures de séparation des activités de collecte des dépôts et celles d'affaires, il paraît logique et juste d'utiliser les bénéfices des banques profitables pour renflouer les banques en difficulté par des mesures de solidarité interbancaire, mesures qui éviteront aux Français de payer les futurs plans de renflouement des banques fragilisées.

 

De surcroît, il sera nécessaire d'interdire par la loi la spéculation dans l'activité bancaire avec l'épargne des Français et d'édicter une procédure pénale sévère réprimant l'évasion fiscale afin d'obtenir le rapatriement des avoirs actuellement placés dans les paradis fiscaux tout en faisant fermer les filiales des banques dans ces territoires.

 

Je veux rappeler avec force que la dette publique accumulée au cours des derniers mois est le prix direct et indirect du secours accordé par les Etats de l'Union Européenne au système financier, embarqué dans une course à la spéculation.

 

Un Président de la République issu de nos rangs devra s'engager solennellement devant les Français à mettre à contribution le système financier et bancaire européen et national par une taxation européenne et nationale sur les transactions financières afin de solder le poids de la dette publique contractée pendant la crise, évaluée à la somme de 450 milliards d'euros.

 

Ces mesures, dont beaucoup de Français approuvent la nécessité comme la sévérité, sont un préalable à tout redressement de notre économie et, a fortiori, à toute application du projet socialiste.

 

C'est à ce prix que nous pourrons reconquérir les marges de manœuvre dont nous avons tant besoin pour reconstruire la France. Ces choix devront s'articuler avec une réforme nécessaire des statuts de la Banque Centrale Européenne, afin de lui permettre de racheter la dette des Etats, ce qui lui est encore interdit à ce jour.

 

2 - C'est ce même objectif que poursuit le protectionnisme européen, social et écologique, que j'ai, avec les soutiens de nombreux économistes et philosophes de renom, défendu dans cette campagne.

 

Ce protectionnisme européen n'est rien d'autre que la demande de remise en ordre d'une économie internationale affranchie de toute règle : règle sociale, règle environnementale, règle sanitaire, règle économique et, il faut le rappeler, règle humanitaire. Le « juste échange », contenu dans le projet socialiste, ne saurait suffire car il consiste à faire croire en une régulation multilatérale négociée, que l'OMC n'a jamais été capable d'imaginer ni d'appliquer en 20 ans. Il reviendrait à demander l'autorisation à nos concurrents mondiaux dans la guerre économique de pratiquer le protectionnisme, ce que nous n'obtiendrions jamais. Ce serait là pécher par naïveté, car ces négociations auraient dû commencer il y a 20 ans, et n'ont jamais eu lieu. Aujourd'hui, l'urgence exige que nous prenions des mesures au plan européen et national.

 

Dans l'arsenal protectionniste à créer, il serait utile que les prises de contrôle de nos entreprises à forte valeur technologique par des capitaux extra-européens soient soumises à autorisation publique, que des mesures de sanction économique ciblées soient codifiées contre les entreprises transnationales ayant délocalisé leurs productions au détriment de nos territoires et de nos populations, et que les marques appartenant à ces entreprises puissent faire l'objet de mesures d'expropriation publique en cas de comportements déloyaux aggravés. Goodyear, Lejaby, et l'Eléphant, autant d'exemples du comportement inacceptable de certaines firmes multinationales ; autant de symboles de cette désindustrialisation de la France que la gauche doit désormais combattre résolument.

 

Je souhaiterais donc connaître quelles mesures précises et concrètes vous envisagez de prendre pour protéger notre industrie, nos savoir-faire, nos emplois, à l'abri desquelles nous pourrons réindustrialiser le pays et financer la révolution industrielle, technologique et écologique.

 

Vous le savez, pour appliquer ces mesures, pour retrouver aussi la confiance des Français, la politique doit redevenir plus forte que l'économie et que la finance.

 

3 - Des dizaines de milliers de Français que j'ai rencontrés, comme vous, ont perdu espoir dans l'action publique. Pour leur éviter l'errement du vote extrémiste, les amener dans notre rassemblement populaire issu des primaires, il nous faut, ensemble, rendre à la politique force et respectabilité. C'est ce que je défends depuis 12 ans avec le projet de VIème République.

 

L'un comme l'autre, vous avez, dans le passé, soit renoncé, soit refusé d'engager notre parti que vous dirigiez dans ce projet de renaissance de la démocratie française que j'ai appelé la VIème République, projet dont l'essentiel consisterait dans :

- l'augmentation des pouvoirs de contrôle du Parlement par des commissions d'enquête parlementaires libres et par le contrôle parlementaire des nominations aux postes clés dans l'administration ;

- la fin de l'impunité présidentielle s'agissant des actes sans rapport avec sa fonction ;

- la protection de l'indépendance de la justice par la naissance d'un Procureur général indépendant chargé des poursuites dans les cas sensibles ;

- le renforcement des moyens de lutte contre la corruption en limitant notamment la portée du secret défense ;

- la transformation du Conseil constitutionnel en une véritable Cour constitutionnelle indépendante ;

- l'instauration du mandat parlementaire unique ;

- le référendum d'initiative populaire, y compris abrogatif et révocatoire des élus afin d'organiser la responsabilité politique de ceux-ci ;

- le vote aux élections locales des personnes de nationalité étrangère présentes de façon régulière sur notre territoire depuis 5 ans ;

- la libération des données publiques dans les collectivités locales et dans l'Etat (Open Data).

 

Ce programme que je vous soumets est ambitieux mais parfaitement réaliste et réalisable. Il ne coûterait pas un euro aux Français ; mieux, il générerait des ressources financières nouvelles et permettrait un essor industriel et productif.

 

Sans lui, j'en suis convaincu, aucune victoire de la gauche face à Nicolas Sarkozy, au printemps prochain, n'est envisageable. Pire, c'est Nicolas Sarkozy, lui-même qui, si nous n'avons pas le courage de l'assumer, le proposerait alors aux Français, dans une ultime contorsion politique.

 

Les propositions que je formule sont majoritaires chez nos concitoyens. Elles correspondent à une remise en ordre de notre pays et à un retour à la sagesse dont nous nous sommes beaucoup trop éloignés depuis 25 ans.

