Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/09/2008

A boire tavernier ! Mais du bon !

940366acbd5becec43f6b36c6736d6f8.jpgOn a ouvert le ban des vendanges dans les Côtes du Rhône. Et pourtant, les bons vignerons vont probablement ramer pour vendre leur production, à cause d’une concurrence aussi dégueulasse que pipée.

En effet, les tenants de la vinasse industrielle, les thuriféraires du nuisible Etazuniens Parker ont obtenu gain de cause auprès de la commission européenne, experte en conneries en tous genre : ils peuvent dorénavant utiliser les copeaux de bois pour faire leurs infâmes pinards. Tout comme les Etazuniens, les Australiens et autres margoulins pour lesquels le vin n’est pas une création noble, expression d’un terroir et du savoir-faire d’un vigneron, mais un simple produit dont on inflige la consommation aux gogos par des coups « marketing », au profit de financiers qui, eux, ont les moyens de se payer des grands crus.

9242ace7ed5489ffb8bb593701c9b29e.jpgAttendez-vous donc à devoir picoler d’atroces bibines qui ne seront plus que des infusions de parquet mis en vente par des pinardiers qui veulent péter plus haut que leur crû.

Regardez bien les étiquettes, ne prenez que des A.O.C., si possible bio, pour vous faite plaisir. Et fuyez tout ce qui se prévaut d’un classement chez Parker

Tè, je vais boire (du bon !) pour oublier avec quelques autres dignes soiffards…

01/09/2008

Fascisme ordinaire campagnard...

Intimidations et menaces contre un agriculteur bio dans le Puy-de-Dôme

Par Frédéric HAPPE AFP


TEILHET (Puy-de-Dôme) (AFP)
- On menace sa fille de mort, on tue ses chèvres : en s'installant dans le Puy-de-Dôme pour faire de la culture bio, un jeune agriculteur "pas comme tout le monde" se heurte à l'hostilité violente d'une partie du voisinage qui le pousse à quitter la région.

Avec sa boucle d'oreille, ses tatouages sur chaque doigt, formant le mot "libertad", sa détermination à entreprendre à Teilhet (Puy-de-Dôme) une agriculture biologique et développer son élevage de chèvres, Jean-Hugues Bourgeois, 28 ans, dénote dans cette région des Combrailles, vouée à l'élevage bovin et aux cultures céréalières.

Ses ennemis n'hésitent pas recourir aux pires moyens pour intimider le nouveau venu, allant jusqu'à menacer de mort et de viol sa fille de huit ans, et à abattre une partie de ses chèvres.

Originaire des Hautes-Alpes, Jean-Hugues Bourgeois, s'était d'abord installé début 2006 à Saint-Gervais d'Auvergne (Puy-de-Dôme), près de Teilhet, sur huit hectares d'une terre humide et ombragée, dont pas grand monde ne voulait.

En 2007, il accepte l'offre de reprise progressive de quelque 50 hectares de "très bonnes terres" appartenant à Georges Message, un agriculteur local proche de la retraite.

"Vu le terrain qu'il avait, il ne risquait pas de faire vivre sa famille, en revanche mes terres ne feront peut-être pas de lui un riche, mais il pourra en vivre", souligne M. Message.

Les terres cédées sont excellentes pour les cultures céréalières, confirme pour sa part le maire (DVG) de Saint-Gervais, Michel Girard.

La cession suscite rapidement des jalousies mais personne, selon M. Girard, n'imaginait la violence des réactions. "Je m'attendais bien à ce qu'il y ait quelques fâcheries, mais je m'étais fait fort d'arranger les choses", assure l'élu.

Alors qu'il prend possession le 1er janvier dernier d'un premier lot de 24 hectares, l'agriculteur retrouve, au matin du 31 mars, une dizaine de ses chèvres tuées au pistolet d'abattage. Au mur, une inscription: "La Boge (le nom du lieu-dit de l'exploitation) aux paysans ! Va-t'en !".

Pendant plusieurs mois, Jean-Hugues Bourgeois encaisse les rumeurs selon lesquelles il cultiverait cinq hectares de cannabis, et les actes de malveillance : ouverture des enclos pour encourager les chèvres à fuir, pneus du tracteur crevés et, dans la nuit du 8 au 9 août, l'incendie d'un hangar où est entreposé le foin, et destruction partielle de sa voiture.

Le 22 août, le jeune homme trouve une lettre en forme de cercueil contenant des menaces contre sa fille de 8 ans. Les expéditeurs menacent de jeter la fillette "dans un fossé après en avoir fait une femme". La missive s'adresse également à la mère de l'enfant.

"J'ai dû repousser la rentrée scolaire de ma fille", déplore Jean-Hugues Bourgeois.

"Je n'aurais jamais pensé que cela puisse aller aussi loin. La preuve qu'on ne connaît jamais vraiment ses voisins... et sa famille", ajoute M. Message laissant entendre que "certaines personnes avec qui il est un peu parent" sont peut-être mêlées à cette histoire.

Les gendarmes, saisis de trois plaintes au total, ont indiqué à l'AFP que le procureur de la République de Riom devrait prochainement décider de l'ouverture d'une information judiciaire. L'enquête pourra alors vraiment commencer.

30/08/2008

Pour vous pourrir la santé, mangez des fruits et légumes à la sauce "Commission européenne" !


« Pour votre santé, mangez cinq fruits et légumes par jour » qu’ils nous serinent à longueur de bourrage crâne. A mon avis, c’est une manière originale pour tenter de résoudre les problèmes de surpopulation : en effet, en suivant ces judicieux conseils, vous avez toutes les chances de vous fabriquer une chou-fleur bien gaillard qui va vous envoyer ad patres en quelques mois. Le crabe nourri aux pesticides, c’est du redoutable !

Et à qui qu’on va dire merci ? A qui ? Ben à nos bons commissaires européens, oui, ces sinistres technocrates ultra-libéraux qui régissent la vie de 400 millions d’Européens.

4ed85ff4ee91f04116c5fd69b8ea77a4.jpgComment ? A travers un règlement européen qui fixe à partir du 1er septembre de nouveaux plafonds autorisés pour la présence de résidus de pesticides dans les aliments.

Ces nouveaux seuils, qui harmonisent les normes européennes en la matière, doivent remplacer les limites fixées actuellement au niveau national. Mais ce règlement a en réalité pour effet d'entraîner une augmentation "spectaculaire" des limites existantes, selon les ONG.

Selon une analyse conjointe de Greenpeace et de l'ONG environnementale autrichienne Global 2000, publiée jeudi, "plusieurs centaines de limites maximales en résidus (LMR) deviennent désormais dangereuses pour les consommateurs", et ce "au regard même des normes d'analyse et des méthodes d'analyses fixées par l'UE".

Au total, 349 pesticides différents sont présents dans les produits alimentaires vendus dans l'UE, indiquent les ONG.

