Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/03/2013

« Je t’apporterai des oranges Chouchou ! »

chimulus sarko chez le juge.jpg

 

 

 

- Merde, qu’est-ce qu’il m’arrive. Moi, mis en examen !

Pour avoir ponctionner, un peu, Mamy Zinzin.

Eh ! Oh ! Quoi ! Le pognon, faut le prendre où il est !

Elle me l’a filé, je lui ai pas volé.

Dédé, avant Mamy, était très généreux

Il filait de la thune à tous les sulfureux

Qui pesaient quelque chose au cirque politique

Droite, gauche, centre mou, c’était automatique

Il achetait ainsi, et sans beaucoup de frais,

Près de tous les partis, une neutralité

Précieuse lorsque l’on est dans les affaires

Non seulement en France mais sur toute la terre.

Alors quand il est mort, le généreux Dédé,

On a tous fait pareil auprès de la mémé !

Et puis quoi, du pognon, elle en a des montagnes

Tiens, appuies la dessus pour voir ce que tu gagnes

Par rapport au pognon de Mémé Bettencourt !

Un, deux, cinq, dix millions, ça la prend pas de court !

C’est un pet de lapin pour ces bourrés de thunes

Qui ne connaissent pas le fond de leur fortune.

Et, ne nous trompons pas, parce que, assurément,

Cet argent est pour eux un investissement !

En arrosant ainsi le monde politique

Ils prennent en quelque sorte un antibiotique.

- Sûr, il n’est pas gentil ce magistrat Gentil !

Si c’était à Paris, tu serais mieux loti…

- Pas gentil ? Carlita, mais c’est un vrai pittbull

Vaut mieux pas lui tomber entre les mandibules !

- Attends, tous tes amis vont crier au complot

Pour déconsidérer ce juge de Bordeaux…

- Les amis politiques, Carlita, j’vais te dire,

Quand tu es dans la merde, ce sont ceux-là les pires !

- T’en fais pas mon chouchou, tu auras des oranges

Si tu vas en prison. Et des slips de rechange.

 

 

Duodi 2 Germinal 221

 

Merci à Chimulus

 

 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Où se trouve la plus petite prison de France ?

 - Dans la tête de Sarkozy, Il n'y a qu'une seule cellule.

 

24/07/2010

M'ame Michu et M'ame Chazotte : Bétancourt et Bettencourt, deux bêtes en cour...

vamps.jpg

 

- Tout de même, M'ame Chazotte, avec ce qu'elle gagne - 34 millions par mois à c'que j'ai cru entendre dire - cette M'ame Bettencourt, je trouve que c'est pas bien de demander en plus  6 millions à l'état colombien qui l'a libérée... C'est pas joli ça ! C'est pas joli !

- Ben j'crois que vous faites erreur sur la marchandise ma brave M'ame Michu. V'z'avez les boyaux de la tête qui semblent un peu constipés. C'est pas la même pintade, mais c'est la même mentalité, le nom qui veux ça sûrement. La celle des pintades qui gagne par jour autant que vous en cent ans de retraite, c'est la Bettencourt, avec un « e » et deux « t ». Et la celle qui prétend taxer de 6 millions et demi de dollars ou d'euros, ch'sais plus, l'état colombien, c'est la Bétancourt, avec un seul « t » et un « a ». L'une vous escroque lorsque vous acheter des trompe-couillons de l'Oréal, l'autre prétend escroquer non seulement l'état colombien mais aussi NOUS, pour avoir passé quelques années en villégiature dans la jungle, avec le statut reconnu et somme toute fort rémunérateur « d'otage ».

- Ah bon ! C'est pas la même ? J'aime mieux ça. Mais alors, celle qui nous a fait pleurer et que le mari de M'ame Carla a fait libérer, c'est celle avec un seul « t » et un « a » ?

Sarko Ingrid Bétancourt.jpg- Voilà. V'z'avez compris. Mais avec un  « t » comme « tordue » et un « a » comme « avide » ! Gonflée la mère ! Elle trimbale son cul dans une zone de guerre, elle se fait enlever par des mecs pas d'accord avec le gouvernement de Colombie, elle reste quelques années en vacances - forcée, c'est vrai - dans la jungle à cause de ses conneries, des troufions risquent leur peau pour la libérer et en plus...elle prétend racketter ses sauveteurs ! Je me disais aussi : on ne peut pas être amie avec Sarko et ne pas avoir le cul bréneux.

