Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/10/2015

Commander une pizza en France en 2025 !

 

 

 Nous sommes en 2025, (3ème année du premier mandat présidentiel de Manuel Macron).

 L'esprit néfaste de mai 68 est enfin révolu. La France a repris goût au  travail. Grâce à la nouvelle loi de sécurité intérieure, le croisement des fichiers est enfin autorisé et permet, pour notre bien-être et notre  sécurité, l'affichage des informations en temps réel.Rien à voir avec Big Brother, bien sûr!

 

Illustration. 

Voilà à quoi pourrait ressembler la commande d'une pizza en 2025.

 

  - Standardiste : Speed-Pizza, bonjour.

 

  - Client : Bonjour, je souhaite passer une commande s'il vous plaît.

 

  - Standardiste : Oui, puis-je avoir votre NIN, Monsieur ?

 

  - Client : Mon Numéro d'Identification National, oui, un instant, voila,   c'est le 6102049998-45-54610.

 

  - Standardiste : Je me présente je suis Habiba Ben Said, merci Monsieur  Jacques Lavoie. Donc, nous allons actualiser votre fiche, votre adresse est bien le 174 avenue de Villiers à Carcassonne, et votre numéro de   téléphone le 04 68 69 69 69. Votre numéro de téléphone professionnel à la Société Durandest le 04 72 25 55 41 et votre numéro de téléphone mobile  le 06 06 05 05 01. C'est bien ça Monsieur Lavoie ?

 

  - Client (timidement) : Oui !!

 

  - Standardiste : Je vois que vous appelez d'un autre numéro qui  correspond au domicile de Mlle Isabelle Denoix, qui est votre assistante technique. Sachant qu'il est 23h30 et que vous êtes en RTT, nous ne  pourrons vous livrer au domicile de Mlle Denoix que si vous nous envoyez un XMS à partir de votre portable en précisant le code suivant  AZ25/JkPp+88.

 

  - Client : Bon, je le fais, mais d'où sortez-vous toutes ces  Informations ?

 

  - Standardiste : Nous sommes connectés au système croisé, MonsieurLavoie.

 

  - Client (Soupir) : Ah bon !.... Je voudrais deux de vos pizzas spéciales mexicaines.

 

  - Standardiste : Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, Monsieur  Lavoie.

 

  - Client : Comment ça ???...

 

  - Standardiste : Votre contrat d'assurance maladie vous interdit un  choix aussi dangereux pour votre santé, car selon votre dossier médical, vous souffrez d'hypertension et d'un niveau de cholestérol supérieur aux valeurs contractuelles. D'autre part, Mlle Denoix ayant été médicalement traitée il y a 3 mois pour hémorroïdes, le piment est fortement déconseillé. Si la commande est maintenue, la société qui l'assure risque d'appliquer une surprime.

 

  - Client : Aïe ! Qu'est-ce que vous me proposez alors ?...

 

  - Standardiste : Vous pouvez essayer notre Pizza allégée au yaourt de  soja. Je suis sûre que vous l'adorerez.

 

  - Client : Qu'est-ce qui vous fait croire que je vais aimer cette pizza ?

 

  - Standardiste : Vous avez consulté les « Recettes gourmandes au soja » à  la bibliothèque de votre comité d'entreprise la semaine dernière, Monsieur Lavoie et Mlle Denoix a fait, avant hier, une recherche sur le  Net, en utilisant le moteur recherche sur le  Net, en utilisant le moteur http://www.gloubiboulga.com mots clefs « soja » et « alimentation ». D'où ma suggestion.

 

  - Client : Bon d'accord. Donnez m'en deux, format familial.

 

  - Standardiste : Vu que vous êtes actuellement traité par Dipronex et que Mlle Denoix prend depuis 2 mois du Ziprovac à la dose de 3 comprimés par jour et que la pizza contient, selon la législation, 150mg de  Phenylseptine par100g de pâte, il y a un risque mineur de nausées si vous consommez le modèle familial en moins de 7 minutes. La législation nous interdit donc de vous livrer. Par contre, j'ai le feu vert pour vous livrer immédiatement le modèle mini.

 

  - Client : Bon, bon, ok, va pour le modèle mini. Je vous donne mon   numéro de carte de crédit.

 

  - Standardiste : Je suis désolée Monsieur, mais je crains que vous ne  soyez obligé de payer en liquide. Votre solde de carte de crédit VISA dépasse la limite et vous avez laissé votre carte American Express sur votre lieu de travail. C'est ce qu'indique le « Credicard-Satellis-Tracer. »

 

  - Client : J'irai chercher du liquide au distributeur avant que le  livreur n'arrive.

 

  - Standardiste : Ça ne marchera pas non plus Monsieur Lavoie, vous avez dépassé votre plafond de retrait hebdomadaire.

 

  - Client : Mais ? Ce n'est pas vos oignons ! Contentez-vous de m'envoyer  les pizzas ! J'aurai le liquide. Combien de temps ça va prendre ?

 

  - Standardiste : Compte tenu des délais liés aux contrôles de qualité,  elles seront chez vous dans environ 45 minutes. Si vous êtes pressé, vous pouvez gagner 10 minutes en venant les chercher, mais transporter des pizzas en scooter est pour le moins acrobatique.

 

  - Client : Comment diable pouvez-vous savoir que j'ai un scooter ?

 

  - Standardiste : Votre Peugeot 408 est en réparation au garage de l'Avenir, par contre votre scooter est en bon état puisqu'il a passé le contrôle technique hier et qu'il est actuellement stationné devant le domicile de Mlle Denoix. Par ailleurs, j'attire votre attention sur les risques liés à votre taux d'alcoolémie. Vous avez, en effet réglé quatre cocktails « afroblack » au Tropicalbar il y a 45 minutes. En tenant compte de la composition de ce cocktail et de vos caractéristiques  morphologiques, ni vous ni Mlle Denoix n'êtes en état de conduire. Vous risquez donc un retrait de permis immédiat.

 

  - Client : grrrr..@#%/$@&?#!...!!

 

  - Standardiste : Je vous conseille de rester poli Monsieur Lavoie. Je vous informe que notre standard est doté d'un système anti-insulte en ligne qui se déclenchera à la deuxième série d'insultes. Je vous informe en outre que le dépôt de plainte est immédiat et automatisé. Or, je vous rappelle que vous avez déjà été condamné en juillet 2022 pour outrage à  agent.

 

  - Client : (Sans voix)

 

  - Standardiste : Autre chose Monsieur Lavoie ?

 

  - Client : Non, rien. Ah si, n'oubliez pas le Caoca gratuit avec les  pizzas, conformément à votre pub.

 

  - Standardiste: Je suis désolée Monsieur Lavoie, mais notre démarche qualité nous interdit de proposer des sodas gratuits aux personnes en surpoids. Cependant, à titre de dédommagement, je peux vous consentir 15% de remise sur une adhésion flash au contrat « Jurishelp », le contrat de protection et d'assistance juridique de Speed assurance. Ce contrat  couvre, en particulier, les frais annexes liés au divorce. Il pourrait donc vous être utile, vu que vous êtes marié à Mme Claire Lavoie née Girard depuis le 15/02/2018 et vu votre présence tardive chez Mlle Denoix, ainsi que l'achat il y a une heure à la pharmacie du Canal d'une boite de 15 préservatifs et d'un flacon de lubrifiant à usage intime. A titre promotionnel, je vais faire joindre aux pizzas un bon de 5 euros de  réduction pour vos prochains achats de préservatifs valable chez Speed-Parapharma. Toutefois, veuillez éviter les pratiques susceptibles d'irriter les hémorroïdes de Mlle Denoix, pour lesquelles Speed-Parapharma se décharge de toute responsabilité.

 

  Bonsoir Monsieur et merci d'avoir fait appel à Speed-Pizza.

 

 

Illustration X – Droits réservés

 

 

19/08/2013

La France en 2025:Big Brother au pouvoir.

ordinateur espion.jpg

 

 

Nous sommes en 2025, (3ème année du second mandat présidentiel de Manuel Valls).

 

L'esprit néfaste de 68 est enfin révolu. La France a repris goût au  travail. Grâce à la nouvelle loi de sécurité intérieure, le croisement des fichiers est enfin autorisé et permet, pour notre bien-être et notre  sécurité, l'affichage des informations en temps réel.

 

Illustration.

 

Voilà à quoi pourrait ressembler la commande d'une pizza en 2025.

 

  - Standardiste : « Speed-Pizza, bonjour. »

 

  - Client : Bonjour, je souhaite passer une commande s'il vous plaît.

 

  - Standardiste : Oui, puis-je avoir votre NIN, Monsieur ?

 

  - Client : Mon Numéro d'Identification National, oui, un instant, voila,   c'est le 6102049998-45-54610.

 

  - Standardiste : Je me présente je suis Habiba Ben Said, merci Monsieur  Jacques Lavoie. Donc, nous allons actualiser votre fiche, votre adresse est bien le 174 avenue de Villiers à Carcassonne, et votre numéro de   téléphone le 04 68 69 69 69. Votre numéro de téléphone professionnel à la Société Durandest le 04 72 25 55 41 et votre numéro de téléphone mobile  le 06 06 05 05 01. C'est bien ça Monsieur Lavoie ?

 

  - Client (timidement) : Oui !!

 

  - Standardiste : Je vois que vous appelez d'un autre numéro qui  correspond au domicile de Mlle Isabelle Denoix, qui est votre assistante technique. Sachant qu'il est 23h30 et que vous êtes en RTT, nous ne  pourrons vous livrer au domicile de Mlle Denoix que si vous nous envoyez un XMS à partir de votre portable en précisant le code suivant  AZ25/JkPp+88.

 

  - Client : Bon, je le fais, mais d'où sortez-vous toutes ces  Informations ?

 

  - Standardiste : Nous sommes connectés au système croisé, Monsieur   Lavoie.

 

  - Client (Soupir) : Ah bon !.... Je voudrais deux de vos pizzas spéciales mexicaines.

 

  - Standardiste : Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, Monsieur  Lavoie.

 

  - Client : Comment ça ???...

 

  - Standardiste : Votre contrat d'assurance maladie vous interdit un  choix aussi dangereux pour votre santé, car selon votre dossier médical, vous souffrez d'hypertension et d'un niveau de cholestérol supérieur aux valeurs contractuelles. D'autre part, Mlle Denoix ayant été médicalement traitée il y a 3 mois pour hémorroïdes, le piment est fortement déconseillé. Si la commande est maintenue, la société qui l'assure risque d'appliquer une surprime.

 

  - Client : Aïe ! Qu'est-ce que vous me proposez alors ?...

 

  - Standardiste : Vous pouvez essayer notre Pizza allégée au yaourt de  soja. Je suis sûre que vous l'adorerez.

 

  - Client : Qu'est-ce qui vous fait croire que je vais aimer cette pizza ?

