Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/02/2011

Quand Microlax 1er bavasse pour les nuls.

 

proltaireson1.jpg

 

 

Or donc en ce temps-là le tout petit satrape

Entama, de son peuple de vieux, la retape,

Banquiers, marchands de rien, voleurs et maquignons,

Ces vieux peureux et riches qui tenaient le pognon.

Il convoqua au soir, dans l'étrange lucarne

D'un bétonneur ami, chez une vieille carne

Qui depuis bien longtemps nous sert son opium

Quelques sujets dociles qu'il mit sur le podium.

Devant eux, Microlax, souriant, volubile

Put mentir à l'envie sans se faire de bile,

Pas de rudes questions, pas de contradicteurs,

Et un Monsieur Loyal lèche-cul, contempteur.

Et tandis qu'en Égypte se fabriquait l'Histoire

Notre micro-satrape, à ses faire-valoir

Bavassait sans surprise des tas de conneries,

Promesses, compassion, peur et sensiblerie.

Il mentait et son nez frétillant s'allongeait

Tandis qu'il discourait sur des trucs usagers,

Oubliant enseignants, magistrats en colère

Ministres « voyageurs » aux mœurs très bananières,

Chômeurs, crève-la-faim, surveillance, flicage

D'une société qu'il exploite et saccage...

Et tandis qu'en Egypte se fabriquait l'Histoire,

Microlax bavassait, sans hauteur, sans espoir...

N'a-t-il pas vu, ce nul que son peuple est en rage

Et qu'il va lui crier: « Allez! Basta! DEGAGE! »

 

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Décadi  23 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

Illustration X - Droits réservés.

10/02/2011

Sarko… Que je mentasse…, que mes amis s’enrichassent…, que les pauv’cons crevassent…

*********

la tache qui rit.jpg

On tape à bras raccourcis sur MAM, ses voyages et ses mensonges, sur Fillon et ses accointances douteuses, mais n’oublions pas que ces « braves gens » ne font qu’appliquer la méthode de leur patron dont il serait jubilatoire, si ce n’était révoltant, de relire – ou réécouter – ses propos de campagne dans la célèbre diatribe : « Je veux une république irréprochable… ».

 

Appréciez cette analyse du blog « On fait comme on dit »  :

 

Je veux une République irréprochable
64% des Français jugent les dirigeants politiques « corrompus »… Un sondage OPIF qui ne sert pas à grand chose mais qui donne la mesure du problème… Poser la question c’est y répondre.

 

Le Président de la République, c’est l’homme de la nation. Ce n’est pas l’homme d’un parti, ce n’est pas l’homme d’un clan.
Mouais… Bizarrement on est pas vraiment convaincu… A lire :   l’enquête de Mediapart sur le club des premiers donateurs (7500 euros) de l’UMP sur Mediapart (ou ici… http://blogdejocelyne.canalblog.com/).
Le clan, ce serait ce premier cercle, et « les amis du Fouquet’s« . Ils ont parié, ils ont gagné (ouverture des jeux en ligne par exemple, comme l’explique Jean-Marc Ayrault). Et z’ont en grande partie été décorésd’un hochet de la légion d’honneur, parce que ça fait plaisir.

 

Je veux donner à chacun sa chance. Je veux être le président de tous les Français. Je veux que tous sachent que, dans mon esprit comme dans mon cœur, ils ont une place, ils ont un avenir.

« Casse-toi Pov’ Con« , « Je me fous des Bretons« , contrôles au facies en hausse  depuis 2002, quand les 834 contribuables les plus aisés (cherchez pas, vous n’en êtes pas   ont reçu un chèque moyen de 368.000 euros de la part du fisc.

 

Je veux que les nominations soient irréprochables.
Ahhhhhhhhhhh ! Ça devient trop dur ! L’Express tentait une courte liste des nominations polémiques, doux euphémisme… Pérol, Ockrent (et Pouzilhac), Solly, Jouyet, Mariani… mais aussi Hees, Val à France Inter, aujourd’hui le président de France Television, François Baudot proche de Carla Bruni, la tentative de mettre son fils à l’EPAD, ou encore les copains bombardés chefs d’entreprise.

 

Je veux que le parlement ait davantage de pouvoirs.
La réforme de la Constitution avait ce motif comme prétexte. Hormis la Question Prioritaire de Constitutionnalité qui ne concerne pas le Parlement (elle  permet comme aux Etats-Unis à un citoyen en litige avec l’Etat d’invoquer la Constitution pour contester l’application d’une loi) , et peut être le referendum d’initiative populaire (on attend les textes d’application, et pareil ça ne concerne pas le Parlement) il n’y a pas grand chose : l’abandon du 49-3 est une petite concession puisqu’il n’y plus trop de possibilité de cohabitation… et la procédure d’urgence est remplacée par la « procédure accélérée »…  Voir la synthèse par Me Eolas.


Et surtout, la pratique du pouvoir est celle d’un parlement chambre d’enregistrement. La preuve, quand il vote mal, on le fait revoter : OGM restreints puis re-autorisé, HADOPI rejetée puis remise sur pied, taxes sur les banques votée puis enterrée…

 

Je veux que les ministres soient moins nombreux, quinze au maximum.
Ben y a 37 membres dans l’équipe à Fillon. Presque 15, juste le double. D’ailleurs Guéant, le secrétaire général de l’Elysée, parlait d’un gouvernement plus restreint en octobre prochain. Faut dire qu’il y a peu, on lisait dans le Canard (et ici) ses paroles qui disaient en substance : « Je veux bien qu’on fasse un remaniement, mais on manque de stock »

 

Et qu’ils rendent des comptes. Qu’ils s’engagent sur des résultats.

Vous avez entendu Amara sur le fameux Plan « Marshall » Banlieue ?  Ou Hortefeux sur l’insécurité ? Pécresse sur le succès de l’autonomie des facs ? Woerth sur la lutte pour (« J’ai lancé toute les procédures pour au contraire renforcer la fraude fiscale ») contre l’évasion fiscale ? Ou encore sur la hausse de l’emploi, l’accès au logement ?

 

Je veux défendre la Vème République. Mais je veux changer la pratique de la République.
Là-dessus, il n’y a rien à dire ! On a un président qui ne peut plus se déplacer en France sans une centaine de gendarmes en escorte ou sans créer un incident.

 

Plus de simplicité, plus de proximité, plus d’humilité, plus d’authenticité.
Ah en fait non. Yacht, montres chères etc… Une chronique résume l’esprit de « simplicité » et « d’authenticité », celle de François Morel, « le parapluie d’Angela« .

 

Au fond, je souhaite, si vous me faites confiance, être le président d’une démocratie moderne, qui sera exemplaire au regard du monde. »
La semaine dernière, « Bild Zeitung » publiait un article sur le train de vie actuel de l’Elysée, ça donne « Sarkozylebt wie Gott im Frankreich » ou Sarkozy vit comme un Dieu en France. Alors certes, « wie Gott im Frankreich » est une expression idiomatique allemande inventée avant l’élection de Nicolas Sarkozy, mais faut croire qu’elle tombe à pic.

Si cette profession de foi était sincère, c’est raté… Si c’était juste pour être élu…

On peut y ajouter « «Je veux si je suis élu, d’ici à 2 ans, que plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d’y mourir de froid » ». Le chiffre des sans abris augmente de jours en jours…

On peut y ajouter ces quelques mots de 2007 « Je veux être leur candidat. Je veux être le candidat du peuple et non celui des médias, celui des appareils, celui de tel ou tel intérêt particulier »….des milliers de policiers réquisitionnés pour chaque déplacement en province, ça c’est être proche du peuple !

 Alors ? Qu’est-ce qu’on lui dit ? Comme lui « Cass’ toi pauv’ con » ou comme les Tunisiens et les Egyptiens : « Dégage ! »

 

 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Nonidi  22 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

09/02/2011

Le pétrole monte. C’est bien mais peut mieux faire !

 

petrole.jpg

 

 

Je viens de passer à la pompe, et j’ai de moins en moins de pétrole pour les quelques euros que je consacre à ce liquide nauséabond (40 litres de 95 pour 60 euros). Quelle chance ! Ouais, je vous vois venir. Vous allez dire : Ça y est, Victor, il est constipé des boyaux de la tête… !

 

Pas du tout !

