Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/09/2008

Découvrez la tomate tueuse de l’Amérique du Nord

En visite à Montréal (Québec), vous décidez de commander une petite salade de tomates… Vous voici alors sur le point de faire connaissance avec la Tomate Tueuse de l’Amérique du Nord.

L’histoire de cette tomate commence au Mexique, sur une terre rachetée par une compagnie américaine. Sa graine est un hybride créé grâce aux subventions de recherche financées par le contribuable américain.

La terre en question a d’abord été aspergée de méthyle bromide, 120 fois plus nocif pour la couche d’ozone que le CFC-111. Elle a ensuite été traitée avec des pesticides produits et distribués par Monsanto l’un des plus grands pollueurs des Etats-Unis (et d’ailleurs !). Les déchets issus de la production de ces pesticides sont transportés par bateau et entreposés dans le dépotoir de produits toxiques le plus vaste du monde à Emelle, en Alabama, dont la plus grande partie des habitants vit dans la pauvreté.

Les journaliers mexicains ne sont pas protégés contre les pesticides : pas de gants, ni de masques ou de consignes de sécurité. Ils gagnent environ 2,50 dollars par jour et n’ont pas de couverture sociale.

Récoltée, la tomate est posée sur un emballage plastique et sur un plateau en plastique, puis dans des boîtes en carton. L’emballage a été manufacturé par une compagnie au Texas, ses travailleurs et habitants risquent de connaître une augmentation significative du taux de cancer, un affaiblissement du système immunitaire et des troubles de croissance à cause de leur exposition à un fort taux de dioxine. Les fibres de carton proviennent d’arbres vieux de 300 ans ayant poussé en Colombie Britannique (Canada) ; le carton est fabriqué dans la région des Grands Lacs dont on déconseille aux habitants de consommer les poissons, pollués à la dioxine ; il est ensuite expédié par voie maritime vers le Mexique.

Une fois dans les cartons, les tomates, rougies à l’éther, insipides et sans valeur nutritionnelle, sont expédiées par camions réfrigérés vers le Canada. Les camions et les centres de distribution sont équipés d’un système de réfrigération à base de CFC produit par Du Pont.

Une fois à bon port, l’emballage plastique est jeté, collecté et renvoyé aux États-Unis pour être brûlé dans un incinérateur à Detroit.

Il faut du carburant pour assurer tous ces voyages. Contribuant au réchauffement du climat, le pétrole nécessaire au ravitaillement des camions a nécessité un forage dans le Golfe Campeche au Mexique. Il a ensuite été expédié par pétrolier (entre les 3800 récifs du Golfe du Mexique) à destination des raffineries de la côte des États-Unis qui sont à elles seules responsables de la mort écologique et économique de la région. Le pétrole raffiné est redistribué aux fabricants de plastique, de pesticides, d’emballages et de véhicules, qui rendent possible le transport de cette fameuse tomate sur 3000 kilomètres !

Bienvenue en Amérique du Nord, votre salade de tomates est arrivée. Bon appétit !26a7955359764f2d7a94509fcdb4545d.jpg

Ne vous réjouissez tout de même pas trop vite de vivre de ce côté de l’Atlantique. Les tomates insipides, dures, raides et bien trop rondes pour être aimables, venus d’Espagne ou de Hollande sur les marchés…de Provence, suivent les mêmes traitements, supportent les mêmes conditionnements, subissent des transports équivalents. De plus, nous avons aussi notre alimentation irradiée au cobalt-6 et au césium-137, en grande partie issus de déchets nucléaires. Et, contrairement à ce que prévoit la directive européenne, la pratique la plus courante en Europe est l’absence d’étiquetage de cette nourriture irradiée !

Bon appétit !


Source : http://www.ecologiste.org/

http://bellaciao.org:80/fr/spip.php?article71000


Extrait d’un article de Peter Bahouth publié dans la revue L’Ecologiste n°2.

16/09/2008

Les tyrans ne sont grands que si nous sommes à genoux.

7914165a77c34a28a2aa0edcba255634.jpg


Ils ne changeront pas, ils ont ça dans la peau,
Les barreaux des prisons dessinent leur drapeau,
Partout où l’on conteste leur volonté rapace,
Où un chef courageux se montre coriace,
Ils fomentent des coups tordus, des attentats,
Révoltes de nantis, séditions, coups d’état.
Partout où des richesses échappent à leur contrôle :
Les matières premières, la drogue ou le pétrole,
Leurs sbires sont tapis dans l’ombre, dans la boue,
Pour abattre les chefs et leurs peuples debout.
Ils ne changeront pas, ils ont ça dans la peau,
Ces cul bénits mielleux, vêtus des oripeaux
Des croisés du fric-roi. L’ultra libéralisme
Qui leur tient lieu de croix, les poussent avec cynisme
A soutenir partout les chiens de l’affairisme.
Dans leur collimateur, le Venezuela
Dont le patron, Chavez, les vire avec éclat,
La Bolivie aussi où Evo Moralès
Nationalise les mines de cuivre et manganèse.
Ces métèques indiens n’ont-ils pas le culot
De leur botter le cul, et avec quel brio !
Ils ont foutu dehors leur con d’ambassadeur
Qui tentait, par dessous, de semer la terreur.
Partout où naissent et vivent quelques alternatives
Crédibles au pognon-roi, leurs cliques agressives
Tentent par les coups bas, le chaos, la menace
De remettre au pas la vile « populace »,
Au nom d’une « croisade » ultra capitaliste
Au profit de voleurs, d’assassins, de papistes.
Et après ils s’étonnent d’être partout haïs !
Ils salopent l’image de la Démocratie…
Sarko, c’est ce modèle que tu voudrais pour nous ?
Les tyrans ne sont grands que si nous sommes à genoux…







15/09/2008

Eh! Benito seize, je te fais un petit cadeau, une perle du grand Tonton Georges qui devrait te faire plaisir:

fedf33ba452d48ed81d117b4b9feb061.jpg


Tempête dans un bénitier
Paroles et Musique: Georges Brassens 1976 © Editions musicales 57


Tempête dans un bénitier
Le souverain pontife avecque
Les évêques, les archevêques
Nous font un satané chantier

Ils ne savent pas ce qu'ils perdent
Tous ces fichus calotins
Sans le latin, sans le latin
La messe nous emmerde
A la fête liturgique
Plus de grand's pompes, soudain
Sans le latin, sans le latin
Plus de mystère magique
Le rite qui nous envoûte
S'avère alors anodin
Sans le latin, sans le latin
Et les fidèl's s'en foutent
O très Sainte Marie mèr' de
Dieu, dites à ces putains
De moines qu'ils nous emmerdent
Sans le latin

Je ne suis pas le seul, morbleu
Depuis que ces règles sévissent
A ne plus me rendre à l'office
Dominical que quand il pleut

Il ne savent pas ce qu'ils perdent
Tous ces fichus calotins
Sans le latin, sans le latin
La messe nous emmerde
En renonçant à l'occulte
Faudra qu'ils fassent tintin
Sans le latin, sans le latin
Pour le denier du culte
A la saison printanière
Suisse, bedeau, sacristain
Sans le latin, sans le latin
F'ront l'églis' buissonnière
O très Sainte Marie mèr' de
Dieu, dites à ces putains
De moines qu'ils nous emmerdent
Sans le latin.

