Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/04/2013

Bébés marchandise…

bébés en rayons.png 

- Allo. Bonjour. Baby-Market à votre service.

 

- Oui. Bonjour madame. Voilà je voudrais quelques informations concernant l’achat d’un bébé.

 

- Vous ne pouviez pas mieux choisir madame. Nous sommes lideur dans ce domaine. Quel est votre cahier de charge. Enfin, disons votre souhait ? Blanc, Noir, Asiatique ? A concevoir et réaliser sur mesure ou à choisir parmi notre large sélection de bébés prêts à l’emploi ? Fournissez-vous les ovocytes et les spermatozoïdes ou faut-il prévoir l’achat de ces matériaux de base ?

 

- Ben, ch’sais pas trop moi madame. Ce sera mon premier achat de bébé, alors je suis un peu émue…

 

- Je vous comprends Madame, je vous comprends. Mais rassurez-vous, notre firme allie le plus grand sérieux avec une discrétion exemplaire. Nous avons un large panel d’ovocytes, de sperme et de ventres porteurs correspondant à tous les besoins. C’est vous et votre compagnon ou votre compagne qui êtes le maître d’œuvre. Nous avons aussi le service Premium par lequel vous pouvez faire une précommande avec un cahier des charges précis. Nous nous efforcerons de vous satisfaire.

 

- Ben… Il y a aussi une question de prix. Vous pouvez me donner une idée ?

 

- Volontiers. Baby-Market est fier de proposer une ligne complète de gestation externe et de donation d’œufs. En général, le coût pour une gestation externe, (incluant tous les frais d'agence, frais d'avocat, le dépistage et les frais de remplacement et les frais médicaux et d'assurance) varient de 60.000 à 100.000 euros selon le programme choisi. Le programme Garantie est plus cher, autour de 125.000 euros mais il offre aux parents potentiels un niveau de sécurité au dessus du niveau standard.

 

- Eh ! Ce n’est pas donné. Il faut qu’on y réfléchisse. C’est le prix d’une grosse voiture de luxe…

 

- Y a-t-il une acquisition qui vous apportera autant de joies et de bonheur Madame ? Mais on peut discuter. En ce moment nous avons des promotions : je peux vous proposer des ventres porteurs haïtiens à prix très attractifs. Ah ! Evidemment ça n’a pas la qualité d’un ventre californien, ukrainien ou polonais, mais c’est d’un excellent rapport qualité-prix.

 

- Ben, ouais mais, c’est…des Noires ?

 

- Madame, cela n’a aucune influence sur le produit fini. Nous avons aussi, à des prix très abordables, des ventres indiens. C’est vous qui décidez chère Madame.

 

- Bon. Eh ben, on va y réfléchir.

 

- A votre service chère Madame. Baby-Market reste à votre service !

 

 

Sources :

http://mother-surrogate.com/

http://www.circlesurrogacy.com/costs

http://www.surrogacycentreindia.com/

 

 

Décadi 30 Germinal 221

 

Illustration X – Droits réservés

 

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Un médecin a une aventure extra-conjugale avec son infirmière. Elle lui annonce un matin qu'elle est enceinte.
Comme le médecin ne veut pas que son épouse ait le moindre doute, il remet à l'infirmière une bonne somme d'argent pour lui payer un long voyage en Italie.
- Mais comment vais-je te faire savoir que le bébé est né ? lui demande-t-elle.
- C'est simple lui répond-il. Fais-moi parvenir une carte postale et écris juste SPAGHETTI sur celle-ci.
Six mois plus tard, son épouse lui téléphone au bureau et lui dit qu'il a reçu une étrange carte postale d'Italie.
- Lorsque je serai à la maison ce soir, je t'expliquerai...
En soirée, en arrivant à la maison, il regarde la carte et tombe au sol, victime d'un arrêt cardiaque.
Les ambulanciers, tout en lui donnant les soins appropriés et le préparant à son transport à l'hôpital demandent à son épouse :
- Comment l'accident cardiaque est arrivée ?
Elle leur explique que c'est à la lecture de la carte postale qu'il s'est effondrée et leur lit le texte : 
- SPAGHETTI, SPAGHETTI, SPAGHETTI, SPAGHETTI, deux avec des boulettes et deux sans boulettes !

 

18/04/2013

Alors ci-devant Ayrault, on les nettoie ces écuries d’Augias ?

chimulus sdf et politique pourri.jpg

 

 

Je n’ai pas regardé les patrimoines des ministres. Je m’en fous. Être pauvre n’est pas un gage d’honnêteté pas plus qu’être riche n’est une suspicion de cupidité. Victor Hugo était fils d’un général d’empire, Jean Jaurès sortait d’une famille de la bourgeoisie de province et, pour ne pas remonter si loin, Henri Emmanuelli est un ancien banquier chez les frères Rothschild. Ce qui compte, ce n’est pas le niveau du patrimoine, mais le comparatif entre celui de la prise de mandat et celui de la sortie de mandat ou, mieux sa vérification en cours de mandat. C’est là qu’on pourra voir qui s’en fout plein les fouilles, et comment.

 

On glose sur la fortune de Fabius, autour de six millions. Bof… Six petits millions ! C’est six jours, oui, six jours de revenus de madame Bettencourt (à travers une entreprise brillante fondée par un ponte de la Cagoule !). Et que dire des 420 millions que vous, nous, moi avons généreusement donné, bien « qu’à l’insu de notre plein gré » à Tapie !

 

On attend les propositions de « moralisation de la vie politique » promise par Ayrault pour le 24 avril. Mais rien ne pourra être plus efficace que l’interdiction drastique de tout cumul non seulement de mandats électifs politiques, mais aussi et surtout de toutes « présidences » de sociétés d’économie mixte, partenariat public privé, offices d’hlm, communautés de communes et autres « machins » ouvrant la porte à bien des « arrangements » synonymes de corruption.

 

C’est non seulement les députés et sénateurs qu’il faut «moraliser », ci-devant Ayrault, mais tous les niveaux de pouvoir, du plus petit au plus grand.

 

Il va falloir en fabriquer des balais pour nettoyer toutes ces écuries d’Augias ! Ça créera des emplois !

 

 

Nonidi 29 Germinal 221

 

Merci à Chimulus

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Après 20 années, trois copains se retrouvent. Le premier dit : 
- Ma femme a une taille de guêpe et tous les soirs, je la pique, je la pique... 
Le deuxième : 
- Moi, ma femme a une taille de sauterelle, et tous les soirs, je la saute, je la saute... 
Le troisième : 
- Moi, ma femme a une taille d'éléphant, et tous les soirs, je la trompe, je la trompe...

 

 

17/04/2013

Attention : un obscurantisme peut en cacher un autre !

guernica (1).jpg

 

 

Les Zétazuniens redécouvrent la guerre sur leur territoire… Comme le 11 septembre 2001. Attentat islamiste ? Attentat de l’extrême-droite étazunienne ? Bof. Qu’ils se démerdent…

 

Mais ce raccourci volontairement caricatural nous renvoie en miroir aux dangers qui menacent notre république : - menace islamique fomentée de l’extérieur et exécutée (quand par malheur elle se concrétise, c.f. Merah) par des gens de l’intérieur ; - menace de l’extrême-droite derrière le paravent de l’obscurantisme religieux. L’alliance de circonstance de la burqua et de la cagoule ! Chaque menace se nourrissant de l’autre.

 

La menace islamique n’est plus à prouver. Elle se concrétise par les provocations d’une partie minoritaire mais agissante des musulmans de France (foulard, burqua, viande hallal, cantines, hôpitaux, prières de rue, etc.). Son but : créer un communautarisme religieux obscurantiste par la peur. Son cheminement : abattre la laïcité par l’intimidation et la violence. C’est un fascisme.

 

Lui répond maintenant une menace "christianiste". Les plus bornés des cathos se sont glissés dans l’ombre des islamistes pour tenter d’abattre, eux aussi, leur ennemi commun : la laïcité. Ils ont trouvé un cheval de bataille : la lutte contre le mariage pour tous. Ils ameutent les factions de population qui ont toujours  existés en France : les cathos les plus bornés tendance fachos, ceux des Croix-de-feu, ceux de La Cagoule avant-guerre. On les retrouve dans les manifs anti mariage pour tous derrière des figures qui seraient pittoresques si elles n’étaient dangereuses, comme la caricaturale et bien nommée Frigide Bargeot. C’est là encore un fascisme. Avec en position du singe laissant le chat sortir les marrons du feu, le Hèfe-Haine.

 

Cette montée des fascismes n’est pas propre à la France. On la retrouve dans tous les pays d’Europe. Avec les mêmes causes : - misère galopante dû à une globalisation ultra libérale ravageuse ; - laxisme en matière d’immigration organisé par des gouvernements à la naïveté « d’idiots utiles » au profit du patronat pour peser sur les salaires, aboutissant à une situation qui fait percevoir l’Autre comme un danger, puis un bouc émissaire.

 

Il est temps de regarder les choses en face et de neutraliser radicalement, sans concession et sans faiblesse ces deux menaces. Faute de quoi, comme au siècle dernier, les démagogies défieront et confronteront les démocraties dans le sang et les larmes. L’histoire resservirait-elle les plats ?

