Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/12/2009

Paul Hué et Paul Hueur à Copenhague.


 

chimulus copenhague.jpg



- Oh là ! Sieur Paul Hué, vos vaches pètent trop

Il vous faudra réduire leurs délires ventraux

Car leurs rots et leurs pets, ce sont du gaz méthane

Qui risque de changer nos prairies en savanes.

- Oh là ! Sieur Paul Hueur, rengainez vos leçons

Que sont nos pets de vaches comparés au boxon

Que génère sur terre l’hyper consommation

De vos sociétés, vos civilisations

Basées sur le paraitre et sur le racolage,

Sur l’avoir plus que l’être, et où le gaspillage

Est le mode normal de concevoir la vie

Où l’on prend, casse et jette au gré de ses envies.

- Notre mode de vie n’est pas négociable

Vous feriez comme nous si vous étiez capables !

De quoi donc rêvez-vous dans vos sombres gourbis ?

De bagnoles, de viande, d’alcools, de beaux habits,

De maisons confortables à l’air conditionné,

De piscines, de plages, de routes bétonnées.

D’ailleurs que faites-vous quand vous avez des thunes ?

Une station de ski au milieu de vos dunes…

- Qui nous pollue la tête avec ces âneries ?

Vos programmes télé avec leurs conneries.

N’avons-nous pas le droit d’être aussi cons que vous ?

Nous marchons sur vos traces, cependant, je l’avoue,

Ces travers me désolent et me mettent en rage

Mais avant d’arriver au niveau de carnage

Que vous faites subir à l’environnement

Nous avons de la marge pour vivre décemment.

Quand un Indien produit une tonne de carbone,

Vous, les Zétazuniens en produisez vingt tonnes

Et dix tonnes en Europe. Mais zéro en Afrique !

C’est à vous d’arrêter vos pollutions chroniques !

- De quoi vous plaignez-vous ? Vous êtes bien contents,

Sûrement pas le peuple, mais vous, les dirigeants

D’accepter nos déchets à pleines palanquées

Car nous vous payons cash pour que vous les planquiez,

Qu’ils soient radioactifs, domestiques ou chimiques !

Euros, yens ou dollars, tout est bon pour vos cliques…

- Taisez votre cynisme, et gardez vos poubelles.

Car par la corruption vos actions criminelles

Saccagent nos contrées, empoisonnent nos gens,

Les poussent à émigrer pour trouver quelque argent.

C’est vous qui polluez depuis bientôt deux siècles.

Vous voudriez en plus nous imposer vos règles ?

C’est à vous de payer ! Vous tuez la nature

Et voulez que ce soit nous qui fassions ceinture ?

Le monde va crever ? Nous n’y sommes pour rien !

Si vous ne casquez pas, on ne répond de rien…

 

Merci à Chimulus

 

 

09/12/2009

La traite négrière arabo-musulmane

Je reproduis ici - avec sa permission - un article de Karim Sarroub, philosophe, écrivain, psychanaliste franco-algérien qui doànne un autre regard sur la tragédie de l'esclavage. Un homme qui ne manie pas la langue de bois


Ibn Khaldoun est un historien, philosophe et homme politique d'Afrique du Nord. Sa façon d'analyser les changements sociaux qu'il a observés dans sa culture lui vaut d'être considéré comme étant à l'avant-garde de la sociologie. Il demeure l'un des penseurs arabes les plus connus et les plus étudiés car il a souvent été présenté comme l'un des pères fondateurs de l'histoire, en tant que discipline intellectuelle, et de la sociologie..

« Les Noirs appartiennent aux peuples à caractère bestial. Ce sont des sous hommes anthropophages et leur place est plus proche du stade animal. Les Noirs sont les seuls peuples adaptés à l'esclavage, en raison d'un degré inférieur à l'humanité. » Ibn Khaldoun

L'orientaliste Vincent Monteil indique : « Ibn Khaldoun est fort en avance sur son temps [...] Aucun de ses prédécesseurs ou de ses contemporains n'a conçu ou réalisé une œuvre d'une ampleur comparable. »

Bien que peu argumenté, Le génocide voilé de Tidiane N'Diaye (1) est une solide et importante enquête historique et un réquisitoire accablant pour les Arabes musulmans qu'il présente comme "d'impitoyables prédateurs" (ce sont ses mots.) Pour lui, il n'y a pas le moindre doute que la traite négrière occidentale, qui a duré quand même quatre siècle, n'est rien par rapport à la "génocidaire traite négrière arabo musulmane" qui a duré environs treize siècles et qui a fait environs dix sept millions de victimes.

Anthropologue, économiste, spécialiste des civilisation négro-africaine, Tidiane N'Diaye ne mâche pas ses mots en détaillant "l'histoire de ses Arabes qui plongèrent les peuples noirs dans les ténèbres du mal absolu", en évoquant massacres, destruction, déportation, traitement inhumain et castration généralisée. A côté de lui, l'historien Olivier Pétré-Grenouilleau (qui a essuyé une plainte et a failli se faire lyncher par Le collectif des Antillais, Guyanais et Réunionnais avec son essai "Les Traites négrières, Essai d'histoire globale"), c'est de la belle poésie.

Cette étude traite en profondeur d'un drame passé à peu près inaperçu : la traite des Noirs d'Afrique par le monde arabo-musulman pendant plus de onze siècles.
Cette traite transsaharienne, qui n'a pas totalement disparu de nos jours, a fait au moins 17 millions de victimes. Les razziés, capturés pour la plupart d'entre eux au Darfour et en Mauritanie, étaient contraints de traverser le désert à pied pour rejoindre le Maghreb, et l'on peut estimer que les trois-quarts d'entre eux ne survivaient pas : encore aujourd'hui, les pistes suivies par les captifs sont jalonnées par une longue ligne d'ossements humains et de débris de tissus...
Pourtant, cette traite négrière a été minimisée, et continue à l'être, contrairement à la traite occidentale vers l'Amérique. Pourquoi ? Parce que seule la conversion à l'islam permettait d'échapper à l'esclavage, la majeure partie de l'Afrique est devenue musulmane, d'où une forme de fraternité entre le côté « blanc » et le côté « noir » du continent, et une volonté commune de « voiler » ce génocide.
Historique, documenté, écrit avec une grande sensibilité, Le génocide voilé est aussi un livre polémique et très courageux. La personnalité de l'auteur, lui-même noir et musulman, aurait pu l'amener à maintenir le voile ; il a préféré s'en réclamer pour révéler sans détours une vérité qui va forcément déranger.
.

Cornélius Castoriadis (2) : "Car on est capable en Occident, du moins certains d'entre nous, de dénoncer le totalitarisme, le colonialisme, la traite des Noirs ou l'extermination des Indiens d'Amérique. Mais je n'ai pas vu les descendants des Aztèques, les Hindous ou les Chinois, faire une autocritique analogue, et je vois encore aujourd'hui les Japonais nier les atrocités qu'ils ont commises pendant la Seconde guerre mondiale. Les Arabes dénoncent sans arrêt leur colonisation par les Européens, lui imputant tous les maux dont ils souffrent - la misère, le manque de démocratie, l'arrêt du développement de la culture arabe, etc. Mais la colonisation de certains pays arabes par les Européens a duré, dans le pire des cas, 130 ans: c'est le cas de l'Algérie, de 1830 à 1962. Mais ces mêmes Arabes ont été réduits à l'esclavage et colonisés par les Turcs pendant cinq siècles.

La domination turque sur le Proche et le Moyen-Orient commence au XVème siècle et se termine en 1918. Il se trouve que les Turcs étaient musulmans - donc les Arabes n'en parlent pas. L'épanouissement de la culture arabe s'est arrêté vers le XIème, au plus le XIIème siècle, huit siècles avant qu'il soit question d'une conquête par l'Occident. Et cette même culture arabe s'était bâtie sur la conquête, l'extermination et/ou la conversion plus ou moins forcée des populations conquises. En Egypte, en 550 de notre ère, il n'y avait pas d'Arabes - pas plus qu'en Libye, en Algérie, au Maroc ou en Irak. Ils sont là comme des descendants des conquérants venus coloniser ces pays et convertir, de gré ou de force, les populations locales. Mais je ne vois aucune critique de ces faits dans le cercle civilisationnel arabe.

De même, on parle de la traite des Noirs par les Européens à partir du XVIème siècle, mais on ne dit jamais que la traite et la réduction systématique des Noirs en esclavage a été introduite en Afrique par les marchands arabes à partir des XI-XIIème siècles (avec, comme toujours, la participation complice des rois et chefs de tribus noirs), que l'esclavage n'a jamais été aboli spontanément en pays islamique et qu'il subsiste toujours dans certains d'entre eux. Je ne dis pas que tout cela efface les crimes commis par les Occidentaux, je dis seulement ceci: que la spécificité de la civilisation occidentale est cette capacité de se mettre en question et de s'autocritiquer. Il y a dans l'histoire occidentale, comme dans toutes les autres, des atrocités et des horreurs, mais il n'y a que l'Occident qui a créé cette capacité de contestation interne, de mise en cause de ses propres institutions et de ses propres idées, au nom d'une discussion raisonnable entre être humains qui reste indéfiniment ouverte et ne connaît pas de dogme ultime."