Et comment ils ont faits, nos joyeux commissaires fossoyeurs ? Ben, pour chaque pesticide, la Commission a identifié le pays ayant la plus mauvaise limite de sécurité et a adopté ce niveau pour les normes européennes, explique Hans Muilerman, porte-parole de l'ONG néerlandaise Natuur en Milieu.

« Les consommateurs européens vont donc être moins bien protégés en étant exposés à plus de 200 pesticides différents à des niveaux importants », ajoute-t-il. Pas de réponse de la Commission européenne, « ils sont en vacances » !

Selon le rapport de Greenpeace et Global 2000, la consommation de pommes, poires, raisins, tomates et poivrons pourrait en particulier désormais poser des risques pour la santé des enfants.

« Pour un enfant pesant 16,5 kilos, la dose de pesticide dangereuse pour la santé est dépassée après la consommation de 20 grammes de raisin (soit 5 à 7 grains), 40 grammes de pomme ou 50 grammes de prunes, affirme le biochimiste Helmut Burtscher, cité par Global 2000.

Dans certains pays étudiés, comme l'Allemagne ou l'Autriche, le changement serait très préoccupant, selon ces associations.

En Autriche par exemple, 65% des pesticides utilisés verront leur taux maximal augmenter, pour certains jusqu'à 1.000 fois, alors que seuls 4% verront leur taux baisser, affirme Global 2000.

Pour les associations, la Commission européenne « n'a pas rempli son obligation de fixer des limites légales les plus basses possibles, comme le prévoyait un précédent règlement de 2005, dénonce Elliott Cannell, coordinateur du réseau environnemental PAN Europe (Pesticide Action Network).

La Commission « n'a pas non plus évalué les effets cumulatifs des pesticides sur la santé humaine », selon François Veillerette, président du Mouvement pour le droit et le respect des générations futures (MDRGF), association française membre de PAN Europe.

Comment les peuples européens peuvent-ils sans sortir les fusils supporter les diktats souvent débiles, parfois dangereux de ces nuisibles à la solde des multinationales qui empoisonnent le monde ?

La connerie humaine est vraiment la seule approche qu’on puisse avoir de l’infini…

29/08/2008

Tè!Fumes! C'est du Polonium...

977e3016a148dc12ea254744ea33f396.jpgDu polonium dans le tabac : un secret bien gardé par les cigarettiers
LEMONDE.FR

Rendu célèbre par l'affaire Litvinenko, le Polonium 210 est bien moins exotique qu'il n'y paraît : l'élément radioactif – parmi les plus toxiques qui soient – qui a servi à assassiner l'ancien espion du KGB est inhalé, chaque jour, par près de 1,25 milliard de fumeurs que compte la planète. Selon une étude publiée dans le numéro de septembre de l'American Journal of Public Health citée par Le Figaro, l'industrie cigarettière connaissait depuis plus de quarante ans la présence dans les feuilles de tabac de ce composé hautement cancérigène.

Philipp Morris, British American Tobacco, RJ Reynolds et toutes les multinationales du tabac ont volontairement caché, pendant ces quarante années, cette information qui aurait pu gravement refroidir les ardeurs des fumeurs. En décortiquant plus de 60 millions de documents internes des firmes productrices – déclassifiés après un procès perdu en 1998 contre l'Etat du Minnesota –, Monique Muggli, une chercheuse de la Mayo Clinic, aux Etats-Unis, est arrivée à la conclusion que "les industriels savaient tout et n'ont rien dit", écrit Le Figaro.

12 000 MORTS PAR AN

D'après cette enquête, les industriels ont découvert la présence de polonium dans le tabac dès 1964. Selon Monique Muggli, interrogée par 20minutes.fr, les fabricants de tabac ont essayé, dans les années 1970 et 1980, de supprimer la teneur en polonium de leurs produits. Peine perdue : les dirigeants des firmes concernées ont eu peur que les différents traitements expérimentés ne "changent le goût de leur produit, mais surtout que le grand public apprenne les objectifs de ces recherches", explique Mme Muggli. Silence, donc. Un mémo adressé en 1978 au vice-président de Philip Morris, conseillait d'étouffer l'affaire : "Nous risquerions de réveiller un géant endormi !"

Le géant en question a en effet de quoi effrayer. "Le polonium 210 est un émetteur de radiations alpha si instable et dangereux qu'il est un des rares à n'avoir jamais été utilisé en médecine, explique Le Figaro. Il provoque des cancers du poumon par inhalation : il se dépose aux embranchements des bronches où il provoque le processus de cancérisation." Selon Monique Muggli, le polonium Po est à l'origine de 1 % de tous les cancers du poumon aux Etats-Unis. Il serait responsable d'environ 12 000 morts par an dans le monde. Sa présence dans le tabac est due à l'utilisation d'engrais riches en phosphates qui contaminent les feuilles.

Interrogée par Libération, Emanuelle Beguinot, directrice du Comité national contre le tabagisme, relativise la portée de ces révélations. Pas vraiment rassurante, Mme Beguinot rappelle que le polonium "n'est qu'un des 4 000 composés toxiques d'une cigarette".
Benoît Vitkine

28/08/2008

Désespérer Neuilly...


— Désespérée ma chère. Je suis désespérée... Et Charles-Edouard, je ne vous dit pas. Il est au bord de l'apopléxie. Mais enfin vous vous rendez-compte, IL va taxer nos revenus du capital! Un scandale ma chère. M'enfin, dans quel monde vivons-nous. Nous avons réchauffé un serpent dans notre sein. Ce petit Nicolas que nous avons fabriqué, que nous avons couvé, que nous avons accepté dans nos salons dorés, dont nous avons financé la carrière, voilà qu'il nous trahit, voilà qu'il tourne bolchévique. Outrée, ma chère, je suis outrée...

— Calmez-vous chère Jeanne-Astrid, cette mesurette n'est que roupie de sansonnet. Qu'allons-nous payer, nous, les « forces vives » de la nation? Pas grand chose, vous le savez bien. Notre patrimoine réel est depuis longtemps hors des griffes du fisc français. Et puis, rappelez-vous tout de même le beau chèque que nous avons touché, au titre du merveilleux « paquet fiscal » que le petit Nicolas nous a octroyé! Ceux qui vont payer, ce sont ces parvenus des classes moyennes. Ou encore ceux qui louent un malheureux appartement crasseux pour compléter leur retraite. Ceux qui comptent sur une minable assurance-vie pour leurs vieux jours. Et ces nullissimes de boursicoteurs que nous grugeons comme nous le voulons. Allons, rassurez-vous ma chère. Nicolas reste sous notre coupe. Cette mesurette ne nous coûtera rien, à nous, les riches, puisque nos impôts sont limités à 50% grâce au bouclier fiscal! Donc ma chère, dites à Charles-Edouard de ne pas trop se tracasser... Il ne touche nullement aux spéculateurs! Donc à nous!

— Ah! Ma chère, vous me rassurez. Merci. Mais j'ai eu peur... Finalement notre Nicolas, il est très fûté: il fait semblant de prendre aux riches pour couper l'herbe sous les pieds de ces crasseux de l'opposition. Et ce faisant, il fait un peu retomber la pression sociale (Oh! Quel vilain mot, ma chère!) parmi la racaille travailleuse.

