Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/01/2016

Taxis : emmerdo, ergo sum !

taxi escargot.jpg

 

Avec une régularité méritoire, une corporation - celle des taxis – fout le bordel. Circulation bloquée, affrontement avec les forces de l’ordre, violences à l’encontre des chauffeurs de VTC (véhicules de transport avec chauffeurs) et de chauffeurs « Uber ». Les taxis défendent leur gamelle : prix de la bagnole, prix des carburants, prix des assurances, prix de la licence… On peut comprendre qu’ils luttent contre une concurrence. D’autant plus qu’ils n’y sont pas habitués, jouissant d’une situation de monopole confortable mais totalement aberrante.

 

Prix de la voiture : les taxis, en société ou en se groupant pour les individuels, peuvent négocier de sérieuses remises.

Prix des carburants : les exploitants de taxi bénéficient d'une détaxation partielle de la taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques (TICPE), sous la forme d'un remboursement a posteriori en fonction de la consommation réelle de carburant (gazole ou super sans plomb), utilisée pour les besoins de leur activité professionnelle 

Prix des assurances: artisan taxi propriétaire ou non de leur véhicule et de leur licence, la profession entre dans le cadre du transport de personnes. Il leur est donc indispensable de souscrire une assurance professionnelle spécifique. Avec la encore une force de négociation conséquente.

Prix de la licence : c’est en quelque sorte le fond de commerce des taxis. La licence est chère. Mais elle a été voulue par la corporation, ceci afin de renforcer le numerus clausus, de protéger la profession contre toute concurrence. Ce protectionnisme se retourne contre les taxis.

 

Á quoi servent-ils ? Á transporter des personnes d’un point à un autre. Comme bien d’autres moyens de transport : la marche à pied, le vélo, le scooter, la moto, la voiture particulière, les autobus, les trains, les avions, les bateaux.

 

Le font-ils bien ? Faire rouler une grosse bagnole pour un seul client, c’est une aberration aussi bien économique qu’écologique. Ils encombrent les rues, ils polluent pour un service cher et souvent mal rendu : ils ne sont jamais là lorsqu’on a besoin d’eux, ils ont une conception « pittoresque » des itinéraires, ils sourient toutes les années bissextiles... Mais ils se tiennent, constituent un lobby puissant et ont jusqu’ici toujours réussi à bloquer toute concurrence, que ce soit les taxis collectifs, les véhicules dit de tourisme et même les vélos taxis ! Alors la concurrence des VTC et – pire pour eux - d’UberPop, c’est la guerre !

 

Mais pourquoi n’ont-ils jamais voulu évoluer ? Pourquoi n’ont-ils pas mis au point eux-mêmes, en collaboration avec les services municipaux des villes où ils travaillent, une application électronique permettant au client de trouver très vite, sur son i-phone, un taxi ? Ce qu’a fait Uber, pourquoi ne le font-ils pas ?

 

Non. Ils se contentent de refuser toute avancée, de repousser toute concurrence, de s’arc-bouter sur leur numerus clausus (nombre de taxis fixe). Parce qu’ils se sentent forts. Parce qu’ils ont une arme, comme les routiers ou les exploitants agricoles : ils peuvent bloquer la circulation, donc les échanges économiques. Et ils s’en servent de cette arme. Les gouvernements reculent plus vite devant ces emmerdeurs, leurs bahuts, leurs bagnoles et leurs tracteurs que devant les infirmières et leur blouse blanche ou les enseignants et leur stylo…

 

J’emmerde, donc je suis.

 

 Illustration X - Droits réservés

11/01/2016

Notre-Dame-des-Landes : à qui profite le crime ?

notre dame des landes stop aéroport.jpg

 

Crime, mort d’homme, il n’y en a pas encore eu, contrairement au barrage de Sivens. Il n’empêche que, droit dans ses bottes, le préfet a « sollicité les forces de l’ordre » pour évacuer les tracteurs et les vélos des « fauteurs de troubles », c’est-à-dire » les gens du commun, la vulgaire populace qui ne comprend évidemment rien aux grands problèmes économiques et prétend entraver le glorieux projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (qui, contrairement à son nom, n’est pas dans les Landes, mais quelque part en Bretagne).

 

Seulement les pékins du coin, les bouseux comme les sans-dents sont remontés comme des pendules ! Ouarf ! Putaing ! Ça nous rajeunit ! Comme aux temps flamboyants du Larzac ! Allez les jeunes ! Notre génération à fait reculer l’Armée ! La glorieuse armée françouaise ! Alors les partisans douteux d’un minable aéroport de province… Tè ! Fume !

 

Car est-il vraiment indispensable cet aéroport ? Ce type de grands travaux, traumatisant pour la région et extrêmement coûteux est-il vraiment utile à la collectivité, capable de générer de l’emploi et de dynamiser l’économie de la région qui va l’accueillir et…le subir ? Á qui va-t-il servir ? Qui, dans la région prend l’avion ? Les dizaines de milliers de « Français d’en bas » qui vont subir les conséquences, être expulsés de leurs terres ? Non. Quelques centaines, allez, quelques milliers de privilégiés. Ce type d’aéroport attire, comme la merde appâte les mouches, les compagnies « low cost », parasites de la profession, qui font payer aux collectivités locales leur activité sur ces plateformes.

 

Notre-Dame-des-Landes n’est-il pas plutôt l’expression de la mégalomanie de quelques satrapes locaux voulant péter plus haut que leur cul ? On peut leur conseiller d’aller faire un petit voyage d’étude en Espagne où ils pourront visiter l’aéroport fantôme de Ciudad Real, l’aéroport « piétonnier » de Castellón-Costa Azahar ou encore celui de Huesca. Tous fruits empoisonnés de la folie des grandeurs de « décideurs » stupides et pour certains magouillant sans vergogne avec quelques grandes compagnies de travaux publics…

 

L’affaire est un serpent de mer qui dure depuis 40 ans. Il provient de la folie des grandeurs d’une centaine de chefs d’entreprises acoquinée à la bourgeoisie locale pour décider les « décideurs » locaux. Pourtant, comme l’écrivait déjà le Monde à cette époque : « L'aviation commerciale mobilise d'énormes capitaux pour le bénéfice d'un petit nombre. Cette activité ne subsiste que grâce à l'aide des pouvoirs publics. Elle fonctionne comme un important appareil de redistribution à l'envers où le pauvre paie pour plus riche que lui. Elle mobilise des ressources qui seraient socialement mieux utilisées ailleurs. » Tout est dit. (Il est vrai que le Monde, en 1976, était encore un vrai journal, LE journal de référence en France. Ce temps est bien révolu…)

 

Oui mais, qu’ils disent les bétonneurs, l’aéroport actuel est saturé, perturbe la vie des riverains. Faux. Archi faux ! Il pourrait, avec un aménagement de l’aérogare, décupler son trafic, ce qui ne sera jamais le cas. (L’aéroport de Gatwick, à une quarantaine de km de Londres, traite 34 millions de passagers par an, contre 3,5 à Nantes, dix fois plus, et 242.000 mouvements d’avion, avec une piste plus courte, sans être saturé pour autant !) Qui peut penser qu’on prendra un jour l’avion à Nantes pour un vol direct vers New-York, Shanghai, Rio de Janeiro ou Moscou ?

 

Aujourd'hui, l'aéroport existant Nantes-Atlantique est à 10 km de Nantes. Il est géré par les CCI de Nantes et de Saint-Nazaire et par AGO, aéroports du Grand Ouest, associée à Vinci, omniprésente en France, et TPO, société de travaux publics raflant les gros marchés de la région. Vinci ! Hou ! La la ! Le transfert de l’aéroport libèrerait des dizaines d’hectares convoités avec gourmandise par les promoteurs immobiliers et autres aménageurs ! Au nombre desquels l’inévitable…Vinci. Notez que la piste (3800 mètres contre 3200 à Notre-Dame-des-Landes) resterait en place puisqu’elle la condition sine qua non du maintien de l’usine Airbus !!!

 

Bon. N’en jetez plus. Cet aéroport est une énorme konnerie assortie de juteuses magouilles.

 

Cette stupidité mégalo a été la tombe politique de Ayrault. Et toi, président Normalou, il risque d’être ton Larzac !

 

 

 Photo X - Droits réservés

 

 

04/01/2016

Alors, ces fameuses BOUES ROUGES, késako ?

 

plan boues rouges cassis.jpg

 

Dans les derniers jours de l’année passée, les me(r)dias mènestrime nous ont parlé de boues. Pas ragoutant la boue… Et rouges de surcroit ! Dangereux le rouge… Et à ce sujet il y a eu bagarre entre deux poids lourds du gouvernement, Valls (le patron délégué) et Ségo (l’Ex). De quoi s’agit-il ? Du déversement en Méditerranée de millions de tonnes de déchets toxiques.

Un communiqué à mis le feu aux poudres : « Stéphane Bouillon, préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, préfet des Bouches-du-Rhône, a signé le lundi 28 décembre 2015 un arrêté autorisant la société Altéo (ex-Péchiney) à continuer à exploiter à compter du 1er janvier 2016 ses usines sur le site de Gardanne et autorisant, pour une durée de six ans, le rejet dans la mer d'effluents aqueux dépassant les limites réglementaires. » Pas contente Ségolène : « L'ordre est venu du Premier ministre au préfet, direct ».

Explications de Matignon : « Le Conseil supérieur de prévention des risques technologiques - un conseil indépendant composé d'experts rattaché administrativement au ministère de l'Ecologie - a planché le 22 décembre et a soumis l'arrêté d'autorisation au vote ». La réunion s'est conclue par « un vote assez large d'une autorisation pour six ans du processus industriel proposé par Altéo » et le rejet en mer, pour 6 ans, d'effluents résultant de la production d'alumine dans le Parc national des Calanques. Bonjour l’image des parcs nationaux !

Voilà l’épisode ministériel. Mais les « boues rouges », késako ? L’affaire est ancienne. En 1893, le groupe Péchiney a construit en Provence, à Gardanne, entre Marseille et Aix, une usine afin d’exploiter le minerai de bauxite très présent dans la région. La bauxite (étymologiquement « terre des Baux ») ça sert à faire l’aluminium. Seulement les divers processus pour passer du minerai à l’aluminium génèrent des montagnes de déchets solides et liquides particulièrement toxiques. Oui mais, depuis cette époque, l’usine apporte emplois et relative prospérité dans ce coin de Provence séché par le soleil et battu par le mistral. Et depuis, l’Etat s’est toujours montré très « compréhensif » avec l’usine, particulièrement au sujet de ses déchets. « Á l’heure où l’opinion française redoute les délocalisations », il est impératif de « sauvegarder plusieurs centaines d’emplois », avaient justifié les commissaires chargés de l’enquête. L’écologie, la préservation de l’environnement, mouais… Mais les emplois, c’est autre chose. Le site de Gardanne, plus grand site mondial de production intégré d’alumines, emploie 400 salariés et 250 personnes sous-traitantes. On est dans le cas typique, caricatural du chantage à l’emploi.

