Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/04/2016

Honte sur le Parlement européen : Glyphosate, secret des affaires, flicage des passagers aériens...

drapeau-europeen.jpg

 

 

Les députés européens viennent, une fois de plus, de faire la démonstration de leur totale soumission aux injonctions des lobbies représentant les multinationales.

 

En l'espace de quelques heures, ils ont voté : - un blanc-seing à Monsanto pour continuer pour sept ans encore à empoisonner les populations ; - l'impossibilité pour les lanceurs d'alerte et les journalistes d'investigation de dénoncer les abus et malversations des entreprises, sous couvert de la « protection du secret des affaires » ; - le flicage ahurissant des passager aériens sous prétexte de la lutte contre le terrorisme.

 

Glyphosate. On a dû sabrer le Champagne chez les empoisonneurs ! Les eurodéputés ont en effet voté mercredi 13, en séance plénière, le renouvellement pour encore sept ans de l'autorisation d'utilisation du glyphosate, la molécule très controversée du pesticide phare de Monsanto, le Round Up. Le fait que les « études » sur lesquelles se basent les « experts » européens pour donner cette autorisation restent cachés, parce que conduites, influencées, payées par les entreprises commercialisant les produits à base de glyphosate n'a pas défrisé nos euro députés. Comme ne les a pas gêné le fait que glyphosate et OGM sont intimement liés, la plupart des OGM ayant été créés pour tolérer le glyphosate. Ce qui veut dire que ces OGM sont là non pas pour aider l'agriculture et nourrir la population mondiale pléthorique, mais pour augmenter les ventes de glyphosate. Et les eurodéputés – oubliant que les deux tiers des habitants des cinq plus grands pays de l'Union européenne sont contre l'autorisation du glyphosates - se sont allègrement torché le cul avec la pétition d'un million et demi de signatures demandant son interdiction. Y a bon beurre pour les marchands de poisons : l'utilisation du glyphosate a été multiplié par 260 durant les 40 dernières années…

 

Secret des affaires. La directive concernant la protection du « secret des affaires » a elle aussi été adoptée par une très large majorité par nos euro députés rampants. Ceci quelques jours après le scandale des « Panama papers ». En soi, se doter d'un outil législatif pour lutter contre l'espionnage industriel et le pillage économique dont sont victimes nos entreprises est louable. Mais ce qui l'est moins, c'est que cette directive fait désormais porter la charge de la preuve non plus sur l'entreprise, mais sur le lanceur d'alerte ! On voit bien qui est visé : ceux qui, courageusement, dénoncent les malversations des entreprises. Ils seront désormais passible d'amendes énormes, dissuasives tant pour les enquêteurs que pour les médias. A rapprocher de l'ouverture du procès, le 26 avril au Luxembourg, du lanceur d'alerte Antoine Deltour, qui a révélé les magouilles du Luxembourg, pays de Junker, avec les multinationales installées dans ce drôle de pays.

 

PNR – Fichage des passagers aériens. Il s'agit de collecter les données personnelles de tous les passagers du transport aérien entrant ou sortant de l'U.E. Déjà en vigueur aux Etats-Unis, ce fichage systématique a pour but – ou prétexte – la lutte contre le terrorisme. Selon la proposition de la Commission, 60 catégories de données PNR seraient ainsi enregistrées, notamment les coordonnées, les itinéraires de voyage, les adresses IP des ordinateurs utilisés pour la réservation, les réservations d’hôtel, les numéros de carte de crédit et les préférences alimentaires. On est loin du nom, prénom, adresse. Il s'agit véritablement d'un flicage à grande échelle, d'une intrusion inadmissible dans la vie privé des gens. Pas inadmissible pour les députés européens. Réclamé à corps et à cris par Manuel Valls.

 

Voilà quelques réalités qui devraient nous faire réfléchir sur le fonctionnement de cette Europe – hélas – aussi dévoyée que décevante. Mais que peut-on dire, nous qui envoyons à ce Parlement un ramassis de bras-cassés. Nous dont la délégation la plus importante est celle du Front national. Nous qui nous servons de l'Europe pour recycler nos branquignoles. Nous qui déléguons un Moscovici au poste stratégique de Commissaire européen.


Photo X - Droits réservés

 

13/04/2016

Brésil. Le « golpe » (coup d’État) s'avance de moins en moins masqué.

roussef.jpg

 

Le président de la commission parlementaire spéciale recommande la destitution de la présidente Dilma Rousseff. 38 députés pour, 27 contre. Celle-ci est accusée par l’opposition de maquillage des comptes publics en 2014, année de sa réélection, et en 2015, pour minimiser l’ampleur des déficits publics de son pays en pleine récession. Dilma Rousseff se défend pour sa part d’avoir commis un « crime de responsabilité » (késako?) justifiant sa destitution. Les charges retenues, aussi bien que les arguments des factions de l'opposition amplement relayés par les médias relèvent de la manipulation.

 

Une majorité de deux tiers des députés, soit 342 sur les 513, sera requise pour que la procédure se poursuive faute de quoi elle sera enterrée. Selon un décompte effectué chaque jour par le quotidien Estado de Sao Paulo, 290 députés étaient favorables dimanche à la destitution et 115 étaient contre. Restaient 61 indécis et 47 autres refusant de se prononcer, objets de toutes les attentions.

 

Si l’opposition réussissait à réunir 342 votes (deux tiers des 513 députés) en faveur de l’impeachment, ce serait alors au Sénat de former une commission pour analyser la demande, un processus qui devrait s’achever d’ici le 2 mai 2016. La présidente « déchue » serait alors remplacée par son vice-président Michel Temer, qui l'a laisé tombée et a ouvertement basculé dans l’opposition. Il est l'un des deus ex machina de ce « golpe », de ce coup d'état feutré mais bien réel. Si la destitution est dûment prévue par la constitution, l’histoire qui s’emballe au Brésil releve de la manipulation, voire de la farce. Il faut rappeler que, contrairement à ce que beaucoup de Brésiliens sont poussés à penser, Dilma Rousseff ne fait l’objet d’aucune accusation de corruption. On reproche à la chef d’État d’avoir retardé les transferts du Trésor national aux entreprises publiques chargées de financer notamment les programmes sociaux. La pratique est banale. Et pas seulement au Brésil. Magouille, oui. Mais où est le « crime » ?

 

Quant aux parlementaires « golpistes » qui se sont prononcés pour la destitution, ils sont aussi clairs qu'un balkani… Beaucoup ont gamellés auprès de Petrobras, machine à sous généreuse, d'autres sont poursuivis pour crimes et corruption…

 

Deux faces d’un même pays s’affrontent par partis interposés, le Brésil des riches et celui des pauvres. « Je n’aurais jamais imaginé que ma génération verrait des putschistes en train d’essayer de renverser une présidente démocratiquement élue », s'enrage l’ancien président Lula, « mentor » de Dilma Rousseff, et qui reste l'homme politique le plus populaire du pays.

 

La droite « est sortie du placard » et occupe la rue en s'appuyant sur les réseaux sociaux. Ses officines organisent le bombardement des pages Facebook et des boîtes emails des députés osant se dire contre la destitution de la présidente ou hésitant encore à prendre position. La bourgeoisie brésilienne ne se satisfait pas de sa condition de classe dominante. Elle exige des conditions qui lui permettent d'exploiter sans entrave la force de travail dont elle dispose : les plus pauvres, les sans-terres. Et les classes moyennes sont exaspérées non pas parce que leur niveau de vie se dégrade mais parce qu'elles voient les plus démunis gagner un peu plus de droits ! Cette pseudo élite ne reconnaît le principe de majorité que lorsqu’il répond à ses intérêts…

 

La droite arbore sans complexe des idées carrément fachos : le retour à des valeurs autoritaires, le droit au port d’armes pour tous, l’abaissement de la majorité pénale, le refus de politiques d’« assistance » (allocations familiales, quotas de discrimination positive dans les universités) à destination des plus pauvres, des plus déshérités comme les noirs, les indiens, les haïtiens immigrés, mais encore les homosexuels. Il s'est ainsi constitué un front de conspirateurs qui réunit des juges, des procureurs, des agents de la police, des associations du patronat, des partis politiques, des think tanks conservateurs, tous appuyés par une grande presse oligarchique. Ces « golpistes » sont abreuvés de fric par le patronat et sont soutenus par quelques juges plus que douteux, par l'ensemble de la presse brésilienne et bénéficie de la « compréhension » de la presse internationale aux ordres des multinationales et des marchands d'armes. Avec, n'en doutons pas, quelques coups tordus de la CIA.

 

Voilà la clique qui veut foutre en l'air Dilma Roussel. Son objectif est de s'attaquer à la souveraineté populaire, exprimée par le vote et de la mettre sous la tutelle de la magistrature dont les membres, non élus et protégés de tout contrôle social, sont engagés dans un programme de changements rétrogrades qui ne sont pas exprimés. Contre la gauche – qu'ils vomissent – tout leur est bon, y compris un putsch militaire.

 

Le pantin prévu pour donner un coup de peinture « propre » au coup d'état est le vice-président actuel Michel Temer, un jeune homme de 75 ans. Sa rupture avec Roussel et son activisme pour que la destitution aille vite est plus que douteuse. Il est en effet lui aussi cité dans le scandale ces détournements de fonds au profit de la coalition au pouvoir, dont son parti était une pièce essentielle ! Il devrait savoir, pépé Temer, que quand on veut grimper au mat, il vaut mieux avoir les fesses propres...

 

Mais il n'est probablement qu'une marionnette. Les véritables organisateur du putsch se dévoileront plus tard. S'ils réussissent leur mauvais coup. Ce qui n'est pas encore sûr, les « pauvres » n'ayant pas dit leur dernier mot. Au moins soixante organisations de gauche, y compris syndicats et mouvements populaires, ont participé récemment à des rassemblements de défense du gouvernement, dans une quinzaine des plus importantes villes de ce pays gigantesque, notamment à Brasilia, Rio de Janeiro, Sao Paulo, etc.

 

Les « sans-dents » brésiliens ont défié les manifestants d’extrême-droite et les nantis en criant : « No ver ter golpe ! ». « Il n’y aura pas de coup d’état ».

 

Mais en France, les me(r)dias « main stream » ne voient que les golpistes en Prada… Il est vrai que que peut-on attendre d'autre d'une presse aux mains des multinationales, des banksters et des marchands de canons...