 

  - Standardiste : Vous avez consulté les « Recettes gourmandes au soja » à  la bibliothèque de votre comité d'entreprise la semaine dernière, Monsieur Lavoie et Mlle Denoix a fait, avant hier, une recherche sur le  Net, en utilisant le moteur http://www.moogle.fr/ mots clefs « soja » et « alimentation ». D'où ma suggestion.

 

  - Client : Bon d'accord. Donnez m'en deux, format familial.

 

  - Standardiste : Vu que vous êtes actuellement traité par Dipronex et que Mlle Denoix prend depuis 2 mois du Ziprovac à la dose de 3 comprimés par jour et que la pizza contient, selon la législation, 150mg de  Phenylseptine par100g de pâte, il y a un risque mineur de nausées si vous consommez le modèle familial en moins de 7 minutes. La législation nous interdit donc de vous livrer. Par contre, j'ai le feu vert pour vous livrer immédiatement le modèle mini.

 

  - Client : Bon, bon, ok, va pour le modèle mini. Je vous donne mon   numéro de carte de crédit.

 

  - Standardiste : Je suis désolée Monsieur, mais je crains que vous ne  soyez obligé de payer en liquide. Votre solde de carte de crédit VISA dépasse la limite et vous avez laissé votre carte American Express sur votre lieu de travail. C'est ce qu'indique le « Credicard-Satellis-Tracer. »

 

  - Client : J'irai chercher du liquide au distributeur avant que le  livreur n'arrive.

 

  - Standardiste : Ça ne marchera pas non plus Monsieur Lavoie, vous avez dépassé votre plafond de retrait hebdomadaire.

 

  - Client : Mais ? Ce n'est pas vos oignons ! Contentez-vous de m'envoyer  les pizzas ! J'aurai le liquide. Combien de temps ça va prendre ?

 

  - Standardiste : Compte tenu des délais liés aux contrôles de qualité,  elles seront chez vous dans environ 45 minutes. Si vous êtes pressé, vous pouvez gagner 10 minutes en venant les chercher, mais transporter des pizzas en scooter est pour le moins acrobatique.

 

  - Client : Comment diable pouvez-vous savoir que j'ai un scooter ?

 

  - Standardiste : Votre Peugeot 408 est en réparation au garage de l'Avenir, par contre votre scooter est en bon état puisqu'il a passé le contrôle technique hier et qu'il est actuellement stationné devant le domicile de Mlle Denoix. Par ailleurs, j'attire votre attention sur les risques liés à votre taux d'alcoolémie. Vous avez, en effet réglé quatre cocktails « afroblack » au Tropicalbar il y a 45 minutes. En tenant compte de la composition de ce cocktail et de vos caractéristiques  morphologiques, ni vous ni Mlle Denoix n'êtes en état de conduire. Vous risquez donc un retrait de permis immédiat.

 

  - Client : grrrr..@#%/$@&?#!...!!

 

  - Standardiste : Je vous conseille de rester poli Monsieur Lavoie. Je vous informe que notre standard est doté d'un système anti-insulte en ligne qui se déclenchera à la deuxième série d'insultes. Je vous informe en outre que le dépôt de plainte est immédiat et automatisé. Or, je vous rappelle que vous avez déjà été condamné en juillet 2022 pour outrage à  agent.

 

  - Client : (Sans voix)

 

  - Standardiste : Autre chose Monsieur Lavoie ?

 

  - Client : Non, rien. Ah si, n'oubliez pas le Coca gratuit avec les  pizzas, conformément à votre pub.

 

  - Standardiste: Je suis désolée Monsieur Lavoie, mais notre démarche qualité nous interdit de proposer des sodas gratuits aux personnes en surpoids. Cependant, à titre de dédommagement, je peux vous consentir 15% de remise sur une adhésion flash au contrat « Jurishelp », le contrat de protection et d'assistance juridique de Speed assurance. Ce contrat  couvre, en particulier, les frais annexes liés au divorce. Il pourrait donc vous être utile, vu que vous êtes marié à Mme Claire Lavoie née Girard depuis le 15/02/2018 et vu votre présence tardive chez Mlle Denoix, ainsi que l'achat il y a une heure à la pharmacie du Canal d'une boite de 15 préservatifs et d'un flacon de lubrifiant à usage intime. A titre promotionnel, je vais faire joindre aux pizzas un bon de 5 EUR de  réduction pour vos prochains achats de préservatifs valable chez Speed-Parapharma. Toutefois, veuillez éviter les pratiques susceptibles d'irriter les hémorroïdes de Mlle Denoix, pour lesquelles Speed-Parapharma se décharge de toute responsabilité.

 

  Bonsoir Monsieur et merci d'avoir fait appel à Speed-Pizza ».

 

**************************

 

manitas de plata.jpg


Il y a quelques semaines, je vous signalai les problèmes de Manitas, 92 printemps. Manitas, l'homme aux doigts d'argent qui a vendu 93 millions d'album, brassé des millions, tutoyé tous les grands de la terre. Manitas, superbe cigale qui a chanté tout son été et dépensé sans compter, est aujourd'hui seul, pauvre, ruiné, abandonné (presque) de tous. Il vit quasi grabataire dans un petit logement de 35 mètres carrés à La Grande-Motte

 

Je viens de recevoir de Nathalie, son ancienne compagne qui, elle, ne l’oublie pas, cette information le concernant :

 

« Aujourd'hui, nous avons le plaisir de vous informer que la création de "Manitas de Plata Association" a bien été validée par la Préfecture.
Nous sommes dorénavant en mesure de mener des actions au nom de l'Association et de récolter des dons.

 

Si vous souhaitez aider Manitas ou faire passer le message autour de vous, voici les informations nécessaires pour l'envoi d'un chèque :
à l'ordre de "Manitas de Plata Association"
Adresse : 
Manitas de Plata Association
chez Nathalie Stickelbaut
Le Temple du Soleil - Bât. F
272 rue F. Mistral
34280 LA GRANDE MOTTE

 

Nous avons entamé d'autres actions mais qui ne porteront leurs fruits qu'à plus long terme et nous avons des urgences à résoudre donc toute aide financière est bienvenue.

 

Si vous avez d'autres idées qui pourraient permettre de récolter des fonds et d'aider Manitas à continuer à vivre chez lui, n'hésitez pas à nous en faire part.

 

Vous serez informé des différentes actions que nous menons par le biais d'un site internet en cours de création. »

 

Pourquoi ne pas lui envoyer le prix d’un CD, autour de 20 euros ! Mais directement à lui à travers l’association. Au moins, ça n'engraissera pas les "majors" qui se sont gavés sur son talent...

 

En cadeau voici une bringue avec Manitas et ses amis au bistro-restaurant Les Vagues, aux Saintes-Marie-de-la-mer. J’ai eu la chance de participer à quelques uns de ces grands moments !

 

http://www.youtube.com/watch?v=iu4_nWVCBtU

 

et aussi de grands moments de concert de ce Mozart de la guitare flamenca :

 

 http://www.youtube.com/watch?v=Eex1aqbfP08



Duodi 2 Fructidor 221

 

 

Illustration X – Droits réservés

20/10/2011

Big-Brother : la fin de toute intimité…

oeil dans serrure.jpg

 

Il y a un truc – parmi une foultitude d’autres - qui me fait gonfler les aliboffis, c’est lorsque je vois un de ces yeux globuleux monté sur un grand poteau, perché sur un mur ou planqué au dessus d’une porte, et qui me mate. Souvent je leur fais des grimaces, ou je les gratifie d’un bras d’honneur. Je voudrais bien leur montrer mon cul, mais ça m’amènerait en taule…

 

 

Un autre truc qui me file les boules, c’est lorsqu’une vendeuse de grande surface me demande « vous avez la carte du magasin ? ». Bien sûr que non ma belle ! Pareil lorsque je suis obligé de payer l’autoroute avec une carte de crédit. Par ailleurs, j’évite soigneusement de succomber aux multi sollicitations qui me demandent de m’inscrire sur des conneries genre fesse-bouc ou tou-hi-tair. Quant aux GPS, j’en ai un, acheté auprès de l’IGN et qui me permet de ne pas me paumer dans les forêts lorsque je vais aux champignons !

 

 

Tout ça pour vous dire qu’on est de plus en plus traqué, filmé, fiché, fliqué. Je vous entends dire : « Ça y est, Victor va encore nous ressortir ces lubies sur Big Brother… Il commence à radoter… ». Peut-être, mais pour que même France Inter inscrive ce thème dans son « téléphone sonne » de ce soir, pour que le Nouvel Obs en fasse un dossier, pour qu’Alex Türk, l’ancien président de la CNIL, sorte un livre sur le sujet, c’est que ce n’est pas anodin et surtout pas à négliger. D’ores et déjà on peut dire adieu à notre intimité.

 

 

Il y a le flicage d’état : - le fichier de police Stic recensait 6,2 millions de noms fin 2010 (avec 30% d’erreurs !!!) et 41 millions de faits ; - le fichier national des empreintes génétique (Fnaeg) avait stocké 1,2 millions de profils fin 2010 ; - le Fichier automatisé des empreintes digitales (FAED) répertoriait 3,6 millions d’individus début 2011 ; - en 2010, gendarmes et policiers ont procédé à 43.000 écoutes téléphoniques, soit 65% d’augmentation en 4 ans ; - Claude Guéant s’est fixé l’objectif de 45.000 caméras de surveillance en France d’ici fin 2011. Avec en projet très avancé la carte d’identité biométrique qui constituera le premier flicage intégral d’une population.

 

Il y a aussi des officines privés qui collectent et vendent toutes les informations qu’elles peuvent recueillir sur chacun de nous, et surtout les grands pontes des sociétés tentaculaires de télécoms et les seigneurs des réseaux (google, facebook, twitter et autres). Sous forme ludiques, ceux-ci font en sorte que les cons-sommateurs se fichent eux-mêmes ! Et en plus paient pour être fichés !!! Nous sommes tous fichés quelque part, sans savoir où. On connait nos nom, prénom, adresse, âge, poids, taille, couleur de peau, couleur des yeux, lectures favorites, produits que nous achetons, etc., etc. Toutes informations que nous balançons avec une naïveté qui confine à la connerie ! Et qui se retourneront au besoin contre nous.

 

Il y a l’arrivée des nanotechnologies et de toutes les puces électroniques qui infectent les nouveaux jouets modernes : téléphones dernière génération, GPS qui suivent les parcours des gens et autres délateurs électroniques qui sont partout, et vont de plus en plus nous envahir avec les puces RFID, disséminées partout, à notre insu, et terriblement inquisitrices. Les systèmes d’information modernes, qui prolifèrent avec le prétexte de la lutte contre le terrorisme depuis les Twin Towers de New-York, sont d’ores et déjà en mesure de tout voir, de tout entendre, de tout savoir de chacun d’entre nous. Au profit de qui ? Non seulement des états mais aussi et surtout des dirigeants de groupes multinationaux financiers ou industriels, et d'institutions internationales opaques (FMI, Banque mondiale, OCDE, OMC, banques centrales....). Autant de maitres du monde qui ne sont pas élus, malgré l'impact de leurs décisions sur la vie des populations.