 

C'est donc confiant dans votre intelligence politique et dans votre volonté de l'emporter demain face à la droite que je vous ai écrit. Beaucoup de Français, avec moi, attendent votre réponse.

 

                   Chère Martine, Cher François, soyez assurés de ma meilleure estime et de toute mon amitié socialiste.

 

 

 

Arnaud MONTEBOURG

 

 

*********************

 

ATTENTION ! Ne pas se tromper d'adversaire !

 

Les primaires à gauche ont été – jusqu’à ce jour ! – un succès, une avancée démocratique, un moyen de ré-intéresser les Français a la politique et…une épine dans les panards douteux de la Sarkozie. Bien. Mais il fallait les arrêter au premier tour. Un tour était largement suffisant pour désigner le « champion ». Le second tour est en trop. C’est une connerie qui risque de foutre en l’air tous les bénéfices de ce bel exercice démocratique.

 

 Pourquoi ? Parce ce que les deux « finalistes » deviennent fatalement des adversaires impitoyables, et la lutte d’égo va faire ses ravages au détriment de la confrontation d’idées. Parce que la victoire à ce second tour implique fatalement le retour à des manœuvres souterraines, à des alliances qui dénaturent les projets. Enfin parce que la bataille finale, fatalement au couteau, laissera des traces qui ne pourront que profiter à l’adversaire.

 

Décadi 20 Vendémiaire 220

 

 

 

 

11/10/2011

La bandaison…de gauche !

Brassens à table.jpg

 

Je viens de voir Flamby faire le beau au JT, il m'a gonflé, alors je vais un peu modifier !

  

Quand je pense à Hollande

Je (dé)bande, je (dé)bande

Quand je pense à Aubry

Je (dé)bande aussi

Montebourg et son score

Me font bander encore

Mais quand j’pense au Glandu

Là je ne bande plus

La bandaison papa

Ça n’se commande pas

 

C’est ce refrain plutôt gaillard

Que la Gauche fredonne

Pour savoir à qui ell’ se donne…

…Ra dimanche dans l’isoloir

 

Quand je pense à Hollande

Je (dé)bande, je (dé)bande

Quand je pense à Aubry

Je (dé)bande aussi

Montebourg et son score

Me font bander encore

Mais quand j’pense au Glandu

Là je ne bande plus

La bandaison papa

Ça n’se commande pas

 

Ça me file un peu le cafard

Eclairez ma lanterne

Choisir entre ces deux badernes

Ce n’est vraiment pas le panard

 

Quand je pense à Hollande

Je (dé)bande, je (dé)bande

Quand je pense à Aubry

Je (dé)bande aussi

Montebourg et son score

Me font bander encore

Mais quand j’pense au Glandu

Là je ne bande plus

La bandaison papa

Ça n’se commande pas

 

Pourtant malgré ce terne choix

Faudra bien que l’on vote

Ni l’une ni l’autre ne sont mes potes

Mais je respecterai le choix

 

Quand je pense à Hollande

Je (dé)bande, je (dé)bande

Quand je pense à Aubry

Je (dé)bande aussi

Montebourg et son score

Me font bander encore

Mais quand j’pense au Glandu

Là je ne bande plus

La bandaison papa

Ça n’se commande pas

 

La France court à l’asphyxie

L’important dans l’affaire

Faut pas se tromper d’adversaire

C’est de foutre en l’air Sarkozy

 

Quand je pense à Hollande

Je (dé)bande, je (dé)bande

Quand je pense à Aubry

Je (dé)bande aussi

Montebourg et son score

Me font bander encore

Mais quand j’pense au Glandu

Là je ne bande plus

La bandaison papa

Ça n’se commande pas

 

 

Merci affectueux et toujours admiratif à Tonton Georges

 

Nonidi 19 Vendémiaire 220

 

Photo X – Droits réservés

 

 

 

 

 

 

10/10/2011

Surprise Montebourg ?

bulletin de vote.jpg

 

« La surprise Montebourg… » Non mais écoutez-les ces cons des « milieux autorisés » comme disait Coluche ! Surprise ? Pour qui ? Pour ceux qui ont de la peau morte sur la langue à force de lécher le cul de tous ceux – de droite comme de gauche - qui s’inscrivent dans la vulgate ultra libérale. Mais pas de surprise pour ceux – l’immense majorité des sans-grades, sans privilèges, sans thunes – qui ont les aliboffis qui explosent, gonflées jusqu’à la rupture par les saloperies des sarko-trafiquants et qui redoutent la possible pour ne pas dire la prévoyable trahison de la « gôôôche » bien-pensante.

 

On n’a pas gagné, faut rêver mais pas se mentir. On n’a pas gagné mais les idées proposées par Montebourg ne font plus figure d’aimables incongruités : démondialisation, protectionnisme européen, encadrement coercitif s’il le faut de la pieuvre financière, sixième république débarrassée de l’esprit d’injustice et des magouilles de la cinquième, capitalisme coopératif, etc.

 

Celui ou celle qui, dimanche, devra représenter l’espoir dans quelques mois face à Sarko et ses sarko-trafiquants, devra bien intégrer ces valeurs et respecter les électeurs qui ont envoyé un signal très fort.

 

Ces valeurs, loin d’être « folles » comme l’a éructé le comique Copé hier soir, s’inscrivent dans un mouvement mondial de rejet de cet ultra libéralisme. Mouvement qui se dessine avec les « insurgés », avec les révolutions arabes, avec les mouvements sociaux en Chine, et même au cœur du système avec les mouvements anti-wall-street aux Zétazunis et la volonté d’Obama de réguler le système financier et de faire enfin casquer les riches. En Europe – dominée actuellement et saccagée par les droites – le balancier repart dans le bon sens : le Danemark est passé à gauche, la France est en situation de faire pareil, l’Allemagne rejettera Merkel dans deux ans… En Espagne, ce n’est pas la gauche qui est rejetée, mais une gauche qui s’est aplatie devant l’ultra libéralisme.

 

Le monde a compris que le sinistre héritage Reagan-Thatcher est empoisonné, qu’il est dépassé, qu’il faut s’en débarrasser. Et chez nous, cela commence par la possibilité de se débarrasser des sarko-trafiquants.

