Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/03/2015

Areva : « Plus kon que moi, tu meurs ! »

uramin.jpg

 

Le nucléaire ou la bougie ! C'est avec cette boutade éculée que les contempteurs de l'énergie nucléaire prétendent envoyer dans les cordes ceux qui ouvrent les yeux sur cette horreur catastrophique, dangereuse, doublée d'un gouffre financier qu'est l'industrie nucléaire.

 

Fessenheim, la très ancienne et très controversée centrale alsacienne à l'arrêt pour une énième fois. Et surtout le premier groupe nucléaire français et mondial, Areva, « fleuron » de notre industrie nucléaire qui avoue être au bord de la faillite avec une perte abyssale de 4,9 milliards d'euros.

 

Brillants nos nucléocrates ! Surtout avec nos sous qu'ils balancent allègrement par les fenêtres... Parce qu'Areva est une entreprise dans laquelle l’État français est actionnaire à 87% et devra donc contribuer à son sauvetage financier. Ceci en pleine période d'austérité. On va donc piquer dans la poche des contribuables – contribuable mais aussi citoyens en majorité critiques vis-à-vis de l'industrie nucléaire – des milliards pour sauver une industrie passéiste, mortifère, gérée de manière aussi irresponsable qu'incompétente par une caste (le corps des Mines, Polytechnique).

 

Comment en est-on arrivé là ?

 

D'abord, il y a l'EPR. Ce réacteur « nouvelle génération » s'avère catastrophique. Son coût a quasi triplé, passant de 3 milliards à très de 9 milliards et ce n'est pas fini. Il n'est pas au point techniquement, comme le prouve les innombrables retards dus à des éléments de constructions défectueux à refaire, à des défauts de sûreté suite au nouveau cahier des charges tenant compte de la catastrophe de Fukushima, etc. Ce qui se passe à Flamanville, en Normandie, se passe aussi, en pire, sur le chantier de l'EPR en construction à Olkiluoto, en Finlande. Innombrables arrêts de construction, retards à répétition, magouilles dus à des entreprises de sous-traitance plus que douteuses qui sévissent aussi à Flamanville. Ce seul chantier finlandais a déjà généré une perte de 3,9 milliards d'euros et son coût est passé de 3 à 8,5 milliards d'euros. Et qui croyez-vous qui va payer la différence. Les Finlandais ? Tè ! Fumes... Ce sont les contribuables français puisque ce chantier est assuré par la COFACE.

 

Et puis il y a le scandale UraMin, du nom d'une société canadienne qui a vendu aux « grosses têtes » d'Areva rien d'autre que du vent ! Le secteur minier étant le plus rentable, Areva s'est lancé dans une politique d'achat de sites uranifères partout dans le monde. C'est ainsi qu'elle s'est faire somptueusement enflé par une bande d'aigrefins, parmi lesquels apparaissent des noms bien connus en France. Areva a ainsi acheté pour 2,5 milliards de dollars, en 2007, à UraMin des sites soi-disant uranifères à Bakouma (République centre africaine), Trakkopje (Namibie) et Ryst Kuil (Afrique du Sud). On peut raisonnablement s'interroger sur le bien fondé de ces achats sans que la compagnie, référence mondiale en la matière, n'est mené quelque expertise que ce soit sur la valeur exploitable de ces sites, se fiant aveuglément aux documents fournis par le « cabinet d'experts » anglo-saxon SRK payé...par les vendeurs ! Or, tout était archi-faux, tant au plan des teneurs uranifères des minerais que des qualités du produit et des conditions d'exploitation. La teneur uranifère de ces « mines d'uranium » est moindre, parait-il, que les délaissés des anciennes mines uranifères du Limousin et de Lozère ! Du bidon ! Que du bidon !

 

Areva : « plus kon que moi, tu meurs ! »

 

Le plus scandaleux, c'est que tous les responsables qui suivent la gestion d'Areva savaient depuis longtemps qu'UraMin vendait des sites inexploitables. Le ministère des finances, le ministère des affaires étrangères, le CEA (premier actionnaire d'Areva) et même les barbouzes de la DCRI ont été averti, par des filières plus ou moins discrètes, de la réalité sur ces sites. Mais rien n'a été fait. Pourquoi ? Qui avait intérêt à cette opération et à cette omerta ? Où sont passés les milliards ? Combien se sont-ils « évaporés », et dans quelles poches ? Qui lo sa ?