- Ben ça alors ! Mais pourquoi vous dites qu'elle veut aussi nous escroquer nous ?

- Parce que la dame Bétancourt Ingrid a aussi la nationalité française. Or il existe chez nous un  fonds de garantie des victimes d'actes terroristes et d'infractions pénales qui indemnise les Français et les étrangers victimes d'actes terroristes ou de prises d'otages sur le territoire national et les Français agressés dans de mêmes conditions à l'étranger. La demande est généralement présentée par le Quai d'Orsay. Dans le cas de l'ancienne otage, selon des sources concordantes, son affaire aurait été suivie avec attention par l'Elysée. « On nous a clairement dit qu'il s'agissait d'un dossier signalé et qu'il n'était en aucun envisageable de le rejeter », confie sous le sceau du secret l'un des administrateurs. On reconnait la patte de Sarko. Pourtant les règles d'indemnisation sont très strictes. Les personnes qui s'exposent à un danger alors qu'elles ont été prévenues ne peuvent obtenir réparation. Ce qui était clairement le cas pour Bétancourt Ingrid. Cette citoyenne aurait refusé une proposition d'indemnisation de 450.000 euros pour le préjudice subi pendant ses six ans de captivité en jungle, la trouvant insuffisante !

- Ben ça alors ! Ben ça alors ! Ça fait pourtant beaucoup de sous, non ?

- Plutôt ouais ! 450.000 euros pour 6 ans de vacances vertes, donc pour 72 mois, ça fait 6.250 euros par mois, soit 210 euros par jour ! Ohé ! les smicards ! Saluez l'exploit ! Mais ce n'est pas tout. Vous vous rappelez le ramdam que le Sarko et sa bande nous ont fait lors de la venue en France de la célèbre « libérée » ?

- Oh Oui ! Même que M'ame Carla était bien habillée pour la recevoir.

- Mouais... Cette fantaisie uniquement destinée à faire mousser notre grand Libertador a coûté un paquet de thunes aux contribuables français, à vous comme à moi M'ame Michu. On ne sait pas qui a payé son luxueux séjour dans un palace parisien après sa libération (mais on se doute que le Trésor public a été mis à contribution). Mais on a appris, en mars 2009, que l'ancienne otage avait coûté 73.238 euros - hors salaires - en protection !

- Ben ça alors !

- Enfin, parait tout de même que la Bétancourt Ingrid aurait finalement renoncé à demander du pognon à l'Etat français !

Bettencourt Liliane.jpg- Ah ! Ben, elle a qu'à demander à la M'ame qui s'appelle comme elle, enfin presque, et qui est si généreuse avec le mari de Carla, avec le mari de M'ame Woerth, avec son photographe, avec tous ceux qui y demandent des sous gentiment.

- Mouais... Demandez-lui en donc vous ! Elle en donne la Bettencourt Liliane a ceux qui peuvent l'aider dans ses magouilles fiscales.

12/07/2010

Au Bistro de la Toile : ce soir Vouvouz est là !

- Ah ! T'as vu Victor, le Woerth, il est totalement blanchi : il n'était absolument pas au courant des évasions fiscales de la Bettencourt. Donc il est blanc comme neige. C'est l'Inspection Générale des Finances qui le dit et qui l'écrit. Alors, y a plus qu'à y croire. De plus, si sa femme au Woerth - celle qui a fondé une écurie de course avec d'autres meufs de rupins - a travaillé dans le cabinet de « conseil » qui organise les magouilles bettencourtiennes, c'est un hasard. Ha-sard ! Et ceux qui disent le contraire sont des mauvaises langues.

- Eh ben voilà ! Tout va très bien madame la marquise... Tu deviens un bon Français politiquement correct Loulle. C'est comme ça qu'il faut penser en Sarkozie. T'as plus qu'à prendre ta carte de l'Union des Magouilleurs Pourris. Le rapport de l'IGF, commandé par Barrouin, le chiraquien bling-bling qui est allé à sa soupe, a été rédigé par Jean Bassères, qui est le chef du service de l'IGF, avec l'appui de trois autres inspecteurs des finances. Il a été bouclé en quelques jours. Le travail de l'IGF n'implique pas d'enquête sur le terrain, il se fait uniquement sur pièces, sur des documents écrits, répertoriés, archivés. Il devait répondre à deux questions :

1. «M. Eric Woerth, durant la période où il était ministre du budget a-t-il été informé de la situation fiscale et financière de Madame Bettencourt, de Messieurs Banier et de Maistre, ainsi que des sociétés Téthys et Clymène et est-il intervenu, pour demander, empêcher ou orienter un contrôle?»