 

 

Octidi 28 Germinal 221

Merci à Picasso


 *********************************** 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Un fils demande à son père:
Papa, c'est quoi la république ?
- Prenons par exemple notre foyer: Moi j'ai un salaire je suis le Capitalisme, ta mère le Gouvernement, toi tu serais le Peuple, la bonne serait la Classe ouvrière et ta petite sœur qui n'a qu’un an le Futur.
- Oui, Papa je crois que j ai compris, je te le dirai demain.

Le soir il est réveillé par les cris de sa petite sœur et il voit qu'elle a chié dans sa couche. Il va dans la chambre de ses parents et il voit sa mère qui dort profondément. Il regarde par le trou de la serrure de la chambre de la bonne et il voit son père qui l’enfile !

Et le lendemain:
- Papa je crois que j ai compris : Pendant que le Capitalisme enfile la Classe ouvrière, le Gouvernement est profondément endormi, le Peuple est complètement ignoré et le Futur est bien dans la merde.

16/04/2013

HALTE AU TRIANGLE DE LA MORT CADARACHE-MARCOULE-TRICASTIN

antinucléaire affiche avril 2013.jpg

 

 

A pieds, à vélo, à cheval, en patins à roulettes, participez à la Marche antinucléaire pour la vie qui se déroule du 15 au 26 avril. Détails, itinéraires et renseignements à : www.coordination-antinucleaire-sudest.org

 

 

MISE AU SERVICE DE LA GUERRE OU DE LA PRODUCTION ÉNERGÉTIQUE, la fission de l’atome tue dans la violence des guerres ou des catastrophes mais elle tue aussi lentement ou pollue durablement les êtres vivants et les territoires par les radiations qu’elle génère au quotidien avec l’aval du pouvoir politique et administratif. A quoi s’ajoutent les 1000 incidents de gravité multiple recensés en France par an dans le nucléaire.

 

LA PROVENCE, LA VALLÉE DE RHÔNE-DURANCE EST LA RÉGION LA PLUS

NUCLÉARISÉE D’EUROPE avec une multitude d’Installations Nucléaires de Base civiles et militaires dont la très grande majorité ne produit pas d’énergie ni pour la population ni pour les entreprises mais pour l’armée, le business de l’exportation, l’autoconsommation des installations et la folle recherche.

 

LE BILAN DE TOUTES LES CATASTROPHES NUCLÉAIRES, volontaires quand les militaires les ont décidées, accidentelles quand les industriels n’ont pas su les prévenir est démentiel. Les décomptes les plus honnêtes sont terrifiants : 400.000 morts pour Hiroshima- Nagasaki, plus d’un million pour Tchernobyl, auxquels il faut ajouter ceux de Fukushima mais aussi ceux plus anciens et complètement oubliés survenus en Union soviétique, ceux des essais nucléaires (2.153 depuis 1945), ceux des travailleurs des centrales et des « liquidateurs »… Les instances internationales évaluent les mort(e)s par le nucléaire à 60 millions depuis 1945.

 

LE NUCLÉAIRE SE PARE DE LA BANALITÉ DU MAL si on ne fait que décompter des morts, mesurer des territoires abandonnés, évaluer des coûts de réparation, même si on ajoute à ce sombre tableau les innombrables victimes handicapées, comme il arrive dans tous les crimes guerriers.

 

LES NUCLÉOCRATES, CES ADEPTES OBSCURANTISTES DU NUCLÉAIRE, ont défini un seuil de radiation qui permettrait de « coexister » avec cette industrie. Mais il n’y a aucun seuil de radiation tolérable si on veut préserver la santé des êtres vivants. Toute nouvelle contamination, y compris à dose infinitésimale, vient se cumuler avec les contaminations antérieures pour produire des altérations physiologiques, générer des cancers, créer une situation propice à des mutations du génome.

 

L’ARBITRAIRE (ET DONC LA NON-SCIENTIFICITÉ) des seuils officiels est révélé quand, après la catastrophe de Fukushima, la « dose maximum admissible » de radioactivité a été relevée de 1 à 20 mSv pour les écoliers (vingt fois plus !!!), et à 250 mSv pour les liquidateurs (les sacrifiés ?!), malgré les protestations de la population locale. Et les troubles de santé grandissants de jour en jour ne sont pas, malgré l'évidence des symptômes, attribués à la catastrophe nucléaire.

 

LE DÉNI DU RISQUE mutagène par les radiations fait, bien sûr, partie de la désinformation organisée par l’industrie nucléaire avec, malheureusement, la complicité de l’autorité administrative chargée des activités nucléaires civiles (ASN) qui produit une information d’où sont absents les mots gènes, mutation, risque génétique…

 

LES INSTALLATIONS NUCLÉAIRES PORTENT ATTEINTE À NOTRE SANTÉ, à celle de nos enfants, à nos territoires, à nos activités et nos biens collectifs et individuels.

 

FERMER LES INSTALLATIONS NUCLÉAIRE C’EST CRÉER DES EMPLOIS : maintenir des emplois sur place le temps que les installations baissent en radioactivité, mettre en place des formations nouvelles pour le démantèlement qui durera plus de 30 ans, réactiver des emplois pendant les 5 années de réouverture des centrales thermiques existantes pour la durée de la transition, créer de nouveaux emplois dans les énergies renouvelables et dans le secteur des économies d’énergies notamment dans le bâtiment, former les futurs spécialistes internationaux français du démantèlement mondial des installations nucléaires et agir ainsi pour la Paix.

 

ASSEZ ! EXIGEONS L’ARRÊT IMMÉDIAT DU NUCLÉAIRE,

SANS AUCUNE CONDITION ET DÉFINITIVEMENT

 

Devons-nous attendre la catastrophe en France et en Provence comme cela s'est passé à Fukushima?

Il est possible, encore temps et vital d'arrêter immédiatement tous les réacteurs !

 

 

Sources : www.coordination-antinucleaire-sudest.org

 

15/04/2013

Voyages d’affaires…

valise argent sale ouverte.jpg

 

 

 

- Berthe, fais ta valise, on part en Suisse.

 

- Chercher des chocolats ?

 

- Non, porter notre pognon à la banque.

 

- Pfff… La Suisse, depuis qu’on y va mon bichon. Tu ne préfèrerais pas Singapour ? Ça fait plus classe vis-à-vis de nos amis.

 

- Ben ouais, mais on fera pas l’aller-retour dans la journée… Et après-demain, j’ai conseil municipal, réunion à la présidence de la communauté de communes, puis le soir présidence de l’office de HLM sans oublier une réunion de chantier avec les entreprises que j’ai choisi sans appel d’offre pour la construction du lycée.

 

- Tu travailles trop mon bichon. Hummm ! Viens que je te poutoune ! Bon, pour cette fois, la Suisse, ça ira. Qu’est-ce que je mets dans la valise ?

 

- Ben comme d’habitude, les liasses de billets de 500 euros.

 

- Quelle trouvaille ces billets ! A croire qu’ils ont été faits exprès pour nous !

 

- C’est un peu ça ma Berthinou jolie. L’Europe les a créés sur l’insistance intéressée de gens qui, comme nous, sont obligés de se trimbaler des valises de pognon. Tu te rappelles à l’époque des francs ? Pfff ! Quelle galère…

 

- Ah ! Notre premier million détourné en Suisse… Avec la 404 Coupé Pinin-Farina ! Toute une époque.

 

- Notre jeunesse ma Berthinette. Mon premier mandat, mes premières commissions.

 

- Bon. Allez. La prochaine fois on ira à Singapour.

 

- Promis ?

 

- Promis !

 

 

Septidi 27 Germinal 221

 

Illustration X – Droits réservés

 

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Pourquoi les requins du fisc et les autres ne s'en prennent-ils jamais aux banquiers ? Par confraternité…

12/04/2013

Gênante pour qui la transparence ?

deligne transparence.jpg

 

 

Non mais regardez-les s’offusquer les « zélites » ! S’offusquer que le peuple (pouah ! C’est sale la « populasse ») puisse envisager de savoir ce qu’il y a dans la poche de ceux qui les gouvernent (si mal). Ce qu’il y a dans leur poche lorsqu’ils arrivent aux commandes, et ce qu’il y a lorsqu’ils s’en vont. La différence…fera la différence entre ceux qui auront travaillé honnêtement pour le bien public et ceux qui se seront goinfrés en utilisant à leur profit et à celui de leurs « amis » les pouvoirs que le peuple leur a momentanément délégués.

 

Le critère de l’argent ne devrait pas être de mise dans une république digne de ce nom. Et pourtant… Combien d’ouvriers à l’assemblée nationale et au sénat ? Combien d’employés ? Combien de petits commerçants ? Combien d’infirmières ? Combien de petits patrons ? Combien de chômeurs ? La réponse est simple : aucun ! Parce que plus que la compétence, c’est la position sociale, l’entregent, les réseaux d’influence qui font les « zélus ».

 

Si les élus, à tous les niveaux, de conseiller municipal à président de la république, ne pouvaient prétendre qu’à un seul mandat et surtout, une seule mandature, cela mettrait fin à cette insupportable professionnalisation de la politique. Ceci mettrait fin à cette provocation envers la démocratie qu’est l’existence d’une « classe politique », à ces dynasties d’élus écumant une région de père en fils, avec le népotisme le plus éhonté en manière d’agir normale.