 

Résultats : des milliards d'argent public gaspillés en pure perte et probablement des milliers de travailleurs de la filière nucléaire au chomdu.

 

Ne serait-il pas temps, au vu de ce fiasco, de remettre au pas le trop puissant lobby des nucléocrates et d'arrêter les frais en ayant le courage d'abandonner le chantier EPR pour mettre enfin le pognon et les compétences nécessaires dans la tant espérée arlésienne qu'est la « transition énergétique » ?

 

 

Sources :

http://www.mediapart.fr/journal/economie/220611/uramin-la...

http://sortirdunucleaire.org/Pertes-record-chez-Areva-ni-...

 

 

Illustration X - Droits réservés

 

02/09/2014

Allez ! Pour changer de Gaza, de l'Ukraine, de la Syrie, on va dire un peu de mal du nucléaire !

areva mines niger.JPG

 

 

Vous croyez qu'il la fermera la centrale pourrie de Fessenheim Toto ? Il a une telle conception du respect de ses promesses qu'on peut en douter... Mais ces belles centrales nucléaires, qui nous fournissent cette bonne électricité que l'on peut gaspiller allègrement, elles ne fonctionnent pas avec des peaux de saucissons ! Il leur faut de l'uranium. Et de l'uranium, on en a eu un peu chez nous, on l'a donc utilisé puis on s'est arrêté de l'exploiter parce que c'est dangereux. Mouais... C'est dangereux chez nous, peut-être, mais ailleurs, au Niger par exemple, on s'en fout !

 

Le Niger est l'un des principaux fournisseurs de minerai d'uranium du monde. Il est aussi l'un des pays les plus pauvres du monde ! Y a un schmilblik là, non ? Ben, non... Depuis quarante ans Areva pille sans vergogne l'uranium de ce pays, en lui ristournant une poignée de figues, dont une bonne partie va d'ailleurs dans les poches de son président, le dénommé Mahamadou Issoufou, ancien cadre d'Aréva !

 

Dernièrement, au mois de mai, de nouveaux accords ont été signés entre Areva et les dirigeants du Niger qui, tout en faisant mine de défendre les intérêts du pays, ont à nouveau offert à la France des tarifs dérisoires pour l'enlèvement de l'uranium du Niger. Un peu plus qu'avant, mais toujours du domaine de la poignée de figues. Voilà ce qu'en dit Areva :

« Ce 26 Mai 2014, à Niamey, MM. Omar Hamidou Tchiana, Ministre d’Etat, Ministre des Mines et du Développement industriel du Niger, Gilles Baillet, Ministre des Finances du Niger, et Luc Oursel, Président du Directoire d’AREVA, ont signé un accord renouvelant le partenariat stratégique entre l’Etat du Niger et le groupe AREVA.

L’accord inscrit le renouvellement des conventions minières des sociétés SOMAÏR et COMINAK dans le cadre de la loi minière nigérienne de 2006. Les deux parties prendront les mesures nécessaires pour assurer la rentabilité économique et financière de ces entreprises et privilégier le maintien de l'emploi.

L’Etat du Niger et AREVA ont convenu de la nigérisation des postes de Directeurs Généraux de SOMAÏR et COMINAK respectivement en 2014 et 2016, ce qui représente pour le Niger un pas très important dans sa participation à la gouvernance des sociétés.

Les prix actuels de l'uranium ne permettant pas la rentabilité de l'exploitation du gisement d’Imouraren, l’Etat du Niger et AREVA mettront en place un comité stratégique paritaire qui décidera du calendrier de sa mise en production en fonction de l'évolution du marché.