27/08/2008

Economie de marché ? Mon cul…



Quelle est la différence entre les dirigeants étazuniens et les curés ? Il n’y en a pas : tous prônent : « Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais ! » On ne s’en étonnera pas, vue le « culbénitisme » des fistons de l’oncle Sam.

Ainsi, en matière économique, les Zétazuniens proclament haut et fort leur attachement sans faille aux vertus de la déréglementation totale, du non interventionnisme de l’état, de la privatisation à tout crin, de la libre concurrence, de l’autorégulation des « marchés », etc., etc., bref, toutes les antiennes de l’idéologie neo libérérale.

Et c’est sur ce modèle que les « élites » européennes bâtissent l’Europe, à mille lieux de ce que pensent et veulent les peuples qui s’efforcent de la composer. La constitution rejetée par les Français et les Hollandais prétendait même graver dans le marbre ces principes là. Les Sarkonuisibles, en trahissant le peuple, l’ont faite revenir par la fenêtre, mais, par chance, les Irlandais ne veulent rien savoir.

Quant aux Zétazuniens, ils utilisent à leur profit, avec un cynisme désarmant, les recettes mêmes qu’ils interdisent aux autres !

— Ainsi, leur banque centrale, à l’opposé de celle du pôvre Trichet (en Provence, quand on dit de quelqu’un « le pôvre Untel », ça veut dire que s’il avait inventé la poudre, elle ne péterait pas bien fort… !) a des statuts qui lui donnent pour mission de mener une politique monétaire qui assure le plein emploi, sous le contrôle du Congrès. Elle n’a donc cesse de réguler les taux d’intérêt de sorte d’éviter toute récession durable.
— Ils utilisent des déficits massifs et durables pour contrer les effets négatifs des crises.
— Ils subventionnent grassement leurs industries de pointe afin de devenir ou de rester lideurs dans les secteurs clés (informatique, communication, aéronautique, etc.) et assurent la prospérité des branches concernées par des commandes publiques.
— Ils autorisent sans états d’âme la création de champions nationaux par des fusions d’entreprises qui seraient illégales en Europe.
— Ils réservent une part importante des commandes publiques à leurs PME, leur assurant ainsi des avantages conséquents pour affronter la concurrence mondiale.
— Ils s’arrogent le droit d’interdire une OPA étrangère sur une entreprise stratégique américaine.
— Ils recourent unilatéralement aux barrières douanières dès lors qu’une industrie nationale est menacée.
— Etc., etc.

Et nous, comme des cons (je voulait écrire comme des Trichet), on s’applique des règles qu’eux édictent et imposent au reste du monde sauf…à eux !

Dans la guerre économique que nous ont imposé les « neo libéraux », les Ricains se permettent l’emplois des fusils et ne nous autorisent que les lance-pierres ! Ma foi, tant qu’on est assez stupides pour accepter… Et l’autre charlot qui ne veut surtout pas qu’on emploie le mot récession…

23/08/2008

Femmes, femme, femmes !

La langue française est vraiment affreusement machiste. Elle a l’intelligence de ses couilles, en voici un exemple flagrant :

Un gars : c'est un jeune homme
Une garce : c'est une pute
Un courtisan : c'est un proche du roi
Une courtisane : c'est une pute
Un masseur : c'est un kiné
Une masseuse : c'est une pute
Un coureur : c'est un joggeur
Une coureuse : c'est une pute
Un rouleur : c'est un cycliste
Une roulure : c'est une pute
Un professionnel : c'est un sportif de haut niveau
Une professionnelle : c'est une pute
Un homme sans moralité : c'est un politicien
Une femme sans moralité : c'est une pute
Un entraîneur : c'est un homme qui entraîne une équipe sportive
Une entraîneuse : c'est une pute
Un homme à femmes : c'est un séducteur
Une femme à hommes : c'est une pute
Un homme public : c'est un homme connu
Une femme publique : c'est une pute
Un homme facile : c'est un homme agréable à vivre
Une femme facile : c'est une pute
Un homme qui fait le trottoir : c'est un paveur
Une femme qui fait le trottoir : c'est une pute
Un péripatéticien: c'est un élève d'Aristote
Une péripatéticienne: c'est une pute

08:30 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : femmes

22/08/2008

Gloire à notre vaillant Chef des Armées

bc30aa30284e5e9034ac9d7ddb5266c5.jpg
Une petite bluette à chanter sur l'air de "Maréchal nous voilà!"

Sarkozy
Nous voilà
Le gang des profiteurs de la France
En volant,
En trichant
Nous t’avons offert la Présidence

Le pognon
Qu’nous piquons
Comm’Johnny
On le planque en Suisse
Ces salauds
De prolos
N’écorneront pas nos bénéfices

Sarkozy
Nous voilà
Les fripouilles
Les rois de la magouilles
Nous somm’ tous avec toi
Sarkozy
Sarkozy
Nous voilà.


21/08/2008

La guerre, ça pue le sang, la merde, la peur, la mort...


La guerre, c'est pas une mission humanitaire. C'est pas le défilé pimpant, presque gai derrière les musiques martiales de ces beaux jeunes gens solides, virils et disciplinés.

La guerre, c'est l'ombre omni-présente de la mort. De celle qu'on donne comme de celle qu'on redoute.

La guerre, ça sent la poudre qui excite, mais ça sent surtout la sueur aigre de la trouille, la merde du camarade qui se chie dessus, l'odeur doucereuse et écœurante du cadavre qui gonfle au soleil puis dont le ventre éclate, libérant la tripaille putride où grouillent les vers.

La guerre, c'est le bruit des explosions, le cliquetis rageur des tirs, le sifflement menaçant des balles qui ricochent autour de vous.

La guerre, l'embuscade, c'est le corps qui s'efforce de se rétrécir au delà du possible, qui voudrait s'infiltrer dans le plus petit interstice, qui voudrait se fondre dans la caillasse du djebel ou la boue de la rizière.

La guerre, ce sont les ongles qui se crispent sur la terre à chaque rafale qui vous cherche, qui va vous trouver. C'est la haine de l'autre, de celui qui veut votre peau. C'est le doigts qui ne relâche plus la détente de votre arme.

La guerre, ce sont les hurlements, les sanglots les cris de douleur du camarade touché.Les aboiements somme toute rassurants de la vieille bête d'adjudant qui hurle ses ordres.

La guerre, c'est le désespoir du camarade touché et qui attend des secours qui ne peuvent venir.

La guerre, c'est l'égoïsme salvateur, primordial qui vous fait penser - lorsque votre voisin d'attaque tombe à côté de vous, haché par une rafale ou la tête explosée par une rockette – qui vous fait crier dans votre pauvre tronche: « ouf, c'est lui, c'est pas moi! »

La guerre, c'est de la merde.