 

Photo X - Droits réservés

12/04/2016

Cannabis : Le Guen allume les « bigots de la prohibition » !

cannabis,prohibition

 

Coucou, le revoilou ! Qui ? Ben, le cannabis. Voilà Le Guen qui rejoint, Vaillant, Duflaut et autres politiques qui – faisant la part des choses – préfèrerait le tarpé à la kalash. On peut aussi penser que cette sortie – individuelle ou en service commandé ? - du sous-ministre aux relations avec le parlement est une façon de tenter d'amadouer les jeunes en les caressant dans le sens du poil et que ça n'aura aucune suite puisque tant le président Hollande que son premier ministre Valls sont carrément contre. Carrément ? A-t-on vu une question qui soit tranchée de manière carré par l'empereur du tango (un pas en avant, deux pas en arrière) et son hidalgo ? Ouate inde scie

 

Il est toubib Le Guen. Et il dit : « Le cannabis est une très mauvaise chose pour la santé publique, en particulier chez les jeunes. Mais la prohibition n’amène pas une diminution de la consommation »…/...« les produits qui sont distribués par le trafic sont plus dangereux que le cannabis»…/... « Je propose que le Parti socialiste dise enfin la vérité, propose une vérité : l’interdit moral ne crée rien du tout, il crée beaucoup de dégâts dans la société française »…/... « Dans beaucoup de quartiers, une contre-culture s'est installée et la loi est bafouée, malgré les forces de police, malgré l'intention de la justice, depuis des décennies »…/...  « Il faut peut-être aller vers des mécanismes de légalisation contrôlée, et surtout avec des politiques d'éducation et de santé publique ».../… « Je propose que nous réfléchissions aux moyens - je ferai des propositions - pour que nous mettions fin à cette politique de prohibition. On doit avoir des levées d'interdiction très sélectives : pour les adultes, certainement pas pour les jeunes de moins de 21 ans et pour un usage privé, certainement pas un usage public ». Et il allume ses collègues : « Les bigots de la prohibition devront aussi expliquer pourquoi la mesure appliquée depuis 30 ans ne marche pas ».

 

Le président de l'Office français de lutte anti-tabac, Bertrand Dautzenberg, pneumologue, est du même avis : « La situation actuelle d'interdiction totale (...) favorise la consommation. Je suis contre le cannabis, je veux que la consommation baisse, mais pour cela il faut prendre des mesures efficaces. Il faut arrêter la bêtise actuelle qui veut qu'on soit à des kilomètres de la réalité actuelle »…/… « La fumée est toxique pour les poumons, que ce soit la fumée du diesel, la fumée du tabac ou la fumée de cannabis. Et la France est le pays d'Europe qui fume le plus. C'est aussi le pays qui utilise le plus la forme la plus sale du cannabis : c'est-à-dire le mélange de tabac et de résine de cannabis. »…/… « Si on veut diminuer la consommation de cannabis en France en terme de santé publique, il faut la mettre dans une voie légale. Ainsi on pourra la contrôler, faire de la prévention à l'école et sur le lieu de travail. Ainsi la consommation de cannabis baissera. »…/… « Le premier conseil est de ne pas mettre de tabac quand on consomme du cannabis. Il y a des herbes à fumer, des plantes qui sont décrites dans les directives du tabac avec des étiquettes spécifiques qu'on devrait pouvoir trouver facilement en France. D'autre part, il y a une autre possibilité toute aussi illégale qui est de consommer des feuilles de marijuana plutôt que de la résine, qui est beaucoup plus toxique. On voit aux Etats-Unis, par exemple, où la légalisation du cannabis a lieu dans de plus en plus d'Etats. Là-bas, la vaporisation du cannabis est le mode majoritaire de consommation, ce qui est beaucoup moins toxique. »…/… « On peut également manger du cannabis, mais cela peut avoir des inconvénients car le consommateur n'a pas vraiment d’idée de la dose ingérée ».

 

Ben dit donc, il en connaît un bout le Professeur ! Lui et le Guen ont l'avantage d'être réalistes, d'être pragmatiques.

 

La France est le pays qui envoie le plus de gens en taule pour possession ou trafic de cannabis: 100.000 personnes emprisonnées en ce moment, parfois pour des quantités minimes. Et la France est le pays où on fume le plus. C'est bien la preuve que cette politique répressive ne mène nulle part, et au contraire permet le financement des réseaux mafieux, car plus c'est illégal, plus c'est rentable. 


Le système de légalisation, comme au Colorado, permettrait : - production en France ou en Europe via des filières contrôlées, - autoproduction pour ceux qui veulent pour leur conso perso, - vente dans des « coffees-shop » bien contrôlés ou dans les bureaux de tabacs, - interdiction évidente pour les mineurs, - et...de juteuses rentrées de fric pour l’État.

 

Les résultats seraient : - remise des flics sur des taches utiles, - du boulot pour les agriculteurs notamment en zones de montagnes, - de l’activité pour les buralistes et les « coffees shop », - la fin des financements des réseaux maffieux, puisqu'ils n’auraient plus rien à y gagner, - une meilleure détection des personnes à la dérive par surconsommation, - une prévention plus aisée, notamment par la suppression de « l'attirance pour l'interdit » chez les ados, - des taxes pour la sécu, -  une meilleure qualité, contrôlée, garantie pour les consommateurs, - et pourquoi pas, des « dealers » devenant chef d’entreprises et confrontés alors aux règles de concurrence !

 

Pas questions qu'ils disent au gouvernement ! Pourtant, si de temps en temps François ou Manu tiraient un petit tarpé ou dégustaient un savoureux « gandga cookie », ça leur déconstiperait un peu les boyaux de la tête !

 

Sources :

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/04/11/25002-20160411ARTFIG00327-le-guen-souhaite-une-reflexion-sur-la-fin-de-la-prohibition-du-cannabis.php

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20160114.OBS2786/cannabis-les-recommandations-du-pr-dautzenberg-pour-fumer-propre.html

 

Tè ! C'est ma 4.000ème note ! 

 

Photo X – Droits réservés

11/04/2016

« Glossophobie » ! Halte au « racisme » à l'encontre des minorités audibles !

b_1_q_0_p_0_058.jpg

 

Glossophobie. C'est nouveau, ça vient de sortir. C'est la peur, le rejet des accents régionaux. En écrivant ce texte, je les entends baver dans le poste autour de cette cagade. Et bien je suis d'accord. On nous gonfle les aliboffis à longueur d'antennes avec des histoires d'ostracisme, de stigmatisation, de racisme. Pourquoi pas. Alors moi je vais vous en dénoncer un de « racisme », mais qui n'émeut personne. Cest le racisme à l'encontre des minorités visibles. Et pourtant...

 

Le matin, dans ma cambrousse margeridienne de l'été, je me réveille avec le poste local de France-bleue, c'est-à-dire France bleue Gard-Lozère. Le reste de l'année, pareil mais avec radio-bleu Vaucluse ou Provence.

 

Eh bien, je ne me reconnais pas à travers ceux qui « parlent dans le poste », ils ne sont en aucune manière le reflet des « pays » qu'ils sont censés représenter : ils parlent « pointu ».

 

Ils parlent TOUS « pointu » ! C'est comme ça qu'on qualifie, dans le Midi, ceux qui ont l'accent parisien. Disons ceux qui vivent en Provônce et qui pôncent que l'accônt des autochtones ne fait vraimônt pas distingué...

 

J'ai un cousin qui parle dans le poste. Dans la vie « normale », il a comme tout le monde ici un parler qui fleure bon le thym, les cigales et les rabasses. Eh bien dans son métier, c'est le Mickael Jackson de l'élocution: pour se fondre dans la masse « politiquement correcte », il gomme son élocution naturelle pour essayer d'endosser le parler insipide, formaté, sans couleur de l'ethnie dominante. « Mais, me dit-il lorsque je lui en fais gentiment la remarque, on nous oblige à avoir ce parler neutre! Si je veux garder mon boulot, je dois me plier à cette contrainte ». Voilà comment et pourquoi les radios locales, qui devraient être le reflet de leur région, sont toutes formatées sur le même moule. A Avignon, Nîmes ou Perpignan, « on » parle comme à Tours, Arras ou Plougastel.... C'est navrant et même révoltant. Le racisme – que l'on met à toutes les sauces – ne s'expriment-il pas ainsi, aussi ?

 

C'est de l'ostracisme. C'est de la discrimination envers les minorités non pas visibles mais AUDIBLES. Et ce n'est pas un détail futile. Essayez, si vous avez le parler provençal ou si vous votre langue roule comme les cailloux de l'Adour, même si vous en avez largement les capacités, de postuler à la radio ou, pire encore à la télévision... Ou bien dans l'enseignement supérieur, dans la magistrature...Tè! Fumes. On vous regardera avec un sourire amusé et, comme mon cousin, on vous fera clairement savoir qui faudra revenir lorsque « vous parlerez normalement ». Où est la normalité en l'occurrence?

 

Oui mais vous me direz le journaliste Jean-Michel Apathie, le philosophe Michel Serres... Oui. Et après? Vous en connaissez beaucoup d'autres?

 

Alors? Faut-il ne rien dire ? Accepter cette mise à l'écart qui est aussi choquante que celle fondée sur la couleur de peau?

 

Tè, voilà une chanson – sur l'air du Drapeau rouge de Fugain - qui illustre bien cette colère qui gronde sourdement dans le Midi à l'encontre de ce colonialisme de l'intérieur imposé par les descendants des sinistres et sanguinaires barons franchimands qui ont saccagé, il y a quelques siècles, la brillante civilisation des troubadours. Un épisode terrible qui reste dans l'inconscient collectif de tout le Midi :

 

Se vos desenant faire toumba lis iruge

Si tu veux à présent te débarrasser des sangsues

Que te pipon tout toun sang

Qui te pompent tout ton sang

Te faus peravans, sènso cerca lou grabuge

Il te faut d’abord sans chercher la bagarre

Prendre toun astrado en man

Prendre ta destinée en main

Te fau jamai douna ta fianço

Il ne te faut jamais donner ta confiance

Pèr que fagon sempre respeta ti dre

Pour toujours faire respecter tes droits

Qu’a n’aquéli que soun sens doutanço

Qu’a ceux-là qui sont sans aucun doute

De Prouvènçau ni court-ni coustié.

Des Provencaux ni d'un bord ni de l'autre

 

Prouvençau di campagno,  Prouvançau di ciéuta

Provençaux des campagnes, Provençaux des villes.

Petara la castagno se sian pas escouta

Nous nous battrons si nous ne sommes pas écoutés

Faudra pamens lou recounquista

Il faudra pourtant le reconquérir

Tout ço qu’au nostre nous avien rauba

Tout ce qu’aux nôtres ils ont volé

A l’asard Bautezar, se sian pas de bastard

Advienne que pourra si nous ne sommes pas des moins que rien

Fasèn lèu, deman sara trop tard.

Faisons vite,  demain il sera trop tard.

 

 

Illustration X - Droits réservés

07/04/2016

Au bistro de la Toile. « Panama papers » : la part du feu !