Ces oiseaux sont des enragés
Ces corbeaux qui scient, rognent, tranchent
La saine et bonne vieille branche
De la croix où ils sont perchés

Ils ne savent pas ce qu'ils perdent
Tous ces fichus calotins
Sans le latin, sans le latin
La messe nous emmerde
Le vin du sacré calice
Se change en eau de boudin
Sans le latin, sans le latin
Et ses vertus faiblissent
A Lourdes, Sète ou bien Parme
Comme à Quimper Corentin
Le presbytère sans le latin
A perdu de son charme
O très Sainte Marie mèr' de
Dieu, dites à ces putains
De moines qu'ils nous emmerdent
Sans le latin

14/09/2008

Lourdes

Le ci-devant SEIZE Benoit vient de faire son cirque à Lourdes. Je ne résiste pas au plaisir de vous offrir ce morceau de bravoure du grand François Cavanna alors au sommet de sa forme:
cavanna.jpg


Parmi les, hélas, nombreux « actes de foi» collectifs et saisonniers ou, pour être franc, les témoignages hurlants de la stupidité moutonnière qui font désespérer de toute possibilité d'amélioration de l'espèce humaine, il ya le pèlerinage de Chartres, il y a celui de Compostelle, il y a celui de La Mecque (là, Cavanna, tu ne devrais pas, ceux--là sont des méchants !), il y a les barbus austères accourus se balancer en cadence devant le Mur des Lamentations (ah, non, Cavanna, pas ceux-là: ils sont sanctifiés par le Martyre !), il y a le bain rituel de millions d'Hindous dans les eaux sacrées et putrides du Gange (ceux-là, tu peux y aller, ils ont des crocs mais ils sont loin), il y a les bolcheviks repentis qui, devant la Vierge de Kazan, se traînent aux pieds des popes couverts de dorure comme du papier à chocolats (décidément, tu veux te mettre tout le monde à dos, il finira par t'arriver un mauvais coup !) et il y a (roulement de tambour), et il y a le pèlerinage de Lourdes.

Ceux-là, ceux qui s'entassent dans les trains spéciaux pour Lourdes, seraient plutôt un peu moins... un peu plus... enfin, bon, leur foi est, disons, pas tout à fait aussi gratuite que celle des fervents pèlerins cités plus haut. Eux, ils en attendent quelque chose, de leur dévotion. Ils en attendent un miracle. Oh, pas un miracle fracassant! Juste un petit miracle personnel rien que pour chacun d'eux: la guérison.

Y croient-ils, au miracle? Bien sûr, sans quoi ils n'iraient pas. C'est-à-dire, avant d'être malades, ils ne pensaient même pas à l'existence possible du miracle, voire en rigolaient après boire avec d'autres esprits forts de leur acabit. Mais la maladie vous change un homme. Alors, «on ne sait jamais... », «si ça ne fait pas de bien... », etc.

L’espèrent-ils vraiment, le miracle? Bof... Comme on espère gagner le gros lot. En tout cas, on n'a jamais entendu parler d'une émeute sanglante de non-miraculés déçus, cassant tout dans la grotte, foutant le feu, éparpillant aux quatre vents médailles bénites et chapelets, déculottant curés et bonnes sœurs pour les fesser férocement... Il faut donc croire qu'ils sont, sinon satisfaits, du moins pas découragés, puisqu'ils reprennent le train spécial en sens inverse en chantant des cantiques.

Et ce qui tendrait à prouver qu'il y a un bon Dieu, tout au moins dans le ciel de Lourdes, un micro-climat de bon Dieu, c'est que lorsque ces braves gens voient un confrère envoyer soudain promener béquilles ou petite voiture, ou chasser son chien d'aveugle à coups de latte dans le fion en criant« Miracle! », eh bien, ils ne lui cassent pas la gueule, à cet enviandé de chouchou, pas du tout. Ils tombent à genoux s'ils ont des genoux, ils prient, ils sont bien contents. Vous comprenez: ça prouve que le truc fonc-tionne! Simplement, la Sainte Vierge a ses têtes, ce sera peut-être notre tour l'année prochaine.

La bonne combine, c'est d'arriver juste quand on vient de changer l'eau de la piscine, avant que sa capacité de miracle n'ait eu le temps de se diluer dans les microbes d’autrui.

In : Cavanna : « Lettre ouverte aux culs-bénits » - Albin Michel – collection Lettre ouverte

13/09/2008

Aux salmigondis de Benito et de Sarko, je préfère...

...Le mécréant (de tonton Georges Brassens)

418ceb46f941e6c028296b70b07dd0f5.jpg


Est-il en notre temps rien de plus odieux,
De plus désespérant, que de n' pas croire en Dieu?
J' voudrais avoir la foi, la foi d' mon charbonnier,
Qui' est heureux comme un pape et con comme un panier.
Mon voisin du dessus, un certain Blais' Pascal,
M'a gentiment donné ce conseil amical:
«Mettez-vous à genoux, priez et implorez,
Faites semblant de croire, et bientôt vous croirez. »
J' me mis à débiter, les rotules à terr',
Tous les Ave Maria, tous les Pater Noster,
Dans les ru's, les cafés, les trains, les autobus,
Tous les de profundis, tous les morpionibus...
Sur ces entrefait's là, trouvant dans les orti's
Un' soutane à ma taill', je m'en suis travesti
Et, tonsuré de frais, ma guitare à la main,
Vers la foi salvatric' je me mis en chemin.
J' tombai sur un boisseau d' punais's de sacristi'
Me prenant pour un autre, en chœur, elles m'ont dit:
«Mon Pér', chantez-nous donc quelque refrain sacré,
Quelque sainte chanson dont vous avez l' secret! »
Grattant avec ferveur les cordes sous mes doigts.
J'entonnai «le Gorille» avec «Putain de toi ».
Criant à l'imposteur, au traître, au papelard,
Ell's veul'nt me fair' subir le supplic’ d'Abélard,
Je vais grossir les rangs des muets du sérail,
Les bell's ne viendront plus se pendre à mon poitrail.
Grâce à ma voix coupé' j'aurai la plac' de choix
Au milieu des Petits chanteurs à la croix d' bois.
Attiré' par le bruit, un' dam' de Charité,
Leur dit: «Que faites-vous? Malheureus's arrêtez!
Y'a tant d'homm's aujourd'hui qui' ont un penchant pervers
A prendre obstinément Cupidon à l'envers,
Tant d'hommes dépourvus de leurs virils appats,
A ceux qui' en ont encor' ne les enlevons pas! »
Ces arguments massues firent un' grosse impression,
On me laissa partir avec des ovations.
Mais, su' l' chemin du ciel, je n' ferai plus un pas,
La foi viendra d'ell' même ou ell' ne viendra pas.
Je n'ai jamais tué, jamais violé non plus,
Y'a déjà quelque temps que je ne vole plus,
Si l'Éternel existe, en fin de compte, il voit
Qu' je m' conduis guér' plus mal que si j'avais la foi.