2. «Les informations obtenues dans le cadre du contrôle fiscal de M. Banier, notamment de source judiciaire, étaient-elles de nature à conduire l'administration, avant les récentes révélations à l'origine de l'affaire, à déclencher un examen de la situation fiscale personnelle de Mme Bettencourt?»

Et les réponses, qui figurent en conclusion de ce mini rapport de 12 pages, hors ses annexes, sont claires comme de l'eau de roche:

1. «M. Eric Woerth, durant la période où il était ministre du budget n'est pas intervenu auprès des services placés sous son autorité pour demander, empêcher ou orienter une décision ou un contrôle portant sur Mme Bettencourt, MM Banier et de Maistre, ainsi que les sociétés Téthys et Clymène», les deux sociétés au travers desquelles Liliane Bettancourt gère son immense fortune.

2. «Les information obtenues dans le cadre du contrôle fiscal de M. Banier, notamment de source judiciaire, n'étaient pas de nature à conduire l'administration à déclencher un examen de la situation fiscale personnelle de Mme Bettencourt.». Allez ! Allez les clampins ! Circulez ! Y a rien à voir...

- Ah ! Bon, alors Victor ?

- Il est évident que le Woerth, vieux briscard de la magouille politicarde, s'il a influé sur la « tranquillité fiscale » de Bettencourt, n'a rien écrit ! Pas con le mec. Tout se passe sans traces bien sûr. Même pas par téléphone, mais par des « recommandations » entre quatre yeux aux décisionnaires que l'on chapeaute !

- Si on te suis Victor, ce rapport, sur lequel va s'appuyer Sarko ce soir dans l'Etrange Lucarne, est bidon ?

- Bidon, non. Mais l'IGF n'est pas un corps indépendant. C'est un service de contrôle, placé sous l'autorité directe du ministre de l'économie et du budget. Donc de l'exécutif, donc de Sarko ! Donc pas crédible pour un rond. C'est encore un enfumage de Vouvouz 1er.

- Vouvouz 1er ?

- Ben oui quoi : Quand Vouvouz est là, ça fait beaucoup de bruit et ça emmerde tout le monde !

Merci à Chimulus

chimulus meme pas peur.jpg

10/07/2010

M'ame Michu et M'ame Chazotte parlent de M'ame Bettencourt et de M'ame Thibout.

vamps.jpg

 

 

- Ben, M'ame Chazotte, ch'uis bien contente tout de même que le mari de M'ame Carla ne sois pas mouillé dans cette histoire de M'ame Bettencourt. La comptable, elle a dû réfléchir et elle s'est rappelé qu'elle n'avait pas entendu parler d'enveloppes de sous donnés à monsieur not'bon président, le mari de la belle M'ame Carla...

- Ben voyons! La mémoire, ça se travaille. Surtout lorsque vous avez une palanquée de flics qui vous convoquent, qui viennent chez vous, qui se déplacent loin alors que vous cherchez un peu de tranquillité dans de la famille dans un petit village des bords du Rhône... Et tout ça sans même que vous soyez mise en examen mais entendue comme «simple témoin». La M'ame Thibout, c'est pas une rugueuse au cuir tannée, capable de tenir tête aux pressions de la maison poulaga, c'est une comptable... Une «madame-tout-le-monde».

- Une «madame-tout-le-monde» qui avait tout de même l'autorisation de tirer des sous sur les comptes bancaires de la madame la plus riche de France...

- C'est pas suffisant pour résister aux intimidations des argousins du procureur Courroye ou à ceux de la brigade financière. Je les entends d'ici: «Dame Thibout Claire, ces pseudo-journalistes de Médiapart, c'est eux qui vous ont soufflé de parler d'enveloppes donnés à monsieur Sarkozi... Réfléchissez bien. Réfléchissez bien... - «Ben je sais plus moi, peut-être bien», - «Ben voilà dame Thibout Claire. Bon, vous pouvez rentrer chez vous, mais vous restez à notre disposition. Et faites bien attention, un accident est vite arrivé...»

- Vous croyez que ces messieurs de la police sont comme ça?

- Selon l'avocat de Claire Thibout, Me Antoine Gillot, sa cliente «a été soumise ces derniers jours à un harcèlement du parquet, astreinte à une pression hallucinante, avec des interrogatoires permanents. C'est d'autant plus choquant que je n'ai pas accès au dossier, puisqu'il s'agit d'une enquête préliminaire, non contradictoire, placée sous le seul contrôle du procureur de Nanterre. Il est scandaleux qu'il n'y ait pas de juge d'instruction impartial nommé dans cette affaire».