Le 7 décembre 2009


(1) Tidiane N'Diaye
Tidiane N'Diaye est anthropologue, économiste et écrivain franco-sénégalais. Il est Chargé d'études à l'INSEE et Directeur de recherche à Sup de Co Caraïbes. Chercheur reconnu, il a publié plusieurs essais sur l'histoire des civilisations négro-africaines et de leurs diasporas (africaine-américaine et afro-antillaise.) Il est également l'auteur de nombreuses études économiques et sociales de l'INSEE sur les Départements français d'Amérique (DFA).Tidiane N'Diaye est le premier chercheur africain, dont les travaux (Traite négrière arabo-musulmane - Le génocide voilé - Gallimard - Les Falachas, nègres errants du peuple juif, Gallimard), ont été nommés au Prix Renaudot Essai en 2008.


(2) Cornélius Castoriadis (2) (Κορνήλιος Καστοριάδης) (11 mars 1922 à Constantinople - 26 décembre 1997 à Paris) est un philosophe, économiste et psychanalyste français d'origine grecque, défenseur du concept d'« autonomie politique ». En 1949, il fonde avec Claude LefortSocialisme ou barbarie, d'où sort la revue du même nom et qui est dissous au printemps 1967 le groupe .



05/12/2009

Les milices à Sarko dénoncées par Mélanchon : c'est du lard ou du cochon ?

sarkoflicm-Charlie_Hebdo.JPGMélanchon, il y a quelques jours, a déclenché un embryon de buzz sur la Toile à prêtant à Sarko des propos inquiétants qui aurait été prononcés lors de son déplacement en banlieue le 24 novembre et faisant état de la création de «milices» composées de citoyens bénévoles dans les quartiers. Il s'agit là du système expérimenté par Silvio Berlusconi en Italie et que l'on appelle «les chemises jaunes» du nom de la couleur de la chemise de ces miliciens.


« Milices ». Le mot sinistre est lâché... Des pouvoirs exorbitants accordés à des personnes à la solde du pouvoir, des exactions couvertes, l'impunité totale. Les « milices » nauséabondes de la sinistre époque pétainiste sont encore dans bien des mémoires. De même que les « chemises brunes » italiennes, de même que les SA allemande. On a de quoi frémir. A juste titre sauf que...


Sauf que Sarko - si l'on en croit le canard en ligne de Colombani (slate.fr) - n'aurait jamais prononcé ces paroles. En tout cas pas à la date susdite. Il dit suffisamment de conneries pour qu'on n'en ajoute pas ! Donc Mélanchon nous bourrerait le mou ? C'est pas joli ça sénateur ! C'est pas joli ! Moi qui ai une bonne opinion du Front de gauche, ça me donne à réfléchir. Parce que je n'aime pas, mais alors pas du tout, qu'on me manipule les boyaux de la tête.


Bon. Il n'empêche que la phrase en question figure bel et bien dans un discours de quinze pages du chef de l'Etat, mais prononcé le 8 février 2008 lors de la présentation du plan «Espoirs banlieue» piloté par Fadela Amara. Cette initiative ne date pas d'hier, ni de 2008 mais de 2006 alors qu'il était ministre de l'Intérieur. Dans un document interne de la Direction générale de la police nationale (DGPN), il est précisé que cette initiative a été annoncée le 12 janvier 2006 par Nicolas Sarkozy. Son «expérimentation» est lancée le 1er juillet de la même année. Cette note présente le «service volontaire citoyen» aux différents corps de la Police nationale. Sa mission est de compléter la mission des forces de l'ordre classiques par la prévention et de renforcer les liens de ces dernières avec la population. Les «volontaires citoyens» n'ont aucun pouvoir de police et ne sont pas rémunérés. Les modifications apportées le 5 mars 2007 à la loi sur la sécurité intérieure de 2003 donnent une base législative au dispositif.


Les modifications apportées le 5 mars 2007 à la loi sur la sécurité intérieure de 2003 donnent une base législative au dispositif. A partir de cette date, le Service volontaire citoyen (SVC) est officiel et il fait l'objet d'une rubrique particulière sur le site du ministère de l'Intérieur. Sa description est une version très light du PCSO britannique (Police Community Support Officer) qui, lui, peut se targuer d'un véritable uniforme. Son homologue français se contentera d'un coupe-vent bleu et d'un badge, les deux étant facultatifs. Le recrutement est désormais ouvert sur tout le territoire. Autrement dit, Sarkosy peut créer des milices quand et comme il le voudra. L'arsenal législatif est disponible, il n'y aura pas de débat parlementaire...


Mélanchon s'est donc un peu emballé, mais son buzz aura eu le mérite de mettre sous la lumière des sarko-embrouilles soigneusement planquées, mais bien réelles.

M'ame Michu, M'ame Chazotte et les procto-flics à Sarko !


vamps.jpg

-  Eh ! V'z'avez vu M'ame Chazotte : le mari de M'ame Carla, parait qu'il est bien content parce que les policiers ont fait plus de 600.000 « garde-à-vous » cette année. Mais au fait c'est quoi exactement un « garde-à-vous » ? C'est quand les policiers se mettent raides avec le menton haut et les bras le long du corps ?


- J'vais vous en foutre moi des « garde-à-vous » ! C'est des « gardes-à-vue » qu'ils ont fait les sarko-bourres. Et croyez-moi, c'est pas le repas du troisième âge la garde-à-vue !


- M'alors c'est quoi ?


- Ben tiens, y a qu'à écouter ce qu'en a dit cette mère de famille qu'avait commis la terrible infraction d'avoir oublié ses papiers, et qui s'est faite arrêter par les argousins à Sarko en menant sa fillette à l'école.


- Et qu'est-ce qu'elle dit cette brave dame ?


- Elle dit : « Les policiers m'ont extraite de force de ma voiture, m'ont brutalement plaquée contre le capot de leur voiture, m'ont tiré les bras en arrière, m'ont mis les menottes, m'ont conduite toutes sirènes hurlantes au commissariat. Là, ils m'ont faite déshabiller, m'ont enlevé le soutien-gorge, baissé la culotte, puis m'ont mis un doigt... »


- Ben ça alors ! C'était surement une dangereuse criminelle, cette femme, une terroriste.


- Tu parles ! Une simple mère de famille. C'est arrivé aussi à un petit vieux qui traversait sur un passage clouté alors que le petit bonhomme était encore au rouge. Au trou l'ancien. Gare-à-vue, avec le doigt au cul, comme tout le monde ! Les flics français sont devenus les premiers proctologues de France ! Parait que c'est la procédure légale, obligatoire...


- Mais pourquoi embêter ainsi des gens qu'ont pas fait grand-chose de mal ?


- Le chiffre M'ame Michu. Le chiffre ! Sarko impose aux flics de faire du chiffre : des gardes-à-vue, des contredanses, des arrestations. Faut du chiffre pour les statistiques qu'on balancera à la presse ! De l'esbrouffe tout ça. Les gardes-à-vue des braves gens, ça va dans ce sens, et en plus ça terrorise, ça attendrit la couenne du populo. D'ailleurs, les flics en ont raz le képi de ce qu'on les force à faire. Hier, ils étaient dans la rue pour gueuler contre ça, entre autre. Lorsqu'ils arrêtent deux jeunots quo tirent un joint, ça leur fait deux arrestations, deux affaires résolues. Tout bénef pour « le chiffre ». C'est plus facile que de serrer le dealer...


- Des poulets dans la rue qui veulent du blé, c'est normal non ? Mais alors, ces garde-à-vue, avec le... enfin avec le doigt, ça peut nous arriver à nous aussi ?


- Exactement. A nous aussi M'ame Michu.


-  Ben alors, je vais acheter un string. Faut être prête ! Même à nos âges, M'ame Chazotte, faut être prêtes !


- Ah ben ! M'ame Michu avec un string, ça restera dans les annales !


AVIS A LA POPULATION

Il est possible que si vous ouvrez L'anti fadas avec Internet Explorer vous ayez une page tronquée, sans photos voire illisible. Passez sur Mozilla Firefox qui lui - gratuit! - est bien plus efficace et fiable. http://www.mozilla-europe.org/fr/firefox/

 

01/12/2009

Où sont les musulmans qui disent non à l’islamisme ?

Quand verrons-nous dans les étranges lucarnes des gens ouverts capables de nous démontrer que l’islam n’est pas seulement l’image caricaturale que nous en donne l’islamisme ?

 

Quand verrons-nous descendre dans la rue des musulmans proclamant leur attachement aux valeurs de la République et revendiquant un culte tranquille, apaisé, fleurissant dans la sphère privée et donc respectant le principe non négociable de notre république : la laïcité ?

 

L’islamisme – et non pas l’islam -  tente d’étouffer ce que l’Occident a de plus précieux et qui n’existe dans aucun pays musulman : la liberté de penser et de s’exprimer.

 

L’islamisme essaie d’imposer à l’Europe ses règles : ouverture des piscines à certaines heures exclusivement aux femmes, interdiction de caricaturer cette religion, exigence d’un traitement diététique particulier des enfants musulmans dans les cantines, combat pour le port du voile à l’école, accusation d’islamophobie contre les esprits libres.