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- ...teng Victor, je cherche mais je trouve pas ton blaze dans la liste des crapules qui ont fait marcher la machine à laver le pognon sale au Panama. Je suis fier de connaître quelqu'un d'honnête !

 

- Il n'y a pas le tien non plus Loulle. Nous, on est de la petite poiscaille.

 

- On y trouve des gens comme Platini, quelques membres de la Fifa, des joueurs de foot-ball, l'entourage de Poutine, de Bachar, de la Corée du Nord et même une grosse banque française, la Société générale. C'est pas de la petite poiscaille effectivement.

 

- Mais si, Loulle. C'est tout ce qu'il y a de louche cette histoire de « Panama papers ». Par principe, moi, dès que sort dans les me(r)dias une grosse info dans ce genre, je suis dubitatif. Et je cherche ce que ça cache.

Attends, Loulle. Une centaine de journalistes ont eu ces données pendant un an. Pourquoi des journalistes et pas des officiels de l'ONU par exemple ?

 

- Mouais. Peut-être parce qu'il n'existe pas d'agence internationale chargée de traquer ce genre de fraudeurs !

 

- Bien vu Loulle. Mais qui sont ces journalistes « Robin des bois », redresseurs de torts ? Ce sont des membres d'un consortium pompeux, le “International Consortium of Investigative Journalists”, qui est financé et organisé par le Center for Public Integrity des Etats-Unis, officine inondée de pognon par
Ford Foundation
, Carnegie Endowment
, Rockefeller Family Fund
, W K Kellogg Foundation, Open Society Foundation, oui celle du sulfureux milliardaire Soros.

 

- Effectivement, faut pas s'attendre à voir dénoncer les sales secrets des plus grandes multinationales ou des banksters. On jette à la populace quelques noms pour qu'elle s'offusque, ce qui permet de planquer les magouilles des vrais crapules. Tiens, pour ce qui est de la France, on aurait pu s'attendre à trouver les noms des dirigeants des entreprises du Caca-Rente. Mais que dalle. Même Tapie n'a pas eu l'honneur de ces gazettes…

 

- Il doit se sentir humilié !

 

- C'est la part du feu Loulle, ce truc. On sacrifie quelques pantins, quelques entreprises dont la pourriture est trop voyante, on jette la suspicion sur la Russie, la Syrie, l'Iran, quelques princes arabes trop voyants pour faire bonne mesure. On disqualifie un pays comme l'Islande qui a su dire merde aux capitalisme mondial. Et ainsi les gros poissons passent à travers le filet. A noter qu'il n'y a pas d'Etasuniens et pas d'entreprises étasuniennes dans les noms qui « fuitent ». Rien que ça met la puce à l'oreille !

Cette escouade de journalistes mondiaux qui ont eu un an pour fouiller dans ces infos, qu'auraient-ils trouvé s'ils avaient cherché les milliers d'entreprises qui relient les cartels de la drogue mondiaux aux leaders de la politique américaine, incluant des membres de Congrès, des gouverneurs d’Etats, des maires de villes, des membres de la Cour Suprême des Etats-Unis et une poignée d’ancien président des Etats-Unis ? Et s'ils avaient cherché sur toutes les entreprises en bourse sur toutes les places boursières du monde ? Et s'ils avaient cherché sur la liste connue des quelques milliers de milliardaires qui constituent le 1 % de ceux qui possèdent autant que les 99 % du reste des habitants de cette boule puante magnifique appelée Terre ?

 

- Mouais… Effectivement. T'as raison Victor. Cette affaire, c'est trop beau pour ne pas être louche. Au fait, qui a balancé ? Un employé de ce cabinet d'avocats panaméens ? Facile à trouver. Il a intérêt à planquer ses miches le mec ou la nana !

 

- Récolter plus d'un million de données n'est pas à la portée d'un lanceur d'alerte. Il faut des moyens. Il y aurait la patte de la CIA ou de quelque autre officine malfaisante derrière ce truc que ça ne m'étonnerait pas.

 

- Fort possible Victor. Et puis au fait, ces cent journalistes dans le secret, il seraient plus crédibles s'ils laissaient le peuple fouiller et juger par lui-même, en mettant en ligne l'ensemble de ces informations !

 

- Compte là-dessus, Loulle… En attendant, mets ma tournée !

 

Illustration: merci à Chimulus

 

 

 

06/04/2016

François Hollande : OTAN pour moi !

obama-hollande-quichote-web-thumb.jpg

 

 

C'est passé presque inaperçu. Pourtant un projet de loi présenté au conseil des ministres du 4 janvier 2016 risque de permettre le retour sur le sol français des forces étrangères de l'OTAN, celles-là mêmes que de Gaulle avait jeté dehors en mars 1966.

 

Ce projet de loi dit ceci :

 

« ACCESSION DE LA FRANCE AU PROTOCOLE SUR LE STATUT DES QUARTIERS GÉNÉRAUX MILITAIRES INTERNATIONAUX CRÉÉS EN VERTU DU TRAITE DE L’ATLANTIQUE NORD

Le ministre des affaires étrangères et du développement international a présenté un projet de loi autorisant l’accession de la France au protocole sur le statut des quartiers généraux militaires internationaux créés en vertu du Traité de l’Atlantique Nord.

Le Protocole sur le statut des quartiers généraux militaires internationaux créé en vertu du Traité de l’Atlantique Nord, signé à Paris le 28 août 1952 (ci-après « Protocole de Paris »), définit le cadre juridique du stationnement des quartiers généraux de l’OTAN et de leurs personnels au sein des pays de l’Alliance.

Suite logique de son retour dans la structure de commandement intégrée de l’OTAN, l’accession de la France à ce Protocole entraînera une simplification et une harmonisation des règles et procédures administratives liées à l’accueil de personnel de l’OTAN.

Cette accession permettra de mettre en valeur l’excellence des structures militaires nationales, d’augmenter l’attractivité du territoire et, conformément aux conclusions du « rapport Védrine » de 2012, de renforcer l’influence de la France au sein de l’OTAN. »

 

De Gaulle doit faire le ventilateur dans sa tombe !

 

Le « Protocole de Paris » de 1952 c'était jusqu'à 28.000 troufions étazuniens paradant comme en terre conquise tant sur les bases aériennes que terrestres et navales. Sous couvert de l'  « Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et avec le prétexte de la « défense du monde libre », les Yankees imposaient leurs forces militaires, prêtes si besoin était à remettre dans le « droit chemin » ces Français dont beaucoup avaient des « idées subversives »…

 

De Gaulle a imposé à nos « alliés » le respect de la souveraineté et de l'indépendance de la France, en priant fermement les forces étasuniennes camouflées sous le faux-nez de l'Otan d'aller sévir ailleurs.

 

Organisation politique et militaire créée à la sortir de la guerre 39-45 pour faire front à la « menace » soviétique, l'Otan n'aurait pas dû survivre à la dissolution du pacte de Varsovie. Cette organisation est tout à la fois l’instrument diplomatique et le bras armé qu’utilisent les États-Unis avec la complicité des États vassaux au premier rang desquels se trouvent la France, la Grande Bretagne et l’Allemagne pour imposer au monde « l'ordre » des banksters de Wall Street et des multinationales étasuniennes. Le gouvernement américain, fort d’une doctrine militaire incluant la guerre préventive et l’usage d’armement nucléaire en premier, doté de plus de 700 bases militaires réparties sur tout le globe, et décidé à combattre la menace terroriste sans la volonté d’en rechercher les causes, conduit l’OTAN et donc la France à participer, dans un chaos organisé, à une guerre permanente au mépris de nos intérêts et de notre propre sécurité. De la Yougoslavie à l’Irak, de la Syrie à la Libye, la France use son potentiel militaire et son crédit diplomatique et oublie les  valeurs de son peuple, au profit d’une politique définie à Washington.

La réintégration en décembre 1995 de la France au comité militaire et au conseil des ministres de l’OTAN fut qualifiée par l’historien Paul-Marie de la Gorce de « retour honteux de la France dans l’OTAN ». La réintégration fut complétée en 2009 sous la présidence de Sarkozy, ramenant la France à la situation antérieure à 1966.

En acceptant, si le projet de loi cité plus haut est voté, la présence sans condition des forces de l'Otan, la France se placerait au niveau de supplétif militaire autant que de caniche politique des États-Unis.

Beau résultat.

 

Illustration X - Droits réservés

05/04/2016

ALERTE ! Une directive européenne pour protéger les magouilles des entreprises arrive.

logo traités européenes servent ceux qui les écrivent.png

 

 

Dans quelques jours, le 13 avril, une première séance aura lieu au Parlement européen pour « débattre », c'est-à-dire adopter une directive totalement scélérate concernant le « secret des affaires » et qu' « ils » ont prévu d'adopter le 16 juin. Lancée en novembre 2013 par la Commission européenne, cette proposition définit le secret des affaires comme des techniques (procédés de fabrication, recettes, composés chimiques, etc.) ou des informations commerciales (listes de clients, résultats d’études de marketing, etc.) ayant une valeur économique pour l’entreprise. Les dispositions de cette loi destinées, en principe, à contrecarrer les pratiques d'une concurrence sans scrupules ni éthique pourraient en effet être détournées pour empêcher la publication juste et légitime d'informations qui pourraient être dérangeantes...

Ce qui veut dire que toute entreprise pourra, selon ses propres critères, décider si une information la concernant a « une valeur économique » et donc pourra ou non être divulguée. Avec pour conséquence de mettre sous le coup de la loi tout journaliste qui pourrait les révéler, avec des dommages et intérêts plus que dissuasifs. Et pour corollaire qu'aucun rédacteur en chef n'osera se mettre dans une situation délictueuse et que les journalistes eux-mêmes pratiqueront à grande échelle l'auto-censure...

C'est une loi scélérate car des considérations économiques prévalent ainsi sur l'exigence démocratique de garantir la liberté d'expression et le droit à l'information concernant les pratiques douteuses de certains groupes, entreprises et acteurs économiques ou financiers.

« Le journalisme consiste à publier ce que d’autres ne voudraient pas voir publié  : tout le reste n’est que relations publiques.  » Orwell.

« ...d'autres », c'est-à-dire les lobbys représentants les grandes entreprises et les multinationales qui font des pieds et des mains pour que les journalistes, ces affreux fouille-merde, se contentent de copier-coller les communiqués de presse, les belles brochures en couleurs données au cours de généreux repas d'information voire de coûteux voyage de presse au soleil !

Mais ça ne suffit pas puisqu'il y a parfois quelques lanceurs d'alerte, traités de « fouille-merde », qui ne se contentent pas de la bouillie pré-mâchée des « services communication » des entreprises. Ces malotrus ont ainsi révélé au grand public des « broutilles » comme les affaires du Médiator, de l'amiante, du Crédit Lyonnais, des défauts de l'EPR, des magouilles des multinationales au Luxembourg, etc. Pas bon pour les affaires ça, Coco ! Pas bon pour les affaires...