Qu’est-ce qu’elle fait de ces déchets, l’usine ? Ben, au début, elle les a stockés sur des terrains alentour, « agrémentant » la région de poussières rouges ou blanchâtres… Puis, quand ça a dépassé les bornes, des têtes d’œuf ont planché sur le problème et crié « Euréka ! » Ils avaient trouvé la solution miracle : balayer les poussières sous le tapis ! En l’occurrence : foutre discrètement toute cette merde au fond de la Méditerranée. Cette brillante décision date de 1966, une époque où les soucis d’environnement n’étaient pas primordiaux…

Ainsi fut fait. Une énorme canalisation serpente depuis sur 47 km à travers la garrigue provençale de Gardanne à Cassis ! Puis ce merdoduc pénètre sous l’eau et continue sur 7,7 km encore jusqu’au fossé sous-marin dit « de Cassidaigne » où il chie ses estrons toxiques par 320 mètres de fond. Vingt millions de tonnes de sédiments toxiques se sont accumulées dans cette fosse au cœur du parc national des Calanques, sans compter tout ce qui a débordé et, au gré des courants, s’étale en couche plus ou moins épaisse du golfe de Fos à la rade de Toulon. Et le robinet à merde n’est pas prêt d’être fermé puisque Alteo a déposé en mai 2015 une demande de renouvellement de la concession d’occupation du domaine public maritime pour trente ans. Avec de fortes chances de l’obtenir… Chantage à la délocalisation en cas de refus qui signifierait arrêt de l’usine.

Ces boues rouges sont-elle dangereuses ? Actuellement, les poissons de fond ont déserté les abords de la fosse de Cassidaigne et ceux que l’on pêche sont bourrés de mercure, d’arsenic, de titane et autres délicates épices : thorium 232, uranium 238, cadmium, vanadium, plomb, soude, chrome, nickel, etc.. Et que dire du plancton, nourriture de base de la chaine alimentaire marine ? Les pathologies éventuellement liées au mercure sont très variées : psychologiques (dépression, troubles de l’humeur, etc.), neurologiques (maladie d’Alzheimer, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, épilepsie, handicaps de naissance, etc.), dermatologiques (eczéma, etc.), immunitaires (infections à répétitions, allergies, maladies auto-immunes : maladie de Crohn, maladie de Gougerot-Sjögren etc.), digestives (colite), cardio-vasculaires (tachycardie, artériosclérose, cardiopathie cardiaque dilatative) rénales, rhumatismales, et même cancers (tumeurs cérébrales : glioblastomes, plus fréquents chez les dentistes).

« Elle est fraiche ma rascasse ! Elle est bonne ma bouillabaisse ! Elle est claire mon eau ! » Ben voyons…

Bon. Mais ça – si l’on en croit les responsables d’Alteo, l’usine en question – c’est le passé. « Ça va changer ! Objectif Zéro déchet » qu’ils disent les « communicants » de l’entreprise, premier producteur mondial d’alumines spéciales entrant dans la composition de céramiques pour l’électronique, les cristaux liquides, etc. Et de fait, l’usine a cessé de balancer la totalité de ses boues rouges en Méditerranée, sauf un reliquat annuel de 84 tonnes, loin du million de tonnes annuel précédant. Mais elle veut continuer à y balancer ses effluents liquides chargés de métaux lourds dissous et de soude. Pour pouvoir cesser de balancer ses boues rouges, Alteo s’équipe de trois filtres-presses permettant la déshydratation des boues. Reste alors une matière sèche, stockée désormais sur le site de Mange-Garri (mange-rats), proche de Gardanne, balayée par les vents et lessivée par les eaux de ruissellement, que l’entreprise voudrait valoriser sous le nom de Bauxalite. A Mange-Garri, l’eau des puits est interdite non seulement à la consommation, mais encore à l’arrosage et au remplissage des piscines. Bauxalite ! C’est joli comme mot. Même l’Europe met du pognon dans ce projet au titre du soutien à « l’économie circulaire ». Pour quoi faire ? Qui lo sa… Des remblais parait-il. Mais un peu radioactifs… Les routes seront lumineuses !

Ces filtres-presses représentent un investissement de 30 millions d’euros, financés à moitié par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, donc de l’argent public ! Et – cerise sur le gâteau – Un amendement taillé sur mesure s’est glissé dans une loi rectificative de finances en 2012 qui fait que la redevance d’Alteo à cette agence, qui était de 13 millions, a été réduite à 2,6 millions en 2014.

Résultat de tout ce micmac, depuis le 1er janvier, Alteo est autorisé à rejeter en Méditerranée ses effluents liquides toxiques pour six ans… Un sacré revers pour les défenseurs de l’environnement et un coup de pied au cul à la ministre de l’écologie, Ségolène Royal.

Alteo, c’est le dernier avatar d’une cascade d’achats et de ventes plus ou moins claires. L’entreprise appartenait à Péchiney, acheté en 2003 par Alcan, lui-même acheté en 2007 par Rio Tinto, acheté en 2012 par le fond de placement étazunien HIG Capital, proche des pires politicards Républicains étazuniens…

Oui mais que la COP 21 fut belle, qui met la France à la tête des défenseurs de la planète !

Sources :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/08/22/le-dossi...

http://www.europe1.fr/politique/boues-rouges-matignon-rep...

http://www.monde-diplomatique.fr/2015/05/LANDREVIE/52952

 

 

 Illustration X - Droits réservés

 

30/11/2015

Au bistro de la Toile : COP 21, lapinisme,vin

Buveurs pour net.jpg

 

- Ça y est les soiffards, c’est parti pour le grand raout de la terre qui chope la fièvre. 150 chefs d’États. Un bordel pas possible à Paris. Avec l’ombre des tarés nazislamistes qui plane. Au fait, c’est tout bon pour les mastroquets le réchauffement climatique : si les gens ont trop chaud, ils auront soif, et alors ils viendront au bistro !

 

- T’entend Bert. Ce puteng de Loulle, finalement c’est un grand optimiste : il voit le bon côté des choses… Surtout pour son portefeuille.

 

- Attend, Victor, ils nous gonflent les aliboffis avec des conneries qu’on n’y comprend rien. On parle de la montée du niveau de la mer en 2100, du risque d'avoir une concentration de CO2 de 850 ppm dans l'atmosphère en 2050... Moi, pour tout te dire, j’y comprend nibe et je m’en fous complètement de se qui se passera en 2100. Y a longtemps que je fumerais les pissenlits par la racine !

 

- C’est vrai que toutes ces abstractions ne mobilisent pas trop. Tout le monde s’en fout. Seulement le bordel qui va résulter du changement climatique, ce sera du concret : une affaire de territoire, de nourriture, d’air, de terres. Le changement climatique n'a d'intérêt que pour les sociétés et les cultures. La terre s'en fout, elle, du changement climatique ! Elle en a vu d’autres. Et si l’humanité disparait, elle n’en crèvera pas pour autant ! Nos économies occidentales sont les véritables responsables de cette merde climatique. Á partir du moment où, en un siècle environ, on renvoie dans l’atmosphère des gaz que la nature a mis des millions d’années à transformer en pétrole et en charbon, faut pas s’étonner si le climat tend à redevenir ce qu’il était à l’époque du carbonifère : une étuve.

 

- Bon. On aura un peu plus chaud ? On mettra la clim. Les palmiers remplaceront les vignes ? On boira du vin de palme. Le pétrole manquera ? On roulera dans des bagnoles électriques…

 

- Voilà. Le changement climatique est là, dans la tête des gens. Mais beaucoup, comme toi Loulle, semblent croire qu'ils pourront continuer à vivre comme ils le font aujourd'hui, s'ils consentent à quelques ajustements techniques. Ta bagnole électrique, c’est bien, mais d’où elle viendra ton électricité ? Il serait peut-être plus malin de réfléchir à l’utilité des déplacements ! De l’utilité de faire venir sur nos tables de l’ail de Chine ou du raisin du Chili. De l’utilité de prendre sa bagnole pour aller se goinfrer de conneries dans ces temples de la consommation que sont les hypermarchés et les zones commerciales. De la pertinence d’avoir son lieu de vie à des dizaines de kilomètres de son lieu de travail. Tout est à repenser. Mais il est plus facile de se laisser bercer par les propos rassurants de nos gouvernants car ce que nous rabâchent depuis des années les lanceurs d’alerte est trop énorme. Il s'agit de conclusions révolutionnaires pour nos sociétés et les conséquences sont trop désagréables pour être abordées de front.

 

- Bof… Et alors, qu’est-ce qui va se passer ?

 

- Nous appartenons aux pays les plus riches du monde. Mais le nombre de ces « happy few » va décliner dans les années qui viennent, avec la poussée démographique mondiale. Les habitants des pays industrialisés représentent aujourd'hui environ 20% de la population mondiale, représentant 95% de la richesse mondiale. Dans 10 ans, ils ne seront plus que 17%. Qui veut abandonner ça ? Nous en profitons. C'est très confortable d'être là où nous sommes. Seulement les 80 % que nous pigeonnons, ben, ils sont aussi kons que nous, ils veulent tout simplement faire comme nous, vivre comme nous, se goinfrer comme nous, saloper la planète comme nous et si nécessaire prendre notre place. Par la force. On se farcir déjà les réfugiés de guerre, mais les réfugiés climatiques qui vont arriver, vous croyez qu’ils seront tout doux et tout gentils ? Et vous pensez que nos sociétés vieillissantes et repues seront en mesure de les arrêter ? L’avenir, il risque d’avoir un goût de sang. Mais le danger ne viendra pas seulement de l’extérieur. Tous les problèmes que nous connaissons vont s'accentuer : la pénurie de nourriture et d'eau, les inégalités... Le climat sera à l'origine des guerres du XXIe siècle. Au sein de nos sociétés, les inégalités générationnelles vont devenir conflictuelles. Parce que c'est la première fois de l'histoire moderne que nous exploitons à ce point les ressources des générations à venir. Nous vivons à crédit. En bouffant le pain de nos enfants ! Et ils nous le feront payer cher. Enfin, il y a un autre problème, plus important que tous les autres car il les soutend…

 

- Ah ! Encore ? C’est quoi ?

 

- C’est le lapinisme Loulle. C’est le lapinisme. L’homme et sa copine la femme ne pensent qu’à baiser ! Et c’est très bien. Mais si on baise non pas seulement pour se régaler la viande mais pour mettre la petite graine, ben, comme les lapins, on pullule (j’ai pas dis on pue Loulle !).

Sais-tu, Loulle, et toi aussi Bert, que pour chaque battement de ton palpitant, trois bébés naissent quelque part dans le monde ! Essaye d’imaginer ce fleuve, cette marée de nouveaux venus braillards sur cette pauvre boule puante qu’on appelle Terre ! Ouais, me direz-vous. Mais pendant ce temps, il y en a un paquet qui passent l’arme à gauche et vont servir de patapon aux asticots. Allez les vers ! C’est vrai. Mais il n’en meurt qu’un lorsqu’il en naît trois ! On est loin du compte… Trois marmots par seconde qui réclament tout de suite à bouffer. Soit 180 par minute, 260.000 par jour, 95 millions par an, autant que la France et l’Espagne réunies. Et comme il ne meurt « que » 35 millions d’homo sapiens (homme sage ! ! ? ?) par an, ça nous laisse un confortable « bénef » d’environ 60 millions supplémentaires chaque année — l’équivalent d’une France ! — de bouches à nourrir… Comme ces bouches viennent principalement dans des pays où on crève déjà de faim, vous voyez le tableau. Et comme ces pays, qui sortent de la misère, comme la Chine actuellement et l’Inde, veulent accéder au « progrès » que représente la manière de vivre occidentale, ça va en faire des bagnoles qui cracheront leurs gaz pourris, des forêts qu’il faudra couper pour leur fournir des salons de jardin en teck et des tonnes de pubs débiles, des poissons qu’il faudra pêcher pour leur procurer du patapon pour leurs chien-chiens… Vive la croissance ! « Croissez et multipliez-vous » qu’il a dit l’Autre. Ouais. Jusque dans le mur. Et le mur, ce sera un coquetèle agréable de guerres pour l’eau, de catastrophes naturelles, de bonnes et belles épidémies… Tout ça orchestré par de gras et gros dictateurs qui pueront autant du cerveau que des pieds !