Et c'est dans cette merde que le Ridicule sanguinaire de l'Elysée envoie les troufions français. D'accord, ils sont volontaires – pas comme en Algérie il y a un demi siècle! - et connaissent parfaitement ce qui risque de leur arriver. D'accord, c'est leur métier et donc, comme je dis un peu cyniquement, la mort, pour eux « c'est un accident du travail ». Mais encore faut-il que cette acceptation du sacrifice suprême soit sous-tendue par la conviction que ça serve à quelque chose. Ce n'est pas le cas en Afghanistan...

Et voilà que notre Lamentable en fait trop, comme d'hab. Il va sur place faire son baratin. Les médias en rajoutent en feignant de découvrir que la guerre c'est la mort. En Algérie, dix morts, c'était chaque jour... Résultats probables: les talibans vont faire des Français des cibles privilégiées, car ils savent maintenant que ça leur apporte un retentissement médiatique formidable! Vous vous rendez-compte, en descendant dix troufions, le Président de la France se déplace en personne. Tous les médias du monde occidental couvrent l'évènement! Extraordinaire opération de com pour les Tarés d'Allah!

Moralité: parents de jeunes militaires, apprêtez-vous à pleurer...



20/08/2008

Accidents du travail à Kaboul: 10 morts...

9d27c9869b26bf61fa67a08bfd080db9.jpg
Merci à Willem

Il les a traité d'amateurs et il les envoie se faire flinguer comme des lapins en Afghanistan. D'accord, ce sont des professionnels et se faire descendre est pour un troufion de métier un aléa de la profession qu'ils ont choisie. Un accident du travail en quelque sorte. Mais encore faudrait-il que ça serve à quelque chose! Et le Sinistre qui se déplace pour aller les baratiner à Kaboul. C'est pas de la provocation ça?

L'Afghanistan - où, dans une autre vie, j'ai roulé mes tongs pendant des mois, tant l'hiver que l'été - est un pays difficile au niveau terrain, et surtout habité par une mosaïques d'ethnies ennemies entre elles, mais desquelles émergent les Patans (ou Pachtous), établis sur les deux côtés de la frontière avec le Pakistan. Ces gens-là sont des guerriers nés. Ils n'ont jamais - jamais - été conquis, ni par Alexandre, ni par les Anglais, ni par les "Chouravi" (les Russes), et ils ne le seront pas plus par les Zétazuniens et leurs supplétifs, dont les Français.

Ce sont des populations qui crèvent de faim alors que la guerre qu'ils subissent coûte des milliards. Ils sont exploités par des seigneurs de guerre corrompus, sanguinaires. Ils sont fanatisés ar des extrémistes islamistes. Ils sont les premiers producteurs d'opium du monde, ils sont le nid du terrorisme. D'accord, d'accord. Tout le monde sait ça. Mais ils sont chez eux...

La guerre d'Algérie ne nous a pas suffi? Ni celle d'Indochine? Ni celle du Vietnam? Même si les motifs de cette guerre peuvent être compris - les talibans sont de sinistres fumiers - elle ne sera pas gagnée militairement. Par contre, en inversant les dépenses entre aide civile et dépenses militaires, peut-être y aurait-il quelques bribes de solutions. Peut-être...

Tout ça pour lécher le cul d'un Bush déjà aux poubelles de l'histoire.

Lamentable...

19/08/2008

Où-c'est-t'y l'Ossétie?

fd19d050f13099007030c6e0df048710.jpgPartirons? Partiront pas? C'est la question du jour. On parle des Ruskofs (ce terme n'est pas péjoratif, mais affectueux depuis le livre éponyme de Cavanna).

Tous le monde gesticule en la matière.

« Ours mielleux » (c'est parait-il la signification du nom Medvedev) et Poutine (en Provence, la poutine, c'est une succulente préparation de la mer!) font preuve de la puissance de leurs muscles à peu de frais (c'est un peu, en termes militaires, le rapport entre la France et Monaco). Mais ilsveulent surtout dire aux Zétazuniens: « Meffi les mecs. On est là! Et pas question de se laisser marcher une fois de plus sur les panards. Vous nous avez humiliés avec votre implantation en Georgie, vous avez placé à la tête de ce pays une marionnette à votre solde, surtout vous nous squizzez pour le pétrole de cette région, et en plus vous nous provoquez. Ça n'ira pas plus loin. Basta ».

Les dits Zétazuniens, qui ont profité de la déliquescence qui a suivi la chute de l'empire soviétique, ont mis en place – et continuent de mettre en place – un encerclement militaire de la Russie en s'efforçant d'intégrer dans l'alliance à leur botte qu'est l'Otan toutes les anciennes républiques satellites. Les prochaines étant donc la Georgie et...l'Ukraine, avec pour finalité de virer les Ruskofs de Sébastopol pour y implanter leur propre flotte! Tu parles si les Ruskofs vont laisser faire ça!

Le prétexte à cet affrontement voulu par les Zétazuniens est une réalité explosive: les problèmes ethniques entre séparatistes Ossètes et la Georgie. Et donc les bouffeurs de chiens-chauds ont poussé leur marionnette Sakachvili (ou un truc comme ça) à écraser de bombes les CIVILS d'Ossétie du sud. Et évidemment, les Ruskofs, avec toute la délicatesse qui les caractérise, ont foutu à Sakasch-chez-pas-quoi une gigantesque bouffe dans la gueule. Ou plutôt dans la gueule des pauvres cons de CIVILS georgiens, comme d'hab...

Tout ça découle pour partie de l'énorme connerie qu'a été l'indépendance du Kosovo. En effet, il y a deux principes antagonistes qui régissent la politique nternationale: - l'intangibilité des frontières, - le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Les Puissances (!!??) jouent de ce paradoxe en fonction de leurs intérêts. Ainsi les Ruskofs, concernant le Kosovo, avancent le principe des frontières intangibles MAIS concernant l'Ossétie, ils avancent le principe des peuples à disposer d'eux-mêmes...

C'est la boite de Pandore, avec des ferments de séparatisme dans bien des points du globe: Macédoine, Pays-Basque et pourquoi pas, Corse!

Au fait, félicitons-nous que la Georgie ne soit pas dans l'Otan, car sinon, nous serions tenus d'envoyer des troufions se frotter avec les Ruskofs en Ossétie. Pour combien de temps? Sarko, Merkel et évidemment Bush poussent à la roue.

Merci Sarko... Encore un choix brillant!

Fascisme rampant: bientôt tous fichés ?

124d7be19078ee0fc17e709abb3252b3.jpg


La grenouille est dans l'eau, l'eau dans la casserole, la casserole sur le gaz...et les sarkonuisibles ont allumé le feu.

La grenouille, c'est nous... Et on est en train, doucement, sans s'en rendre compte - abrutis que nous sommes par les télés débiles, les magazines peoples et les jeuzolimpiques – de se faire cuire sans réagir.

Dernière en date des saloperies sarkoziennes, les fameux – fumeux! - tests que les bourres, au bord de la route, vont nous obliger à faire pour soi-disant détecter les drogues...

Ben quoi, c'est bien, vous allez me dire. Ceux qui ne se droguent pas n'ont rien à craindre! Mon cul oui!