AREVA va apporter son soutien financier à des projets d'infrastructures et de développement local :

 

  • le financement de la route Tahoua-Arlit à hauteur de 90 millions d’euros (environ 60 milliards FCFA);

  • la construction d'un immeuble d'une valeur de 10 millions d'euros (6,5 millards CFA) pour abriter les sociétés minières et dont le Niger sera propriétaire;

  • l'accélération de la mise en valeur de la vallée de l’Irhazer pour 17 millions d’euros (11 milliards FCFA). »

 

François « Toto » Hollande est allé, au mois de juillet, se gargariser de ces accords. Une visite bien tranquille : en effet, la plupart des animateurs de la société civile nigérienne, et en particulier ceux qui critiquent le business de l'uranium par lequel la France nucléaire pille littéralement le Niger, ont été arrêtés dans le cadre d'une véritable rafle ! Lien

 

Arlit, ça ne vous dit rien ? Mais si voyons. Une prise d'otage au cours de laquelle des expatriés français ont été enlevés dans cette ville minière d'Areva. Ils ont été libérés après paiement d'une rançon estimée à 20 millions d'euros ! Sortis des poches d'Areva, donc de nos poches, puisque l’État français est actionnaire à 80%. Eh bien à Arlit, la population locale a hérité de 50 millions de tonnes de résidus radioactifs stockés et Areva continue de pomper gratuitement 20 millions de mètres cubes d'eau par an pendant que la population meurent de soif ! Les rues, les habitations de la ville sont construits à l'aide de résidus radioactifs, la nappe phréatique est archi-contaminée et s'assèche suite aux pompages d'Areva. Qui, évidemment, la main sur le cœur, nie tout cela. Est-ce qu'on lui a raconté ces petits détails cocasses à Toto ?

 

Mais patatras, suite à des manifs rugueuses, ce beau schéma d'exploitation est remis en cause ! Lien  « Décidément, ils ne sont pas reconnaissants ces noirs, mon bon monsieur... »

 

Derrière les troubles dans lesquels l'armée française est engagée au Sahel, n'y aurait-il pas, entre autres, l'exploitation néo-coloniale des ressources du Niger ?

 

Sextidi 16 fructidor 222

 

Photo X – Droits réservés

28/07/2010

Au Bistro de la Toile : Germaneau

- Au fait Victor, qui c'était ce Germaneau assassiné par des crapules sanguinaires ? Qu'est-ce qu'il représentait ? Pourquoi s'en prendre à ces humanitaires qui donnent leur temps, souvent leur santé, parfois leur vie pour soulager le malheur ou améliorer l'existence de populations lointaines ? Altruisme désintéressé ? Sourde repentance ? Ou quoi d'autre ?

michel-germaneau photo Enminal.jpg - Michel Germaneau, Loulle,  c'était l'un des trois membres actifs d'une minuscule association humanitaire « Enminal », qui veut dire « entraide » en tamachek, la langue des Targui. Cette association n'a rien de commun avec les ONG-entreprise genre Médecins du monde et autres grosses structures. Elle œuvre à une toute petite échelle, sur le terrain, dans les domaines de la santé et de l'éducation. Germaneau était sur place pour superviser la construction d'une petite école bénéficiant de fonds récoltés par Enminal.

Pourquoi les naze-islamistes l'ont-ils tué ? Qui sait... Ça peut-être, comme ils ont dit, pour venger leurs six complices tués par l'opération mauritano-française. Ou bien parce que la rançon qu'ils comptaient extorquer ne leur a pas été remise. De toute façon, par haine, fanatisme et culture de l'assassinat. N'oublions pas que ces groupes sont les résidus de ceux qui ont fait 250.000 morts en Algérie...

- Comment savoir qui sont et où sont ces fachos sur un territoire grand comme l'Europe ? Comment les coincer ? Est-ce le rôle de la France ?