 

- Puteng, Victor. Tu nous la fais raide là. C'est vrai que ça fait du monde. Ils mangeront peut-être, mais ils mangeront debout ! Tè ! Buvons un coup pour oublier…

 

- Á la nôtre. Bientôt, Loulle, tu pourras vendre des vins scandinaves, belges ou anglais !

- Dieu – enfin, Bacchus! - me garde, Victor ! Ne profère pas des insanités pareilles!

- Pas du tout Loule. Des gens de l'Inra se sont penchés sur le problème et ils estiment que la précocité des vendanges - et la teneur à l'alcool qui en résulte - sont liées au réchauffement climatique, un phénomène susceptible de bouleverser la viticulture traditionnelle qui pourrait aller jusqu'au « grand chambardement ».

- Què chambardement?

- La date des vendanges est liée aux températures d'avril à septembre. Les études agronomiques mais également historiques le confirment : l'avancée actuelle est liée en quasi-totalité au réchauffement climatique. Dans le temps, lors des années froides, c'était la catastrophe, il fallait mettre du sucre dans le vin qui n'était pas suffisamment alcoolisé ; c’était la « chaptalisation ». Mais depuis dix ans, on constate une augmentation du degré alcoolique des vins, c'est très net, partout. Ce qui était du 11 degrés avant, c'est du 13 degrés maintenant. Et chez nous, c'est même du 14 et 15°. Ça pose problèmes...

- Eh! Même les gens qui ont le gosier en pente, comme toi, lèvent moins facilement le coude à l'heure de l'apérobic. Pauvre de moi...

- Les professionnels du vin sont inquiets. Dans un premier temps, un léger réchauffement climatique c'est plutôt positif pour le vin. Jusqu'à 1 ou 2 degrés Celsius de plus, on peut penser qu'en modifiant les conditions de conduite de la vigne, on pourrait garder les productions traditionnelles et leur valeur de terroir. Mais au-delà c'est le grand chambardement. Pour les politiques, l'objectif est de limiter le réchauffement à deux degrés, seuil à partir duquel les impacts commenceraient à devenir dangereux pour les activités humaines. Pour la vigne, deux degrés, c'est le moment où cela commencerait à basculer. Si le réchauffement atteignait 3 ou 4 degrés en moyenne mondiale - ce qui se produira si les tendances actuelles se poursuivent - on pourrait trouver de la vigne dans le sud de la Suède, comme les vignobles qu'on commence à avoir en Angleterre, en Belgique, aux Pays-Bas. Et ici, on plantera des palmiers à huile…

- Tè! Victor, l'année prochaine, je te servirai du véritable Knock-le-Zout-Village, du Manchester Grand Cru classé ou des Premières Côtes de Stockholm !

- Eh ! Ce sera peut-être bon. Á la nôtre !

 

 cop 21 dessin dinosaure.jpg

 

Illustration X - Droits réservés

04/11/2015

Tentative de hold-up sur nos barrages. Remettons-en une couche.

barrage de tigne.jpg

 

 

Il n'est pas inutile de dénoncer les turpitudes gouvernementales, de titiller les médias «mènestrime». Ainsi du cri de rage poussé ici même contre l'inconcevable abandon par la clique Hollande, Ségo, Valls de nos barrages aux banksters et aux multinationales. Les gens de Médiapart en a fait un article de Une creusant avec les moyens qui sont les leurs les tenants et les aboutissants de cette forfaiture. Très bien et saluons cette action.

 

On sait que c'est Fillon, sous l'ère Sarkozy qui, en 2010, s'est engagé auprès de la Commission européenne à privatiser les barrages français. Pouvait-on attendre autre chose d'un gouvernement de droite inféodés aux méfaits des idées ultralibérales ? Mais, bien pire c'est un gouvernement prétendument « de gauche » (Ayraud) qui a relancé l'opération , en promettant à la Commission européenne de privatiser nos installations hydroélectriques en échange de la « bienveillance » de la dite commission concernant nos déficits budgétaires. Notons qu'aucun État européen n'a renoncé à garder la maîtrise de ses barrages, ouvrages stratégiques s'il en est. Comment expliquer que la France soit la seule à ouvrir ses barrages hydrauliques à la concurrence, alors que tous les autres États européens en conservent un contrôle étroit ? L’Allemagne a exclu ses barrages de la concurrence. Les concessions sont octroyées par les Länder pour une durée de 40 à 80 ans. Et la commune dispose d’un droit de veto sur tout nouvel exploitant. La Suède, dont un des opérateurs lorgne les barrages français, a mis ses barrages sous le régime de l’autorisation publique. En Norvège, les exploitations hydrauliques sont obligatoirement accordées à une structure publique pour une durée illimitée. En Autriche, les concessions sont accordées pour une durée de 60 à 80 ans. En Italie, les concessions attribuées à l’Enel, l’électricien historique, sont toutes maintenues au moins jusqu’en 2029. La Suisse, candidate aussi pour reprendre des barrages en France, ne relève pas du droit européen. Lien 

 

Le gouvernement reste sourd à tous ces arguments : il a planqué la privatisation des barrages dans un recoin de loi dite de « transition énergétique ». Autrement dit un gouvernement « de gauche » joue contre son camp et dépouille les citoyens (et contribuables) français d'un de leurs plus beaux fleurons ! Pour noyer le poisson, ils prétendent que l’État reste propriétaire des ouvrages et qu'il ne met en vente que la concession d'exploitation des installations. Baratin, bourrage de crane. Il est évident que les barrages ne partiront pas à l'étranger, mais la formidable rente hydroélectrique,oui ! Ces ouvrages ont été conçus et réalisés grâce au génie et au travail des ingénieurs et des ouvriers français. Peut-on concevoir que maintenant qu'ils sons payés, amortis et très rentables on fasse cadeau de ces montagnes de thunes à des spéculateurs étrangers et à des banksters ? Tout ça pour cunilinguer cette exécrable commission européenne, repaire de technocrates - élus par personne – entièrement au service des multinationales et de la finance !

 

On doit exiger avec la plus grande vigueur de nos « responsables » irresponsables qu'ils renoncent à cette horreur économique et rejetent vertement les prétentions de la commissaire européenne chargée de la concurrence, Margrethe Vestager, qui,, dans une lettre du 22 octobre, adressé à Laurent Fabius, l’informe de l’ouverture d’une enquête sur les concessions hydrauliques accordées en France à EDF. Cette lettre est ici: https://html2-f.scribdassets.com/zpkspv0744uouou/images/1-30556f4cff.jpg

 

Ce diktat doit être rejeté pour des raisons de décence. Au nom de l'utilité publique, les habitants de Tignes, de Savines ont-ils été expropriés et chassés de leurs villages pour finalement satisfaire des intérêts privés voraces ?

Il doit être rejeté pour des raisons de sécurité nationale. Ils sont indispensables à la sécurité énergétique nationale en cas de problèmes graves sur les centrales nucléaires, et à ce titre doivent rester sous juridiction nationale. Et que dire des stocks d'eau indispensables à l'agriculture, mais aussi au refroidissement des centrales nucléaires ? Peut-on les laisser dans des mains étrangères ?


Il doit être rejeté pour des raisons économiques. Ces ouvrages génèrent, en plus de l'électricité, deux milliards et demi de bénéfices. Ces bénéfices vont pour partie à l’État, baissant d'autant ses besoins d'impôts, pour partie à EDF, baissant d'autant les tarifs de l'électricité.

 

Bougeons-nous ! Ne laissons pas ce texte scélérat aller jusqu'au bout. Des élections auront lieu dans quelques semaines. Faisons connaître ce problème à tous les candidats, et sommons-les de prendre position sur ce problème crucial.

 

On peut toujours envoyer ce texte ou d'autres soulevant le problème à nos députés : ils sont sur les charbons ardents lorsqu'arrivent des élections, même si les Régionales ne les concernent pas au premier chef.

 

Pour trouver votre député : http://mondepute.free.fr/cadre_deputes.htm

 

Adresse de l’Assemblée nationale :

Assemblée nationale
126, rue de l'Université 
75355 Paris 07 SP

 

Banzaïe !

 

Photo X - Droits réservés

 

03/11/2015

Lu et entendu chez mon coiffeur.

 

oeil dans le dos.jpg

Ma(ir)de in Germany.Devons-nous avoir la larme à l’œil en pensant à feue la « Qualité allemande » ? Voilà que les grosses caisses allemandes rutilantes, genre Audi, seraient, elles aussi, sous le coup d’une tricherie aux States ! Mais ce n’est pas tout. De ce côté de l’Atlantique, c’est le landerneau du milieu chirurgical qui se fait du souci. En effet, un médicament fort utile et usité dans les opérations concernant la rétine rendrait les malheureux patients aveugles ! En France, deux personnes auraient perdu un œil, selon l’annonce du 2 novembre de l’ANSM (agence nationale de sécurité des médicaments). Le produit a d’ailleurs été retiré de la vente le 23 septembre. Il s’agit de l’Ala Octa, une solution aqueuse produite par le laboratoire allemand Alamedics. En Espagne, le médicament allemand a été retiré dès juin dernier, car selon l’agence de sécurité du médicament espagnol, 41 personnes ont été affectés outre-Pyrénées, dont 13 cas de cécité. Ben, ça en fout un coup à la « qualité allemande » mais il faut tout de même relativisé : selon l’ANSM, 75 doses seulement auraient été utilisées en France au cours des trois dernières années.

 

route photovoltaïque.jpgTransition énergétique. Parait que l’électricité voltaïque a de nouveau le vent en poupe, bien que le prix de rachat par l’EDF du courant fourni au réseau ait drastiquement chuté. Dans ce cadre, en voilà une nouvelle qu’elle est bonne : après plusieurs années de recherche, l’entreprise Colas, en partenariat avec l’Institut national de l'énergie solaire a mis au point Wattway. Il s'agit du premier revêtement routier photovoltaïque. Il s’agit de recouvrir les routes – avant tout les autoroutes – de dalles qui intègrent des cellules photovoltaïques. Les pavés sontdirectement collés à la route déjà existante. Ils prennent le soleil toute la journée et produisent donc de l’électricité. On roulera ainsi sur une jolie route bleutée qui, espérons-le, ne sera pas trop glissante ! Et ne nécessitera pas trop de nettoyage… Si l’on en croit Philippe Raffin, à l’origine du projet chez Colas, ce dispositif pourrait aussi proposer des possibilités séduisantes pour les particuliers : en équipant de ces dalles magiques l’équivalent de deux places de parking, on pourrait assurer l’éclairage (mais pas le chauffage) d’un pavillon ! Et la couverture de toutes les autoroutes suffirait pour les besoins du pays ! Plus séduisant que l’EPR, non ?

