Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/06/2012

Electoro-magouilles…

magouilles électorales.jpg

 

 

Tè ! Ça se passe chez moi. Le rouge de la vergogne m’enlumine la trogne mais c’est comme ça chez nous, dans le Gard, dans le Vaucluse et dans les Bouches-du-Rhône, terres en voies de conquête pour le F-Haine et ses alliés-supplétifs de l’Hu-aime-pets.

 

Dans la circonscription rhodanienne, le député sortant est un UMP, le ci-devant Roubaud. Au premier tour, il est dépassé par le candidat PS, le ci-devant Prat et talonné par le candidat du F-Haine. Ce dernier pouvant se maintenir, pour le première fois dans cette circonscription de bourges, la gauche peut rafler la mise. Oui mais…

 

Dans la circonscription de la petite Camargue, le candidat F-Haine, le ci-devant Collard Gilbert arrive en tête devant le candidat PS et le député sortant, l’UMP Mourrut, cacique local blanchit sous le harnois. Si ce dernier se retire de la triangulaire, il ouvre un boulevard pour l’avocat lepéniste. Oui mais…

 

Tractations souterraines, rencontres secrètes – les digues ayant ici depuis bien longtemps sautées semble-t-il, ici entre UMP et F-Haine – on s’oriente vers un échange de bon procédés : l’UMP Mourrut se retirerait de la compétition dans sa circonscription, donnant ainsi un député au F-Haine ; en compensation, le candidat F-Haine se retirerait dans la circonscription rhodanienne, donnant ainsi la victoire au député UMP sortant. Donnant donnant, chacun y retrouverait son compte. Oui mais…

 

Oui mais, finalement, ça ne s’est pas fait ! Pourquoi ? Peut-on espérer qu’au niveau national, « on » ait mis le holà à ces magouilles ? Ça redorerait un peu le blason moral du parti de la droite républicaine… Mais je n’ai pas personnellement cette naïveté…


Septidi 27 Prairial 220


Photo X - Droits réservés

13/06/2012

Au bistro de la toile : territoires occupés eu Laurier-Rose.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Oh ! Victor. On te voyait plus !

 

- Hier, je suis allé à la mer. J’ai donc traversé des territoires en voie d’occupation…

 

-????!!!!

 

- Ouais. Pour aller au Grau-du-roi depuis Avignon, tu dois traverser tous ces territoires de culture de légumes sous serres, de culture de melons, de tomates, d’aubergines, de vergers d’abricots, de pêches, de brugnons, etc. Ces territoires étaient autrefois des terres pauvres, des parcours à moutons brulés de soleil et desséchés par le mistral. Ce sont maintenant des pays de cocagne, depuis la construction, il y a plus d’un demi-siècle, du canal d’irrigation Philippe Lamour qui amène l’eau du Rhône au sein de ces terres.

 

- Bon. C’est bien. Mais où est « l’occupation » dans tout ça ?

 

- C’est terres ont été mises en valeur il y a cinquante ans, en grande partie par les riches pieds noirs rapatriés d’Algérie. Ceux-ci avaient de l’argent, des aides, un indéniable dynamisme entrepreneurial et un goût du risque. Ils ont transformé le pays. Mais pour cela, beaucoup ont ramené une mentalité de colons et…des employés maghrébins. Ceux-ci, payés à coup de lance-pierre, vivaient dans des conditions souvent honteuses et travaillaient généralement en marge des lois sociales et du travail. Ils ont fait venir leurs familles et ont fait souche. Les exploitants agricoles, entre temps, ont du respecter les lois sociales, augmentant d’autant les prix de revient de leur produits. Puis les Espagnols sont venus concurrencer les producteurs du midi en utilisant les mêmes méthodes d’exploitations de la main d’œuvre immigrés. En Andalousie, autour d’Almeria, des centaines de milliers de quasi esclaves marocains assurent dans des conditions épouvantables la production de fruits et légumes à bas prix, bourrés de pesticides, qui inondent l’Europe.

 

- Bon. Je réitère ma question : où est « l’occupation » ?

 

- Les jeunes générations de français, enfants des premiers maghrébins appelés par les exploitants agricoles, sont mal intégrés, sous les coups de boutoir de la concurrence espagnole le travail manque et le miracle économique des années 60 – 80 est loin derrière. Incivilités, arrogance, larcins et cambriolages à répétition, incompréhension, replis identitaires et religieux sur fond de marasme économique ont fait le lit des idées du Front national. Voilà pourquoi dans cette région, le candidat du FN, le très médiatique ci-devant Collard Gilbert, avocat, a des chances d’être élu dimanche…

 

- Mouais… Je comprends un peu mieux. Eh ! Qu’est-ce que tu en penses de la « twisteuse de l’Elysée » ?

 

- Je pense que cette personne n’a été élue par personne, que je ne vois pas ce qui justifie qu’elle aie un bureau et sept collaborrateurs à l’Elysée, payés par nos impôts, et qu’elle ferait bien de fermer sa gueule. Les jongleurs de l’ironie sarcastique se sentent un peu orphelins de Sarko, mais aussi des Lefèvre, Morano, Mariani et consorts, des gens qui fournissaient des tombereaux de conneries savoureuses chaque jour. Je crois que voilà venir, avec madame Laurier-Rose une relève prometteuse !

 

- Laurier-rose ? Pourquoi tu l’appelles ainsi ?

 

- Le Laurier-rose, c’est superbe à regarder, mais c’est un sacré poison !

 

 

 

Sextidi 26 Prairial 220

 

 

Merci à Chimulus

11/06/2012

Vaguelette rose et peste brune

chimulus législatives.jpg

 

Il a tout dit...


Quartidi 24 Prairial 220


Merci à Chimulus

09/06/2012

Ouiquinde érotique avec Arthur Rimbaud

 

femmes et griffes.jpg

 

 

L'orgie parisienne ou Paris se repeuple...



Ô lâches, la voilà ! Dégorgez dans les gares !
Le soleil essuya de ses poumons ardents
Les boulevards qu'un soir comblèrent les Barbares.
Voilà la Cité sainte, assise à l'occident !

Allez ! on préviendra les reflux d'incendie,
Voilà les quais, voilà les boulevards, voilà
Les maisons sur l'azur léger qui s'irradie
Et qu'un soir la rougeur des bombes étoila !

Cachez les palais morts dans des niches de planches !
L'ancien jour effaré rafraîchit vos regards.
Voici le troupeau roux des tordeuses de hanches:
Soyez fous, vous serez drôles, étant hagards !

Tas de chiennes en rut mangeant des cataplasmes,
Le cri des maisons d'or vous réclame. Volez !
Mangez ! Voici la nuit de joie aux profonds spasmes
Qui descend dans la rue. Ô buveurs désolés,

Buvez ! Quand la lumière arrive intense et folle,
Fouillant à vos côtés les luxes ruisselants,
Vous n'allez pas baver, sans geste, sans parole,
Dans vos verres, les yeux perdus aux lointains blancs ?

Avalez, pour la Reine aux fesses cascadantes !
Ecoutez l'action des stupides hoquets
Déchirants! Ecoutez sauter aux nuits ardentes
Les idiots râleux, vieillards, pantins, laquais !

Ô cœurs de saleté, bouches épouvantables,
Fonctionnez plus fort, bouches de puanteurs !
Un vin pour ces torpeurs ignobles, sur ces tables...
Vos ventres sont fondus de hontes, ô Vainqueurs !

Ouvrez votre narine aux superbes nausées !
Trempez de poisons forts les cordes de vos cous !
Sur vos nuques d'enfants baissant ses mains croisées
Le Poète vous dit: "Ô lâches, soyez fous !

Parce que vous fouillez le ventre de la Femme,
Vous craignez d'elle encore une convulsion
Qui crie, asphyxiant votre nichée infâme
Sur sa poitrine, en une horrible pression.