 

Citoyen-président François, pour une fois tu as tapé sur la table. Alors fais-toi respecter. Vire tous ceux qui refusent cette transparence que le peuple appelle de ses vœux. Ordonne à cette girouette de Ayrault d’être inflexible, vire Bartolone s’il recommence ses conneries. Merde, c’est toi le patron, non ? Alors montre-le !

 

 

Tridi 23 Germinal 221

 

 

Illustration: merci à Deligne

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Un député reproche à un de ses collègues d'un parti opposé : 
- Depuis trois ans que vous siégez parmi nous, je ne vous ai jamais vu ouvrir la bouche. 
- Pardon ! Je l'ai ouverte au moins une fois, lors de chacune de vos interventions. Pour bailler.

11/04/2013

Les fables de La Bedaine : Le trou du cul devenu roi !

cul sakoch petez.jpg

 

 

 

Or donc en ce temps là, hasard ou jeu divin

Le corps humain advint.

Il fallut décider qui, de tous les organes,

Serait le chef idoine.

Ainsi dit le cerveau, je contrôle les nerfs,

C’est donc moi qui dois être le chef décisionnaire.

Ainsi dirent les yeux, c’est nous qui apportons

L’essentiel des informations,

Nous devons être chefs car c’est par nous qu’on voit.

Ainsi leur dit la bouche, tout est nourri par moi,

Il est donc naturel que j’ai le gouvernail.

Eh ! Oh ! dirent les mains, qui donc fait le travail

Pour être votre chef, n’a-t-on pas le prestige ?

Car qui nourrit dirige.

Oui mais, dirent les pieds, qui donc vous tiens debout ?

Sans nous que seriez-vous sinon un tas de mou ?

Nous devons être chefs, telle est notre démarche

Car si nous nous bougeons, c’est bien grâce à la marche.

Enfin le trou du cul fit entendre sa voix

Réclamant lui aussi le pouvoir d’être roi.

Et tous de se gausser, de ricaner, de rire,

Que le cul les dirige ? Qui aurait-il de pire ?

Le trou du cul, vexé, alors se referma.

Aussitôt tout le corps glissa vers le coma.

Le cerveau fut fiévreux

Les yeux furent vitreux,

Les mains pendaient sans force

Les pieds devinrent torses

Les poumons et le cœur perdaient le goût de vivre

Le corps humain souffrait et luttait pour survivre.

Tous demandèrent alors au cerveau de céder

Et laissèrent au cul le droit de décider.

Celui-ci, en s’ouvrant, remis le corps en marche,

C’est donc lui qui devint le chef, le patriarche,

Le corps fonctionnait bien, sans à coups, simplement

Car il gérait fort bien tous les emmerdements.

 

Moralité :

 

L’on peut être, sans en être vaincu,

Dirigé par un trou du cul !

 

 VictorAyoli


Duodi 22 Germinal 221


Illustration: Merci à Sakoch

 

 

 

 

 

10/04/2013

Au bistro de la toile : la grande évasion.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Eh ! Victor, t’as vu jouer La grande évasion ?

 

- Ben, oui, mais c’est lointain. Un film étazunien de John Turgess je crois, mettant en scène la tentative d’évasion d’une palanquée d’officiers  polonais, amerloques et anglais.

 

- Bien. Je vois que t’as une culture… Mais actuellement, la grande évasion, c’est celle du pognon que les pleins de thunes et les entreprises volent à l’Etat, donc à nous, pour le planquer sous des cieux cléments. Et pas besoin d’aller loin : Suisse, Luxembourg, Royaume Uni, Monaco, etc… Parait que ça tourne entre 60 et 80 millions par an ! L’équivalent de ce déficit budgétaire qui nous fout en bas…

 

- T’as tout compris. Les problèmes financiers de la France proviennent essentiellement du hold-up des tricheurs  qui « évadent » les capitaux. L’évasion fiscale est une félonie, une trahison, un attentat contre le vivre ensemble.

 

- Mais comment peut-on laisser faire ça ? Que font ceux qui sont chargés de lutter contre ce hold-up ?

 

- Ceux qui sont chargés de lutter contre cette évasion fiscale, ce sont les haut-fonctionnaires de Bercy (du ministère des finances). La France ne s’est doté ni des moyens, ni de la volonté politique de lutter contre cette évasion. Elle est totalement impuissante. Sais-tu que les procureurs de la République ne peuvent pas ouvrir d’enquêtes pour fraude fiscale ? Sais-tu que seul le ministre du Budget peut le faire ? Et qui était jusqu’à ces derniers jours le ministre du Budget ? Un certain ci-devant Cahuzac, lui-même gros fraudeur !

 

- Ouais… C’est comme si tu mettais Depardieu ministre chargé de la lutte contre l’alcoolisme !

 

- En quelque sorte. Mais un ministre ripou ne pourrait pas magouiller s’il n’avait pas derrière lui une administration fiscale inféodé à l’idéologie ultra libérale. Des inspecteurs des finances au mieux laxistes, au pire complices. Complices passifs ou actifs des magouilles des fraudeurs, essentiellement des grosses entreprises multinationales, avec lesquelles ils font preuve d’une grande mansuétude, en pensant…à un pantouflage futur fort juteux ! Ceux-là, c’est cœur de pierre avec les petits, coeurs d’artichauts avec les riches…Toute lutte contre la fraude doit commencer par une karchérisation sans pitié de Bercy : virer les première, deuxième, troisième, voire quatrième rangs hiérarchiques de ces directions du ministère des finances et envoyer ces brillants « inspecteurs des finances » inspecter les finances à Plougastel, Hazebrouck, Sain-Flour, Carpentras ou Cahors…

 

- Enfin, ces paradis fiscaux, il me semble que Sarko avait dit que c’était fini !

 

- Ben voyons ! Il n’était pas à une sarkonnerie près celui-là. Les paradis fiscaux, pour qu’ils sortent de la liste noire, il fallait qu’ils passent un certain nombre d’accord d’échange d’informations avec d’autres pays. Et qu’est-ce qu’ils ont fait ? Ben, bien sûr, ils ont passé ce genre d’accords entre eux ! La liste des paradis fiscaux s’est ainsi vidée à la faveur de la conclusion essentiellement formelle de conventions bilatérales par les pays concernés. Et je t’embrouille…

 

- Et l’Europe elle fait quoi la dedans ?

 

- Sinon rien du moins pas grand-chose puisque certains pays membres sont eux-mêmes des paradis fiscaux ou des parasites fiscaux. Paradis fiscaux par leur système bancaire le Luxembourg, l'Autriche, Chypre, Malte, la City de Londres, les îles anglo-normandes ; parasites fiscaux par leur taux de fiscalité des entreprises l’Irlande, les Pays-Bas, etc. La politique européenne de maîtrise de l’évasion fiscale internationale reste à définir en approfondissant les progrès trop limités du « code de conduite », en réduisant les frottements fiscaux entre Etats (notamment par l’adoption de règles communes d’imposition des sociétés), et en harmonisant la lutte contre les opportunités d’évasion fiscale offertes par les pays non coopératifs ou par les excès de la dérégulation.

 

- Alors on fait quoi ?

 

- Si je le savais… Tè ! Sers-nous une tournée de rouge !

 

 

 

Primidi 21 Germinal 221

 

 

Merci à Chimulus

 

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Une infirmièrequi prend sa pause cigarette a l'entrée de l'hôpital voit deux médecins en blouse blanche en train de chercher quelque chose dans le parterre de fleurs. 

-
Excusez-moi, dit-elle, vous avez perdu quelque chose ? 

-
Non, répond un des docteurs. Mais tout a l'heure on fait une transplantation cardiaque a un inspecteur des impôts et on est a la recherche d'une pierre de taille adéquate.

09/04/2013

Elle a libéré le territoire…

thatcher 1.jpg

 

 

C’est triste une vieille dame qui meurt, diminuée par la maladie. C’est toujours émouvant.

 

C’est moins émouvant lorsqu’on se souvient que cette vieille dame, au sommet de sa carrière, a volontairement laissé crever dans les geôles anglaises le prisonnier politique irlandais Bobby Sands, à l’issue de 66 jours de grève de la faim et de la fin. Le chanteur de rock britannique Morissey a provoqué en son temps un beau tollé en rêvant de voir Margareth Thatcher grimper à l’échafaud :

"Les gens de bonne volonté

Ont un rêve merveilleux

Margaret sur la guillotine

Parce que des gens comme vous

Me fatiguent vraiment

Quand allez-vous mourir ?" 

 

Ben voilà. Ton rêve est exaucé Morissey… Hier soir, j’ai débouché une Guinness à la mémoire de Bobby Sands, à la mémoire des milliers de mineurs jetés à la rue, à la mémoire des troufions argentins et anglais tués pour quatre arpents de cailloux et l’orgueil nauséabond d’une dangereuse mégalo.

 

C’est moins émouvant lorsqu’on se souvient que cette dame comptait parmi ses bons amis un certain Pinochet, le dictateur-massacreur du Chili.