 

Alors, Hollande ? Aubry ? De toute façon les deux devront tenir largement compte de la volonté de venir vers un programme réellement à gauche.

 

Le choix est donc de désigner sans états d’âme qui sera le plus apte à renvoyer l’imposteur au Fouquet’s.

 

BANZAÏ !

 

 

Nonidi 19 Vendémiaire 220

 

Illustration X - Droits réservés

 

07/10/2011

DIMANCHE, VOTONS MONTEBOURG !

montebourg 1.jpg

 

Bon. Dimanche, faudra aller voter. Et voter pour Montebourg, le seul candidat dont le discours et le parcours politique attestent qu’il a réellement la fibre de gauche chevillée au corps :

 

- il a voté Non au traité de l’Europe ultralibérale,

 

- il martèle depuis des années la nécessité de créer une VIème république débarrassée des tares de la Vème, conçue pour un géant et salopée par des nains,

 

- il lutte contre la corruption (voir l’affaire Guérini),

 

- il est « l’inventeur » des primaires,

 

- enfin il est le seul candidat analysant clairement la crise actuelle, fille de la mondialisation financière et proposant des solutions réalistes, innovantes (démondialisation, protectionnisme européen).

 

Les sondages (!!??) le donnent au mieux en troisième position, donc pas en situation de lutter idées contre idées contre celui ou celle qui – toujours selon les sondages – portera la bannière de la social-démocratie au deuxième tour si le cas se présente. On peut donc amèrement déplorer que Montebourg et Royal – dont les idées sont les plus proches – n’aient pas pu s’entendre sur une candidature unique qui leur aurait sans conteste apporté la victoire aux Primaires, et un boulevard pour la Présidentielle…

 

Ego humanus error est…

 

Sauf si le maximum de voix se porte sur Montebourg et déjoue ainsi les pronostics !

 

DIMANCHE, LE DEVOIR DE TOUTE FEMME ET HOMME DE GAUCHE

 EST DE VOTER ET FAIRE VOTER

 MONTEBOURG

 

Sextidi 16 Vendémiaire 220

 

06/10/2011

Au bistro de la toile : banquiers banksters…

chimulus bistro copie.jpg 

- Eh! Mastroquet de mon cœur, il va falloir encore  sortir des montagnes de thunes pour renflouer ces établissements parasitaires que l’on nomme « banques ». Les banksters vont encore nous faire les poches. Dexia nous a déjà pris 3 milliards en 2008. Qu’est-ce qu’elle en a fait ? Bouffé… Jeté… gaspillé…

 

- 3 milliards, c’est 100.000 emplois au dessus du Smic charges comprises (coûtant 30.000 euros par an), 100.000 emplois d’infirmières, de flics, d’enseignants...

 

- Et ça va recommencer car cette officine de voyous…

 

- Pléonasme Victor puisque tu parles d’une banque !

 

- …va demander et obtenir la garantie des états français et belge pour des créances pourris dépassant la centaine de milliards… Ouais, dira-t-on mais ce n’est qu’une caution. Sauf que si la « banque pourrie » créée pour liquider ces créances merdiques n’arrive pas à les liquider dans de bonnes conditions (ce qui sera évidemment le cas, voir le précédent du Crédit Lyonnais qui nous a coûté non pas un bras mais la peau des couilles). Ça en fait combien ça de centaines de milliers d’emplois ?

 

- Alors comme on fait ? On laisse tomber les banques ? 

 

- Non mais on les met sous tutelle, c’est-à-dire qu’on (l’état) met son nez dans leurs affaires, et qu’on commence par séparer l’activité de dépôt de celui de spéculation.

 

- Et la dette de la France, autour de 1.800 milliards, qu’est-ce qu’on en fait ?

- Comme les japonais : on la « refrancise ». Cette dette appartient pour l’essentiel à des étrangers (fonds de pensions étazuniens principalement) alors que les Français sont les champions du bas de laine ! Cette situation découle d’une loi scélérate : La Loi n°73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France (aussi appelée loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973, et parfois, péjorativement, loi Rothschild, allusion au fait que Pompidou fut directeur général de la Banque Rothschild) ; c’est une loi votée en France sous l'impulsion de Valéry Giscard d'Estaing, alors ministre de l'Économie et des Finances, sous la présidence de Georges Pompidou. L'article 25 de cette loi est le suivant : « Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France. » Cet article a également été repris par l'article 104 du traité de Maastricht et par l'article 123 du traité de Lisbonne. (Wikipédia)

- Donc, si je comprends bien, cette loi empêche le pays de créer et d’assumer sa propre dette, ne concernant que les Français. Si c’était le cas, même s’il y aurait des intérêts à payer, ils iraient dans la poche de Français, qui dépenseraient ce pognon pour l’essentiel en France, faisant tourner la machine. Au lieu de ça ce sont des dizaines de milliards qui partent chaque année engraisser des rapaces privés étrangers.

 

- T’as tout compris Loulle ! T’as tout compris ! Cette loi permet aux banksters internationaux (banques, fonds de pensions, hedges funds et leurs complices les agences de notation) de piller sans vergogne le pays et de soumettre le peuple à ses diktats via des marionnettes genre Sarko, pantin à la solde de ces maquereaux.

 

- Bon. Ben on va sortir les cordes. Il reste encore pas mal de platanes…

soulcie pendre banquiers.jpg

Quintidi 15 Vendémiaire 220

 

Merci à Chimulus et Soulcié  

 

29/09/2011

Et la Méluche, keskidi ?

mélanchon et Laurent.jpg

 

On ne l’a pas trop entendu dans les lucarnes à décerveler ni lu dans les canards laquais, pourtant il en a des chose à dire Mélanchon ! Et il les dit bien :

 

Discours au meeting de la Fête de l’Humanité

  

Je vois notre rassemblement. Je mesure toute la force qu’il contient. Elle m’inspire et elle m’envahit à cet instant où me revient la rude tâche de marcher devant, portant notre drapeau commun.


Dans un moment, la musique et la poésie vont agrandir de nouveau nos cœurs. Acceptons-en toute la leçon : il est temps de penser, de vouloir, et d’agir en grand comme la France le peut, forte de sa puissance et de son peuple travailleur, créatif, imaginatif, dévoué à la cause de la liberté universelle depuis l’abolition des privilèges en 1789.