 

Chaque matin, lorsque le bavard de service de France Inter ou d’Europe 1 prend son ton le plus consterné pour nous annoncer la hausse du « baril » de pétrole (159 litres), ça me réjouit ! Et oui, je suis comme ça. Ce n’est pas que j’aime les coups de pieds au cul, bien au contraire : cette hausse du pétrole impliquera forcément, et j’espère le plus tôt possible, une remise en cause de ce qui fait le fondement de l’économie ultra-libérale « globalisée », c’est à dire les transports à bas prix,  responsables des principales pollutions à gaz à effet de serre, outils de la déforestation, outils de l’invasion des produits à vil prix fabriqués par des esclaves chinois, marées noires, etc.

 

Savez-vous que 75% des transports par poids lourds qui encombrent routes et autoroutes ne servent strictement à rien ? Exemple : des patates cultivées dans le Limbourg belge sont expédiés au Maroc pour êtres pelées et coupées. Elles repartent en Italie pour être congelées. Puis en Hongrie pour être conditionnées. Enfin elles retournent en Belgique pour être bouffées, Un’ fois ! Environ 6000 km pour rien !

 

Pareil pour la plupart des produits courant. J’ai lu quelque part qu’un bloudjine « voyage » environ 45.000 km…

 

Donc, pétrole cher = suppression de ces aberrations.

 

Pétrole cher = voyages en avions chers, donc moins de touristes-pouristes.

 

Pétrole cher = transport des produits lointains par bateaux chers, donc moins de délocalisations et de chinoiseries.

 

Pétrole cher = retour des ceintures vertes vivrières autour des villes (plutôt que de bouffer à Avignon ou Montpellier d’insipides aubergines ou tomates hollandaises….)

 

Je vous laisse trouver vous-même quelques autres – nombreuses – conséquences réjouissantes de cette hausse du pétrole.

 

Allez, je sors mon vélo !

 

 

Merci à Antonelli pour l’illustration

 

*********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Octidi  21 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

08/02/2011

Serrrons les miches : les Jeux Olympiques menacent Annecy !

NO-JO-Annecy.JPG

 Ah ! C’est aujourd’hui que les kapos de l’Olympisme viennent faire la revue de casernement de la candidature françouaise pour les Jeux Olympiques d’hiver de je ne sais plus quelle année. Serrons les miches ! On y est déjà passé près contre Londres, espérons qu’on arrivera à éviter la sélection d’Annecy !

 

La plus grande escroquerie mentale, c’est de faire croire que les « J.O. » sont une fête de la jeunesse, un instant de paix mondiale.

 

Mon cul ! comme dirait Siné…

 

Les J.O., sont nés dans la cervelle d’un baron aux idées plus que douteuses et ont été portés pendant des années par Samaranche, fruit délicat du franquisme. Il représentent l’embrigadement, le nationalisme le plus chauvin, une compétition sordide sous-tendue par les drogues fournies par les grands laboratoires pharmaceutiques mondiaux et grassement commissionnés (notez, j’ai pas dit sponsorisés !) par les marchands de merde mondiaux. Les « villages olympiques » sont autant de ghettos où les robots programmés ne se rencontrent jamais, ne se côtoient pas, ne se parlent pas. Surveillés qu’ils sont par des « entraineurs  kapos ».

 

Tè ! parlons-en des « Jeux Olympiques » ! Le sport vu par le père Coubertin, c’est pas mal : plus haut, plus vite, plus fort. Les J.O. sont de droite, et même d’extrême droite.

 

Au fait le Coubertin (Baron Pierre de…), il était pas mal dans le genre facho, raciste et machiste. Il se proclamait lui-même comme un « colonialiste fanatique ». Il prônait la pratique sportive et physique comme un moyen de redressement de l’esprit. Allez, court coco, et ne réfléchit surtout pas !

 

Les idées du baron sont pour le moins « pittoresques » :

 

« La théorie de l'égalité des droits pour toutes les races humaines conduit à une ligne politique contraire à tout progrès colonial. Sans naturellement s'abaisser à l'esclavage ou même à une forme adoucie du servage, la race supérieure a parfaitement raison de refuser à la race inférieure certains privilèges de la vie civilisée. » (The Review of the Reviews, avril 1901).

 

« La première caractéristique essentielle de l’olympisme ancien aussi bien que de l’olympisme moderne, c’est d’être une religion. En ciselant son corps par l’exercice comme le fait un sculpteur d’une statue, l’athlète antique honorait les dieux. En faisant de même, l’athlète moderne exalte sa patrie, sa race, son drapeau. » (Pierre de Coubertin, Les Assises philosophiques de l’Olympisme moderne).

 

« Une olympiade femelle serait impratique, inintéressante, inesthétique et incorrecte. Le véritable héros olympique est à mes yeux, l'adulte mâle individuel. Les J.O. doivent être réservés aux hommes, le rôle des femmes devrait être avant tout de couronner les vainqueurs. » Il a dit ça lors des Jeux Olympiques de 1912 à Stockholm.

 

Il considérait que les Jeux Olympiques de Berlin de 1936 ont été les mieux organisés depuis l'origine. Il était un grand admirateur d’Hitler qui le lui rendait bien : le sinistre führer a appuyé une demande de prix Nobel pour Coubertin (qui lui aurait été refusé à cause de cet appui). Hitler (à la recherche de crédibilité pacifiste) a également proposé de subvenir aux besoins de Coubertin via une rente (refusée par ce dernier tout de même).

 

Le C.I.O., multinationale bourrée de thunes, domicilié évidemment en Suisse, a été dirigé par un autre grand démocrate : Juan Antonio Samaranch Torello, marquis de Samaranch, né le 17 juillet 1920 à Barcelone, président du comité international olympique (CIO) de 1980 à 2001. Né dans une riche famille, il a été chef de mission pour l'équipe espagnole à de nombreux événements olympiques avant d'être nommé au gouvernement espagnol secrétaire des sports par Franco en 1967. Il devint aussi à cette époque président du comité national olympique et un membre du CIO. Il a été vice-président du CIO de 1974 à 1978, et il a été nommé ambassadeur d'Espagne en Union soviétique et en Mongolie de 1977 à 1980.

 

Après les jeux d'été de 1980, le président Lord Killanin démissionna et Samaranch fut élu comme successeur. Durant son mandat, Samaranch a réussi à améliorer la santé financière du mouvement olympique grâce aux droits télévisuels et aux partenariats. C’est à lui qu’on doit la forme moderne, c’est-à-dire totalement dévolu au fric roi, des J.O. Le roi d'Espagne lui a conféré le titre de Marquis de Samaranch en 1982.

 

Comme quoi les Jeux Olympiques sont une organisation d’extrême droite, destinée à faire du fric et à aveugler les pauvres cons. « Donnez au peuple du pain et des jeux » ! Il a avait tout compris le César.

 

Et les sportifs là-dedans ? Parce qu’il y en a qui y croient, qui se décarcassent pour le rêve d’une médaille… Et bien on les prend pour des cons. On les traite comme des sous merdes. Dictateurs et « sponsors » les élèvent, les entraînent à des rythmes de fous, les engraissent aux hormones de croissance et autres saloperies bien connues des « sportifs », les fanatisent pour qu’ils se surpassent et écrasent leurs adversaires. Ce sont des champions élevés en batterie, c’est pas du nourri sous la mère ! Tu les fais pisser par terre, ça fait un trou !

 

Mais rassurons-nous, on sera sûrement éliminés. Trop indisciplinés ces Français, trop rouspéteurs, trop bordéliques.

 

Peut-être mais surtout trop lucides !

 

 

Logo: http://img.over-blog.com/351x351/1/39/66/22/NO-JO-Annecy....

 

Autres informations: comiteantiolympique@yahoo.fr

 

*********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Septidi 20 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

07/02/2011

Au bistro de la Toile: autoroutes...

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- L'autre jour, Loulle, j'ai foutu la zone à un péage d'autoroute. Je ne prend jamais ces trucs mais cette fois j'étais obligé. Donc j'arrive aux postes de paiement et là...que des robots, pas un pèlerin visible. Paiement par carte bleue obligatoire. Et si t'as pas de carte bleue, comment tu fais ? Bon. J'en avais une. Je la glisse dans la fente...

 

- ... Hummm ! Quelle belle image Victor !