 

 

Vous voulez toucher de près, de très près, la puissance des outils qui nous espionnent ? Cliquez donc là-dessus :

 

http://www.gigapixel.com/image/gigapan-canucks-g7.html

 

Nonidi 29 Vendémiaire 220

 

 Photo X - Droits réservés

01/09/2011

Au bistro de la toile : Big Brother est bien là !

chimulus bistro copie.jpg 

 

- Eh ! Toi-là. Oui, toi qui te gratte les couilles là-bas, au fond du Stade de France. T’as ta puce j’espère !

- Ben… Oui, monsieur Big Brother. Je l’ai ma puce RFID. On me l’a implantée sous le bras lorsque j’ai eu une contravention pour avoir bu un verre de vin deux heures avant de prendre ma voiture à l’anniversaire de mon beau-frère. Mais comment vous savez que je me gratte les couilles ?

- Big Brother voit tout, Big Brother sait tout. Soyez dans deux heures au commissariat de votre quartier ou bien nous enverrons une patrouille vous chercher.

- Euh ! Euh ! Oui monsieur Big Brother, j’y serai.

 

- Eh ! Oh ! Victor, à quoi tu te la joues ? Tu te la fais pas un peu parano des fois non ? Comment veux-tu qu’une caméra de ton Big Brother à la mord-moi-le-zob puisse voir si un type se gratte les couilles où non dans une foule.

 

- Comment ? Eh bien tè ! Branche-toi tout de suite sur ce truc que j’appelle Big Brother

et tu verras comment les moyens techniques aux mains des gouvernants pour espionner les gens sont époustouflant, mais surtout terrifiant. Tu vas voir comment, à des kilomètres, tu peux zoomer sur un coin de foule et reconnaître un pékin qui se croit anonyme. Et lorsque la puce RFID sera effectivement implantée, ce qui ne saurait tarder (*), bonjour le « Meilleur des mondes »…

 

Clique sur Big Brother et tu verras une photo de « l'inauguration » de la présidence de Barak Obama, dans laquelle on peut distinguer nettement chaque personne dans la foule.

 

Pointe quelque part. Joue de la petite main et de la molette pour agrandir la photo. Attends quelques secondes et tu seras en focus.

 

Cette photo a été prise avec une caméra-robot de 1.474 megapixels, soit avec 295 fois plus de puissance que les photos de nos appareils photos.

 

Une seule photo et la possibilité de "ficher" un million de personnes !!! Alors sache que ce type de caméras équipe des palanquées de satellites espions qui te survolent…

 

 

(*) Le congrès des États-Unis d’Amérique vient il y a quelques mois d'adopter une loi (HR 3200) qui permet de pucer l'être humain. Sous prétexte d'un accès au remboursement des soins de santé, par une identification des patients et des informations relatives à la santé, cette loi qui était un projet datant officiellement du 10 Décembre 2004 obligera l'américain moyen à se faire implanter un transpondeur à radiofréquences (qui réagira donc aux ondes radios) sous cutané capable de durer l'équivalent d'une vie.

 

Ce marquage, qui coûtera entre 150 et 200 dollars, touchera tout d'abord les classes moyennes et modestes puisqu'il sera a priori imposé aux personnes dépendantes du système de remboursement de la santé sociale américaine. Il concernera aussi les personnes âgées du programme Medicare, les anciens combattants, les malades d'Alzheimer mais aussi les blessés inconscients qui seront admis aux urgences... Si vous ne vous faites pas pucer, vous n'aurez donc pas droit aux remboursements en vigueur chez l'Oncle Sam

 

 

Merci à Chimulus

 

 Quintidi 15 fructidor 219

 

Post Sriptum – Les sarkotrafiquants à l’œuvre :

http://www.mediapart.fr/journal/france/010911/enquete-tak...

26/08/2011

Merde à Steeve Job, merde à Bill Gate, merde à Microsoft, merde à Intel et merde…aux Hèregés !

 

big brother.jpgAmi blogueur,  toi qui savoure l’extraordinaire liberté que te procure l’internet, sache que cette liberté est surveillée. Très surveillée même. Tout ce que tu fais, tout ce que je fais sur la toile est épié, surveillé, enregistré. Il n'y a pas plus transparent que le réseau internet. Avec les logiciels adéquats, n'importe qui peut pister les informations consultées par un internaute. L'utilisateur d'internet est par ailleurs facilement identifiable grâce aux données personnelles stockées par le navigateur et le système. Les données sur notre identité sont "interrogeables à distance", ainsi que le contenu du fameux fichier "magic cookie". Ce fichier garde la trace de certains sites visités qui y inscrivent des informations afin d'identifier les utilisateurs et mémoriser leurs profils.

 

De plus, depuis les attentats du 11 Septembre 2001, la plupart des pays occidentaux ont adopté des lois qui autorisent la surveillance de l'ensemble des communications sur Internet: les mails, mais aussi les sites visités, les pages consultées, le temps passé sur chaque site, ou encore les participations à des forums. Les informations mémorisées sont extrêmement détaillées, beaucoup plus que ne le nécessiterait la lutte contre d'éventuels terroristes. Par contre, les informations recueillies correspondent exactement à ce qui serait nécessaire pour établir le "profil" de chaque citoyen.

 

 La palme du Big Brother électronique revient incontestablement à Microsoft, avec son système Windows et son navigateur Internet Explorer, qui renferment un numéro d'identification de l'utilisateur, le GUID (Globally Unique Identifier). Ce numéro d'identification est ensuite inscrit dans tous les documents créés avec les applications de Microsoft Office. Il peut être consulté à distance par Internet grâce à des commandes spéciales prévues par Microsoft.

 

Le système Windows et Internet Explorer intègrent d'autres commandes spéciales qui permettent de sonder le contenu du disque dur de l'utilisateur, à son insu, durant ses connexions à Internet. Microsoft a reconnu l'existence de ces commandes spéciales et du GUID.

 

Selon un rapport réalisé en 1999 pour le ministère français de la Défense, il existerait des liens entre Microsoft et les services de renseignements américains, et des membres de la NSA travailleraient dans des équipes de Microsoft. Ce rapport parlait aussi de la présence de programmes espions ("back-doors") dans les logiciels de Microsoft.

 

De son coté, Intel a également placé un numéro d'identification consultable à distance dans les puces dernière génération.

La solution pour protéger notre vie privée et nos données: utilisez un le système Linux et surfez sur le Net avec un autre navigateur qu'Internet Explorer (par exemple Firefox).

 

Moi je passe par Firefox, mais je n’ai pas encore fait le pas vers Linux. Mais ça va venir.

 

Et merde à Microsoft, et merde à la NSA, et merde à nos Hèregé qui nous espionnent ! (lorsque, sur vos stats, vous voyez tel ou tel jour que toutes  vos pages ont été visitées, c’est probablement un de nos « amis » des Hèregé qui s’intéresse à vous ! Montrez-lui votre cul !)

 

Nonidi 9 fructidor 219

 

Illustration X - Droits réservés

 

 

 

27/07/2011

Pendant le bronze-cul, les sarko-saloperies continuent.

big brother sarko.jpg
 

Le 7 juillet – date sûrement pas choisie au hasard – 11 députés seulement (7 de la majorité, 4 de l’opposition) ont voté la loi la plus liberticide commise par les sarkonuisibles, pourtant forts généreux en la matière (Le nombre de fichiers policiers a augmenté de 169% depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur, en 2002 : plus de la moitié des 70 fichiers recensés ont été créés sous son autorité. Dans le même temps, le Parlement a voté pas moins de 42 lois sécuritaires. On aurait pu penser qu'à ce train-là, le problème de l'insécurité devrait avoir été au moins partiellement réglé ! Ben voyons !

 

Il s’agit de la loi dite « de la protection de l’identité ». Vous vous souvenez que le terrain a été préparé dans le courant de l’année par des reportages sur les malheurs – authentiques – de personnes dont l’identité a été usurpée. C’est un phénomène croissant mais qui, d'après la police, ne représenterait pas plus de 15.000 faits constatés par année. De plus, la loi LOPPSI II a, précisément, en mars dernier, créé un délit d'usurpation d'identité...

 

A partir de ce prétexte, et en tripatouillant les statistiques (voir l'avis de la Cour des Comptes, qui vient de publier un rapport particulièrement sévère sur les manipulations statistiques du ministère de l'Intérieur), le gouvernement va créer un « fichier des gens honnêtes ». En pratique, il s’agit d’ajouter à la future carte d'identité (pas obligatoire, ne l’oublions pas ! ) une puce électronique pour être identifié auprès des services de sécurité, ainsi qu’une seconde puce facultative pour les services et le commerce électronique ( !!!???). Il s’agit aussi et surtout créer une base de données centralisée des empreintes digitales et photographies de leurs titulaires. Cette base de données  répertoriera les noms, prénoms, sexe, dates et lieux de naissance, adresses, tailles et couleurs des yeux, empreintes digitales et photographies de 45 millions de Français voire, à terme, de l’ensemble de la population. Prochaine étape, la puce RFID implantée obligatoirement à la naissance?!

 

Le Conseil d'État, la CNIL et la Cour européenne des droits de l'homme se sont d'ores et déjà prononcés contre ce type de fichage biométrique généralisé de personnes innocentes de tout crime ou délit, pour la simple et bonne raison qu'il s'agit là d'une violation manifeste de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, de la convention sur la protection des données du Conseil de l’Europe, et de la loi informatique et libertés. Que répondent les sarkonuisibles ? Tè ! Fumes… Et ils font passer leur saloperie en catimini, la nuit des grands départs en vacances, par 7 députés contre trois. Au fait où étaient-ils les députés de l’opposition ? Ils la connaissaient cette proposition de loi, ils savaient qu’elle était présentée. Ils sont donc tout aussi coupables.

 

L’objectif est donc clair : fliquer tout le monde. Mais s’y ajoute un objectif plus sordide, totalement mercantile, révélant l’inféodation de Sarko et des membres de son clan, gouvernement et UMP compris, aux forces financiéro-industrielles qui les manipulent comme autant de marionnettes dociles. L’objectif caché, c’est de soutenir les industriels de l'identification biométrique, dont les leaders sont français, comme l'a reconnu Jean-René Lecerf, l'auteur de la proposition de loi, en déclarant sobrement que "les entreprises françaises sont en pointe mais elles ne vendent rien en France, ce qui les pénalise à l’exportation par rapport aux concurrents américains" (voir Fichons bien, fichons français).