Alors les dirigeants de ces grands groupes tirent les ficelles de leurs marionnettes politiques pour mettre en place des lois interdisant ou dissuadant les journalistes et les lanceurs d'alerte de dévoiler des pratiques scandaleuses ou des produits dangereux. Tout ceci sous un faux-nez, bien sûr, celui de « protéger le secret des affaires des entreprises ». Ben voyons...

En France, une disposition vicelarde de la Loi Macron voulait « protéger le secret des affaires », c'est-à-dire réduire au silence les « fouille-merde ». Une forte mobilisation des journalistes et des syndicats a forcé le gouvernement à retirer cette disposition. Mais la voilà qui revient avec cette proposition de directive européenne qui, si elle passe, sera automatiquement retranscrite dans le droit français.

Mais rien n'est gagné pour les « étouffeurs », comme le montre ces jours-ci la mise au grand jour du scandale « Panama ». Une coalition européenne d’organisations de la société civile, de travailleurs et de journalistes demande aux membres du Parlement européen de rejeter la directive sur les secrets d’affaires

Le projet de directive européenne sur la « protection du secret des affaires » créerait un droit au secret pour les entreprises qui est excessif : il menace directement le travail des journalistes et de leurs sources, les lanceurs d’alerte, les syndicalistes, la liberté d’expression des salariés et nos droits d’accéder à des informations d’intérêt public (par exemple sur les médicaments, les pesticides, les émissions des véhicules, etc.).

Une coalition européenne d’associations, de syndicats, de journalistes, de lanceurs d’alerte et de scientifiques a envoyé aujourd’hui aux membres du Parlement Européen une analyse critique du projet de directive (voir-ci-joint), leur demandant de la rejeter (un premier débat en séance plénière est prévu le 13 avril). Une pétition européenne a également été lancée.

Cette directive est officiellement appelée « Directive sur la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués (secrets d’affaires) contre l’obtention, l’utilisation et la divulgation illicites ». Mais la définition du secret des affaires prévue est tellement large que presque toutes les informations internes d’une société peuvent y correspondre. Cela mettra en danger toute personne qui révèle ces informations sans le consentement de l’entreprise.

Informer n’est pas un délit et les syndicats de journalistes, les citoyens, les journalistes ou encore les scientifiques ont parfois besoin d’avoir accès à ces informations et de les publier dans l’intérêt général.

Si la directive est approuvée au niveau européen, les États membres pourront encore aller plus loin quand ils l’adapteront à leurs droits nationaux, et on peut compter sur les multinationales pour les pousser en ce sens !

Une pétition européenne contre cette horreur peut-être signée là :

https://act.wemove.eu/campaigns/les-lanceurs-d-alerte-en-...

N'oublions jamais que « Les tyrans ne sont grands que si nous sommes à genoux ».

BANZAÏE !


Illustration X - Droits réservés

01/04/2016

François Hollande : « Pour moi ce TTIP est tout sauf top »

hollande camenbert.jpg

 

Tiens. Il comprendrait enfin quelque chose ou c'est un poisson d'avril ? Parait que c'est ce qu'il aurait dit en aparté au cours du ramdam actuel à Washington sur la sureté nucléaire. Il serait temps que le fier « pourfendeur de la finance » s'intéresse plus aux besoins des cinq cent millions de citoyens européens qu'aux bénéfices des banksters et des des multinationales yankees puisque ce TTIP, ou TAFTA, c'est-à-dire le si décrié Traité Transatlantique, a pour finalité d'imposer aux Européens un statut de vassalisation de l'Europe aux Etats-Unis.

 

Puisqu'il ouvre les yeux notre phénix scootériste, il pourrait en profiter pour dire son fait à Obama concernant ce « traité ».

 

Il pourrait lui dire que l'Europe rejette l'arbitrage d'investissement (ISDS), sous toutes ses formes. Qu'aucun autre mécanisme ne doit être introduit s’il donne des droits privilégiés et l’accès à une justice dérogatoire aux investisseurs étrangers. La loi et l’accès à la justice doivent rester les mêmes pour tous.

 

Il devrait lui dire qu'il ne veut pas d’organe transatlantique de coopération réglementaire. Tous les processus de réglementation doivent s’opérer dans le cadre d’instances et de méthodes transparentes et démocratiques.

 

Il devrait lui faire savoir que l’impératif climatique doit être pris en compte. Les traités de libre-échange ne peuvent pas primer sur la lutte contre les dérèglements climatiques et les émissions de gaz à effet de serre. Dans le cadre de la COP21, les aspects les plus dangereux pour le climat - accroissement des échanges transatlantiques d’énergies fossiles, ISDS et coopération réglementaire - n’ont pas leur place dans la politique de l’UE. L’impact de l’augmentation des flux commerciaux transatlantiques sur les émissions de gaz à effet de serre mondiales doit être calculé et mentionné.

 

Il devrait lui dire que nos agriculteurs valent bien les siens. Et qu'il n'accepte pas que la suppression des barrières tarifaires concernant les productions agricoles accélère la course à l'industrialisation de l'élevage en Europe, fusille notre mode de production et nos paysans et aggrave encore la contribution de l'agriculture au dérèglement climatique.

 

Mais pour cela, il faudrait encore « qu'il en ait » !

 

Mais ça, ça semble vraiment un poisson d'avril...

 

 Illustration X - Droits réservés

 

31/03/2016

Terrorisme. Le spectre glaçant de la « bombe sale ».

bombe-sale-1.jpg

 

« Bombe sale ». Comme s'il pouvait y avoir des bombes propres… Une bombe, c'est une machine à tuer, à déchiqueter des chairs, à bruler de la viande humaine, à semer la mort et la terreur. Lorsque cette bombe est « atomique », c'est l'apocalypse. Demandez aux survivants Hiroshima et de Nagasaki. Mais une « bombe sale », c'est quoi ?

La « bombe sale « (également appelée bombe radiologique) est une bombe conventionnelle, entourée de matériaux radioactifs destinés à être répandus en poussière lors de l'explosion. Cette explosion a donc l'intensité thermique et mécanique d'une bombe conventionnelle, mais dissémine autour d'elle des éléments radioactifs qui auront des effets à long terme. Le but principal n'est donc pas de détruire, mais de contaminer une zone géographique et les personnes présentes sur cette zone par des radiations directes (premier effet) et l'ingestion et l'inhalation de matériaux radioactifs. Bombe sale désigne principalement la bombe radiologique, mais elle désigne également tout engin détonant disséminant un ou plusieurs produits chimiquement ou biologiquement toxiques (NRBC pour nucléaire, radiologique, biologique ou chimique). Ces diverses armes, réalisables sans une importante infrastructure industrielle, sont génériquement dénommées Engin explosif improvisé (EEI).

Voilà, on y voit plus clair, si l'on peut dire. Eh bien cette « bombe sale » est au centre des préoccupations de la cinquantaine de chefs d’États réunis à Washington à l'invitation de M.Obama pour discuter de la sûreté nucléaire. Le président Obama accueille donc une cinquantaine de dignitaires étrangers, parmi lesquels ses homologues français, François Hollande, chinois, Xi Jinping, sud-coréenne, Park Geun-Hye, turc, Recep Tayyip Erdogan, ukrainien, Petro Porochenko, ainsi que les premiers ministres japonais, Shinzo Abe, et indien, Narendra Modi. E n revanche, le président russe, Vladimir Poutine, à la tête d’une puissance militaire nucléaire majeure, et les dirigeants d’Iran et de Corée du Nord, aux programmes nucléaires controversés, seront absents.

Au centre des préoccupations, la possible fabrication par l’État Islamiste ou Al Qaeda d'engins de cette sorte suite aux informations qui ont filtrées après les attentats de Bruxelles étayées par la découverte de la surveillance video d'un expert nucléaire belge par deux kamikazes, les frères Bakraoui.

La possibilité que des matériaux nucléaires soient employés par des organisations terroristes n'est pas irréaliste.

Si très peu d’experts pensent que le groupe terroriste E.I. puisse un jour se doter d’une vraie bombe atomique, beaucoup craignent qu’il ne s’empare d’uranium ou de plutonium pour tenter d’assembler une bombe sale. Un tel engin ne provoquerait pas d’explosion nucléaire, mais la diffusion de radioactivité aurait de terribles conséquences sanitaires, psychologiques et économiques.

D’après des données de l’AIEA, quelque 2800 incidents relatifs à des trafics, possessions illégales ou pertes de matériaux nucléaires ont été répertoriés dans le monde ces 20 dernières années. Et selon des experts américains en non-prolifération, le stock mondial d’uranium hautement enrichi s’élevait à la fin de 2014 à 1370 tonnes ! Ainsi chez nous, à Cadarache, 39 kilos de plutonium ont été « oubliés »...

Faisons un peu de fiction. Effervescence à la préfecture de police de Paris : un courriel signé de l’État Islamiste vient d'arriver prévenant que plusieurs « bombes sales » étaient placées quelques parts dans Paris. Pour donner plus de poids à leur menace, les terroristes donnent les coordonnées GPS d'une localisation en pleine campagne où une de ces bombes va exploser trois minutes après réception du courriel... Les terroristes donnent 24 heures au gouvernement pour obéir à leurs exigences exorbitantes : libération de tous les « prisonniers politiques musulmans », arrêt des frappes aériennes en Syrie, évacuation des forces françaises des théâtres d'opération d'Afrique, paiement d'un « dédommagement » de plusieurs milliards d'euros, etc. Faute de quoi ces bombes exploseraient, répandant leur miasmes radioactifs et rendant les lieux atteints inhabitables pour des années voire des décennies. Imaginez le cauchemar résultant de ce chantage à la « bombe sale »…

Puisqu'ils sont réunis entre eux, les grosses têtes du monde devraient en profiter pour mettre au ban des nations non seulement ces « bombes sales », mais également ces autres saloperies que sont les munitions à uranium appauvri, largement utilisées par les armées des Etats-Unis lors de la première guerre du Golfe, la guerre d'Afghanistan, la guerre du Kosovo ainsi que lors des premières phases de la guerre d'Irak. Il s'agit essentiellement d'obus antichars. La densité très élevé de l'uranium donne à ces obus-flèches une force de pénétration permettant de transpercer les blindages ou les bunkers les plus épais. Avec pour effet secondaire de volatiliser et donc de répandre dans l'atmosphère autour de l'impact des quantité de particules radioactives empoisonnées. Dans les zones les plus touchées, il a été constaté une hausse spectaculaire des malformations ainsi que des cancers.