 

Cette femme, avec son complice étazunien Reagan, aurait du être traduite devant un tribunal international pour « crimes économiques ». C’est sous l’impulsion de ces deux créatures nuisibles que le monde a sombré dans l’ultra libéralisme, la dérégulation, le saccage des services publics, le triomphe de la finance la plus néfaste, l’enrichissement outrancier des tricheurs les plus cyniques, la misère galopante dans le monde entier. Tout ça pour le « bonheur » matériel de quelques uns – 1% - au détriment de tous les autres.

 

J’ai eu – par hasard – le bonheur…de lui écraser les arpions et de l’entendre crier « Aoh ! ». C’était au début des années 80. Elle était reçue à la mairie d’Avignon et, en tant que journaleux, j’étais invité au pince-fesse donné par les « zautorités ». A cette époque, elle saccageait les mineurs britanniques. Les mineurs d’Alès (il y en avait encore…) l’attendaient place de l’Horloge avec des sacs en papier remplis de poussier noir et très volatil qu’ils balançaient sur les CRS venus pour protéger l’Anglaise. Donc, beaucoup de monde dans la grande salle de réception de la mairie. Un verre de champ’ à la main, poussé par la foule, je recule et « AOH ! ». Je venais par inadvertance de poser mon talon et quelques 90 kilos de viande et d’os (j’étais mince à l’époque !) sur les arpions thatchériens ! Toujours galant, je lui ai répondu « Sorry ! » J’en garde un souvenir mouillé…

 

Eh ! Satan, ne la reçoit pas en enfer, elle te foutrait la merde !

 

 

Allez, chauffe Renaud !

ICI 

 

 

 

Décadi 20 Germinal 221

 

Illustration X – Droits réservés

 

 

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

C'est une dame très bête et très méchante qui arrive en enfer. A son arrivée, Satan l'accueille et lui dit: "Maintenant tu vas devoir choisir la chambre dans laquelle tu resteras pour l'éternité" et Satan lui montre trois portes.
La dame passe la première porte. Elle entre dans une vaste pièce dans laquelle les gens sont tous sans exception en équilibre sur leur tête, sur du carrelage. La femme se dit en voyant ça: "Aie ! aie ! aie !, ce sol me semble un peu dur pour ma tête. Je vais essayer une autre porte".

Alors, elle essaie la deuxième porte et se retrouve dans une autre vaste pièce, dans laquelle le sol est cette fois du parquet. Là encore, tout le monde est sur la tête, en équilibre. La dame se dit: "C'est pas encore terrible, si ça tombe, on doit attraper plein d'échardes à la tête, essayons la troisième porte"

Cette fois, la pièce est remplie de personnes assises sur des chaises, tout le monde est dans la merde jusqu'aux genoux, mais les gens sont en train de boire le thé et de manger des biscuits. Notre bonne femme se dit: "Hummm, passer l'éternité sur une chaise, même si on a les genoux dans la merde, c'est toujours mieux que de la passer sur la tête, surtout quand on a à boire et à manger" 

Alors elle va voir Satan qui l'attendait et lui fait part de sa décision de choisir la troisième porte. "Très bien" dit Satan "Tu passeras donc l'éternité dans la troisième pièce" et il l'accompagne jusqu'à la porte. Lorsque la porte s'ouvre, il entend une grosse voix à l'intérieur qui hurle: "Allez là dedans, la pause thé est terminée...Tout le monde sur la tête...."

 

08/04/2013

Ben, y en a des bonnes nouvelles ce matin !

reiser fou d amour.jpg

 

 

D’abord, les Alsaciens se sont montrés à la hauteur : ils ont envoyé à la poubelle la volonté sournoise et bien cachée des technocrates de Bruxelles, avec la complicité des satrapes UMP locaux, de faire le premier pas vers le démantèlement de l’état français au profit d’euro régions plus faciles à manipuler que les puissants états-nations. Après l’Alsace, ce démantèlement aurait touché la Catalogne, le Pays Basque, voire la Bretagne…

 

Et puis les mercenaires de l’équipe de rugby de Toulon on renvoyé dans leurs brumes insulaires les mercenaires de Leicester. En fait c’est l’Anglais Wilkinson qui a battu de deux coups de pieds son compatriote et même concitoyen Flood. Mais où sont les joueurs français, largement minoritaires ? Comment s’étonner, dès lors que les équipes phares du Top 14 ne sont que des équipes de mercenaires étrangers, que le sélectionneur français Saint-André ne puisse trouver suffisamment de joueurs hexagonaux de valeur internationale ?

 

Le Sidaction a rapporté plus de sous que l’an dernier. 25% parait-il. C’est bien. Ça prouve que les Français sont généreux, altruistes, ouverts d’esprit. Mais si l’on regarde de près, ces grands élans de solidarité nationale comme le Téléthon ou le Sidaction sont en fait une manière de pousser au cul l’Etat français. Pour une raison bien simple : l’Etat paie lui-même, sous forme de déduction d’impôts, les deux-tiers de ces sommes ! Les entreprises donatrices se font donc une belle image…sur le dos des contribuables ! Autrement dit, nous avons tous payé, même si nous n’avons rien donné.

 

Enfin, le prix des asperges commence à baisser. On les paie 8 euros, les grosses, françaises môssieur, pas espagnoles ! Et on s’en fait péter l’embouligue !

 

Bon. Les mauvaises nouvelles, vous les trouverez partout…

 

Allez François, on attend de ta part le grand nettoyage de printemps !

 

 

Nonidi 19 Germinal 221

 

 

Merci à Reiser

 

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

C’est deux spermatozoïdes qui sont engagés dans la fameuse course à l’ovule. Puis l’un dit à l’autre :

« Eh ! C’est pas la peine de courir : on est dans la merde ! »

 

05/04/2013

Alors ci-devant président, aux poubelles de l'histoire ou gagnant dans la sixième ?

hollande camenbert.jpg

 

 

Le dernier député élu, l’UMP Jean-François Mancel l’a été avec…15% des inscrits ! Avec quelques dizaines de voix d’avance sur sa suivante (FN !) et une abstention dépassant au second tour les 65% ! Et ce type-là représente la France ? Voilà où mène le bourbier nauséabond dans lequel crève la cinquième république, pourrie par les affaires, déshonorée par des personnels politiques ne pensant qu'à leur carrière, impuissante à lutter contre toutes les compromissions. Évasions fiscales organisées, hauts fonctionnaires au service des financiers, ministres tricheurs, ex présidents condamnés ou mis en examen, confiscation des institutions par des « professionnels » de la politique se partageant le gâteau, etc.



Le scandale Cahuzac met le projecteur sur une évidence : il faut karchériser les écuries d'Augias. En dissolvant cette république fossile pour repartir – à travers les travaux d'une assemblée constituante – sur une sixième république entièrement nouvelle.



A défaut de cette sixième république espérée, le pouvoir actuel doit frapper fort, sauf à sombrer dans le ridicule et à entraîner dans son naufrage la France qui sera immanquablement livrée aux fascistes copéo-mariniens.



Il peut, que dis-je, il DOIT entamer une lutte à mort contre cette évasion fiscale qui engraisse les plus nantis, les plus voyous avec la complicité passive ou active de hauts fonctionnaires de Bercy plus soucieux des intérêts de leurs « amis » bien placés (en en espérant un juteux pantouflage) que de ceux de la république.



Il peut, il DOIT imposer immédiatement le non cumul des mandats, source de tous les maux. La politique n'est pas un métier, c'est un honneur, une responsabilité, quasiment un sacerdoce. Il faut donc mettre à bas cette « professionnalisation » de la politique en imposant drastiquement un seul mandat et une seule mandature. Car autant que le cumul des mandats, c'est la succession des mandatures qui est responsable de ces dérives mortelles de la république. Chacun sait – les élus ne s'en cachent même pas – que l'essentiel des forces d'un élu est consacré...à être réélu. Il est trop bon le fromage !



Les élus redeviendraient honnêtes et efficaces s'ils avaient la certitude de ne pas avoir à être réélus, du moins dirctement à la suite de leur mandat. Ailleurs ou après, pourquoi pas, mais jamais deux mandats consécutifs. Il pourraient consacrer leurs forces à faire ce pour quoi ils auraient été choisis et mandatés par le peuple. Et cela permettrait un renouvellement des élites, un brassage d'idées, une émergence de la jeunesse.



Ci-devant président François, le changement, c'est vraiment maintenant qu'il faut le faire ! Sinon, tu finiras au mieux aux poubelles de l'histoire, au pire... N'y pensons pas...





Sextidi 16 Germinal 221



Illustration X – Droits réservés







Ecoute ! Ecoute !



Quelle est la différence entre un cambrioleur et un politicien ? 
- Le cambrioleur ne vole qu'une personne à la fois.





 

04/04/2013

Oh là là ! L’hallali !

chimulus on compte les cahuzac.jpg 

 

« On lèche, on lâche, on lynche » disait Jean-François Khan

Cahuzac aujourd’hui, hier Woerth et Strauss-Khan.

La roche Tarpéienne proche du Capitole…

Les canards de Panurge dézinguent leurs idoles…

 

Télés fêlées, radios bobos, canards laquais

Pataugent dans leur merde, attendant la béquée.

