Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/06/2013

Se débarrasser de Barroso...

barroso grimace.jpg

 

 

 

Non mais, qu'est-ce-qu'il faudra faire pour se débarrasser de ce sinistre Barroso ? Rappelons que ce type, qui dirigeait le Portugal à l’époque de la crise de l’Irak, était un farouche partisan de la guerre de Bush, comme l’Espagnol Aznard – viré depuis – le rosbif Blair – viré depuis – et évidemment le criminel Bush – viré depuis. Ce nuisible a été placé et maintenu à la tête de l’exécutif européen grâce aux magouilles des Anglais. Ce type est non seulement nuisible, mais il est dangereux. Il voudrait nous faire haïr l’Europe qu'il ne s’y prendrait pas autrement.

 

La Commission est responsable de l'hostilité des citoyens des états membres à la construction européenne ! Elle nous emmerde avec ses directives sur la chasse aux canards ou le fromage au lait cru mais elle s'est montrée d'une nullité absolue pour lutter contre le dumping fiscal et social entre pays de l’Union, les paradis fiscaux, la protection des industries européennes contre le dumping des pays tiers, etc. Et maintenant, contre le mandat qui lui a été donné, Bartosso remet sur le tapis l'exception culturelle non seulement française, mais européenne dans les discussions qui vont s'ouvrir afin d'inféoder un peu plus l'Europe aux États-Unis. En clair, pas question pour Paris, attaché aux subventions et aux quotas de diffusion, de laisser la culture devenir une marchandise comme les autres, et de se laisser noyer par les pleins cargos de sous merdes étazuniennes. Le président de la commission européenne, le ci-devantBarroso José Manuel, ne l'a pas digéré. L'attitude « anti-mondialisation » de la France est « totalement réactionnaire », n'a-t-il pas hésité à tacler lundi daans les colonnes de l'International Herald Tribune.


Artistes et réalisateurs français sont montés aux créneaux. Costa-Gavras, ne mâche pas ses mots : « Monsieur Barroso est un homme dangereux pour la culture européenne ». Même Rachida Dati, qui exige sa démission en estimant qu'il « se couche devant les Etats-Unis ». Pour une fois qu'elle dit quelque chose de censé... François - de manière un peu trop diplomatique à mon goût, mais c'est sa manière – a remis les pendules à l'heure en rappelant que la Commission doit s'en tenir à son mandat, et seulement à son mandat.


Non mais pour qui il se prend ce type élu par personne ? Son attitude crispe les populations européenne contre cette Europe dégueulasse du fric et du mépris du peuple. Malgré la faillite du système, les ayatollahs de la commission continuent leur couplet ultra libéral en faveur du libre échange contre l'intérêt et les aspirations des citoyens européens. En pleine crise gravissime, ils n'ont pas bougé d'un iota de leur dogme. Un tel fanatisme pour la concurrence et le libre échange des grosses boites en ce moment, chapeau! Avec de pareils négociateurs, on peut s'attendre à une capitulation en rase atlantique dans ces redoutables « négociations » sur un possible traité de libre échange entre l'Europe et les États-Unis...


Bientôt on va voter pour cette Europe. Faut faire en sorte que se dégage une majorité qui sera en mesure de virer ce néfaste et de réformer cette insupportable commission. Sinon les égoïsmes nationaux déferont ce qui se construit dans la douleur mais aussi l’espoir depuis le traité de Rome. L’Histoire nous a appris ce qui en résultait… On n’est à l’abri de rien !

 

Décadi 30 Prairial 221

 

Photo X – Droits réservés

 

 

20/06/2009

Les fossoyeurs de l’Europe adoubent Barroso, l’ami de Bush qui fait détester l’U.E..

barroso sarko con.jpg



Vingt-sept sur vingt-sept ! Qui dit mieux ! Il doit être au bord de l’orgasme l’homme qui fait détester l’Europe ! Tous, oui tous les chefs d’états et de gouvernement de l’Union Européenne sont d’accord pour proroger de cinq ans le mandat du nullissime Barroso à la tête de ce qui est – hélas – le gouvernement de l’Europe !

Que cache cette belle unanimité ? Plusieurs choses.

Chaque chef d’état ou de gouvernement considérant qu’il est le seul homme (ou femme) politique qui compte en Europe, chacun (chacune) estime de son intérêt personnel – fusse au détriment de l’intérêt général de l’Europe – de maintenir à la tête de l’exécutif européen un fantoche qui ne lui fera pas d’ombre. N’est-ce pas Sarkozy ? N’est-pas Merkel ? N’est-ce pas Brown ? N’est-ce pas Zapatero ? N’est-ce pas Berlusconi ? Ils considèrent la Commission comme étant leur simple secrétariat. Et Barroso, qui doit avoir de la peau morte sur la langue à force de leur lécher le cul, comble leurs attentes.

