Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/03/2016

L’agneau pascal en cuisson douce

gigot agneau.jpeg

 

 

Moi qui suis un athée très anticlérical

Lorsque vient le printemps, j’aime l’agneau pascal.

J’aime sa chair gorgée de toutes les fragrances

Qu’exhalent les collines entre Rhône et Durance,

J’aime le jus coulant de cette peau dorée

Fleurant l’ail et le thym. J’aime le dévorer,

Oui mais avant cela, encor faut-il le cuire

Comme on fait en Provence. Je m’en vais vous le dire.

Prenez donc un gigot d’agneau de Sisteron

D’environ deux kilos, au cuissot doux et rond.

Coupez six gousses d’ail dégermées en lamelles,

Glissez-les sous la peau avec votre Opinel ;

Dans un hecto de beurre fondu demi sel

Vous mélanger cumin, thym, poivre, pas de sel ;

Enduisez le gigot avec cette pommade,

Et laissez reposer dans cette marinade

Trois heures de pendule ; mieux : la nuit au frigo,

Pour que tous ces parfums pénètrent le gigot.

Placé votre appareil dans un plat bien beurré

Dans votre four réglé sur cent-trente degrés.

Laissez cuire deux heures en le tournant souvent

Il va se colorer et cuire doucement,

Puis baisser votre four sur 110 ou sur Un

Tournez et arrosez lorsque c’est opportun,

Laissez encore cuire pour une heure et demie

Sur la fin vous salez avec parcimonie.

Cette cuisson très douce va sublimer la viande

Qui restera rosée, bien juteuse et gourmande.

Coupez « à la française » : angle droit avec l’os,

Pour que ça reste chaud, vous servez rapidos

Avec des flageolets réchauffés dans le jus

Mais cèpes et girolles sont aussi bienvenus !

Buvez très largement de la tété d’automne

Ces vins de large soif de la Côte-du-Rhône,

Et pour laisser le monde des maigres, des sans-goûts,

Alors resservez-vous !

 

 

Photo X – Droits réservés

31/03/2013

Ouiquinde gastronomique: L’agneau pascal en cuisson douce.

gigot agneau.jpeg

 

 

Moi qui suis un athée très anticlérical

Lorsque vient le printemps, j’aime l’agneau pascal.

J’aime sa chair gorgée de toutes les fragrances

Qu’exhalent les collines entre Rhône et Durance,

J’aime le jus coulant de cette peau dorée

Fleurant l’ail et le thym. J’aime le dévorer,

Oui mais avant cela, encor faut-il le cuire

Comme on fait en Provence. Je m’en vais vous le dire.

Prenez donc un gigot d’agneau de Sisteron

D’environ deux kilos, au cuissot doux et rond.

Coupez six gousses d’ail dégermées en lamelles,

Glissez-les sous la peau avec votre Opinel ;

Dans un hecto de beurre fondu demi sel

Vous mélanger cumin, thym, poivre, pas de sel ;

Enduisez le gigot avec cette pommade,

Et laissez reposer dans  cette marinade

Trois heures de pendule ; mieux : la nuit au frigo,

Pour que tous ces parfums pénètrent le gigot.

Placé votre appareil dans un plat bien beurré

Dans votre four réglé sur cent-trente degrés.

Laissez cuire deux heures en le tournant souvent

Il va se colorer et cuire doucement,

Puis baisser votre four sur 110 ou sur Un

Tournez et arrosez lorsque c’est opportun,

Laissez encore cuire pour une heure et demie

Sur la fin vous salez avec parcimonie.

Cette cuisson très douce va sublimer la viande

Qui restera rosée, bien juteuse et gourmande.

Coupez « à la française » : angle droit avec l’os,

Pour que ça reste chaud, vous servez rapidos

Avec des flageolets réchauffés dans le jus

Mais cèpes et girolles sont aussi bienvenus !

Buvez très largement de la tété d’automne

Ces vins de large soif de la Côte-du-Rhône,

Et pour laisser le monde des maigres, des sans-goûts,

Alors RESSERVEZ-VOUS !