 

 

patacul.jpgPatacu-au-roundeup ! Selon une étude menée par des scientifiques de l'université de La Plata, en Argentine, il y aurait de l'herbicide dans la plupart des tampons hygiénique que les femmes utilisent chaque mois ! Des pataculs au round-up ! Selon les chercheurs argentins la majorité (85%) des tampons et serviettes hygiéniques contiennent du glyphosate. Ce terme ne vous dit rien ? C'est pourtant le désherbant le plus utilisé au monde, commercialisé sous le nom de Roundup par le géant américain Monsanto. Problème, cet herbicide est classé comme cancérogène probable par l'OMS. Est-ce pour autant dangereux pour la santé ? Les muqueuses sont des voies de passages privilégiés pour les agents extérieurs nocifs. Tout au long de sa vie, une femme utilise des milliers de tampons, et 24h/24 pendant ses règles. La muqueuse du vagin, est comme la muqueuse de la bouche : elle favorise au plus haut point l'absorption des molécules qui s'y trouvent. Il existe d'ailleurs beaucoup de médicaments prescrits pour une résorption par voie muqueuse. Dans ces conditions d'un contact étroit 24h/24 pendant plusieurs jours, les risques d'intoxication avec ce Perturbateur Endocrinien sont importants. Et l'on sait que les femmes, les enfants et les fœtus sont hypersensibles aux PE. On comprend que les femmes aient quelques légitimes inquiétudes…

 

 

Euthanasie non-volontaire en Belgique ? Les médecins de soins intensifs réclament ce droit à tuer aussi pour des patients qui ne souffrent pas et ne l’ont pas demandée. Après l’autorisation de pratiquer l’euthanasie sur les enfants sans limite d’âge, voici que la Belgique s’apprête à franchir un pas de plus : l’ « euthanasie involontaire », sans le consentement du patient ! Mais, prétendent les pourvoyeurs de mort douce, cela ne doit pas être interprétée comme une tentative de tuer, mais comme un acte humain pour accompagner le patient en fin de vie. Ben voyons !  On a déjà le droit de mourir, mais en Belgique, bientôt on aura le « devoir de mourir » ! On comprend que les vieux tremblent lorsqu’on veut les envoyer à l’hosto ! La route de l’enfer est grand ouverte outre-quiévrain…

made in germany,oeil,photovoltaïque,euthanasie,tampons hygiéniques

 

Illustrations X - Droits réservés

 

 

28/10/2015

Haro sur la viande rouge et la charcuterie !

viande roti de boeuf.jpg

 

Poudre aux yeux pour planquer les méfaits des perturbateurs endocriniens et...le TAFTA. On nous gonfle les aliboffis avec la viande rouge et la bonne charcutaille cochonnière qui seraient cancérogènes, on nous bassine avec les dangers du diesel et...on passe sous silence un ennemi autrement plus dangereux, plus sournois, agissant en douce sur les générations à venir : les P.E. (les Perturbateurs endocriniens). Kézako ?

 

Les perturbateurs endocriniens, vous connaissez ? Non ? Mais si voyons. Ils sont partout. On les affuble de noms bizarres : parabènes, phtalates, bisphénol A, dioxines, etc. Les gens soucieux de la bonne qualité de la viande humaine gueulent et arrivent même en en freiner l'utilisation. Comme l'affaire des biberons au bisphénol A. Ces foutoirs chimiques sont partout dans les produits de tous les jours que fabrique la toute puissante industrie pétrochimique : dans les emballages des produits alimentaires de la grande distribution, dans les bouteilles en plastiques, dans les lingettes pour bébés, dans les produits cosmétiques (crèmes, parfums), dans les produits de nettoyages, dans les vernis et peintures. Bref, partout. C'est ainsi que l'air de l'intérieur de nos habitations est plus pollué que l'air du périphérique !

 

Bon, d'accord. Mais quel sont les effets de ces petites bêtes pas très sympathiques ? Ben, elle rousiguent notre système hormonal. Agissant à très petites doses, les P.E. altèrent nos fonctions essentielle comme la croissance, le développement, le comportement et l’humeur, la production, le sommeil, la circulation sanguine, la fonction sexuelle et reproductrice. Le constat le plus spectaculaire étant la baisse de fertilité dû à la mauvaise qualité du sperme. Le foutre ne vaut plus rien ! Les données sont connues, brutales : la qualité du sperme s’est effondrée de moitié en cinquante ans, ou encore le nombre de diabètes a doublé en vingt ans dans les pays riches, et certains cancers explosent. Les causes ? Variées sûrement. Il n’empêche, pour la communauté scientifique, il ne fait guère de doute que ces perturbateurs endocriniens (PE) jouent un rôle essentiel.

 

Mais alors, pourquoi on ne les interdit pas ces produits ? Parce qu'on ne touche pas facilement aux redoutables industries pétrochimique et pharmaceutique. La question est : ce produit est dangereux, mais si on le retire, quel sera l'impact économique de ce retrait ? Le pognon des multinationales passe avant la santé publique de la populace ! Les données scientifiques sont là, elles sont pourtant ignorées par les décideurs publics, comme si le doute devait systématiquement profiter aux intérêts de firmes commercialisant tel spray ou tel détergent de baignoire plutôt qu’à la santé des personnes.

 

Et que fait l'Europe à ce sujet ? Ben, rien bien sûr ! La Commission européenne est littéralement assiégé par les lobbies industriels. Et l'arrivée de Junker n'a rien arrangé, on s'en doute. Les industriels ont technicisé à outrance le débat, jusqu'à le rendre incompréhensible aux yeux des citoyens. Faites donc confiance « à ceux qui savent ». Ben voyons ! La bataille a été féroce à la Commission entre les Directions de l'Environnement et de la Santé cette dernière étant acquise aux thèses des industriels. Puis finalement, la Commission (de Barroso à l'époque, juin 2013) a tranchée : elle a décidé...de ne rien décider, en demandant une énième « étude d'impact »... Depuis, on attend toujours...

 

On attend quoi ? Ben, la signature du TAFTA bien sûr ! S'il est signé, les conséquences vont être dramatiques concernant – entre autres – les perturbateurs endocriniens :

  • Renforcement de la protection de la propriété intellectuelle, alors que celle-ci est déjà de plus en plus protégée depuis une vingtaine d’années, au profit des labos pharmaceutiques et au détriment des patients.

  • Fin de la transparence sur les essais cliniques, alors que celle-ci est essentielle pour espérer éviter de nouveaux scandales sanitaires à venir.

  • Absence de régulation sur les perturbateurs endocriniens quand ceux-ci ravagent déjà la santé des Européens et une libéralisation sans contrôle des OGM, comme cerise amère sur un gâteau déjà peu ragoutant.

 

C'était notre petite chronique sur les bienfaits du traité de libre-échange entre les États-Unis et l’Union européenne qu'on l'appelle TAFTA (TransAtlantic Free Trade Agreement) ou TTIP (TransAtlantic Trade on Investment Partnership), ce « machin » au service des multinationales, encensé par la Commission européenne, la droite ultralibérale et certains « socialistes », mais craint et rejeté par la majorité de la population européenne.

 Liens:

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1433273-tafta-tt...

http://www.liberation.fr/planete/2015/10/07/perturbateurs-endocriniens-comment-les-lobbys-ont-gagne_1399272

http://corporateeurope.org/sites/default/files/toxic_lobby_edc_1.pdf

 

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Intoxication-9782707186379.html

 

 

 


Photo X - Droits réservés

 

17/09/2015

Au bistro de la toile : virus géants.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Oh ! Loulle. T'as l'air passionné par ce que tu lis dans ton journal. Qu'est-ce que t'as trouvé d'intéressant ?

 

- ...teng, Victor ! Parait qu'une équipe de chercheur marseillais a trouvé en Sibérie des virus géants ! Tè, je te lis : « L'équipe de Jean-Michel Claverie et Chantal Abergel, de Marseille, sur le campus de Luminy, a découvert, dans le sol gelé en permanence - le pergélisol - de Sibérie, une quatrième sorte de virus géant, d'un genre jusqu'alors totalement inconnu. Un virus déniché dans un échantillon de sol gelé depuis 30.000 ans fourni par les collaborateurs russes de l'équipe française qui regroupe des scientifiques du Laboratoire Information génomique et structurale (CNRS/Aix-Marseille Université), du laboratoire Biologie à grande échelle (CEA/Inserm/Université Joseph Fourier) et du Génoscope d'Evry, le Centre national de séquençage. Le virus, inerte depuis 30.000 ans, a été réactivé par les chercheurs et s'est multiplié à sa manière habituelle, en parasitant une amibe. Ce nouveau venu de la famille des virus géants - géants car visibles à l'aide d'un simple microscope optique en raison d'une taille égale ou supérieure à 0,5 micron - porte désormais le nom de Mollivirus sibericum. Il prouve que les virus géants ne sont ni rares, ni uniformes. Ce virus a la forme d'une coque oblongue d'environ 0,6 micron de long et dispose d'un génome de 650.000 paires de base codant pour plus de 500 protéines. »

 

- Ouais. J'avais vu ça aussi. Cette équipe de l'université de Marseille-Lumigny est au sommet dans ces recherches. C'est déjà elle qui a découvert le premier virus géant en 2003, le « mimivirus ».

 

- Fatche ! Tu me fais rêver Victor. Le « mimivirus » ! Un virus qui te fait des mimis. Imagine un mimivirus femme, avec 650 paires de nichons !

 

- T'aurais pas assez de mains pour t'en occuper Loulle. Mais regarde ce que dis encore ton canard : « Cette analyse en profondeur a dévoilé les traits et la stratégie du virus. Elle montre que Mollivirus sibericum est proche par certaines caractéristiques de son génome des types de virus courants parmi les pathogènes humains comme les Adénovirus, les Papillomavirus, ou les Herpesvirus. De son côté, Pithovirus se multiplie dans le cytoplasme, à la façon des Poxvirus, famille à laquelle appartient le virus responsable de la variole, officiellement éradiqué ».

Là, ça devient moins marrant Loulle. Imagine le retour de la variole, avec en plus des virus géants... Le changement climatique peut nous réserver de drôles de retours de bâton...

Avec nos konneries de rejeter des palanquées de gaz de serre, le permafrost (la terre toujours gelée en profondeur) de Sibérie, du nord du Canada, de l'Arctique fond et risque de libérer des moulons de virus qui pioncent depuis des dizaines de milliers d'années et plus. Et ils ne seront pas tous gentils et excitant comme le mimivirus à 650 paires de nichons de tes rêves, Loulle. On risque de se retrouver confronté à des maladies inconnues, contre lesquelles nos organismes seraient désarmés, et qui risquent de nous nettoyer radicalement, comme la variole et la rougeoles apportées par les « conquérants » envahisseurs européens ont liquidé les millions d'Amérindiens il y a deux à trois siècles en Amérique.

 

- C'est aussi ce que pense Jean-Michel Claverie, le découvreur de ces étranges bestiaux. Je te lis : « la libération de plus en plus longue de la mer de Laptev et des autres mers arctiques de la glace de mer, rend accessible à l'exploitation industrielle des zones (notamment sur la cote nord du Chukotka). Cette exploitation notamment minière (pour l'or) va "exhumer" des millions de tonnes de ces couches profondes de tourbe gelée qui n'ont pas vu la lumière depuis 1 million d'années pour les plus profondes».

 

- C'est d'autant plus inquiétant que les quelques virus géants trouvés dans le sol sibérien, dès leur dégel, ont pu se développer et se multiplier sans problème dans des amibes.

 

- Il faudrait vraiment qu'on soit veinard si, parmi ces étranges bestiaux venus des tréfonds de l'histoire de la planète Terre, il ne n'en trouve pas quelques-uns qui refilent à l'Homme quelques chtouilles pas très agréables, voire mortelles...