Leurs patrons marchands d’armes, de béton ou de thunes

Ne veulent surtout pas de remous à la Une.

 

Il existe pourtant quelques médias à part

Au premier rang desquels le site Médiapart

Où les lecteurs dénoncent, comme les journalistes,

 

Les erreurs, les excès, les scandales qu’on cache,

L’omerta des puissants, les magouilles des lâches.

Les médias lèche-cul font le jeu des fascistes.

 

 

JVJ

 

 

Quintidi 15 Germinal 221

 

Merci à Chimulus

 

 

 

 

Ecoute ! Ecoute !   

 

 

Comment appelle-t'on un politicien qui a perdu une élection ? 
- Un consultant

 

03/04/2013

Força Pinocchio !

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- …taing, Victor ! Pinocchio pas mort ! T’as vu cette histoire Cahuzac… Le mec chargé de lutter contre les fraudes fiscales, tant à la Commission des finances de l’Assemblée que, plus tard, au Gouvernement, fini par avouer qu’il est lui-même un fraudeur de haut vol…

 

- Et le pire, c’est que ce mec ajoute le mépris au détournement des deniers publics (tes sous, les miens, Loulle). En effet, sans vergogne et avec un bel aplomb, il a rejeté d’un revers de main, en pleine assemblée nationale, toutes les accusations. C’est tout simplement de la forfaiture !

 

- Accusations, soit dit en passant qui n’auraient jamais existé sans le courage, la compétence et la pugnacité des journaleux de Médiapart !

 

- Là, tu me fais boire du petit lait Loulle ! Enfin, quand je dis « petit lait », c’est une image osée. Et je suis fier d’être un abonné de la première heure de Médiapart, et un blogueur régulier (lien). Ceci prouve que la presse n’est pas obligée de toujours lécher le cul des puissants. Cela veut dire que l’information finit par sortir lorsqu’on la cherche et qu’on a les aliboffis bien pendu. Pourtant, Médiapart a été pourri dans les grandes largeurs tant par les canards laquais que par les dinosaures à la langue râpeuse qui sévissent dans les lucarnes à décerveler et dans les boites à bruits. Médiapart est l’honneur de la presse comme le Canard enchainé (encore que, sur ce coup, ils ont eu du retard à l’allumage), comme (à moindre titre tout de même)  Marianne, comme « Lou Ravi » à Marseille, et d’autres, mais de peu d’influence, hélas. C’est Médiapart qui a sorti l’affaire Cahuzac, mais aussi les affaires Bettencourt, Karachi, Woerth, Sarkozi, Tapie… Chapeau ! Non ?

 

- Comment des gens qui représentent le pays, qui devraient être exemplaire pour la démocratie, peuvent-ils enfumer ainsi tous les échelons du monde politique ? Du parti auquel ils appartiennent jusqu’aux plus hautes instances ?

 

- Par carriérisme Loulle. Par ambition. Pour la gloriole, pour le pognon mais surtout pour cette drogue dure : le pouvoir ! Pourquoi et comment peuvent-ils ainsi sévir et salir la démocratie ? Par le CUMUL DES MANDATS ET DES MANDATURES ! Lors d’un premier mandat, une femme ou un homme politique a des idées, une volonté de bien faire, un entourage volontaire et efficace. Après quoi, la drogue du pouvoir faisant son office ravageur, l’essentiel de son énergie est mobilisée pour se faire réélire et non pour assurer le bien-être public. Après… Le clientélisme est maitre : « - Qui t’a fait duc ? - Qui t’a fait roi ? »

 

- Allez. A la nôtre !

 

 

Quartidi 14 Germinal 221

 

Merci à Chimulus

 

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Allez, Cahu, ça te rassurera un peu…

 

Un jour, un bûcheron était occupé à couper une branche qui s'élevait au-dessus de la rivière. Soudain la hache tomba dans la rivière. L'homme pleurait si amèrement que Dieu lui apparût et lui demanda la raison de son désespoir. Le bûcheron lui expliqua alors que sa hache était tombée dans la rivière. A sa grande surprise il vit Dieu plonger dans la rivière et remonter une hache d'or à la main : 
- Est-ce là ta hache?, Lui demanda-t-il.
Le bûcheron lui répondit : 
- Non.
Aussitôt Dieu retourna dans l'eau et revint cette fois avec une hache en argent :
- Est-ce là ta hache?, Lui demanda-t-il à nouveau.
A nouveau le bûcheron lui dit: "Non".
A la troisième tentative, Dieu revint avec une hache en fer, et lui demanda à nouveau :
- Est-ce là ta hache?
-Oui!, Lui répondit cette fois le bûcheron.

 

Dieu, touché par l'honnêteté de l'homme, lui donna les trois haches. Le bûcheron rentra tout heureux à la maison. Quelques jours plus tard, le bûcheron longeait la rivière en compagnie de son épouse. Soudain celle-ci tomba à l'eau. Comme l'homme se mit à pleurer, Dieu lui apparût à nouveau et lui demanda la raison de son chagrin. 
- Ma femme est tombée dans la rivière, lui répondit l'homme en sanglotant.
Alors Dieu plongea dans la rivière et réapparut avec Jennifer Lopez dans les bras: 
- Est-ce là ta femme ?, lui demanda-t-il.
- Oui! hurla l'homme. Dieu, furieux, fustigea l'homme:
- Tu prends le risque de me mentir ? Je devrais te damner!
Le bûcheron l'implora: 
- S'il te plaît, Dieu, pardonne moi! Comment aurais-je dû répondre? Si j'avais dit, non à Jennifer Lopez, la fois prochaine tu serais remonté avec Catherine Zeta-Jones. Si, à nouveau, j'avais dit non, tu serais revenu avec mon épouse et j'aurais dit oui. A ce moment là, tu me les aurais données toutes les trois. Mais je suis pauvre et pas du tout en mesure de nourrir trois femmes. Ce n'est que pour cette raison là que j'ai dit « Oui » la première fois. 


La morale de cette histoire ? Finalement, les hommes ne mentent que pour des raisons parfaitement honnêtes et totalement compréhensibles !

 

02/04/2013

Et si on passait à la semaine de 30 heures ? Des économistes allemands y pensent…

travail jiho.jpg

 

 

Arrive ce jour à l’Assemblée nationale la discussion sur les accords de janvier sur l’organisation du travail. Il n’est pas un jour sans qu’on nous bassine avec le fameux «modèle allemand», ses ouvriers vertueux, ses patrons ouverts, ceci toujours en comparaison avec ces grosses feignasses de Français et leurs 35 heures, sources de tous les maux. Ben voyons ! Dans une lettre ouverte aux syndicats et aux partis politiques, des économistes allemands demandent une réduction du temps de travail à 30 heures par semaine. Il n’y aura «jamais plus de plein emploi sans réduction du temps de travail», défendent les auteurs de l’appel déjà signé par plus de cent économistes, chercheurs, responsables syndicaux et quelques personnalités politiques de gauche ou indépendantes (Die Linke, SPD et Pirates).

« Le chômage a atteint en Europe des ordres de grandeurs insupportables. Le chômage des jeunes, qui dépasse les 50 % dans certains pays, est particulièrement effrayant. En Allemagne le nombre d’emplois a certes augmenté ces dernières années, mais il s’agit en grande partie d’emplois précaires et à durée déterminée, qui ne suffisent pas pour vivre », assènent-ils, loin des poncifs répétés à l’envi par certains commentateurs français.

(…) « Aujourd’hui en Allemagne, si nous incluons les employés travaillant à temps partiel de manière contrainte, environ six millions de personnes sont au chômage ou sont sous-employées, poursuivent les économistes. Alors que beaucoup de personnes au chômage souffrent de dépression et de dévalorisation, les salariés doivent, eux, assumer un surcroît de travail.

(…) « Près d’un million de travailleurs pauvres font aujourd’hui des semaines de 50 heures et plus pour gagner un revenu suffisant pour vivre. De plus en plus d’actifs doivent recevoir, malgré un emploi, des allocations sociales en complément. Et ceux qui n’ont rien aujourd’hui sont aussi promis à la pauvreté quand ils arriveront à l’âge de la retraite. Les conditions dans les autres États européens sont comparables, voire pires. »

Face à ce terrible constat, économistes et syndicalistes estiment qu’« une réduction du temps de travail à 30 heures par semaine est nécessaire et urgente. Le temps de travail moyen en Allemagne est de toute façon aujourd’hui déjà en moyenne de 30 heures par semaine, mais le travail est réparti de manière inégale ( 26 % des actifs allemands, et 45 % des femmes, travaillent à temps partiel, contre 17 % en France, 30 % pour les femmes (source : Eurostat)

(…) «L’exigence d’une semaine à 30 heures prend en compte toutes les formes de réduction envisageables (allongement des congés payés, sortie plus précoce de la vie active, années sabbatiques). Cette revendication est à poser pour tous les États européens. Car le chômage de masse est partout présent et augmente de manière dramatique dans beaucoup de pays de l’Union. »

Pour les initiateurs de l’appel, la réduction du temps de travail ne concerne plus seulement les partenaires sociaux : « Il s’agit d’un projet de la société toute entière. » Ils insistent par ailleurs sur la nécessité d’une réduction «sans perte de salaire». « Nous connaissons les nombreux cas où les travailleurs ont fait des expériences négatives, parce que les réductions du temps de travail réalisées jusqu’ici se sont faites sans embauche de chômeurs et souvent avec une hausse de la pression au travail ». Pour eux, seule une réduction collective du temps de travail à 30 heures, à un niveau macroéconomique, est « une clé décisive, si ce n’est la plus importante, pour la perspective d’un plein emploi. »

Voilà qui donne enfin une autre vision des choses.