- Savoir où ils sont et qui ils sont ? Difficile mais pas impossible. D'ailleurs, si l'on en croit des informations précises qui circulent sur la Toile, on les connait : « Les assassins de Michel Germaneau seraient deux ex-prisonniers, libérés au mois de Février par les autorités Maliennes. Sur ordre de Abdelmalek Droudkel, émir de la branche d'Al-Qaïda au Maghreb « AQMI », se sont deux terroristes qui auraient exécuté Michel Germaneau. Il s'agit de deux criminels qui ont été libérés par le Mali au mois de Février dernier en échange de la libération de Monsieur Pierre Cammate. Il s'agit de deux dangereux criminels en l'occurrence : Mohamed Ben Ali et Naïli Tayeb ben Benazouz, alias Djaafar Abou Mohamed, appartenant au groupe terroriste dit « Seriate El Forkane » dont l'Emir n'est que le sanguinaire « Abou Al Hammam ».  Le premier âgé de 38 ans, originaire de l'Algérois, membre de l'ex-Fis dissous, a travaillé  au niveau de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) en Algérie. Il a rejoint les rangs du Groupe Armé Islamique et a participé à plusieurs assassinats dans des faux barrages en Algérie et des attentats contre les forces de sécurité. Le deuxième âgé de 32 ans natif de la commune de Faidh El Botma dans la région de Djelfa, a également participé à plusieurs faux barrages dans la région de Boukhil (Djelfa et a été impliqué dans un attentat perpétré contre une patrouille  de l'armée algérienne en 1999. Les deux terroristes ont été arrêtés au mois d'Avril 2009, dans le lieu dit Tadhac (60 kilomètres de Tessalit, dans la région de Kidal après l'embuscade tendue à un convoi militaire qui a coûté la vie à 20 soldats. Ils étaient en possession d'armes de guerre et de munitions à savoir un pistolet-mitrailleur PKM, d'un fusil lance-roquettes, d'un fusil-mitrailleur d'assaut, d'un lot important de munitions.  A la veille de l'expiration de l'ultimatum des ravisseurs de Monsieur Cammate, les deux criminels ont été « jugés » à la hâte et furent libérés avec deux autres par un tribunal de Bamako. (Voir notre page : http://lavoixdesmartyrsdelalibertedexpression.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/02/23/quatre-dangereux-terroristes-d-al-qaida-liberes-par-l-etat-m.html) Les  demandes d'extraditions formulées par les autorités Algériennes, n'ont pas été satisfaites. Une fois relâchés, ils ont rejoint leurs acolytes et voici le résultat : Ils ont assassinés lâchement un innocent de 78 ans. Abderrahmane Hakkar »

- Sarko a parlé de guerre aux terroristes. Eh ! Oh ! On ne va pas tout de même envoyer des troupes dans le Sahel ? On sait ce que ça coûte, tant en vies humaines qu'en pognon... Faut pas avoir la mémoire courte.

- Evidemment, la connerie fatale serait de créer une base militaire au Mali, au Niger ou en Mauritanie, aux frontières de l'Algérie. Les Algériens - qui sont nos alliés dans cette lutte contre les naze-islamistes - ne le permettraient évidemment pas sans gueuler ! Il y a une autre dimension derrière ces gesticulations sarkoziennes : Areva exploite - dans tous les sens du terme ! - d'énormes gisements d'uranium qui se trouvent sur ces territoires Targui !

Tiens, lis le message d'un lecteur qui signe Bourourou, publié dans l'excellent journal en ligne algérien « Le Matin.dz » : « Le Sahel est le point de jonction entre les islamistes djihadistes et les trafiquants de drogue. Le drogue et la prise d'otage sont les deux mamelles financières de l'extrémisme politiques islamique. Ces méthodes criminelles, surtout les captures d'otages, ne rapportent de toute façon aucun point positif au combat des islamistes à court, moyen et long terme sur le plan national et international. Par contre il y a un point sur lequel les Etats du Sahel et de l'Afrique du nord ne doivent pas céder. C'est celui de ne pas d'accepter les forces militaires étrangères prendre pieds dans NOS pays. Les forces militaires occidentales dehors ! C'est aux Etats concernés par la vermine islamiste fasciste de prendre en charge la désinfection de cette mouvance criminelle. On ne veut pas d'Afghanistan dans notre région ! GARE A VOUS LES FACISTES ISLAMISTE ! VOUS ETES EN TRAIN D'ENCOURAGER L'INTERVENTION DES FORCES ETRANGERES DANS NOS PAYS. ARRETEZ VOTRE SALLE BESOGNE BANDES DE MAFIEUX FOU DE DIEU ! LES PAYS DU MAGHREB ET DU SAHEL VEULENT VIVRE EN PAIX. SI VOUS SENTEZ EN VOUS UNE « REVELATION DIVINE » POUR SAUVER LES MUSULMANS, ALLEZ D'ABORD SAUVEZ L'AFGHANISTAN ET LA PALESTINE.