 

 

Primidi 11 Germinal 221

 

Photo X – Droits réservés

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

La mère de Jésus reçoit son bulletin de note… Des bulles partout ! La Marie passe un sacré savon à son fiston :

 

« Enfin Jésus, tu te fous de nous ou quoi ? On se décarcasse avec ton père pour t’envoyer à l’école et voilà les résultats :

·       Calcul : zéro – multiplie les pains et les poissons pour faire son intéressant.

·       Physique et chimie : zéro – change l’eau en vin.

·       Gymnastique : zéro – marche sur l’eau pour faire rire ses camarades.

 

Et c’est pareil partout. Mais qu’est-ce que tu as dans la tête ? C’est comme ça que tu prépares ton avenir ? Puisque c’est comme ça, sur tes vacances de Pâques, TU PEUX Y FAIRE UNE CROIX !

 

16/01/2010

Au Bistro de la Toile : l’agneau à face humaine !

mouton humain.jpg

- - Fait-toi voir Loulle ! Tourne un peu la tête…Là. Comme ça…

 

- - Oh ! Victor, qu’est-ce que t’as ? T’es en train de virer ta cuti ou quoi ?

 

- - Non, Loulle, mais…

 

- - Mais quoi ?

 

- - Ben, je trouve qu’il te ressemble…

 

- - Qui ?

 

- L’agneau à tête humaine. T’es bien allé en vacances en Turquie il y a quelques mois ?

 

- Ben, ouais…

 

- Et en célibataire en plus ?

 

- Ben, ouais…

 

- Bè ! alors je crois que tu es père.

 

- T’es con ou quoi Victor ?

 

- Tè ! Regarde cette photo dans le journal.

 

- Mais c’est un journal anglais ! Le Daily Telegraph. Je lis pas le Rosbif moi, je le bouffe. Comme les côtelettes…

 

- Les côtelettes d’agneaux ?

 

- Ouais. J’adore. Et en Turquie, c’est pas ce qui manque.

 

- Tu es sur le chemin de l’aveu Loulle ! Regarde bien cette photo : c’est un agneau à face humaine ! Et…si, Loulle, y a quelque chose de toi ! C’est frappant.

 

- Qu’il est con ce Victor. Et qu’est-ce qu’il dit l’article ?

 

- Je te traduis : « Une brebis donne naissance à un agneau à face humaine. L’agneau est né dans un village proche de la ville d’Izmir, en Turquie. Erhan Elibol, un vétérinaire de 29 ans, a pratiqué une césarienne pour sortir un agneau mort-né, mais il a été horrifié de voir que l’agneau présentait une étonnante ressemblance – les yeux, le nez, la bouche - avec une face humaine. »

 

- Tè ! Victor, je me sens tout estransiné. Buvons un coup, c’est ma tournée…

 

- …de jeune père ! Ça me rappelle une histoire de bergers. C’est un jeune berger « citadin retour à la terre », frais émoulu de l’école de Salon, qui monte pour la première fois en estive au-dessus de Jausiers, sur le col de Restefond. Les journées sont longues et les nuits encore plus. Il demande aux autres pastres comment on fait pour… enfin pour les choses du sexe. Adrien, son « pelo », un vieux de la vieille lui dit : « Ben, les femmes, y en a pas beaucoup. Mais t’as mille brebis et douze chèvres ! Je te conseille plutôt les chèvres ». Le lendemain, au repas commun du soir, Adrien et les bergers – qui ont espinché le jeunot et l’on vu opérer, se fendent la gueule en se moquant de lui. Celui-ci, rouge de honte, leur dit :

 

- « Putaing, vous m’avez pris pour un con. C’est des conneries la légende des bergers qui se tapent leurs bêtes… Et moi, comme un bédigas, j’ai marché.

 

- Eh non, fadoli ! Mais c’est que t’as choisi le plus moche ! »

 

 

29/03/2009

Mettez les pendules à l'heure et à table!

culheure.jpg


Maintenant que vos pendules sont à l'heure, donc à midi, au beau fixe, mettez vous à table avec:

Sabine

Dans l’été parfumé, un peu avant minuit
Antoine va rejoindre Sabine dans la nuit.
Sous un bouquet de pins perché sur la falaise
Ils se creusent un lit d’amour et de liesse,

Puis, gonflés de désir, leurs deux corps dénudés,
Se jettent l’un sur l’autre avec voracité.
Emportés par l’élan de leurs folles étreintes
Ils goûtent sans compter un plaisir sans contrainte.