 

L’islam tel que le présente l’islamisme tente d’obliger l’Europe à se plier à sa vision de l’homme. Comme jadis avec le communisme, l’Occident se retrouve sous surveillance idéologique. L’islam se présente, à l’image du défunt communisme, comme une alternative au monde occidental. À l’instar du communisme d’autrefois, l’islam, pour conquérir les esprits, joue sur une corde sensible. Il se targue d’une légitimité qui trouble la conscience occidentale, attentive à autrui : être la voix des pauvres de la planète. Hier, la voix des pauvres prétendait venir de Moscou, aujourd’hui elle viendrait de La Mecque ! Aujourd’hui, à nouveau, des intellectuels incarnent cet œil du Coran, comme ils incarnaient l’œil de Moscou, hier. Ils excommunient pour islamophobie, comme hier pour anticommunisme. Voir l’alignement de certains gauchistes et même –quelle vergogne ! - altermondialistes sur les thèses islamistes… Pour ces « idiots utiles », il faut complaire à l’islam, sans quoi, c'est du racisme !!!

 

Depuis des décennies, en Europe, on a réussi à se débarrasser des côtés rétrogrades et primitifs de la religion, comme par exemple l'interdiction de le mixité dans les écoles, le mariage à l'ancienne (c'est à dire la femme soumise à la maison et n’ayant que le droit de se taire), le sexe hors mariage, les enfants hors mariage, l'homosexualité, etc.... On a mis des décennies à virer les curés de nos chambres à coucher, ce n’est pas pour y laisser entrer les imams et les mollahs !


Or depuis quelque temps, on voit débarquer en Europe des gens – pas toujours invités ! - qui mettent en avant leur religion, qui nous font replonger vers le passé et qui remettent en cause l'évolution de nos sociétés occidentales. A partir de la, il ne faut pas s'étonner du rejet de la majorité de la population. Car il n'y a que les bobos gaucho-islamistes pour qui ce vote en Suisse est une surprise. La surprise aurait été le contraire. Et si l'on faisait ce vote en France, au Pays-Bas, en Allemagne, en Italie, en Espagne, etc., le résultat serait le même. Et cela n'a rien à voir avec l'extrême droite ou le racisme mais avec une volonté, peut-être inconsciente, de ne pas vouloir se laisser imposer des choix de société qui ne sont pas les nôtres. "C'est du populisme ça coco. C'est du populisme!" Le populisme, c'est le nom que l'on donne à la démocratie quand le Peuple n'est pas ,d'accord avec les dirigeants!


Dans l’ouverture à autrui, propre à l’Occident, se manifeste une sécularisation du christianisme, dont le fond se résume ainsi : l’autre doit toujours passer avant moi. L’Occidental, héritier du christianisme, est l’être qui met son âme à découvert. Il prend le risque de passer pour faible. À l’identique de feu le communisme, l’islamisme tient la générosité, l’ouverture d’esprit, la tolérance, la douceur, la liberté de la femme et des mœurs, les valeurs démocratiques, pour des marques de décadence, des signes de faiblesse.

 

Ainsi toutes les conciliations, toutes les concessions, tous les reculs sont perçus comme des victoires qui appellent d’autres attaques, sur d’autres fronts. N’est-elle pas significative la phrase du « poète » Gokalp Ziya qui publie en 1913 : « Les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques et les mosquées nos casernes ». Phrase reprise par deux fois par ce grand démocrate qui prétend conquérir l’Europe, « l’islamiste modéré » ( !!??) turc Ergogan en 1997 et en 2004.


On peut aussi méditer sur les propos de Houari Boumediene, président algérien s'inspirant du même Gokalp Ziya et déclarant, en 1974, à l’ONU : « Un jour, des millions d'hommes quitteront le sud pour aller dans le nord. Et ils n'iront pas là-bas en tant qu'amis. Parce qu'ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire ». C'est la guerre des utérus.

 

Quand à "l'ami" de Sarko, Khadafi, il a proclamé: : « Sans épée, sans fusil, sans conquêtes, les cinquante millions de musulmans en Europe la transformeront bientôt en continent musulman » !

A méditer…

 

Etes-vous islamophobe ?

Ah ! Le coup de pied dans la fourmilière qu’ils ont donné les Helvètes ! Tous les bobos ethno-masochistes islamo-compatibles, tous les « idiots utiles » s’étranglent de la décision de la démocratie directe suisse. En repoussant le minaret ils repoussent non pas une religion, mais son symbole architectural de domination. Les musulmans modérés paient ainsi le prix de leur silence, de leur lâcheté envers les musulmans rétrogrades, extrémistes salafistes de tous poils tout droit sortis de leur caverne du néolithique et qui considèrent la femme comme une pondeuse de dernière catégorie qui doit être emprisonnée et donc se cacher dans un linceul noir ! Le message est clair : Stop au fascisme vert dans toute l'Europe !

- Oh ! Victor, t’envois pas le bouchon un peu loin avec ton « fascisme vert » ? Tu serais pas un peu islamophobe ?

- Et toi, non ? Tiens, on va répondre à un petit questionnaire :

Êtes-vous “islamophobe” ?

(Comptez vos réponses affirmatives)

* Êtes-vous pour une égalité entre hommes et femmes ?

* Êtes-vous opposé à la lapidation des femmes adultères ?

* Êtes-vous pour l’école obligatoire pour les filles partout dans le monde ?

* Êtes-vous opposé à l’esclavage et à la prostitution enfantine ?

* Êtes-vous pour une liberté totale de l’expression et de la presse ?

* Êtes-vous pour la liberté de chacun de choisir sa religion ? Et d’en sortir ? Et de ne pas en avoir ?

* Êtes-vous contre les gouvernements et mosquées qui soutiennent les publications antisémites ?

* Êtes-vous opposé au port de la burqa dans les lieux publics, écoles … ?

* Êtes-vous opposé à la ségrégation sexuelle ?

* Êtes-vous contre la peine de mort pour les personnes (musulmanes ou non) qui se convertissent à une autre religion ?

* Êtes-vous opposé aux “crime d’honneur” ?

* Êtes-vous opposé aux mutilations génitales ?

* Êtes-vous opposé aux relations sexuelles forcées ?

* Êtes-vous opposé à la discrimination des homosexuels ?

* Êtes-vous pour le droit à la critique des religions ?

* Êtes-vous opposé à la polygamie ?

* Êtes-vous opposé aux mariages des enfants ou aux mariages forcés ?

* Êtes-vous opposé à l’ordre coranique de tuer les apostats et non musulmans ?

* Êtes-vous opposé à des tribunaux de la charia en plus des tribunaux légaux ?

* Êtes-vous opposé au coran qui affirme la supériorité de l’Islam sur les autres religions ?

 

Résultats:

-Si vous avez répondu par OUI à l’une des questions, alors vous pouvez certainement être taxé d’islamophobie.

-Si vous avez répondu NON à toutes, vous pouvez l’être aussi !

 

27/11/2009

Au bistro de la Toile : Les pirates somaliens sont-ils des bienfaiteurs de l’humanité ?

PirateAstérixVigie.JPG

- Qu’est-ce que t’as à rigoler Victor en lisant le journal ? Y a pourtant pas grand chose de marrant…

 

- Eh ! Loule, ça dépend comment tu lis les nouvelles. Moi, ce qui me fait marrer, ce sont les exploits des pirates de Somalie. Tout miston déjà, je me délectais des abordages de Surcouf, de Jean-Bart, du Capitaine Drake. Puteng, les bandes dessinées démentes ! Avec des mecs borgnes, boiteux, toujours barbus et coiffés du bandana qui grimpaient avec des grappins sur les galions, en hurlant à pleines bulles. Le pavillon tête de mort qui flottait en haut du mat. Les nuages de poudre, les cris dans les bulles, les sabres qui s’enfoncent dans la viande des marchands… Le pied ! Alors  ces histoires de Somalie, ça me fait rêver. Henri de Monfreid, la Croisière du haschich… Ouarff ! L’aventura ! Toute ma jeunesse. C’est comme ça…

Voilà pourquoi je me fends la gueule quand je lis ça : « Le cargo grec MV Ariana et son équipage ukrainien ont été libérés jeudi contre une forte rançon plus de six mois après leur capture dans l'océan Indien, a annoncé à l'AFP un pirate somalien basé dans le village côtier d'Harardhere, à 300 km au nord de Mogadiscio. A la suite d'intenses négociations ces quatre derniers jours, l'Ariana est libre après le versement de 3,7 millions de dollars, a déclaré à l'AFP Ahmed Abdullahi Mohamoud. Le bateau appartient à la compagnie maritime All Ocean Shipping, basée à Athènes et propriété d'un conglomérat britannique. »

- Faut tous les rafaler ces connards  de pirates…

 

- Oh ! Loule, tu parles bien comme un mastroquet. Qui veux-tu flinguer ? Et comment ? Regardes, il y a sur place toutes les marines du monde. Nous, bien sûr, mais aussi les Zétazuniens qui font jamais dans la dentelle, les Rosbifs, les Allemands, même les Chinetoques et les Indiens ! C’est l’ONU des bateaux de guerre ce détroit et ce golfe. Ils se marchent dessus et…ils sont incapables de protéger les navires de tous les marchands de merde du monde !

 

- Tu parles, ils iraient bombarder les villages de ces crapules et ce serait vite fait ! Il ne sert à rien de se défendre contre ces pirates.  Il faut les attaquer, bordel ! Leurs bases sont bien identifiées. Elles sont en Somalie, pays de non-droit, sans véritables gouvernants, et voué à tous les trafics. Un bombardement massif et coordonné de quelques pays occidentaux s'impose donc. Avec quelques centaines de morts parmi les pirates et la destruction de leurs bateaux et armements, la leçon devrait porter ses fruits et les occidentaux auraient gagné la tranquillité pour vingt ans au moins.