 

- Ouais... Donc je mets ma carte dans le truc et...que dalle ! Le truc me ressort la carte. Je recommence et...rebelote. Derrière moi, les gros culs commençaient à grogner du moteur, à hurler du klaxon, à menacer du plein phare. En désespoir de cause, je trouve un bouton « appel » et j'appuie. Une voie de bonne femme me demande mon numéro de carte, j'obtempère puis un type avec le gilet jaune fluo se pointe enfin, prend ma carte, entre dans la guérite et me délivre de ce piège.

 

- Faut être moderne mon beau ! Faut être moderne!

 

- S'il y avait une personne physique aux poste de paiement, comme c'était le cas avant la privatisation, il n'y aurait pas ces problèmes.

 

- Mais il y aurait moins de grasses pépites pour les actionnaires des sociétés concessionnaires! En voilà un beau scandale, la privatisation des autoroutes. C'est l'autre bellâtre à nom de canasson, le Galouzeau de Villepin qui a refilé ce bijou de famille aux amis de mes amis. A prix bradé: moins de 15 milliards alors que Philippe Seguin, alors président de la Cour des comptes estimait leur valeur à au moins 22 milliards! Depuis, les entreprises qui ont touchés le gros lot se gavent littéralement. L'an passé, c'est 1,4 milliard d'euros qui sont passés dans la poche des actionnaires. Un taux de profit de 14% ! Du caviar à la louche! Avec un instrument - les autoroutes - payé par nous, avec nos impôts. Alors que les autoroutes auraient dû être rendues gratuites à la fin de leur financement! En voilà une belle enculade sans vaseline! Ces sociétés se goinfrent sur notre dos, en augmentant le prix des péages, en saucissonnant les parcours afin de faire payer plus cher les tronçons les plus utilisés, en supprimant le personnel des péages, en favorisant le télépéage afin d'augmenter le nombre de clients, en rabiotant sur l'entretien des infrastructures. Et cerise sur le gâteau, c'est l'État qui prend en partie en charge le coût des suppressions d'emplois par des préretraites et autres dispositifs.

 

- Sans compter que ce milliard et demi de bénef, si l'Etat était resté propriétaire, c'est lui qui toucherait ce pognon...

 

- Exactement. On touche là une des causes du déficit abyssal des finances de l'État: les bénefs perdus des entreprises privatisées, les autoroutes, mais aussi France-Télécom, Gaz de France, EDF, etc.

 

- C'est ça la gestion ultra libérale...

 

- Je pense qu'on devrait demander aux Tunisiens de nous aider à dire à tous ces cons: DEGAGEZ !

 

Pour l'illustration, merci à Chimulus

 

*********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Octidi 19 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

04/02/2011

Au bistro de la toile: Big Brother

big-brother-poster.jpg

 

 

 


- Oh! Loulle, maintenant quand je rentre dans ton rade m'envoyer quelques gorgeons en discutant le bout de gras avec quelques autres soiffards, il y a l'œil de Moscou qui me surveille...


 

- C'est la « videosurveillance », la dernière lubie du maire, Victor. Mais comme ce terme fait un peut espionnage, ils appellent ça le « videoprotection ». Ça a un côté plus rassurant. En fait c'est du flicage des rues...


 

- ...dont les Rosbifs, très en avance en la matière, ont reconnu après expérience que ça ne servait pas à grand chose au niveau de la dissuasion des malfrats... Mais je commencerais à me faire du soucis le jour où je verrais des caméras dans ton antre de débauche Loulle ! Mais il y a bien pire: il paraît que 70% des dispositifs de vidéosurveillance qui s'installent dans les entreprises sont utilisés pour surveiller les salariés! Big Brother, nous voilà!


- Ouais mais ces caméras sont destinées à lutter contre le vol ! Enfin, qu'ils disent...


 

- Qu'ils disent oui ! En fait c'est pour surveiller les salariés, savoir ce qu'ils font, comment ils se comportent devant les clients, qui va dans les locaux syndicaux, qui copine avec qui... C'est la parano Big Brother.


 

- On ne peut tout de même pas faire n'importe quoi Victor. Il y a des lois qui encadrent cette pratique.


 

- Ben voyons! Aucune démarche administrative n'est nécessaire. Une simple déclaration auprès de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnilsuffit pour installer un dispositif de vidéosurveillance, avec enregistrement ! Les nouveaux systèmes de vidéosurveillance intégrant téléphones portables – et en particulier les téléphone de troisième génération (3G) - et webcams seraient la nouvelle arme massive de surveillance à distance ; en connectant sa caméra à un enregistreur connecté à Internet, on peut visionner les images capturées depuis son smartphone ! 1 000 euros pour un système capable d'être connecté à quatre caméras, selon un vendeur...


 

- C'est vrai que ces putaing de téléphones portables pour pratiques qu'ils soient, sont un insupportable fil à la patte. Tè! J'ai un client routier que son patron – ou son chef de service - appelle régulièrement, toutes les heures, pour lui demander ce qu'il fait, où il est. Même pas le temps d'aller pisser, le gros. Et son chef le talonne, le pousse à aller plus vite, même en prenant des risques... Sans oublier les mecs qui donnent quelques coups de canifs dans le contrat et se font pièger par Bobonne!


 

- La vidéosurveillance est un monstre froid qui met à nu le salarié. Or parce qu’« au contrat, le salarié met à la disposition de l’employeur sa force de travail mais non sa personne », celui-ci doit pouvoir exiger une certaine opacité, même aux lieux et temps de la subordination. En altérant cette opacité, la vidéosurveillance est donc, par nature, susceptible de porter atteinte aux droits fondamentaux de la personne. En conséquence, en déduit la Cnil, un système de vidéosurveillance « doit obligatoirement respecter le principe de proportionnalité et être strictement nécessaire à l’objectif poursuivi ».

- On y arrive à Big Brother d'Orwell. Le « héros » de ce bouquin prémonitoire dit: « On devait vivre, on vivait, car l’habitude devient instinct, en admettant que tout son émis était entendu et que, sauf dans l’obscurité, tout mouvement était perçu. »

- Allez! Buvons un coup, et merde à Big Brother!

 

 

*********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Sextidi 16 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

Image X - droits réservés

03/02/2011

LE POUVOIR...

 

Ils se prennent pour dieu, car dieu, c'est le pouvoir.


 

Ils jouissent de l'ivresse croissante du pouvoir.


 

Ils recherchent le pouvoir pour le pouvoir, exclusivement pour le pouvoir.


 

Le bien des autres ne les intéressent pas.


 

Ils ne recherchent au fond ni la richesse, ni le luxe, ni une longue vie, ni le bonheur.

Ils ne recherchent que le pouvoir. Le pur pouvoir.


 

Le pouvoir n’est pas un moyen, il est une fin. Jamais personne ne s’empare du pouvoir avec l’intention d’y renoncer.


 

La drogue du pouvoir les rend tous sanguinaires.


 

Le pouvoir est le pouvoir sur d’autres êtres humains. Sur les corps mais surtout sur les esprits.


 

Ce qui les fait jouir, c'est le pouvoir, non sur les choses, mais sur les hommes.


 

Et comment un homme s’assure-t-il de son pouvoir sur un autre homme ? En le persécutant.


 

Le pouvoir est d’infliger des souffrances et des humiliations.


 

Le pouvoir est de déchirer l’esprit humain en morceaux que l’on rassemble ensuite sous de nouvelles formes que l’on a choisies.


 

Le pouvoir, qu'il soit fasciste ou capitaliste crée un monde de crainte, de trahison, de tourment. Un monde d’écraseurs et d’écrasés. Un monde de haine.


 

Le pouvoir, c'est une botte de soudard écrasant un visage.


 

Mais ce pouvoir là, aveugle, criminel, se renverse, se conquiert, s'arrache par le courage, le sacrifice, la volonté de justice.


 

Le pouvoir n'est pas invincible. Les Sans-culotte arabes le démontrent.


 

Ils écrivent leur victoire à l'encre de leur sang.

 

 

OgreTyrant.jpg

 

 

 

*********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Quintidi 15 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

Image X - droits réservés

 

02/02/2011

Pesticides: le triomphe sournois des empoisonneurs.

pesticides.jpgQui ne s’est pas énervé en traversant les nuages de pesticides généreusement pulvérisés sur les cultures du printemps à la récolte, soit pendant quatre mois ! Oui, nous répondent les tenants de l’agriculture intensive, mais si on ne traite pas, on n’a pas de récolte correcte… Sauf que l’agriculture biologique prouve chaque jour le contraire.