La saloperie en matière d'engins de mort est sans limite et est présente des deux côtés… Ce qui conforte l'adage d'Einstein : « Il y a deux approches possibles de l'infini : la bêtise humaine et l'expansion de l'univers. Encore que pour l'univers, je ne sois pas sûr... »



Photo X - Droits réservés

30/03/2016

Au bistro de la toile : M'sieur, pipi !

Buveurs.JPG

 

- T'as vu Victor, à partir du 1er juin pourra s'inscrire sur une liste si on ne veut pas être gonflé à toute heure par les marchands d'assurances, de produits contre les bestiaux qui rongent les charpente et autres konneries.

 

- Mouais… On verra. Il y avait déjà Pacitel, je m'y suis inscrit et ça n'a rien arrêté. Mais cette fois, ça pourrait être plus efficace. Les entreprises auront l'interdiction formelle de contacter les personnes inscrites sur cette liste qui sera géré pour cinq ans par la société Opposetel, désigné par Macron. Cette fois, les boites qui prospectent au téléphone en direct ou par l'intermédiaire d'une société de téléprospection, doivent impérativement respecter le liste sous peine d'amendes pouvant aller jusqu'à 75.000 euros. Ca va en calmer quelques uns !

 

- ...teng ! Ecoute celle-là Victor. J'ai un client que tu connais, la Gargouille, qui m'a dit comment il répondait à ces emmerdeurs. Il lui dit : « Mais Madame, comment pouvez-vous m'appeler puisque je n'ai pas le téléphone ? » C'est tellement gros que la femme ou le mec raccroche…

 

- Moi j'ai ma méthode, très efficace : je leur réponds en allemand, avec le ton d'un casque-à-boulon de la Grande vadrouille : « Wir ist spechen, bite ? Was volen sie ? ». Et c'est radical. L'opérateur raccroche et je pense qu'il doit marquer sur sa liste « TDC » pour « tête de con » !

 

- Pas mal ! Pas mal ! Mais ces pauvres mecs ou filles qui appellent, souvent du Maroc ou de Madagascar, se font chier toute la journée pur une poignée de figues…

 

- « Chier »… S'ils en ont l'autorisation, Loulle ! Même pour les entreprises de télé-appel travaillant depuis la France, c'est pas le paradis. C'est des espaces ouverts bruyants, tout le monde parle en même temps, les horaires sont contraignant en fonction des demandes des clients, généralement quand les prospects sont là, aux heures de repas ou le soir, il y a toujours un kapo derrière les opérateurs pour leur foutre la pression. Et, tiens-toi bien, chez SFR-Numéricable du sulfureux Drahi, il fallait demander une autorisation écrites pour aller pisser !

 

- Tu rigoles.

 

- Pas du tout. Il fallait passer par un logiciel qui gérait ça. Les salariés travaillant désireux de faire une pause devaient cliquer sur le pictogramme d’une tasse à café. Une fenêtre s’ouvrait pour choisir le type de pause demandé : « repos » (cela inclut la pause toilette), « débrief », « appel clients », « brief », « panne », « appel sortant », « formation » ou encore « historisation ». Pour aller aux cagouinces, les téléconseillers devaient attendre la réponse de leur responsable qui pouvait accepter, refuser ou différer la demande en la décalant éventuellement de 10, 20, 30 minutes ou d’un ou deux appels. Si le besoin était pressant, le salarié pouvait toujours tenter d’insister par écrit, en se justifiant. Et en serrant les fesses !

 

- Comme disait Coluche « Suivez la ligne jaune ! ».

 

- Mais il y a eu du ramdam. Pour protester contre ce nouveau procédé humiliant et infantilisant, l’intersyndicale (CFDT, CFTC, CGT, Sud) avait appelé les salariés à le grève. Mais l'affaire a été dévoilée et la boite a « corrigé » son logiciel paraît-il. La grève a été annulée car entre temps, la direction a reculé : toute demande de pause sera désormais validée automatiquement par le logiciel.

 

- M'sieur, pipi ! D'accord qu'il répond désormais le logiciel. Mais en rajoutant je suppose « Grouille-toi ! »

 

 

29/03/2016

Quand les impôts des Français financent ...une armée étrangère !

armée israélienne.jpg

 

Ah ! L'altruisme. En voilà une belle valeur ! C'est donner à autrui un peu de soi. Il est une manifestation de la bonté humaine, une force de bienveillance. On en a bien besoin en ces périodes de cynisme, d'égoïsme, de repli sur soi, d'indifférence.

Les Français sont altruistes. Regardez le nombre de personnes qui s'impliquent dans des associations comme les restos du cœur, le secours populaire, le secours catholique, etc.

Regardez combien ils sont généreux lorsqu'apparaissent devant les supermarchés les caddies de la banque alimentaire, de la Croix Rouge ou autres associations caritatives. Ils donnent leur temps lorsqu'ils sont retraités, oisifs chômeurs. Ils donnent aussi leur argent. Le succès sans cesse renouvelé du Téléton en est une illustration exemplaire. Les particuliers donnent selon leurs moyens, et c'est souvent ceux qui en ont le moins qui, proportionnellement, donnent le plus. Les entreprises – enfin, certaines – sont plus généreuses. Mais ne soyons pas dupes, sans mettre en doute leur altruisme, elles voient dans cette générosité fort médiatisée une manière de redorer leur image. Et à moindre frais ! Parce qu'en fait, ça leur coûte une poignée de figues aux riches donateurs !

Parce que – et c'est là que le bât blesse – la générosité en argent coûte deux fois plus à l’État, donc à nous, qu'au « généreux » donateur. Parce que dans notre pays, la loi autorise le donateur à déduire de son impôt sur le revenu la plus grosse partie du don (entre 66 et 75 %  https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F426 ) qu'il accorde à « certains organismes ayant un caractère d'intérêt général ». Ainsi un « don » de 150 euros coûte au donateur 50 euros au plus et 37,5 euros au moins. Pour affiner :

- don à une œuvre d'intérêt général ou d'utilité publique, la part de l’État est de 66 % des sommes versées jusqu'à 20 % du revenu imposable.

- don à un organisme d'aide aux personnes en difficultés, le part de l'État est de 75 % des sommes versées jusqu'à 529 euros puis de 66 % de la partie des dons supérieur à 529 euros jusqu'à 20 % du revenu imposable.

Cette loi est évidemment utile et procède d'une certaine justice puisqu'elle permet à beaucoup d'associations, partis politiques, fondations de vivre et d'agir sur le terrain. Elle dynamise la société civile et ne peut pas être remise en cause dans son principe. Encore que…

Encore que, hormis le fait que certaines entreprises polluantes ou foulant allègrement aux pieds l'éthique se repeignent en vert ou se refont une réputation « propre » en parrainant certaines manifestations altruistes…avec nos impôts, il y a des utilisations aberrantes voire franchement scandaleuses de cette disposition.

Ainsi des micro partis que la plupart des personnels politiques en vue créentæ dans le seul but de récupérer beaucoup de fric par le biais de ces « dons ». Pour payer leurs campagnes électorales. C'est de bonne guerre mais il y a bien pire.

Ainsi, un scandale se fait jour : des dons effectuées en France selon ce principe bénéficient à des associations...de colons israéliens et donc indirectement à la répression par l'armée israélienne – Tsahal – en territoires occupés ! Donc, du pognon de NOS impôts servent une bien étrange cause.

La sénatrice de l’Orne, Nathalie Goulet, vice-présidente de la commission de la Défense, avait posé le 10 mars une question écrite au secrétaire d’ État chargé du budget, Christian Eckert, pour attirer son attention sur le sujet. Souhaitant «avoir l’explication de cette disposition exorbitante du droit commun», elle avait souligné qu’il s’agissait là «d’une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d’une armée étrangère».

Depuis, elle n’a pas eu de réponse du ministre, mais a reçu des menaces de mort anonymes sur les réseaux sociaux.

Bonjour « l'altruisme » !


Photo X - Droits réservés

24/03/2016

Conseils à ceux qui vont devoir choisir à la primaire de la droite.

sarko caillera.jpg

 

 

Vous souhaitez travaillez plus pour gagner moins ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous souhaitez foutre en l'air ce qui reste des services publics ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous souhaitez partir à la retraite à 75 ans ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous souhaitez payer plus chers vos médicaments ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous souhaitez que les diktats de Merkel soient parole

d'évangile pardon, de coran ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous détestez la Sécurité Sociale et vous préférez

les assurances privées ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous rêvez d'une société « à la Grecque » façon

Thatcher-Merkel ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous êtes pour des interventions militaires diverses et variées  ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous pensez que la laïcité telle actuelle ne fonctionne pas ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous êtes pour plus de place des conceptions

re ligieuses dans la viepolitique ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous acceptez de vous mettre à plat ventre

devant les banksters ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous aimez Gattaz et les vautours du MEDEF ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous aimeriez voir un type qui a trahi tout le monde

revenir au pouvoir ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous croyez que ses mea culpa et ses postures «populaires»

sont sincères ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous souhaitez que l'on vous refasse le coup de

la fracture sociale ?

Vous choisirez Sarkozy..

Vous croyez en l'eugénisme et en la prédisposition ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous rêver d'élections où les votes se feraient sur des

machines et où ledépouillement serait incontrôlable ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous pensez que l'écologie « ça commence à bien faire » ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous voulez des flics partout et de la justice nulle part ?

Vous choisirez Sarkozy...

Vous voulez vous faire avoir profondément et sans vaseline ?

Vous choisirez Sarkozy…

S'IL N'EST PAS EN TAULE !

 

 

Photo X - Droits réservés

23/03/2016

Le deuil et la rage.

haine regard.jpg

 

Le deuil en solidarité avec nos frères belges à leur tour touchés par la barbarie aveugle des fous d'allah. La rage devant l'aveuglement de cette Europe réduite à l'impuissance, ventre mou opulent, proie juteuse et désarmée.

 

Rage contre nos gouvernants et ceux de l'Europe qui, par électoralisme, ont laissé s'installer le communautarisme et – pire - ont pactisé avec le diable, en l’occurrence le salafisme, le wahhabisme et autres sectes fanatiques moyenâgeuses maniant leur coran saignant comme la kalachnikov et le couteau à découper les têtes. Tout cela pour quelques contrats de fourniture pétrolières et de vente de machines à tuer.

 

Rage devant la naïveté imbécile, voire l'énorme konnerie d'avoir laissé les portes grandes ouvertes à tous les rapaces du monde. Et avant tout aux musulmans qui voient dans nos grasses contrées sans défense, peuplés de couilles-molles, des terres de mission pour leurs sectes mortifères et de rapine tant pour les crève-la-faim fuyant leurs terres d'islam où leurs sectes s’entre-dévorent que pour les sordides féodalités pétrolières qui achètent non seulement nos plus beaux fleurons mais aussi nos âmes, comme l'illustre à en dégueuler la Légion d'honneur attribué à un « prince » coupeurs de tête.