 

- Eh ! Il y a 3.000 km de côtes rocheuses avec plein de petites criques où peuvent se planquer les pirates. Il y a des milliers de bateaux de pêche. Alors comment on fait ? On napalme tous les villages de pêcheurs ? On coule toutes les coques de noix, tous les boutres ?

 

- Non mais quand un navire est attaqué, faut y aller et flinguer !

 

- Flinguer… T’as que ce mot à la bouche. Mais bougre de nifle, c’est grand comme la Méditerranée ! Il y a beau avoir des bateaux de guerre partout, lorsque le capitaine d’un barlu attaqué appelle, le temps que les secours arrivent, les pirates sont maîtres du bateau et menacent de flinguer – un mot qui te plait ! – les otages ! Alors comment on fait ? Un carnage ? Et puis attend, ils ont changé de vitesse les mecs. Les premiers « pirates » sont apparus dans les années 1990 : il s'agissait alors de pécheurs somaliens ruinés par la pèche industrielle illégale à laquelle se livraient les flottes sud-coréenne et japonaise, profitant de l'absence d'Etat somalien pour pénétrer impunément dans ses eaux territoriales.

 

Ces pécheurs ont commencé par attaquer ces connards de navires étrangers et par exiger le paiement de « taxes » compensant leur manque à gagner… Une autre explication mise en avant est le rejet de déchets toxiques dans les eaux somaliennes, là encore en raison de l'absence de contrôles.

 

pirates tête de mort.jpgDepuis, la piraterie a changé d'échelle, s'appuyant sur de véritables armées, bien équipées, munies de téléphones satellitaires pour leurs communications, et d'embarcations hyper rapides pour fondre par surprise sur leurs proies avant de regagner des « navires mères » ressemblant à de paisibles chalutiers ! Ni vu ni connu. Et pendant ce temps, le bateau piraté est conduit vers les côtes somaliennes sous le regard impuissant des matafs de guerre, la cargaison vendue ou échangée contre rançon. De quelques dizaines, les pirates sont devenus des centaines, et sans doute des milliers. Et les « amendes » de quelques milliers de dollars sont devenues de véritables rançons de plusieurs millions. C’est la première industrie de la région !

 

- Mais puteng Victor, c’est du vol tout ça !

 

- Tout de suite les grands mots. C’est du commerce, c’est une forme originale de commerce. Toi Loule, un patron de bistrot, tu devrais connaître ça, non ? Tè ! Remets une tournée… Et puis je vais te dire : ces pirates sont quelque part des bienfaiteurs de l’humanité et des sauveurs de la planète !

 

- Oh ! Victor, c’est le rosé de Tavel qui te fait déparler ? T’as la tarnavelle qui fume ou quoi ?

 

- Pas du tout. Réfléchis un peu, Loule, ça te changeras. D’abord voler des voleurs, c’est pas du vol, c’est de la récupération. Ensuite, le Golfe d'Aden, situé entre Somalie et Yémen, est la voie de passage entre l'Océan Indien et la Mer rouge, l'un des axes maritimes clé de la planète. C’est le débouché obligé du canal de Suez, c’est le passage de 20.000 à 30.000 navires par an, et surtout d'un tiers des hydrocarbures consommés sur la planète ! En gênant ce trafic, les pirates font œuvre utile : - ils freinent l’arrivée du pétrole (c’est bon pour la planète !), ainsi que des milliers de tonnes de merdes venant de Chine ou d’Inde qui sont la cause des fermetures d’usines chez nous. De plus les assureurs - qui doivent, en fin de course, casquer pour ces cargaisons volés, ou détériorés lorsqu’il s’agit de consommables – augmentent considérablement leurs primes. La Lloyd fait pas de cadeau, c’est pas le genre de la maison ! Les équipages se font rares et chers. Tout ça a pour effet d’augmenter sensiblement le prix des  marchandises venues par mer. Et à terme de rendre ainsi de nouveau rentables les produits de chez nous, freinant d’autant les délocalisations !

 

- Puteng ! Merde Victor, je voyais pas les choses comme ça. Mais où tu vas trouver tous ces trucs ?

 

- Dans le rosé de Tavel et le rouge des Côtes-du-Rhône !

 

- Tè ! Tu m’as convaincu. Vive les pirates ! Allez zou ! les mecs, approchez vos verres, c’est la tournée du patron !

 

 

26/11/2009

Dans les coulisses du Medef : dialogue peut-être pas si imaginaire que ça !

sans papiers travailleurs.jpg

 

 

-  Mais enfin Laurence, qu'est-ce qu'il lui prend à Besson ? Il a tourné Besancenot ou quoi ? Voilà qu'il a annoncé un projet de loi pour renforcer les sanctions contre les entreprises en infraction.

-  Calmez-vous Martin. Des règles existent déjà, mais vous savez bien qu'elles ne sont pas appliquées.

-  Oui mais chez moi, plusieurs dizaines de travailleurs sans papiers occupent notre chantier Bouygues à La Défense ! Etce  week-end, Xavier Darcos, ministre du Travail, a annoncé un renforcement des sanctions contre les entreprises employant des sans-papiers: inéligibilité à un appel d'offre, fermeture administrative décidée par le préfet, sanctions financières renforcées... Dans la foulée, Eric Besson, ministre de l'Immigration annonçait un projet de loi. Mais à quoi joue-t-on Laurence ? A quoi joue-t-on ? A quoi servent les millions que nous...

- Chut Martin. Un peu de discrétion. Mais il faut faire attention : l'article L8251-1 du code du travail est très clair: «Nul ne peut, directement ou par personne interposée, embaucher, conserver à son service ou employer pour quelque durée que ce soit un étranger non muni du titre l'autorisant à exercer une activité salariée en France.» Des sanctions pénales sont prévues: le gérant de l'entreprise employant des étrangers en situation irrégulière est passible de 15.000 euros d'amende et 5 ans d'emprisonnement (L8256-2). Le code du travail prévoit aussi (déjà) l'interdiction d'exercer pendant cinq ans, la fermeture des locaux ou l'exclusion des marchés publics.

- C'est bien ce qui me préoccupe. Encore que chez nous, tous les travailleurs à situation un peu équivoque passent par l'intermédiaire d'entreprises de travail temporaire.

- Vous savez aussi bien que moi, mon cher Martin, qu'en pratique, les condamnations sont rares. Pourquoi? D'abord, le manque d'inspecteurs et de contrôleurs du travail en charge de repérer les infractions. Il y a seulement 450 inspecteurs du travail pour... 17 millions de salariés et 1,2 million d'entreprises ! De plus, il y a - fort heureusement pour nous ! - un vrai laxisme des tribunaux en matière du droit du travail. Les trois quarts des infractions relevées par l'inspection du travail ne donnent lieu à aucune sanction.

- C'est vrai, mais le danger serait que des inspecteurs zélés et quelques juges inconscients veuillent faire quelques exemples retentissants en s'en prenant à quelques grosses boites. Darcos n'a-t-il pas évoqué la possibilité offerte au préfet d'ordonner la fermeture administrative d'une entreprise employant des sans-papiers ?

- Allons, allons Martin ! Gardez votre sang-froid.  Vous voyez des préfets décider de fermer des entreprises ayant pignons sur rue ? En pleine crise économique, il semble impensable (politiquement et économiquement) d'ordonner la fermeture de grandes entreprises, mettant sur le carreau des centaines de salariés avec et sans papiers. Et puis, nous, nous savons bien que la part de l'emploi de travailleurs sans-papiers dans l'ensemble des infractions constatées pour travail illégal s'élevait en 2008 à 13%, selon le ministère du travail (12% en 2007). Dans le BTP, le pourcentage est de 17%. On est donc loin de l'équation travail illégal = emploi des sans-papiers. Ce serait oublier les heures sup dissimulées, le travail au noir... Mais chut ! En fait, le vrai danger pour nous pourrait venir du problème de la sous-traitance en cascade qui dilue les responsabilités.

- Et oui chère Laurence. Dans le bâtiment par exemple, on se retrouve parfois avec des sous-traitants de 4e ou 5e niveau...

- Eh bien Martin. Les donneurs d'ordre sont alors intouchables sur le plan juridique

- Oui mais imaginez que, sous la pression de la rue, le gouvernement fasse en sorte que les donneurs d'ordre soient pénalement, financièrement et économiquement responsables de ce qui se passe sous leurs ordres et non pas seulement l'entreprise sous-traitante ?

-  Allons, allons Martin. Vous pensez que notre ami Nicolas serait assez fou pour prendre de telles décisions ?

-  Il est vrai que des élections approchent et que nous avons quelques arguments sonnants et trébuchants particulièrement persuasifs.

- Vous avez tout compris Martin ! Vous avez tout compris !


 

25/11/2009

Dans les coulisses du Medef : dialogue peut-être pas si imaginaire que ça !


 

sans papiers travailleurs.jpg


 


-         Mais enfin Laurence, qu'est-ce qu'il lui prend à Besson ? Il a tourné Besancenot ou quoi ? Voilà qu'il a annoncé un projet de loi pour renforcer les sanctions contre les entreprises en infraction.


-         Calmez-vous Martin. Des règles existent déjà, mais vous savez bien qu'elles ne sont pas appliquées.