Ensuite, la nomination du président de la Commission doit être confirmée par un vote du Parlement européen. Et dans le parlement récemment élu, il n’est pas sûr du tout que Barroso suscite un engouement majoritaire tant sa nullité a éclaté au cours de la crise économique que nous traversons.

Enfin, si les manœuvres et les magouilles auprès des nouveaux députés européens pour assurer la renommination de Barroso (et pas réélection car il n’y a pas de démocratie concernant la Commission) ne réussissent pas, la perspective de la ratification du traité de Lisbonne (Allez, salauds d’Irlandais ! Vous allez voter comme il faut cette fois ! Sinon…) changera totalement la donne. Alors, par indigence politique, par mépris pour les citoyens de l’Europe, pour le Peuple européen, les fossoyeurs de cette grande idée préfèrent maintenir ce paltoquet qui fait détester l’Europe.

Et après ça on s’étonne de la giga abstention ?

*************************************************************

!!!!! LA PANDEMIE PASSE AU NIVEAU 6 !!!!!!!

...et débarque à Toulouse...

image de Une par MB.jpgD'une actualité explosive, viens de sortir:

"Cure us!" - Quand explosera la PANDEMIE

de Jean-Victor Joubert (C'est moi!)


Ouvrage disponible sur Ayoli.fr

18/05/2009

ALERTE ! Arrêtons le bas rosé de Barroso

vin rosé.jpg


- Tè ! Loule, serts nous une tournée de rosé. Le matin, ça dégage la tripe et ça fluidifie les pensées !

- Tu veux du quoi ? Rosé de Tavel ? De Provence ? Côteaux-d’Aix ? Lirac ? Ici, t’as le choix. C’est que du bon.

- Loule, tu me fais plaisir. Chez toi, on trouve pas de ces bas rosés Barroso qui sont au Rosé de Tavel ou de Provence ce qu’une branlette est à une nuit d’amour avec Monica Bellucci ! D'ailleurs, le rosé Barroso, faut en parler en verlan: c'est pas du rosé, c'est du zéro! Au diable l’avarice, sert-nous une tournée de Tavel de chez l’ami Maby !

- Quand même, Victor, ils commencent à nous gonfler les aliboffis à cette Commission Européenne avec leurs conneries. Ces types là, Barroso en tête, font détester l’Europe. En plus, juste avant les élections européennes…

Le rosé Barroso - pour ceux qui, dans ce noble bistro, éminent lieu de convivialité et de fructueux débats solidement étayés par des arguments liquides – c’est ce que veut autoriser cette commission de merde : fabriquer du vin de couleur rosé par coupage de vin blanc et de vin rouge. L'autorisation de " fabriquer ", à partir de vins blancs excédentaires, des vins ressemblant à des rosés, mais à moindre coût et à n'importe quelle période de l'année ressemble fort à une manœuvre opportuniste permettant d'attaquer le marché du rosé qui est en progression. Rappelons que le vin rosé s'obtient notamment par un pressurage habile et rapide. La pellicule du grain de raisin est ce qui donne la couleur au vin, moins elle est laissée en contact avec le jus de raisin, plus le rosé sera clair en fin de vinification (de quelques minutes à quelques heures) . A chacun ensuite, de laisser parler son savoir faire et ses terroirs, pour en faire un vin Rosé de qualité. Voilà ce qu’on sait faire chez nous. Quand à Barroso, ce qu’il veut autoriser, c’est la coloration de mauvais blancs invendables par un peu de rouge.

- Il s'agit ni plus ni moins d'une forme de contrefaçon, une véritable tromperie du consommateur qui serait en outre légalisée par un règlement européen !

- T’as tout compris Loule. Mais il faut savoir que c’est ce que font les pisseurs de sarments d’Australie, d’Afrique du sud, du Chili et autres nouveaux venus sur le marché pinardier. En France même, cette méthode a les faveurs de tous les fabricants de saloperies que sont les plus gros négociants. Et qui c'est qui a demandé à la Commission européenne d'autoriser cette merde? Ben, c'est ce faux-cul de Barnier, sous la pression des gougnaffiers du négoce!

- Alors qu’est-ce qu’il faut faire ? Parce que si c’est ce qu’on va trouver maintenant sur les linéaires, on n’est pas plus con que ces chiapacans de négociants. On peut faire comme eux : tu prends dans ton frigo une boutanche de blanc et tu le colores avec un peu de rouge ! Le résultat sera le même…pour beaucoup moins cher ! C’est l’arroseur arrosé !