12/09/2008

Be-noit! Un miracle... Be-noit! Un miracle... Be-noit! Un miracle...

4ff7110933480996bffc5bedfb3b468f.jpgEh! Herr Benoit Seize. Puisque tu vas à Lourdes, pour nous remercier de tout le pognon que nous coûte ta visite (flics et autres), faudrait quand même penser à relancer les affaires de la Vrranze, par exemple en nous concoctant un beau miracle.

Mais pas un petit miracle douteux, genre paralytique qui se lève. Non, ça, ça fait petit bras. Ça fait miracle de consommation courante, miracle d’entrée de gamme. C’est pas de l’AOC grand cru.

Si vraiment tu veux nous faire une vrai beau miracle incontestable, un qui ferait gratter les boyaux de la tête même à un vieux mécréant comme moi, pourquoi tu ne nous fais pas repousser la jambe ou le bras arrachés d’un accidenté de la route ?

Ça te coûterait quoi de plus ? Rien, c’est pareil pour ton patron. Oui, le grand barbu « tout puissant ». Ou si c'est pas le patron, demande à sa mère de ce petit canaillou. Faire pousser une jambe, arrêter la tremblotte, ou redonner du gaz dans les cannes d'un mec, c’est du pareil au même pour eux. Mais ça changerait tout !

Tu préviens du jour, du lieu et de l’heure et, en direct au journal de vingt heures, sur Téhèfun ou Antenne deux, tu nous fais sortir doucement, avec de beaux gros plans bien cadrés, une belle jambe neuve d’un moignon sanguinolent. Ça, ça aurait de la gueule !

Allez! On compte sur toi, Benito?

Vrai?

Non... On peut pas?

Vraiment pas?

Ben merde alors... Je vais donc devoir rester mécréant, et ne pas approcher l'orgasme et te voyant...

Eh! Victor, y en aura peut-être un de miracle à Lourdes: c'est que deux cents mille personnes se pressent pour voir le ci-devant SEIZE Benoit et...que pas un ne lui tire dessus! S'il vient pour nous saboter la loi 1905 sur la Laïcité, faudrait pas qu'il oublie que dans sa famille, il y a un dénommé SEIZE Louis qui y a laissé le cigare...

11/09/2008

ANNIVERSAIRES: assassinat de la Liberté au Chili; et autres

twintower jacobazzi.jpg
œuvre originale de Giaccobazzi


God blesse America

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Sitting Bull le guerrier, et toi Geronimo,
Et les millions d’Indiens chassés comme animaux,
Massacrés par le plomb, par la croix, par la gnole,
Par les loques données chargées de variole.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
Orgueil de la nation des voleurs de vos terres …

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Esclaves noirs trimant dans les champs de coton,
Achetés, exploités et payés au bâton,
Humiliés, niés, traités pire que bêtes
Par des culs bénis blancs crispés sur leur gâchette.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
Orgueil de tous ces Wasps qui ont forgés vos fers…

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Salvador Allende, du fond de ton tombeau,
Et vous, Chiliens, assassinés par les Rambo
Lâchés sur vos richesses comme des chiens féroces
Pour que vos exploiteurs puissent rouler carrosse.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
Orgueil des spadassins de Henri Kissinger…

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Paysans communistes nés en Indonésie.
Vous étiez un million accusés d’hérésie,
Massacrés pour avoir soutenus Sokarno
Alors que les yankees préféraient Suharto.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
Orgueil du dollar roi qui nourrit les gangsters…

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Héroïques soldats paysans du Viet-Nam.
Vous avez écrasé l’armée de l’Oncle Sam,
Vous avez triomphé de cette soldatesque
De violeurs, de tueurs et de pasteurs grotesques.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque tombent enfin les murs du Pentagone,
Vains remparts de la vanité anglo-saxonne…

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Enfants crevants de faim des faubourgs irakiens,
Disputant la pitance aux vautours et aux chiens,
Depuis que la « croisade » menée par l’Oncle Sam
Massacre les civils pire qu’au temps de Saddam.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque tombent enfin les murs du Pentagone,
Qui vous envoie missiles et bombes félonnes…

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Paysans, ouvriers, écoliers yougoslaves,
Que les bombes yankees écrasaient dans les caves,
La défense du “ Droit ” fut un bon alibi :
L’ordre americana règne sur la Serbie.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque tombent enfin les murs du Pentagone,
Qui ne supporte pas de pensées autochtones.

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Civils vitrifiés par la Bombe yankee
Rayant Hiroshima comme Nagasaki
Non pas, comme il fut dit, pour terminer la guerre
Mais pour tester sur vous les horreurs nucléaires.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque les feux du ciel par des mains fanatiques
En un bouquet de mort tombent sur l’Amérique.

Relève-toi ! Debout, peuple des Zuhessa !
Libère-toi des fers, des chaînes de forçats
Dans lesquels te maintient l’ultra capitalisme
Par sa télé débile et son consumérisme.
Renverse le pouvoir aveugle du dollar
Et celui des banquiers et boursiers vicelards.
Rafale les “ chairmen ” des multinationales
Qui ravagent le monde par leurs actions bestiales.
Demande-toi enfin, réflexion citoyenne,
Pourquoi donc ton pays suscite tant de haine !
Redevient cet ami qui nous a fait rêvé,
Qui a laissé sa vie pour venir nous sauver.
Tu viens du monde entier, partout tu as des frères.
Valent-ils moins que toi ? Arrache tes œillères
Afin que la statue prénommée Liberté
Ne tourne plus le dos à la Fraternité.

Jean-Victor Joubert.







10/09/2008

Sauvons le service public de La Poste : exigeons un référendum !

Mon banquier, c’est ma sympathique postière. Au village, on n’a pas de « DAB ». Faut-il s’en plaindre ? Bof… Moi je vais au bureau de poste (oui, ils ne l’ont pas encore supprimé !), je parle champignons avec la postière, je lui refile ma carte Banque postale et elle me file le pognon dont j’ai besoin pour les quelques dépenses courantes. C’est sympa et efficace. Et…j’ai ma banque dans pratiquement tous les villages de France ! C’est pas beau ça ?

Mais un des soucis de ma postière-banquière, c’est que « s’ils installent un DAB, ils fermeront le bureau de poste… ». Eh ouais. Et alors il faudra faire comme pour le Crédit agricole : aller chercher du pognon chez…le boulanger. Un autre de ses soucis, c’est que la hiérarchie les pousse au cul pour vendre des produits dérivés bidon : enveloppes et colis pré-timbrées, et même…des DVD ! C’est ça la première approche de la privatisation.