Source : Basta  

 

Tridi 13 Germinal 221

 

Illustration: merci à Jiho – Droits réservés

 


Ecoute ! Ecoute !

 

Deux ouvriers prennent leur courte pose de midi. Le premier dit à son camarade :

-         Tu connais Victor Hugo ?

-         Non.

-         T’as tort. Tu devrais suivre des cours du soir…

 

Le lendemain, ça recommence :

-         Tu connais Albert Eisntein ?

-         Non.

-         T’as tort. Tu devrais suivre des cours du soir…

 

Le surlendemain, le premier continue :

     -    Tu connais Karl Marx ?

-         Non.

-         T’as tort. Tu devrais suivre des cours du soir…

 

L’autre en à marre et dit :

-         Et toi, tu connais George Duval ?

-         Non

-         T’as tort, tu devrais : c’est lui qui couche avec ta femme pendant que tu vas à tes cours du soir !

 

01/04/2013

PREVERT !

Prévert merde.jpg

 

PATER NOSTER



Notre Père qui êtes au cieux
Restez-y
Et nous nous resterons sur la terre
Qui est quelquefois si jolie
Avec ses mystères de New York
Et puis ses mystères de Paris
Qui valent bien celui de la Trinité
Avec son petit canal de l'Ourcq
Sa grande muraille de Chine
Sa rivière de Morlaix
Ses bêtises de Cambrai
Avec son océan Pacifique
Et ses deux bassins aux Tuileries
Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets
Avec toutes les merveilles du monde
Qui sont là
Simplement sur la terre
Offertes à tout le monde
Eparpillées
Emerveillées elles-mêmes d'être de telles merveilles
Et qui n'osent se l'avouer
Comme une jolie fille nue qui n'ose se montrer
Avec les épouvantables malheurs du monde
Qui sont légion
Avec leurs légionnaires
Avec leurs tortionnaires
Avec les maîtres de ce monde
Les maîtres avec leurs prêtres

Leurs traîtres et leurs reîtres
Avec les saisons
Avec les années
Avec les jolies filles et avec les vieux cons
Avec la paille de la misère pourrissant dans l'acier des canons.

Jacques Prévert

 

 

Duodi 12 Germinal 221

 

Photo X – Droits réservés

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Nathalie, une petite fille de 7 ans, est dans son jardin en train de reboucher un trou assez grand.

Le voisin la voit faire par-dessus la clôture et lui dit :

-         Que fais-tu donc Nathalie ?

-         J’enterre mon poisson rouge qui est mort.

-         Mais c’est un bien trop gros trou pour un si petit poisson, tu ne crois pas ?

-         C’est parce que mon poisson, il est à l’intérieur de ton putain de chat de merde…

 

29/03/2013

Accidents en série à Tricastin. Pour quand Fukushima-sur-Rhône ?

tricastin morts.jpg

 

 

Je ne vais pas vous parler des Françoiseries, quelles soient de Rome ou de Paris, d’autres le font jusqu’à plus soif. Mais je vais vous parler d’une grande inquiétude qui commence à s’installer dans la vallée du Rhône, chez moi. Une inquiétude liée à des menaces nucléaires qui touchent directement 400.000 personnes et indirectement toute la partie rhodanienne de la Provence, la région marseillaise comprise, soit plusieurs millions de personnes.

 

L’objet de cette menace ? La centrale nucléaire du Tricastin qui donne des signes inquiétants et récurrents d’obsolescence pouvant aller jusqu’à l’accident majeur, type Fukushima. Le vendredi 22 mars 2013 au matin, du Vaucluse, de l’Ardèche, de la Drôme, du Gard, dans un périmètre de 15 km, les lève-tôt ont entendu une explosion et vu un énorme arc électrique qui a illuminé le site nucléaire du Tricastin pendant dix longues minutes ! Inquiétant... Paniquant... Il s’agissait d’une rupture de ligne, d’un court-circuit sur la ligne haute tension de 225.000 volts en sortie du réacteur nucléaire n°3 de la centrale du Tricastin. Le mois dernier c’était le réacteur n°1 de EDF qui subissait lui aussi une rupture de ligne avec explosion et menaçait la région. Depuis que les 4 réacteurs du Tricastin ont été recouplés au réseau électrique après avoir tournés des années durant et quasiment exclusivement pour l'usine d'enrichissement de l'uranium Eurodif c'est le deuxième accident en l'espace d'un mois. Ce n’est pas tout. En juillet 2011, c’était déjà le transformateur de l’unité du réacteur n°1 qui prenait feu. A chaque fois pour EDF ou Areva : « Aucune conséquence radiologique sur l'environnement et la population». Ben voyons ! Jusqu’à ce que…

 

Fuites, fissures dans l’enceinte de béton, vannes et systèmes défaillants, maîtrise aléatoire du pilotage des réacteurs sont à présent le lot quotidien de cette centrale nucléaire intégrée au plus grand complexe nucléaro-chimique du pays et qui menace toute la vallée du Rhône.


Avec 33 années de fonctionnement pour le réacteur n°1 et 32 années pour les trois autres réacteurs, la centrale de Tricastin fait partie des plus vieilles de France et a dépassé les 30 années de fonctionnement initialement envisagées pour les réacteurs nucléaires. Elle utilise du combustible Mox, dangereux assemblage d’oxyde de plutonium et d’uranium appauvri. Ce combustible aggrave les conséquences potentielles d’un accident majeur par la présence accrue de plutonium, plus radiotoxique que les autres matières rejetées en cas d’accident.

 

Inondations. Qu’est-ce qui a causé la catastrophe de Fukushima ? Non pas le tremblement de terre mais l’inondation des installations. Or les risques d’inondations sont très réels à Tricastin car la plateforme de la centrale se situe à un niveau inférieur à celui de sa source froide ! Comme à Bugey et à Fessenheim d’ailleurs… Bonjour la compétence des concepteurs… La centrale est implantée en contrebas de la digue rive droite du canal de Donzère-Mondragon. Elle est donc vulnérable au risque d’inondation en cas d’une défaillance des digues pouvant être provoquée par un séisme ou une crue exceptionnelle du Rhône.

 

Mais ce n’est pas tout. La centrale est aussi exposée à une inondation par remontée de la nappe phréatique. Des pompes fonctionnent en continu pour maintenir le niveau de la nappe en dessous de celui de la plateforme. Enfin, à l’inverse, la centrale de Tricastin est soumise à un risque de perte de sa source froide en cas :

• de rupture de la digue gauche du canal qui pourrait faire baisser le niveau de l’eau en dessous du niveau des pompes de la centrale;

• de rupture du barrage hydraulique de Bollène situé quelques centaines de mètres en aval sur le canal de Donzère-Mondragon. Avec une chute de 23 mètres entre l’amont et l’aval, c’est l’écluse la plus haute d’Europe. En cas de rupture du barrage ou des portes de l’écluse, le niveau d’eau dans le canal s’abaisserait brutalement, faisant perdre à la centrale de Tricastin sa capacité à refroidir ses réacteurs. Rappelons qu’en 1998, une des deux portes de l’écluse a cédé.

 

Risques sismiques. Le séisme de référence utilisé pour le dimensionnement de la centrale de Tricastin est celui de Châteauneuf-du-Rhone de 1873 qui était de magnitude 4,7 sur l’échelle de Richter. La centrale a été conçue pour résister à un séisme de 5,2 avec une marge de 0,5 par rapport au séisme de référence, ce qui est largement sous-estimé. La centrale a été construite avec les technologies disponibles à l’époque de sa construction, qui n’étaient pas anti sismiques.

 

Risques industriels. La centrale nucléaire de Tricastin présente une sensibilité particulière du fait de son implantation au sein d’un complexe nucléaire et chimique plus important. Ainsi, dans un rayon de 10 km autour du site, on retrouve quatre installations classée Seveso seuil haut dont une installation chimique liée au nucléaire (Cogema, Comurhex, Soderec et Butagaz) et 2 Seveso seuil bas (Eurodif et Sogif). Les usines AREVA de transformation, de conversion et d’enrichissement de l’uranium sont toutes situées à moins d’1 km de la centrale. Les deux sources majeures de risque sur la plateforme sont la présence de quantités importantes d’hexafluorure d’uranium pouvant conduire à la formation d’un nuage toxique au dessus du site, et la présence de fluorure d’hydrogène et d’acide fluorhydrique. Le danger potentiel est important puisque plusieurs installations sur le site manipulent ces produits.