Philippe Goujon, le rapporteur de la proposition de loi à l'Assemblée a été encore plus clair, ne cherchant même pas à cacher qu'il s'agit là d'une opération de « patriotisme économique » résultant d'une campagne de lobbying : « Comme les industriels du secteur, regroupés au sein du groupement professionnel des industries de composants et de systèmes électroniques (GIXEL), l’ont souligné au cours de leur audition, l’industrie française est particulièrement performante en la matière : les principales entreprises mondiales du secteur sont françaises, dont 3 des 5 leaders mondiaux des technologies de la carte à puce, emploient plusieurs dizaines de milliers de salariés très qualifiés et réalisent 90 % de leur chiffre d’affaires à l’exportation. Dans ce contexte, le choix de la France d’une carte nationale d’identité électronique serait un signal fort en faveur de notre industrie.»

 

Raison de plus pour dire à Sarko et ses sarko-trafiquants au printemps prochain :

« DE-GA-GEZ ! »

 

Sources 

 

Octidi 8 thermidor 219

 

 

 

 

24/06/2011

Souriez, vous êtes filmés, espionnés, fichés…et CONtents !

puce électronique visage.jpg
 
 

Même Turk, qui a longtemps présidé la CNIL, l’écrit dans un livre qui vient de sortir, le flicage général et global est en route. Et à grande vitesse !

 

Ah ! Qu’ils sont attrayants tous ces beaux gadgets qui nous « facilitent » la vie : téléphones portables, cartes de crédits, cartes de « réduction » des grandes surfaces, GPS, etc. ; sans oublier les fichiers électroniques de moins en moins contrôlés par une CNIL-alibi squelettique, et, évidemment cet Internet qui nous occupe, nous distrait, nous aide, nous cultive, nous rapproche, nous fascine et…NOUS ESPIONNE et NOUS FICHE !

 

Objectifs inavoués mais réels : obtenir une connaissance précise du « profil » de chaque individu: opinions, comportements, déplacements, fréquentations, habitudes, standard de vie... ; et pouvoir localiser chaque individu avec précision et en temps réel, où qu'il se trouve.

 

Ce deuxième objectif, déjà bien avancé par les téléphones portables et les cartes de paiement va faire un grand bond en avant (si j’ose dire ! ! !) avec la prochaine étape : - placer une balise de localisation par satellite sur toutes les voitures.

 

Aux Etats-Unis, les voitures produites par certaines marques intègrent déjà ce système, qui est présenté au consommateur comme un avantage pour sa sécurité en cas d'accident (la balise avertit automatiquement le centre de secours et transmet la localisation précise de l'accident).

 

L'adhésion du public sera obtenue à coup sûr grâce à une promesse de réduction des cotisations d'assurance: la balise réduira en effet les vols de voiture, celles-ci pouvant être instantanément localisées.

 

Comme toujours, on ne change pas une recette qui marche : un avantage réel mais futile, une présentation ludique, et les « veaux » adhèrent de bon cœur, sortent leur portefeuille et engraissent volontiers ceux qui les exploitent, les enchaînent, les méprisent et les prennent pour des cons.

 

L’étape suivante sera de développer des systèmes individuels de localisation et d'identification: collier ou bracelet électronique (expérimentés sur les prisonniers, et même chez les enfants en Angleterre !), implant électronique placé sous la peau, ou tatouage sur la peau d'un code barre invisible à la lumière ordinaire (lisible par un scanner, déjà en utilisation en Espagne pour pénétrer dans certaines boites de nuits !).

 

L'implant de localisation existe également: de la taille d'un grain de riz, la puce « Digital Angel » est fabriquée par la société Applied Digital Solutions (ADSX) qui édite un site spécial consacré à Digital Angel.

 

Plus fort encore, une autre société dénommée « Alien Technology » (sic!) produit depuis 2002 une micro-puce de la taille d'un grain de sable (environ 100 microns de coté). Cette technologie a été mise au point au Centre Auto-ID, un laboratoire installé au sein du MIT (Massachusetts Institute of Technology), et financé par d'importants industriels, parmi lesquels Gillette, Procter & Gamble ou Philip Morris.

 

Ils seront assorti d’un côté ludique bien sûr pour les faire accepter par la population...

 

Toutes ces joyeusetés ont pour but : Travaillez, Consommez et Fermez vos gueules !

 

La société ultra-libérale dont Sarko est le larbin-promoteur, c’est ça !

 

 

 Photo X - Droits réservés

 

Sextidi le 6 messidor 219

 

09/09/2010

Big Brother, nous voilà... Les mouchards électroniques arrivent dans nos écoles!

 

rfid.jpg


« Alors ma puce, comment ça s'est passé aujourd'hui à l'école ? » Cette phrase affectueuse correspondra, dans quelques mois, à une réalité formelle dans une crèche parisienne. En effet (c.f. Le Parisien de ce jour): « Pour la première fois en France et en Europe, une crèche parisienne expérimentera, dans le courant du premier semestre 2011, le contrôle électronique sans fil de ses petits pensionnaires.

Chaque enfant accueilli dans l’établissement, vraisemblablement une structure d’accueil associative, privée ou d’entreprise, mais pas municipale, sera équipé d’une puce radio sans fil reliée à un centre de contrôle vidéo. »


Toutes les plus grosses conneries technologiques nous arrivant des Zétazunis, cette « expérience » est déjà en cours là-bas. En effet « depuis la rentrée, les deux cents enfants de l’école élémentaire George-Miller-III de Richmond, dans la banlieue de San Francisco (Etats-Unis), doivent, chaque matin, enfiler un drôle de gilet futuriste. Glissée dans l’encolure, une petite puce RFID permet aux enseignants de suivre, sur des écrans de contrôle, les faits et gestes des enfants.

Chaque élève est symbolisé par un petit point que l’on voit se déplacer en temps réel dans les salles de classe ou dans la cour. »


Le quotidien parisien continue: « Dominique Ratia-Armengol, présidente de l’Association nationale des psychologues de la petite enfance, l’idée est « tout simplement effrayante ». « Enfermer les enfants dans une cage virtuelle, c’est créer des conditions de méfiance et d’angoisse inutile face à un danger qui n’existe pas. C’est également déresponsabilisant en coupant les liens avec les adultes à l’écoute et formés pour éduquer et établir une relation de confiance avec eux. »
Même réaction indignée de Maria Da Costa Pereira, auxiliaire de puériculture à
Paris et responsable syndicale CGT : « C’est la porte ouverte à des économies énormes de personnel au détriment d’une relation humaine essentielle avec des adultes professionnels. D’autant qu’il n’y a pas besoin de sécuriser électroniquement des crèches qui sont déjà des lieux fermés et absolument sans risque de fugue… »


Ben voilà! On y est... Il y a longtemps qu'on alerte sur ce blog contre cette arrivée possible du Big Brother intégral, le « puçage » de la population comme les troupeaux de vaches. La puce RFID (radio frequency identification en anglais) est une technologie de communication sans fil entre des petites puces et un émetteur-récepteur. Un peu comme dans un GPS miniature, les puces envoient régulièrement par fréquence radio des informations comme, par exemple, leur position géographique. Il y a longtemps que les multinationales de la distribution intègrent de telles puces dans leurs produits à des fins de traçabilité. La puce permet ensuite de localiser le produit pendant sa distribution, mais aussi après son achat. La puce RFID étant identifiée au moment du passage à la caisse du supermarché, elle peut être associée à la carte de crédit ou au chèque de l'acheteur, et donc à son identité. Chaque produit acheté devient ensuite un « mouchard électronique » qui permet de localiser son utilisateur ! On les trouve encore dans les passes « Navigo » de la RATP, dans la plupart des badges d'entreprises pour avoir accès à telle ou telle salle, etc. Voilà donc que nos « têtes blondes » ou brunes vont être traitées comme un pull-over ou un ustensile électro-ménager ! Big Brother, nous voilà !


Tout ceci a pour finalité de préparer le bétail humain a accepter ce flicage intégral en en montrant le côté « utilitaire » voire ludique. La prochaine étape sera l'implant de ces mouchards électroniques dans la viande humaine. La technologie existe dès à présent. Elle est largement utilisée pour la traçabilité des animaux domestiques ou même de certains animaux sauvages en voie de disparition.


Des « puces » de la taille d'un grain de riz sont implantés sous la peau de certains malades pour permettre leur suivi médical. Des hôpitaux américains encouragent déjà les patients à se faire greffer une puce contenant leurs données médicales personnelles (groupe sanguin, traitements déjà en cours, etc), dans le but d'éviter les risques d'erreur dans l'identification et le traitement des malades. Les implants seront aussi proposés pour une surveillance médicale à distance avec envoi automatique d'une alerte au médecin en cas de problème.


Ça, c'est le paravent « utile » de Big Brother. De multiples moyens sont actuellement utilisées pour préparer l'opinion publique à accepter la puce, et pour réduire la répulsion instinctive à l'intrusion d'objets matériels dans le corps. D'où les efforts des médias et de l'industrie culturelle pour populariser les piercings, les implants en silicone, ou encore les anneaux gastriques (comme solution à l'obésité).


Pour rendre la puce désirable et "tendance", une discothèque de Barcelone dirigée par un américain propose déjà à ses clients de se faire implanter pour 100 euros de monnaie électronique dans la viande (rechargeable) afin de pouvoir payer les consommations au bar sans argent ! Et les cons « branchés » marchent...


On peut tout aussi bien y mettre des données d'identité, de casier judiciaire, de race, de religion, d'activités, de carte de crédit, etc. Bientôt le bétail humain lui aussi sera parfaitement "traçable", dès qu'un nouveau « 11 Septembre » fournira le prétexte pour rendre la puce obligatoire, au nom de la « sécurité » !


Les puces dans les crèches sont un pas de plus vers ce monde infernal où règne Big Brother.


Mondo cane...

*********************************************

L’Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani pourrait être mise à mort pour adultère dans les jours qui viennent, mais deux hommes peuvent encore lui sauver la vie : les chefs d'état du Brésil et de la Turquie.

Pour tenter de la SAUVER cliquez

ICI

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


*********************

Appel du 14 juillet pour

UNE JUSTICE INDEPENDANTE

01/09/2010

Et merde à Microsoft, et merde à la NSA, et merde à nos Hèregé qui nous espionnent !

 

Ami blogueur,  toi qui savoure l’extraordinaire liberté que te procure l’nternet, sache que cette liberté est surveillée. Très surveillée même. Toute ce que tu fais, tout ce que je fais sur la toile, est épié, surveillé, enregistré. Il n'y a pas plus transparent que le réseau internet. Avec les logiciels adéquats, n'importe qui peut pister les informations consultées par un internaute. L'utilisateur d'internet est par ailleurs facilement identifiable grâce aux données personnelles stockées par le navigateur et le système. Les données sur notre identité sont "interrogeables à distance", ainsi que le contenu du fameux fichier "magic cookie". Ce fichier garde la trace de certains sites visités qui y inscrivent des informations afin d'identifier les utilisateurs et mémoriser leur profil.