 

Sur un autre plan, rage devant cette oligarchie européenne et ses relais nationaux qui sacrifient avec cynisme les peuples de l'Union au bénéfice du seul PROFIT de banksters et de multinationales. Les travailleurs détachés en sont l'illustration tout comme l'attitude invraisemblable des instances européennes qui, par copinage ou corruption, repoussent encore une fois la décision d'interdire le dangereux glyphosate, produit phare de Monsanto avec sa marque RounUp. Depuis sept ans, les « Zeuropéens » autorisent la diffusion et l'utilisation du RounUp malgré les innombrables mises en garde. N'ayant pas obtenu de majorité pour prolonger de 15 ans l'autorisation de mise en marché de ce poison, elle repousse sa décision aux calendes grecques. Mais en laissant le produit en vente, évidemment ! Il est vrai qu'en face de la Commission européenne, il y a un immeuble qui abrite le nid de cafards de tous les lobbyistes du monde et leurs meutes de juristes. Le fric coule à flot. Dans les poches de qui ?

 

Cette Europe de boutiquiers se suicide. Et les attentats qui se multiplient en sont les premiers soubresauts sanglants. Mais ça, nos « zélites » s'en foutent. Ce qui les intéresse, c'est que l'économie tourne, que la sacro sainte « croissance » continue de façon à ce que les quelques milliers de parasites qui pressurent le monde s'engraissent encore plus. Et des populations immigrées peu éduquées, en situation de faiblesse et abruties par des idéologies obscurantistes sont toujours plus dociles que des autochtones lucides et récalcitrants ! Elles se regroupent en ghettos communautaires où les tueurs d'allah évoluent comme le poisson dans l'eau. Comme le montre les planques et les filières complices dont y bénéficient tous les assassins qui sèment la mort aveugle tant à Bruxelles qu'à Paris, Madrid, Londres et bientôt ailleurs.

 

Combien de « Molenbeckistan » en France, en Belgique, en Allemagne ? « On est en guerre » proclame une fois encore notre fier torero Valls. En guerre contre qui ? Contre les terroristes islamistes. Donc contre Daech et Al Qaïda. Mais qui finance, forme au meurtre, éduque à la haine ces sinistres crétins ? L'Arabie saoudite, le Qatar et autres féodalités pétrolières du golfe arabo-persique...que nous armons. Où est la cohérence ?

 

Ceux que notre président couve du regard de Chimène. Et parmi les pires, celui qu'il vient de gratifier de la plus haute distinction de la république : la Légion d'Honneur, pardon, la Légion d'HORREUR.

 

 Photo X - Droits réservés

 

21/03/2016

Au bistro de la Toile : roundup en Europe et risque de coup d’état au Brésil.

chimulus bistro copie.jpg

 

- Oh ! Victor. T’as des couleurs ce matin. T’as mis du Tavel dans ton café ? T’as fait du vélo ? T’as fait le jardin ?

 

- Un peu de tout ça. Mais pour ce qui est du jardin, c’est un jour décisif : la Commission européenne, après avoir repoussé, le 8 mars, sa décision de renouveler ou non l’autorisation de mise en marché du poison chimique glyphosate, doit se décider aujourd’hui. Les commissaires européens avaient reculé devant la mobilisation populaire, mais est-ce pour mieux sauter aujourd’hui ?

 

- C’est quoi ce truc, ce glypho chez pas quoi comme tu dis ?

 

- C’est un pesticide plus connu par les  « exploitants agricoles » (note que je ne dis plus « paysan ») et par les jardiniers du dimanche sous le nom commercial de RoundUp. C’est radical : où le roundup passe, plus aucune herbe de repousse ! C’est l’Attila du chiendent ! Le Ben Laden du liseron !

 

- Mouais… Vaut mieux pas en mettre dans son café, quoi.

 

- Et pourtant, malgré les belles promesses de Ségolène, on en trouve dans toutes les jardineries… Et si les « Zeuropéens » cèdent aux pressions de Monsanto, on en aura encore pour 15 ans. Faut bien fournir en cancers l’industrie pharmaceutique, sœur jumelle de l’industrie des pesticides ! Le glyphosate, la molécule efficace du RoundUp, est classée « cancérogène probable » - délicate pudeur ! – par l’OMS (organisation mondiale de la santé) en 2015. Mais l’autorité européenne de la sécurité des aliments (AESA) qui fait, hélas, autorité en Europe, dit le contraire, d’où la volonté des instances européennes de ré-autoriser pour 15 ans ce poison. Il faut savoir que l’AESA se base, pour ses recommandations à la Commission européenne sur des évaluations fournies par le Glyphosate Task Force (GTF, groupe de travail sur le glyphosate). Ce GTF est un consortium d’entreprises agrochimiques auquel participe très activement…Monsanto, le fabricant du RoundUp, avec d’autres maitres empoisonneurs de l’agrochimie.

 

- Bon. On verra dans la journée jusqu’où va la complicité coupable des « Zeuropéens » avec le lobby des empoisonneurs… Tè. Changeons de sujet. T’as vu, les filles qui jouent au ballon à la main ont gagné leur billet pour Rio. Elles iront aux J.O. au Brésil ! Cocorico les filles !

 

- Mouais. Parlons-en du Brésil. Une campagne gigantesque de manipulation et de désinformation déferle sur ce valeureux pays. Les mé(r)dias aux ordres nous bourrent le mou avec les manifestations « géantes » des nantis demandant la destitution de la président Dilma Roussel et du héros du pays, Lula, qui a sorti le pays des griffes des multinationales étasuniennes et de leurs relais locaux, la classe aisée et les propriétaires terriens qui n’ont pas digérés de devoir cracher un peu au bassinet. Ils ont donc monté une histoire secondaire de corruption (sport national la-bas encore plus qu’ici) pour se débarrasser du gouvernement régulièrement élu. Mais ces médias évitent soigneusement de parler des manifestations en défense du gouvernement de gauche, encore plus importantes. Plus d’un million de personnes ont envahis les rues des grandes villes à travers tout le pays pour défendre la démocratie et soutenir le gouvernement en dénonçant la façon dont l’extrême-droite et les milieux d’affaire, cornaquée par les Etats-Unis et soutenue par la presse mondiale, mène une campagne de diffamation en vue de se débarrasser du gouvernement de gauche. La Fédération des Industries de Sao Paulo (FIESP, qui regroupe plus de 130.000 entreprises) annonce d’ailleurs la couleur : « Destitution, maintenant » proclame-t-elle sur une gigantesque pancarte apposée sur la façade de son siège, prenant publiquement position en faveur de la destitution de la présidente régulièrement et démocratiquement élue.

Mais au moins soixante organisations de gauche, y compris syndicats et mouvements populaires, ont participé à des rassemblements de défense du gouvernement, dans une quinzaine des plus importantes villes de ce pays gigantesque, notamment à Brasilia, Rio de Janeiro, Sao Paulo, etc. Les « sans-dents » ont défié les manifestants d’extrême-droite et les nantis en criant : « No ver ter golpe ! ». « Il n’y aura pas de coup d’état ». Parce que c’est ça qui est en route : un coup d’état « soft ». La date serait même prévue pour  début mai et le futur « président temporaire » choisi : le vice-président actuel Michel Temer, chef du parti centriste PMDB, marionnette qui assumerait le pouvoir jusqu’aux élections générales de 2018.

 

- Ben dis donc. Elles feraient mieux de rester ici nos jolies handballeuses… Allez ! Á la nôtre !

 

 Illustration: merci à Chimulus

18/03/2016

Au bistro de la Toile : et si on se trompait sur Trump ?

chimulus bistro copie.jpg



- Oh ! Victor, si t'étais Etasunien, pour qui tu voterais ? Trump ou Clinton ?



- Bof. Comme disait avec sa langue rrrocailleuse l'ami Jacques Duclos, « c'est bonnet blans et blanc bonnet ». Le système étazunien du bipartisme donne tous les quatre ans aux électeurs l'illusion de la démocratie. Au banquet des élections, ils ont à choisir entre immangeable et dégueulasse. Ça les amuse – comme nous d'ailleurs. C'est une sorte de match et les gens choisissent leur équipe. Ils ont alors le rôle de « supporter » d'un camp ou de l'autre. Avec toute la finesse que l'on connaît aux « supporters » sportifs ! Mais le lendemain, quand les lampions sont éteints, les banksters, les maquereaux des multinationales, les escrocs des fonds de pensions, le complexe militaro-industriel, bref, tous les ploutocrates du « 1 % » sablent le Champagne : ils ont réussi une fois encore à manipuler les «99 % » de façon a ce qu'un fantoche, une marionnette soutenue par eux, s'imposent à la tête du système. Ils lui demanderont alors des comptes, de renvoyer l'ascenseur. C'est le « - Qui t'a fait Duc ? - Qui t-a fait Roi ?» à la sauce électorale.



- Tout de même, cette année, ils sont particulièrement gâtés avec ce Donald Trump à nom de canard...



- Eh ! T'as vu ce qu'il se trimbale le Parti Républicain à côté du canard ? Une brelle brochette de charlots, d'incompétents, de cul-bénis, de politicards tocards.

Tè ! Jeb Bush, le frère de qui vous savez et le fiston de qui vous savez. Il a dépensé 45 millions de dollars pour faire campagne dans le seul état du New Hampshire et il a fini...quatrième ! Celui-là, s'il y avait des Jeux Olympiques de la konnerie, il est tellement kon, qu'il finirait second !

Il y avait aussi Carla Fiorina. Une sacrée cador en affaire : elle a été la patronne de Hewlett-Packard, les fabricants d'ordinateurs. Eh bien sous sa direction, l'action de sa boite a perdu la moitié de sa valeur, pourtant elle avait lourdé 30.000 employés ! Bonjour l'efficacité.

Et puis Ted Cruz, un fada d'extrême droite, hyper cul-béni.

Et encore Marco Rubio, le « latinos » de service. Un bellâtre tellement débile que pour lacer ses chaussures, il met un pied sur une chaise puis se baisse pour lacer l'autre pied.

Ah ! N'oublions pas Ben Carson, un neurochirurgien à la retraite. Celui-là, il est persuadé que les pyramides d’Égypte étaient des silos à grains.

Voilà les parfaits fumistes que présentait le Parti Républicain.



- C'est vrai que ce n'est guère mieux que le Donald ! Mais enfin, comment une démocratie comme les États-Unis peut-elle présenter des caricatures pareilles ?