- T’as raison Loule ! Mais il vaut mieux faire comme toi: servir du vrai Rosé ! Et signer la pétition que tu trouves sur coupernestpasrose.com

- A la vôtre : je remets la mienne. Et que du bon !

Signez la PETITION

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

NOUVEAU!


image de Une par MB.jpg

D'une actualité explosive, viens de sortir:

"Cure us!" - Quand explosera la PANDEMIE

de Jean-Victor Joubert

Ouvrage disponible sur Ayoli.fr

06/05/2009

Halte à l’eurodémission du Peuple ! Oubliez le choix stupide de l’abstention aux élections européennes du 7 juin :

barroso gros.jpgVous ! Oui, vous qui avez l’intention d’aller à la mer, à la montagne, à la pêche le jour de l’élection européenne du 7 juin, méditez sur ce qui suit et que relate Jean-Luc Mélanchon à propos d’une nouvelle mesure en faveur de la privatisation de l’énergie votée ce dimanche 3 mai par les députés européens à Bruxelles, à cause des voix du P.S.E. (partie socialiste européen) mêlées à celles de la droite ultra libérale. Et n’oubliez pas que 80% des lois qui régissent notre vie de tous les jours  sont édictées par Bruxelles ! Si vous voulez en finir avec l’Europe imposée par les banquiers, les patrons, si vous voulez vous débarrasser de l’Europe de la concurrence sauvage, du saccage des services publics, de la primauté des marchands de soupe, allez VÔTER !

« [Le parlement européen s’est prononcé] sur la libéralisation de l’énergie. Ce vote portait sur le 3ème paquet de directives sur la libéralisation du marché de l’électricité et du gaz. Ces directives, on le devine, visent à renforcer la libre concurrence et à achever la libéralisation du secteur.

Que sait faire d’autre l’Union Européenne ? Au cas précis il s’agissait d’accélérer le démantèlement des entreprises intégrées de service public, chiennes galeuses accusées de fausser la concurrence.

Le vote a eu lieu. Sans surprise, EDF et GDF vont devoir séparer plus fortement leurs activités de production, de fourniture (services de distribution, en contact avec le client) et de transport (les lignes, les gazoducs etc).

Bien sûr cette désintégration ouvre la voie à une privatisation rampante des réseaux et de la distribution. C’est d’ailleurs commencé avant même le vote. Maintenant c’est la loi. On connaît l’enchaînement. Tout va se faire par des filialisations et des externalisations au profit du privé. Adieu l’égalité devant le service public. Adieu les investissements de long terme dans le réseau. Voici enfin l’ère de la modernité.

Cela veut dire que ce qui marchait bien pour tous va complètement dysfonctionner, que tout vaudra plus cher et que tout finira dans un scandale à l’occasion duquel on rappellera l’État pour réparer des dégâts inouïs ! Les rapaces vont encore se goinfrer et les gens souffrir.

C’est justement ce que dénonce actuellement le mouvement des agents des services de distribution d’EDF et GDF nommés dorénavant ERDF et GRDF en application des règles de dépeçage.

Certes, sous la pression des États, le compromis final voté par le Parlement européen n’impose certes plus une séparation patrimoniale totale et obligatoire entre les activités de production et celles de transport. Si cela avait été fait cela aurait valu une privatisation directe. Mais il impose une séparation accrue. Comme d’habitude, des petits pas toujours dans la même direction. Jusqu’à la prochaine fois. En pleine campagne européenne ça vaut la peine de savoir qui a voté comment. Surtout que les intéressés ne vont pas s’en vanter.

En effet, le PPE et le PSE ont massivement voté pour (187 voix du PSE pour, 2 contre, 2 abstentions !).La majorité de la GUE et des Verts ont voté contre. Les socialistes français ont brillé. Illisibles comme un de leur meeting. La majorité a voté pour comme l’ensemble du PSE.

Et parmi ceux-ci Françoise Castex, Vincent Peillon, Stéphane Le Foll, Pervenche Bérès, Jean-Louis Cottigny, Béatrice Patrie, Bernard Poignant, Catherine Trautmann.

Benoît Hamon et Harlem Désir se sont abstenus. Kader Arif et Henri Weber n’ont pas pris part au vote.

Seules Marie-Noelle Lienemann et Anne Ferreira ont voté contre. »


Cette collusion entre l’ultra droite et les « socialistes » dégoulinant du PSE maintient au pouvoir le sinistre Barroso, fossoyeur de la belle idée européenne. Pour redonner de l’espoir, du souffle, un avenir à cette Europe qui reste notre avenir, il faut envoyer au Parlement européen suffisamment de députés de gauche (et pas de gôôôche) pour que même le PSE trouve son intérêt à virer le très sarkocompatible et bushocomplice Barroso. Pour cela, il faudra ALLER VÔTER !