-         Oui mais chez moi, plusieurs dizaines de travailleurs sans papiers occupent notre chantier Bouygues à La Défense ! Etce  week-end, Xavier Darcos, ministre du Travail, a annoncé un renforcement des sanctions contre les entreprises employant des sans-papiers: inéligibilité à un appel d'offre, fermeture administrative décidée par le préfet, sanctions financières renforcées... Dans la foulée, Eric Besson, ministre de l'Immigration annonçait un projet de loi. Mais à quoi joue-t-on Laurence ? A quoi joue-t-on ? A quoi servent les millions que nous...


-         Chut Martin. Un peu de discrétion. Mais il faut faire attention : l'article L8251-1 du code du travail est très clair: «Nul ne peut, directement ou par personne interposée, embaucher, conserver à son service ou employer pour quelque durée que ce soit un étranger non muni du titre l'autorisant à exercer une activité salariée en France.» Des sanctions pénales sont prévues: le gérant de l'entreprise employant des étrangers en situation irrégulière est passible de 15.000 euros d'amende et 5 ans d'emprisonnement (L8256-2). Le code du travail prévoit aussi (déjà) l'interdiction d'exercer pendant cinq ans, la fermeture des locaux ou l'exclusion des marchés publics.


-         C'est bien ce qui me préoccupe. Encore que chez nous, tous les travailleurs à situation un peu équivoque passent par l'intermédiaire d'entreprises de travail temporaire.


- Vous savez aussi bien que moi, mon cher Martin, qu'en pratique, les condamnations sont rares. Pourquoi? D'abord, le manque d'inspecteurs et de contrôleurs du travail en charge de repérer les infractions. Il y a seulement 450 inspecteurs du travail pour... 17 millions de salariés et 1,2 million d'entreprises ! De plus, il y a - fort heureusement pour nous ! - un vrai laxisme des tribunaux en matière du droit du travail. Les trois quarts des infractions relevées par l'inspection du travail ne donnent lieu à aucune sanction.

- C'est vrai, mais le danger serait que des inspecteurs zélés et quelques juges inconscients veuillent faire quelques exemples retentissants en s'en prenant à quelques grosses boites. Darcos n'a-t-il pas évoqué la possibilité offerte au préfet d'ordonner la fermeture administrative d'une entreprise employant des sans-papiers ?


- Allons, allons Martin ! Gardez votre sang-froid.  Vous voyez des préfets décider de fermer des entreprises ayant pignons sur rue ? En pleine crise économique, il semble impensable (politiquement et économiquement) d'ordonner la fermeture de grandes entreprises, mettant sur le carreau des centaines de salariés avec et sans papiers. Et puis, nous, nous savons bien que la part de l'emploi de travailleurs sans-papiers dans l'ensemble des infractions constatées pour travail illégal s'élevait en 2008 à 13%, selon le ministère du travail (12% en 2007). Dans le BTP, le pourcentage est de 17%. On est donc loin de l'équation travail illégal = emploi des sans-papiers. Ce serait oublier les heures sup dissimulées, le travail au noir... Mais chut ! En fait, le vrai danger pour nous pourrait venir du problème de la sous-traitance en cascade qui dilue les responsabilités.


- Et oui chère Laurence. Dans le bâtiment par exemple, on se retrouve parfois avec des sous-traitants de 4e ou 5e niveau...

- Eh bien Martin. Les donneurs d'ordre sont alors intouchables sur le plan juridique.


- Oui mais imaginez que, sous la pression de la rue, le gouvernement fasse en sorte que les donneurs d'ordre soient pénalement, financièrement et économiquement responsables de ce qui se passe sous leurs ordres et non pas seulement l'entreprise sous-traitante ?


-         Allons, allons Martin. Vous pensez que notre ami Nicolas serait assez fou pour prendre de telles décisions ?


-         Il est vrai que des élections approchent et que nous avons quelques arguments sonnants et trébuchants particulièrement persuasifs.


-         Vous avez tout compris Martin ! Vous avez tout compris !



 

24/11/2009

Rama Yade fait plier la Sarkozie!

 

1-RAMA-YADE karinevillard.jpg

Elle les a eus ! «Ils » voulaient la parachuter dans le Val d’Oise -  banlieue chaude où « elle aurait fait plus couleur locale », comme « ils » disent en rigolant à l’Hue-aime-pets - alors qu’elle vit dans les Hauts-de-Seine, quartier chicos, fief de la Sarkozie. « Ils » voudraient bien la virer, mais…c’est elle la plus populaire du gouvernement. Alors faut faire avec.

 

Belle comme elle est, qu’est-ce qu’elle fout dans cette pétaudière de vieux tarés fascisants ?

 

Merci à Karinevillard

 

20/11/2009

Europe : un plat insipide, le rosbif aux frites.

AVIS A LA POPULATION

Il est possible que si vous ouvrez L'anti fadas avec Internet Explorer vous ayez une page tronquée, sans photos voire illisible.

Passez sur Mozilla Firefox qui lui - gratuit! - est bien plus efficace.


merde europe.jpg

Europe : une plat insipide, le rosbif aux frites.

 

Prenez un rosbif femelle, plutôt faisandé, en tous cas pas une perdrix de l’année. Elle doit être insipide, incolore, mais rester tout de même dans la tradition rosbif : bien ultra libérale et atlantiste. Faites-le macérer quelques jours dans de la nullité européenne. Sortez, égouttez et présentez tiède, bien tiède, surtout n’assaisonnez pas, elle doit rester bien fadasse.

 

Pour l’accompagner, il vous faut de la frite belge. Simple à faire dans de l’huile trans flamando-wallonienne. Ce plat insipide, produit de la lâcheté et de la veulerie des guignols qui nous « gouvernent » aura un effet certain sur la bandaison des citoyens européens.

 

Bon appétit.

 

P.S. – J’ai été absent de la Toile pendant de longs jours pour cause de migration vers le sud depuis ma grotte montagnarde. France Télécom oblige…



10/11/2009

Europe : et si les Rosbifs se cassaient ?

Je suis de ceux qui ont voté « non », mais ce n’était en aucune manière un non à l’Europe dont je suis depuis toujours un « fan », mais un  non à l’Europe des banquiers, des technocrates, de la mise en concurrence des nations et de la négation de toute harmonisation sociale. Je fais donc partie des cocus du référendum…

Ben voilà. On l’a ce « traité de Lisbonne », avatar de feue la Constitution européenne qui prétendait « graver dans le marbre » des choix économiques – concurrence « libre et non faussée », ultra libéralisme, prééminence de la finance, absence de volet social réel, etc. – rejetés par les Français lors du référendum. Les aspérités les plus criantes ont été quelque peu gommées, mais l’essentiel demeure. Bon. Ben ! On va pas passer sa vie à pleurer sur la saloperie du Sarko s’asseyant sur la volonté du peuple français… Le traité est là, faut faire avec et tâcher de le faire évoluer de l’intérieur vers l’essentiel pour l’Européen « d’en-bas »: l’harmonisation sociale et fiscale ouvrant la porte à une Europe de la solidarité plutôt qu’à l’Europe de la concurrence sauvage actuelle.

Il est évident que l’élargissement de l’Union aux pays d’Europe centrale et orientale – fait trop précipitamment – rendait nécessaire de réformer les institutions communautaires afin de leur permettre de continuer à fonctionner correctement. Le nouveau mode d’emploi permettra-t-il cette évolution ? Qui lo sa ? « Ouate ainsi !» qu’il disent les Rosbifs. On verra bien…

En parlant des Rosbifs, ils nous réservent peut-être une divine surprise : le futur patron du Rosbifistan, David Cameron, le leader des conservateurs qui devraient gagner les prochaines élections législatives, a promis un référendum pour déterminer si son pays devait rester dans l’Europe ou en sortir. En voilà une idée qu’elle serait bonne ! Mais cassez-vous donc messieurs les Anglais ! Cassez-vous ! Vous croyez qu’il aura les couilles de faire ça le Cameron ? Ça m’étonnerais fort mais qui sait ! On peu toujours rêver et espérer. Aux conservateurs d’aller jusqu’au bout de leurs diatribes europhobes et d’assumer les conséquences de leur choix. Je soupçonne qu’ils n’en ont aucune envie, car c’est une chose de

bloquer tout le monde et une autre de rester sur le bord de la route en choisissant le splendide isolement. Ou plus justement, c'est une chose d'avoir un discours populiste rendant l'Europe responsable de tous les maux et assumer les conséquences réelles qu'aurait pour les Rosbifs un tel retrait... Si les conservateurs estiment vraiment que l’appartenance à l’Union est contraire aux intérêts de la Grande-Bretagne, il leur suffira de décider, soit par voie parlementaire, soit par voie référendaire, d’en sortir comme l’autorise l’article 50 qui prévoit que « tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union ».

Un proverbe rosbif dit : "If your can't beat it, join it". En l’occurrence, après avoir tout fait pour saboter la création de l’Europe – on se souvient de leur « zone de libre échange » faite pour torpiller le marché commun - le Royaume-Uni a mendié pendant des années son entrée dans la CEE. Une fois entré, il n'a eu de cesse d'œuvrer contre l'Europe politique, contre l'Europe sociale et a même porté un grand coup au principe de solidarités entre européens en exigeant un rabais sur sa contribution au budget, le fameux « I want my money back ! » de l’exécrable Margareth Thatcher (des milliards d’euros que nous continuons à casquer d’ailleurs !). Ils ne sont ni plus ni moins qu’un sous-marin étazunien ayant pour mission de torpiller l’Europe.