La Banque postale, elle a déjà largement un pied dans le privé. Mais malgré tout, en comparaison avec les banques toutes aujourd'hui privatisées, elle demeure sans conteste, l'établissement bancaire le moins cher du marché (à l’exception de quelques banques par internet mais qui se rattrapent sur tout produit sortant de l’ordinaire).
Petits exemples très significatifs :- la banque postale ne pratique pas les dates de valeur sur toutes les opérations, au débit comme au crédit ; - son taux d'agios est inférieur à ceux des banques ; - l'envoi des chéquiers en recommandé est gratuit ; - le retrait en espèces par carte bancaire dans les distributeurs autres que les siens est aussi gratuit (comme en Europe) ; - les cartes bancaires sont moins chères et les accès à internet également ; enfin elle ouvre des comptes à tout le monde ! Pour l’instant…

Question : croyez-vous que mon courrier me sera livré régulièrement, chez moi, chaque jour, quel que soit le temps, pour un tarif très correct lorsque La Poste sera privatisée ? Tè ! Fumes ! La poste privatisée livrera en priorité les entreprises dans les villes où c’est plus facile, moins cher, et donc plus rentable pour ses gros cons d’actionnaires !

Alors le prochain combat qu’il faut mener, c’est celui contre la privatisation de La Poste. Les obligations européennes concoctées par ces connards d’ultra-libéraux de la Commission européenne, on se les fout au cul. En effet, les ultra-libéraux sont des crapules qui privatisent les profits et socialisent les pertes. Voir aux Zétazunis la nationalisation des deux établissements financiers pour lesquels les cons tribuables ricains vont mettre la pogne à la fouille…

On a fait reculer le pouvoir sur les OGM, sur cette salope d’Edvige. Il n’est de combats perdus que ceux que l’on n’a pas livré !

Alors, concernant La Poste, exigeons un référendum.



Victoire! On a botté le cul à cette grosse salope d'Rdvige!

75d2f921c4769fafffccf3f9163b590d.jpeg


Ouais!!! On les a fait reculer!

Fallait la voir, la gueule de raie de l'Alliot-Marie, renvoyée dans les cordes par... Sarko!

Voilà qu'il vire sa cuti! Par deux fois en quelques jours: d'abord il taxe le capital pour donner quelques espoirs aux pauvres (en épargnant tout de même ses potes les plus thunés!); et voilà qu'il retoque ce fichier pourri - cette grosse salope d'Edvige = qui faisait baver de plaisir les Heurtefeux, Alliot-Marie, Fillon et consort.

Allez, Sarko, continue! Tu commences à nous intéresser!
17d20ca15eea262886f4a1180386166a.jpg

09/09/2008

Foutez-moi tous ces cons en taule !


Enfin une bonne nouvelle : l’église de scientologie, organisation nuisible considérée comme une secte dangereuse par la Miviludes, va être traînée en correctionnelle en temps qu’organisation pour escroquerie en bande organisée. Avec, si elle est condamnée, possibilité d’être dissoute.

Cette énorme avancée ira-t-elle jusqu’au bout ? On peut rester dubitatif lorsque l’on connaît les accointances douteuses de not’président avec Tom Cruise, le sulfureux porte parole de la secte, lorsque l’on se souvient des paroles de la mal nommée Mignon, « conseillère » de Sarko qui considère – comme Alliot-Marie - les sectes comme un non-problème, lorsqu’on sait que de nombreux dossiers concernant cette secte disparaissent régulièrement et mystérieusement des palais de justice…

Foutez tous ces dangereux tarés en taule ! Je refuse que mes impôts servent à financer des sectes ou des églises, catholique y compris. La croyance est du domaine privé et les impôts ne doivent financer que les biens communs du peuple. Je refuse qu'on enseigne la religion quelle qu'elle soit à l'école. Il existe des écoles confessionnelles pour cela, et c'est un choix des familles.

Au fait, combien de « scientologues » à l’Elysée ?

08/09/2008

Encore et toujours, luttons contre cette grosse salope d'Edvige.

db660a72d594df4f32f3686c115187f0.jpg

La blogosphère est décidemment toujours en avance sur la presse couchée. Ainsi, L'anti fadas et les aliboffis – entre autres blogs – ont dénoncé depuis plusieurs semaines (dès le 31 juillet!) le fichier scélérat Edvige, instrument de flicage global de la population, digne du célèbre et nauséabond Fouchet (flic en chef de Napo) avec la puissance de l'informatique.

Même Maurin qui s'inquiète! Continuons! Signez à tour de bras, à tour de bic, à tour de mulot les pétitions qui tournent sur la Toile.

Avec Edvige, on s’oriente en effet vers une récolte policière d’informations très variées qui suscite des craintes légitimes. Outre les informations collectées sur les personnes susceptibles de porter atteinte à l’ordre public (dès l'age de 13 ans!!), y seront aussi centralisées des données sur celles « ayant sollicité, ou exercé un mandat politique, syndical ou économique ou qui joue un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ». On tend à amalgamer des individus représentant un risque potentiel pour l’État et ceux dont l’activité s’avère indispensable à son fonctionnement dans un cadre démocratique. Cette logique, sous tendue par des impératifs d’accumulation de renseignements extrêmement divers, va induire de facto une extension considérable du fichage pouvant à terme concerner des millions de citoyens.

Comment peut-on avoir autorisé ce fichier qui suffit à décridibiliser ad vitam eternam toute personne qui s'occupe tant soit peu des autres, que ce soit par la politique, les associations, et autres! Comment peut-on mettre sur le même plan des gens qui se dévouent, qui donnent de leur temps, qui prennent des responsabilités avec ceux qui sont « susceptibles de troubler gravement l'ordre public » sans traiter en criminel potentiel n'importe quel citoyen engagé et écouté de ses concitoyens !

Le décret précise, entre autres saloperies: «  Peut également être destinataire des données mentionnées à l'article 2, dans la limite du besoin d'en connaître, TOUT AUTRE AGENT d'un service de la police nationale ou de la gendarmerie nationale, sur demande expresse, sous le timbre de l'autorité hiérarchique, qui précise l'identité du consultant, l'objet et les motifs de la consultation ». Ainsi, n'importe quel flic peut demander des renseignements sur n'importe qui.

Par exemple, comme me l'a signalé un bloguiste, en vertu de ce décret qui intègre « des données relatives à l'environnement de la personne, notamment à celles entretenant ou ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec elle », le citoyen Sarkozy Nicolas, exerçant un mandat public, peut – sans qu'il en soit prévenu – faire l'objet d'un fichage Edvige peu reluisant compte tenu de ses fréquentations douteuses avec des dictateurs ayant des tonnes de sang sur les doigts (Kadhafi, Assad, Poutine, etc.).