 

Nous ne faisons pas campagne pour un homme, pour un candidat ni pour un parti mais pour une immense ambition collective.

 

Un monde nous appelle à l’action, puisqu’en définitive celui que nous voyons roule à sa fin. Il a une apparence, celle des tyrans du G8 et du G20 qui ont comme président commun celui de notre pays Nicolas Sarkozy. Cet ordre roule à sa fin. C’est celui du productivisme absurde qui pourrit l’air, vide les mers, épuise les hommes et la nature comme le disait Karl Marx si justement. L’ordre productiviste, combiné à celui du règne complet de la finance qui pourrit tout, domine les cœurs, les esprits, et réduit toute chose vivante ou inerte au statut de marchandise.
Ce dont il est question à travers ce que nous entreprenons, c’est d’empêcher que l’écroulement de cet ordre n’entraine la civilisation humaine elle-même dans sa chute.

 


Mes amis, dans la nuit noire du libéralisme, des recettes du FMI, des brutalités de toute sorte dont le monde avait été accablé, le jour s’est levé. Celui de la grande révolution citoyenne que notre temps appelle. Elle a commencé en Amérique du sud avec les peuples du Venezuela, de la Bolivie, de l’Equateur, de l’Argentine. 
Elle a franchi l’océan. Elle est venue dans le Maghreb où nos frères et nos sœurs ont porté la parole universelle d’exigence de la liberté, de la dignité, du bien-vivre, qui sont en définitive le programme commun de tous les peuples, sous toutes les latitudes.
Et la voici qui a franchi la Méditerranée. Elle porte le nom des douze grèves générales des travailleurs grecs. Elle a le visage des indignés qui se rassemblent sur toutes les places. La voici, qui s’est avancée jusqu’à celle de Stalingrad et à présent sur la vôtre, à la fête de l’Humanité.

 

Le jour se lève. Il est demandé le bien-vivre, la décence d’une vie digne où nous ne réclamons rien d’autre que de pouvoir vivre décemment de notre travail, de notre paye justement gagnée dans l’œuvre mise au service de toute la société. Tel est notre programme. C’est le programme qui dit son nom : « L’Humain d’abord ! », nouveau drapeau du peuple !
Si le peuple le veut, par sa majorité, il imposera que ce qui n’a pas été partagé de bon gré quand c’était temps le soit de force. Par la force de la loi, celle que nous voterons, qui interdira les licenciements boursiers, qui mettra à contribution le capital et ses revenus et d’abord celui des grandes entreprises félonnes, qui ayant accumulé des richesses sur le travail humain ne les ont mis d’aucune façon en partage : les Total qui ne paye pas un seul euro d’impôt, les banques qui se sont gavées d’argent.

 


Pas un salaire dans une entreprise ne pourra en haut de la hiérarchie être vingt fois supérieur à celui du bas. Pas un revenu ne pourra être supérieur à 360 000 euros.  Et il faut augmenter le SMIC à 1700 euros ! A ceux qui disent que c’est trop, nous posons la question de savoir comment ils expliquent aux gens qui vivent pour plus de 100 euros seulement que le seuil de pauvreté comment ils payent leur loyer, comment ils se nourrissent, comment ils se soignent. Réglez cette difficulté et alors nous écouterons le reste. Nous, nous la réglons.
Nous proposons à la France un nouvel horizon de développement et de progrès, celui de la planification écologique qui poussera à réorganiser redévelopper tout notre appareil de production et à réindustrialiser le pays. Ce sont des milliers, des milliers, des millions d’emplois qui sont à la clé de ce projet.

 


Enfin, nous allons en finir avec les traités iniques qui ont confisqué la souveraineté du peuple français pour le soumettre à l’absurde règle de la concurrence prétendument libre et non faussée. Le traité de Lisbonne, nous nous en affranchirons.
Et nous montrerons, d’abord dans notre propre pays, le changement institutionnel qui libère l’énergie populaire. Nous passerons à la sixième République. A bas la monarchie présidentielle et le régime des valises qui va avec !
Pour cela, avant toute chose, et avant même que vous ayez commencé à penser à vos bulletins de vote, tenez pour dite là leçon qui s’impose à chacun d’entre nous, à l’image des camarades que vous voyez sur cette tribune : Résistez ! Résistez ! Ne cédez jamais ! Résistez !
(La foule scande « Résistance ! Résistance ! »)

 

Amis, concitoyens, résistez ! Pas une usine ne doit être délocalisée. Pas une machine ne doit partir ! Pas une paye ne doit être rognée ni pillée comme elles le sont aux Fonderies du Poitou ! Résistez au premier euro qu’il s’agit de vous prendre ! Résistez à la première école qu’on veut fermer ! Résistez chaque fois que l’on distille autour de vous, dans les cœurs, le poison de la division :  non ce n’est pas l’immigré l’ennemi qui vous prend votre pain, c’est le financier ! Résistez à la bêtise à front de bœuf qui condamne les femmes à l’odieux sexisme qui nie leur parole quand elles protestent contre les violences qui leur sont faites, en plus des discriminations professionnelles dans lesquelles elles sont enfermées !

 


Résistez contre le coup d’Etat qui se déroule à présent dans toute l’Europe, sous le prétexte absurde qui dit bien quel est le maître qui est servi, de la prétendue règle d’or. Et bien, nous ne connaîtrons, nous, qu’une seule règle : la règle républicaine ! Ceux qui ont le plus doivent donner le plus ! Et ils donneront !

 


Si le Président Sarkozy est si sûr de son affaire, lui qui pensait qu’il allait faire passer sa règle d’or dans la Constitution comme il nous avait déjà berné en faisant passer le traité de Lisbonne contre nos votes majoritaires pour le « non » en 2005, alors si vous êtes si sûr de votre affaire, au lieu de tenter ce petit coup de force en cachette dans le palais des versaillais, consultez le peuple ! Demandez-lui son avis ! Comme le réclame les indignés d’Espagne, du Portugal et de Grèce. Ne décidez pas contre nous !