Le jour où les Rosbifs - majoritairement europhobes - quitteront l'U.E. sera un jour de fête réellement bénéfique pour cette union à but politique. Car la finalité de l’Europe – en tout cas celle qui me fait encore bander et dont rêvaient les pères fondateurs – est de devenir une puissance politique fédérale. C’est un processus long, difficile compte tenu du poids du passé européen, mais c’est une utopie unique dans le monde et qui deviendra un jour réalité.

04/11/2009

Au bistrot de la Toile : Il nous reste combien de temps à vivre au juste ?


apocalypse.jpg

- Tè ! Je vais un peu vous gâcher l'apéro...
« Science sans conscience n'est que ruine de l'âme » disait le Grand Rabelais. Merde ! Il a fallu des milliards d'années pour en arriver là où nous en sommes, à ce degré d'évolution qui a permis l'apparition de la conscience humaine; et nous, en quelques décennies de « civilisation », on fout tout par terre avec des technologies à la con irrespectueuse non seulement de l'environnement mais de la vie même. Sommes-nous cons à ce point ? Sommes-nous suicidaires? Le confort moderne nous a-t-il anesthésié les boyaux de la tête ?

- Oh ! Victor, bois un peu de tisane de Sainte-Marthe : le « fly » contient de la badiane, constituant essentiel du Tamiflu. Ca te soignera le tracsir !

- Merci Loulle. Quand même, il faut regarder les choses en face : la vie est en danger de mort. Jamais dans toute l'histoire de la planète on a vu, en si peu de temps, une telle hécatombe parmi les espèces animales et végétales. La biodiversité, toute la richesse de cette planète, en prend un sacré coup! Et les choses ne vont pas aller en s'arrangeant. Tout ce que nous connaissons va s'appauvrir, se rétrécir. Le monde va devenir petit. Les forêts primaires vont disparaître à jamais. En 2030, il n'en restera que de rares vestiges. Des communautés humaines ancestrales sont fauchées, victimes de la déforestation, et dans leur sillage leur connaissance directe du vivant libre. Comment vivrons-nous en 2030 ? Comme dans le fameux film « Soleil vert » ?

- Eh ! Oh ! Victor, on te voit venir, tu vas nous gonfler avec le « réchauffement climatique » alors qu'on commence à se gèler les aliboffis... Alors lâche-nous les « moon-boots » avec ça !

- Chante coco ! Chante ! Ça ne durera pas. Si on se gèle les couilles, c'est AUSSI une conséquence du réchauffement. Si le Gulf-stream se met à faire la sieste, on aura le climat du Canada, vu que Paris est à peu près à la latitude de Montréal ! La pollution de l'atmosphère est telle que la végétation et les océans ne sont plus capables aujourd'hui d'absorber l'excédent de gaz carbonique et autres gaz à effet de serre. Résultat : le réchauffement climatique bouleverse le fragile équilibre, les cyclones dévastateurs se multiplient, la désertification augmente, le climat se dérègle à la vitesse grand V... Et ça va encore aller plus vite puisque les Chinois, les Indiens ou les Brésiliens sont aussi cons que nous et veulent rouler en voiture particulière, rejetant dans l'atmosphère ce qui reste de pétrole ! Bref on ne sait pas jusqu'à quel point la température va monter. Ce qu'on sait, c'est qu'il y a 250 millions d'années, 8 degrés seulement ont suffit pour anéantir 95% de la vie terrestre. Comme dit l'ami Paccalet, « L'espèce humaine disparaîtra ? Bon débarras... » Mais en attendant, elle lapinise l'espèce humaine ! Responsable des maux actuels infligés à la Terre, cette espèce-là pullule. Mais pour combien de temps ? Neuf milliards en 2050. Et après ? Ils mangeront peut-être, mais ils devront manger debout !

- Est-il encore temps ? Avons-nous encore la possibilité de choisir quel monde nous voulons pour nos enfants et les enfants de nos enfants ?

- C'est tout vu : nous voulons de l'herbe, des arbres, des fleurs, du vin, des bécasses à rôtir, des dorades, du miel, des canards gras. Nous voulons des sourires d'enfants, des belles femmes pulpeuses, des oiseaux et toutes sortes d'animaux insolites ou familiers. Nous voulons un air pur pour voir le ciel avec ses étoiles qui nous murmurent que la vie existe forcement ailleurs. Nous voulons que la magie du vivant opère grâce au respect des lois de la nature. Nous ne voulons pas qu'elle soit définitivement détrônée par un monstre absurde nommé profit à tout prix.

- Il nous reste combien de temps au juste ?

- Au moins le temps de remettre ma tournée. Amen (...moi à boire, ça m'a donné soif !)



 

03/11/2009

Sûreté bidon pour les EPR. Vers un Tchernobyl « made in France » ?

nucléaire non merci.jpg« C'est l'autorité de sûreté britannique qui a détecté en juin 2009 la grave faille du contrôle-commande de l'EPR... alors que l'ASN française n'avait rien signalé et avait déjà autorisé la construction de l'EPR



Ce lundi 2 novembre, les autorités de sûreté nucléaire britannique, finlandaise et française ont publié un communiqué commun mettant en lumière les failles du système de contrôle du réacteur nucléaire EPR. Mais cette démarche unanime masque la réalité : c'est l'autorité de sûreté britannique seule qui a détecté le problème en juin 2009... alors que l'autorité se sûreté française (ASN) avait depuis longtemps autorisé la construction de l'EPR : l'ASN n'a donc rien vu... ou rien dit.


Reprenons la chronologie des faits :

- Le 1er juillet 2009, le quotidien britannique The Times révèle (1) que l'Autorité de sûreté britannique (la NII) met sérieusement en cause la sûreté du système de contrôle-commande de l'EPR et vient d'écrire à ce sujet à EDF et Areva.

- Le 7 juillet 2009, après avoir découvert l'information venue de Grande-Bretagne, l'ASN annonce (2) qu'elle est "en train d'élaborer [sa] position sur le contrôle commande" du réacteur nucléaire EPR. Il est grand temps : depuis des années, elle a autorisé la construction de l'EPR en Finlande puis en France (3)

- Le 2 novembre 2009, les autorités de sûreté française et finlandaise se joignent à la NII pour remettre en cause le contrôle-commande del'EPR.


Il a donc fallu que ce soit l'Autorité de sûreté britannique - saisie par EDF et Areva qui espèraient alors construire des réacteurs outre-Manche - qui détecte de graves défauts... que n'avait pas signalé l'ASN française.

L'ASN se défend de façon parfaitement ridicule : pour évaluer la sûreté du contrôle-commande, elle attendrait que ce dernier soit en cours d'installation dans le réacteur EPR actuellement en construction à Flamanville (Manche). Mais pourquoi attendre ? L'autorité de sûreté britannique, elle, a immédiatement détecté ces graves défauts alors que l'EPR n'existe que de façon virtuelle en Grande-Bretagne... et pourrait bien ne jamais y être construit.

On est logiquement amené à envisager deux hypothèses :

- soit l'ASN a été gravement incompétente en ne détectant pas les défauts de l'EPR, et elle tente maladroitement de se cacher son erreur

- soit l'ASN a délibérément décidé de passer sous silence les défauts de l'EPR afin ne pas compromettre les intérêts de l'industrie nucléaire française, prenant le risque d'une ou plusieurs catastrophes nucléaires.

Dans les deux cas, cette affaire met profondément en cause la compétence et la fiabilité de l'ASN : si elle commet des fautes aussi graves concernant l'EPR, comment ne pas penser qu'elle en a commis aussi sur d'autres dossiers ? C'est d'ailleurs cette même ASN qui affirme actuellement (4) que les réacteurs français peuvent fonctionner au-delà de 30 ans.

Il semble donc nécessaire, avant que l'irréparable ne se produise, qu'une commission d'enquête indépendante fasse toute la vérité sur cette affaire et surtout sur la fiabilité de l'ASN. Le Réseau "Sortir du nucléaire" rappelle d'ailleurs que la seule façon d'assurer la sûreté nucléaire est... de fermer au plus vite les centrales.

La solution passe par des investissements majeurs - à l'image de ceux dont a hélas bénéficié le nucléaire depuis 50 ans - dans les plans d'économies d'énergie et de développement des énergies renouvelables. »

Communiqué de presse du réseau « Sortir du nucléaire » http://www.sortirdunucleaire.org/actualites/communiques/affiche.php?aff=633

(1)http://business.timesonline.co.uk/tol/business/industry_sectors/natural_resources/article6613960.ece
(2) http://www.romandie.com/infos/news2/090707144556.dt6dmll8.asp
(3) http://www.asn.fr/index.php/content/download/21605/119079/file/2007-AV-0016.pdf
(4) http://bit.ly/Ln2Vh

 

 

02/11/2009

Sark'copié-collé...Paysans, me voilà!

Sarkozy, Sarkozy - Le Matin Video
Sarko copie conforme. Enorme!
Mots-clés : sarkozy discours

- C'est-y qu'il radote? Qu'il n'a plus rien à dire? Ou qu'il continue à nous prendre pour des cons?

- Les trois mon adjudant!