 

Risques liés à la chute d’avion. Le site de Tricastin se situe à proximité de quatre aéroports transportant au total plus de 7,5millions de passagers par an et 53.000tonnes de marchandises : Marseille-Marignane, Avignon, Nîmes, Valence. Sans oublier la base militaire aéronautique d’Orange. Les enceintes de confinement des réacteurs sont-ils à l’épreuve de la chute –accidentelle ou volontaire – d’un avion de ligne ou d’un chasseur ? Certainement pas. En tout cas les piscines de la centrale sont très vulnérables en cas d’agression aérienne volontaire du fait de leur positionnement en hauteur, de la configuration des lieux et de l’absence de confinement.

 

Imaginons un accident majeur à Tricastin, un jour de mistral (soit 200 jours par an). Le nuage radioactif saccage toute la vallée du Rhône, jusqu’à Marseille et la Camargue. Qu’est-ce qu’on fait ? On évacue Avignon, Salon, Marseille ? On laisse les habitants crever, comme au Japon ? Et que devient l’économie du pays basée sur le vignoble et le tourisme ? Je vois d’ici les affiches publicitaires :

 

« Visitez la Provence, ses ruines nucléaires, ses eaux radioactives, ses cancers foudroyants, ses enfants mutants à deux têtes, six bras, ses fraiches jeunes filles aux quatre nichons.

Allez-y ! Vous n’en reviendrez pas ! »



Sources : lien 

 

 

 Nonidi 9 Germinal 221

 

Photo X – Droits réservés

 

 

 

 

28/03/2013

En avant première : le discours du président ! (enfin, presque…)

françois hollande volontaire.jpg

 

 

Françoises, François,

 

Je ne vous promets pas des larmes et du sang

Mais pas non plus des jours toujours beaux et dansants

Si vous m’avez élu, c’est, avant toute chose,

Parce que de Sarkozy vous aviez l’overdose,

Mais c’est moi qui hérite du terrible bilan

D’un pays ravagé par les sombres ruffians

Qui cinq années durant ont saccagé la France,

L’ont pillé, l’on volé pour se gaver la panse.

Leur héritage ? C’est des millions de chômeurs,

Des usines parties se faire voir ailleurs,

Des riches qui se goinfrent et des pauvres qui crèvent,

Des banquiers qui s’empiffrent, des travailleurs en grève,

Et partout l’ostracisme et l’insécurité

Tristes enfants bâtards de l’inégalité.

Alors qu’attendez-vous ? Que me faut-il vous dire ?

Que l’on rase gratis ? Que tout va refleurir 

Quand reviens le printemps ? C’est faux, vous le savez.

On va tous en chier, on va tous en baver.

Mais on s’en sortira si on combat ensemble

Debout dans la tourmente, et sans que la main tremble !

Terrasser le chômage n’est pas une utopie

Si nous faisons enfin renaître l’industrie

Que des patrons-voyous ont délocalisée

Pour que leurs actionnaires soient de fric arrosés.

Pour cela nous allons rétablir des frontières

Contre tous les produits que des pays gangsters

Font faire à des esclaves traités comme des chiens

Puis nous vendent en dessous de leur prix de revient.

Relancer la recherche, revoir l’éducation,

Redonner à chacun l’espoir en son action,

Ressouder le pays et croire en sa nation.

Redonner au Français plus de pouvoir de vivre

En débarquant enfin de ce gros bateau ivre

Qu’est un pays dans le service de la dette,

Première dépense que le pays budgète,

Gaspille, chaque année, à des fonds étrangers

Quarante gros milliards qu’il faut bien allonger.

Pour cela, citoyens, mobilisons l’épargne

Et rachetons la dette, avec constance et hargne,

Pour que tous ces milliards ne partent pas ailleurs

Mais servent à relancer, et l’emploi, et le beurre.

Mais pour ça, citoyens, que pouvons-nous tout seuls

Sinon, c’est évident, aller au casse-gueule ?

C’est avec plus d’Europe que nous réussirons,

Non pas de cette Europe de corrompus poltrons

Au service des banques, des multinationales

Et de toutes leurs merdes ultra libérales,

Mais d’une Europe unie au service des Hommes,

Solidaire, puissante, respectée, autonome,

Capable s’il le faut de taper sur la table,

Et pas cette limace impuissante et minable

Qui se couche en bavant devant tous les diktats

Des Ricains, des Chinois, des nations scélérates

Qui pillent son pognon, ses actifs, son savoir.

Pour cela, citoyens, je ferais mon devoir :

Faire face à Merkel, rembarrer Cameron,

Foutre la zizanie dans cette Commission

De boutiquiers marrons se laissant enfiler

Par les lobbies voraces émanant du privé.

Mes chers concitoyens, vous voulez un patron ?

Je serais celui-là, couillu et pas poltron !

Françoises, François, avec moi, sus à la canaille !

Et crions :

BANZAÏE !

 

 

Octidi 8 Germinal 221

 

27/03/2013

Référendum en Alsace : Achtung ! Menace grave pour la République !

alsace carte.jpg

 

 

Eh ! Savez-vous que le 7 avril, il va y avoir un référendum en France ? Vous ne le saviez pas ? Ben, alors c’est que vous habitez en France peut-être, mais ailleurs qu’en Alsace. Parce que ce référendum aura lieu uniquement dans cette région française. La question à laquelle devront répondre les seuls Alsaciens, en totale contradiction avec l’unicité de la République, est celle-ci : «Approuvez-vous le projet de création d’une Collectivité Territoriale d’Alsace, par fusion du Conseil régional d’Alsace, du Conseil général du Bas-Rhin et du Conseil général du Haut-Rhin ? »


Cette question somme toute anodine semble aller dans le sens d’une simplification administrative. Ouais… Tè ! Fume… Dans les explications du référendum, on trouve une volonté de rapprochement avec les régions frontalière allemandes et suisse. Cette future éventuelle nouvelle entité entre directement dans le cadre de la politique de Bruxelles de mise en avant et de développement de l’Europe des Régions.

 

Europe des régions ? Késako ? Bruxelles préconise depuis longtemps des coopérations transfrontalières entre régions d’Etats voisins (Catalogne espagnole et française, Savoie italienne et française, Pays basques espagnols et français, etc. Ceci impliquant des transferts de compétence de l’Etat vers ces nouvelles entités et la mobilisation de fonds européens directement par ces entités. Il s’agit d’une manière sournoise, camouflée, de démanteler les Etats. Ce n’est pas une idée nouvelle. Il existe même une revue glacée, payée par l’Union européenne, vantant les mérites de ces « Euro-régions ». Le but inavoué est de démanteler encore plus les Etats-nation au profit d’entités régionales plus petites et donc plus faciles à contrôler ! Ainsi l’Alsace nouvelle mouture qui sortira de ce référendum sera fondue à terme avec son puissant voisin allemand du Pays de Bade (Bade-Wurtemberg). Et c’est pour en arriver là qu’on a fait deux guerres qui ont massacré des millions de Français. Eh ! Les Alsaciens, vous le savez ce que vous voulez ? Ça ne vous suffit pas d’avoir un système dérogatoire révoltant en matière de religion ?

 

En fait, cette aberration est un laboratoire pour les eurocrates. Sous couvert d’une prétendue simplification et de pseudo-économies, il s’agit en réalité de fusionner à termes des régions de pays différents pour les mettre sous contrôle de Bruxelles et ainsi de fractionner les Etats Nations. On commence avec cette région qui a une culture, un passé, une langue proches de ses voisins. En continuera ailleurs si ça marche ! Pour le profit de qui ? Ben, des multinationales bien sûr, qui pourront plus facilement manœuvrer des entités régionales que des Etats-nation puissant.


Qui veut ça ? Qui organise ça ? Cette Europe qui a trahit ses fondateurs. Cette Europe de technocrates élus par personnes. Cette Europe dirigée par des « commissaires » dont la majorité a fait ses études…aux USA ! Cette Europe qui a renié ses buts premiers - paix et solidarité – pour les remplacer par la mise en concurrence « libre et non faussée » de tous contre tous. Cette Europe, grosse larve qui s’étale (en juillet, voilà la Bosnie qui arrive ! Vous avez aimé la Roumanie et la Bulgarie ? Vous allez adorer la Bosnie et bientôt…la Turquie !) sans colonne vertébrale, sans dessein autre que de devenir le larbin des USA à travers les accords de libre échange qui s’annoncent. Cette Europe inféodée par la félonie de ses « dirigeants » aux seuls intérêts anglo-saxons.

 

Bon. Arrêtons… Eh ! Les Alsacos, réfléchissez avant de voter oui à cette proposition qui fera de vous à terme…des Allemands. C'est ce que vous voulez? Vous avez suffisamment prouvé dans votre histoire tumultueuse votre attachement à la mère-patrie (française ) pour ne pas vous laisser rouler dans la farine par quelques politiciens aussi sournois que véreux.

 

Si vous aimez la France, vous voterez « NON » ! Si vous votez « oui », le reste de la France n’oubliera pas.

 

Septidi 7 Germinal 221

 

Illustration X – Droits réservés

 

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Allez, un peu d’humour noir !

 

Ils viennent d'embaucher un nouvel apprenti aux Pompes Funèbres.
Celui-ci est en train de préparer un cadavre lorsqu'il appelle un employé plus ancien que lui dans le boulot:
- Eh ! Regarde ma morte: elle a une crevette à la place du sexe !
Le préparateur plus ancien dans le métier vient voir ce que veut lui montrer le jeunot et dit:
- C'est pas une crevette, espèce de débile c'est son clitoris!