 

- Ce serait en quelque sorte une régulation naturelle, une défense de la Terre contre ce drôle de poulet sans plumes ni poil qui ne pense qu'à baiser, à se reproduire, à s’entre-tuer et à saccager la Terre, appelé « l'humain »...

 

- Allez ! À la nôtre. C'est toujours ça que les vits russes n'auront pas !

 

Illustration : merci à Chimulus


 

03/09/2015

Au bistro de la Toile : encore une cagade pour l'EPR de Flamanville !

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- T'as vu Victor, encore une cagade pour l'EPR de Flamanville !

 

- Ouais. J'ai vu. « Un nouveau report de la mise en service de l'EPR de Flamanville et une réévaluation de son coût final ». Cette aberration - un réacteur d'une technique ancienne, dépassée mais gigantesque (1650 mégawatts), sacrifiant du fait de ce gigantisme la sûreté à la productivité – devait coûter 3 milliards d'euros, il devrait (??!!) finalement coûter 10,5 milliards. En plus, cette dangereuse merde, qui devait démarrer en 2012 sera (??!!) finalement mis en service en 2018.

 

- Et plus si affinité !

 

- L'idéal serait d'abandonner purement et simplement ce foutoir imposé par le redoutable autant qu'irresponsable lobby des nucléocrates. Ce chantier a multiplié les retards, les malfaçons, les pannes, les organes déficients. Béton plein de trous par manque de ciment, cuve pas assez résistante, etc., etc.. Ceci en partie à cause d'une cascade de sous-traitance qui fait que la compétence des acteurs réels du chantier n'est pas assurée. En 2011 déjà, l’ASN avait dénoncé « un manque de compétences, de formation à la culture de sûreté des intervenants » et des « lacunes d’EDF dans la surveillance des sous-traitants ». Le chantier emploie au maximum 4.000 personnes dont 3.200 salariés d’entreprises sous-traitantes d’EDF. 19 % de ces salariés sous-traitants sont employés par des entreprises étrangères, à plus de 80 % des Portugais. Quelques-uns y ont laissé leur peau... Rien n'est clair. Travail dissimulé, dissimulation d'accidents du travail, procès des sociétés Bouygues, Atlanco et Elco accusées d’avoir employé illégalement 460 ouvriers roumains et polonais, etc.

 

- Et en plus, voilà que la vieille centrale de Fessenheim, s'embronchant sur son déambulateur, tombe encore une fois en panne ! Le réacteur numéro un de la centrale s'est arrêté tout seul, sans cause définie. Un arrêt automatique. Encore heureux qu'il se soit arrêté ! Mais comme l'arrêt définitif de cette vieillerie est conditionnée – François dixit – à la mise en route de l'EPR de Flamanville, la vieille a encore un redoutable avenir...

 

- Ne serait-il pas temps d'arrêter les frais ? Et d'avoir le courage d'abandonner cette filière ? L’EPR est merdique. Sa construction foire aussi bien en Finlande qu’à Flamanville.

Où qu'on le construise, l'EPR sera dangereux. Il produit des déchets nucléaires qu'il faudra stocker durant des millions d'années. Pour chaque mégawatt d'électricité produite en un an, chaque centrale produit la radioactivité à vie courte et à vie longue d'une bombe d'Hiroshima. Deux EPR à 1600 MWe chacun produiront la radioactivité de 3200 bombes d'Hiroshima !

Partout où des hommes travaillent, les erreurs humaines sont possibles. L'EPR est gigantesque au lieu d'être sûr. L'organisation internationale des médecins pour la prévention d'une guerre atomique IPPNW dénonce la capacité de 1600 MW comme un abandon des normes de sécurité. C'est pour éviter une explosion des prix de l'électricité que EDF et Areva privilégient le gigantisme au détriment de la sécurité.

Les systèmes de sécurité passifs de l'EPR ne sont pas suffisants, armatures et pompes sont toujours entraînées par des moteurs qui peuvent s'arrêter à la moindre panne de courant. La seule innovation de l'EPR est le réservoir destiné, en cas d'accident majeur, à recevoir et refroidir le cœur en fusion. Pour ce faire, il faudrait d'une part que le bassin soit absolument sec, sans quoi les risques d'explosion de vapeur sont très élevés, et d'autre part, il faudrait recouvrir d'eau le cœur en fusion, ce qui provoquerait justement ces explosions de vapeur à éviter... De plus, à l’heure actuelle, aucun alliage ne résiste à un cœur en fusion. Cela n’existe pas !

Et pour l'EPR, des gens mourront dans les mines d'extraction, par les radiations proches des centrales, dans les usines de plutonium (dites de retraitement) et d'enrichissement d'uranium. Comme toute autre centrale nucléaire conventionnelle, l'EPR produira des rejets radioactifs lors de son fonctionnement dit « normal ». Destiné à l'exportation, l'EPR aggrave donc le risque que de nouveaux pays entrent en possession de la bombe atomique.

Le projet EPR a commencé bien avant les événements du 11 septembre 2001. L'EPR n'est pas prévu pour faire face à une éventuelle attaque terroriste. Une attaque terroriste ou un accident nucléaire majeur rendraient une grande partie de l'Europe inhabitable pour toujours. Un pays possédant des centrales nucléaires est à la merci de tous les chantages.

L'industrie nucléaire est tournée vers le passé alors qu'une vraie préparation de l'avenir exige le développement des alternatives.

Sais-tu aussi qu'une pénurie d'uranium dans moins de dix ans précédera le déclin de la production d'uranium qui interviendra vers 2025.

 

- Alors, si les réacteurs doivent être arrêtés par manque de combustible, pourquoi en construire de nouveaux ?

 

- Bonne question Loulle. Ne serait-il pas temps, au vu de ce fiasco, de remettre au pas le trop puissant lobby des nucléocrates et d'arrêter les frais en ayant le courage d'abandonner le chantier EPR pour mettre enfin le pognon et les compétences nécessaires dans la tant espérée arlésienne qu'est la « transition énergétique » ?

 

- Allez, à la nôtre tout de même !

 

 

EPR vieux dessin de Red.jpg



 

Illustrations : merci à Chimulus et à Red

 

 

01/09/2015

Monsanto vu par Noël Mamère et...en chanson !

monsanto pourvoyeur de mort.jpg

 

(…/...) « L’entreprise Monsanto, dénoncée il y a quelques années dans un documentaire et un livre de Marie-Monique Robin, Le monde selon Monsanto, est depuis des décennies responsable de scandales sanitaires à répétition ayant provoqué la mort de dizaines de milliers de personnes : PCB, agent orange, dioxine, OGM, aspartame, hormones de croissance, herbicides Lasso et Roundup...

 

Le producteur de saccharine est devenu un géant de la chimie puis s’est reconverti dans la biogénétique. Mais celui qui est devenu le premier semencier de la planète n’a jamais cessé de détourner à son profit les lois des Etats, en pratiquant la corruption à haute dose, avec tous les moyens qui accompagnent cette pratique mafieuse, sous couvert de lobbying.

 

Dès 1949, un accident survenu dans une usine de Monsanto, en Virginie, révèle que l’herbicide 2,4,5-T contient des niveaux élevés de dioxines, des substances hautement toxiques et cancérigènes, de composition assimilable à celle des polychlorobiphényles (PCB). La commercialisation de l’herbicide se poursuivra pourtant jusqu’à son interdiction dans les années 1970. En France, la fabrication et l’utilisation des PCB sont interdites seulement depuis 1987.

 

Entre 1961 et 1971, Monsanto produit l’agent orange, toujours constitué à partir de l’herbicide 2,4,5-T. Ce défoliant sera massivement déversé par l’aviation américaine au-dessus des forêts vietcongs pendant la guerre du Vietnam. Les conséquences se font encore sentir aujourd’hui, avec de nombreux cancers et des malformations de naissance au Vietnam, ainsi que des séquelles diverses chez nombre d’anciens combattants américains.

 

En 1975, l’entreprise lance le Roundup sur le marché, un herbicide très puissant, présenté comme "biodégradable" et "bon pour l’environnement". Roundup est aujourd’hui l’herbicide le plus vendu au monde. Plusieurs études concordantes affirment pourtant que le pesticide phare de Monsanto – et son principe actif, le glyphosate – est responsable de malformations fœtales.

 

Biopiraterie et brevetage du vivant

Entre 1995 et 1997, le soja génétiquement modifié, Roundup Ready, le colza Roundup Ready et le coton Roundup Ready, tous trois résistants à l’herbicide Roundup, reçoivent les autorisations de commercialisation.

 

Détentrice d’un brevet, aujourd’hui périmé, sur le glyphosate (commercialisé sous le nom de Roundup), l’entreprise décide de changer de stratégie et entreprend de breveter le vivant. En mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé classe le Roundup comme « probablement cancérogène ».

 

Monsanto produit actuellement 90 % des OGM de la planète. Au cours des années 2000, cet empoisonneur patenté ose assigner devant les tribunaux des centaines de paysans accusés d’avoir utilisé "frauduleusement" ses semences transgéniques brevetées, c’est-à-dire de les avoir replantées. Depuis, Monsanto s’est recyclé dans la biopiraterie en revendiquant des droits à la propriété intellectuelle sur des semences qu’elle vole aux paysans, comme en Inde.

 

Tafta : un blanc-seing à Monsanto

Demain, avec le TAFTA, le projet de grand traité transatlantique, des entreprises comme Monsanto pourraient attaquer devant des tribunaux d’arbitrage privés les moratoires des États opposés à la culture des OGM et réclamer des indemnités de plusieurs millions, puisées dans les deniers publics.

 

Peut-on accepter une telle mainmise des entreprises privées sur une diversité génétique qui appartient à toute l’humanité, qui est le fruit d’un savoir-faire millénaire et qui constitue la source de toute alimentation humaine ?

 

Peut-on admettre que dans de nombreux pays, particulièrement du Sud, les « lois semencières », dictées par les multinationales, menacent la souveraineté alimentaire et criminalisent, comme de vulgaires voleurs, les paysans et paysannes qui produisent et échangent des semences traditionnelles ?

 

La lutte contre Monsanto est un combat transnational qui concerne à la fois les paysans, les consommateurs, les citoyens. L’alimentation est notre bien commun. Nous ne pouvons la laisser aux mains de criminels en col blanc.

 

En 2002, durant la campagne présidentielle, j’avais demandé la création d’un tribunal international compétent pour juger des crimes contre l’environnement. Cette exigence est plus que jamais d’actualité… Et la première assignation serait adressée au PDG de Monsanto. »

 

 

Source : http://www.reporterre.net/Nom-Monsanto-Metier-empoisonneur

 

Illustration:merci à Tommy

 


 

Allez, savourez ce pastiche musical :

 

http://www.youtube.com/watch?v=kUNxxXBAAQU



 

 

31/08/2015

Des Machines et des Hommes. Les hommes sont devenus superflus. Pire, ils encombrent...

robot contre humain.jpg

 

 

Les Machines seraient-elles devenues les ennemis des Hommes ? Elles envahissent notre espace vital, se rendent indispensables. Et surtout rejettent l'Homme...

 

Au début, les machines ont envahi les campagnes et les paysans sont devenus ouvriers. Aujourd’hui, les machines chassent les hommes de l'industrie. Même les pays à bas salaires où les entrepreneurs délocalisent leurs industries connaîtront le même sort car les machines sont toujours plus puissantes, plus rapides, plus nombreuses et moins chères. De plus elles ne font jamais grève, ne paient aucune charge sociale et sont « licenciables » sans indemnités ! Même dans les services, les machines remplacent de plus en plus l'humain également (DAB, distributeurs de billets SNCF ou avion, autoroute, etc.) rejetant au chômage de très nombreux employés.