Mais ce n'est pas tout. Derrière cette grosse salope d'Edvige se cachent une palanquée d'autres fichiers de flicage global. Ainsi, la police vient de se doter du fichier Christina (Centralisation du renseignement intérieur pour la sécurité du territoire et les intérêts nationaux) qui, classé « secret défense », recensera des données personnelles mobilisées par les forces de l’ordre en matière de lutte anti-terroriste. Plus généralement, depuis les années 1980/90, on assiste en France à un développement considérable de ces fichiers : FPR (fichier des personnes recherchées) ; FRG (fichier des renseignements généraux) ; FIT (fichier automatisé du terrorisme) ; FNT (fichier national transfrontière) ; FNAEG (fichier national automatisé des empreintes génétiques) ; FAED (fichier automatisé des empreintes digitales) ; STIC (système national des infractions constatées) et JUDEX (système judiciaire de documentation et d’exploitation) bientôt fusionnés en un fichier appelé ARIANE, etc. Parallèlement, les autorités françaises ont contribué à mettre en place ou envisagent de participer à l’alimentation et à l’exploitation de nouvelles bases de données biométriques : fichier des empreintes digitales des demandeurs de visas, système d’information Schengen II, fichier Eurodac, fichier national des passeports biométriques, etc.

Alors, signez! Signez contre cette saloperie!

http://nonaedvige.ras.eu.org/

05/09/2008

Le chœur des pleureuses.

7f5e8951c3d8d592a2f3948c02746f27.jpg


Non mais entendez-les s'offusquer, regardez-les se draper dans leur dignité offusquée parce qu'un magazine qui fut en son temps (il y a bien longtemps, hélas...) un phare de la profession publie des photos - mises en scène d'accord - mais réelles de ceux qui ont filé une pâtée à l'armée française.

Que les parents, les amis, les proches des parachutistes morts dans la pratique de leur métier, c'est compréhensible et digne. Mais que les donneurs de leçons bien planqués dans leurs bureaux parisiens nous inondent de leurs larmes de crocodile, c'est tout ce qu'il y a de faux-cul. Faut-il leur rappeler que la guerre c'est la mort, ce sont les larmes, c'est le désespoir, c'est la peur, c'est la souffrance, c'est l'humiliation. Alors si on ne veut pas devoir faire face à cette saloperie, faut pas envoyer nos gars au casse-pipe.

Qui a décidé d'envoyer des militaires français dans le merdier afghan? Chirac et Jospin. Qui a décidé d'envoyer encore plus de troufions? Sarkozy. Qui a décidé, en léchant servilement le cul de Bush, de faire passer le contingent français d'un statut plutôt logistique et de formation de l'armée afghane à un statut de combat de première ligne? Sarkozy.

Alors faut en tirer et en assumer les conséquences. Une guerre, ça fait des morts. Et les militaires professionnels savent très bien que la mort fait partie intégrante de leur contrat, comme un accident du travail pour un couvreur, un pompier, un marin-pêcheur ou un bucheron. 2bdec3f393bc0258c72e2fa0ee7fb488.jpg

Il y a cinquante ans, en Algérie, c'était tous les jours que des troufions se faisaient dégommer. Les cercueils débarquaient au petit matin, en loucedé, du Sidi-Ferrouch, à Marseille ou Port-Vendre. En 14-18, c'était mille morts chaque jour qui saignaient la France.

C'est faire injure aux paras (j'en fut dans une autre vie) qui sont sur place, comme à ceux qui vont partir, que de les abreuver d'une compassion bêlante, de les rabaisser par une sensiblerie pleurnicharde. Ils n'ont pas besoin de ça. Ils sont entrainés, motivés et conscients des risques inhérents à la profession qu'ils ont choisie. Car contrairement à l'Algérie ou c'était des appelés, ce sont maintenant tous des professionnels volontaires qui partent.

L'armée française, comme les autres armées du monde, n'est pas faite seulement pour défiler au 14 juillet ou pour distribuer des sacs de riz. Elle est surtout faite, et financée par notre pognon, pour défendre la France, son territoire et ses valeurs. Et ceci implique la mort, la souffrance, les larmes. Encore faut-il leur donner les moyens de se battre. Et la c'est une autre histoire... Même pas un hélico pour faire une reconnaissance du secteur...

Quand on prend la pâtée, on ferme sa gueule, on tire les leçons de l'échec et on fait en sorte que ça n'arrive plus.

Ou on ne se met pas en position politique de risquer cette pâtée...

04/09/2008

DEGAGEZ !

e11eaaf3439e3588adaf86b8c94ed91e.jpg


DEGAGEZ !

Quand les lampions s’allument au grand bal des menteurs,
Des calomniateurs, des manipulateurs
Qui ruinent et salissent l’honneur de la France
Et traînent le pays dans leur fosse d’aisance,

Quand ceux qui sont censés gouverner le pays
S’étripent comme chiens autour d’un os pourri,
Aubry, Delanoë, Moscovici, Royal,
Eléphants qui aboient comme chien et chacal,

Quand le peuple excédé d’être ainsi humilié
Et méprisé par ceux qui semblent oublier -
Tant leurs rivalités haineuses, leur arrogance

Saccage leur crédit, ravage la confiance –
Que le peuple de France, quand il est enragé
Sait faire tomber les têtes, nous hurlons :
« DEGAGEZ ! »




03/09/2008

Réflexions... Quelques sarkonneries de la rentrée.

026b3d55d081d3a7fca9be09ecc47ad6.jpg
Merci au grand Topor

La solidarité des nuls. On savait que le pauvre Clavier était totalement nul en temps qu'acteur. On savait que cette nullité s'accompagnait d'une propension naturelle vers tout ce qui existe de plus réac. C'est ainsi qu'il est un « ami » de Sarko. Qui se ressemble s'assemble... On ne doit donc pas s'étonner que ce sinistre personnage ait téléphoné à son pote pour se plaindre, comme à l'école quand un minot prend un croc-en-jambes ... « M'sieur, M'sieur, les nationalistes corses, y font rien qu'à m'embêter! »

Et l'autre taré, bien sûr, vire le chef des bourres de l'île...

Eh! Talamoni et ta clique de « bombiteros », la prochaine fois, vous saurez ce qu'il faut faire ! Ce sera moins con que de faire sauter le gourbi de l'ami Siné...


Épargnons ces pauvres riches.
C'est ce que préconise une autre nullissime, la Lagarde. Vous, pauvres cons qui avez une assurance-vie, qui avez trimé pour acheter un studio que vous louez afin d'arrondir des fins de mois difficiles, vous allez mettre la pogne dans la fouille, sans rechigner car c'est pour la bonne cause: redonner un peu de thunes et d'espoirs aux laissés-pour-compte de la dissociété sarkozienne.

Mais, si le gouvernement suit la mère Lagarde, les vrai riches, les 300.000 bourrés de blé qui parasitent la société, eux ne paieront rien. Car la Lagarde veut évidemment inclure cette nouvelle taxe dans le célébrissime « paquet fiscal » qui ruine le pays. Donc ils ne paieront rien. Vive l'égalité à la sauce sarkozienne...