Oui nous diront les Fnsea-boys mais le bio, c'est marginal, ce n'est pas ça qui va nourrir les foules affamées. Laissez-nous traiter « raisonnablement ». D'ailleurs faites confiance à la Commission européenne qui contrôle l'affaire et au « Grenelle de l'environnement » de ce cher Borloo.


 

Mouais... Il existe dans la Directive européenne sur les pesticides ( la 91/414 ) un article, le 8.4, dont les dispositions permettent d’obtenir une « dérogation de 120 jours » donnant la possibilité à un Etat membre d’utiliser des pesticides interdits « en cas de danger imprévisible » pendant presque une saison culturale complète.  Autrement dit, il suffit de demander une dérogation pour l'obtenir et contourner ainsi toute interdiction!


 

C'est ainsi que les gougnafiers de l'agriculture chimico-industrielle continuent à bombarder nos campagnes de tonnes de matières fort sympathiques! Dans la vaste majorité des cas, ce sont des pesticides de synthèse avec un profil environnemental et sanitaire dangereux qui ont reçu une dérogation. C’est le cas des fumigants dangereux comme le 1,3‐Dichloropropene et le Metam-sodium ou d’anciens organochlorés comme l’endosulfan ou des neurotoxiques comme le dichlorvos et le chlorpyrifos ou les tristement célèbres Imidaclopride, Thiamethoxam et Glyphosate.

 

Rassurez-vous braves clampins! L’article 8.4 de la directive 91/414 restreint l’autorisation de dérogation à des cas de « danger imprévisible qui ne peut être maîtrisé par d'autres moyens ». Ben voyons! Ci-dessous quelques exemples du dévoiement de cet article :

  • Accorder des dérogations pour « danger imprévisible » à des fumigants du sol est, selon l'ONG Générations Futures, un détournement de cette dérogation. En effet, ces produits sont liés à des rotations courtes, souvent des monocultures dont les ravageurs spécifiques sont parfaitement connus. Ce type de dérogation permet juste de continuer ces mauvaises pratiques agronomiques sans rotation alors qu’une alternative existe : mettre en place une rotation des cultures.

  • L’octroi de dérogations pour « danger imprévisible » à des néonicotinoïdes tient à leur facilité d’utilisation (enrobage de semences) et à leur persistance. La pertinence d’une dérogation pour « danger imprévisible qui ne peut être maîtrisé par d'autres moyens » dans ce cas est difficile à accepter car il existe une foule d’insecticides disponibles et également de nombreuses techniques utilisées en contrôle biologique.

  • Exemple final : la dérogation pour le glyphosate. Les alternatives (herbicides et désherbage mécanique) sont largement disponibles et il est difficile de comprendre pourquoi une telle dérogation peut être accordée.

pesticide bidon tête de mort.jpgLa France est maintenant clairement le champion européen de ces moyens détournés d’obtenir l’autorisation d’utilisation de pesticides, passant de 0 dérogations en 2007 à 74 en 2010 ! La Grèce, qui est passée dans le même temps de 6 à 54 dérogations, lui dispute ce titre, suivie de près par le Portugal passé de 1 à 31 en 2010 et Chypre, passé de 0 à 18 en 2010. L'Autriche, qui fut jusqu’en 2009 en tête reste dans la fourchette des 12/16 dérogations par an, la plupart du temps pour les mêmes pesticides. L'Allemagne a aussi augmenté ses dérogations, de 10 en 2007 à 24 en 2010, pour des raisons inconnues.

Les empoisonneurs ont toujours un bel avenir dans l'Europe ultra libérale de Barosso autant que dans la France « grenellée de l'environnement » des comiques troupiers Borloo et Sarko!

Bon appétit!



 

Sources: http://www.mdrgf.org/pdf/derogations_pesticides_janv2011.pdf

 

**********

 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Quatridi 14 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

Photo X - droits réservés

01/02/2011

DEGAGE !

sarko-grimace.jpg

 

 

Du Maghreb au Machrek les tyrans sont en transes

Lorsque monte du peuple une clameur immense,

Un khamsin de colère souffle en terres arabes

Et résonne en un cri puissant de trois syllabes

DEGAGE !

 

 

Ces peuples exploités, humiliés, enchainés

Sous le joug de despotes cupides et bornés,

Se réveillent, se dressent, envahissent les rues,

Et crient à leurs tyrans en leur bottant le cul

DEGAGE !

 

Et nous ? Que faisons-nous ? On souffre sous Sarko…
Bien sûr il fut choisi et élu par les veaux

Et depuis quatre années, il nous casse les burnes !

Alors, dès l’an prochain, hurlons-lui par les urnes :

 

DEGAGE !

 

 

 

 

**********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Tridi 13 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

Photo X - droits réservés

31/01/2011

Tunisie, Egypte en ébullition: les bobos tremblent pour...leurs ryads et leurs croisières.

chimulus egypte.jpg

- Merde, Jenny, c'est quoi ce bordel ? On devait partir en super croisière hyper branchée jusqu'à Assouan, et voilà que ces cons se révoltent. Sous prétexte qu'ils crèvent de faim dans un pays riche... T'iras à l'agence voir pour se faire rembourser.

 

- Te plains pas Kev, mon dabe se bouffe les bijoux de famille: il a mis pas mal de thunes dans un hotel club de Djerba...

 

- Pfff ! Les dictateurs, c'est plus ce que c'était. Même les valeurs les plus sûres foutent le camp...

 

Merci à Chimulus

 

**********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Duodi 12 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

29/01/2011

Sortie du fond des âges: LA LEPRE. Un lépreux toutes les deux minutes !

 

A Delhi,  Kutab Road, c'est l'Inde des prolos. C'est là que je l'ai vu, mon premier lépreux.

Il avançait péniblement sous les arcades. Il avait une pièce de toile verte sur la tête et les épaules et essayait de la retenir devant sa gueule comme il pouvait. Je dis gueule pas par mépris mais parce que ce qui fut son visage, ça faisait peur. Deux trous pour les yeux, pleins de sanie, pleins de jus visqueux. Deux trous pour le nez qui le faisait ressembler à un lion. La fameuse « face léonine » des lépreux. Quelques chicots qui sortaient de ce qui avait été une bouche. Ses mains ? Il n'y en avait plus... Deux moignons noirâtres, complètement rongés. Sans doigts. C'est avec Ça qu'il retenait comme il pouvait son tissu devant lui pour se dissimuler un peu. Ses jambes couvertes d'ulcères coulants étaient entourées de chiffons gluants de pus. Ses pieds n'étaient plus que des bouts tout craquelés, gris noir, avec des morceaux rosés... Un rat avait dû lui bouffer son dernier arpion. 

 

Ça te file un drôle de flash, surtout quand t'es pas encore habitué, comme c'était le cas pour moi.

LEPRE affiche.jpgTout ça pour vous dire qu'aujourd'hui et demain, ce sont les journées de lutte contre la lèpre. Une maladie terrifiante sortie du fond des âges et qui touche, au XX1° siècle, une nouvelle personne toutes les deux minutes ! Le bacille de la lèpre court toujours et frappe encore chaque année plus de 250.000 victimes, rappelle la Fondation Raoul Follereau, du nom de celui qui fonda, en 1954, cette Journée mondiale des Lépreux, permettant de guérir, dans les années qui suivirent plus de 14 millions de malades atteints par cette maladie invalidante, cause de souffrance physique et d'exclusion sociale. La 58ème édition de ces deux jours fait appel à la générosité du grand public, qui permet aujourd'hui de soutenir des programmes de santé dans 28 pays.

Ce n'est pas une question de charité - j'ai horreur de ça - mais de dignité, de justice.

 

**********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Décadi 10 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

28/01/2011

Paul Hué et Paul Hueur à Davos.

 

 

- Oh là ! Sieur Paul Hué, vos vaches pètent trop

Il vous faudra réduire leurs délires ventraux

Car leurs rots et leurs pets, ce sont du gaz méthane

Qui risque de changer nos prairies en savanes.

- Oh là ! Sieur Paul Hueur, rengainez vos leçons

Que sont nos pets de vaches comparés au boxon

Que génère sur terre l'hyper consommation

De vos sociétés, vos civilisations

Basées sur le paraitre et sur le racolage,

Sur l'avoir plus que l'être, et où le gaspillage

Est le mode normal de concevoir la vie

Où l'on prend, casse et jette au gré de ses envies.

- Notre mode de vie n'est pas négociable

Vous feriez comme nous si vous étiez capables !