01/11/2009

« Monsant’O akbar !» : Les talibans intégristes de Bruxelles autorisent les OGM…



monsanto tête de mort.jpgIl est des histoires belges qui ne sont pas drôles du tout. Ainsi cette nouvelle saloperie de l'exécrable commissaire à l'Agriculture Mariann Fischer Boel: la Commission européenne a pris hier vendredi, en catimini, la décision d'autoriser l'importation de trois sortes de maïs génétiquement modifiés utilisés principalement dans l'alimentation animale.
Les ministres de l'Agriculture de l'Union Européenne n'ont pas réussi à dégager une position commune lors de leur dernière rencontre le 19 octobre. La décision avait alors été renvoyée à la Commission européenne, chargée de prendre ses responsabilités. Et évidemment, cette Commission de merde - entièrement inféodée aux intérêts des multinationales, qu'elles soient agro-alimentaires, pharmaceutiques ou autres – a décidé d'autoriser l'entrée en Europe de ces saloperies Les maïs développés par les Américains Monsanto (MON 88017, MON 89034) et Pioneer (59122xNK603) sont donc autorisés à l'importation pour dix ans, et peuvent être utilisés dans l'alimentation et la transformation en produits alimentaires. Mais ils ne sont pas autorisés pour la culture.


La sinistre commissaire danoise fait valoir que l'Union européenne est très dépendante du soja américain, notamment en hiver, et que le contexte mondial n'est pas favorable: la production argentine a déjà reculé de 30% cette année du fait d'une sécheresse. Qu'est-ce que c'est que cette connerie: on manque de soja (transgénique), donc on va faire bouffer aux vaches du maïs (transgénique aussi)?


La population européenne est, dans sa grande majorité, opposée aux OGM. Mais l'Europe ne sert que les intérêts des puissants. Elle nous force à prendre ce dont nous ne voulons pas. Monsanto dit vouloir produire des OGM contre la faim dans le monde. A ce jour, rien n'a été fait en ce sens, tout n'a été que verrouillage du vivant, expériences dangereuses et attaques contre les paysans pollués par leurs semences. La stratégie Monsanto est de faire en sorte que les OGM deviennent la seule alternative, après qu'ils auront supprimé les autres cultures. Alors, le vrai pouvoir, ce sera Monsanto. Parce qu'ils posséderont l'arme verte. En clair, tu bouffes si tu passes par moi.
Et les talibans intégristes de l’agro-alimentaire de merde qui sévissent à la Commission européenne se font les complices (achetés ?) de ces horreurs.


Et dire que ces connards ne comprennent pas pourquoi le non avait remporté le referendum... Merci Sarko de nous avoir baisé la gueule une fois de plus. Et merci aux 53% de débiles qui lui ont donné les clés de la baraque France.

31/10/2009

« Les banques, je les ferme, et les banquiers, je les enferme ! »

vamps.jpg

 

 

 

- Ben alors M’ame Michu, c’est quoi ces cheveux mouillés qu’on dirait une serpillère ? V’z’avez plongé dans une bouche d’égout ou quoi ?

 

- Ben non. Je viens juste de prendre la douche.

 

- Ah ! Ça se fait beaucoup les douches en ce moment. V’z’avez fait comme notre Grand Timonier, celui qui prend des douches à 265.000 euros. Les gens mal intentionnés ne comprennent pas qu’une simple douche coûte le prix d’une belle villa. Mais moi j’ai l’explication…

 

- Ah bon ! Et c’est quoi alors ?

 

- La douche pour se décroûter la couenne au Sarko, c’est pas ça le plus cher. Mais c’est pour lui nettoyer les boyaux de la tête que ça a coûté tout ce pognon… Quoique ! Ça aurait été moins ruineux pour le contribuable de lui faire des intraveineuses de Destop !

 

- Il a dû faire comme moi : payer avec la carte « double action » du Crédit agricole…

 

- Pardon ? V’z’avez fait c’tte connerie vous ? M’étonne pas…

 

- Pourquoi ? Les publicités à la télévision montrent des dames souriantes, belles, et même des petits vieux bien propres sur eux qui s’en servent et qui ont l’air heureux ! Faut être moderne M’ame Chazotte ! Faut être branchées.

 

- Ben v’z’en faites une belle vous de branchée. Cette carte, c’est une belle saloperie qui tangente l’escroquerie.

 

- Pourquoi ? C’est bien pratique : c’est comme une carte de paiement, mais en plus, si on n’a pas encore touché la pension, ça nous fait crédit…

 

- Ben, la voilà l’escroquerie M’ame Michu ! Cette carte « révolutionnaire » - à la fois carte de paiement et carte permettant de déclencher instantanément un crédit – va vous plumer, comme elle plume des milliers de gogos victimes des campagnes de pub bourrage de crâne.

 

- Pourquoi ? Comment ?

 

- Parce que le taux, naturellement indiqué en tout petit, est 17,5% de TEG annuel maximum. Et comme le Crédit agricole emprunte son pognon a quasiment rien d’intérêt à la Banque centrale européenne, et qu’elle vous le refile à 17,5%, il peut se payer des campagnes publicitaires, ça lui laisse une belle marge… Le système est particulièrement pervers. V’z’avez lu les petites lignes de votre contrat ?

 

- Ben, non…

 

- Et le gougnafier qui vous l’a refilé, il vous a expliqué tout ça ?

 

- Ben, non…

 

- C’est là la perversité : en créant cette carte « double action », la banque déconnecte le moment où le client « lit » les conditions du prêt du moment où il le contracte tout en simplifiant à l’extrême la procédure.

 

- Ben, c’est vrai que c’est si facile, y a toujours des sous sur la carte…

 

- Ouais… Et vous allez plonger rapidement dans le surendettement ma pôvre M’ame Michu. En plus, c’est dangereux pour toute la société : c’est la porte ouverte à l’abus du crédit, l’équivalent du système des « subprimes » étazuniens qui ont conduit à la merde dans laquelle nous sommes. Ce qui fout les boules, c’est la vitesse à laquelle nous revenons aux excès qui nous ont menés dans le mur il y a si peu de temps. Bonus, crédit, rien n’a changé sous le soleil de la planète finance. Pour notre plus grand mal.

 

- Ben ! alors qu’est-ce qu’il faut faire M’ame Chazotte ?

 

- Vincent Auriol disait : « Les banques, je les ferme, et les banquiers, je les enferme ! »

 

 

29/10/2009

Taxe carbone : les pollueurs ne seront pas les payeurs.

AVIS A LA POPULATION

Il est possible que si vous ouvrez L'anti fadas avec Internet Explorer vous ayez une page tronquée, sans photos voire illisible.

Passez sur Mozilla Firefox qui lui - gratuit! - est bien plus efficace.

 ************************************************

usine polluante 2.jpgLe chiffre est passé inaperçu mais la ristourne est de taille : en dispensant de taxe carbone les entreprises qui sont soumises au marché européen des quotas de CO2, le gouvernement leur fait économiser deux milliards d'euros par an. Soit presque la moitié de ce que le nouvel impôt doit rapporter à l'Etat. A 17 euros la tonne de carbone, montant fixé en septembre par Nicolas Sarkozy, ses recettes en 2010 sont en effet estimées à 4,8 milliards d'euros. La taxe doit ensuite augmenter jusqu'à atteindre 100 euros en 2030.

Depuis 2005, les  émissions de CO2 des industries européennes les plus polluantes sont limitées : elles ne peuvent dépasser le quota qui leur a été attribué par le plan national d'affectation des quotas de CO2 (PNAQ), sous peine de devoir acheter les tonnes de CO2 supplémentaires par le biais du système d'échange communautaire ETS (« Emission trading system »), sorte de bourse du carbone. En 2007, le montant total de leurs émissions a atteint environ 127 millions de tonnes de CO2. Ce qui représente une somme globale d'environ deux milliards d'euros par an, sur la base d'une tonne de CO2 à 17 euros, prix choisi pour l'entrée en vigueur de la taxe. L'économie dont vont bénéficier  ces industries polluantes est donc substantielle. 

Or ces industries ont déjà bénéficié d'un traitement de faveur en 2005: les quotas d'émissions qui leur ont été alloués sont en effet gratuits jusqu'en 2013. Les volumes d'émissions ayant été attribués de manière très large, la plupart d'entre elles n'ont pas eu à acheter de droits de rejets de CO2. En clair, leurs émissions ne leur ont, en général, pas coûté d'argent. C'est l'une de faiblesse de ce marché qui  subit de réguliers krachs. Le dernier en date, en avril 2009, a fait tomber la tonne de CO2 à 5 euros! Elle est aujourd'hui remontée aux environs de 15 euros la tonne.

Le cadeau fait aux entreprises est donc réel : pour la période allant de 2010 à 2013, il s'élève à environ 6 milliards d'euros.

Source : Jade Lindgaard  http://www.mediapart.fr/journal/france/271009/taxe-carbon...

 

                                               *********************************************************

Alto

Amis, je vous invite à faire un saut sur le tout nouveau blog – il date d'hier! - de mon « filleul en bloguitude », l'ami Alto sur LOUBARISSA.

Ce jeune homme à vu le jour en...1920! Et croyez-moi, il pète le feu! Droit comme un i, physique à la Yves Montand, accent rocailleux comme les galets de granit roulés par le Truyère voisine qui coule sous le viaduc de Garabit, à une lieue de son palais cantalou.

Alto fut ce qu'on appelait fièrement un « hussard de la République ». Il a ouvert l'esprit à des milliers de gamins du Cantal et de la haute Lozère, en une époque où la pression religieuse était énorme.