- Et nous ? On aura peut-être le choix entre une facho qui se cherche une respectabilité, un ancien président « quincaillier » tellement il se trimbale de casseroles au cul, et un pseudo socialiste nullissime. Et les Italiens, ils ont bien élu et réélu plusieurs fois Berlusconi ? Ces élus ne sont que les marionnettes des oligarques de l'ultra libéralisme. Au plus ils sont nuls et souples de l'échine, au plus ils seront « aidés » par les puissances économiques, et donc au mieux ils obéiront et feront le lit des puissants qui les ont mis en place en achetant leur docilité avec leur pognon.



- Mais enfin, Trump, il parle comme un charretier, il raconte des konneries énormes : construire un mur de la honte sur des milliers de kilomètres contre les Mexicains, il veut interdire l'entrée aux États-Unis aux musulmans...



- Mais Loulle, il dit ce que pense la moitié des Étasuniens ! Seulement il le dit sans langue de bois. Brut de décoffrage, comme le promoteur immobilier qu'il est ! Et c'est ce mépris pour les formes, ce rejet du langage politiquement correct qui fait son succès. Les électeurs se reconnaissent en lui. Il parle comme un client un peu empégué d'un café « Chez Loulle » étasunien – si de tels lieux de rêve existent chez eux, ce qui m'étonnerait ! Ça les change de tous les sénateurs pompeux qui parlent « correctement » mais se remplissent les poches du pognon des lobbyistes...

Le Donald Trump, Loulle, il pense que la guerre en Irak a été une énorme konnerie. Il se proclame social-libéral, ce qui, aux États-Unis, est presque « de gauche » ! Et puis il veut faire payer les riches. Oui. Il veut faire raquer plus d'impôts aux 1 % qui maquerautent le pays.



- Tu parles...Il fera comme les autres puisque tu nous as dit que tous sont redevables de leur élection aux grandes entreprises qui donnent des montagnes de thunes pour leurs campagnes...



- Eh bien, justement non. Parce que le Trump, il paie sa campagne avec son propre fric ! Il serait donc idéalement placé pour faire rendre gorge aux banksters qui tiennent le pays puisqu'il ne leur devra rien ! Mieux que la petite madame Clinton, qui fait de la présidence du pays une affaire de famille comme le clan Bush, et se vautre dans le fric généreusement donné par les cadors de Wall Street.

Et puis, Loulle,la vrai question est celle-ci : pourrait-il être pire que George « Dobeuliou » Bush ?



- Difficile, c'est vrai qu'il a mis la barre haute celui-là. Allez, à la nôtre !

17/03/2016

Haro sur Lula, ce pelé, ce galeux dont viendrait tout le mal !

lula avec gosses.jpg

 

 

Écoutez les beaux-parleurs des machines à bruits et des lucarnes à décerveler ; parcourez en vous bouchant le nez les écrits des plumitifs aux ordres dans les canards-laquais. Tous pourrissent Lula et Wilma Roussel comme ils pourrissaient Chavez et font de même avec son successeur Maduro.

 

Ils présentent les images d'immenses foules descendant dans la rue pour réclamer « l'impeachment » - le terme est significatif ! - de la présidente brésilienne démocratiquement élue. La corruption est le prétexte (comme si elle ,n'existait pas ailleurs). La réalité c'est que l'Oncle Sam, à la manœuvre, veut remettre ses sales pattes sur toute l'Amérique du Sud, qu'il a toujours considéré comme son pré carré. Avec les méthodes qui lui réussissaient si bien dans les années soixante-soixante-et-dix, le temps béni pour les Yankees de Pinochet et Kissinger.

 

Mais il faut savoir que ceux qui manifestent, fussent-ils des millions dans l'ensemble de ce pays gigantesque, appartiennent à « l'élite », aux privilégiés, aux propriétaires, à ces classes moyennes supérieures qui jouissent de voir leur juge-marionnette, le dénommé Sergio Moro, initiateur du mouvement «  lava jaro » (lavage rapide) - inspiré (de loin) par l'opération « mani pulite » contre les politicards complices des mafias en Italie – menacer Lula, l’icône des pauvres.

 

Ce qu'ils veulent, les nantis brésiliens soutenus, poussés, aiguillonnés en sous-main par les Étasuniens, 'est salir les représentants des pauvres, des sans-grades, des toujours-perdants, des exploités, des sans-dents qui ont retrouvé leur fierté, leurs espoirs, leur dignité avec Lula, cet ouvrier arrivé, sans violence, par les urnes, aux plus hautes fonctions. Ce qu'ils oublient, ces fossoyeurs de la démocratie, c'est qu'en quelques années, Lula a fait passé son pays de la récession ,à une croissance continue de plus de 7 % par an. Ce qu'ils ne supportent pas, ces profiteurs à la solde de étranger, c'est qu'ils doivent rendre des comptes, payer leurs impôts, obéir aux lois que le peuple s'est donné. Ce qu'ils tentent, avec l'appui étasunien et la CIA en manœuvres sournoises, c'est de reprendre le pouvoir. Tous les pouvoirs.

 

Pour discréditer le pouvoir populaire en place, ils s'appuient sur les difficultés actuelles du pays dont l'économie est avant tout basé sur l'exportation de matières premières et subissant ainsi de plein fouet le ralentissement de la demande mondiale, et particulièrement chinoise, de ces matières premières.

 

Profitant du fait que les projecteurs de l'actualité mondiale sont braqués sur le foutoir du Moyen-Orient, sur l'Afrique et en Ukraine, les Yankees attaquent tous azimuts en Amérique latine. Ils mobilisent des montagnes de dollars (sortis de la planche à billet) pour manipuler tous les groupes de pression possibles – oligarchies locales, clergés, et surtout presses locales et internationales totalement dédiées à, conditionner les opinions publiques. C'est ce qui se passe actuellement au Brésil. Leur but: faire tomber tous les gouvernements du continent qui échappent à leur emprise. Particulièrement ciblés : le Brésil, le Venezuela, la Bolivie, l’Équateur, l'Argentine. Les Yankees ont déjà la main-mise sur le Mexique, le Honduras, le Chili, la Colombie, le Paraguay, le Pérou. Ils y disposent d'appuis stratégiques voire de bases militaires plus ou moins secrètes à partir desquelles leurs « forces spéciales » peuvent à tout moment donner la main, organiser, aider physiquement les manifestations tendant à renverser les gouvernements émergents.

 

Plus encore que le Brésil, c'est le Venezuela qui est visé. Parce qu'il exerce une influence sur les autres pays latinos et surtout parce qu'il possède les réserves de pétrole les plus importantes du monde. D'où les manœuvres conjointes des USA et de l'Arabie saoudite pour faire chuter le prix du pétrole et ainsi mettre à genoux non seulement le Venezuela, mais encore la Russie, autre cible privilégiée des politicards voyous de Washington.

Par le mensonge, la manipulation, une « morale » maison, les USA tentent par tous les moyens de discréditer ceux qui s'opposent à leurs basses œuvres. Ce qu'ils font avec Lula, ils le font aussi avec Evo Morales en Bolivie, avec Correa en Equateur, etc.

 

Lula, Morales, Correa. Trop proches des intérêts de leurs peuples pour plaire aux prédateurs yankees. Ne nous laissons pas enfumer par les me(r)dias aux ordres et soutenons-les.

 

Photo X - Droits réservés

16/03/2016

Au bistro de la toile : La "loi travail" cache une sournoise attaque contre la laïcité.

Buveurs pour net.jpg

 

- Oh ! Loulle. Que ferais-tu si le ci-devant Ali, notre pote qui marche au son du canon (de rouge) avec nous, te demande un jour de pousser quelques tables pour pouvoir faire sa prière ?

 

- Ben, puisqu'il sera à genoux et tête basse, je lui demanderais de regarder sous les meubles s'il ne voit pas les clés que ma femme a paumées!

 

- Ah ! Ah ! Ah ! Ça s'appelle allier l'utile à la tolérance ! Mais au-delà de la rigolade, ce sont des problèmes que risquent de connaître bien des patrons d'entreprises...

 

- Pourquoi ?

 

- Parce que c'est inscrit dans un article scélérat planqué dans cette fameuse Loi Travail qui fout la zone actuellement.

 

- La Loi El Khomeri ? C'est une konnerie... Explique.

 

- Tiens, je te lis l'article 6 de ce projet de loi : « La liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses, ne peut connaître de restrictions que si elles sont justifiées par l'exercice d'autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l'entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché. » Ça semble anodin mais ça officialise l'entrée du fait religieux dans l'entreprise ! Jusqu'à maintenant, ces problèmes étaient résolus au sein même de la boite, mais avec cette loi, si elle passe, le chef d'entreprise devra établir, preuves à l'appui, devant je ne sais quelle juridiction extérieure à la boite, que son refus de satisfaire aux demandes de caractère religieux de n'importe lequel de ses salariés est justifié...

 

- Mais alors Victor, cette loi s'assoit sur un des principes fondateurs de notre république : la laïcité.

 

- Exactement Loulle. On peut s'attendre à des offensives tous azimuts des cul-bénis de tous poils avec cet article de loi. Bonjours le foutoir... Et les emmerdements vont se multiplier. Le principal résultat de cette disposition sera de favoriser le communautarisme dans l'entreprise, et donc les embrouilles, les rivalités, les conflits voire les bagarres. Au détriment évidemment de la bonne marche de l'entreprise. On a un bon exemple de ce qui arrivera en voyant ce qui se passe à la RATP, la société qui régit le métro parisien. Des mecs qui - par "convictions religieuses" comme dit l'article 6 - refusent de serrer la main d'une collègue de travail parce que c'est une femme, qui refusent d'obéir à un supérieur si celui-ci est une femme, qui refusent même de conduire un autobus après que celui-ci aie été conduit, donc touché par une femme ! On en est là Loulle ! Voilà ce qui va arriver dans plein d'entreprises. Et qu'est-ce qu'il fera le patron ? Il sera poussé à établir lui-même une forme de communautarisme au sein de son établissement. Ségrégation entre hommes et femmes, frein à la progression des femmes dans la hiérarchie et les responsabilités, etc.

Avec un autre effet pervers qui résultera du pragmatisme du chef d'entreprise : il évitera soigneusement d'embaucher des salariés susceptibles de lui causer de tels problèmes. Et tous les Abou-pseudointellos-donneurs-de-leçons vont gueuler au « racisme », à l'islamophobie, à l'ostracisme, à la victimisation, etc. Ce sera le triomphe du communautarisme, ce chancre de la société qui salope déjà les hôpitaux. Et d'autres institutions de la république...

 

- C'est sordide cette histoire Victor. Mais enfin, les syndicats qui canardent à tout va contre cette loi vont bien lever le lièvre ?

- Eh bien non Loulle. Le retrait de cet article n’apparaît pas dans leurs revendications. Ils ont le nez dans le guidon de leurs prud’hommes, de leur temps de travail, etc. mais vont laisser passer cette horreur. Horreur au sujet de laquelle on peut se poser quelques questions : qui a imposé cet article ? Sous l'influence de qui ? Au profit de qui ?