 

Aujourd'hui, l'alpha et l'oméga des « économistes distingués » - la très vénérée croissance économique - n'est plus synonyme de création d'emplois. Elle n'a plus besoin d'hommes supplémentaires puisque les gains de productivité obtenus par les machines et les ordinateurs suffisent.

 

Et pourtant... Depuis toujours, les hommes étaient une richesse : on faisait des guerres, des razzias pour s'emparer des hommes, les réduire en esclavage pour exploiter leur force de travail. De même l'immigration combinée à l'esclavage a créé et fait la richesse des États-Unis. Mais tout s'est inversé. Le fric et l'énergie dépensés pour acquérir des hommes servent maintenant à les repousser... Les seuls immigrés que l'on admet sont ceux qui acceptent un salaire inférieur au coût d'une machine ou ceux suffisamment qualifiés pour qu'une machine ne puisse pas encore les remplacer. Ce dernier critère est valable aussi, bien entendu, pour les autochtones. Et même ce dernier territoire se réduit comme peau de chagrin. Chaque matin, en arrivant au boulot, un technicien haut de gamme se demande si un robot, une machine, un logiciel plus performant que lui n'aura pas pris sa place...

 

Les politiques connaissent ces évidences, mais ils les taisent, se gargarisant des emplois créés dans quelques secteurs encore à l'abri de la machine pour mieux dissimuler tous ceux qui disparaissent. Puis on arrange les statistiques, on alloue quelques poignées de figues aux plus démunis de façon à préserver la paix sociale. On organise des formations qui apportent aux « superflus » des compétences déjà dépassées sitôt acquises par l'évolution des machines. Mensonges et fausses promesses s'efforcent de camoufler leur impuissance pour ne pas désespérer le peuple. Un peuple assisté est un peuple docile...

 

Et les humains reculent toujours plus devant l'inexorable montée des machines intelligentes, des robots, des logiciels. Pour garder leurs revenus, ils s'évertuent à « travailler plus pour gagner plus », mais pour garder leur emploi, ils acceptent de gagner moins...

 

Pourtant, pendant longtemps, les progrès du machiniste entraînaient la suppression des tâches pénibles, la diminution du temps de travail, un enrichissement de tous, tant du patron que des ouvriers, une amélioration continue des conditions de travail et du confort de vie. C'était un modèle vertueux. Qui a disparu... A présent, les machines poussent toujours plus les hommes dehors et laissent les autres, ceux qui ont la « chance » d'avoir encore un job, travailler comme avant. Et certains politiques – Macron par exemple – ont l'impudence de faire encore l'apologie du « travailler plus » ! Il reste du travail, mais plus assez pour tous si on ne le partage pas car on est loin d'en créer autant qu'il n'en disparaît. La redistribution des richesses à travers le salaire est dépassée.

 

A qui profite ce surplus de productivité fourni par les machines, les robots, les logiciels intelligents ? Uniquement aux propriétaires des machines. Les « patrons » version économie financiarisée ont abandonné toute pudeur : le PDG d'Alcatel-Lucent ne part-il pas à la retraite avec 14 millions d'euros en récompense de son principal fait d'armes : avoir lourdé des milliers de salariés ! Mais le capitalisme, dans sa bêtise congénitale, coupe la branche sur laquelle il se vautre : au lieu de distribuer plus de salaires pour donner du pouvoir d'achat aux consommateurs, il utilise toutes les ficelles, toutes les magouilles (travailleurs détachés, délocalisation, etc.) pour payer moins. Avec ce résultat : plus les machines sont nombreuses et efficaces, moins il y a d'hommes susceptibles d'acheter leurs produits ! C'est du Ford à « K Pî près » comme disent les matheux, à l'envers.

 

Et le capitalisme est tellement stupide que le chef d'entreprise qui serait conscient de ce paradoxe et voudrait en conséquence augmenter les salaires de ses collaborateurs serait rapidement sorti du circuit par la sacro sainte « concurrence libre et non faussée ». Ses clients iraient acheter ailleurs les produits moins chers. Et même ses salariés achèteraient les produits meilleur marché de la concurrence ! C'est un cercle vicieux.

 

Chaque pays fait ce qu'il peut pour contenir son chômage, et les entreprises sont contraintes soit de licencier, soit de produire plus. Mais comme les nationaux n'ont plus assez de fric pour acheter ces produits, l'entreprise est contrainte d'exporter. Exporter ! Le mot magique. Mais à l'échelle de la planète, il n'y a pas d'exportation. Les Martiens ne sont pas encore des clients solvables... L'appareil productif capitaliste pousse toujours plus la production, mais parallèlement il appauvrit voire laisse dans le dénuement les clients potentiels de ses produits, réduisant d'autant ses débouchés ! Toujours cette vision à court terme de la mondialisation financière. Ainsi de plus de plus de richesses profitent à toujours moins de personnes. Creusant ainsi le fossé des inégalités avec les risques de troubles sociaux qui en découleront fatalement...

 

Si les gains de productivité réalisés grâce aux machines, aux robots, aux logiciels servaient à tous plutôt qu'à enrichir toujours plus quelques-uns, la surproduction cesserait, la société s'apaiserait et le saccage de la planète ralentirait.

 

Comment récupérer le bénéfice de ces gains de productivité ? La réponse est pourtant simple : taxer les machines au niveau de ce qu'auraient coûté les charges sociales des salariés qu'elles remplacent. Et redistribuer cet argent aux salariés, aux retraités, à toute la population en fonction de critères de moyens et de besoins à définir.

 

Ça a un nom ça : c'est le revenu universel !

 

 

Lecture utile sur ce sujet: "Proteus" de Louis Raffin

 

 

 

 

 

 

25/08/2015

Réchauffement climatique : Ah, la vache !

pets de vaches par Topi.jpg

 

Explosifs ! Qui ? Quoi ? Ben, les pets de vaches. Ça s'est passé en Allemagne où le méthane contenu dans les pets d'une centaine de vaches confinées dans une étable teutonne a explosé, blessant quelques bovidés et foutant le feu au toit de l'étable ! Les pets se seraient enflammés suite à une décharge électrostatique.

 

Eh oui. Les pets, ça brûle ! Qui, dans quelques délires de jeunesse n'a pas fait brûler ses pets ? Le jet léger prend des couleurs allant du jaune souffre au bleu sainte-vierge selon le repas de la veille... Délicat. Mais gare aux poils du cul !

 

Trêve de gaillardises. Tous les bestiaux produisent du méthane lorsqu'elles flatulent. Et les ruminants (bovins, ovins, caprins) balancent beaucoup plus de ce gaz que les monogastriques (porc et volaille). Les vaches laitières évacuent quotidiennement autour de 500 grammes de méthane. Multiplié par les centaines de millions de ses bestiaux, ça en fait du gaz à effet de serre ! Selon la FAO, les bovidés confinés dans des élevages produisent 44% des émissions mondiales de méthane ! Plus que l'industrie. Plus que les transports.

 

Un espoir pour le cul musical de nos amies les vaches : des chercheurs d'une université étazunienne ont découvert qu'un complément alimentaire, le 3-nitrooxypropano (3-NOP) bloque l'enzyme responsable de la formation de méthane dans la panse des bovins. Sans pour autant affecter la digestion des bestiaux ni nuire à leur production de lait.

 

Si cet inhibiteur de méthane est agréé par les autorités compétentes, cela pourrait avoir un impact important sur les émissions de gaz à effet de serre car les gaz émis par les vaches pourraient être réduits de 30 %. En voilà une nouvelle qu'elle est bonne !

 

Faudra peut-être que j'en donne à ma femme...

 

Illustration X - Droits réservés

16/08/2015

OGM. Le guide des produits plus ou moins mangeables

non ogm logo.jpg

 

 

 

Pour y voir plus clair avec ce qu’on achète, et notamment les produits avec ou sans OGM, voici un guide clair et bien documenté – élaboré par Greenpeace – des produits et des marques que l’on peut manger, de ce dont on doit se méfier, de ce qu’on peut rejeter.

 

La colonne verte liste les produits SANS OGM, la liste orange liste les produits contenant peu d’OGM, quant à la liste rouge, la plus fournie - hum ! - elle vous prépare de belles scrofules cancéreuses bien sournoises !

 

Eh ! On a encore le choix de ce qu’on achète avec notre pognon. Encore faut-il avoir l’information sur ce qu’on met dans notre assiette, et laisser de côté tout ce qui est trop dégueulasse. Ce guide fort pratique nous ouvre les yeux.

 

Lorsque les marchands de merde verront baisser leurs ventes, ils changeront leur façon de faire. Le consommateur n’utilise pas assez sa puissance : c’est lui qui sort son portefeuille !

 

A imprimer ou mettre dans son i-phone avant d’aller faire ses courses !

 

http://guide-ogm.greenpeace.fr/guide

 

Illustration X – Droits réservés

 

 

14/08/2015

J'ai les crocs qui demandent le divorce.

dentiste.jpg

 

Eh ouais... j'ai une ratiche qui demande la séparation de corps... Pourtant, depuis qu'on vit ensemble. Elle ne veut plus de moi et me le fait savoir la salope. Seulement voilà, l'été, je vis dans la cambrousse, au fin fond de la Lozère, département splendide s'il en est. Mais allez trouver un arracheur de dents le ouiquinde du 15 août !

 

Nous touchons du doigt le problème des « déserts médicaux ». Au village le plus proche, la mairie met gracieusement à disposition du médecin volontaire un local clair, vaste, bien situé. Il est venu deux « toubibes » roumaines. Un petit tour et puis s'en vont.. Actuellement, après un an sans praticien, nous avons « touché » un toubib espagnol. Il est bon, sympa et compétent. Pour combien de temps tiendra-t-il ? Il y avait aussi, au début, un dentiste dans le même bâtiment communal, mais il a foutu le camp et il faut faire 50 bornes aller-retour pour espérer en trouver un.

 

La médecine est organisée de façon paradoxale : fonctionnement totalement libéral mais avec un financement public. Résultats : l’offre de soins se dégrade inexorablement en quantité. Deux généralistes s'installent quand vingt-cinq partent à la retraite. Certaines régions ont vu la moitié de leurs cabinets fermer. Dans dix ans, il y aura moins de 23.000 généralistes en cabinet contre 56.000 aujourd’hui. Les jeunes étudiants délaissent la spécialité « généraliste » pour d'autres plus glorieuses, plus rémunératrices.

 

Sont-ils réellement à plaindre, ces enfants gâtés de notre société ? La collectivité – donc nos sous - paie leurs longues études. Ne serait-il pas normal qu'en retour les toubibs acceptent au moins pour quelques années de s'installer là où leur présence serait la plus nécessaire ? Mais il est plus « sexy », plus confortable, plus rémunérateur de s'installer à Paris, Nice, Aix ou Avignon plutôt que dans le Nord, la Creuse ou la Lozère...

 

Pourtant, lorsqu'on aura le temps, on les plaindra : ils touchent 23 euros et réclament 25 euros par consultation. À raison de 12 à 15 minutes en moyenne, cela fait autour de 100 euros de l'heure, soit de 500 à 800 euros par jour de travail. Á rapprocher des - environ - 1000 euros net par mois du smicard et des 1500 euros par mois d'un enseignant débutant. Et vive le trou de la Sécu : 20 milliards environ, soit le prix d'un tunnel sous la Manche chaque année.