Alors le plus jeune reprend :
- Son clitoris? Vraiment? Pourtant je t'assure que ça a le goût de la crevette !

 

26/03/2013

Mélenchon : connaissez-vous « L’ECOSOCIALISME » ?

Mélenchon sérieux.jpg

 

 

Ce matin, j’ai pris le temps d’écouter, avec autant d’intérêt que de gourmandise, Jean-Luc Mélenchon, en entrevue avec le journaliste de France-Inter. Comme d’hab, Cohen s’est empressé de brancher Mélenchon sur ses « outrances verbales », sur le « salopards », sur ses attaques virulentes de la pensée financière de Mosco. Et on a perdu beaucoup des précieuses minutes accordées à JLM en cacophonie inintelligible. Puis sont arrivés Bernard Marris et Bernard Guetta. Tous deux forts éloignés de la doxa ultra libérale. Ils ont cherché des crosses à JLM sur sa position au sujet de Chypre : refuser la ponction sur les dépôts les banques chypriote, c’est vouloir faire payer aux contribuables européens pour conforter le pognon sale des oligarques russes. Là, je trouve que Mélenchon s’égare un peu. Les banques chypriotes acceptent, planquent puis recyclent des monceaux de pognon pourri pour un montant égal à 80 fois je crois le PIB de l’île ! Pour une fois que les technocrates de Bruxelles prennent une décision courageuse et lucide, il convient de ne pas leur cracher dessus par pure idéologie ! Mais je rejoins JLM lorsqu’il propose de donner un coup de balai sur d’autres paradis fiscaux comme le Luxembourg (encours bancaires égaux à 220 fois le PIB) et surtout la City de Londres.

 

Mais, dans la cacophonie ambiante, on n’a pas avancé, on n’a pas entendu ce que propose le Front de gauche et notamment – ce que JLM a vainement tenté d’aborder – le « Manifeste éco socialiste ». Effectivement, les médias à la solde des marchands d’armes ou de béton pas plus que les canards laquais ne nous ont donné connaissance de ces propositions. Pour pallier cette carence, les médias alternatifs, modestes mais nombreux, que nous sommes se doivent de faire connaitre ces propositions :

 

« L’écosocialisme n’est pas une utopie à laquelle le réel devrait se conformer. C’est la réponse humaine raisonnée à la double impasse dans laquelle est enfermée dorénavant l’humanité en raison des modes de production et de consommation de notre temps qui épuisent l’être humain et l'environnement. Elle appelle une pensée et une action politique radicale, au sens où elle doit aller à la racine des causes. Nous combattons donc les deux moteurs du système actuel : le capitalisme et le productivisme. Le capitalisme impose la marchandisation pour faire de toute chose une nouvelle source de dividendes. Il est ainsi responsable du creusement des inégalités sociales et de la mondialisation à l’œuvre, libérale et liberticide, où règne le dumping social et environnemental avec la délocalisation des pollutions et des altérations de l'écosystème. Le productivisme épuise les ressources naturelles et perturbe le climat. L'idéologie consumériste est son corollaire. Elle élève l'accumulation matérielle au rang de loi, à grands coups de publicité pour générer des besoins jamais rassasiés. Nous désignons les vrais coupables de ce système : l'oligarchie financière mondialisée, les gouvernements soumis aux lobbies des multinationales sans contrôle démocratique, les idéologues de la concurrence

« libre et non faussée », du capitalisme vert et du libre échange. Face à eux, l'écosocialisme est une alternative pour sortir de la crise et imposer l'intérêt général humain : partager les richesses sans attendre, fonder une nouvelle économie des besoins et de la sobriété, préserver le climat, l'écosystème et sa biodiversité. »

 

Après cette définition de l’Ecosocialisme, prenez donc connaissance de ces fort intéressantes propositions mélenchoniennes

ICI

 

 

Sextidi 6 Germinal 221

 

Illustration X – Droits réservés

************************************

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Quel est le comble pour un banquier chypriote ?

C’est de prêter à rire alors qu’il trouve sa vie sans intérêt… 

 

25/03/2013

Au bistro de la Toile : c’est le bordel !

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Eh ben, c’est le  bordel Victor ! Tè ! Je te fais une brève revue de presse. Des centaines, de milliers de gogos culs-bénis dans la rue, qui découvrent la délicate odeur des bombes lacrymogènes et la saveur des coups de trique des bourres sur la tronche ou sur les côtelettes, les Chypriotes qui, à leur corps défendant, vont être obligés de balayer (un peu !) les mafias financières, la Merluche qui se farcit le Mosco, et les fouteux français qui semblent avoir appris à jouer…

 

- Les culs-bénis dans la rue ? Bof. Laissons-les cracher leur bile et découvrir les coups de matraques des flics. D’ordinaires, ce sont les ouvriers, les chômeurs et les étudiants qui en profitent ! Mais tout de même Loulle, on peut se poser des questions sur ce qu’il y a dans la tronche de cette droite rétrograde, celle de Copé, de Boutin et autres : ils manifestent bruyamment contre l’extension à tous d’un droit ! Pour refuser un droit commun à une partie de la population ! C’est moche et dégueulasse. Et les ténors de la droite s’engouffrent dans la brèche. C’est de bonne guerre. Mais François n’avait-il vraiment pas de réformes plus importantes que celle-là qui, pour intéressante qu’elle soit, ne touche que quelques dizaines de milliers de personne ? Ce que veulent les Français, c’est la lutte contre le chômage ; c’est une remise à plat complète de la fiscalité française réellement progressive et non un chiffon rouge à 75% retoquée ; c’est la séparation effective des activités des banques et non une réformette bidon dictée par les banksters ; c’est la volonté politique de se faire entendre et respecter en Europe, au besoin en renversant la table. De tout ça – ce pourquoi nous avons voté pour François – que dalle. Alors il ne faut pas s’étonner du désenchantement du peuple de gauche.

 

- Et oui… Mais sinon on aurait eu Sarko…

 

- Quant à Chypre Loulle, on paie la connerie d’avoir ouvert l’Europe (sous la pression de Zétazuniens à travers leur pittbull britannique) à des tas de pays qui n’étaient pas prêts et qui ont tirés à outrance, sans vergogne, dans les caisses de ceux qui paient en Europe, essentiellement les Allemands et nous. C’est Chypre, mais aussi l’Irlande, sans oublier les anciens pays de l’est. Les ultras libéraux qui tiennent les institutions européennes ont mis la concurrence sauvage là où il devrait y avoir solidarité. Et pour une fois, ces institutions ont mis les pendules à la bonne heure : ce sont les mafiosi russes et les barbeaux de la City de Londres qui vont casquer ! Très juste retour des choses. Mais il faudra rapidement faire preuve d’une telle détermination avec d’autres paradis pour banksters : Luxembourg , Pays-Bas, Angleterre entre autres.

Quant à Mélenchon, sa sortie contre Moscovici a été, volontairement ou non, déformée en agitant à tort le chiffon rouge, l’arme suprême de l’antisémitisme. Il n’empêche qu’il a bien raison de penser et de dire que Mosco pense plus avec les schémas intellectuels de la finance qu’avec ceux de la défense de son pays. S’il se cassait du gouvernement, ce n’est pas moi qui le regretterais.

 

- Reste les footballeurs qui gagnent !

 

- Tant mieux. Dédé fait place aux jeunes et les résultats arrivent. Mais on verra demain soir contre les Espanches. Et là, c’est autre chose…

 

- A la nôtre !

 

 

Quintidi 5 Germinal 221

 

Merci à Chimulus

 

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

 

Un homme arrive chez Cartier, Place Vendôme à Paris, en compagnie d'une jeune femme splendide, et ensemble, ils choisissent un bijou de 50 000 euros pour elle. 
Au moment de payer, l'homme sort son carnet de chèques et, sans sourciller, le rédige. 
Le vendeur, lui, est un peu ennuyé car c'est la première fois qu'il voit ce couple à la bijouterie. 
L'homme s'aperçoit du malaise du vendeur et, avec beaucoup d'aplomb, lui dit: 
- J'ai le sentiment, très cher, que vous pensez que ce chèque est peut-être sans provision, n'est-ce pas ?... 
- Heu... Et bien... 
- Bien !voici ce que nous allons faire : vu qu'aujourd'hui c'est samedi et que ma banque est fermée, je vous propose que vous gardiez ce chèque ainsi que le bijou. Dès lundi, procédez à son encaissement et lorsque le paiement sera honoré, faites livrer le bijou chez Mademoiselle. D'accord ?... 
Le vendeur, rassuré, donne son aval à cette solution sans l'ombre d'une hésitation, assurant même, que la bijouterie prendrait à sa charge la livraison du bijou et qu'il s'assurerait en personne du bon déroulement de l'opération. 
Le lundi matin, à la présentation du chèque à la banque, celui-ci est bien évidemment en bois !!! 
En colère, le vendeur appelle le client qui lui répond : 
- Mais ce n'est pas grave ! Cela ne vous a rien coûté et moi j'ai baisé tout le week-end !!!... Merci beaucoup pour votre collaboration et sans rancune !