De quoi donc rêvez-vous dans vos sombres gourbis ?

De bagnoles, de viande, d'alcools, de beaux habits,

De maisons confortables à l'air conditionné,

De piscines, de plages, de routes bétonnées.

D'ailleurs que faites-vous quand vous avez des thunes ?

Une station de ski au milieu de vos dunes...

- Qui nous pollue la tête avec ces âneries ?

Vos programmes télé avec leurs conneries.

N'avons-nous pas le droit d'être aussi cons que vous ?

Nous marchons sur vos traces, cependant, je l'avoue,

Ces travers me désolent et me mettent en rage

Mais avant d'arriver au niveau de carnage

Que vous faites subir à l'environnement

Nous avons de la marge pour vivre décemment.

Quand un Indien produit une tonne de carbone,

Vous, les Zétazuniens en produisez vingt tonnes

Et dix tonnes en Europe. Mais zéro en Afrique !

C'est à vous d'arrêter vos pollutions chroniques !

- De quoi vous plaignez-vous ? Vous êtes bien contents,

Sûrement pas le peuple, mais vous, les dirigeants

D'accepter nos déchets à pleines palanquées

Car nous vous payons cash pour que vous les planquiez,

Qu'ils soient radioactifs, domestiques ou chimiques !

Euros, yens ou dollars, tout est bon pour vos cliques...

- Taisez votre cynisme, et gardez vos poubelles.

Car par la corruption vos actions criminelles

Saccagent nos contrées, empoisonnent nos gens,

Les poussent à émigrer pour trouver quelque argent.

C'est vous qui polluez depuis bientôt deux siècles.

Vous voudriez en plus nous imposer vos règles ?

C'est à vous de payer ! Vous tuez la nature

Et voulez que ce soit nous qui fassions ceinture ?

Le monde va crever ? Nous n'y sommes pour rien !

Si vous ne casquez pas, on ne répond de rien...

 

 

**********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Nonidi 9 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

27/01/2011

Des bastos pour Davos...

davos 2010 sarko.jpg

Ça y est. C’est la grand messe de l’oligarchie qui pourrie le monde. C’est le forum de Davos. Ils sont là haut,  quelques 2500. Tous nuisibles à plus ou moins grande échelle. Ils sont entièrement responsables de la merde économique dans laquelle le monde entier se débat. Une crise d’ailleurs programmée, organisée et dirigée par eux. Ils prétendent pourtant continuer à régir l’existence de 7 milliards d’individus, dont 95% subissent les conséquences des méfaits de ces voyous en col blanc.

 

Qui sont-ils pour prétendre à cet extraordinaire pouvoir ? Qui les a élus ? Qui représentent-ils ? Devant qui sont-ils responsables ? Ils sont les représentants de quelques centaines de compagnies multinationales qui mettent la terre en coupe réglée, qui réduisent au quasi esclavage l’essentiel de l’humanité, au profit de quelques milliers, allez, soyons large, quelques dizaines de milliers de parasites. Elus par personne évidemment si ce n’est par ces cercles mafieux qui se camouflent sous le nom de « conseils d’administrations ». Quant aux « politiques » qui se montrent à ce bal des sorcières, ils ne sont que les marionnettes de ces crapules.

 

Ils sont les « apôtres » de la mondialisation, de la croissance à tout crin, de la mise en état de quasi esclavage de l’ensemble des populations laborieuses du monde. Leur Graal : la Chine… Résultat de l’action de ces nuisibles : la planète dévastée, le climat déréglé, la clochardisation généralisée des populations laborieuses, l’accaparement des richesses mondiales au profit d’une poignée d’escrocs cupides et veules, la défaite des démocraties, le règne des dictatures, l’abrutissement des foules par l’obscurantisme religieux.

 

Cette année, ils sont tout de même inquiets par le vent de liberté qui souffle du désert et menace leurs amis dictateurs arabes. Pas bon ça mon cher ! Une besoin de liberté, une aspiration au bonheur ? Pas bon ça mon cher. Pas bon pour nos dividendes…

 

Ah ! Aujourd’hui, ce ramassis d’escrocs va bénéficier de la visite du ci-devantNicolas, Paul, Stéphane Sarközy de Nagy Bacsa! Quelle chance! Le sauveur du monde, le président du G vain imselfe! Qu'est-ce qu'il va encore trouver comme paroles bien démagos? On va voir... 

 

Et Ben Laden, t’aurais pas par hasard quelques petites bombes à essayer ? Voir comment ça pète dans la neige ? Ah, ils ne t’ont pas invité ? Ça m’étonne. Ah oui ! Pas toi directement mais des membres de ta famille… Compris. On savait bien que t’était du même bord. Comment vont tes amis de chez Carlyle ?

 

Heureusement, il y a aussi un autre Davos 

 

 Merci à Hervé Feel

 

 

**********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Octidi 8 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

26/01/2011

M’ame Michu et M’ame Chazotte n’aiment pas les princesses et fêtent la Saint-Cochon !

vamps.jpg

 

 

 

- Eh ! M’ame Chazotte, v’z’avez vu l’émission de M’ame Schoenberg sur les mariages princiers qui se préparent pour cet été ? Elles sont belles ces futures princesses ! Ça en fera de belles photos dans Pouris-Match !

 

- Ben, je lisais alors j’ai pas vraiment regardé, mais je l’ai subie malgré tout cette émission de merde puisque quelqu’un la regardait chez moi. Ah ! Ils sont pas mal le Service public… A l’heure de grande écoute, ils nous bourrent le moût en léchant le cul de ces parasites de rois, princes et autres nobles à la con. J’en fais tous les matins des comme ça M’ame Michu !

 

- Ben vous alors ! Elles sont pourtant bien belles ces futures princesses !

 

- Des plantes grasses avec un ventre. Un ventre pour perpétuer la « race » des parasites exploiteurs. Ah ! Fallait les voir les pingouins ! Le capo d’une principauté d’opérette mafieuse et la fin de série d’une monarchie rosbif en bout de course… Puis ils ont fait l’apologie des 3.500 familles rescapées de la Révolution. Ça pue le pipi de chat, l’hypocrisie et l’extrême droite ultra catho. Ça prône la « charité » qui est d’essence foncièrement inégalitaire, illustration de l’humiliation, de l’asservissement là où il devrait y avoir justice.

 

- Ben ça alors !

 

- Et le pire, le sommet de la connerie, c’est quand sont arrivés sur le plateau de la mère Belmont les deux comiques troupiers de service, Thierrilou et Stéphanette qui nous ont fait leur numéro d’apologie de la royauté ! Sur le service public, payé donc par nos sous, ces deux crétins bouffis de leur bofitude cocohomo sont venus cracher sur la république !

 

- Ben, j’voyais pas ça comme ça…

 

- Bien sûr M’ame Michu, c’est fait pour endormir le bon con, on lui refile du faux rêve bidon pour qu’il ne regarde pas les saloperies qui l’écrasent au profit d’une oligarchie nuisible où se mêlent et se congratulent mafieux de la finance, de l’industrie, de la magouille, de la spéculation et fin de séries au nom à rallonge. On n’en a pas raccourci assez M’ame Michu ! Va falloir aiguiser la Veuve.

 

- Qui c’est cette veuve M’ame Chazotte ? J’la connais ?

 

- C’est la fillette au citoyen Guillotin ! Celle qui a raccourci le ci-devant Capet Louis, le 21 janvier 1793 à 10 H 22 sur la place de la Révolution, devenue depuis place de la Concorde à Paris.

 

- C’était quand même bien barbare M’ame Chazotte…

 

- C’est vrai. Mais comme était barbare l’asservissement de tout un peuple au profit exclusif d’une petite mafia appelée « noblesse ». En tuant le roi, le peuple se libérait définitivement, irrémédiablement. Parce qu’il tuait symboliquement dieu. Ce fut un acte majeur de notre grande Révolution M’ame Michu. D’ailleurs, vendredi dernier le 21 janvier, c’est-à-dire le duodi 2 pluviose de l’an 219 de la Liberté, j’ai fêté avec quelques citoyens et citoyennes, verres de rouge sang en main, la Saint-Cochon, c’est-à-dire l’anniversaire de l’exécution du ci-devant Capet Louis dit Louis XVI ! Ah ! Ça ira… Ça ira… Ça ira…

 

- Ben vous alors…

 

- Au fait il s’appelle comment le monarque illégalement élu qui nous pressure actuellement? Nicolas, Paul, Stéphane SARKÖZY de NAGY BOCSA. A sa place, je me méfierais de ce peuple de coupeurs de nobles...  