Parce que pour faire ce test, le flic de service va faire quoi? Il va vous demander un échantillon de salive. Et ce glaviot précieux, il va l'amener dans sa camionnette bleue, en même temps que votre permis de conduire. Et là, discrètement, à côté du test de dépistage des drogues – prétexte? - qui vous dit qu'il ne va pas mettre votre précieux échantillon de salive dans un petit tube stérile où il collera vos coordonnées et que ce glaviot révélateur ne partira pas au labo de la maison poulaga pour que l'on puisse RELEVER VOTRE ADN ?!?!

Pour cette grosses salope d'Edvige peut-être...

Vous n'y croyez pas? Espérons que vous avez raison. Moi, je m'efforce de rester lucide, et de ne pas avaler toutes les couloeuvres...

18/08/2008

Résistons à Microsoft Big Brother!

b4a9656bb4575bc4c941028e6eb1a1b9.jpg

Tè ! Ami(e)s internautes et blogueurs invétérés, je vais un peu vous filer des boutons.

On a tendance à gloser un peu sur les Chinetoques qui sont hyper surveillées lorsqu’ils vont sur la toile. Et nous alors ? Pareil, qu’est-ce-que vous croyez… Big Brother nous guette, Big Brother nous espionne, Big Brother connaît tout de nous, Big Brother sait ce que vous bouffez, ce que vous lisez, qui vous baisez…

En effet, il n'y a pas plus transparent que le réseau internet. Avec les logiciels adéquats, n'importe qui peut pister les informations consultées par un internaute. L'utilisateur d'internet est par ailleurs facilement identifiable grâce aux données personnelles stockées par le navigateur et le système. Les données sur notre identité sont "interrogeables à distance", ainsi que le contenu du fameux fichier "magic cookie". Ce fichier garde la trace de certains sites visités qui y inscrivent des informations afin d'identifier les utilisateurs et mémoriser leur profil.

De plus, depuis les attentats du 11 Septembre 2001, la plupart des pays occidentaux ont adopté des lois qui autorisent la surveillance de l'ensemble des communications sur Internet: les mails, mais aussi les sites visités, les pages consultées, le temps passé sur chaque site, ou encore les participations à des forums. Les informations mémorisées sont extrêmement détaillées, beaucoup plus que ne le nécessiterait la lutte contre d'éventuels terroristes. Par contre, les informations recueillies correspondent exactement à ce qui serait nécessaire pour établir le "profil" de chaque citoyen.

La palme du Big Brother électronique revient incontestablement à Microsoft, avec son système Windows et son navigateur Internet Explorer, qui renferment un numéro d'identification de l'utilisateur, le GUID (Globally Unique Identifier). Ce numéro d'identification est ensuite inscrit dans tous les documents créés avec les applications de Microsoft Office. Il peut être consulté à distance par Internet grâce à des commandes spéciales prévues par Microsoft.

Le système Windows et Internet Explorer intègrent d'autres commandes spéciales qui permettent de sonder le contenu du disque dur de l'utilisateur, à son insu, durant ses connexions à Internet. Microsoft a reconnu l'existence de ces commandes spéciales et du GUID.

Selon un rapport réalisé en 1999 pour le ministère français de la Défense, il existerait des liens entre Microsoft et les services de renseignements américains, et des membres de la NSA travailleraient dans des équipes de Microsoft. Ce rapport parlait aussi de la présence de programmes espions ("back-doors") dans les logiciels de Microsoft.

De son coté, Intel a également placé un numéro d'identification consultable à distance dans les puces Pentium III et Xeon.

Vous comprenez pourquoi Microsoft prétend “ offrir ” son logiciel de merde à ‘achat de toute machine !

La solution pour protéger votre vie privée et vos données: utilisez un Macintosh (ou le système Linux), et surfez sur le Net avec un autre navigateur qu'Internet Explorer. Faites comme moi, passez vite à Firefox ! Et laissez tomber la suite Microsoft Office au profit de Open Office, qui est gratos et aussi facile et efficace que le machin payant de Microsoft.






16/08/2008

Les traditionnelles saloperies du 15 août: le gaz augmente encore de 5%… pour engraisser les actionnaires de la privatisation de GDF !

e7d7112424853d9b958589c4dfab4a3e.gif
La privatisation de Gaz de France — entreprise publique, et donc qui nous appartenait — est maintenant une sordide réalité.

Que faut-il faire pour satisfaire les actionnaires, espèce nuisible mais bien protégée ? Gagner le plus de clients possible, par tous les moyens, même les plus douteux ET augmenter le prix du gaz. Avec la bénédiction de la clique sarkozienne évidemment. Une manière toute de finesse de lutter contre la baisse du pouvoir d’achat !
Comment faire pour draguer la clientèle de pigeons ? Les cervelles gazeuses de GDF-Suez innovent en la matière : incroyable mais vrai, une banque vend des contrats gaz et électricité pour le compte de GDF !

Une Banque et pas n’importe laquelle, le Crédit Lyonnais, profite de l’ouverture du marché de l’énergie depuis le 1er juillet 2007 pour placer avec l’aval de GDF, des contrats gaz et électricité aux personnes souhaitant acquérir un nouveau logement ou souhaitant contracter un prêt.

Cette banque via le conseiller financier insiste même en contactant directement ses clients pour un rendez-vous à l’agence bancaire afin de proposer la souscription d’un contrat alléchant en gaz naturel et en électricité. Dans le cadre d’un processus de vente développé en commun, le conseiller LCL propose l’offre contractuelle adaptée à son client, édite le contrat qu’il fait signer et transmet en temps réel le dossier à Gaz de France, qui assure la fourniture d’énergie. Pour le S.A.V. c’est une autre paire de manches.

INDECOSA-CGT dénonce ces pratiques qui consistent à vendre du gaz et de l’électricité comme on vend de l’assurance vie. Le gaz et l’électricité ne sont pas des marchandises. Ces énergies doivent être proposées par de véritables professionnels dans le cadre de la qualité, de la sécurité et de la transparence.

Gaz de France ne se "grandit" pas de forcer ainsi la "main" à des milliers de ménages par l’intermédiaire d’une banque, alors que dans le même temps, cette société a déserté les points d’accueils traditionnels laissant dans la "panade" pas mal de citoyens.

Depuis la libéralisation du marché, les différents fournisseurs d’énergie y compris GDF et EDF ont mis la pression sur leurs vendeurs ou se sont appuyés sur des prestataires extérieurs pour recruter un maximum de clients.

Rémunérés à la commission, certains vendeurs peu scrupuleux n’hésitent pas à utiliser des méthodes abusives pour faire signer le particulier qu’ils ont en face d’eux ou au téléphone. Les clients sont-ils toujours bien informés sur les conséquences de leur signature ? Se rendent-ils compte qu’ils quittent le tarif réglementé ou régulé ?