 

De plus, depuis les attentats du 11 Septembre 2001, la plupart des pays occidentaux ont adopté des lois qui autorisent la surveillance de l'ensemble des communications sur Internet: les mails, mais aussi les sites visités, les pages consultées, le temps passé sur chaque site, ou encore les participations à des forums. Les informations mémorisées sont extrêmement détaillées, beaucoup plus que ne le nécessiterait la lutte contre d'éventuels terroristes. Par contre, les informations recueillies correspondent exactement à ce qui serait nécessaire pour établir le "profil" de chaque citoyen.

 

 La palme du Big Brother électronique revient incontestablement à Microsoft, avec son système Windows et son navigateur Internet Explorer, qui renferment un numéro d'identification de l'utilisateur, le GUID (Globally Unique Identifier). Ce numéro d'identification est ensuite inscrit dans tous les documents créés avec les applications de Microsoft Office. Il peut être consulté à distance par Internet grâce à des commandes spéciales prévues par Microsoft.

 

Le système Windows et Internet Explorer intègrent d'autres commandes spéciales qui permettent de sonder le contenu du disque dur de l'utilisateur, à son insu, durant ses connexions à Internet. Microsoft a reconnu l'existence de ces commandes spéciales et du GUID.

 

Selon un rapport réalisé en 1999 pour le ministère français de la Défense, il existerait des liens entre Microsoft et les services de renseignements américains, et des membres de la NSA travailleraient dans des équipes de Microsoft. Ce rapport parlait aussi de la présence de programmes espions ("back-doors") dans les logiciels de Microsoft.

 

De son coté, Intel a également placé un numéro d'identification consultable à distance dans les puces dernière génération.

La solution pour protéger notre vie privée et nos données: utilisez un Macintosh (ou le système Linux), et surfez sur le Net avec un autre navigateur qu'Internet Explorer (par exemple Firefox).

 

Moi je passe par Firefox, mais je n’ai pas encore fait le pas vers Linux. Mais ça va venir.

 

Et merde à Microsoft, et merde à la NSA, et merde à nos Hèregé qui nous espionnent ! (lorsque, sur vos stats, vous voyez tel ou tel jour que toutes  vos pages ont été visitées, c’est probablement un de nos « amis » des Hèregé qui s’intéresse à vous ! Montrez-lui votre cul !)

 

*********************************************

L’Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani pourrait être mise à mort pour adultère dans les jours qui viennent, mais deux hommes peuvent encore lui sauver la vie : les chefs d'état du Brésil et de la Turquie.

 

Pour tenter de la SAUVER cliquez

ICI

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


*********************

Appel du 14 juillet pour

UNE JUSTICE INDEPENDANTE

 

14/05/2010

Big Brother Awards 2010: une brillant palmarès.

 

big brother.jpgBig Brother Awards 2010 : Et 10 Prix Orwell pour les 10 ans, 10 !

La liste des lauréats des Prix Orwell 2010, sanctionnant les pires atteintes à la vie privée, aux libertés publiques et individuelles, semble interminable. De mémoire d'organisateurs, jamais le choix n'a été aussi difficile. Nos jurés (1) ont d'abord absolument tenu à exclure le plus attendu des Big Brothers, Nicolas Sarkozy, pour dopage et récidivisme chronique, et préféré "récompenser" les plus méritants de ses exécuteurs, qu'ils soient ministres, hauts fonctionnaires, élus locaux, entreprises, médias ou personnalités. Résultat : dix trophées décernés, neuf prix Orwell et un prix Voltaire pour cette 10ème édition des BBA !

 

 

Orwell Etats/Elus :

 

Eric Besson, ministre de l'immigration, remporte le Prix haut la main. Les chefs d'inculpation sont multiples : durcissement des quotas d'expulsions, refus de disculper les personnes et associations aidant les migrants, expulsion expéditives hors contrôle du juge des libertés et non respect des droits des migrants. Comme dit Eric Besson "c'est pas Auchwitz". Encore heureux !...

Loin derrière lui, la pourtant très méritante Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur puis de la Justice (après avoir officié à la Défense), primée l'an dernier pour son efficacité policière : triplement des caméras de "protection", commande d'un rapport approximatif sur leur efficacité, et sa contribution à la Loppsi 2 (loi de programmation sur la sécurité), toujours en chantier. Cette année MAM a été envoyée au charbon pour passer en force la loi de « modernisation de la Justice ». Sarkozy vient de laisser tomber le projet de loi et MAM a désormais contre elle toute la magistrature. Petite dernière, avec son tailleur et ses crocks roses : Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, pour le giga-fichier H1N1 convoité par ses amis les labos, et son incompétence à protéger les français des appétits des protagonistes du DMP et du DMP Pro.

 

La catégorie Etats/Elus était si fournie en candidats poids lourds que deux mentions ont été instaurées : 
- Mention spéciale Fichiers A la quasi unanimité, le jury a souhaité récompenser les ministres successifs de l'Education nationale (en l'espèce, Xavier Darcos puis Luc Chatel), pour six années d'efforts à mettre en place un fichage systématique (sans base légale et dénoncé par des instances de l'ONU comme le Conseil des droits de l'enfant) des enfants dès l'âge de trois ans. Base Elèves et la BNIE (Base nationale d'identifiants élèves) sont le socle d'un futur "Safari", qui permettra un fichage à la source des futurs actifs, façon "casier scolaire". Deux autres fichiers ont été distingués : le @RSA d'Eric Woerth et Martin Hirsch, qui n'est que le dernier fichier entrant dans le croisement des bases de données sociales mises en place pour contrôler les précaires et les autres. Et le fichier H1N1 de Roselyne Bachelot justifié entre autres par l'argument asséné en pleine crise grippale : « et des gens vont mourir ».

- Mention spéciale "Exécuteurs des basses oeuvres" : elle récompense ces hauts fonctionnaires, petits chefs ou élus zélés sans lesquels la machine à broyer ne serait pas aussi performante. Grand gagnant : Eric Ciotti, député et président du Conseil général des Alpes-Maritimes. Il est rapporteur de la dernière loi sécuritaire de l'ère Sarkozy ("Loppsi2"), "porte-flingue" du gouvernement pour toutes les questions de sécurité intérieure, et "conducator" zélé d'un département qui veut être le premier à supprimer les allocations aux familles en difficultés. Dommage pour les perdants : Alex Türk, président de la CNIL maintes fois nominé et qu'on ne présente plus, et Christian Pasta, procureur de la République d'Alès, inconditionnel du FNAEG qui s'est acharné, en vain, à faire condamner un faucheur d'OGM refuznik, car "limiter aux seules infractions sexuelles n'était pas suffisant pour alimenter le fichier"...

 

- Orwell Localités : Tir groupé pour les Alpes Maritimes ! Car c'est le maire de Nice Christian Estrosi qui décroche la palme du pire élu local de ces BBA 2010. Estrosi - qui a propulsé Eric Ciotti dans son fief du « Zéro-Six » - est le promoteur en tant que ministre de la fameuse loi « anti-bandes » votée cette année, mais c'est surtout pour sa volonté de faire de sa ville un laboratoire de la vidéosurveillance qu'il a été distingué (en projet, un réseau 600 caméras à Nice pour un investissement de 7,6 millions d'euros). Les « dauphins » d'Estrosi sont d'abord le duo de choc Francis Delattre et Sébastien Meurant, deux élus du Val d'Oise qui sont allés fouiller dans les fichiers pour discréditer un adversaire politique (Francis Delattre étant par ailleurs, fait aggravant, un ex-commissaire de la CNIL !). Et ensuite, médaille de bronze pour le maire de Grenoble Michel Destot, déjà connu pour sa longue implication dans les nanotechnologies, qui s'est fait pincer en installant clandestinement des caméras-dôme sur le trajet habituel des manifs, anticipant sur la Loppsi2 qui prévoit que le préfet puisse procéder à de telles installations mêmes éphémères.

- Orwell Entreprise : le Prix revient aux banques BNP Paribas, la Banque Postale, LCL, la Société générale... et tous les autres établissements bancaires qui laissent ou incitent leurs employés à dénoncer aux services de la Préfecture les clients sans papiers venus à leur guichet. Les deux autres candidats distingués sont la filiale chinoise d'Alcatel - Alcatel Shanghaï Bell - pour collaboration et fourniture de moyens de surveillance à la dictature de Birmanie, et la RATP pour ses passes Navigo, ses caméras clandestines dans le métro, ses panneaux de pub "espions" et sa politique au service de l'argent et de la sécurité, et non de l'usager.

(source : pc inpact)

- Mention spéciale Internet : elle distingue Trident Media Guard & son actionnaire Thierry Lhermitte, qui escomptent bien faire des profits faciles sur la surveillance des internautes autorisée par l'Hadopi. A une voix près elle échouait aux services web de géolocalisation, la nouvelle armada aspireuse de vie privée du Web 2.0 (Foursquare, Gowalla, Yelp, Plyce, Tellmewhere (Dismoiou en France) et autres Veniu. Et à deux voix près, elle atterrissait dans l'escarcelle de Pages Jaunes et de sa très intrusive nouvelle acquisition 123 People championnes du web-renseignement à l'insu de ceux qui en font les frais et doivent montrer leurs papiers pour espérer qu'on les oublie.

Orwell Novlang : Brice Hortefeux, notre nouveau et célèbre auvergnant ministre de l'Intérieur, n'est pas oublié. Il a signé le décret imposant le terme de « videoprotection » (ce dossier lui a été associé) et la modification de tous les textes règlementaires, histoire de rétablir une réalité sinon sécurisante du moins sécurisée. Ensuite le jury a été sensible à la campagne dite des « Voisins vigilants », autre avatar de la nouvelle sémantique orwellienne, qui pousse la population à s'entre-surveiller. Une mode qui contamine de plus en plus de municipalités. Derniers dossiers remarqués par le jury : le projet Doxa (analyse des « sentiments des consommateurs »), derrière lequel plane l'ombre du groupe Thales), et le professeur Cabanis, qui a fait un éloge remarqué de la biométrie : « la réponse biologique de l'Homo Technologicus qui protège Homo Sapiens de l'insécurité du monde » (sic).

- Mention spéciale médias. Dans cette catégorie, les journalistes « qui soufflent sur la braise sécuritaire » méritaient bien une petite mention. Parmi les six cas d'école soumis au jury - deux pour TF1, M6, France 2, France 3 et un plumitif du Figaro -, le jury finalement placé ex-aequo Les Infiltrés (France 2 / CAPA) qui piochent leurs sujets dans les communiqués de l'Intérieur, et le journaliste du JT de TF1, dans l'affaire Continental, pour avoir diffusé des images non-floutées qui ont permis d'arrêter et de condamner des syndicalistes.

 

- Prix Voltaire : Il récompense des individus et des collectifs qui luttent contre la surveillance et tentent d'enrayer la frénésie de contrôle des élus et des responsables publics et privés.