 

 

**********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Sextidi 7 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

 

24/01/2011

AU FOU ! Chatel veut apprendre la « novlangue » à nos gosses dès trois ans !

 

big brother.jpg

 

Je viens d'entendre ce matin que le désolant Luc Chatel - le s(m)inistre de l'éducation nationale ayant formé son jugement en tant que représentant de commerce puis « DRH » (celui qui met les employés au chomdu) de...L'Oréal (salut Liliane !) - veut faire apprendre l'anglais dès l'âge de trois ans. A rapprocher des élucubrations du pittoresque Allègre, un de ses prédécesseurs dans l'entreprise de démolition du patrimoine intellectuel français, qui estimait (je cite de mémoire) que « dans l'avenir les petits Français parleront l'anglais et apprendront le français ». Non mais qu'est-ce que c'est que ces conneries ! C'est tout simplement céder aux pressions de la « mondialisation », concept fuligineux inventé par les Zétazuniens pour assoir leur domination du monde. Méditons les mots de grands... Zétazuniens dont le regard n'est pas obscurci par les illusions, et par exemple celui-ci : « La mondialisation n'est pas un concept sérieux. Nous l'avons inventé pour faire accepter notre volonté d'exploiter les pays placés dans notre zone d'influence » (J. K. Galbraith, économiste célèbre).

 

Le « citoyen du monde » parle un anglais dégénéré, sorte d'esperanto moderne, qui lui permet de faire illusion dans le monde global. L'anglais reste une langue riche, complexe, subtile. Et les intellectuels britanniques sont les premiers à s'inquiéter de la dérive vers le bas de leur idiome. Mais la langue du monde des affaires, du monde du tourisme, du monde des médias et du spectacle, l'anglais de nos « élites » mondialisées ressemble de plus en plus à la novlangue décrit par Orwell. Avec toutes les conséquences en termes d'appauvrissement du débat, en particulier du débat démocratique, citoyen. Voilà la première force de la mondialisation: priver les peuples de leur langue, leur fournir une langue de substitution, appauvrie, pour atténuer leur pensée.

 

Le père Noël m'a offert une machine à lire électronique et je viens donc de relire « 1984 » d'Orwell. Aussi effrayant que prémonitoire hormis le fait que l'idéologie prédatrice actuelle n'est pas le socialisme mais le capitalisme ultra libéral. Orwell dit ceci : « - C'est une belle chose la destruction des mots. Naturellement, c'est dans les verbes et les adjectifs qu'il y a le plus de déchets, mais il y a des centaines de noms dont on peut aussi se débarrasser. Pas seulement les synonymes, il y a aussi les antonymes. Après tout, quelle raison d'exister y a-t-il pour un mot qui n'est que le contraire d'un autre ? Les mots portent en eux-mêmes leur contraire. Prenez « bon » par exemple. Si vous avez un mot comme « bon », quelle nécessité y a-t-il à avoir un mot comme « mauvais »? « Inbon » fera tout aussi bien, mieux même, parce qu'il est l'opposé exact de bon, ce que n'est pas l'autre mot. Et si l'on désire un mot plus fort que « bon », quel sens y a-t-il à avoir toute une chaîne de mots vagues et inutiles comme « excellent », « splendide » et tout le reste? « Plusbon » englobe le sens de tous ces mots, et, si l'on veut un mot encore plus fort, il y a « double-plusbon ». Naturellement, nous employons déjà ces formes, mais dans la version définitive de la novlangue, il n'y aura plus rien d'autre. En résumé, la notion complète du bon et du mauvais sera couverte par six mots seulement, en réalité par un seul mot. Voyez-vous Winston, l'originalité de cela ? Naturellement, ajouta-t-il après coup, l'idée vient de Big Brother. (...) Ne voyez-vous pas que le véritable but de la novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? A la fin, nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n'y aura plus les mots pour l'exprimer. Tous les concepts nécessaires seront exprimés chacun exactement par un seul mot dont le sens sera rigoureusement délimité. Toutes les significations subsidiaires seront supprimées et oubliées. Déjà, dans la onzième édition, nous ne sommes pas loin de ce résultat. Mais le processus continuera encore longtemps après que vous et moi nous serons morts. Chaque année, de moins en moins de mots, et le champ de la conscience de plus en plus restreint. Il n'y a plus, dès maintenant, c'est certain, d'excuse ou de raison au crime à la pensée. C'est simplement une question de discipline personnelle, de maîtrise de soi-même. Mais même cette discipline sera inutile en fin de compte. La Révolution sera complète quand le langage sera parfait. La novlangue est l'angsoc et l'angsoc est la novlangue, ajouta-t-il avec une sorte de satisfaction mystique. Vous est-il jamais arrivé de penser, Winston, qu'en l'année 2050, au plus tard, il n'y aura pas un seul être humain vivant capable de comprendre une conversation comme celle que nous tenons maintenant? »

 

On n'en est pas loin. Et pendant ce temps on démolit l'apprentissage du français, un des fondements essentiels de notre république avec la laïcité et la liberté. J'ai été effrayé, l'an dernier, alors que je donnais quelques leçons de français à mon petit-fils, de l'incroyable indigence des gosses « SMS » en matière d'orthographe. Les médias de masse se font les complices de cette acculturation. Il n'est que d'écouter les américonnerismes que nous infligent à longueur d'antenne tous ceux qui bonimentent dans le poste. Sans oublier, tellement c'est caricatural, le sabir de not'bon président qui va baver dans le poste ce soir !

 

**********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Quintidi 5 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

21/01/2011

ALERTE ! La France, usine à gaz (de schiste)

 

gaz de schiste.jpg

 

Total, GDF Suez et Schuepbach Energy, ce sont les trois principales entreprises qui s'apprêtent à explorer le sous-sol d'une zone allant de Montélimar à Montpellier (soit près de 15 000 km2) et qui remonte jusqu'au Larzac. Sous nos pieds, espèrent-elles, il y aurait du gaz. Des dizaines de milliards de mètres cube de gaz naturel.

Les Américains l'ont baptisé « shale gas » ; les Canadiens ont opté pour « gaz de schiste ». On assiste à une ruée vers cet or gazeux, qui a révolutionné le marché de l'énergie : en 10 ans, les Etats-Unis sont devenus le premier producteur de gaz -devant la Russie - frôlant l'indépendance énergétique ! Mais ce gaz dit « non conventionnel » (car non contenu dans une poche géologique) a également réussi un autre prodige : celui d'éveiller à l'écologie une partie de l'administration et des opinions américaine et canadienne. La colère monte outre-Atlantique, où les riverains des forages assistent, impuissants, à la destruction des paysages, à la contamination de l'air et surtout de l'eau utilisée pour les forages. Aujourd'hui, cette « nouvelle » énergie fossile, débarque en France, dans le plus grand secret.

C'est un Suisse, Martin Schuepbach, géologue de métier et ancien d'Exxon Mobil notamment, qui a ouvert le ban en 2007, en sollicitant un permis d'explorer le sous-sol auprès du ministère de l'Ecologie, imité par Total l'année suivante. Le ministère a coupé la poire en deux et leur a délivré des permis d'explorer, le 1er mars 2010. Depuis, il ne se passe rien. Officiellement, pas un seul carottage, pas un seul forage. Dans quelques mois, GDF Suez pourrait toutefois ouvrir le bal des « forages expérimentaux » sur la commune de Villeneuve de Berg, en Ardèche. Le maire a déjà reçu la visite de plusieurs salariés de GDF Suez. « Les données disponibles (dans ce secteur) sont excellentes », confirmait Martin Schuepbach en mai 2010 dans le Bulletin de l'industrie pétrolière. « Le potentiel gazier y est de plusieurs dizaines de milliards de mètres cubes », indiquait l'ingénieur suisse. Mais pour aller chercher le gaz naturel dans les entrailles de la terre, il faut un savoir-faire que les entreprises frenchy n'avaient pas encore acquis. L'alliance avec des entreprises américaines s'est donc avérée incontournable. Début 2010, Total a donc acquis 25% de Chesapeake Energy's, le leader mondial de l'exploration - pour 2,25 milliards de dollars - afin d'opérer sur le permis dit « de Montélimar ». GDF-Suez a préféré un mariage à trois pour explorer le permis dit « de Nant » (Larzac), s'alliant avec Schuepbach Energy et Dale, champion mondial dans « le forage en milieu urbain ».