 

J’achève. Mes amis, notre ambition est immense et rien ne nous intimide, cette fois-ci davantage que par le passé. A la suite de nos ainés, quelle que soit la difficulté qui se présente, nous savons que les seuls rêves qui finissent par périr sont ceux qui ne sont pas portés par des cœurs ardents. Alors ce monde nouveau qu’il faut faire naître, ce n’est pas un accord entre états-majors qui va le faire naître. C’est l’union du peuple tout entier ! 
C’est ce front du peuple qui commencera la nouvelle Révolution française, la révolution citoyenne qui, pour notre chance puisque nous avons une élection en 2012, peut commencer là où tout commence pour un citoyen avec des bulletins de vote dans des urnes.

 

Haut les cœurs, ardents à la lutte, tous nous allons faire avancer une nouvelle fois le fanal de combat qui rend la France à son peuple !

 

 

 

Octidi 8 Vendémiaire 220

 

Photo X - Droits réservés

27/09/2011

Senatus Populari Vox

sarkozy marque-mal.jpg

 

 

Ô combien de féaux et de croquemitaines

Parachutés, joyeux, sur des terres lointaines

Et qui ont touché terre, au soir des élections,

Groggy, sonnés, cassés, le testard plein de gnons,

Au fond de mornes urnes se sont évanouis,

Et dans le triste oubli, à jamais, enfouis !

 

Combien d’Huèmepets ont sombré avec rage

Malgré leurs coups tordus et leurs tripatouillages,

Et se sont engloutis à jamais dans les flots

Entraînant avec eux esquif et matelots.

Ils ont enfin trouvé leur place naturelle,

Taillée à leur mesure, au fond d’une poubelle.

 

Nul ne plaint votre sort, pauvres têtes perdues !

C’est la vox populi qui vous a étendus.

Combien de petits maires, grands électeurs fourbus,

Qui, hier, vous adulaient et vous léchaient le cul

Vous ont abandonnés, sans un mot, sur la grève

Seul, nu, répudié comme un cheval qui crève.

 

Quand la France d’en bas s’est enfin réveillée

Elle vous a jeté, Oh ! Quelle dérouillée !

Aldouy en Roussillon, Jacques Blanc en Lozère

Vieux satrapes sournois enfin jetés à terre

La cambrousse ayant enfin ouvert les yeux

Le printemps sera dur pour Sarko-l’odieux

 

Disparaissez, faquins ! Retournez dans vos bauges,

Les rats vous fêteront et feront votre éloge.

Votre Patron, bientôt, le sinistre Attila

Vous rejoindra, au trou, parmi les cancrelats

Dégagez ! Dégagez ! Repoussants arnaqueurs !

Abandonnez, enfin, la place à vos vainqueurs !

 

 

Sextidi 6 Vendémiaire 220

 

 

Photo X - Droits réservés

 

26/09/2011

Réflexions montagnardes depuis mon hamac !

hamac.jpg

 

 

Ben en voilà des nouvelles qu’elles sont bonnes ce matin ! Même dans mon pays d’adoption estivale, cette Lozère superbe mais mise sous l’étouffoir de la droite la plus calotine qui soit ! Un vent de renouveau souffle sur la Margeride ! D’abord la première ville, Mende, qui est passé à gauche pour la première fois depuis toujours je crois, puis – divine surprise ! – ce même Bertrand qui coiffe sur le poteau, Jacques Blanc, le satrape local qui règne sur le département depuis des lustres après avoir gouverné le Languedoc-Roussillon ! A l’échelon local, c’est un vrai séisme !

 

Maintenant, au niveau national c’est la mise sous tension du Karcher qui va balayer, nettoyer, éradiquer, pulvériser cette mafia qui pressure, étrangle, exploite, enfonce la France depuis des années. Hardi la gauche ! Cette fois, on va les avoir ! Et à la primaire, votons pour celui dont le programme est vraiment neuf, pour celui qui veut en finir avec cette république des copains et des coquins, cette république décadente, votons pour Montebourg !

 

Autre bonne nouvelle : la mise en garde de l’Agence française du médicament sur son site Internet de Alli, ce médicament à la con (n’est-ce pas l’ami Descamino !) qui fait soit disant maigrir mais risque aussi de pourrir le foie des bons gros qui veulent perdre un peu de ventrêche ! Alli, commercialisé en France depuis mai 2009 par GlaxoSmithKline (tiens, tiens ! le revoilou le labo multinational qui achète les élus ! http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/ces-elus-qui-se-font-subventionner-100828

), est vendu sans ordonnance en pharmacie et, pour cette raison, fait l'objet d'un suivi national de pharmacovigilance depuis sa commercialisation.

 

Mais mauvaises nouvelles aussi : la dernière corrida à Barcelone, victoire des mercantiles avec un faux-nez de défense des animaux et puis…il ne pleut toujours pas, la campagne est désespérément sèche, les prairies crient leur soif et donc il n’y a pas de champignons… Adieu cèpes, girolles, pied-de-mouton…

 

Quintidi 5 Vendémiaire 220

 

Photo X - Droits réservés

 

22/09/2011

BONNE ANNEE REVOLUTIONNAIRE !

révolution tableau nichons drapeau.jpg 

Il est revenu le temps de la crise

Le temps des torgnoles le temps des chômeurs

Sans rien dans l’assiette

Pour les banquiers c’est le temps de la fête

Mais pour les prolos c’est le temps des pleurs

Pour éradiquer le temps de la crise

Bientôt va sonner le temps des fureurs.

 

 

Ras le cul de tous les fauteurs de crise

De tous les salauds de tous les rufians

Qui piquent l’oseille

Il est temps que le peuple se réveille

Que vienne l’espoir aux couleurs de sang

Car il a bon dos le temps de la crise

Mais bientôt la peur va changer de camp

 

 

Elle vous arrange cette sacrée crise

Sarkozy Fillon tous vos beaux discours

Et ceux de Bruxelles

C’est pas ça qui remplira nos gamelles

Avec ce que laissent vos becs de vautours

Vous regretterez le temps des valises

Lorsque vous aurez une corde au cou

 

 

Entendez le bruit du fer qu’on aiguise

Des balles qui vous laisseront au cœur

Une plaie ouverte

La Révolution qui nous est offerte

Va vous dévorer comme une tumeur

Ô Peuples debout, foules insoumises

Vous retrouverez enfin votre honneur

 

 

Primidi 1er Vendémiaire

 premier jour de l’an 220 de l’ère de la Liberté

 

 

BONNE ANNEE REPUBLICAINE

et

VIVE LA REVOLUTION

 

 

 

 

 

PETITION

pour un musée

ROBESPIERRE

 

 

 

Merci àJean-Baptiste Clément, Antoine Renard et Eugène Delacroix

21/09/2011

Au bistro de la toile : égorgeons les « pigs » !