Parmi les huit candidats en lice cette année, c'est le groupe Pièces et main d'oeuvre (PMO), né à Grenoble il y a une dizaine d'années et son minutieux travail d'information sur les relents totalitaires des techno-sciences, qui a remporté les suffrages. Ils sont notamment parvenu à contrer avec éclat la campagne d'acceptation des nanotechnologies organisée fin 2009 par le gouvernement via la "Commission du débat public" (CNDP).

Le jury a ensuite été sensible au mot d'ordre du REFI, le Réseau Emploi Formation Insertion, composé de salariés des services publics (Pôle Emploi, organismes sociaux, direction du travail, associations, organismes de formation...) qui refusent de participer à la chasse à l'étranger et au fichage systématique de la précarité. Les autres candidats à ce prix Voltaire sont : Geoffrey Dorne, qui a développé un attirail artistique de contre-surveillance, les collectifs CREP (Strasbourg) CDL (Paris) et un collectif anonyme de Grenoble qui "démontent" les caméras de "protection"dans leurs quartiers, le collectif anti-pub Les Déboulonneursqui avait bien cru s'être débarrassés des panneaux espions du métro, et enfin le tandem de sociologues Tanguy Le Goff & Eric Heilmann, dont l'étude critique a dégonflé le fameux Rapport censé prouver l'efficacité de la vidésurveillance.

Et puis surprise le jury a exigé...

- un Prix Spécial du Jury - 10 ans des BBA remis à Alex Türk, sénateur du Nord et président de la Commission de l'informatique et des libertés (CNIL). Il a finalement été distingué par ce Prix Spécial, après avoir été un candidat malheureux pendant de si nombreuses années.

C'est presque un vétéran dans son domaine : lorsque les BBA se sont mis à faire le travail qui devrait être également le sien, avec leur première édition en 2000, Alex Türk était déjà "simple" commissaire à la CNIL. Il en deviendra président en 2004, et sa posture de « garant » des libertés à l'ère du numérique, alors qu'il a lui-même participé à l'érosion des pouvoirs de la CNIL, ainsi que son double discours perpétuel a poussé le jury, à l'unanimité, à l'extraire de la sélection pour lui réserver cette distinction particulière. Il était nominé en tant qu' « exécuteur de basses oeuvres » et pour son appétit à jouer de la « novlangue » avec persévérance. Il a d'ailleurs réagi dans la journée... Un message liminaire et un brin suffisant, posté... sur Facebook.


Vous retrouverez en ligne la liste des nominés et des primés ainsi que les dossiers complets, candidats par candidats.

Des remises de prix pourront avoir lieu d'ici l'Orwell Party anniversaire du 29 mai 2010. Nous vous en tiendrons informés.

Et nous vous donnons bien sur rendez vous le 29 mai 2010, au Théâtre la Belle Etoile de la Cie Jolie Môme (Saint Denis 93) pour un après midi d'ateliers Barcamp sur le thême de la contre-surveillance, ainsi que pour la remise du Palmarès BBA Spécial 10 ans, où les gagnants seront cette fois-ci choisis par le public.

Grand fraternellement vôtre L'équipe des BBA France.

(1) Le jury 2010 accueillait cette année : Matthieu Bonduelle, secrétaire général du Syndicat de la magistrature, Véronique Decker, directrice d'école, Collectif national de résistance à Base élèves, Gaëlle Krikorian, sociologue, membre de La Barbe, des Tumultueuses, de Cette France-là et d'Act Up Paris, Agnes Mel, assistante sociale, Mouvement Antidélation, Francis Mizio, auteur, écrivain, Jean-Pierre Petit, Souriez vous êtes filmés, Maurice Rajsfus, fondateur de l'Observatoire des Libertés publiques (Que fait la police ?), Sylvia Preuss-Laussinotte, juriste, Groupe d'information et de soutien aux immigrés (Gisti), François Sauterey, Réseau associatif et syndical, Collectif Non a Edvige et Thomas Sauvadet, sociologue.

Liens utiles :
- Le site des BBA : http://bigbrotherawards.eu.org
- La liste des primés/nominés de l'édition 2010
- Les Surveillés se rebiffent
- L'affiche officielle, réalisé par Cyril Cavalié (version haute définition pour impression format A3) 
- "Les surveillants surveillés", le livre des BBA à lire sur sur le site des Editions Zones : http://www.editions-zones.fr/spip.php ?article80 ou à acheter (13€) dans toutes les bonnes librairies en guise de soutien à notre action.


La Belle Etoile

La Belle Etoile, théâtre de la Compagnie Jolie Môme, 14 Allée Saint-Just, 93210 Saint-Denis (pas de panique, c'est à 15 minutes de Paris, juste derrière le boulevard périphérique !-)

 

Sources: http://bigbrotherawards.eu.org/article1210.html...


*****************************************************


Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

10/05/2010

Bientôt les BIG BROTHER AWARDS 2010.

 


big brother awards 2010.jpg

 

 

La 10ème édition des Big Brother Award en France aura lieu le 29 mai 2010 à St Denis, à la Belle Etoile, théâtre de la Compagnie Jolie Môme. Comme chaque année les Big Brother Awards France décernent depuis l’an 2000, des « Prix Orwell » à celles et ceux qui se sont illustrés en matière de promotion de la surveillance, d’atteintes aux libertés ou à la vie privée. Sont ainsi dénoncés, sur le mode de la dérision, les pires pourfendeurs de la vie privée. Sociétés comme élus, surtout au gouvernement, figurent parmi les peu prestigieux « nominés. En voici la liste édifiante.

ORWELL ETAT & ELUS


Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur. Celui-ci aime tellement la vidéosurveillance qu'il a décidé d'en changer le nom, au profit de la "vidéoprotection". Un parfait exemple de novlangue, "simplification de la langue destinée à rendre impossible l’expression des idées subversives et à éviter toute formulation de critique de l’État".

Eric Besson, ministre de l’immigration. Pour avoir durci les quotas d'expulsions, refusé de mettre à l'abri des poursuites les personnes qui aident les migrants, et pour vouloir contourner le juge des libertés afin de bafouer les droits des migrants lors de procédures d'expulsion expéditives.

Frédéric Mitterrand, Christine Albanel, ministres de la Culture, et leur exécuteur Frank Riester. Nicolas Sarkozy en ayant fait un cassus belli, Christine Albanel, puis Frédéric Mitterrand, et Frank Riester, ont ardemment défendu la loi Création et Internet qui, sous couvert de défendre les droits d'auteur, veut obliger tous les internautes à installer un mouchard (payant) sur leurs ordinateurs.

Jean Marie Bockel, secrétaire d’État à la Justice. Pour s'être employé à vider de sa substance la proposition de loi sur le respect de la vie privée à heure du numérique, et avoir totalement oublié que sa mission, en tant que secrétaire d'état, est de servir la justice... et les libertés.

Le "fichier H1N1" de Roselyne Bachelot, ministre de la Santé Pour avoir créé un giga-fichier recensant les données personnelles et de santé de la totalité de la population française vaccinée... comme non vaccinée, sans se soucier des possibles conséquences si ces données tombent en de mauvaises mains, comme celles de...ses amis les laboratoires ? Avec l'aimable participation de la CNIL et de la CNAMTS. +Mention spéciale fichiers

Les fichiers de l’Education nationale (Xavier Darcos, Luc Chatel). Jamais une administration n'avait accumulé en si peu de temps de nouveaux fichiers nominatifs, de Base élèves (dès 3 ans) au "livret de compétences", en passant par ceux qui "décrochent" du système éducatif... +Mention spéciale fichiers

Les fichiers sociaux d’Eric Woerth et Martin Hirsch. Qu'il soit au Budget ou au "Travail et à la Solidarité", le cheval de bataille d'Eric Woerth reste la "lutte contre la fraude", facteur de "cohésion sociale" et facteur d'interconnexion massive des fichiers sociaux. Il a été aidé par Martin Hirsch et son colossal fichier de la précarité @RSA +Mention spéciale fichiers

Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Interieur puis de la Justice. Pour valider sa proposition de tripler le nombre de caméras de vidéosurveillance, MAM a commandé un rapport dont l'objectif n'était pas de mesurer leur efficacité, mais de le démontrer. Quant à sa loi de programmation sur la sécurité, elle permettra de censurer toute "atteinte à la réputation" faite sur le Net, mais également d'espionner les internautes coupables de délits de solidarité.

Nadine Morano, secrétaire d’Etat chargée de la Famille. Pour manque de vigilance sur le respect des Droits de l'enfant (dossier Base élèves) et pour se pencher sur la notion floue de "information préoccupante" pour justifier le viol de la vie privé et familiale et le recours au "secret partagé" des organismes d'action sociale.

ORWELL ENTREPRISE

Alcatel Shanghaï Bell. Pour avoir fourni aux autorités birmanes des équipements permettant de surveiller en masse les communications téléphoniques et internet des citoyens et de repérer les dissidents. Le tout en se dédouanant de toute responsabilité en tant que simple "fournisseur".

Auchan et sa banque Accord. Pour leur expérimentation d'un nouvel identifiant biométrique aussi inutile que potentiellement nuisible pour la vie privée.

Bio Rafale, de la société Vesalis. Le ministère de l'Intérieur a proposé à cette start-up de développer son logiciel de "maquillage virtuel" afin de pouvoir identifier, en temps réel, dans la foule et au moyen de caméras de vidéosurveillance, les hooligans, terroristes, criminels et autres délinquants.

BNP Paribas, la Banque Postale et LCL. Pour avoir dénoncé aux services de la Préfecture des clients sans papiers venus à leur guichet.

Cegedim et la Confédération des syndicats de médecins (CSMF). Pour leur volonté conjointe de développer le "Dossier médical professionnel" (DMPro), qui manipule des données très personnelles. Cegedim est une multinationale qui tire ses (gros) profits du commerce des données de santé. La CSMF est la principale corporation de médecins en France, et semble se féliciter de l'extension du fichage de ses clients

I&E Consultants et la Commission du débat public. Le Cabinet I&E, au service de la CNDP dans le cadre de la campagne d'acceptation des nanotechnologies, n'a pas hésité à ficher illégalement les opposants pour mieux les refouler des lieux de débats.

La RATP et ses caméras clandestines. Pour ne pas informer correctement les usagers sur la présence et l'usage des caméras embarquées dans des rames de métro (jusqu'à 60 par rame) et de tramways

Les Caisses d’Epargne. Pour intrusion agressive dans la vie privée de leurs clients

SPIE Communications. Pour "géoflicage" obligatoire de ses salariés aux fins d'augmenter leur rendement. Les employés ont déposé un recours devant la CNIL pour atteinte à la vie privée

ORWELL LOCALITES

André Pesce, maire de Le Fugeret. Pour avoir récupéré et rendu public la fiche STIC d'un de ses opposants.

Bruno Beschizza, conseiller régional UMP (Ile-de-France). Pour des solutions de protection ineptes, comme vouloir "sur-vidéoprotéger" les personnes "vulnérables" dans les transports... en les mettant toutes dans la rame de tête.