Syphilitiques, fous, rois, pantins, ventriloques,
Qu'est-ce que ça peut faire à la putain Paris,
Vos âmes et vos corps, vos poisons et vos loques ?
Elle se secouera de vous, hargneux pourris !

Et quand vous serez bas, geignant sur vos entrailles,
Les flancs morts, réclamant votre argent, éperdus,
La rouge courtisane aux seins gros de batailles
Loin de votre stupeur tordra ses poings ardus !

Quand tes pieds ont dansé si fort dans les colères,
Paris! quand tu reçus tant de coups de couteau,
Quand tu gis, retenant dans tes prunelles claires
Un peu de la bonté du fauve renouveau,

Ô cité douloureuse, ô cité quasi morte,
La tête et les deux seins jetés vers l'Avenir
Ouvrant sur ta pâleur ses milliards de portes,
Cité que le Passé sombre pourrait bénir:

Corps remagnétisé pour les énormes peines,
Tu rebois donc la vie effroyable ! tu sens
Sourdre le flux des vers livides en tes veines,
Et sur ton clair amour rôder les doigts glaçants !

Et ce n'est pas mauvais. Les vers, les vers livides
Ne gêneront pas plus ton souffle de Progrès
Que les Stryx n'éteignaient l'œil des Cariatides
Où des pleurs d'or astral tombaient des bleus degrés."

Quoique ce soit affreux de te revoir couverte,
Ainsi; quoiqu'on n'ait fait jamais d'une cité
Ulcère plus puant à la Nature verte,
Le Poète te dit: "Splendide est ta Beauté !"

L'orage t'a sacrée suprême poésie;
L'immense remuement des forces te secourt;
Ton œuvre bout, la mort gronde, Cité choisie !
Amasse les strideurs au cœur du clairon sourd.

Le Poète prendra le sanglot des Infâmes,
La haine des Forçats, la clameur des Maudits;
Et ses rayons d'amour flagelleront les Femmes.
Ses strophes bondiront: Voilà! voilà! bandits!

- Société, tout est rétabli: - les orgies
Pleurent leur ancien râle aux anciens lupanars:
Et les gaz en délire, aux murailles rougies,
Flambent sinistrement vers les azurs blafards !

Arthur Rimbaud

 

Duodi 22 Prairial 220


Photo X - Droits réservés

08/06/2012

VOTONS ! Le bulletin de vote, c’est notre ARME !

bulletin de vote.jpg

 


 Bon. Vous allez dire que je répapille: à chaque scrutin  je dénonce d'abstention, piège à cons...

 

Qui s’abstient ? Les jeunes.

 

Qui vote ? Les moins jeunes et surtout les vieux.

 

Redoutable constat : la démocratie telle qu’on la vit ne fait plus recette. Porte entr’ouverte à toutes les dérives autoritaires.

 

Pourquoi ? Parce que LES politiques qui représentent LA politique ne répondent plus à l’attente de la population qui les perçoit comme une coterie plus parasitaire qu’efficace, plus magouilleuse qu’honnête, plus inféodée aux puissances économiques que soucieuse du bien-être du peuple. Ceci se traduit par le « Tous pareils, tous pourris » et le « je ne vais pas voter pour ces cons ».

 

Seulement voilà : en refusant de mettre les pognes dans le cambouis, en se retirant dans une abstention méprisante, les jeunes se tirent une balle dans le pied.

 

Pourquoi ?

 

Parce qu’en ne participant pas à la  vie démocratique de la nation, ils laissent les décisions qui vont régir LEUR vie future aux mains de gens qui, eux, ont déjà leur vie derrière eux ! En d’autres termes, en ne votant pas, les jeunes laissent les vieux dessiner leur cadre de vie. Ils laissent décider ce que sera leur vie future par des gens qui…seront morts lorsque leurs décisions prendront effet !

 

Changer cette approche implique de changer les femmes et les hommes qui font, qui sont la politique actuelle qui ne satisfait plus personne.

 

Une seule manière pour renouveler ces gens et donc ce qu’ils font : éradiquer le mandarinat, éliminer les politiciens « professionnels » en imposant le principe du « Un mandat, Une mandature ».

 

Comme évidemment les gens en place, quel que soit leur bord, freinent des quatre fers contre la seule VRAI réforme qui s’impose, ce n’est que l’arrivée massive de jeunes sur l’échiquier politique qui peut imposer cette renaissance de la démocratie.

 

Abstention : piège à cons !

 

Alors, AUX URNES citoyens !



Primidi 21 Prairial 220


Illustration X - Droits réservés

 

 

06/06/2012

Tarpé ! Cécile Duflot ouvre un débat fumant !

cannabis vache qui rit.jpg

 

 

Eh ! On dirait qu’elle a pété dans la sacristie Cécile Duflot, notre fringante ministre de…de quoi au fait ? Ah oui, du logement. Avec la franchise de sa jeunesse, elle a proposé d’ouvrir le débat sur un sujet qui fait hurler les chaisières : le cannabis ! Les Français sont les premiers consommateurs en Europe de « l’herbe qui fait rire ». Et il faudrait étouffer le débat ? Daniel Vaillant, ancien ministre de l’intérieur, déclare sans problème qu’il y a dans le gouvernement des gens qui ont tiéé le tarpé ! Pas de quoi en chier des bulles… En Suisse, sans faire d’histoire, le gouvernement vient de donner à l’usage du cannabis l’importance qu’il a : un plaisir ou un petit vice selon qui parle ou pense, dont l’usage dans la rue sera puni d’une simple contredanse de 100 francs suisse (80 euros). Toujours en Suisse, romande celle-là, il est permis de cultiver quatre plants de gandja (cannabis) pour son usage personnel. Et en France, oser soulever le problème soulève les tollés des autruches et voit cette caricature de Copé hurler comme s’il avait un piment dans l’oigne !

 

Médicalement, le cannabis pose peut-être problème mais moins que l’alcool et le tabac, drogues légales…qui engraissent l’Etat ! Mais au niveau sociétal, ce n’est pas le cannabis en lui-même mais son TRAFIC qui est une CALAMITÉ ! Il crée toute une économie parallèle qui génère une ambiance de western. Regarder, Marseille ressemble au Chicago des plus sombres heures de la prohibition. Je dis Marseille, mais c’est toutes les villes de France qui sont concernées, que dis-je gangrénées. Les règlements de comptes se multiplient, voire se banalisent. Le moindre différent se règle au calibre et – escalade – à la kalachnikov. Les flics font ce qu’ils peuvent, c’est-à-dire pas grand-chose. Cette ambiance de far-west est sous tendue par deux choses : le chômage à haute dose qui sévit dans les quartiers dits sensibles, avec pour conséquence la nécessité d’une économie parallèle, en l’occurrence le trafic de drogues, essentiellement de shit (cannabis).

 

Ce trafic est parfaitement organisé avec les gros bonnets (n’habitant pas sur place mais de luxueuses demeures au soleil), les pourvoyeurs qui remontent la drogue depuis le Maroc où elle est cultivée sous très haute protection, soit en grosses bagnoles, soit planquée dans des cargaisons de poids lourds, les revendeurs (dealers) dans les citées, les « nourrices » qui logent les stocks, les guetteurs qui surveillent l’éventuelle venue des flics, les rabatteurs de clients. Tout ça croque plus ou moins selon la place dans la hiérarchie du trafic. Mais la dure loi de la concurrence « libre et non faussée » fait que les conflits de territoires, de parts de marchés sont nombreux. Et se règlent à la kalach…

 

Comment casser cette spirale de la mort ? Certainement pas avec des gesticulations policières. Les bataillons de CRS de Villeneuve près de Grenoble ou dans les quartiers nord de Marseille ne sont pas inutiles en ce sens qu’ils donnent un coup de pied dans la fourmilière et désorganisent momentanément les réseaux, mais ils ne règlent pas le problème de fond : misère due au manque de boulot et trafic. Le chômage étant ce qu’il est, le boulot n’arrivera pas dans les citées à coup de baguette magique, on n’est pas dans Harry Potter. Reste le trafic de drogue.