La technique pour ramener le gaz à la surface est nouvelle, délicate et surtout, désastreuse sur le plan environnemental. La « fracturation hydraulique horizontale », c'est son nom, consiste à provoquer des failles à l'aide d'un liquide envoyé à très forte pression, pour libérer le gaz pris dans la roche compacte, à environ 2000 mètres de profondeur. Trois «ingrédients » sont nécessaires pour créer ces mini-séismes : des quantités phénoménales d'eau (entre 10.000 et 15.000 m3, soit 10 à 15 millions de litres), additionnées de produits chimiques - pour attaquer la roche - et de micro-billes de la taille de grains de sable - pour maintenir ouvertes les failles créées par le liquide. Une partie de ce cocktail « eau-produits chimiques » est aspirée à la surface, en même temps que le gaz.

L'eau est le nœud gordien du gaz de schiste. Aux Etats-Unis, elle est acheminée par centaines de camions-citernes, engendrant trafic sur les routes et pollution de l'air. Extraite du puits, elle doit être à nouveau transportée pour être stockée dans des réservoirs gigantesques. Certaines stations d'épurations municipales qui ont accepté de les retraiter dans leurs installations classiques ont eu de mauvaises surprises. Car cette eau est contaminée par les composés que renferme le sous-sol (métaux lourds, sel, éléments radioactifs, hydrocarbures, etc...), auxquels s'ajoutent les additifs utilisés pour faciliter la fracturation (plus de 500 ont déjà été recensés). Aux Etats-Unis et au Canada, la composition de ces additifs est protégée par le secret industriel ! En 2005, Dick Cheney, alors vice-président de George W. Bush et ex-PDG du géant de l'énergie Halliburton, leader mondial du gaz de schiste, réussit à faire voter une loi qui empêche l'EPA, l'Agence fédérale pour l'environnement, d'analyser les eaux utilisées pour la « fracturation ». Sans analyse, pas de problème... Début septembre 2010, devant la colère grandissante des habitants voisins des puits, l'EPA a sommé neuf entreprises de révéler la composition des additifs. Même si Halliburton a peu ou prou refusé de s'exécuter, il était temps que les autorités américaines réagissent. Car les images de riverains mettant le feu, en quelques secondes, à l'eau du robinet avec un briquet - tant celle-ci est chargée en gaz infiltré dans des aquifères endommagés - se multipliaient sur Internet. Un éditorialiste québécois fait un parallèle inquiétant : « Sur le plan environnemental, le gaz de schiste est au gaz naturel ce que les sables bitumeux sont au pétrole. »

Evidemment, en France, la question de l'impact sur l'environnement ne pouvait être ignorée. Mais GDF-Suez « ne désire pas s'exprimer pour l'instant » (dans l'attente d'un accord juridique définitif avec Schuepbach Energy). Total affirme, lui, se pencher sur des «programmes de recherche pour améliorer le process ». Le ministère de l'Ecologie, qui n'a convoqué aucune réunion sur la question de l'eau, assure avec fermeté qu' « on ne va pas travailler à l'américaine ». Quid alors de l'utilisation massive d'eau, ainsi que de sa pollution ? « L'eau sera prélevée dans des zones aquifères profondes et non potables, puis traitées avant d'être rejetées dans le milieu. Et les ingénieurs des compagnies pétrolières inventeront des techniques moins gourmandes en eau. » Dans un courrier à l'ex-ministre, Jean-Louis Borloo, la direction « Exploration Production des hydrocarbures » estime par ailleurs qu'il faudra adopter « une attitude vigilante mais proportionnée dans la mise en œuvre de l'extraction ». Traduction d'un responsable du ministère du l'Ecologie : « Il ne faudra pas casser le projet industriel en imposant trop de normes environnementales. » Car, comme le note Charles Lamiraux, le responsable « exploration et production des hydrocarbures pour la France » au ministère de l'Ecologie, le pays est à un « carrefour historique de son histoire pétrolière ». Cette perspective quasi miraculeuse d'acquérir l'indépendance énergétique, tant pour le gaz que pour le pétrole sonne comme un appel quasi irrésistible. « La recherche d'hydrocarbures en France, qui est une ressource stratégique, reste une priorité », confirme le géologue.

Une « révolution silencieuse » - selon l'expression de l'ex-patron de BP - est donc en marche en France, comme en Allemagne, en Chine, en Amérique latine ou encore en Russie. Le ministère de l'Ecologie et les entreprises en lice insistent : « Nous en sommes à la phase d'exploration. Personne ne sait encore quelles quantités de gaz renferme le sous-sol français et si cela sera rentable. » Pierre Batellier, porte-parole d'un groupement de citoyens canadiens opposés à l'exploitation du gaz de schiste, prévient les Français : « Même l'exploration est loin d'être neutre au plan environnemental. » José Bové regrette, lui, l'absence de débat : « Comme pour le nucléaire, l'Etat a décidé seul, sans consulter les populations sur leurs besoins en énergie. Tant pis pour eux », conclut l'eurodéputé, bien décidé, à l'heure du facteur 4 (3) et des énergies renouvelables, à croiser le fer contre cette énergie fossile et contre ceux qui veulent la libérer.

Par José Bové

Texte réalisé à partir de l'article de Marine Jobert sur Terraeco

****************************

Quelques liens révélateurs:

http://www.puisatiersprotech.com/hydrofracturation.htm

 

http://www.mbetv.com/%C2%ABgasland%C2%BB-un-documentaire-choc-qui-sortira-le-21-juin-aux-etats-unis

 

http://app.owni.fr/gaz/ 

 

pétition contre gaz de schiste.jpg

  Cliquez ICI

**********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Duodi 2 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

20/01/2011

Euthanasie : la mort doit se plier aux lois du marché !

euthanasie philippe Tastet.jpg

 

La radio qui me réveille, ce matin m’a filé la rabia : elle parlait sur un ton de dégueuli bien-pensant de la commission Tartempion qui « avance positivement sur le sujet délicat de l’euthanasie ». Autrement dit de la prise en charge par l’Etat de la mise à mort de certains individus. On donnerait à un quelconque « comité d’experts », si honorable soit-il le droit de vie ou de mort ? Non mais ça va pas la tête ! Les bobos qui défendent cette thèse de l’assassinat assisté se drapent dans l’idée altruiste du droit à la « mort dans la dignité ». Sombres connards ! Y-a-t’il de la dignité dans la main de celui ou celle qui enfonce la seringue de la piqûre qui tue le malade qui souffre mais qui VIT ? Y-a-t’il de la dignité dans la main de celui ou celle qui enfonce la seringue de la piqûre qui tue le condamné à mort dans une prison-abattoir du Texas ? Pareil…

 

Robert Badinter – une voix autorisée s’il en est - estime que « le droit à la vie est le premier des droits de l’homme », ce qui constitue « le fondement contemporain de l’abolition de la peine de mort ». Quant à l’idée d’un comité d’experts qui serait chargé de se prononcer a priori sur l’opportunité d’une euthanasie dans des cas exceptionnels, notamment suggérée par le député Gaëtan Gorce (PS, Nièvre), le sénateur l’a catégoriquement rejetée : « Je ne conçois pas qu’un comité, aussi honorable soit-il, puisse délivrer une autorisation de tuer », a-t-il dit.

 

Quant à ce prétendu « droit à l’euthanasie », comment passer outre aux inévitables abus qui, forcément, arriveraient, comme des meurtres « légaux » bien rémunérés ? Comment avoir l’assurance que le paralysé ou le « légume » souhaite vraiment en finir ? Nous faire croire que tout cela serait parfaitement clair et transparent revient à se foutre ouvertement de la gueule du monde ! Ce qui est effrayant, c’est que beaucoup applaudissent une telle idée, dite « progressiste » et profondément « humaniste ». 

 

Tè ! Fumes…C’est tout simplement la logique du capitalisme ultra libéral le plus violent et cynique qui est derrière ce « progrès ». Point de « dignité » la dedans sauf pour les naïfs. Si on se décide aujourd’hui à débrancher les assistés, c’est parce qu’ils coûtent trop cher ! En fait, seuls les pseudos humanistes et les médias de masse (mais les deux collaborent) croient encore que cela est fait pour le bon plaisir des malades, alors que cela est leur plus grande crainte ! Dans la catégorie « idiots utiles du capitalisme », les bobos bien-pensants figurent en bonne place. Au bal des couillons, ils seront à l’orchestre !