GDF et SUEZ se sont "mariés" dernièrement, non pas pour le bien des usagers du gaz, mais bel et bien pour faire des profits et des gains pour les actionnaires. Le mariage avec le LCL est une aubaine de plus et tant pis pour les usagers qui attendent après leurs réclamations !

Voilà qui devrait ragaillardir les pauvres actionnaires !

Cochons de payants, retournez vos poches.

Pour information :
http://www.indecosa.cgt.fr/article.php3?id_article=415







14/08/2008

Les tribulations de « l’Idiot en colère ».

b7cea248926148e4307a1683747758d2.jpgLamentable. L’Eveillé du Cap Nègre est égal à lui-même : lamentable. Dur avec les faibles, couché devant les puissants.

Seuls parmi les dirigeants des grands pays européens, il est allé en Chine se prosterner sans vergogne devant les dirigeants de la plus grande dictature de la terre, puis il obéit servilement à leurs injonctions de ne pas recevoir le Prix Nobel de la Paix. Le chanoine de Latran reçoit chaleureusement le gourou de la scientologie Tom Cruise, il va se mettre à plat ventre au pied de l’allumé du Vatican, mais il n’a pas de temps à accorder au représentant d’un grand courant philosophique universel (le bouddhisme n’est pas une religion).

C’est une attitude de servilité qui fait honte à la France. Et toute cette veulerie dans le seul but de faire plaisir à ceux qui le manipulent comme une marionnette, ses « amis » exploiteurs du Medef et du Caca-rente. Sans compter qu’après les J.O., les Chinetoques enverront bouler en ricanant celui qu’ils appellent « l’idiot énervé ». Ses fameux contrats, il pourra toujours se les mettre au fion...

Mais ce n’est pas tout. Le voilà avec sa casquette bien trop grande pour lui de Président de l’Europe.

7886bfda86aaaf2aeaef365844a0d14f.jpgFort de son amitié avec les dictateurs (Kadhafi, Poutine, Assad entre autres), le voilà qui fait le « petit télégraphiste » entre la marionnette de Bush qui dirige la Georgie et les maîtres du Kremlin. Son « plan de paix » et son accord de cessez-le-feu ont été signés aux seules conditions des Russes. De plus, ces derniers n’ont pas attendus 12 heures pour s’en torcher le cul, continuant leur invasion de la Georgie, même s’ils y mettent un petit bémol.

Tout ce qu’il fait, c’est un bide. A tout ce qu’il touche, il apporte la scoumoune.

Monsieur le Président, vous nous lassez. Quand donc comptez-vous prendre du repos en démissionnant ?

13/08/2008

Tricastin : inactifs aujourd’hui, radioactifs demain !

8716e20966e12fd5a697b59b5c2fe6e7.gif
(document Le Monde)

Les incidents du mois de juillet ont permis de dénoncer l’opacité qui règne depuis toujours sur la filière nucléaire. Didier Champion, directeur de l’environnement et de l’intervention à l’IRSN n’y va pas par quatre chemins lorsqu’il reconnaît : « Nos experts n'assurent aujourd'hui quasiment aucune surveillance des nappes phréatiques » (dans Le Monde).

Voilà qui doit rassurer les populations de cette portion de la moyenne vallée du Rhône !

Rappelons que le 7 juillet, une fuite d’effluents nucléaires a rejeté dans la nature une quantité très importante d’uranium (74 kg selon les autorités nucléaires, jusqu’à 340 kg selon des sources indépendantes… Bonjour la clarté !) Ces merdes nucléaires se sont forcément, pour une grande partie, infiltrées dans la terre et ont migré vers les nappes phréatiques, polluant ainsi irrémédiablement l’eau de boisson et d’arrosage du secteur ; le reste s’est retrouvé au Rhône, le fleuve-dieu ayant depuis longtemps troqué son auréole pour une poubelle…

Suite à cet « incident », le ministre de l'écologie, Jean-Louis Borloo, a demandé de vérifier l'état de toutes les nappes phréatiques. Pourquoi, c’était pas fait ? Ben, il était temps, non ?

Il serait malhonnête de dire que IRSN (l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) - placé sous la tutelle des ministères de l'environnement, de la santé, de l'industrie, de la recherche et de la défense, chargé d’assurer l'expertise et la recherche sur les risques nucléaires. Moyens : 1 600 agents, 11 implantations régionales, 275 millions d'euros de budget – ne fait rien. En effet, cet institut procède chaque année à 30 000 prélèvements dans 600 points du territoire national. Les trois quarts de ces analyses portent sur les aérosols (poussières atmosphériques), la pollution radioactive de l'air étant considérée comme le risque majeur. Les autres prélèvements sont faits dans les rivières, ou sur des végétaux ou des produits tests (herbes, mousses, blé, lait). Dans le même temps, les 180 balises du réseau Téléray, qui mesurent en permanence le niveau de radioactivité dans l'air ambiant, fournissent 19 millions de mesures par an. Elles sont complétées par quelques stations de mesures des eaux fluviales et des bassins d'épuration.

Mais l'Institut ne s'intéresse que "très peu" aux nappes phréatiques, reconnaît Didier Champion. Il ne suit que 16 sites (dont celui du Tricastin), sur lesquels il n'effectue que 114 prélèvements par an.

Pour compenser ce manque, les exploitants sont tenus de surveiller les nappes situées sous leurs installations. Ben voyons ! On a vu comment on pouvait faire confiance à la Socatri ! Mais les résultats, communiqués à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), ne le sont pas à l'IRSN… Voilà qui file un coup de tatane au « sérieux » de ces expertises où le pollueur est en quelque sorte chargé de se dénoncer ! Une "anomalie" qui, aux yeux de Didier Champion, contribue à une certaine "opacité". Un remède devrait y être apporté avec la création, à partir de janvier 2009, d'un réseau national de mesure de la radioactivité dans l'environnement. Géré par l'IRSN, il centralisera toutes les mesures émanant des exploitants comme des services de l'Etat. Un « machin » de plus… Faut bien recaser quelques fonctionnaires. 4ac852e8e62af7d0641fe84e8945f488.jpg

L'institut n'envisage pourtant pas de mettre en place une surveillance systématique des nappes phréatiques. "Ce serait déraisonnable, pour des raisons de moyens, estime Didier Champion. Les eaux souterraines ont un comportement complexe et fluctuant. Il ne suffit pas d'effectuer quelques mesures ponctuelles pour statuer sur leur qualité."

Moralité, si vous habitez du côté de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Bollène, Pierrelatte, prenez une bonne assurance-vie et, surtout, préférez le vin à l’eau ! Mais qu’en pense les producteurs de ces excellents vins AOC dits des « Côteaux du Tricastin » ? Les première victimes visibles de l’impéritie de cette insupportable ploutocratie nucléaires, ce sont eux.