 

La politique, jusqu’à maintenant, c’est répression, répression, répression…du petit fumeur surtout ! Les flics se montrent impuissants à lutter contre le trafic et ont même perdu le contrôle de pans entiers du territoire de la république. C'est bien la preuve que cette politique répressive ne mène nulle part, et au contraire permet le financement des réseaux mafieux, car plus c'est illégal, plus c'est rentable. Elle a été privilégiée par la droite…qui y trouve quelques avantages (flicage généralisé, fichages, possibilité de jouer sur la peur d l’électeur, etc.). Mais on attend autre chose de la gauche.

 

Le système de légalisation sous contrôle strict permettrait : - production en France ou en Europe via des filières contrôlées, - autoproduction déclarée et contrôlée (4 plants, comme en Suisse romande) pour ceux qui veulent pour leur conso perso, - vente d’un produit non trafiqué dans des « coffees-shop » bien contrôlés ou dans les bureaux de tabacs, - interdiction évidente pour les mineurs. 

Les résultats seraient : - remise des flics sur des taches utiles, - du boulot pour les agriculteurs notamment en zones de montagnes, - de l’activité pour les buralistes et les « coffees shop », - la fin des financement des réseaux maffieux, puisqu'ils n’auraient plus rien à y gagner, - une meilleure détection des personnes à la dérive par surconsommation, - une prévention plus aisée, notamment par la suppression de « l'attirance pour l'interdit » chez les ados, - des taxes pour la sécu, -  une meilleure qualité, contrôlée, garantie pour les consommateurs, - et pourquoi pas, des « dealers » devenant chef d’entreprises et confrontés alors aux règles de concurrence !

 

Et donc beaucoup moins d’insécurité dans nos villes…

 

Alors, François, on l’ouvre ce débat ?

 

C’est quand l’appel du 18 joints !

 Nonidi 19 Prairial 220


Illustration X - Droits réservés

05/06/2012

Au bistro de la toile : Le retour de Microlax 1er !

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Eh ! T’as vu, il est revenu le fifrelin…

 

- De qui tu parles Loulle ?

 

- Ben, de Microlax 1er ! Après des vacances au Maroc et avant de repartir faire du vélo et réparer le tout-à-l’égout chez sa belle-doche au Cap-Nèg (Oh ! Pardon, Cap Homme-de-couleur)

 

- Il est revenu, il n’est plus rien que lui-même et pourtant on va continuer à casquer grave pour lui !

 

- Raconte.

 

- Selon le député René Dosière, auteur de "L'Argent de l'Etat", chaque ancien président nous coûte chaque année entre 1,5 et 2 millions d’euros par an ! Ces avantages recouvrent :

  • Un appartement de fonction avec personnel (au moins deux personnes, Giscard en a quatre !) Pour Microlax, c’est un appart de 11 pièces dans les quartiers chics de Paris.
  • Au moins 7 collaborateurs…pour ouvrir son courrier sûrement.
  • Une voiture de fonction avec deux chauffeurs.
  • Une escorte composée de deux ou trois policiers. Et ses domiciles privés seront surveillés par les gendarmes.
  • Voyages gratuits pour lui et sa conjointe (idem pour les autres ex) sur l’ensemble des réseaux publics ferroviaires, aériens et maritimes dans la meilleure classe.
  • Dans ses déplacements à l’étranger, il sera traité comme un président de la République. "C’est-à-dire qu’il est accueilli par l’ambassadeur de France qui peut le loger et l’aider à organiser ses déplacements" dit Dosière.
  • Carla n’est pas oubliée : En cas de décès d'un ancien président de la République, sa veuve pourra bénéficier d’une partie de ces avantages.
  • Sans oublier de grasses rémunérations : 18 000 euros de revenus mensuels (plus que…le président Hollande !). En tant qu'ancien chef d'Etat, Nicolas Sarkozy aura droit à une dotation, c’est le terme, qui est égale à la rémunération d’un conseiller d’Etat et qui est de l’ordre de 6 000 euros par mois. Ensuite, puisqu’il a décidé de siéger au Conseil Constitutionnel, il touchera 12 000 euros brut de plus par mois. Soit un total de 18 000 euros mensuels.


- …taing ! T’as raison, Victor, il va nous coûter un bras !


- Et tu sais à qui on doit toutes ces largesses aberrantes ? A Fabius, alors premier ministre, par une simple lettre à Giscard… Il y a tout de même un doute, c’est qui paiera les oranges ?


- ?????!!!!!?????


- Ben, faut pas oublier qu’à partir d’un mois après sa cessation d’activité en temps que président de la République (soit autour du 15 juin), il redevient un citoyen justiciable comme les autres. Et il va probablement recevoir dans ses beaux bureaux tous neufs deux convocations : - une du juge Gentil (pas si gentil que ça !) de Bordeaux concernant l’affaire Bettencourt (soupçons d’enveloppes d’argent liquide pour sa campagne électorale de 2007); - une autre du juge Van Ruymbeque concernant l’affaire Karachi (soupçon de rétro commissions sur ventes d’armes au profit de la campagne électorale de Balladur).


- Tè ! Victor, si c’est nécessaire, je veux bien les payer moi, les oranges !


- A la nôtre !

 

Octidi 18 Prairial 220

Merci à Chimulus

04/06/2012

Lorsque les moutons en auront vraiment marre, les loups et les hyènes trembleront.

têtes de mort bildenberg.jpg

 


 

A Florange, 2500 travailleurs vont se retrouver à la rue. S’il n’y avait qu’eux ! Vous voulez la liste des plus récentes fermetures d’entreprises ? La voilà lien

 et d’autres encore:  l'usine Technicolor d'Angers (351 salariés) a été placée en redressement judiciaire, le volailler Doux (3.400 salariés) s'est déclaré en cessation de paiement avant d'être placé en redressement judiciaire, tandis qu'ArcelorMittal a annoncé la prolongation pour les six prochains mois de l'arrêt des deux hauts fourneaux de Florange (Moselle). Le fabricant de systèmes de transport Lohr, qui emploie 930 salariés en Alsace, a de son côté rejeté une offre de rachat, et pourrait déposer le bilan dès ce lundi.

 

Mais le cas de ces entreprises n'est que la partie émergée de l'iceberg. En 2011, il y a eu ainsi 50.354 défaillances d'entreprises (procédures de sauvegarde, redressement judiciaire ou liquidation) selon l'Insee.

Au premier trimestre 2012, le cabinet Altares a fixé le nombre de ces défaillances à 16.206. Cela représente 65.200 emplois contre 56.200 sur le même trimestre 2011, soit une augmentation de 16%, précise le cabinet.


Plus de neuf défaillances sur dix ont concerné des micro-entreprises (moins de 10 salariés).


Les grandes entreprises ne sont pas en reste. De l'automobile aux télécoms en passant par les banques, les transports ou la distribution, bon nombre d'entre elles devraient être touchées par des réductions d'effectifs, pas nécessairement sous la forme d'un plan social avec licenciements économiques.


Parmi les dossiers les plus en vue figurent Air France, PSA ou encore Carrefour.


La compagnie aérienne a évoqué un "sureffectif" qui devrait être résorbé par un plan de départs volontaires. Le groupe automobile est déjà engagé pour sa part dans un plan de suppressions de 1.900 postes en 2012 et des inquiétudes pèsent sur plusieurs sites, en particulier celui d'Aulnay (3.100 salariés).


Quant à Carrefour, premier employeur privé de France (115.000 salariés), certains syndicats redoutent au moins 3.000 suppressions de postes.