Il est une mémoire, il est un témoin précieux d'une époque qui a bouleversé le monde. Et il a consigné tous ses souvenirs, toutes ses expériences, toutes ses rencontres, tous ses amours dans des centaines et des centaines de poèmes en versification classique! Chapeau l'artiste! Allez le voir sur LOUBARISSA, laissez-lui un petit mot d'encouragement.

C'est un personnage raffiné, subtil, fructueux, rarisime.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * 

Que vous soyez "piqués" ou pas


NE TOUSSEZ PAS IDIOT !


D'image de Une par MB.jpgune actualité explosive, viens de sortir:

"Cure us!" - Quand explosera la PANDEMIE

de Jean-Victor Joubert (C'est moi!)


Disponible 10€ franco de port France sur

http://ayoli.fr



 

23/10/2009

M’ame Michu et M’ame Chazotte chez les toubibs !

vamps.jpg


 

- Tout de même M’ame Chazotte, vaut mieux vivre en France qu’au Zétazunis. V’z’avez-vu à la télé ces pauvres gens, qu’on tirait à la loterie ceux qui seraient soignés ! Parait qu’ils n’ont même pas la Sécu là-bas.

 

- Mouais… Même qu’Obama se fait traiter de tous les noms d’oiseaux – communiste, Hitler, Français… - parce qu’il veut instituer chez eux un embryon de Sécu !

 

- Chez nous au moins, on soigne tout le monde.

 

- Pourvu que ça dure ! Le Sarko et sa clique font tout pour foutre la Sécu en l’air pour la remplacer, comme aux Zuhessa, par des assurances privés : baisse des taux de remboursement, forfait hospitalier, déremboursement de médicaments, etc. S’ajoute à ça le non paiement des dettes de l’Etat à la Sécu : exonérations des bas salaires, non versement des taxes sur le tabac et l’alcool et autres bricoles qui dépassent largement le déficit – orchestré, voulu – de la Sécu.

 

- M’enfin, tout de même, moi quand je vais chez mon médecin, je suis remboursée…

 

- Manquerait plus que ça ! Parlons-en des toubibs ! Non seulement ils ne veulent pas s’installer là où on en a besoin – dans les cambrousses, dans les départements du nord – mais ils viennent de réussir, en catimini, comme s’ils en avaient vergogne un coup fumant !

 

- C’est quoi ?

 

- Ben ! Carrément la mise à mort à bref délai du tarif Sécu, c’est-à-dire des 22 piastres pour une visite chez le Diafoirus généraliste.

 

- Comment ça ?

 

- Actuellement, il y a deux grilles d'honoraires. Les toubibs dits « de secteur 1 », qui appliquent le tarif Sécu en échange d'une prise en charge partielle de leurs cotisations sociales ; et ceux du « secteur 2 », qui ont le droit d'appliquer des dépassements d'honoraires, avec « tact et mesure ». Ben voyons, le tact et la mesure des toubibs en matière de pognon dépend du prix du 4x4 à changer ! D’ailleurs, les dépassements - pas remboursés - se sont envolés, ces dernières années. Mais les syndicats des toubibs viennent de réussir le fameux coup fumant que je vous causais.

 

- C’est quoi ?

 

- L'Etat aurait pu sanctionner ceux qui se goinfrent, mais au lieu de ça, il a gentiment demandé aux syndicats de toubibs d'imaginer un troisième secteur, dit « optionnel », qui vient s'ajouter aux deux autres.

 

- Et alors ? C’est quoi ce troisième secteur ?

- La mort du tarif Sécu ! En effet, les toubibs qui adhèreront au secteur optionnel auront une contrainte: facturer 30 % de leurs actes au tarif Sécu. Mais aussi et surtout deux gros avantages. Un : leurs autres actes (70% de leur activité) seront tarifés 50 % plus cher que le tarif Sécu. Deux : une partie de leurs cotisations sociales (Urssaf, retraite) sera payée par l'assurance-maladie, comme pour le secteur 1. Autrement dit ils vont pouvoir se gaver et en plus, c’est la Sécu, c’est-à-dire nous, qui paieront leurs cotisations !!! Pas dégueu non ? Autant vous dire que tous les toubibs vont s’engouffrer dans la brèche…

 

- Et pour nous, ça change quoi ?

 

- Ben, que les cotisations des Mutuelles – qui acceptent tout de même de rembourser les dépassements d’honoraires – vont faire un sacré bon en avant ! Déjà qu’entre 2002 et 2008 les tarifs de ces « chères » complémentaires ont augmenté de… 51% !!!

 

- Ben ça alors ! Et qu’est-ce qu’on va faire ?

 

- Le mieux, M’ame Michu, c’est encore de ne pas être malade !

21/10/2009

Il n'y aura jamais assez de platanes pour pendre tous les banquiers...

banquier pourri.jpg

Et kikadi que tout allait mal dans ce pays? Et kikadi que les Français étaient mécontents de leur gouvernement? Ben! des aigris, des coincés du cul, des peine-à-jouir. Regardez Douillet, le nouveau député Hu-aime-pets, il a dit qu'il était heureux du bouclier fiscal! Ben voyons...

Mais il y a plus heureux que ce quintal et quelques de viande anabolisée, ce sont nos « amis » les banquiers. En voilà qui pètent dans la soie avec bonheur et se frottent la bedaine confortablement remplie de sauces chaudes et onctueuses. Heu-reux! Le gouvernement, et particulièrement leur plus fidèle représentante dans la maison, Lagarde, calque très exactement ses actions sur leurs désidératas.

Après avoir renoncé à entrer directement au capital des banques, à avoir une représentation au conseil d'administration des banques aidées (se privant de plus de 12 milliards d'euros de plus-values, au moment du remboursement des aides par les banques), après avoir repoussé toute législation sur les rémunérations, le gouvernement refuse maintenant d'envisager une taxe supplémentaire sur les bénéfices des banques, comme le proposent des députés.

L'opposition étant inscrite aux abonnés absents, c'est...des rangs de l'UMP que vient la fronde! Ainsi, mercredi 14 octobre, un amendement préconisant une taxe supplémentaire de 10% sur les bénéfices des banques au titre du budget 2010 a été adopté par la commission des finances. Le texte, présenté par Didier Migaud, président de la Commission des finances, a reçu le soutien d'un certain nombre de députés de la majorité, sensibles à la fois à l'effort demandé aux finances publiques ces derniers mois pour sauver les banques, comme au poids du déficit budgétaire.

Que croyez-vous qu'il se passât? «Il n'est pas question de prendre une mesure à caractère national qui plomberait le système bancaire français, qui s'est bien comporté pendant la crise» a tranché la Lagarde, reprenant texto les propos de la fédération bancaire ! Et kiçéti la marionnette? Et kiçéti qui tire les ficelles ? A la niche les députés frondeurs. Seuls les godillots ont droit de s'exprimer.

On touche là du doigt les connivences coupables, ravageuses pour le pays, entre ces dirigeants et ceux qui les manipulent après les avoir mis en place: les banquiers et les patrons-exploiteurs du caca-rente. Pourtant la proposition de Didier Migaud était réaliste et courageuse: il n'est pas illégitime que les banques reversent à l'État une part supplémentaire de leurs bénéfices en contrepartie des aides publiques reçues au moment de la crise. Le gouvernement belge a emprunté cette voie. Le gouvernement britannique a déjà indiqué qu'il allait prendre une mesure similaire. L'Allemagne y réfléchit. Pourquoi pas la France? Non! Tabou! On ne touche pas aux banques...

Ces crapules bénéficient d'une assurance tout risque maintenant érigée en dogme par les ultra-libéraux plus que jamais au pouvoir: les risques systémiques sont tels qu'il n'est pas possible de laisser une banque faire faillite. Les États doivent, à tout coup, se porter garants en dernier ressort. C'est donc l'impunité totale pour les mafieux du système bancaire, quels que que soient les risques pris...

Et cette assurance, serait-il anormal que les banquiers en paient la prime? Sous forme d'un impôt supplémentaire sur leurs bénéfices?

Tè! Fumes!

Ils ne paient déjà pas l'impôt normal sur les sociétés qui est de 33%. Ainsi, en reprenant les comptes des cinq grandes banques aidées – BNP Paribas, Société générale, Crédit agricole, Crédit mutuel, BPCE –, pas une d'entre elles n'a acquitté des impôts à hauteur du taux normal de l'impôt sur les sociétés en 2007 et 2008. En 2007, le taux de contribution du Crédit agricole s'élève à 5,3% de ses résultats (257 millions d'impôts pour 4,8 milliards de résultat!), celui de la Société générale – qui il est vrai avait été autorisé à déduire de ses comptes 2007 les pertes de 4,9 milliards liés à l'affaire Kerviel intervenue en janvier 2008 – n'est que 14,9%, celui de BNP Paribas ou du Crédit mutuel de 26% . (Source Médiapart)

Et pourtant, les banques sont de nouveaux bourrées de thunes: elles empruntent auprès de la BCE à un taux zéro, prêtent aux entreprises au compte goutte à des taux juteux et... jouent de nouveau, comme avant, aux casinos des produits bidons des marchés internationaux. Ils se gavent d'autant plus allègrement qu'ils savent pertinemment qu'en dernier ressort l'État les couvrira...

Il n'y aura jamais assez de platanes pour pendre tous les banquiers... et les gouvernants qui les protègent.