 

chimulus bistro copie.jpg 

 

- Eh ! Victor, t’as vu dans le journal, Chirac bientôt blanchi : le procureur vient de mettre bon ordre dans ce procès inique. Et ces salauds de juges d’instruction qui osaient accuser le pauvre Chichi, ce si sympathique escroc ! Heureusement que les procureurs de la république n’ont rien trouvé à redire aux emplois fictifs. Quel brave homme que ce Chichi ! Oubliés les emplois fictifs, oubliés des frais de bouche gargantuesques, oubliés le château de Bity, etc.,etc.

 

 

- Eh ! Ouais Loulle… Selon que vous serez puissants ou misérables… En parlant de misérables, ils sont pas sortis de l’auberge ceux-là ! Cette fois c’est cette vieille peau d’Europe ultralibérale qui leur met le pied sur la tronche. Il a été facile de trouver 440 milliards – milliards ! – pour un fonds européen de sauvetage des banques, mais il n’est pas possible de trouver 440 millions – millions, mille fois moins ! – pour les pauvres et les crève-la-faim victime de ce même système à la solde de la finance. Mondo cane…

 

 

- Les pays affameurs sont les mêmes qui écrasent la Grèce, les mêmes qui méprisent en se désolidarisent des « pigs », les porcs qui désignent si délicatement le Portugal, l’Italie, la Grève, l’Espagne (Spain). Ce sont l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Suède, le Danemark, les Pays-Bas, laTchéquie, l’Autriche semblant sortir de la bande des affameurs.

 

 

- L’impensable dans cette affaire, Loulle, c’est que l’Allemagne en soit l’instigateur et de chef de file. Une Allemagne qui, sous Merkel, penche dangereusement vers l’égoïsme, la morgue, le mépris pour ses voisins et la tentation de l’isolement. L’horreur c’est que ce pays redevenu frère risque de retomber vers ses démons. Le sinistre Boche relèverait-il la tête derrière le frère, l’ami, le partenaire allemand ? Merkel est en train de foutre en l’air soixante-cinq ans de confiance retrouvée… Terrible. La négation intégrale de l’idée fondatrice de l’Europe. Idée dévoyée par les ultralibéraux.

 

 

- Raison de plus, le bulletin de vote à la main, de se débarrasser de ces crapules de droite : Sarko chez nous, Merkel outre-Rhin, Berlusconi outre-Alpes… Les Danois viennent de le faire !

 

 

- Allez ! A la nôtre !

 

 

 

 Quintidi 5ème jour des Sans-Culottides de l'an 219

 

Merci à Chimulus 

 

Eh! N'oubliez pas: demain c'est le JOUR de L'AN:

1er vendémiaire de l'an 220

et on fête le RAISIN !

Débouchez les boutanches et

VIVE LA REVOLUTION !

20/09/2011

OGM : on croyait s’en être débarrassés pour quelques temps. Tè ! Fume…

ogm revolver 2.jpg

 

La très calamiteuse Commission européenne du très calamiteux Barroso vient de recommencer ses saloperies, en loucedé, sans faire de bruit. En effet La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a estimé que la clause de sauvegarde prise par la France en février 2008 pour suspendre la culture du maïs transgénique MON810 était illégale en raison d’un vice de procédure. Cette décision est lourde de conséquences : elle rouvre la porte à la culture de maïs OGM en France. A l’origine de cet épisode juridique? Monsanto bien sûr. En 2008, cette dernière avait saisi le Conseil d’Etat, qui avait à son tour saisi la CJUE.

 

Monsanto et ses complices habituels : l’Assemblée générale des producteurs de maïs (AGPM), le Syndicat des établissements de semences agréés pour les semences de maïs (SEPROMA) et plusieurs autres producteurs de semences tirent aujourd’hui profit d’un vice de forme ! Les industriels ne reculent devant aucune manœuvre pour sauver leur business.

 

Maintenant que la CJUE a rendu son arrêt, l’affaire retourne devant le Conseil d’Etat français, qui devra annuler la décision prise en février 2008. Celui-ci peut mettre plusieurs mois à le faire mais quoi qu’il en soit, il devra tôt ou tard se conformer à la décision de la CJUE, comme le veut le droit européen. Désormais, c’est au gouvernement de prendre ses responsabilités : s’il ne met pas en place une nouvelle clause de sauvegarde, le moratoire français sur la culture du maïs MON 810 sera bel et bien condamné et on risque de voir réapparaître les OGM dans nos champs dès le printemps prochain.

 

La CJUE a déclaré la clause de sauvegarde française illégale en remettant notamment en cause le choix de la procédure mise en œuvre. Sur ce point, elle a estimé que la France s’était trompée de fondement juridique et qu’elle n’avait pas le droit d’adopter unilatéralement des mesures pour interdire la culture du MON 810.

 

Sur le fond, en février 2008, la clause de sauvegarde française avait été motivée par des « risques sérieux pour l’environnement » (dissémination, apparition de résistances sur les ravageurs cibles, effets sur la faune non cible) en application du principe de précaution. C’est donc un retour à la case départ…

 

Le principe de précaution est inscrit dans la Constitution française. En l’absence d’études suffisantes, il est évident qu’on ne doit pas planter des OGM. La France et les autres pays de l’Union européenne doivent donc enclencher des clauses de sauvegarde en se servant des fondements juridiques adaptés. Le 8 septembre, la ministre de l’environnement, Nathalie Kossiusko-Morizet déclarait sur LePoint.fr « Si la clause française était annulée pour des questions procédurales, nous prendrions une nouvelle clause de sauvegarde [...], car les questions environnementales, elles, demeurent sans réponse ».