Le socialisme: avenir des nantis
. Une autre nulle, la Parizot, monte aux créneaux pour que le gouvernement français allège, voire supprime complètement l'impôt sur la fortune. C'est vrai quoi! Faut pas les pressurer de trop ces pauvres riches!

Elle s'appuie sur l'exemple espagnol où le « socialiste » Cordonnier (en Espanche, ça se dit Zapatero) a carrèment supprimé un impôt équivalent. C'est beau le socialisme à la Zapatero, à la Blair, à la Strauss-Khan et autres charlots du même acabit...

02/09/2008

Ecrasons cette grosse salope d'Edvige.

Pour vous faire toucher du doigts la saloperie de ce fichier total que veut nous imposer les sarko-trafiquants, voici le décret en question:


DECRET
Décret n° 2008-632 du 27 juin 2008 portant création d'un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « EDVIGE »

NOR: IOCC0815681D

Version consolidée au 01 juillet 2008

Le Premier ministre,
Sur le rapport de la ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales,
Vu le code de procédure pénale, notamment son article 777-3 ;
Vu la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, notamment son article 26 (I à III) ;
Vu le décret n° 85-1057 du 2 octobre 1985 modifié relatif à l'organisation de l'administration centrale du ministère de l'intérieur et de la décentralisation, notamment son article 12 ;
Vu le décret n° 2007-914 du 15 mai 2007 pris pour l'application du I de l'article 30 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés ;
Vu l'avis de la Commission nationale de l'informatique et des libertés en date du 16 juin 2008 ;

Le Conseil d'Etat (section de l'intérieur) entendu,
Décrète :

Article 1
Le ministre de l'intérieur est autorisé à mettre en œuvre un traitement automatisé et des fichiers de données à caractère personnel intitulés EDVIGE (Exploitation documentaire et valorisation de l'information générale) ayant pour finalités, en vue d'informer le Gouvernement et les représentants de l'Etat dans les départements et collectivités :
1. De centraliser et d'analyser les informations relatives aux personnes physiques ou morales ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui jouent un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif, sous condition que ces informations soient nécessaires au Gouvernement ou à ses représentants pour l'exercice de leurs responsabilités ;
2. De centraliser et d'analyser les informations relatives aux individus, groupes, organisations et personnes morales qui, en raison de leur activité individuelle ou collective, sont susceptibles de porter atteinte à l'ordre public ;
3. De permettre aux services de police d'exécuter les enquêtes administratives qui leur sont confiées en vertu des lois et règlements, pour déterminer si le comportement des personnes physiques ou morales intéressées est compatible avec l'exercice des fonctions ou des missions envisagées.

Article 2
Conformément aux dispositions de l'article 6 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée, et dans la stricte mesure où elles sont nécessaires à la poursuite des finalités mentionnées à l'article 1er du présent décret, les catégories de données à caractère personnel enregistrées dans le traitement mentionné à l'article 1er et concernant des personnes physiques âgées de treize ans et plus sont les suivantes :
― informations ayant trait à l'état civil et à la profession ;
― adresses physiques, numéros de téléphone et adresses électroniques ;
― signes physiques particuliers et objectifs, photographies et comportement ;
― titres d'identité ;
― immatriculation des véhicules ;
― informations fiscales et patrimoniales ;
― déplacements et antécédents judiciaires ;
― motif de l'enregistrement des données ;
― données relatives à l'environnement de la personne, notamment à celles entretenant ou ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec elle.
Les données collectées au titre du 1 de l'article 1er du présent décret ne peuvent porter ni sur le comportement ni sur le déplacement des personnes.
Le traitement peut enregistrer des données à caractère personnel de la nature de celles mentionnées à l'article 8 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée. Celles de ces données autres que celles relatives aux opinions politiques, philosophiques ou religieuses, ou à l'appartenance syndicale ne peuvent être enregistrées au titre de la finalité du 1 de l'article 1er que de manière exceptionnelle. Il est interdit de sélectionner une catégorie particulière de personnes à partir de ces seules informations.
Le traitement ne comporte pas de dispositif de reconnaissance faciale à partir de la photographie.
Les données concernant les mineurs de seize ans ne peuvent être enregistrées que dans la mesure où ceux-ci, en raison de leur activité individuelle ou collective, sont susceptibles de porter atteinte à l'ordre public.
Les données collectées pour les seuls besoins d'une enquête administrative peuvent être conservées pour une durée maximale de cinq ans à compter de leur enregistrement ou de la cessation des fonctions ou des missions au titre desquelles l'enquête a été menée.

Article 3
Dans la limite du besoin d'en connaître, sont autorisés à accéder aux informations mentionnées à l'article 2 :
― les fonctionnaires relevant de la sous-direction de l'information générale de la direction centrale de la sécurité publique, individuellement désignés et spécialement habilités par le directeur central de la sécurité publique ;
― les fonctionnaires affectés dans les services d'information générale des directions départementales de la sécurité publique ou, à Paris, de la préfecture de police, individuellement désignés et spécialement habilités par le directeur départemental ou, à Paris, par le préfet de police.
Peut également être destinataire des données mentionnées à l'article 2, dans la limite du besoin d'en connaître, tout autre agent d'un service de la police nationale ou de la gendarmerie nationale, sur demande expresse, sous le timbre de l'autorité hiérarchique, qui précise l'identité du consultant, l'objet et les motifs de la consultation.

Article 4
Le traitement et les fichiers ne font l'objet d'aucune interconnexion, aucun rapprochement ni aucune forme de mise en relation avec d'autres traitements ou fichiers.

Article 5
Conformément aux dispositions prévues à l'article 41 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée, le droit d'accès aux données s'exerce auprès de la Commission nationale de l'informatique et des libertés.
Le droit d'information prévu au I de l'article 32 et le droit d'opposition prévu à l'article 38 de la même loi ne s'appliquent pas au présent traitement.

Article 6
Sans préjudice de l'application de l'article 44 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée, le directeur général de la police nationale rend compte chaque année à la Commission nationale de l'informatique et des libertés de ses activités de vérification, de mise à jour et d'effacement des informations enregistrées dans le traitement.

Article 7
Le présent décret est applicable sur tout le territoire de la République.

Article 8
Le présent décret entre en vigueur le jour de l'entrée en vigueur du décret n° 2008-631 du 27 juin 2008 portant modification du décret n° 91-1051 du 14 octobre 1991 relatif aux fichiers gérés par les services des renseignements généraux et du décret n° 2007-914 du 15 mai 2007 pris pour l'application du I de l'article 30 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978.

Article 9
La ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales est chargée de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 27 juin 2008.

François Fillon

Par le Premier ministre :

La ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales,

Michèle Alliot-Marie

A boire tavernier ! Mais du bon !

940366acbd5becec43f6b36c6736d6f8.jpgOn a ouvert le ban des vendanges dans les Côtes du Rhône. Et pourtant, les bons vignerons vont probablement ramer pour vendre leur production, à cause d’une concurrence aussi dégueulasse que pipée.