- Mouais... On comprend mieux l'indignation de notre Conducatore... Sans compter que c'est plus à Aréva qu'à Germaneau et ses copains de payer et construire des écoles pour les Targui (un Touareg, des Targui !).

- Exactement. Il y a toujours quelque chose qui me gêne dans ces organisations humanitaires. Elles pratiquent une forme de charité alors que ces peuples ont besoin de justice. Les grands humanitaires - le docteur Schweitzer, l'abbé Pierre, la mère Thérésa, le Kouchner d'avant, les Rony Brauman, Martin Hirsh, etc., pour ne prendre que les plus médiatisés - sont de splendides, d'admirables, de lumineux Don Quichotte ! Mais leurs ressorts procèdent le plus souvent d'une volonté d'accomplissement personnel et s'appuient sur cette charité judéo-chrétienne qui est tout l'opposé de la Justice.

- Bien dit ! Allez Victor. Pour nous changer les idées, buvons un canon de rouge à la mémoire de Germaneau !

***************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


*********************


Appel du 14 juillet pour

UNE JUSTICE INDEPENDANTE

31/03/2009

Sarko commis voyageur au Niger d’Areva – experte en pollution et exploitations en tout genre.

carriere uranium.jpg


« Nous devons défendre les intérêts de la France, et vous défendez ceux du Niger. Mais nous pensons que dans un investissement à long terme, la seule pratique contractuelle possible, c'est celle du gagnant-gagnant » (en fait le nouveau contrat stipule que Areva paiera deux fois plus cher le minerai nigérien ; mais comme elle ne le payait presque rien, faites le calcul…).

Tout de même, quel champion de la Justice not’bon président ! On se sent fier d’être Français ! Ces fortes paroles ont été prononcées lors du très récent voyage éclair de notre Nano Empereur sur ses marches africaines du Niger. Il s’est également félicité de la « transparence » du partenariat stratégique signé à l’occasion de ce voyage par Anne Lauvergeon, la patron d’Areva, n°1 mondial des activités nucléaires avec les autorités nigérienne. Ben voyons ! Si le président dit que c’est « transparent », c’est que ça doit l’être au moins autant que les rares marigots où les populations locales soignent chaque jour leur chiasse endémique!

Présent depuis plus de quarante ans au Niger, le groupe français Areva a signé en janvier avec les autorités de Niamey un contrat pour l'exploitation à partir de 2012 de la mine géante d'uranium d'Imouraren, dans le nord du pays. Pour ce contrat, le numéro un mondial du nucléaire civil s'est engagé à investir au moins 1,2 milliard d'euros au Niger, qui fournit déjà plus du tiers du combustible utilisé dans les centrales nucléaires françaises.

areva.jpgCe que n’a pas dit notre Micro Timonier, c’est qu’Areva nourrit de nombreuses critiques, notamment des ONG, qui dénoncent les effets « catastrophiques » de ses activités sur l'environnement, la santé et les droits des populations locales, et l'accusent de « piller » les richesses du pays.

Ce dont ne se vante par Anne Lauvergeon, c’est quela championne du nucléaire s’est faite épingler l’an dernier par l’obtention haut la main des « Public Eye Awards ». Ces prix sont décernés depuis cinq ans aux entreprises les plus irresponsables en matière sociale et environnementale. Ces « oscars de la honte » lui ont été décernés pour deux sites d’extraction d’uranium au Niger, exploités par Somaïr et Cominak (dont elle est actionnaire majoritaire). Des analyses effectuées par la Criirad ont révélé un haut niveau de contamination radioactive de l’air, de l’eau, des sols et des déchets entreposés à ciel ouvert. La gestion du personnel humain est tout aussi déplorable : insuffisance d’information des mineurs et des familles, négligences dans la décontamination, encadrement médical douteux. Selon un rapport de l’organisation de défense des droits humains Sherpa, « des médecins du travail de ces complexes miniers ont avoué avoir sciemment annoncé à des travailleurs souffrant de troubles liés à l’exploitation de l’uranium qu’ils sont atteints d’autres maladies graves, telles que le sida ou la malaria ».