 

Ils obtiennent tout ce qu'ils veulent les toubibs parce qu'ils sont en position de force. Parce qu'ils sont nombreux sur les bancs du Sénat et de la Chambre des députés ; parce que le numerus clausus imbécile organise la pénurie.

 

Bon. Le mieux pour nous, cambrousards, c'est encore de manger bon, boire dru, brosser madame, respirer un air pur et encore gratuit en écoutant les petits oiseaux... Et avoir des crocs plus solides que les miens !

 

Porco dio...

 

Photo X - Droits réservés

 

21/07/2015

Saint-Martin-de-Crau : des munitions en libre service ?

 

têtes de mort.jpg

 

 

On se souvient de l'émoi légitime soulevé par le vol de munitions sur un site militaire, il y a quelques semaines, à Miramas. Protection dérisoire, danger énorme. Irresponsabilité coupable.

Une mienne connaissance de la blogosphère, fort active et impliquée, m’a fait connaître les faits suivants :

 

« Dans la nuit du 06 au 07 juillet 2015, un véritable arsenal de guerre composé de grenades, de détonateurs et de pains de plastic étaient dérobés sur le site militaire de Miramas. Le Ministère de la Défense s'en est ému en demandant sous quinzaine une évaluation de la protection des sites militaires de stockage de munitions. Mais la question des sites privés, comme celui de la Carougnade, à Saint-Martin-de-Crau ne semble perturber personne. (dans les Bouches-du-Rhône, près d’Arles – NDLR)

 

Le site en question, qui appartenait à la Société Industrielle de Munitions et Travaux (SIMT) est à l'abandon depuis des années. Il servait à retraiter des armes et munitions de l'armée française. Confrontée à des problèmes financiers, la SIMT avait fait le choix d’enfouir plusieurs tonnes d’explosifs plutôt que de les traiter, réalisant ainsi des plus values  juteuses.

 

Depuis juillet 2013, nous dénonçons cette situation (cf article en bas de page). Mais depuis, rien n'a bougé !

 

Deux questions fondamentales restent toujours en suspend :

 

·         quel est l'impact des déchets et munitions enfouis au niveau de la pollution de la nappe

 

·         quels sont les risques encourus par les personnes qui habitent à proximité mais aussi par les Saint-Martinois quand on sait que des obus sont entreposés au dessus d'un pipe-line ?

 

Au regard de l'actualité survenue à Miramas, à ces questions, il faut rajouter celle légitime qui consiste à se demander si le site ne risque pas de devenir un "libre service militaire" avec toutes les conséquences que cela pourrait avoir.

 

Nous demandons donc au maire de Saint-Martin-de-Crau, au Préfet et au sous-Préfet d'apporter toutes les réponses nécessaires avant que ce dossier ne fasse l'objet du prochain scandale local. »

 

On peut trouver tout le dossier ici : http://www.agirpourlacrau.fr/parcs-photovoltaiques/le-dossier-explosif-de-saint-martin-de-crau

 

 

SIMT.jpg

 Une pancarte rouillée "Défense d'entrer - Danger de mort" et un vague grillage...

 

 

 Illustrations X - Droits réservés

 

16/07/2015

J'ai les boules : ce Tour m'emmerde...

coureurs cyclistes qui pissent.jpg

 

Eh oui. On en est à mi-tour et on s'emmerde... Sauf si on regarde surtout le fantastique survol de cette France si belle, si variée. Fotorino plus intéressant que les deux charlots duettistes. Mais tout de même, il faut une course !

 

Or cette course n'est plus qu'un prétexte : le Tour c'est avant tout des paysages somptueux, filmés avec des débauches de moyens, qui nous découvrir des lieux discrets, retrouver des stars du paysage français comme le Mont-St-Michel, les grandes cathédrales, les châteaux chargés d'histoire, s'extasier devant la beauté intimidante des grandes montagnes, lieux mystérieux entre tous, où se forgent les légendes. Le Tour, c'est aussi et surtout une grande caravane publicitaire, un outil gigantesque de bourrage crâne commercial camouflé derrière un raout folklorique et festif. Pourquoi pas ? Mais le sport la-dedans ?

 

Il se résume à une confrontation plus ou moins virulente entre quelques équipes qui sont des machines de guerre au seul service du lideur, du chef. Il y a celles qui jouent en première division, les Sky de Froome, les Astana de Nibali, la Tinkoff de Contador et. Puis il y a les autres...

 

Les Sky, c'est l'équivalent en budget (20 millions) de celui de l'Agence mondiale antidopage (AMA) ! Astana, c'est 15 millions et l'appui d'un pays à la morale « pittoresque », le Kazakhstan dont la capitale se nomme...Astana ! Quant à Tinkoff, elle appartient à un bankster milliardaire russe...

 

Ces équipes sont là pour gagner, pas pour soulever l’enthousiasme, encore moins pour faire rêver. Le Tour, pour eux, c'est du business. Il faut gagner, et tous les moyens sont bons.

 

Les moyens organisationnels : embaucher les meilleurs coureurs qui doivent dès lors, moyennant des salaires conséquents, renoncer à toute ambition sportive individuelle pour se mettre au service exclusif de leur lideur. Ces machines à rouler tuent la course en neutralisant toute tentative de bagarre. Et on s'emmerde...

 

Les moyens physiologiques : on se demande pourquoi ces gaillards sportifs jeunes, en pleine forme, ont besoin d'être suivis par des escouades de « médecins »... Le soupçon (??!!) de dopage est toujours là. Comme dans tous les sports professionnels d'ailleurs, football, tennis, rugby, athlétisme et autres. Pourquoi les autobus des grosses équipes sont-ils protégés par des vitres fumées et fermés comme des coffre-forts ? Les voleurs ayant toujours une longueur d'avance sur les gendarmes, beaucoup de traitement sont indétectables. Les « médecins » sont là pour faire en sorte que les coureurs « traités » respectent les périodes d'incubation, que les « traitements » se fassent dans des périodes précises avant les courses. Pas vu, pas pris. Et seuls les crétins se font prendre, comme l'autre, défoncé à la coco... Et pas question de balancer ! Sinon les lendemains seront durs pour la balance. Pareil pour les anciens champions s'ils ne veulent pas être éjectés du milieu qui est toute leur vie... Quant aux médias, les journalistes « sportifs » restent désespérément discret à ce sujet...

 

Les moyens techniques : Froome, dans la montée vers la Pierre-Saint-Martin, a démarré comme s'il avait une mobylette ! Comme il l'avait fait au Ventoux en 2013. Ça donne à réfléchir. Les vélos peuvent être changés sans contrôle en cours de course. Ils sont rarement vérifiés à l'arrivée où, dans la cohue, il est très facile de remplacer un vélo « motorisé » par un vélo « propre...

 

Le pire, c'est que le public semble s'en foutre : « ils n'ont qu'à autoriser le dopage, ils seront tout chargés, et ça reviendra au même » entend-t-on dire... Bonjour l'exemple pour les jeunes !

 

Est-ce vraiment nouveau ? C'était mieux avant ? Plus propre ? Ça faisait rêver ? Le rêve n'a plus de raison d'être dans le monde du fric-roi. Et puis soyons honnêtes : où sont les champions, les « campionissimo » d'avant ? La plupart sont...morts, jeunes ! Bobet : mort. Coppi : mort. Koblet : mort. Anquetil : mort. Fignon : mort. Etc. Restent tout de même Poulidor, Thevenet et Mercx. Il faut croire qu'ils sont plus solides que les autres...

 

"Bon, Victor, t'as fini de baver, oui ? Allume ta télé : c'est l'étape du plateau de Beille."

 

C'est l'étape de l'Ariège ! Un pays cher à mon cœur, où j'ai été bûcheron dans une autre vie... Mon pote , Béguery, un colosse basque, sera devant chez lui, juste au pied de la terrible ascension vers Beille ! Je ne veux pas le manquer.

 

A ciao !

 

 

Photo X - Droits réservés

 

15/07/2015

CANICULE : VERS LA CLIMATISATION DES AISSELLES

mexicain.jpg

 

 

 

Chercheur au CIPC de Cros (Saint-Sylvestre, Ardèche), René-Louis Thomas, déconologue émérite, anime l’équipe qui met la dernière main au prototype de climatiseur à aisselles, rendu possible par l’extrême miniaturisation des composants et les progrès de la micro-électronique.

 

« Coiffant » un chapeau de soleil spécifique, très léger, des cellules photovoltaïques de dernière génération fournissent l’énergie nécessaire pour alimenter une minuscule pompe à chaleur inversible, une soufflante pas plus grosse qu’un dé à coudre et une régulation électronique relativement simple.

 

Complètement invisible, ce dispositif peut être connecté à deux conduits souples, transparents ou couleur chair, raccordés aux diffuseurs ergonomiques souples (moulés dans un matériau hypo-anallergique) placés sous les aisselles.

 

Le monde agricole, le secteur du BTP, l’armée…et les simples randonneurs sont intéressés par cette invention qui apporte un confort et une sensation de bien être spectaculaires. Il est évidemment possible de clipser des prolongateurs vers les chaussures ou vers le bas du dos et le scrotum, zones particulièrement sensibles aux effets de la canicule.

 

Chacun sait que l’échauffement des pieds et la macération qui en résulte provoquent des mycoses et il est, par ailleurs, scientifiquement démontré que l’échauffement prolongé des gonades réduit considérablement la fertilité masculine.

 

Qui a dit que les chercheurs français n'étaient pas des trouveurs ?

 

 

Contact presse :Laboratoire d’essais Véga du CIPC – CROS - 07440 SAINT-SYLVESTRE - tomaplats07@orange.fr

 

 Photo X - Droits réservés

 

10/07/2015

Coup de force: l’autorisation de la poubelle nucléaire de Bure cachée dans la Loi Macron !

bure dessin.jpg

 

Ce gouvernement est sans vergogne : il vient de glisser sournoisement, dans la très droitière Loi Macron, un amendement présenté avec l’assentiment de l’Élysée et défendu à l’Assemblée par le ci-devant Brottes François, président PS de la commission spéciale, reprenant mot pour mot l’amendement du ci-devant Longuet, parlementaire de droite ayant parfois affaire à la justice. Objet de cet amendement : ouvrir la voie au projet « Cigeo », présenté par l’ANDRA (agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) d’enfouissement en sous-sol des déchets radioactifs sur le site de Bure, en Lorraine. Cette disposition avait déjà été glissée en décembre 2014, toujours à la sournoise, dans le projet de loi « pour la croissance et l’activité », mais retiré in extremis devant la levée de bouclier des Verts et des associations de lutte contre les projets nuisibles et récurrents des nucléocrates. Eh bien cet amendement a été adopté, comme toute la Loi Macron, avec ce déni de démocratie qu’est le « 49/3 », procédure totalitaire permettant à l’exécutif de s’assoir allègrement sur le législatif !