Enfin le corps repu ils s’étendent sans voiles
Pour écouter la nuit et parler aux étoiles.
Ils appellent Deneb, Véga et Altaïr,

Complices de leurs jeux, témoins de leur plaisir.
Plus tard lorsque la vie les aura séparés
Ils se retrouveront… en voyant Cassiopée.


L'agneau en tajine

— L’on ne vit pas toujours que d’amour et d’eau fraîche
Et lorsque Cupidon a remballé ses flèches,
Quand le corps est comblé, il faut bien le remplir
Pour lui donner les forces d’où monte le désir.
Manger sous les étoiles est un plaisir subtil
Qui joint élégamment l’agréable à l’utile.
Je te propose donc, pour Antoine et Sabine
Un plat oriental : de l’agneau en tajine.
Les tajines se font toujours à l’étouffée
Et sont encor meilleurs lorsqu’ils sont réchauffés.
Tu désosses au couteau une épaule d’agneau
Que tu vas découper en assez gros morceaux.
Avec huile et oignon, tu les fais rissoler,
Qu’ils soient juste dorés et l’oignon pas brûlé.
Tout en surveillant bien, mets dans une coupelle
Du gingembre râpé, ail, poudre de cannelle,
Un zeste de citron, un peu de persil plat
Puis tu verses l’ensemble, en tournant, dans ton plat.
Ajoute poivre et sel et mouille à ras d’eau chaude,
Monte à ébullition et couvre avec méthode.
Tu laisses cuire une heure, en couvrant ta cocotte
Puis tu vas rajouter un kilo de carottes,
Une botte de feuilles de coriandre hachées,
Tu trouves cette plante chez les bons maraîchers,
Et enfin n’oublie pas, pour couronner tout ça
Une grosse cuillère à café d’harissa,
Mélange emblématique dans le nord de l’Afrique
Qui redonne du nerf aux plus neurasthéniques !
Tu trouves ça en tube ou en boite, tout prêt
Mais tu peux aisément, aussi, le préparer :
Tu piles deux ou trois gousses d’ail au mortier,
Du coriandre frais, des piments antillais,
Algériens, tunisiens, ou encor marocains,
Une cuillère d’eau, du sel et du cumin.
Puis tu fais revenir dans de l’huile, à feu doux.
Ton harissa est prêt et, « Ah, dis donc, Doudou ! »
Il y a là de quoi relever les ardeurs
Amoureuses de trois régiments d’artilleurs !
Pour demi-heure encore tu laisses mijoter,
Puis tu mets des olives noires dénoyautées.
À nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.
Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.
Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour
À la beauté des femmes, au vin et à l’amour !


cochonsquiniquent copie.jpgIngrédients et proportions pour six personnes :
- l épaule d'agneau désossée, - 4 oignons émincés, - l kilo de carottes, - l botte de coriandre frais, - 6 branches de persil plat, - l bon morceau de gingembre frais râpé, - 3 gousses d'ail, - l cuillerée à café de poudre de cannelle, - l cuillerée à café d'harissa, - 3 hectos d'olives noires dénoyautées.







sexy en voiture.jpgLes vins conseillés:
À plat puissant, vins généreux. Pour l'agneau en tajine, en vins de la vallée du Rhône: Cairanne, Vinsobres, Visan, Tulette, Rochegude, Suzette, Séguret, Violès, Rasteau, Sérignan-du--Comtat, Beaumes-de-Venise, Lirac, Bédarrides, St-Gervais, St-Victor-Lacoste, Estézargues, Domazan.
En vins du Languedoc et du Roussillon: Saint-Chinian, Pic--Saint-Loup, Saint-Georges-d'Orques, La Méjanelle, Faugères, Minervois, Fitou, Corbières, Collioure.
En vins de Provence: Bandol, Palette, Barjols, Saint-Maximin, La Roquebrussanne, Cogolin, Le Cannet-des-Maures, Bellet.