Christian Estrosi, maire de Nice. Connu pour ses aspirations sécuritaires, Estrosi a installé à Nice le plus dense (600 caméras) et le plus cher (7,6 millions d’euros) système de videosurveillance de France. Le plus high-tech aussi avec analyse automatique des images. Rien n'est trop beau pour rassurer ses vieux électeurs.

François Cuillandre, maire PS de Brest. Celui-ci s'honore du titre de "Pionnier" des machines à voter, qu'il a imposées en 2004 aux électeurs de la ville de Brest (Finistère)

Francis Delattre et Sébastien Meurant, maires de Franconville & St-Leu-la-Forêt. Pour s'être fait illégalement communiquer les fiches STIC, Cassiopée et autres d'Ali Soumaré et avoir divulgué ces informations confidentielles (et incorrectes pour certaines). C'est tout de même incroyable (!!), comme dirait l'autre, de la part d'un ex-commissaire de la CNIL comme Francis Delattre

Jacques Pélissard, maire de Lons-le-Saunier. Dans le Jura, on innove. Le maire de Lons a décidé d'installer trois caméras de vidéosurveillance dans la cour... d'une école maternelle, en dépit des protestations des enseignants et des parents d'élèves. Pour la sécurité des enfants ? non pour celle des bâtiments, puisque les caméras ne fonctionneront que quand les élèves seront absents !

Jean François Copé, député Maire de Meaux. Pour apologie de la vidéosurveillance, remise en cause du droit à informer par l'image lorsque cela concerne lui ou ses amis, et ignorance de la réalité des techniques de surveillance IP .

Le Groupe Scolaire Saint-Denis, à Loches. Non content de vidéo surveiller les toilettes (ce que la loi interdit), l’infirmerie, le CDI, les couloirs et salles d’étude, le groupe scolaire Saint Denis prenait également les empreintes digitales des élèves à la cantine (ce qui est également interdit). En ayant oublié de demander l'autorisation de la CNIL !

Les maires de Strasbourg et les présidents de la Communauté urbaine. Depuis 2003, les élus strasbourgeois, tous bords confondus, ont tout fait pour hisser la capitale de l'Alsace au sommet des villes les plus militaro-sécuritaires. Son maire actuel, Roland Ries, voulait en outre, après le sommet de l'OTAN qui a occasionné nombre d'atteintes aux libertés des habitants et des manifestants, accueillir le prochain sommet du G20.

Michel Destot, maire de Grenoble. Connue pour sa longue implication dans les nanotechnologies, la ville de Grenoble réaffirme son goût pour les must de la technologie de surveillance et pour l'opacité en installant clandestinement des caméras de surveillance dernier cri sur le trajet des grandes manifestations.

Richard Olszewski, maire-adjoint de Roubaix et consultant privé. Pour son zèle frénétique à déployer la vidéosurveillance dans les villes et les campagnes. L'homme est haut placé dans une boite de consulting privée, formateur (il a milité pour la création du Bac pro "métiers de la sécurité"), élu de Roubaix et de la communauté urbaine de Lille, et vice-président du Forum européen pour la sécurité urbaine. Tout un poème...

ORWELL NOVLANG


Henry-Claude Cousseau, directeur de l’Ecole des beaux arts de Paris. Pour avoir fait interdire une œuvre d’art détournant un slogan de Sarkozy sur les façades de l’école. « L’art se doit d’être neutre » et on n'égratigne pas le conducator.

La "vidéoprotection" imposée par la loi. Comme Winston Smith, le héros du roman "Nineteen eighty four" d'Orwell, les scribes de l'état vont devoir modifier (a posteriori) les journaux du Parti pour ne pas contredire les vérités du jour... ainsi la Surveillance devient Protection. Merci M. Ciotti.

La novlangue d’Alex Turk, président de la CNIL. Le président de la CNIL, qui "ne se bat plus sur le terrain de la sémantique", est toujours très en verve pour tourner des phrases orwelliennes. De la novlangue pur jus à lire sans modération.

Les "voisins vigilants". Sont nommés pour ce prix, les instigateurs - Le Ministère de l'Intérieur -, les exécuteurs - les préfets, les maires et leurs adjoints à la sécurité - et les français qui se prêtent à ce jeu de délation/surveillance de leurs concitoyens.

Les journalistes qui font le boulot de la police. Par conviction ou complaisance, des journalistes zélés sont toujours là pour souffler sur la braise sécuritaire, amplifier les faits divers pour servir le politique, pour emprunter des méthodes policières ou même collaborer ouvertement avec les services officiels. Leur rhétorique emprunte très souvent à la novlangue. +Mention spéciale médias.

Pr. Cabanis, académie de médecine. Un professeur de médecine fait l'apologie de la biométrie, justifiée selon lui par les attentats du 11 septembre et les "morts occidentaux", qui "contredisent Big Brother"... La biométrie, "la réponse biologique de l'Homo Technologicus qui protège Homo Sapiens de l'insécurité du monde".

Projet DOXA. L'ombre de Thales plane sur ce projet de recherche qui propose un "Traitement automatique des opinions et des sentiments". Et pourquoi pas une Police de la Pensée pour les marchands ?

EXECUTEURS DES BASSES ŒUVRES

Alex Turk, président de la CNIL. Pour tromperie et dissimulation. Alex Turk endosse les habits du défenseur tout terrain de la vie privée et des libertés alors qu'il en est parfois le fossoyeur et souvent le facilitateur.

Christian Pasta, procureur de la République d’Alès. Il s'acharne depuis 2006 pour que soit condamné un agriculteur, qui refuse d'être fiché au FNAEG après un procès pour fauchage d'OGM, après l'avoir menacé de le "coller au trou pour récidive". Pour lui, "limiter aux seules infractions sexuelles n’était pas suffisant pour alimenter le fichier".

Eric Ciotti, député et président du Conseil général des Alpes-Maritimes. Rapporteur de la LOPPSI et porte-flingue du gouvernement pour toutes les questions liées à la sécurité intérieure, Eric Ciotti est aussi le président zélé d'un département qui veut être le premier à supprimer les allocations à une famille en difficulté sociale

Jacques Barrot, commissaire européen à la sécurité. Jacques Barrot a troqué son poste de Commissaire à l'Agriculture pour un fauteuil de vice-président de la Commission en charge de la Justice et Affaires intérieures. C'est en quelque sorte le porte-clés de la Forteresse Europe, l'exécuteur des volontés des ministres de l'intérieur des 27.

Jacques-Alain Bénisti, député, et Christian Cointat, sénateur. Pour avoir, sous couvert de renforcer la loi Informatique et libertés, facilité la création de fichiers policiers toujours sans avoir à consulter le Parlement.

La Préfecture de la région Centre. Le prefet Bernard Fragneau, et son secrétaire général Michel Bergue, se sont distingué par leur zèle invétéré à appliquer la politique d'expulsion de Nicolas Sarkozy, notamment dans l'affaire d'une jeune marocaine qui a été privée de ses droits après avoir porté plainte pour violences à son encontre...

Le Conseil d’Etat pour sa décision sur Cristina. Le Conseil d'Etat s'est plié à la volonté de la DCRI et des ministres de l'Intérieur (Sarkozy en 2006 et MAM en 2008) en ne frappant pas de nullité le fichier Cristina, qui ne respecte pourtant aucun de droits fondamentaux inscrits dans la Constitution et les Déclarations des droits de l'homme.

Le fichier clandestin de l’Administration pénitentiaire. Fichage sauvage des détenus, suivi comportemental, détournements de finalité: le « Cahier électronique de liaison », dernier maillon de la prison panoptique, déployé sans autorisation et dans l'indifférence générale...

Les inspecteurs d’académie qui sanctionnent les directeurs d’école. Pour ne tenir aucun cas des recommandations de l'ONU en sanctionnant les directeurs d'école qui refusent de renseigner le fichier Base Elèves premier degré.

Patrick Balkany, député des Hauts de Seine. Pour avoir proposé que les policiers municipaux aient accès aux fichiers de Police, dont le tentaculaire STIC qui va bientôt fusionner avec son équivalent de la Gendarmerie.

Philippe Rey, préfet des Pyrénées Atlantiques. Pour avoir attaqué en justice cinq citoyens qui se sont révolté par courrier contre le placement en rétention d'une famille comprenant deux enfants de cinq et sept ans.

MENTION SPECIALE INTERNET


Facebook et Vous. Au commencement, Facebook était un réseau social fermé. Mais plus ça va, plus Facebook modifie sa politique de protection de la vie privée pour partager à tout va les données qui y sont postées... avec la collaboration active de ses utilisateurs, principal carburant de Facebook.

Google. Pour la vision très personnelle du droit à la vie privée de son PDG Eric Schmidt, et pour ses pratiques très peu respectueuses de la vie privée, quoiqu'elle veuille en faire croire.

Les services web de géolocalisation. Après Facebook et Twitter, voilà la nouvelle armada du Web 2.0: Foursquare, Gowalla, Yelp, Plyce, Tellmewhere (Dismoioù en France) et autres Veniu.

Pages Jaunes. PagesJaunes dévoile, via sa filiale 123people, la vie privée des internautes à l'insu de leur plein gré. Pour faire valoir son droit à l'oubli... il faut lui envoyer, en clair, sur l'internet, la copie d'un titre d'identité.

Trident Media Guard & Thierry Lhermitte. L'acteur a investi dans une société privée qui cherche à profiter de la surveillance des internautes autorisée par les mesures de la loi Hadopi.

Le palmarès officiel sera donné le mercredi 12 mai 2010. Vous le trouverez évidemment sur ce blog. Rappelons que l’an dernier, c’est Michèle Alliot-Marie qui avait remporté le peu reluisant « Big Brother Award 2009 ».

Sources : http://bigbrotherawards.eu.org/

 

 

*****************************************************


Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

 

24/03/2009

« Herisson » veut nous espionner ? Donnons-lui de la mort-aux-rats…

google-logo-nibs-big-brother.jpgY a plus de pognon qu’il a dit le Nano Timonier ? Ça dépend pour qui, ça dépend pour quoi. Pour les banques, pour, les fabricants de bagnoles polluantes, pour les gargottiers, il y en a. Pour notre vaillante armée françouaise apparemment aussi. Et pas qu’un peu. D’accord, nos bidasses en Afghanistan doivent faire la manche auprès des Amerloques pour voir quelques bastos ou des gilets pare-balle, ça ne changera pas. Mais la Grande Muette a lancé un appel d’offres lancé en 2007 par le ministère de la défense, la délégation générale pour l'armement, la direction des systèmes d'armes et le service centralisé des achats. Le marché public a pour objet « la Conception, réalisation et évaluation d'une plate-forme dédiée au traitement des sources ouvertes pour le renseignement militaire d'intérêt stratégique ».