On va donc pouvoir enfin mettre en route ce camouflage des raclures de l’industrie nucléaire, déchets hautement dangereux, et pour des milliers d’années…

Rappelons ce qu’est ce « centre de stockage géologique des déchets radioactifs » à Bure. Il s’agit de créer un centre de stockage des déchets atomiques résultant de l’activité des centrales électronucléaires. Pour ce faire, l’ANDRA (l’organisme en charge de cette réalisation) doit creuser dans le sous-sol argileux de Bure (petite localité de Lorraine) des puits d’accès, des galeries de circulation et des loges où seront entreposés pour des millénaires et des millénaires des conteneurs d’acier emplis des déchets nucléaires vitrifiés. Á charge pour l’Andra de faire en sorte que ce stockage soit réversible, c’est-à-dire que – si l’avancement de la science le permet dans l’avenir – ces colis soient récupérables ! Ce qui n’est pas évident comme l’a montré un incendie dans une installation similaire aux Etats-Unis…

Ce pilote industriel devrait permettre de tester sur le terrain, en vrai situation, l’ensemble des équipements, avec de faux colis d’abord puis avec de vrais colis radioactifs représentatifs de tout ce qui devra être stocké. Ces tests devront prouver la réversibilité du procédé en montrant que tous ces colis sont récupérables durant une centaine d’année ainsi que la qualité et la durée du scellement des alvéoles de stockage. L'Andra prévoit un démarrage lent, puis une montée en cadence jusqu'au 3.000 colis par an, la vitesse de croisière visée.

Suite aux luttes des opposants au projet, celui-ci a subi quelques évolutions :

- l’acheminement des colis se fera uniquement par voie ferrée (avec création d’une voie finale spécifique) ;

- le creusement des galeries se fera grâce à un tunnelier (technique éprouvée et meilleure maitrise des coûts) ;

- les alvéoles de stockage des colis radioactifs vitrifiés pourront atteindre cent mètres ;

- la descente de ces colis se fera par un système de funiculaire de façon à ce que les moteurs soient en surface donc toujours accessibles.

Ces évolutions sont positives, mais qu’en est-il de la mémoire à très long terme de ces sites ? Et que penser de la sureté du site à long terme, qui dépend uniquement des propriétés géologiques de la couche d’argile à 500 mètres de fond ? Ça, ce n’est pas le souci des nucléocrates… Les générations futures n’auront qu’à se démerder avec !

Au-delà des dangers de ce stockage, il convient de s’interroger sur la manière de faire passer cette décision engageant les générations à venir : en toute mauvaise foi, sournoisement, en glissant ce « cavalier » (disposition qui n’a rien à voir avec l’objectif de base du projet de loi, et donc inconstitutionnelle).

Dès lors, comment accorder quelque confiance que ce soit à un gouvernement qui non seulement renie avec une remarquable constance ses promesses électorales et donc trahit ses électeurs (dont je fus…), mais qui utilise des dispositifs autoritaires antidémocratiques (le recours au « 49/3) ?

Vivement un Syriza ou un Podemos français ! On peut toujours rêver…

 

Illustration X - Droits réservés

 

16/06/2015

Guerre contre Monsanto. Des nouvelles du front.

monsanto monsatan.jpg

 

Camouflage. Monsanto travaille sur un accord de fusion avec son concurrent suisse Syngenta. Dans ce cadre, l'entreprise la plus détestée au monde tente de tromper le public en changeant le nom de la nouvelle entité provenant de la fusion de ces deux gros fabricants de poisons mondiaux. Monsanto veut ainsi échapper à sa triste histoire en abandonnant son nom synonyme dans l'esprit de beaucoup d'empoisonnement, de manipulation du vivant, de spoliation par les brevets, de ruine des petits paysans par les OGM.

Si cette fusion Monsanto Syngenta arrive à son terme, cela multipliera les préoccupations environnementales et de santé, mais aussi celles concernant le contrôle de l'agriculture et de main mise sur le système alimentaire mondial.

 

* * * *

 

Victoire judiciaire conre Monsanto. Le 20 mai 2014, 66 % des électeurs du comté de Jackson (Etats-Unis) ont voté pour interdire la culture des plantes OGM dans ce comté. Soutenu par 150 exploitations familiales et des centaines d'entreprises locales. C'est une association de lutte contre les OGM, « The Center for Food Safety » qui a porté plainte contre le préjudice subi par les agriculteurs cultivant sans OGM par le voisinage de cultures OGM qui contaminent leurs productions. La victoire en justice a été acquise, malgré un million de dollar dépensés par Monsanto et d'autres sociétés de produits chimiques. Selon l'ordonnance de justice, les agriculteurs qui ont déjà des cultures génétiquement modifiées peuvent récolter cette année, mais doivent retirer les cultures OGM dans les 12 mois. Ils réclament néanmoins d'énormes compensations financières...

 

* * * *

 

Le glyphosate interdit au Sri Lanka. Le président nouvellement élu du Sri Lanka (ex Ceylan), Maithripala Sirisena, a annoncé que l'importation du plus utilisé des herbicide, à base de glyphosate, sera interdite avec effet immédiat. Le nouveau président, agriculteur et ancien ministre de la santé, soucieux de protéger la communauté agricole du Sri Lanka, a déclaré que le glyphosate est responsable de l'augmentation du nombre de maladies rénales chroniques parmi les agriculteurs. Dans ce pays, ces seules maladies rénales chroniques affligent 15 % des personnes en âge de travailler dans la partie nord du pays. 400.000 paysans sont atteints et le nombre de mort est estimé à 20.000.

Suite au dernier rapport de l'OMS sur le glyphosate, SRI Lanka est le deuxième pays à interdire totalement la vente d'herbicides à base de glyphosate, après le Salvador qui a pris cette décision dès 2013 pour les mêmes raisons. Les Bermudes ont également institués une interdiction temporaire sur les importations de ce produit.

 

* * * *

 

En France. Le glyphosate, l'herbicide le plus utilisé en France, ne sera pas interdit malgré son classement comme "probablement cancérigène", a annoncé Stéphane Le Foll... Le glyphosate, présent notamment dans le Roundup (Monsanto), et les insecticides malathion et diazinon ont été classés en mars cancérogènes "probables chez l'homme", même si les "preuves sont limitées", selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

L'association de consommateurs CLCV a interpellé les agences sanitaires françaises et européennes et le ministre de l'Agriculture concernant le glyphosate, demandant notamment qu'il ne soit plus vendu en libre service aux jardiniers amateurs. Le RoundUp est pourtant encore largement présent dans toutes les jardineries et les grandes surfaces... France, Sri Lanka, ce n'est manifestement pas le même combat. Les lobbies seraient-ils passés par là ?!

 

Photo X - Droits réservés

 

15/06/2015

Puçage RFID humain désormais en France. La démocratie est mal barrée...

RFID implantation.jpg

 

Il y a quelques semaines, quelques rares médias et surtout la blogosphère ont bruissé autour de cette nouvelle : une entreprise suédoise rendait obligatoire pour ses salariés l'implantation d'une puce RFID dans la main. Pour quels avantages accepter une telle sujétion ? Ouvrir quelques portes sans sortir son badge, payer le café à la cafétéria de la boite, se servir de la photocopieuse et quelques autres konneries de ce calibre. Et c'est pour ça que ces salariés acceptent cette servitude volontaire ? Aux fous ! Avec cette puce – qui permet la géolocalisation par satellites de l'individu porteur, qui intègre des tas de données personnelles, d'identité, d'adresse, de santé, de coordonnées bancaires, de cartes de crédit, etc. - le bétail humain devient aussi traçable que les vaches...

 

Eh bien ça y est : ces horreurs – qui illustrent l'effarante propension de l'humanité à accepter la servitude volontaire – sont maintenant en France. Depuis ce dernier ouiquinde, le 13 juin au Festival Futur en Seine, sur le plateau de La Gaité lyrique à Paris. Sans trop y réfléchir, des gars et des filles, au bon sens aveuglé par le « progrès branché », rêvant de « l'Homme Augmenté », ont payé 200 euros pour se faire planter dans la viande, entre le pouce et l'index ou sur le dos de la main, une puce électronique, la même qu'on implante aux vaches. Avantages : cette puce peut permettre d'ouvrir leur porte, leur box de parking, d'entrer dans leur salle de sport, d'entrer et de payer leur consommation dans leur discothèque et autres broutilles comme déverrouiller leur ordinateur ou leur smartphone...

 

Bien sûr, les promoteurs de ce puçage insistent sur le fait qu'il s'agit d'améliorer les capacités des êtres humains par la biotechnologie, de nous rendre plus efficace, d'optimiser notre intégration dans notre environnement urbain et professionnels, bref, de nous rendre plus « efficient ». Il s’agit aussi de préparer l’opinion publique à ce qui sera demain la norme quand les pouvoirs publics rendront le puçage obligatoire. Les imbéciles heureux volontaires de ce marquage électronique dernier cri sont en réalité les cobayes d’un projet d’envergure qui vise ni plus ni moins qu’à rendre l’individu totalement transparent et à le livrer pieds et poings liés aux dispositifs de surveillance et de contrôle.

 

La finalité, c'est de laisser aux individus le moins de liberté possible. En connaissant tout d'eux, identité, coordonnées bancaires, santé, cercle d'amis, photos, etc. Pour cela, la konnerie humaine étant la seule approche que l'on puisse avoir de l'infini, les « fliqués » étalent eux-même à la vue des « fliqueurs » toute leur intimité dans les réseaux dits sociaux qui ne sont que des outils d'espionnage acceptés par ceux qui s'y vautrent avec une naïveté effarante.

 

La technologie RFID (Radio Frequency Identification) permet d’identifier un objet ou un être vivant, d’en connaître les caractéristiques et d’en suivre le cheminement, le tout à distance et sans contact, grâce à une étiquette émettant des ondes radio, attachée ou incorporée à l’objet. Les informations sont stockées sur le produit où l’étiquette est collée ou implantée, et transmises au lecteur RFID par ondes radio. La RFID est utilisée pour la traçabilité de certains produits ou objets, l’identification des animaux d’élevage (remplaçant le tatouage) ou des individus (par stockage des données biométriques dans les badges électroniques, passeports, cartes d’identité ou d’assurance maladie, titres de transport ou permis de conduire). Sans compter que le piratage est toujours possible : ces ondes étant rarement cryptées, il est très facile de les intercepter et même de les copier sur un autre support, et ainsi d’usurper l’identité d’autrui. Et rien n’interdit d’y placer des “cookies”, comme ceux qu’envoient les sites web, afin de suivre à la trace le trajet des objets ou des personnes ainsi identifiés. Le risque de traçabilité des individus et le faible niveau de protection de leurs données personnelles ont suscité l’inquiétude de la CNIL. Ceci sans parler des risques de cancers induits par les ondes émises par ces engins... Un prochain scandale sanitaire ?

 

Mais le danger principal est surtout d’offrir aux récents projets de surveillance généralisée des populations (voir Loi sur le renseignement, pire que le Patriot Act yankee) un outil parfaitement adapté et efficient. Implanté dans le corps de l’individu, la RFID devient l’instrument de contrôle social sans doute le plus redoutable jamais conçu. Le stockage quasi-illimité des données personnelles permet de l’identifier à distance, de savoir (presque) tout de lui et de le suivre dans tous ses déplacements.

 

Depuis une quinzaine d'années, des lois en cascades réduisent les libertés publiques, sous prétexte de « lutter contre le terrorisme ». La RFID, comme les autres outils technologiques de surveillance et de contrôle alimentant le renseignement préventif, sert le projet totalitaire d’une société d’individus dans laquelle toute notion de vie privée a été abolie et placée sous la domination totale et permanente de l’appareil d’État.

 

Elle est mal barrée la démocratie...

 

Sources :

lien 1

lien 2

 

Photo X - Droits réservés