En effet, les tenants de la vinasse industrielle, les thuriféraires du nuisible Etazuniens Parker ont obtenu gain de cause auprès de la commission européenne, experte en conneries en tous genre : ils peuvent dorénavant utiliser les copeaux de bois pour faire leurs infâmes pinards. Tout comme les Etazuniens, les Australiens et autres margoulins pour lesquels le vin n’est pas une création noble, expression d’un terroir et du savoir-faire d’un vigneron, mais un simple produit dont on inflige la consommation aux gogos par des coups « marketing », au profit de financiers qui, eux, ont les moyens de se payer des grands crus.

9242ace7ed5489ffb8bb593701c9b29e.jpgAttendez-vous donc à devoir picoler d’atroces bibines qui ne seront plus que des infusions de parquet mis en vente par des pinardiers qui veulent péter plus haut que leur crû.

Regardez bien les étiquettes, ne prenez que des A.O.C., si possible bio, pour vous faite plaisir. Et fuyez tout ce qui se prévaut d’un classement chez Parker

Tè, je vais boire (du bon !) pour oublier avec quelques autres dignes soiffards…

01/09/2008

Fascisme ordinaire campagnard...

Intimidations et menaces contre un agriculteur bio dans le Puy-de-Dôme

Par Frédéric HAPPE AFP


TEILHET (Puy-de-Dôme) (AFP)
- On menace sa fille de mort, on tue ses chèvres : en s'installant dans le Puy-de-Dôme pour faire de la culture bio, un jeune agriculteur "pas comme tout le monde" se heurte à l'hostilité violente d'une partie du voisinage qui le pousse à quitter la région.

Avec sa boucle d'oreille, ses tatouages sur chaque doigt, formant le mot "libertad", sa détermination à entreprendre à Teilhet (Puy-de-Dôme) une agriculture biologique et développer son élevage de chèvres, Jean-Hugues Bourgeois, 28 ans, dénote dans cette région des Combrailles, vouée à l'élevage bovin et aux cultures céréalières.

Ses ennemis n'hésitent pas recourir aux pires moyens pour intimider le nouveau venu, allant jusqu'à menacer de mort et de viol sa fille de huit ans, et à abattre une partie de ses chèvres.

Originaire des Hautes-Alpes, Jean-Hugues Bourgeois, s'était d'abord installé début 2006 à Saint-Gervais d'Auvergne (Puy-de-Dôme), près de Teilhet, sur huit hectares d'une terre humide et ombragée, dont pas grand monde ne voulait.

En 2007, il accepte l'offre de reprise progressive de quelque 50 hectares de "très bonnes terres" appartenant à Georges Message, un agriculteur local proche de la retraite.

"Vu le terrain qu'il avait, il ne risquait pas de faire vivre sa famille, en revanche mes terres ne feront peut-être pas de lui un riche, mais il pourra en vivre", souligne M. Message.

Les terres cédées sont excellentes pour les cultures céréalières, confirme pour sa part le maire (DVG) de Saint-Gervais, Michel Girard.

La cession suscite rapidement des jalousies mais personne, selon M. Girard, n'imaginait la violence des réactions. "Je m'attendais bien à ce qu'il y ait quelques fâcheries, mais je m'étais fait fort d'arranger les choses", assure l'élu.

Alors qu'il prend possession le 1er janvier dernier d'un premier lot de 24 hectares, l'agriculteur retrouve, au matin du 31 mars, une dizaine de ses chèvres tuées au pistolet d'abattage. Au mur, une inscription: "La Boge (le nom du lieu-dit de l'exploitation) aux paysans ! Va-t'en !".

Pendant plusieurs mois, Jean-Hugues Bourgeois encaisse les rumeurs selon lesquelles il cultiverait cinq hectares de cannabis, et les actes de malveillance : ouverture des enclos pour encourager les chèvres à fuir, pneus du tracteur crevés et, dans la nuit du 8 au 9 août, l'incendie d'un hangar où est entreposé le foin, et destruction partielle de sa voiture.

Le 22 août, le jeune homme trouve une lettre en forme de cercueil contenant des menaces contre sa fille de 8 ans. Les expéditeurs menacent de jeter la fillette "dans un fossé après en avoir fait une femme". La missive s'adresse également à la mère de l'enfant.

"J'ai dû repousser la rentrée scolaire de ma fille", déplore Jean-Hugues Bourgeois.

"Je n'aurais jamais pensé que cela puisse aller aussi loin. La preuve qu'on ne connaît jamais vraiment ses voisins... et sa famille", ajoute M. Message laissant entendre que "certaines personnes avec qui il est un peu parent" sont peut-être mêlées à cette histoire.

Les gendarmes, saisis de trois plaintes au total, ont indiqué à l'AFP que le procureur de la République de Riom devrait prochainement décider de l'ouverture d'une information judiciaire. L'enquête pourra alors vraiment commencer.

30/08/2008

Pour vous pourrir la santé, mangez des fruits et légumes à la sauce "Commission européenne" !


« Pour votre santé, mangez cinq fruits et légumes par jour » qu’ils nous serinent à longueur de bourrage crâne. A mon avis, c’est une manière originale pour tenter de résoudre les problèmes de surpopulation : en effet, en suivant ces judicieux conseils, vous avez toutes les chances de vous fabriquer une chou-fleur bien gaillard qui va vous envoyer ad patres en quelques mois. Le crabe nourri aux pesticides, c’est du redoutable !

Et à qui qu’on va dire merci ? A qui ? Ben à nos bons commissaires européens, oui, ces sinistres technocrates ultra-libéraux qui régissent la vie de 400 millions d’Européens.

4ed85ff4ee91f04116c5fd69b8ea77a4.jpgComment ? A travers un règlement européen qui fixe à partir du 1er septembre de nouveaux plafonds autorisés pour la présence de résidus de pesticides dans les aliments.

Ces nouveaux seuils, qui harmonisent les normes européennes en la matière, doivent remplacer les limites fixées actuellement au niveau national. Mais ce règlement a en réalité pour effet d'entraîner une augmentation "spectaculaire" des limites existantes, selon les ONG.

Selon une analyse conjointe de Greenpeace et de l'ONG environnementale autrichienne Global 2000, publiée jeudi, "plusieurs centaines de limites maximales en résidus (LMR) deviennent désormais dangereuses pour les consommateurs", et ce "au regard même des normes d'analyse et des méthodes d'analyses fixées par l'UE".

Au total, 349 pesticides différents sont présents dans les produits alimentaires vendus dans l'UE, indiquent les ONG.

Et comment ils ont faits, nos joyeux commissaires fossoyeurs ? Ben, pour chaque pesticide, la Commission a identifié le pays ayant la plus mauvaise limite de sécurité et a adopté ce niveau pour les normes européennes, explique Hans Muilerman, porte-parole de l'ONG néerlandaise Natuur en Milieu.