- Fatche ! On n'est pas sorti de l'auberge Victor. Tè ! Je mets ma tournée. Et du Rouge !



15/03/2016

Loi El Khomri. "Recommandations" ou diktat de l'Europe?

europe grande braderie.png



On fait semblant de s'écharper sur le contenu de cette loi travail attribuée à cette pauvre ministre-alibi, Madame El Khomri, alors qu'en fait, elle n'est ni de cette estimable personne, ni de Valls, ni même de Hollande. Elle est directement sortie des « Recommandations » du Conseil de l'union européenne. La France « souveraine et éternelle » obéit en l’occurrence aux « recommandations » du ci-devant GRAMENA Pierre, ministre des finances...du Luxembourg !

Pour preuves :



RECOMMANDATION DU CONSEIL

du 14 juillet 2015

concernant le programme national de réforme de la France pour 2015 et portant avis du Conseil sur le programme de stabilité de la France pour 2015

(2015/C 272/14)

LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE,

/...

RECOMMANDE que la France s'attache, au cours de la période 2015-2016, à:

1 - engager une action suivie d'effets au titre de la procédure concernant les déficits excessifs et assurer une correction durable du déficit excessif en 2017 au plus tard par un renforcement de sa stratégie budgétaire, en prenant les mesures nécessaires pour toutes les années et en consacrant toutes les recettes imprévues à la réduction du déficit et de la dette; préciser les réductions de dépenses prévues pour ces années et fournir une évaluation indépendante de l'impact des principales mesures;

2 - accentuer les efforts visant à rendre efficace la revue des dépenses, poursuivre les évaluations des politiques publiques et recenser les possibilités d'économies dans tous les sous-secteurs des administrations publiques, et notamment aux niveaux de la sécurité sociale et des collectivités locales; prendre des mesures pour limiter l'augmentation des dépenses de fonctionnement des collectivités locales; prendre des mesures supplémentaires pour ramener le système de retraite à l'équilibre, notamment en s'assurant, d'ici à mars 2016, que la situation financière des régimes de retraite complémentaire soit soutenable à long terme;

3 - maintenir les réductions du coût du travail découlant du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi et du pacte de responsabilité et de solidarité, notamment en les mettant en œuvre comme prévu en 2016; évaluer l'efficacité de ces dispositifs en tenant compte des rigidités du marché du travail et du marché des produits; réformer, en concertation avec les partenaires sociaux et conformément aux pratiques nationales, le processus de formation des salaires pour que ceux-ci évoluent au même rythme que la productivité; veiller à ce que les évolutions du salaire minimum soient compatibles avec les objectifs de promotion de l'emploi et de la compétitivité;

4 - d'ici à la fin de 2015, éliminer les obstacles réglementaires à la croissance des entreprises, notamment en révisant les critères de taille fixés dans la réglementation pour éviter les effets de seuil; éliminer les restrictions d'accès aux professions réglementées autres que juridiques et à l'exercice de celles-ci, notamment en ce qui concerne les professions de santé à partir de 2015;

5 - simplifier et améliorer l'efficacité du système fiscal, notamment en supprimant les dépenses fiscales inefficaces; afin de promouvoir l'investissement, prendre des mesures visant à réduire les impôts sur la production et le taux nominal de l'impôt sur les sociétés, tout en élargissant la base d'imposition sur la consommation; prendre des mesures à partir de 2015 en vue de supprimer les impôts inefficaces dont le produit est nul ou faible;

6 - réformer le droit du travail afin d'inciter davantage les employeurs à embaucher en contrats à durée indéterminée; faciliter, aux niveaux des entreprises et des branches, les dérogations aux dispositions juridiques générales, notamment en ce qui concerne l'organisation du temps de travail; réformer la loi portant création des accords de maintien de l'emploi d'ici à la fin de 2015 en vue d'accroître leur utilisation par les entreprises; entreprendre, en concertation avec les partenaires sociaux et conformément aux pratiques nationales, une réforme du système d'assurance chômage afin d'en rétablir la soutenabilité budgétaire et d'encourager davantage le retour au travail.



Fait à Bruxelles, le 14 juillet 2015.

Par le Conseil

Son président 

Pierre Gramena



La Loi El Khomri est tout entière contenu dans la recommandation n° 6 ci-dessus. Le développement des « recommandations », c'est à dire des diktats des instances européennes ultralibérales de Bruxelles se trouve in extenso ici : http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX:...

 

 

Illustration X - Droits réservés

14/03/2016

L'Allemagne a désormais son « Front NaZional ». Merci Frau Merkel...

On le voyait venir depuis longtemps mais ça y est : l'Allemagne, qui avait réussi de manière exemplaire à se défaire de ses terribles démons, vient de rejoindre le camp de l'extrême-droite à la manœuvre partout en Europe. Banal pourrait-on dire. Comme en France, comme au Danemark, comme aux Pays-Bas... Oui mais là, c'est en Allemagne. Et ça glace les sangs.

 

AFD.jpgHier, dimanche 13 mars 2016, 13 millions d'électeurs allemands se sont assis sur leurs scrupules et ont réservé sinon un triomphe, du moins une effrayante victoire au tout nouveau parti d'extrême-droite Alternative Fur Deutschland (AFD) qui obtient autour de 10 % en Rhénanie-Palatinat, près de 15 % dans le riche Bade-Wurtemberg et près de 25 % en Saxe-Anhalt, ce lander venu de l'Est. Dans ces deux États-nations, les deux partis dits « de gouvernement » - CDU et SPD, les partis de droite équivalents outre-Rhin de l'UMP (LR) et du PS, canal Valls-Hollande – n'ont même pas, ensemble, assez de voix pour constituer une majorité !

 

merkel fait la gueule.jpgÀ qui et à quoi devons-nous cette perspective redoutable ? À Frau Merkel et sa prétendue « générosité » ouvrant toutes grandes les portes non seulement de l'Allemagne mais de toute l'Europe à l'invasion des migrants déferlants depuis la Turquie et le foutoir des terres d'islam vers les grasses pâtures d'Europe. Parce qu'autour des véritables réfugiés fuyant la guerre en Syrie, et se camouflant derrière ceux-ci, s'agglomèrent des centaines de milliers de migrants économiques venant d'Afghanistan, du Pakistan, mais aussi du Maghreb et d'Afrique subsaharienne. I,3 millions de demandes de statut de réfugiés en 2015. Et le flux ne se tarit pas malgré des cadeaux fait à l'un des principaux responsables du foutoir moyen-oriental, l'islamiste Erdogan, sultan fou de Turquie que Frau Merkel voir plus souvent que ses propres ministres et à qui elle prétend ouvrir les portes de l'Union Européenne !

 

Parce qu'il est bien là le problème qui va tuer l'Europe : non pas les réfugiés, mais le fait que ces « réfugiés » sont, pour l'essentiel, musulmans. Mais ça, faut pas le dire sinon on risque l'excommunication pour « crime » d'islamophobie, ce mot inventé par les mollahs de Komeini et qui, par un étrange détour sémantique ne signifie plus « peur de l'islam » mais « racisme anti musulman » ! Comme si une idéologie mortifère pouvait être une race...

 

On assiste en se fouettant la couenne de culpabilité dégoulinante à un véritable suicide collectif de l'Europe. Les ventres stériles de nos femmes, les couilles molles de nos hommes incitent nos « zélites dirigeantes », sous la pression des patronats avides d'exploiter des quasi-esclaves, rien moins qu'à envisager, voire à organiser le remplacement des populations autochtones d'Europe par des peuplades venues d'autres continents, difficiles sinon impossibles à assimiler, étrangers à notre manière de vivre, de penser, de vivre ensemble. Des « zélites » qui refusent de voir que cette immigration massive change fondamentalement les valeurs traditionnelles dominantes en Europe, et que d’autre part à terme cette immigration extra-européenne contribue sinon à l’extinction des Européens autochtones du moins au remplacement de leurs cultures, de leur civilisation.

 

Cette situation ne se fera pas sans soubresauts sanglants. Mais ça, nos « zélites » s'en foutent. Ce qui les intéresse, c'est que l'économie tourne, que la sacro sainte « croissance » continue de façon à ce que les quelques milliers de parasites qui pressurent le monde s'engraissent encore plus. Et des populations immigrées peu éduquées, en situation de faiblesse et abruties par des idéologies obscurantistes sont toujours plus dociles que des autochtones lucides et récalcitrants ! La prétendue générosité de Merkel n'est rien d'autre qu'une allégeance totale aux demandes du patronat allemand friand de cette main-d’œuvre docile et si bon marché !

 

Frau Merkel, vous avez oublié que la vie d'un pays, la vie de l'Europe, ce n'est pas seulement l'économie, ce n'est pas seulement les marchés, ce n'est pas seulement la sacro-sainte croissance. C'est aussi le bien-être des gens, le vivre ensemble, le respect de tous, non seulement des « migrants » mais aussi des citoyens Lambda de chaque pays. Les électeurs viennent de vous le rappeler.

 

Mais, à cause de votre aveuglement, nous aussi risquons gros avec la résurrection de « La Bête ». À cause de vous, soixante-et-dix ans d'efforts exemplaires de votre grand peuple risquent d'être effacés. Et la confiance, la fraternité, l'amitié risquent de laisser place à la méfiance, à la germanophobie, à la peur de l'Allemagne... Beau résultat !

 

Photos X - Droits réservés



11/03/2016

Allez, un peu de poésie dans ce monde de merde

Prévert merde.jpg

 

PATER NOSTER



Notre Père qui êtes au cieux
Restez-y
Et nous nous resterons sur la terre
Qui est quelquefois si jolie
Avec ses mystères de New York
Et puis ses mystères de Paris
Qui valent bien celui de la Trinité
Avec son petit canal de l'Ourcq
Sa grande muraille de Chine
Sa rivière de Morlaix
Ses bêtises de Cambrai
Avec son océan Pacifique
Et ses deux bassins aux Tuileries
Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets
Avec toutes les merveilles du monde
Qui sont là
Simplement sur la terre
Offertes à tout le monde
Éparpillées
Émerveillées elles-mêmes d'être de telles merveilles
Et qui n'osent se l'avouer
Comme une jolie fille nue qui n'ose se montrer
Avec les épouvantables malheurs du monde
Qui sont légion
Avec leurs légionnaires
Avec leurs tortionnaires
Avec les maîtres de ce monde
Les maîtres avec leurs prêtres
Leurs traîtres et leurs reîtres
Avec les saisons
Avec les années
Avec les jolies filles et avec les vieux cons
Avec la paille de la misère pourrissant dans l'acier des canons.

Jacques Prévert

 

Photo X - Droits réservés