09/08/2008

Chantons pour les J.O.: "LE MANDARIN"

5ebd51e8c48ff678d1c20185bc8dffbe.jpg


Dans un grand pays lointain (bis)
Il y avait un mandarin (bis)
Entouré de mandarines
Qui lui pignolait la pine
Ah qu’il est beau le mandrin
Le mandrin du mandarin
Ah qu’il est beau le mandrin
Le mandrin du mandarin

Y’en a la queue qu’est molle et qu’est foutue
Y’a qu’à couper la quiquette aux cocus


En mangeant son bol de riz (bis)
Il s’astiquait le céleri (bis)
Puis il leur faisait minette
Toujours avec des baguettes
Tout en branlant le mandrin
Le mandrin du mandarin
Tout en branlant le mandrin
Le mandrin du mandarin

Refrain

Il leur fourinait la mangue (bis)
Sur les bords du Yang Tsé Kiang
Sur les bords du Yang Tsé Kiang
Nuit de Chine nuit câline
Soupiraient les mandarines
Tout en pipant le mandrin
Le mandrin du mandarin
Tout en pipant le mandrin
Le mandrin du mandarin

Refrain

Il rencontra une geishas (bis)
Qu’sauvagement il troncha (bis)
Il lui défonça l’échine
Pour la gloire de la Chine
Puis se fit hara-kiri
Du trou du cul au nombril
Puis se fit hara-kiri
Du trou du cul au nombril

Refrain

P.S. 1: après chaque couplet, on fait une courte pose (un temps ou deux) pendant laquelle le ou la « kapellmeister » indique à voix noble mais résolue, et en roulant les « r », le mot « refrain » !

P.S. 2: la phrase générique "Y’en a la queue qu’est molle et qu’est foutue" peut être remplacée avantageusement par une phrase adaptée à votre goût, du genre "Marko ta queue, l'est molle et l'est foutue", (le nom est au choix évidemment!)

08/08/2008

Boycottez les Jeux hOntelympiques !

ef407f9fc326a5b27096312ff1e9c9a4.gifLa plus grande escroquerie mentale, c’est de faire croire que les « J.O. » sont une fête de la jeunesse, un instant de paix mondiale.

Mon cul ! comme dirait Siné…

Les J.O., sont nés dans la cervelle d’un baron aux idées plus que douteuses et ont été portés pendant des années par Samaranche, fruit délicat du franquisme. Il représentent l’embrigadement, le nationalisme le plus chauvin, une compétition sordide sous-tendue par les drogues fournies par les grands laboratoires pharmaceutiques mondiaux et grassement commissionnés (notez, j’ai pas dit sponsorisés !) par les marchands de merde mondiaux. Les « villages olympiques » sont autant de ghettos où les robots programmés ne se rencontrent jamais, ne se côtoient pas, ne se parlent pas. Surveillés qu’ils sont par des « entraineurs kapos ».

Tè ! parlons-en des « Jeux Olympiques » ! Le sport vu par le père Coubertin, c’est pas mal : plus haut, plus vite, plus fort. Voilà qui doit plaire aux dictateurs chinois : plus haut (pendre les dissidents..), plus vite (débarrasser le Tibet de ses « autochtones…), plus fort (taper sur ceux qui osent ouvrir leur gueule…)

Au fait le Coubertin (Baron Pierre de…), il était pas mal dans le genre facho. Il se proclamait lui-même comme un « colonialiste fanatique ». Il prône la pratique sportive et physique comme un moyen de redressement de l’esprit. Allez, court coco, et ne réfléchit surtout pas !

Ses idées sont interessantes :
« La théorie de l'égalité des droits pour toutes les races humaines conduit à une ligne politique contraire à tout progrès colonial. Sans naturellement s'abaisser à l'esclavage ou même à une forme adoucie du servage, la race supérieure a parfaitement raison de refuser à la race inférieure certains privilèges de la vie civilisée. » (The Review of the Reviews, avril 1901).

« La première caractéristique essentielle de l’olympisme ancien aussi bien que de l’olympisme moderne, c’est d’être une religion. En ciselant son corps par l’exercice comme le fait un sculpteur d’une statue, l’athlète antique honorait les dieux. En faisant de même, l’athlète moderne exalte sa patrie, sa race, son drapeau. » (Pierre de Coubertin, Les Assises philosophiques de l’Olympisme moderne).

« Une olympiade femelle serait impratique, inintéressante, inesthétique et incorrecte. Le véritable héros olympique est à mes yeux, l'adulte mâle individuel. Les J.O. doivent être réservés aux hommes, le rôle des femmes devrait être avant tout de couronner les vainqueurs. » Il a dit ça lors des Jeux Olympiques de 1912 à Stockholm.

Il considèrait que les Jeux Olympiques de Berlin de 1936 ont été les mieux organisés depuis l'origine. Il était un grand admirateur de Hitler qui le lui rendait bien : le sinistre furher a appuyé une demande de prix Nobel pour Coubertin (qui lui aurait été refusé à cause de cet appui). Hitler (à la recherche de crédibilité pacifiste) a également proposé de subvenir aux besoins de Coubertin via une rente (refusée par ce dernier tout de même).

Le C.I.O., multinationale bourrée de thunes, domicilié évidemment en Suisse, a été dirigé par un autre grand démocrate : Juan Antonio Samaranch Torello, marquis de Samaranch , né le 17 juillet 1920 à Barcelone, président du comité international olympique (CIO) de 1980 à 2001. Né dans une riche famille, il a été chef de mission pour l'équipe espagnole à de nombreux événements olympiques avant d'être nommé au gouvernement espagnol secrétaire des sports par Franco en 1967. Il devint aussi à cette époque président du comité national olympique et un membre du CIO. Il a été vice-président du CIO de 1974 à 1978, et il a été nommé ambassadeur d'Espagne en Union soviétique et en Mongolie de 1977 à 1980.

Après les jeux d'été de 1980, le président Lord Killanin démissionna et Samaranch fut élu comme successeur. Durant son mandat, Samaranch a réussi à améliorer la santé financière du mouvement olympique grâce aux droits télévisuels et aux partenariats. C’est à lui qu’on doit la forme moderne, c’est-à-dire totalement dévolu au fric roi, des J.O. Le roi d'Espagne lui a conféré le titre de Marquis de Samaranch en 1982.

Comme quoi les Jeux Olympiques sont une organisation d’extrême droite, destinée à faire du fric et à aveugler les pauvres cons. « Donnez au peuple du pain et des jeux » ! Il a avait tout compris le César.
Et les sportifs là-dedans ? Parce qu’il y en a qui y croient, qui se décarcassent pour le rêve d’une médaille… Et bien on les prend pour des cons. On les traite comme des sous merdes. On ne leur autorise même pas le port d’un petit badge pas bien virulent.

Attendez-vous au triomphe des « sportifs chinois ». Ils vont en avoir des médailles ! Des palanquées. Ça fait des années – depuis qu’ils savent qu’ils ont les jeux – que les dictateurs chinois les élèvent, les entraînent à des rythmes de fous, les engraissent aux hormones de croissance et autres saloperies bien connues des « sportifs », les fanatisent pour qu’ils se surpassent et écrasent leurs adversaires. Ce sont des champions élevés en batterie, c’est pas du nourri sous la mère ! Tu les fais pisser par terre, ça fait un trou !9a960436b80b796576e09a362654a928.jpg

Les « jeux » de Péking – ils disent « Beijing » - seront du même acabit que ceux de Berlin en 1936. Ils sont là pour faire l’apologie d’un régime sanglant, d’un pays qui empoisonne le monde avec les merdes produites à coups de triques par des esclaves.