(source : http://www.linternaute.com)

 

Pourquoi ces licenciements dans des entreprises souvent florissantes, en tout cas viables ? Pour satisfaire le dieu Profit, le dieu Pognon, le dieu Fric. Prenons le cas de Florange par exemple. Arcelor était le lideur mondial de l’acier. Par la connerie de ses dirigeants cette entreprise française a été bouffée par le numéro 2 mondial Mittal. Mittal, c’est un individu, un Indien aux dents longues dont tous les moyens – et ils sont grands – tendent vers un seul but : faire le plus de fric possible. Sa stratégie est simple : pour dominer la production de l’acier dans le monde, afin de faire le plus de profits possibles pour lui et son entourage (pas pour l’Inde dont il se contrefout, vivant dans les beaux quartiers de Londres), il faut produire cet acier là où il coûte le moins cher et donc, en corollaire, fermer les entreprises qu’il estime trop chères. De plus, ce faisant, Mittal récupère un savoir-faire, des technologies à la pointe, un carnet de commande, une clientèle et supprime une concurrence.

 

Gandrange, Florange entrent tout naturellement dans cette catégorie. Donc la fermeture de ces usines, dans la logique ultralibérale de Mittal et consort, est logique, normale et procède d’une saine gestion capitaliste d’un groupe. Pas de place pour les détresses humaines là-dedans. La morale, la justice voire la simple compassion ne sont pas cotées en bourse… Mais que penser d’un gouvernement qui accepte de se priver sur son territoire d’une industrie aussi stratégique que l’acier ? Imprudence criminelle. C’est ce qu’à fait Sarkozy. On attend autre chose de Hollande et Montebourg !

 

Ce schéma se retrouve partout où la logique financière a remplacé la logique industrielle. C’est Lejaby, c’est Petrapost, etc.

 

Pourquoi de tels comportements sont-ils possible ? Parce qu’une petite mafia occulte anglo-saxonne et surtout étazunienne a réussi a imposé, sous le nom de mondialisation ou globalisation, l’absence totale de règles qui caractérise le système ultralibéral. Ceci a travers des officine nuisibles genre O.M.C., A.M.I., A.C.T.A, F.M.I. et tous les rouages mis en place pour mettre le monde en coupe réglé au profit de quelques pseudo « maitres du monde ». La liste de ces nuisibles est facile à trouver : regarder les participants à Davos, de la Trilatérale, du club du Siècle et – mieux – ceux qui grenouillent autour du très nuisible groupe dit de Bildenberg qui vient de tenir ces jours-ci (du 31 mai au 3 juin) son grand raout annuel à Chantilly (Virginie, Etats-Unis), à une quarantaine de kilomètres de la Maison Blanche sous la présidence cette année  du français Henry de Castries, PDG d’AXA. lien


 Lorsque les 99,90% de la population mondiale auront compris que ces « maitres du monde », ces 0,10% ne sont que des tigres de papiers, le travailleur qui pendra à un croc de boucher l’un de ces bouffons qui ravagent le monde aura fait un petit pas, mais ce sera « un grand pas pour l’humanité » !

 

Lorsque les moutons en auront vraiment marre, les loups et les hyènes trembleront.

  

Septidi 17 Prairial 220

  

Illustration X – Droits réservés

 

 

31/05/2012

ACTA. Bravo aux députés de Hollande !

 

acta pieuvre.jpg

Non. Pour le moment, ce n’est pas des députés de la majorité présidentielle dont je parle, mais des parlementaires du pays Hollande/Pays-Bas. Ils viennent en effet d’adopter une motion dans laquelle ils demandent à leur gouvernement de renoncer définitivement à la ratification de l'accord commercial anti-contrefaçon (ACTA), quand bien même le Parlement européen y serait favorable ou la Cour de justice de l'Union européenne démontrerait sa conformité avec le droit communautaire.

ACTA ? Quésaco ? Un accord très dangereux pour la     démocratie. 22 pays membres de l’Union européenne, dont la France, sous la pression de la Commission européenne du sinistre Barosso ont récemment signé à Tokyo un acte liberticide imposé par les multinationales yankees : le traité ACTA (pour Anti-Counterfeiting Trade Agreement ou Accord Commercial Anti-Contrefaçon). Il s’agit d’un accord négocié secrètement de 2007 à 2010 par un petit "club" de pays (39 pays, dont les 27 de l'Union européenne, les États-Unis, le Japon, etc.). Négocié plutôt que débattu démocratiquement, ACTA contourne les parlements et les organisations internationales pour imposer une logique répressive dictée par les industries du divertissement. Lorsqu’on sait que ce traité scélérat a été comploté sous l’égide de l’O.M.C., on ne peut qu’être suspicieux !

Ce traité camoufle sa nocivité derrière un concept : renforcer la coopération internationale dans la lutte contre la contrefaçon. Il ne se limite pas aux médicaments et aux produits de luxe, et vise également à combattre le téléchargement illégal (musique, films, logiciels...).

Juridiquement, il a été négocié en tant qu'accord commercial, ce qui lui permet d'être adopté plus rapidement et de faire l'objet de moins de débats. Mais ce traité met en place des sanctions judiciaires, ce qui est très inhabituel pour un texte de ce type !

Il prévoit notamment une « collaboration » accrue entre fournisseurs d'accès à Internet et les ayants droit. Ce que dénonce la Quadrature du Net, organisation de défense des libertés sur Internet :

« Cela signifierait que les missions de police (surveillance et collection de preuves) et de justice (sanctions) puissent être confiées aux acteurs privés, contournant ainsi l'autorité judiciaire et le droit à un procès équitable. » C’est le retour des lettres de cachet !

Oxfam France de son côté met en garde contre un traité qui constitue une vraie menace pour l’accès aux médicaments génériques dans les pays du sud et à terme dans les pays du Nord.

ACTA a été négocié dans le plus grand secret entre 2006 et 2010, sans que la possibilité n’ait été donnée à la société civile, les patients et même de nombreux États de suivre et de contribuer librement aux négociations [1]. Résultant d’un processus clairement antidémocratique, cet accord touche pourtant à des domaines vitaux comme la santé, l’agriculture et la liberté d’expression [2] et aura un impact considérable sur la vie de millions de personnes.

Pour Oxfam France, ce traité surprotège les intérêts privés des multinationales pharmaceutiques au détriment de l’intérêt public et fait des fabricants de génériques des coupables présumés. Sous prétexte de lutter contre la contrefaçon des biens, ACTA est un dispositif extrêmement répressif qui met en danger l’accès aux génériques de plusieurs manières :

  • il donne le pouvoir abusif aux douanes européennes de saisir, détruire ou renvoyer aux expéditeurs à leurs frais des médicaments génériques importés en Europe ou en transit sur un simple soupçon d’"utilisation d’une marque confusément similaire" invoquée par un laboratoire.
  • il renforce délibérément l’amalgame entre faux médicaments et médicaments génériques, stigmatise les fabricants de génériques, fait peser sur eux la charge de la preuve et ne prévoit aucune réparation du préjudice subi en cas de saisies abusives.
  • il cible les intermédiaires techniques de la chaine de production des médicaments génériques en les menaçant de lourdes peines, ce qui risque de les dissuader de travailler avec les fabricants de génériques.

Concrètement, cela signifie qu’ACTA met en danger la production de génériques à bas prix. Pour Oxfam France, s’il venait à être adopté par les pays européens (le parlement n’a pas encore ratifié – NDLR), ACTA risque clairement de limiter l’accès aux génériques et de miner les efforts internationaux entrepris jusqu’ici pour répondre aux besoins sanitaires des pays du sud. Des millions de personnes vont être privées de traitement, à l’heure où les ressources financières allouées à la santé dans le monde font cruellement défaut. Mais aussi, dans un contexte inédit de restriction budgétaire, ACTA va compromettre les efforts de maitrise du niveau de dépense pharmaceutique au Nord grâce notamment à la substitution par les génériques.