sarkokadafpaillasson.jpgAreva, c’est cette entreprise - que Sarko espère refiler à son pote Bouygue - et qui nous bourre le mout avec de superbes publicités dans les lucarnes à décerveler. C’est ce « fleuron » de l’industrie française que le même Sarko emmène toujours dans ses bagages lorsqu’il va vendre du « nucléaire civil » - appelé aussi usines à bombes – dans les pays les moins fiables, généralement dirigés par de sordides dictateurs (son pote Kadhafi en autres).

Cette entreprise a donc été tout aussi brillamment sacrée « entreprise la plus pourrie du monde ».


27/02/2008

Plutonium, Plutôt nie Homme, Plus tôt gnôme…

d60f601d8aa55057351035b018bb3dce.jpg

Je viens d’entendre Mme Lauvergeon, patronne d’Areva, dégoiser à France Inter son hymne à la joie nucléaire.

La championne du nucléaire s’est faite épingler en marge du dernier raout ultra libéral de Davos par l’obtention haut la main des « Public Eye Awards ». Ces prix sont décernés depuis quatre ans aux entreprises les plus irresponsables en matière sociale et environnementale. Ces « oscars de la honte » lui ont été décernés pour deux sites d’extraction d’uranium au Niger, exploités par Somaïr et Cominak (dont elle est actionnaire majoritaire). Des analyses effectuées par la Criirad ont révélé un haut niveau de contamination radioactive de l’air, de l’eau, des sols et des déchets entreposés à ciel ouvert. La gestion du personnel humain est tout aussi déplorable : insuffisance d’information des mineurs et des familles, négligences dans la décontamination, encadrement médical douteux. Selon un rapport de l’organisation de défense des droits humains Sherpa, « des médecins du travail de ces complexes miniers ont avoué avoir sciemment annoncé à des travailleurs souffrant de troubles liés à l’exploitation de l’uranium qu’ils sont atteints d’autres maladies graves, telles que le sida ou la malaria ».

Areva, c’est cette entreprise - brillamment représentée par la dite Anne Lauvergeon - que Sarko espère refiler à son pote Bouygue, et qui nous bourre le mout avec de superbes publicités dans les lucarnes à décerveler. C’est ce « fleuron » de l’industrie française que le même Sarko emmène dans ses bagages lorsqu’il va vendre du « nucléaire civil » - appelé aussi usines à bombes – dans les pays les moins fiables, généralement dirigés par de sordides dictateurs (son pote Kadhafi en autres). Cette entreprise a donc été tout aussi brillamment sacrée « entreprise la plus pourries du monde ».

Tiens, voilà un de mes poèmes de combat qui a largement contribué, en son temps, à faire prendre conscience aux vignerons des Côtes du Rhône des ravages que risquaient de faire la poubelle nucléaire qu’ils nous préparaient au bord du Rhône, à Marcoule:


« Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Non à la poubelle nucléaire
Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Ton labo, Andra, on n’en veut pas
.

Voilà bien quarante ans qu'est tombé le Malheur
Dont le souffle puant se nourrit de nos pleurs,
Son nom d'alors était " Energie nucléaire ".
Sous son masque civil, elle était militaire.
Ce qu'On nous promettait, c'est l'Electricité
Qui moderniserait les bourgs et les cités;
Qui siestaient au soleil parmi la férigoule
A deux pas de Bagnols, sous la Dent de Marcoule.
Derrière elle pourtant se camouflait La Bombe
Effroyable Moloch, pourvoyeuse de tombes.
Les servants de l'atome jouaient à pleines orgues
Le grand air du Progrès, sûrs d'eux et plein de morgue,
Promettant aux crédules des villes et des champs
Opulence, bonheur et futur alléchant.
Leurs machines de fer éventrant nos garrigues,
Ils ont détruit nos vins, nos olives, nos figues.

« Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Non à la poubelle nucléaire
Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Ton labo, Andra, on n’en veut pas.