- Quand même, ce monsieur, le procureur de Nanterre, il sait ce qu'il fait...

- Il le sait d'autant plus qu'il est un ami personnel de Sarkozy, qu'il est lui-même cité dans ces embrouilles et qu'en diligentant une «enquête préliminaire», il garde la main sur un dossier explosif qui, dans toute vraie démocratie, ferait déjà l'objet d'une enquête par un juge d'instruction indépendant.

- Parce qu'il n'est pas indépendant ce monsieur Courroye?

- Il est procureur et pas juge d'instruction. C'est-à-dire qu'il est directement sous les ordres de la garde des sceaux, elle-même aux ordres du président de la république... Il peut donc à tout moment décider qu'il n'y a pas lieu de poursuivre, ça s'appelle un non-lieu... C'est ça la justice que veut Sarko avec sa réforme supprimant les juges d'instruction!

- Ben ça alors... Pourtant, tous ces sous qu'elle donne cette bonne M'ame Bettencourt, ça doit lui manquer non?

- Lui manquer? Ah! Ah! Ah! Elle «gagne» trente quatre millions d'euros par mois, soit plus d'un million par jour! Alors, 100.000 euros par çi, 150.000 euros par là pour s'acheter les connivences des politicards, pour elle c'est un pet de lapin.  Chaque fois que vous achetez du trompe-couillons chez L'Oréal, vous augmentez l'argent de la vieille. Sûrement "parce qu'elle le vaut bien"!

Infos ICI

07/07/2010

Liliane Bettencourt : plus d’un million de revenus PAR JOUR ! « Parce que je le vaux bien ! »

 

 

couilles-en-or--.jpg

 

 

Madame Bettencourt a des revenus dépassant les 34 millions d’euros par mois. « Parce que je le vaux bien » ! doit penser « la femme la plus riche de France ». Une richesse bâtit sur une aventure industrielle qui, pour être une extraordinaire réussite, n’en est pas moins entâchée d’accointances plus que douteuses.

 

Dans Libération: « Le fondateur de L'Oréal, Eugène Schueller, inventeur du shampoing Dop, du savon Monsavon, des peintures Valentine était un chimiste de génie mais aussi un homme d'extrême droite. Dans les années 30, il rejoint la Cagoule (organisation responsable de l'assassinat, entre autres, de deux dirigeants antifascistes italiens, Carlo et Nello Rosselli), dont les réunions avant-guerre eurent souvent lieu au siège de L'Oréal, rue Royale à Paris. Sous l'Occupation, Schueller s'était lancé dans une collaboration active pronazie au sein du MSR (Mouvement social révolutionnaire), qui fusionnera avec le RNP (Rassemblement national populaire) de Marcel Déat. Programme, entre autres: «Poursuivre par une action méthodique et dirigée, l'exclusion des juifs de la vie et des affaires de la France...» La Cagoule assassine Max Dormoy, ancien ministre de l'Intérieur; les amis de Schueller font sauter des synagogues.

 

acier couilles or.jpgAprès guerre, Schueller s'en sortira grâce à ses amis qui affirmeront qu'il était, en réalité, résistant. Une histoire bien française, donc, où tous s'accordent pour gommer «les années noires». Mais le cas L'Oréal est exceptionnel en raison des personnages qui s'y croisent depuis les années 30. A cette époque, trois jeunes loups qui se côtoient au foyer des pères maristes du 104 de la rue de Vaugirard se retrouvent dans une même mouvance d'extrême droite: François Mitterrand, François Dalle, André Bettencourt; leur chemin va croiser celui d'Eugène Schueller. François Dalle deviendra, pendant la guerre, le directeur de l'usine Monsavon (et plus tard PDG de L'Oréal). André Bettencourt épousera Liliane, la fille de Schueller, la femme la plus riche de France. »

 

Quelques centaines de milliers d’euros donnés aux sarko-trafiquants pour la mise en orbite de leur Conducatore n’est donc pas grand-chose pour la vieille dame (dont le mari, André Bettencourt fut ministre pilier de tous les gouvernements de droite)… Sans doute, « parce qu’ils le valent bien », comme le valaient bien les nazis français de la Cagoule. Bon sang ne peut mentir…

 

 

Merci à Reiss