"Si l’objectif des États est de protéger la santé de leurs citoyens et d’assurer l’accès à des médicaments de qualité, leur démarche doit être toute autre. D’une part, l’accès de tous aux médicaments essentiels de qualité doit s’appuyer sur la concurrence générique. D’autre part, la qualité des produits de santé doit quant à elle reposer sur le renforcement de l’indépendance et de l’expertise des autorités nationales de régulation du médicament", souligne Marame Ndour d’Oxfam France.

C’est pourquoi face à la signature par le Conseil de l’UE de cet accord qui ouvre la procédure de ratification par le parlement, il est urgent :

  • de la part des responsables politiques de permettre aux citoyens européens de mener un débat public et transparent sur les implications concrètes de ce traité.
  • d’exiger de nos parlementaires européens de rejeter un tel accord qui risque de nuire gravement aux libertés et à la santé des peuples.

 

Les effets politiques de l'ACTA sont considérables pour la suite. Il est notamment prévu de créer une sorte d'institution internationale, le Comité ACTA, qui travaillera en marge des instances que sont l'OMPI et l'OMC afin d'accroitre les droits de propriété intellectuelle en évitant le blocage des pays émergents. L'accord pourra aussi être modifié sur décision du Comité ACTA.

Bonjour la démocratie !

Eh ! François, faut faire honneur à ton nom ! Et faire comme les parlementaires de Hollande.

 

Sources : http://www.oxfamfrance.org/L-acces-aux-medicaments-generi...

http://www.humanite.fr/mot-cle/kader-arif

 

 

Tridi 13 Prairial 220

 

Illustration X – Droits réservés

 

29/05/2012

Excision. Pas de pitié pour les barbares.

excision 2.jpg

 

En France, un couple d'origine guinéenne est jugé à partir d’aujourd’hui devant les Assises de la Nièvre et le procès se poursuivra jusqu'à vendredi pour l'excision de ses quatre filles alors qu'elles étaient encore mineures. L’excision est une coutume ancestrale barbare, illustration de la domination masculine, pratiquée dans une trentaine de pays en Afrique, et qui consiste à enlever de façon totale ou partielle le clitoris, les petites et grandes lèves à l’entrée du vagin. La raison ? Pour que les femmes ne connaissent pas le plaisir ! Pour qu’elles demeurent des trous à bites pour leurs mâles  bornés. Pour qu’elles restent des êtres secondaires, brimés, exploités, niés, mutilés dans leur plus profonde intimité, à la disposition, corps et âmes de leurs « propriétaires ». Révoltant ? Horrifiant ? Selon une estimation de l'Institut national des études démographiques (Ined) datant d’octobre 2007, 50.000 femmes adultes excisées vivaient en France en 2004 contre 140 millions dans le monde.

 

En France, les tortionnaires  encourent jusqu’à 15 ans de réclusion criminelle pour « complicité de violence volontaire ayant entraîné une mutilation sur une mineure de moins de 15 ans par un ascendant ». Mais ils s’en tirent généralement avec du sursis. Il serait temps de mettre un coup d’arrêt à cette barbarie avec des condamnations lourdes de prison ferme. On verra ce que fera la justice maintenant à la mode Taubira. On peut garder espoir.

 

En Egypte, le second tour des élections présidentielles devrait voir s’affronter un représentant de l’ancien régime, Ahmed Chafik, ancien ministre de Moubarack ( !!!???) et un représentant de l’obscurantisme religieux, le dénommé Mohamed Morsi.

 

Salut à vous, martyrs de la place Tarhikh au Caire, grands cocus de la révolution ! Salut à vous, femmes cairotes qui ont été à l’avant-poste de cette révolution confisquée.

 

En Egypte, une loi de 2007 interdit l’excision. Mais la majorité parlementaire – Frères musulmans et Salafistes – réclame l’abrogation de cette loi. Sachez que 80% des femmes égyptiennes subissent cette barbarie malgré cette loi quasiment pas appliquée. Sachez qu’en avril dernier (Martine Gozlan – Marianne du 1er juin 2012), dans le gouvernorat de Minya, à 250 km au sud du Caire, circulait un convoi médical chargé d’apporter « l’hygiène islamique » et d’exciser les fillettes des familles nécessiteuses. Bus sponsorisé par les frères musulmans du candidat à la présidentielle Mohamed Morsi !

 

Voilà. La révolution égyptienne, comme la tunisienne d’ailleurs, est à refaire. Mais restons optimistes : la nôtre a eu bien des soubresauts, bien des retours en arrière, bien des excès avant de réussir.


En attendant, comme toujours, ce sont les femmes qui morflent...


Primidi 11 Prairial 220

 

Photo X – Droits réservés

28/05/2012

Chez les skatophages (mange-merde)

 

pizza fromage erzat cargill.jpgAh qu’ils sont beaux, qu’ils sont appétissants les emballages de ces plats cuisinés de l’industrie agroalimentaire qui encombrent de plus en plus les linéaires des grandes surfaces ! Pizzas aux fromages, cheeseburgers, lasagnes. On pense à la mozzarella, au gruyère, au parmesan, au gouda, à l’emmenthal… Huuummm !

Mouais… Ça ressemble au fromage, ça a la texture du fromage, ça singe le goût du fromage mais…ce n’est pas du fromage ! Il s’agit d’un ersatz composé de matière grasse (huile de palme), farine, levure, sel, amidon et exhausteurs de goût. 

Ils appellent ça du « fromage analogue » ! Cette saloperie nous vient évidemment des Zétazunis. Inventé par Cargill, un fabricant étazyniens de produits pour l'industrie agro-alimentaire implanté dans 63 pays et basé dans le Minnesota, à Minneapolis, le fromage analogue se décline en deux types.

 

Le premier est une pâte composée de 15 % de protéines laitières, d'huile de palme et d'exhausteurs de goût qui existe depuis 2007. 

 

Le second appelé « Lygomme Tach Optimum » destiné au marché européen et datant de 2009, est composé de trois amidons, d'un galactomannane (E 410,412, 417), d'un carraghénane (E 407), tous deux gélifiants, et d'arômes. S'il ne l'est pas pour les consommateurs, ce lygomme coûte 60 % de moins pour les industriels que l'autre fromage analogue (et 200 % de moins qu'un vrai fromage) ! En plus, Cargill se glorifie cyniquement de favoriser la santé du consommateur car son lygomme ne contient pas de graisses saturées, ni de lactose et convient aussi bien à l'alimentation halal que kasher.

Le client, lui, se fie à la belle image sur l’emballage, et ignore complètement qu’il mange du faux fromage, au détriment de son plaiqsir et de sa santé. Il entre dans la grande famille des skatophages !

 

Source : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/le-fro...

 

 

Mais ce n’est pas fini. Approchez, approchez ! Con-sommatrices, con-sommateurs…

Voici une belle tarte à la cerise, fort appétissante dans les rtayons de votre grande surface. Eh ! Elle ne vient pas du pâtissier du quartier, cet artiste qui travaillent de bons produits pour créer du plaisir. Elle vient de l’industrie agroialimentaire. Et qu’est-ce qu’il y a dedans ? Suivez le guide.

 

tarte cerise industrielle.jpgVoici, la liste des produits chimiques utilisés pour la fabrication d’une tarte aux cerises de supermarché, depuis le champ de blé jusqu’à l’usine agroalimentaire

La pâte: Pour obtenir la farine, les grains de blé ont été enrobés d’un fongicide avant semis. Pendant sa culture, le blé a reçu des pesticides, des hormones ainsi que des doses d’engrais. Après récolte, les grains sont fumigés au tétrachlorure de carbone et au bisulfite de carbone, puis arrosés au lopyriphosméthyl. Ensuite la farine reçoit du chlorure de nitrosyl, puis de l’acide ascorbique. Pour faire lever la pâte. La poudre levante est traitée au silicate de calcium et l’amidon est blanchi au permanganate de potassium. La pate reçoit aussi un antioxydant (pour éviter le rancissement) comme l’hydroxytoluène de butyl.