 

Dans la logique capitaliste ultra libérale, les vieux sont des inutiles qui coûtent chers. Il faut donc les traiter comme des « encombrants ». Et tout faire pour s’en débarrasser au plus vite :

 

- De façon vicelarde : on fait en sorte qu’ils se sentent exclus, inutiles, pesants pour leur descendance et la société de façon à ce qu’ils se foutent en l’air eux-mêmes.

 

- De façon systématique : les hôpitaux et maisons de retraites ne voient pas leurs budgets bouger en rapport avec leurs besoins ; sans oublier la consigne tacite de ne pas se décarcasser pour mettre tout en œuvre pour sauver la vie d’un vieux.

 

- De façon organisée, vicieuse et cynique avec la réforme des retraites. Effectivement, les gens devront travailler plus longtemps, même ceux pratiquant un travail pénible et ainsi - en toute logique - se fatiguer plus vite. Pas besoin de trop réfléchir pour se rendre compte que l’unique objectif est de faire mourir les pauvres rapidement ! Vous allez vous dépêcher de crever, salauds de pauvres ! Merde, aujourd’hui, la vie doit se plier aux lois du marché !

 

Je vous ai souvent parlé, et peut-être un peu gonflé, avec le film « Soleil vert » dans lequel les vieux recevaient, à partir d’un certain âge, une convocation pour être « euthanasiés ». Avec plus ou moins de « douceur » et de « dignité » selon leurs moyens. Trouvez-en le DVD (il existe, je l’ai acheté sur un marché) et vous réfléchirez. Et puis lisez aussi le bouquin de Jean-Michel Truong « Eternity Express » (Albin Michel et Pocket) sur l’avenir des retraités eux aussi « délocalisés » par la logique ultra libérale…

 

Allez,

 

A diables !

 

Merci à Philippe Tastet pour l’illustration  

**********

 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Primidi 30 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

19/01/2011

Ils tremblent les tyrans !

 

 

révolution tunisienne.jpg

Quand ceux d'en haut ne peuvent plus

Quand ceux d'en bas ne veulent plus

Alors sont réunis conviction et action

Qui font les Révolutions.

Merci fils d'Hannibal, cousins des Sans-culottes

Vous avez mis à bas votre sombre despote,

Poitrails contre canons, bâtons contre fusils,

Vous savez tenir tête à des flics imbéciles,

A de vils parasites, profiteurs et loufiats,

Spadassins du pouvoir d'une sombre maffia.

Vous avez l'honneur et le courage,

Eux, ils n'ont que la rage.

Ben Ali s'est enfuit, parti comme un voleur

Emportant avec lui le fruit de vos labeurs.

Il a trouvé refuge dans le pire des antres.

Parti la paille au cul et la peur dans le ventre

Il s'efforce pourtant de tirer les ficelles

De ses marionnettes, des quelques demi-sel

Parasitant encor très abusivement

Un faux gouvernement.

Votre combat est grand, votre nation est fière

Mais combien est fragile sa solitude altière !

Tyrans et dictateurs autour de vous s'inquiètent

De l'exemple donné à leurs peuples qui guettent

Le moment, comme vous, de secouer le joug

De régimes pourris inspirant le dégoût.

Moubarak, Kadhafi, et Boutef, et Hassan

Sont prêts à réprimer les manifs dans le sang.

Et la France avachie roule dans la vergogne

Par les propos honteux d'une ministre niaise

Proposant au tyran...nos « meilleurs » CRS,

Plongeant tout le pays dans l'opprobre et la rogne.

Debout fils d'Hannibal, votre combat est grand

Vous allez réussir ! Ils tremblent les tyrans !

 **********

 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Décadi 29 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

18/01/2011

« Santo Subito » ! Mais non c’est pas une marque d’apéro…

dieu.gif

 

A pu la tremblote la sœur Marie-Simon-Pierre ! Finie la tremblote ! A pu !

 

- Qu’est-ce qu’on dit sœur Marie-Simon-Pierre ?

 

- Merci.

 

- Merci qui ?

 

- Merci Jean-Paul-le-deuxième !

 

Non mais, à quoi on joue ? Voilà que Ben-Oït-Treize-et-trois nous ressort le miracle règlementaire que les codes de "notre-sainte-mère-léglise" imposent pour « béatifier » son prédécesseur comme PDG de la multinationale « Eglise catholique and C° »

 

Voilà que les étranges lucarnes, les boites à bruits et les canards à lire nous gonflent le mou avec le « miracle » de la bonne sœur de service guérie soi-disant par ce brave Jeannot-Paulo…

 

Attendez. D’abord elle est pas fiable la sœurette : elle est de la maison !

 

Eh ! Jean-Paulo-le-deuxième, ça fait un peu magouille tout ça, non ? Ça fait petit bras. Ça fait miracle de consommation courante, miracle d’entrée de gamme. Ç’est pas de l’AOC grand cru.

 

Si vraiment tu veux nous faire un vrai beau miracle incontestable, un qui ferait gratter les boyaux de la tête même à un vieux mécréant comme moi, pourquoi tu ne nous recolles pas les morceaux de tes ouailles pulvérisées par les bombes vivantes de la concurrence à Alexandrie ? Ça fait un peu entente commerciale et magouille, non ? Ou plus simplement pourquoi tu ne nous fais pas repousser la jambe ou le bras arrachés d’un accidenté de la route ? Ça te coûterait quoi de plus ? Rien, c’est pareil pour ton patron, celui qui est assis à ta gauche. Oui, le grand barbu « tout puissant ». Recoller des morceaux de viande, faire pousser une jambe ou arrêter la tremblote, c’est du pareil au même pour lui puisque qu’il est « tout-puissant » ! Mais ça changerait tout ! Tu préviens du jour, du lieu et de l’heure et, en direct au journal de vingt heures, sur Téhèfun ou Antenne deux, tu nous fais sortir doucement, avec de beaux gros plans bien cadrés, une belle jambe neuve d’un moignon sanguinolent. Ça, ça aurait de la gueule !

 

Allez Ben-Oït-Treize-et-trois, tu fais passer le message à Jeannot-Paulo, on compte sur toi ?

 

Amen.

 

************

 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Nonidi 28 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

17/01/2011

Backchich, La Mèche, Siné Hebdo... .Requiescat in pace

Bakchich dernier numéro.jpg

 

 

Je ne vais pas vous parler de la Tunisie mais de mes petits états d'âmes. C'est un peu honteux que j'ai racheté la semaine dernière Charly Hebdo. Pour le grand Cavanna bien sûr, pour Maurice et Patapon, un peu pour tonton Bernard... Mouais... Sans grand enthousiasme. Il est d'ailleurs sur une table avec plein d'autres canards, mais je ne le lis pas de la première à la dernière ligne, comme ce fut le jadis cas. A la grande époque... Je me taquine la nostalgie en m'ébaudissant devant les saines et flamboyantes outrances du « Pire d'Hara-Kiri ».

 

Bon. Si j'ai flanché sur Charly Hebdo, c'est par manque. Par manque d'un hebdo décapant, mal élevé, iconoclaste, qui chie en rigolant sur les puissants et se torche le fignedé avec le politiquement correct.

 

Ben, y en a plus !

Exit Siné Hebdo...

Exit La Mèche...

Exit Bakchich...

 

Plus de sous pour paraître... Je sais ce que c'est... Les coups de fil du banquier... Les lettres comminatoires de l'Urssaf... Les sourires un peu forcés des collaborateurs inquiets... Le réalisme de l'imprimeur qui veut son chèque certifié d'avance...

 

On se sent un peu le cul pailleux. La sourde impression de culpabilité pour ne pas s'être abonné à temps. Et puis non ! Pour moi, l'acte d'achat à mon marchand de journaux de Siné hebdo, de la Mèche ou de Bakchich était un acte militant. Je réclamais ce ou ces titres. Si le marchand de journaux ne l'avait pas, je lui conseillais de le réclamer. Et j'insistais d'une semaine sur l'autre. Puis je faisais, avec gouaille, la pub de ce ou ces magazines auprès des autres clients...

 

Tans pis. Je reste en manque. Heureusement il me reste le Canard enchainé...

 

Eh merde !

************

 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Octidi 27 Nivose 219 de l'ère de la Liberté