Des terres étripées, des collines rasées,
Bientôt surgit l'Usine par l'Etat imposée
Elle jeta aux Veaux du foin et du travail,
Endormit leur bon sens, puis en fit des cobayes.
Nul ne se rebellait , car tous étaient repus,
Nul ne réfléchissait grâce à l'argent qui pue.
On déversa sur eux un prodigieux pactole,
Avec quoi ils bâtirent des routes, des écoles
Dans toute la vallée, des chantiers s'élevaient
Le béton, la ferraille et le goudron pleuvaient
Alors les Marcoulins, insidieusement
En confortant les Veaux dans leur aveuglement.
Mirent à leur profit la voie électorale,
Pour investir partout la chose communale.
Bientôt dans chaque bourg et dans chaque famille
Des hommes et des femmes, en franchissant les grilles
De l'Usine de Mort pour gagner leur pitance
Laissèrent au vestiaire bon sens et conscience.
Quand la population perdit tout sens critique
On appela cela « la culture atomique ! »

« Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Non à la poubelle nucléaire
Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Ton labo, Andra, on n’en veut pas.


Culture de mensonge, de dissimulation,
D'achat des consciences, d'actions sans précautions.
On fit Géhun, Gédeux, Gétrois. On fit Phénix,
Merveille cocardière au pays d'Astérix
Qui devait nous donner enfin l'indépendance
Energétique et donc la Grandeur, la Puissance.
On fabriqua surtout beaucoup de Plutonium
Ce produit de l'Enfer, disons plutôt "Nie Hommes",
On fit de l'Uranium et autres noms en Ium
Des jouets pour savants atteints de délirium.
On en trouve partout, depuis les eaux du Rhône
Jusque dans les produits de l'ardeur vigneronne.

« Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Non à la poubelle nucléaire
Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Ton labo, Andra, on n’en veut pas.


Mais le peuple s'en fou, endormi par le fric
Que dégueule à foison la mafia atomique...
« Pourquoi donc se gêner se dit-on en haut lieu
Personne ne dit rien, utilisons au mieux
Le site de Marcoule ! » Et donc ainsi fut fait.
Il y eu ça et là quelques cris étouffés
Faisant se goberger les sinistres canailles
Partisans des folies dites : "Rapport Bataille "
Un texte projetant d'implanter sous nos terres
Une terrifiante Poubelle Nucléaire.
On vit venir l'ANDRA, experte ès-mensonges
- Questionnez à La Hague ceux que le cancer ronge -
Comme il ne fallait pas effrayer le gogo
La terrible Poubelle fût baptisée "Labo"...
Bien sûr, ça fait moins peur, ça fait même coquet :
Quelques laborantines, pourquoi pas des bouquets !
Mais en fait, dans l'esprit des sinistres guignols,
Il s'agit d'enfouir au tréfonds de nos sols
Les déchets nucléaires les plus radioactifs,
Le danger absolu, sans fin, définitif,
Valant danger de mort pour tous nos descendants
Non pas pour cent années, mais pour trois cent mille ans !

« Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Non à la poubelle nucléaire
Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Ton labo, Andra, on n’en veut pas.


En attendant d'avoir les autorisations
La mafia nucléaire conforte ses positions :
Elle installe Mélox : du plutonium par tonnes,
Elle fond du métal pollué par l'atome
Et brûle des déchets toujours radioactifs
Qui, partis en fumée, retombent sur nos pifs
Ainsi que sur les vignes de la Côte du Rhône...
Vignerons, en étant aujourd'hui inactifs
Qui donc boira demain vos vins radioactifs ?
Quelques vieux cancéreux tracassés des neurones ?

« Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Non à la poubelle nucléaire
Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Ton labo, Andra, on n’en veut pas.


Honte sur ces élus à l'épais crâne obtus
Engraissés au dépend de leur pays vendu
Salauds aux fronts de bœufs vautrés dans un argent
Gagné sur le malheur et sur la mort des gens.
Parents, quand vos enfants, crevant de leucémie
Verront bien que vous êtes leur pire ennemi
L’œil de Caïn , sur vous, sortant de leurs yeux morts
Fera de votre vie un enfer de remords.

« Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Non à la poubelle nucléaire
Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Ton labo, Andra, on n’en veut pas.


Jean-Victor Joubert