La crème: Les œufs proviennent d’un élevage industriel où les poules sont nourries avec des granulés contenant des antioxydants (E300 à E311), des émulsifiants (alginate de calcium), des conservateurs (acide formique), des colorants (capsa théine) des agents liants (ignosulfate) et enfin des appétants (glutamate de sodium) pour qu’elles puissent avaler tout ça. Elles reçoivent aussi des antibiotiques, et surtout des anticoccidiens. Les œufs, avant séchage, reçoivent des émulsifiants, des agents actifs de surface comme l’acide cholique et une enzyme pour retirer le sucre du blanc. Le lait provient d’un élevage industriel où les vaches reçoivent une alimentation riche en produits chimiques : flavophospholipol (F712) ascorbate de sodium (F301), alphatocophérol de synthèse (F307), buthyl-hydrox-toluène (F321) alginate de propylène-glycol (F405), acide tartrique (E334), acide propionique (F280) azotés chimiques (F801) des colorants, et enfin des appétants pour que les vaches puissent manger tout ça, comme le glutamate de sodium. Les huiles, ont été  extraites par des solvants comme l’acétone,  puis raffinées par action de l’acide sulfurique,  puis lavage à chaud,  neutralisées à la lessive de soude, décolorées au bioxyde de chlore ou au bichromate de potassium et désodorisées à 160°C avec du chlorure de zinc. Enfin, elles ont été recolorées à la curcumine. La crème de la tarte, une fois fabriquée, reçoit des arômes et des stabilisants comme l’acide alginique (E400)

Les cerises: ont reçu entre 10 et 40 traitements de pesticides selon les années. Les cerises sont décolorées à l’anhydride sulfureux et recolorées de façon uniforme à l’acide carminique ou à l’érythrosine. Elles sont plongées dans une saumure contenant du sulfate d’aluminium,  et à la sortie, reçoivent un conservateur comme le sorbate de potassium (E202). Elles sont enfin enduites d’un sucre qui provient de betteraves qui, ont reçu leur bonne dose d’engrais et de pesticides.  Ce sucre est extrait par défécation à la chaux et à l’anhydride sulfureux, décoloré au sulfoxylate de sodium,  puis raffiné au norite et à l’alcoolisopropylique.  Il est enfin azuré au bleu anthraquinonique. Par ces traitements, les cerises ayant donc perdu tout leur goût, il est nécessaire d’ajouter un parfum artificiel alimentaire. Ce parfum est une recréation synthétique du goût et de l’odeur à partir d’éléments artificiels issus de la chimie du pétrole. L’exemple développé est ici la cerise, mais est identique à de nombreux autres parfums. Le parfum artificiel de cerise se compose donc des molécules synthétiques suivantes :- acétate d’éthyle– acéthyl méthylcarbinol– butyrate d’isoamyle– caproate d’ethyle– caprylate d’isoamyle– caprate d’ethyle– butyrate de terpenyle- géraniol– butyrate de geranyl – acetylacetate d’ethyle– heptanoate d’ethyle– aldéhyde benzoïque– aldéhyde p-toluique.

 

Ce texte simplifié a été rédigé à partir d’un texte de Claude Bourguignon, un ingénieur agronome qui travailla à l’INRA, avant de quitter l’honorable maison pour cause de désaccord. Spécialiste de la microbiologie des sols, c’est lui qui démontra, pour la première fois, que les sols cultivés à grand renfort d’engrais chimiques et de pesticides, étaient biologiquement … morts.

 

 Source : http://2ccr.unblog.fr/2011/02/04/bon-appetit/

 

  Décadi 10 Prairial 220

 

Illustrations X - Droits réservés

 

25/05/2012

Au bistro de la toile : d’Europe en Afghanistan.

JVJ Ds en Turquie.JPG

 

 

- Oh Victor ! Parait que François part en Afghanistan ! Pour faire normal, tu crois qu’il y va en train ou en voiture ?

 

- Pourquoi pas. Mais faut avoir du temps devant soi. Tè ! Moi qui bois des canons avec toi, au temps où j’étais encore plus jeune, j’y suis allé en Afghanistan en…2CV ! Et bien plus loin encore, jusqu’au Viet-Nam. Comme quoi c’est très faisable. Je connais(sait) tous les bistrots sur la route, entre le Rhône et le Mékong. J’y suis même retourné en DS19 ! La reine des bagnoles : levier à la hauteur intermédiaire et 100 à l’heure sur les pistes. Je doublais les Land-Rover… Une bagnole qui te permettait même de te sortir de situations difficiles en roulant…sur 3 roues ! Bof. Nostalgie Loulle… Nostalgie. C’était dans une autre vie.

 

- Putaing ! Une sacré vie tout de même ! En tout cas, le François, il a fait une entrée sinon fracassante, du moins remarquée. La Merkel – habituée à avoir son toutou Sarko à ses pieds - en avale de travers sa choucroute ! Il lui a rappelé que l’Europe, ce n’était pas  que l’Allemagne, ni même que l’Allemagne et la France…

 

- Il pourrait lui suggérer, pour sauver la zone euro, non pas de foutre dehors les Grecs, mais que l’Allemagne – qui fait mine de se sentir à l’étroit dans cette Europe clubmed – sorte elle-même de la zone euro ! L’euro n’est que le mark allemand étendu (1 euro = 2 marks !). La sortie de l’Allemagne résoudrait bien des problèmes. Car le mark serait tout de suite réévalué de 25 à 30%, libérant d’autant la compétitivité des autres pays de la zone euros ! Avec un avantage conséquent aux économies les plus puissantes après l’Allemagne, la France et l’Italie ! Chiche, M’ame Merkel ! Dans six mois, l’Allemagne se retrouverait dans la situation de l’Espagne : en voie de sous-développement, avec un chômage galopant, une production effondrée, etc.

 

- Ce qui n’est surtout pas à envisager. Connaissant l’histoire de ce pays lorsqu’il veut faire cavalier seul…

 

- Exactement. Mais il est bon tout de même de leur parler haut et fort. C’est le langage qu’ils comprennent le mieux !

 

- A la nôtre !

 

 

Septidi 7 Germinal 220


Photo Moi !

 

24/05/2012

Les hyènes aux dents de toutou

hyènes avec charogne en bouche.jpg

 


 

Ils ont été battus, leur héros est tombé

Ils remâchent leur haine de pauvres constipés !

Ecoutez jacasser ces vieilles pies bavardes

Elles claquent du bec une bave poissarde,

 

Leur croupion déplumé chie des fientes de fiel,

L’odeur de leur cerveau est pestilentielle.

Leurs compères cafards partagent leurs estrons

Ils sont laids, ils sont lâches, ils sont aussi poltrons.

 

Ils attaquent en meute, comme chacals et hyènes

Mais leurs crocs ne sont que des dents de petit chien.

Leur cible, aujourd’hui : Christiane Taubira

 

Une femme, une noire, ministre ! Quel choléra !

Vous vous pensez censeurs, vous n'êtes que gorets,

En éclatant de rire, on vous pisse à la raie!

 

 

JVJ



Quintidi 5 Germinal 220



Illustration X - Droits réservés

23/05/2012

Copinage. Eh! C'est le jour d'Urtikan.fr !

Le mercredi, depuis la cambrousse où je glande à la "bonne" (!!!???) saison, je dois faire 50 bornes aller-retour pour ma nourriture des boyaux de la tête: le Canard enchaîné et, de temps en temps depuis que Siné-Hebdo est mort, Charly hebdo. Le bureau de tabac-presse-bistro du village a fermé et c'est un drame. Heureusement, j'ai une connect internet qui rame à 512 et décroche de temps en temps, maisje peux tout de même élucubrer sur les blogs et savoir ce qu'il se passe dans le monde en dehors des infos biaisées des machines à bruits et des étranges lucarnes (hier soir, avec la pluie, je ne recevais que TF1, RMC et NT1, autrement dit de la sous-merde!). Alors, lorsque parait URTIKAN, c'est un bonheur!