Il est un podium sur lequel on retrouve les Zétazunis, la Chine et l’Arabie : c’est celui des assassinats d’état que sont les exécutions de condamnés. Et notre Phénix de l’Elysée qui va faire le guignol dans cette mascarade… Quelle honte…

Boycottez les Jeux hOntelympiques !

07/08/2008

Taxer le gras !

5b1d14049062df0d5e6e3481be1a658c.jpg


Cruel dilemme pour nos pauvres gouvernants en cette période de bronzeculage : lutter contre la baisse du « pouvoirdachat » ou contre cette calamité venu des Zétazuni, l’obésité.

Un rapport de l’Igas (Inspection générale des affaires sociales) et de l’IGF (Inspection générale des finances) préconise de taxer à 19,6% au lieu de 5,5 certains produits (des merdes…) de l’agroalimentaire qui font grassir (pas grossir, grassir !) : les aliments «trop gras, trop sucrés ou trop salés» (charcuterie, beurre, mayonnaise, ketchup, chips, biscuits…) afin d’en modérer la consommation. Voilà une idée qu’elle est bonne !

Bachelot voudrait bien, d’autant plus que le produit de cette nouvelle taxation de la merde viendrait en déduction du déficit de la sécu.

Mais le cabinet d’Eric Wœrth, ministre du Budget, assure que «l’augmentation de la TVA n’est pas à l’ordre du jour au regard de l’inflation et de la conjoncture actuelle».

Vous pariez que ça ne se fera pas ? Parce que le puissant lobby des industries agro-alimentaires va ouvrir le portefeuille pour ramener à la raison le nombre de députés et surtout de sénateurs nécessaire à faire capoter une réforme qui, pour une fois, serait bonne…

05/08/2008

Bronzons vigilants ! Vi-gi-lants ! ! !

6a1061652c6a08d81dd988fa76ccf578.jpg


Mais non je ne veux pas vous gâcher les vacances ! Mais, enfin, on peut se bronzer le cul, on peut courir la gueuse, on peut chercher les champignons, aller aux festivaux (ouais, ça me plaît festivaux, j’ai pas écrit fesses-t’y-veaux) et pour autant rester vigilants sur les sarko-saloperies qui fleurissent encore plus en période de canicule.

La Sécu, on y est tous attaché, c’est une des plus grande, généreuse et belle conquête sociale du siècle passé. Et il suffit d’ouvrir les yeux pour voir que les divers pouvoirs de droite s’efforcent, mandat après mandat, de la démantibuler avec pour stratégie finale de la refiler au privé, c’est-à-dire aux gros conglomérats assurance-banque.

Selon l’adage de « qui veut tuer son chien prétend qu’il a la rage », les nuisidroitiens (ouais, c’est nouveau, faut créer des mots, faire évoluer la langue !) – les gens nuisibles généralement de droite (mais n’est-ce pas un pléonasme ?) – les nuisidroitiens donc font en sorte que cette pauvre Sécu soit en déficit chronique. Et si possible fort déficit. Comment ? On en a déjà souvent parlé, mis rappelons quelques ingrédients de cette magouille : l’état ne paie pas, ou pas en totalité ses dettes, ne reverse pas, ou pas en totalité, les taxes sur l’alcool et le tabac, ne rembourse pas les cadeaux aux entreprises, etc. Dès lors, pour redresser les comptes, on détricote la Sécu pour la refiler par lots, c’est moins douloureux, aux requins de la banque et de l’assurance privé.

Dernière magouille en route : pour combler une partie du déficit 2008, les sarko-trafiquants veulent ponctionner 1 milliard aux mutuelles offrant une assurance-maladie complémentaire (on ne va pas pleurer sur ces organismes qui ont perdu depuis longtemps l’esprit de partage « mutuel » des risques pour se comporter comme les assurances privés capitalistiques). Mais en contrepartie, ces mutuelles seront associées à la gestion de l’assurance maladie ! Le pied dans la forteresse !

En même temps, l’administration de la Sécu vient de signer un accord avec les syndicats de toubibs par lequel ils créent un nouveau secteur de tarification. Entre le secteur 1, où les médecins pratiquent strictement les tarifs fixés par la Sécurité sociale (forts rares aujourd’hui !), et le secteur 2, autorisé aux dépassements (occasionnellement et partiellement remboursés par les mutuelles), le secteur « optionnel » serait accessible, d’abord aux chirurgiens, anesthésistes, gynéco-obstétriciens (ces pauvres malheureux ! faut bien les aider à changer leur 4x4 tous les six mois…), mais s’étendrait ensuite à toutes les spécialités.

Dans ce secteur optionnel les toubibs s’engageraient à réaliser 30% de leurs actes au tarif de la Sécurité sociale. Le reste de leurs honoraires pourraient être supérieurs de 50% à ce niveau et seraient pris en charge par les mutuelles. En contrepartie ces médecins se verraient offrir « certains avantages sociaux » qui ne sont évidemment pas précisés. Ben voyons !

Cerise sur le gâteau, si le passage au secteur optionnel ne leur rapporte pas plus, bien des toubibs qui s’y seront essayés repasseront au secteur 2, à dépassements libres, avec remboursement au bon vouloir des mutuelles.

Qui peut me dire se que gagneront les malades au système ? Et que vont inévitablement faire les mutuelles? Augmenter leurs cotisations! Et à la sortie, c’est encore le patient qui casquera. Ceci s’ajoute, en les alourdissant, aux franchises de 0,5 € par boite de médicament et de 2 € par transport, avec un plafond annuel de 50 €, sans oublier les déremboursements.

On arrive ainsi, petit à petit, à une médecine à deux vitesses. Pour les « pauvres cons », selon la terminologie sarkozienne, les médecins au rabais, pour les rupins qui ont les moyens de se payer des assurances complémentaires devenues très chères, les meilleurs spécialistes. C’est la dérive « américaine » chère à Sarkozy…

On nage en plein paradoxe, avec une pratique « libérale » de la médecine et un financement socialisé ! Car les professionnels de santé, qu’ils l’acceptent ou pas, sont des quasi-fonctionnaires, puisque leur rémunération de base - la seule qui soit légitime - est payée par des prélèvement obligatoire qui ne sont rien d’autre que des impôts. Pour en sortir, pourquoi ne pas envisager le paiement au forfait-patient en remplacement du paiement à l’acte ?

Quand aux riches, créons pour eux un secteur entièrement libre, mais plus du tout remboursé par l’Assurance maladie et les mutuelles. Ces bourrés de thunes pourront se faire soigner par les toubibs qui s’y risqueront sans plus avoir aucun filet pour garder leur clientèle ! Chiche !

Bonnes vacances ! Mais vigilantes ! Vi-gi-lantes !