 

Pendant ce temps, cette Europe - si attentive aux desideratas des multinationales empoisonneuses et des exploiteurs de la misère humaine – s’apprête à réduire des trois-quarts, aujourd’hui, l’aide quelle apporte aux banques alimentaires. Une broutille pourtant, qui représente seulement un euro par Européen et par an mais qui permet de bouffer (un peu !) aux millions de miséreux laissés pour compte par cette merde ultralibérale qu’est devenue l’Europe. Les pays qui mettent allègrement le pied sur la tronche de ces salauds de pauvres pour les enfoncer dans leur merde sont : l’Allemagne, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, la Tchéquie, le Danemark, la Suède, l’Autriche… Pays égoïstes, bouffis et dirigés par la droite mercantile. Salut les radins ! Salut les pourris ! Les pères fondateurs doivent faire le ventilateur dans leur tombe…

 

Affaires à suivre.

 

4ème jour des Sans-Culottides de l'an 219

 

Photo X - Droits réservés

19/09/2011

ALERTE ! Un terrible danger s’approche de la France...

bébésarko.jpg

 

Non mais franchement, vous vous rendez compte de ce qui risque de nous arriver sur la gueule ? La belle Charlette Brun-Sarkozi fière de montrer ses rondeurs aux visiteurs de l’Elysée pour les journées du patrimoine nous rappelle la redoutable réalité. La France y survivra-t-elle ?

 

Merci à Tropicalboy

 

Le 3ème jour des Sans-Culottides de l’an 219

 

16/09/2011

Et si on exportait Sarko ?

lybie charia cnt de creseveur.jpg

 

 

 

C’est beau de voir notre Grand Homme à Talonnette acclamé par les foules libyennes en liesse ! C’est beau tout de même l’altruisme. Parce que, promis juré, si Sarko à envoyé nos Mirages et nos sous sur la gueule des libyens estampillés canal Kadhafi, c’est par grandeur d’âme, c’est pour libérer ces pauvres gens du joug d’un dictateur borné et sanguinaire. Celui-là même qui, au début du quinquennat de Microlax 1er était reçu en grande pompe à Paris, celui-là même qui se foutait ouvertement de notre gueule en campant à deux pas des Champs-Elysées, celui-là même à qui Sarko cirait les pompes parce qu’il comptait lui vendre des Rafales, excellents outils à tuer et une centrale nucléaire, excellent outil à faire des bombes atomiques.

 

Et qu’est-ce qu’il aurait fait l’ami de Rambo-BHL si Kadhafi avait effectivement signé les contrats promis ? Aurait-il envoyé les Rafales français contre les Rafales kadhafiens ? Aurait-il bombardé le chantier de la centrale nucléaire que les techniciens français aurait été en train de construire ? Tout ça pour défendre les insurgés de Benghazi ? Tè ! Fume… Cette intervention, comme d’hab, pue le pétrole. Elle a été motivée avant tout par l’intérêt le plus bassement mercantile.

 

Droits de l’Homme ? Mon cul… Et les tonnes d’armes déversées sur ce pays serviront à conforter la substitution au pouvoir d’un dictateur fou par une clique plus que douteuse ainsi qu’à surarmer l’AQMI ! Faut entendre les insurgés brailler « Allah o akbar », faut entendre leurs dirigeants marteler que la charia sera l’ossature de la future république qui sera islamique pour deviner la suite…

 

Oui mais le pétrole…

 

Ouais ! Le pétrole, ce sang de Satan.

 

Au fait voilà venir, à la suite de Sarko et Cameron (autre grand altruiste !) le très démocrate, grand défenseur des droits de l’homme Erdogan ! Le Turc qui proclame que « les coupoles de nos mosquées sont nos boucliers et les minarets sont nos glaives ». Comme dans la fable « le singe et le chat », Erdogan, patron d’une Turquie qui rêve de retrouver sa destinée impériale, compte bien rafler la mise à son profit ! L’ancienne puissance coloniale devenue une puissance islamiste « fréquentable » n’est-elle pas un exemple pour les peuples musulmans ?

 

Sarko, tu risques d’être cocu… Et les Libyens seulement de changer de maître…

 Illustration Creseveur

 

Décadi 30 fructidor 219

15/09/2011

Sarko s’en va-t-en guerre… Sarko o akbar!

sarko guerrier.jpg

 

Sarko s’en va-t-en guerre

Les deux pieds les deux mains dans l’embrouille

Sarko s’en va-t-en guerre

N’a-t-il pas l’air d’un con…

N’a-t-il pas l’air d’un con…

 

D’un conquérant des sables

Les deux pieds les deux mains dans l’embrouille

D’un conquérant des sables

Flanqué de Cameron

Flanqué de Cameron

 

Mes ronds il me les pique

Les deux pieds les deux mains dans l’embrouille

Mes ronds il me les pique

Avec un sacré cu…

Avec un sacré cu…

 

Sacré culot d’arsouilles

Les deux pieds les deux mains dans l’embrouille

Sacré culot d’arsouille

Arrachons-lui les tripes

Arrachons-lui les tripes

 

Tripoli qui l’acclame

Les deux pieds les deux mains dans l’embrouille

Tripoli qui l’acclame

Ils peuvent le garder

Ils peuvent le garder

 

Le garder s’ils le veulent

Les deux pieds les deux mains dans l’embrouille

Le garder s’ils le veulent

On leur en fait cadeau

On leur en fait cadeau

 

Sarko caca Kadhafi

Les deux pieds les deux mains dans l’embrouille

Sarko caca Kadhafi

Cassez-vous ça suffit

Cassez-vous ça suffit !

 

Nonidi 29 fructidor 219

 

 Photo X - Droits réservés

 

 

14/09/2011

Les mallettes du père Bourgi

pieds nickelés pognon.jpg
 
 

 

On va vous chanter les mallettes

Les mallettes du père Bourgi

On va vous chanter les mallettes

Les mallettes du père Bourgi

 

Cette fameuse France-Afrique

C’est une sacrée pompe à fric

Y a du pognon dans les mallettes

Les mallettes du père Bourgi

Mais du pognon pas très honnête

Pour de Villepin et Chichi.

 

Mamadou, Fatou, Boubakar

Vous travaillez pour des tocards

Ceux qui vont remplir les mallettes

Les mallettes du père Bourgi

Qui passeront dans les cassettes

De Villepin ou de Chichi.