Faites comme moi, c'est gratos, mais il n'est pas interdit de leur faire un don!


Bon. J'y vais: j'ai un col de à descendre puis à remonter sous la pluie...

 

chimulus vivre sans sarko.jpg

 

 

chimulus vivre sans sarko 2.jpg

 

deligne facebook.gif

 

Quintidi 5 Germinal 220

22/05/2012

Législatives. Continuons le combat !

sarko-grimace.jpg

 

 

Les électeurs français, dans leur grande sagesse, ont décidé de renvoyer aux poubelles de l’histoire l’usurpateur qui, pendant cinq années sinistres, les a bafoués, a ridiculisé la France, a ruiné le pays.

 

Pendant cinq longues années, la France a été livrée à l’avidité cupide et sans complexe des sarko-trafiquants. Malhonnêteté, népotisme, favoritisme, exil fiscal, contrôle des médias, saccage de la protection sociale, dévastation des codes du travail, perte de l’indépendance de la France assujettie à l’Otan, ridiculisation de la diplomatie française à la botte des Etazuniens et de Merkel la teutonne, noyautage de toutes les administrations, attaque permanente du syndicalisme, dette galopante, chômage de masse, dépendance de la presse, racisme décomplexé, traque des sans papiers, fin de l’ISF et bouclier fiscal pour les plus riches, république des copains et des coquins, procès d’intimidation contre les gêneurs, espionnage des journalistes, fichages généralisé de la population, gaspillage des deniers publics, ruine et disparition des services publics, insécurité instrumentalisée pour faire peur, Kadhafi campant sur les Champs Elysées, Bachar El Assad invité d’honneur au 14 juillet, etc., etc.

 

Le nuisible en chef a été déboulonné, démocratiquement, par la force magnifique des urnes. Ouf ! Mais il convient de finir le travail. Comment ? D’abord en éliminant tous les députés qui ont sévi à ses côtés. Les élections de juin sont décisives. Le temps n’est pas aux bisbilles partisanes et aux querelles d’amour propre. Il faut savoir si on veut Copé à Matignon !!!

 

L’essentiel, c’est de se débarrasser d’un maximum de sarko-trafiquants. Il sera toujours temps, après, de surveiller et éventuellement recadrer le pouvoir qui a déjà réussi une chose qui mérite toute notre gratitude : nous avoir débarrassés de Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa.

 

 

 

Quartidi 4 Germinal 220 

 

 

Photo X - Droits réservés

 

 

21/05/2012

« La vérité, c’est le mensonge » comme pour Orwell « la guerre, c’est la paix », « la liberté, c’est l’esclavage », « l’ignorance, c’est la force »

 

censuré fermeture éclair.jpg

 

 

 La sinistre Anastasie – c’est ainsi que l’on nomme la censure dans le milieu de la presse – sévit de plus en plus. Elle est un outil redoutable au service des puissants non seulement en cachant les vérités qui pourraient gêner ces puissants, mais aussi en ôtant aux « consommateurs d’information » la possibilité de se forger une opinion lucide en matière de politique autant que de s’épanouir en matière de culture.

 

La censure est la compagne sournoise de la propagande. Et les deux font partie des armes essentielles de ceux qui veulent tuer la démocratie comme de ceux qui veulent aliéner les humains à travers les fariboles religieuses. Surtout ne pensez pas !

 

La censure - la Police de la Pensée et de la Vertu - se camoufle sous divers masques. Anastasie sabre ce qu’elle considère comme « propos diffamatoires », elle sabre ce qu’elle considère comme « érotisme excessif ou pornographique ». C’est la censure directe : on coupe ! Elle sabre aussi, dans les émissions radiodiffusées ou télévisées en coupant au montage les plans et les mots qui gênent la pensée dominante (en l’occurrence l’ultralibéralisme global). Elle se camoufle encore plus insidieusement en autocensure: les journalistes se censurant eux-mêmes afin de préserver leur emploi plus que précaire...

 

Pour illustrer ce propos, voici une lettre ouvert de Vicky Skoumpi (rédactrice en chef de la revue grecque αληthεια) suite à une émission diffusée sur la chaine Arte (que l’on croyait pourtant au-dessus de ça…).


Chères amies, chers amis,


Le jeudi 16 mai, j'ai participé à l'émission d'Arte 28 minutes sur le thème : La Grèce, talon d'Achille de l'Europe?

http://videos.arte.tv/fr/videos#/tv/coverflow///1/120/cha...

 
Je viens de visionner l'émission telle qu'elle a été diffusée et j'en crois pas à mes yeux: le passage où je disais que l'aide accordée à la Grèce a été en réalité une aide aux créanciers du pays, et que les plans de sauvetage successives ont été conçus pour protéger les créanciers d’un défaut éventuel de la Grèce, tout en plongeant le pays à une récession de l'ordre de 20% et en le menant tout droit à la faillite, a tout simplement disparu! Si vous regardez attentivement vous constaterez les traces de coupure par des enchaînements assez abrupts et la non fluidité de la parole après la première intervention de Benjamin Coriat.


De même est passé à la trappe, un passage vers la fin où j'avais évoqué une confrontation qui n'est pas de nature nationale entre Grecs et Allemands, mais bel et bien entre deux camps transnationaux, c'est-à-dire entre ceux qui, en marchant littéralement sur des cadavres, défendent les intérêts du secteur financier d'une part, et, d'autre part, ceux qui défendent les droits démocratiques et sociaux et en fin de compte le droit à une vie digne de ce nom. Je prends à témoin Benjamin Coriat qui participait à l'émission et qui pourrait certifier que j'ai bien tenu ces propos dont la trace disparaît sous les ciseaux du censeur.

Car, cela relève tout simplement de la CENSURE. Une question s'impose : Qui donc contrôle Arte et qui filtre les infos ainsi?


Je l'avoue, je n’en reviens pas. L’émission a été enregistrée « dans les conditions du direct » deux heures et demi avant sa diffusion et que je sache cette formule veut dire qu'on ne coupe pas, à la limite on refait une prise si on a un souci, ce qui a été le cas pour les présentations. Et même si la pratique établie est de couper un peu les longueurs, comment se fait-il que les deux coupes principales portent, comme par hasard, sur des propos concernant les vrais bénéficiaires de l'aide à la Grèce, c'est à dire les banques, ainsi que sur le caractère fallacieux de la supposée confrontation greco-allemande?


Comme vous pouvez d’ailleurs sans doute le constater vous-même, mon temps de parole correspond à un tiers - peut-être même moins - de celui de Monsieur Prévelakis. Celui-ci , avec sa proposition d'un médiateur, sous la tutelle duquel devrait se mettre la Grèce, proposait rien de moins que de suspendre les procédures démocratiques en Grèce et de placer Sarkozy (!) à la position d'un tuteur du peuple grec qui ne saurait être représenté par ses élus, surtout si ceux-là appartiennent par malheur au Syriza. J'ai bondi mais on ne m'a pas laissé le temps de réagir en coupant là l’émission.


Conclure l’émission sur ce propos est absolument scandaleux. Cela n’honore pas, loin de là, Arte qui se revendique d'une sensibilité démocratique. D'ailleurs, si vous regardez un peu attentivement le déroulement juste avant la fin, vous verrez que la dernière question s'adresse à moi, Mme Quin se tourne bien vers moi et non pas vers M. Prévélakis. Et ma réponse concernant les deux Europe qui s'affrontent et qui précédait la conclusion de Georges Prévélakis, est passée complètement à la trappe.


Bref, les coupures, la répartition inégale du temps de parole, la conclusion sur un appel à suspendre la démocratie en Grèce, tout cela, si n'est pas de la manipulation de l'information, c'est quoi au juste?