05/03/2009

Virer Barosso !

barroso barré.jpgLe Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Suède, la Finlande et l'Estonie, voilà les cinq pays européens dont les ministres de l’environnement ont approuvé la Commission européenne qui prônait la levée de l’interdiction de cultiver le maïs OGM Monsanto810 en Hongrie et en Autriche. Même l’Espagne, pourtant pourrie par les OGM a voté contre ! C’est un superbe coup de pied au cul de ce grand con de Barosso (rappelons toujours et toujours que ce type, qui dirigeait le Portugal à l’époque de la crise de l’Irak, était un farouche partisan de la guerre de Bush, comme l’Espagnol Aznard – viré depuis – le Rosbif Blair – viré depuis – et évidemment le criminel Bush – viré depuis). Ce nuisible a été placé à la tête de l’exécutif européen grâce aux magouilles des Anglais.

Dans cette affaire des OGM, il a chié élégamment sur les objections de son commissaire à l'environnement, l’excellent Stavros Dimas, afin de tenter de relancer la culture du MON 810 dans les Etats qui l'interdisent. Pour justifier ce choix, son entourage met en avant les risques de plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), la question des OGM étant un sujet de contentieux avec les Etats-Unis ! Autrement dit, pour satisfaire aux intérêts d’une seule multinationale mafieuse étazunienne – la sinistre Monsanto – Barosso va à l’encontre des intérêts et de la volonté de l’ensemble des citoyens de l’Europe ! Ce type, concernant de nombreux dossiers joue contre l'Europe et pour le compte de lobbys US ou asiatiques. Entre autres l’ouverture des poulets à la javelle étazuniens, les bœufs aux hormones étazuniens, les brevets logiciels néfastes aux PME informatiques du continent, sans oublier cette histoire des OGM. Il voudrait nous faire haïr l’Europe, il ne s’y prendrait pas autrement.

Cette révolte des parlementaires européens contre la Commission est pleine d’espoirs. « Il s'agit du plus gros score contre une proposition de levée d'une clause de sauvegarde, a déclaré Jean-Louis Borloo. C'est une décision politique contre la précipitation de la Commission. » Le ministre français de l'écologie en a de nouveau profité pour mettre en cause les procédures d'autorisation des organismes génétiquement modifiés (OGM) et les méthodes de l'Agence européenne pour la sécurité alimentaire. Bien. La prochaine fois, c’est la décision de la France sur la même interdiction qui sera sur la sellette. Borloo espère qu'une majorité équivalente pourra être réunie en cas de vote sur la clause de sauvegarde française. Les Etats membres ont trois mois pour se prononcer pour ou contre la recommandation de la Commission. Mais les débats devraient, cette fois, avoir lieu entre ministres… de l'agriculture et non de l'environnement ! On se demande pourquoi… Et là, le coup n’est pas le même, les ministres de l’agriculture étant sous la coupe des syndicats productivistes à tout crin genre FNSEA en France…

barroso sarko con.jpgLa Commission est responsable de l'hostilité des citoyens des états membres à la construction européenne ! Elle nous emmerde avec ses directives sur la chasse aux canards ou le fromage au lait cru mais elle s'est montrée d'une nullité absolue pour lutter contre le dumping fiscal et social entre pays de l’Union, les paradis fiscaux, la protection des industries européennes contre le dumping des pays tiers, etc.

Moi qui ai voté Non, je n’ai pas dit non à l’Europe mais non à cette Europe dégueulasse du fric et du mépris du peuple. Malgré la faillite du système, les ayatollahs de la commission continuent leur couplet ultra libéral en faveur du libre échange contre l'intérêt et les aspirations des citoyens européens. En pleine crise gravissime, ils n'ont pas bougé d'un iota de leur dogme. Un tel fanatisme pour la concurrence et le libre échange des grosses boites en ce moment, chapeau! Vraiment soumis aux lobbies du commerce et déconnecté vertigineusement de la société pour oser ce genre de position en ce moment. Barroso est prêt à sacrifier l'euro pour le dollar.

Bientôt on va voter. Faut faire en sorte que se dégage une majorité qui sera en mesure de virer ce néfaste et de réformer cette insupportable commission. Sinon les égoïsme nationaux déferont ce qui se construit dans la douleur mais aussi l’espoir depuis le traité de Rome. L’Histoire nous a appris ce qui en résultait… On n’est à l’abri de rien !

23:17 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : ogm, barroso, europe