 

Ces crapules qui vous rackettent

Rois, dictateurs ou présidents

Ont des complices qui les guettent

Ici en France, c’est évident

Pour se gaver de ces mallettes

Qui feront d’eux des présidents

 

Pour « libérer sa conscience »

Bourgi a craché le morceau

Mais sachons que cette balance

Est un grand ami de Sarko

Mais sachons que cette balance

Est un grand ami de Sarko

 

 

Octidi 28 fructidor 219 

 

 Merci à Pellos et Gérard Lenormand

 

13/09/2011

Bon. Il va bien falloir penser à qui on va voter à ces primaires de la gauche…

bulletin de vote.jpg

D’abord elles ne sont pas de la gauche mais seulement socialistes. Elles auraient été réellement de gauche si Mélanchon y avait participé. Mais il ne l’a pas voulu…

 

 

On a donc Aubry, Baylet, Hollande, Royal, Valls, Montebourg.

 

 

Aubry : La première secrétaire du PS a imprimé sa marque au projet officiel du parti adopté au printemps. Elle devrait donc reprendre à son compte dans sa campagne des primaires les grandes priorités de ce programme marqué à gauche. Parmi celles-ci, la création en cinq ans de 300.000 “emplois d’avenir”, version actualisée des emplois jeunes de 1997, et la possibilité de prendre sa retraite à partir de 60 ans. Aubry devrait également défendre l’interdiction des “licenciements boursiers”, la création d’une taxe sur les transactions financières ainsi que la mise en place d’une banque publique d’investissement pour aider les PME. Pas mal.

Pourtant non, je ne voterai pas Aubry à la primaire. Je dirais même, surtout pas Aubry. 
Pourquoi ? 
Parce que je n’ai pas oublié les magouilles qui l’ont portée à la tête du P.S. 

Parce qu’elle cautionne la mafia « socialiste » marseillaise.
Parce qu’elle n’est que la marionnette de ces « éléphants » qui aboient comme des roquets 
(Fabius, DSK et autres vieux kroumirs).
Parce que son concept de la laïcité – heures d’ouverture séparées pour les hommes et les 
femmes chez elle, entre autres reniements – est plus que douteux et ne me convient 
absolument pas. Rédhibitoire pour moi.
Parce qu’elle reste très ambigüe concernant le nucléaire. Rédhibitoire pour moi.



 Baylet : Le Président du Parti Radical de gauche souhaite défendre lors de ces primaires les valeurs du radicalisme, à commencer par la République et la laïcité. A la rentrée, il publiera son programme à la rentrée.  Il est le seul candidat à prôner la mise en place d’une Europe Fédérale. Pas mal non plus.

Mais, bof, Baylet trouve là un moyen d’exister afin de monnayer un quelconque sous-portefeuille dans un gouvernement socialiste au cas où…

 

 

Hollande : Le député de Corrèze se présente comme le candidat du réalisme économique, tentant ainsi de récupérer les électeurs de gauche orphelins de DSK. Il prône en particulier une grande réforme fiscale mise en œuvre durant toute la durée du quinquennat. L’un des principaux axes en serait la fusion de l’Impôt sur le revenu avec la CSG. Une tranche à 60 % de l’IR serait également créée. Autre grande priorité : la jeunesse, avec en particulier la création d’un contrat d’entrée dans la vie active. Enfin, François Hollande s’en tient à une réduction de 75 % à 50 % de la part de l’électricité produite par le nucléaire d’ici à 2025.

Il me fait penser à un autre corrézien, le petit père Queuille, symbole d’inefficacité, alors qu’on a besoin d’un Mendès-France.

 

 

Royal : Elle a repris dans son discours ses thèmes favoris : le financement des PME et la stabilité des impôts (contrairement à François Hollande). Elle se positionne aussi sur des thèmes plus sociétaux comme la mise en place d’une fiscalité écologique et la sortie du nucléaire. Royal compte à nouveau défendre ses sujets de prédilection comme la démocratie participative, le non cumul des mandats ou l’encadrement des jeunes délinquants. Elle proposera aussi le retour à l’âge de la retraite à 60 ans et le blocage des prix de produits de première nécessité. Intéressant mais…

Elle a eu sa chance. Elle l’a gâchée, avec l’aide des « éléphants ». Je n’aime pas le réchauffé.

 

 

Valls : Ancien rocardien puis jospiniste, le député et maire d’Évry (Essonne) s’est fait remarquer par ses prises de position “décalées” par rapport à la ligne officielle du PS. Il a ainsi déclaré vouloir “déverrouiller les 35 heures” mises en place par Martine Aubry et réclame la mise en place d’une TVA sociale afin de faire baisser les charges des entreprises. Sur le terrain sociétal, il s’oppose à la dépénalisation du cannabis défendu au PS et souhaite que les policiers municipaux soient tous armés. Il prône aussi des incitations financières pour attirer les fonctionnaires dans les cités. Il devrait conserver ce positionnement durant les primaires.

C’est le nouveau Ganelon du P.S. Un avenir à la Besson lui est promis en cas de malheur…

 

 

Montebourg : Le député et président du conseil général de Saône-et-Loire va faire campagne autour de deux grandes priorités : la réforme des institutions et la démondialisation. Montebourg prône l’avènement d’une VIème République dans laquelle le chef de l’État aurait moins de pouvoirs au profit du Parlement et des citoyens. Auteur d’un récent petit livre à succès, “votez pour la démondialisation”, il va surtout mettre en avant un retour du protectionnisme pour lutter contre les conséquences sociales de la mondialisation. L’ancien porte-parole de Royal en 2007 réclame aussi la mise sous tutelle des banques.

Il est le seul qui porte les espoirs d’une gauche d’avenir et non de simple gestion libérale déguisée. En plus, il est encore jeune, il a une gueule et c’est un orateur. Je voterai donc pour lui à la primaire et s’il n’est pas désigné, je voterai évidemment Mélanchon au premier tour et contre Sarko au second.

 

Septidi 27 fructidor 219

 

Illustration X - Droits réservés

 

 

 

12/09/2011

Tours : la théorie du complot

chimulus tours sarko avion.jpg
 
 
 
Sextidi 26 fructidor 219
 
 
 
 
 
Merci à Chimulus