« Les consommateurs européens vont donc être moins bien protégés en étant exposés à plus de 200 pesticides différents à des niveaux importants », ajoute-t-il. Pas de réponse de la Commission européenne, « ils sont en vacances » !

Selon le rapport de Greenpeace et Global 2000, la consommation de pommes, poires, raisins, tomates et poivrons pourrait en particulier désormais poser des risques pour la santé des enfants.

« Pour un enfant pesant 16,5 kilos, la dose de pesticide dangereuse pour la santé est dépassée après la consommation de 20 grammes de raisin (soit 5 à 7 grains), 40 grammes de pomme ou 50 grammes de prunes, affirme le biochimiste Helmut Burtscher, cité par Global 2000.

Dans certains pays étudiés, comme l'Allemagne ou l'Autriche, le changement serait très préoccupant, selon ces associations.

En Autriche par exemple, 65% des pesticides utilisés verront leur taux maximal augmenter, pour certains jusqu'à 1.000 fois, alors que seuls 4% verront leur taux baisser, affirme Global 2000.

Pour les associations, la Commission européenne « n'a pas rempli son obligation de fixer des limites légales les plus basses possibles, comme le prévoyait un précédent règlement de 2005, dénonce Elliott Cannell, coordinateur du réseau environnemental PAN Europe (Pesticide Action Network).

La Commission « n'a pas non plus évalué les effets cumulatifs des pesticides sur la santé humaine », selon François Veillerette, président du Mouvement pour le droit et le respect des générations futures (MDRGF), association française membre de PAN Europe.

Comment les peuples européens peuvent-ils sans sortir les fusils supporter les diktats souvent débiles, parfois dangereux de ces nuisibles à la solde des multinationales qui empoisonnent le monde ?

La connerie humaine est vraiment la seule approche qu’on puisse avoir de l’infini…

29/08/2008

Tè!Fumes! C'est du Polonium...

977e3016a148dc12ea254744ea33f396.jpgDu polonium dans le tabac : un secret bien gardé par les cigarettiers
LEMONDE.FR

Rendu célèbre par l'affaire Litvinenko, le Polonium 210 est bien moins exotique qu'il n'y paraît : l'élément radioactif – parmi les plus toxiques qui soient – qui a servi à assassiner l'ancien espion du KGB est inhalé, chaque jour, par près de 1,25 milliard de fumeurs que compte la planète. Selon une étude publiée dans le numéro de septembre de l'American Journal of Public Health citée par Le Figaro, l'industrie cigarettière connaissait depuis plus de quarante ans la présence dans les feuilles de tabac de ce composé hautement cancérigène.

Philipp Morris, British American Tobacco, RJ Reynolds et toutes les multinationales du tabac ont volontairement caché, pendant ces quarante années, cette information qui aurait pu gravement refroidir les ardeurs des fumeurs. En décortiquant plus de 60 millions de documents internes des firmes productrices – déclassifiés après un procès perdu en 1998 contre l'Etat du Minnesota –, Monique Muggli, une chercheuse de la Mayo Clinic, aux Etats-Unis, est arrivée à la conclusion que "les industriels savaient tout et n'ont rien dit", écrit Le Figaro.

12 000 MORTS PAR AN

D'après cette enquête, les industriels ont découvert la présence de polonium dans le tabac dès 1964. Selon Monique Muggli, interrogée par 20minutes.fr, les fabricants de tabac ont essayé, dans les années 1970 et 1980, de supprimer la teneur en polonium de leurs produits. Peine perdue : les dirigeants des firmes concernées ont eu peur que les différents traitements expérimentés ne "changent le goût de leur produit, mais surtout que le grand public apprenne les objectifs de ces recherches", explique Mme Muggli. Silence, donc. Un mémo adressé en 1978 au vice-président de Philip Morris, conseillait d'étouffer l'affaire : "Nous risquerions de réveiller un géant endormi !"

Le géant en question a en effet de quoi effrayer. "Le polonium 210 est un émetteur de radiations alpha si instable et dangereux qu'il est un des rares à n'avoir jamais été utilisé en médecine, explique Le Figaro. Il provoque des cancers du poumon par inhalation : il se dépose aux embranchements des bronches où il provoque le processus de cancérisation." Selon Monique Muggli, le polonium Po est à l'origine de 1 % de tous les cancers du poumon aux Etats-Unis. Il serait responsable d'environ 12 000 morts par an dans le monde. Sa présence dans le tabac est due à l'utilisation d'engrais riches en phosphates qui contaminent les feuilles.

Interrogée par Libération, Emanuelle Beguinot, directrice du Comité national contre le tabagisme, relativise la portée de ces révélations. Pas vraiment rassurante, Mme Beguinot rappelle que le polonium "n'est qu'un des 4 000 composés toxiques d'une cigarette".
Benoît Vitkine

28/08/2008

Désespérer Neuilly...


— Désespérée ma chère. Je suis désespérée... Et Charles-Edouard, je ne vous dit pas. Il est au bord de l'apopléxie. Mais enfin vous vous rendez-compte, IL va taxer nos revenus du capital! Un scandale ma chère. M'enfin, dans quel monde vivons-nous. Nous avons réchauffé un serpent dans notre sein. Ce petit Nicolas que nous avons fabriqué, que nous avons couvé, que nous avons accepté dans nos salons dorés, dont nous avons financé la carrière, voilà qu'il nous trahit, voilà qu'il tourne bolchévique. Outrée, ma chère, je suis outrée...

— Calmez-vous chère Jeanne-Astrid, cette mesurette n'est que roupie de sansonnet. Qu'allons-nous payer, nous, les « forces vives » de la nation? Pas grand chose, vous le savez bien. Notre patrimoine réel est depuis longtemps hors des griffes du fisc français. Et puis, rappelez-vous tout de même le beau chèque que nous avons touché, au titre du merveilleux « paquet fiscal » que le petit Nicolas nous a octroyé! Ceux qui vont payer, ce sont ces parvenus des classes moyennes. Ou encore ceux qui louent un malheureux appartement crasseux pour compléter leur retraite. Ceux qui comptent sur une minable assurance-vie pour leurs vieux jours. Et ces nullissimes de boursicoteurs que nous grugeons comme nous le voulons. Allons, rassurez-vous ma chère. Nicolas reste sous notre coupe. Cette mesurette ne nous coûtera rien, à nous, les riches, puisque nos impôts sont limités à 50% grâce au bouclier fiscal! Donc ma chère, dites à Charles-Edouard de ne pas trop se tracasser... Il ne touche nullement aux spéculateurs! Donc à nous!

— Ah! Ma chère, vous me rassurez. Merci. Mais j'ai eu peur... Finalement notre Nicolas, il est très fûté: il fait semblant de prendre aux riches pour couper l'herbe sous les pieds de ces crasseux de l'opposition. Et ce faisant, il fait un peu retomber la pression sociale (Oh! Quel vilain mot, ma chère!) parmi la racaille travailleuse.