Voilà bien de questions sur le traitement de l’information par une chaîne européenne qui se veut indépendante.


Merci de diffuser ce message le plus largement possible et de l'afficher sur les réseaux, si vous voulez bien.


Vicky Skoumbi
rédactrice en chef de la revue grecque αληthεια

 

Voilà. C’est fait. A vous de juger

 

Tridi 3 Germinal 220

 

Illustration X – Droits réservés

 

18/05/2012

Au charbon !

fralib pancarte.jpg

 

Montebourg est maintenant au pied du mur puisqu’il est en situation de peser sur les décisions des patrons-voyous qui ferment et délocalisent pour engraisser un peu plus les actionnaires avides. Ainsi des Fralib à Gémenos : autour de 600 jours de conflit, occupation de l’usine qui, en Provence, produit depuis 120 ans les thés « de l’éléphant ».

 

Les « fralib » ont proposés la reprise de leur entreprise. Refusée par les propriétaires – la multinationale rapace Unilever – qui veut fermer le site après avoir pillé le savoir-faire, la marque, la clientèle et veut délocaliser la production dans d’autres usines du groupe, à Bruxelles et en Pologne. La justice a ordonné l’évacuation, au besoin par la force, des ouvriers qui occupent le site.

 

Ce conflit est exemplaire car il oppose une multinationale rapace à des ouvriers luttant pour leur existence. Que peut faire Montebourg puisque les lois en vigueur, nationales, européennes, internationales protègent les multinationales-rapaces ? En l’état actuel des choses, pas grand-chose. Sauf à renverser la table : remettre en cause ces lois scélérates, quitte à se mettre momentanément en infraction avec la Commission européenne, avec l’OMC et toutes ces institutions mises en place par l’idéologie ultralibérale mondialisée au service de la finance et des multinationales.

 

 Le coup de pied dans la fourmilière susciterait, à coup sûr, bien des sympathies, bien des soutiens et contribuerait à renverser par les urnes, en Europe, les régimes de droites, au service de la finance internationale, qui saccagent la belle idée européenne et – crime impardonnable – suscitent la renaissance de nationalismes belliqueux auxquels vont répondre un terrorisme de « desesperados » genre Brigades rouges. Ça a commencé en Italie et en Grèce.

 

Montebourg, et le gouvernement de gauche, ne pourront répondre aux ravages du système mis en place par Sarkozy et ses comparses de la mondialisation que s’ils peuvent légiférer dans ce sens. Et ils ne pourront le faire que si les prochaines élections législatives leur donnent une majorité claire.

 

Donc le combat continue, il ne faut surtout pas se démobiliser. Un seul objectif : se débarrasser des députés au service des sarko-trafiquants.

 

 

Décadi 30 Florial 220


Photo X - Droits réservés

 

17/05/2012

Eh ! Si vous alliez faire un tour sur Urtikan.net !

Le nec plus ultra des dessins d’humour caustiques est publié sur ce site qui pète le feu. Par exemple :

 

 

Sarko chez ruquier par  jiho urtikan.jpg

 

 

Allez y faire un saut, vous en deviendrez accro.

 

Et au passage, vous pourrez méditer sur un article relayé par ce site et qui fait froid dans le dos : il traite des déchets nucléaires et du cadeau empoisonné que nos criminels nucléocrates vont laisser ad vitam eternam à l’humanité ou à toute autre forme d’intelligence vivante à venir.

 

Eh ! Urtikan.net, c’est gratos, mais si vous n’avez pas un oursin dans une poche et une bogue de châtaigne dans l’autre, un petit don est toujours le bienvenu !


Nonidi 29 Florial 220

16/05/2012

Eh ! François, si après Berlin, tu allais visiter l’Acropole ?


acropolis adieu.jpgLes lampions sont éteints, François a mouillé sa chemise et même plusieurs vestes, il a eu un coup de foudre en allant manger des asperges chez Angela et Sarko est – enfin ! – parti faire de la course à pieds au Bois. Bon. Attendons les premiers pas du gouvernement pas encore mis en place par Ayrault (« De Nantes à Matignon, la digue, la digue… » comme disait ce matin la pétulante Sophia Aram sur France Inter !).

 

 

Au menu du gueuleton germano-franco-hollandois, entre les asperges (- « Ach ! Herr Vrançois, les Zarperges, z’est des produits télicats, qui demandent beaucoup de RIGUEUR ! » - Oui, chère madame, mais elles ne sont savoureuses que lorsqu’elles ont une belle CROISSANCE ») et la choucroute, il y avait au menu la Grèce, dont le peuple a de moins en moins de graisse sur les os !

 

 

Parlons-en de la Grèce. Ce pays, qui a inventé la démocratie et même le mot « Europe », est au bord du gouffre creusé devant ses pieds par des gouvernants pourris et…la pression insupportable de l’Union Européenne défendant…les banques françaises et allemandes.


Eh bien, contrairement aux apparences, de ce pays exsangue est en train de naître un formidable espoir. Cet espoir s’appelle Syriza, du nom de la coalition de gauche radicale qui a le vent en poupe et qui a toutes les chances de triompher, et donc de prendre le pouvoir – disons plutôt de rendre le pouvoir au peuple grec – aux prochaines élections en juin.  Dans un pays ravagé par le chômage (21,8% en janvier 2012) et les coupes franches dans les dépenses publiques (13,8 milliards d'euros d'ici à 2015), la colère gronde. Les partis « traditionnels », pourris jusqu’à la moelle, ayant fait la preuve de leur incompétence et de leur corruption, cette colère oscille entre l’espoir Syriza et le risque cauchemardesque du retour des colonels avec les néo-nazis.

 

Cette coalition, formée autour de dissidents du parti communiste grec favorables à l’Europe lutte bille en tête contre le diktat qu’il juge « criminel » imposé par La Banque centrale Européenne, le Fond Monétaire International et l’Union Européenne. Son slogan de bataille : « Ils ont décidé sans nous, continuons sans eux ! » Le mot d’ordre est « non à l’austérité » et non pas « non à l’euro ».  « Affirmer que notre appartenance à l’euro est en danger est un mythe construit de toutes pièces, un chantage exercé par les partis favorables aux plans de renflouement et un outil visant à pressurer le peuple afin qu’il accepte des mesures qui nous amèneront la misère. » martèle Alexis Tsipras, le jeune et flamboyant chef de file de Syriza, qualifié de « Mélenchon grec ». Tout comme ce dernier, ce parti - influencé par les succès des gauches sud-américaines - est favorable à la construction européenne mais « pour une autre Europe », plus sociale, moins ultralibérale, favorisant la croissance.

 

Croissance ? Voilà qui devrait sonner agréablement aux oreilles de notre François, auquel Alexis Tsipras se réfère d’ailleurs. Le programme de ce parti, dans ses grandes lignes, est celui-ci :

- Abrogation des lois sur les diminutions des salaires, sur la remise en cause du droit du travail et sur l'immunité pénale des parlementaires ;

- Enquête sur les banques grecques qu'il veut partiellement nationaliser ;

- Audit international de la dette de la Grèce ;

- Moratoire sur son remboursement.

 

A côté du jeune (né en 1974) Alexis Tsipras, redoutable tribun, la coalition bénéficie d’une formidable caution morale, celle de Manolis Glezos, celui que le général de Gaulle avait qualifié de "premier résistant d'Europe" pour avoir en 1941 arraché le drapeau nazi du sommet de l'Acropole.

Eh ! François, si Alexis Tsipras réitère son souhait de te rencontrer, ne fait pas comme Merkel refusant de te recevoir pendant ta campagne !

 

Epharisto poli et Kalimera !


Octidi 28 Florial 220


Illustration Spiegel

15/05/2012

Il a libéré le territoire ! OUF!!!!!

sarko méchoui.jpg

 

chimulus elysée.jpg

 

Septidi 27 Floréal 220

 

Merci à Chimulus