Vu que les troufions sont bucoliques et ont un sens poussé de l’humour, ils ont baptisé cette usine à gaz « Herisson » pour « Habile Extraction du Renseignement d'Intérêt Stratégique à partir de Sources Ouvertes Numérisées ». En termes moins fleuris, c’est l’espionnage tous azimuts. Le système vise à glaner à peu près tout ce qui passe sur les réseaux aux fins notamment de renseignement militaire d'intérêt stratégique. Par exemple tous les contenus qui transitent sur les chats IRC, les mailings listes, les forums, les réseaux sociaux, les Newsgroups, les flux RSS, les blogs, podcasts, et les systèmes P2P feront l’objet d’une surveillance approfondie, avec une priorité soit « importante » soit « primordiale » selon les flux. La plate-forme devrait être installée au centre d'expertise parisien (CEP) d’Arcueil. C’est en quelque sorte un système Echelon à la française (Echelon, c’est ce Big Brother anglo saxon et surtout ricain qui espionne tout mais qui n’a pas été capable de prévoir…les attentats du 11 septembre !)

hérisson.jpgNotre sympathique petit bestiau piquant aura « la capacité de collecter des données via les protocoles : MMS (flux vidéo type Windows Media Player) RSTP (flux vidéo type Real Player) POP3 (messagerie) », et donc des emails.

Une fois la masse de données stockées, l’exploitation se fait avec une fonction de recherche avancée (ou multicritère) qui permet a minima de préciser une combinaison booléenne des paramètres suivants:

Date (avec intervalle), Taille (avec un intervalle), Type de document (texte, image, graphique, vidéo, audio), Format de fichier, URL d'origine.
Les propriétés du contenu : L'exclusion de mot, Une expression exacte, La combinaison booléenne entre les mots-clés, Les mots commençant par une chaîne de caractères donnée, Distance entre les mots dans le texte, Expression régulière, Localisation dans la page (titre / corps de texte), Une écriture phonétique, Une orthographe approchée, Dans une page (URL) précise, Dans les pages contenant un lien précis.
Sources : http://www.pcinpact.com/actu/news/49822-systeme-herisson-surveillance-dga-echelon.htm

bidasse sept compagnie.jpgBon. Avec Google My Space et Facebook ils ont déjà tous les renseignements dont ils peuvent avoir besoin. Alors je crois qu’il ne faut pas trop s’affoler, d’autant plus qu’il y a un côté rassurant : ce sera activé par l’armée françouaise, celle de la 7° Compagnie…. Alors, ce bordel ingérable risque d’être le porte-avion De-Gaulle de l’informatique ! Il sera vite en rade… En plus, on peut les y aider : pour saturer leur bordel, suffit d’inclure dans chaque mail, dans chaque mots clés de blogs des termes qui affolent la machine, du genre : bombe-attentat-cocaïne-meurtre-ultragauche-Coupat-djihad- caténaires, etc. Pourquoi ? Parce que trop d'information tue l'information. Si nous sommes nombreux à faire ainsi... Cela fera comme avec la Stasi qui accumulait des tonnes des dossiers...sans jamais avoir le temps de les traiter ! De toute façon "l'Echelon " français existe déjà depuis longtemps, il s’appelle du doux nom de « Frenchelon » ! http://fr.wikipedia.org/wiki/Frenchelon.

Mais cela permet de se rendre compte à quel point la Toile est vérolée, espionnée, piratée par tous les margoulins du monde. Big Brother est bien là, et c’est nous qui lui donnons toutes les infos qu’il veut, notamment à travers ces pièges que sont FaceBook, MySpace et autres réseaux dits « sociaux » où le bon con sommateur révèle avec une naïveté qui tangente à la connerie toute sa vie, son intimité, ses amis…

Il reste à réinventer des réseaux plus sécurisés, et donc cryptés. Quelques pistes pour démarrer :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Netsukuku
http://d0s.fr/index.php/Accueil
http://reseaucitoyen.be/
http://lab.dyne.org/Ntk_réseaux_citoyens

Enfin, voir dans Libération de ce jour les propos embarrassés et pas très convaincants de la Grande Muette


11/03/2009

Halte-là ! Halte-là ! halte-là ! Big Brother est bien là !


- Eh ! Toi-là. Oui, toi qui te gratte les couilles là-bas, au fond du Stade de France. T’as ta puce j’espère !
- Ben… Oui, monsieur Big Brother. Je l’ai ma puce RFID. On me l’a implantée sous le bras lorsque j’ai eu une contravention pour avoir bu un verre de vin deux heures avant de prendre ma voiture à l’anniversaire de mon beau-frère. Mais comment vous savez que je me gratte les couilles ?
- Big Brother voit tout, Big Brother sait tout. Soyez dans deux heures au commissariat de votre quartier ou bien nous enverrons une patrouille vous chercher.
- Euh ! Euh ! Oui monsieur Big Brother, j’y serai.

- Eh ! Oh ! Victor, à quoi tu te la joues ? Tu te la fais pas un peu parano des fois non ? Comment veux-tu qu’une caméra de ton Big Brother à la mord-moi-le-zob puisse voir si un type se gratte les couilles où non dans une foule.

- Comment ? Eh ! bien tè ! Branche-toi tout de suite sur ce truc que j’appelle Big Brother, et que je tiens d’un blogopote, l’ami Caquedrole. Et tu verras comment les moyens techniques aux mains des gouvernants pour espionner les gens sont époustouflant, mais surtout terrifiant. Tu vas voir comment, à des kilomètres, tu peux zoomer sur un coin de foule et reconnaître un pékin qui se croit anonyme. Et lorsque la puce RFID sera effectivement implantée, ce qui ne saurait tarder, bonjour le « Meilleur des mondes »…

Clique sur Big Brother et tu verras une photo de « l'inauguration » de Barak Obama du 20 janvier dernier, dans laquelle on peut distinguer nettement chaque personne dans la foule.

Pointe quelque part. Joue de la petite main et de la molette pour agrandir la photo. Attends quelques secondes et tu seras en focus.

Cette photo a été prise avec une caméra-robot de 1.474 megapixels, soit avec 295 fois plus de puissance que les photos de nos appareils photos.

Une seule photo et la possibilité de "ficher" un million de personnes !!! Alors sache que ce type de caméra équipe certains systèmes de surveillance urbaine ainsi que des palanquées de satellites espions qui te survolent…

Tè! J'y montre mon cul à Big Brother!

http://gigapan.org/viewGigapanFullscreen.php?auth=033ef14483ee899496648c2b4b06233c

Mondo cane…

02/09/2008

Ecrasons cette grosse salope d'Edvige.

Pour vous faire toucher du doigts la saloperie de ce fichier total que veut nous imposer les sarko-trafiquants, voici le décret en question:


DECRET
Décret n° 2008-632 du 27 juin 2008 portant création d'un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « EDVIGE »

NOR: IOCC0815681D

Version consolidée au 01 juillet 2008

Le Premier ministre,
Sur le rapport de la ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales,
Vu le code de procédure pénale, notamment son article 777-3 ;
Vu la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, notamment son article 26 (I à III) ;
Vu le décret n° 85-1057 du 2 octobre 1985 modifié relatif à l'organisation de l'administration centrale du ministère de l'intérieur et de la décentralisation, notamment son article 12 ;
Vu le décret n° 2007-914 du 15 mai 2007 pris pour l'application du I de l'article 30 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés ;
Vu l'avis de la Commission nationale de l'informatique et des libertés en date du 16 juin 2008 ;

Le Conseil d'Etat (section de l'intérieur) entendu,
Décrète :

Article 1
Le ministre de l'intérieur est autorisé à mettre en œuvre un traitement automatisé et des fichiers de données à caractère personnel intitulés EDVIGE (Exploitation documentaire et valorisation de l'information générale) ayant pour finalités, en vue d'informer le Gouvernement et les représentants de l'Etat dans les départements et collectivités :
1. De centraliser et d'analyser les informations relatives aux personnes physiques ou morales ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui jouent un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif, sous condition que ces informations soient nécessaires au Gouvernement ou à ses représentants pour l'exercice de leurs responsabilités ;
2. De centraliser et d'analyser les informations relatives aux individus, groupes, organisations et personnes morales qui, en raison de leur activité individuelle ou collective, sont susceptibles de porter atteinte à l'ordre public ;
3. De permettre aux services de police d'exécuter les enquêtes administratives qui leur sont confiées en vertu des lois et règlements, pour déterminer si le comportement des personnes physiques ou morales intéressées est compatible avec l'exercice des fonctions ou des missions envisagées.

Article 2
Conformément aux dispositions de l'article 6 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée, et dans la stricte mesure où elles sont nécessaires à la poursuite des finalités mentionnées à l'article 1er du présent décret, les catégories de données à caractère personnel enregistrées dans le traitement mentionné à l'article 1er et concernant des personnes physiques âgées de treize ans et plus sont les suivantes :
― informations ayant trait à l'état civil et à la profession ;
― adresses physiques, numéros de téléphone et adresses électroniques ;
― signes physiques particuliers et objectifs, photographies et comportement ;
― titres d'identité ;
― immatriculation des véhicules ;
― informations fiscales et patrimoniales ;
― déplacements et antécédents judiciaires ;
― motif de l'enregistrement des données ;
― données relatives à l'environnement de la personne, notamment à celles entretenant ou ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec elle.
Les données collectées au titre du 1 de l'article 1er du présent décret ne peuvent porter ni sur le comportement ni sur le déplacement des personnes.
Le traitement peut enregistrer des données à caractère personnel de la nature de celles mentionnées à l'article 8 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée. Celles de ces données autres que celles relatives aux opinions politiques, philosophiques ou religieuses, ou à l'appartenance syndicale ne peuvent être enregistrées au titre de la finalité du 1 de l'article 1er que de manière exceptionnelle. Il est interdit de sélectionner une catégorie particulière de personnes à partir de ces seules informations.
Le traitement ne comporte pas de dispositif de reconnaissance faciale à partir de la photographie.
Les données concernant les mineurs de seize ans ne peuvent être enregistrées que dans la mesure où ceux-ci, en raison de leur activité individuelle ou collective, sont susceptibles de porter atteinte à l'ordre public.
Les données collectées pour les seuls besoins d'une enquête administrative peuvent être conservées pour une durée maximale de cinq ans à compter de leur enregistrement ou de la cessation des fonctions ou des missions au titre desquelles l'enquête a été menée.

Article 3
Dans la limite du besoin d'en connaître, sont autorisés à accéder aux informations mentionnées à l'article 2 :
― les fonctionnaires relevant de la sous-direction de l'information générale de la direction centrale de la sécurité publique, individuellement désignés et spécialement habilités par le directeur central de la sécurité publique ;
― les fonctionnaires affectés dans les services d'information générale des directions départementales de la sécurité publique ou, à Paris, de la préfecture de police, individuellement désignés et spécialement habilités par le directeur départemental ou, à Paris, par le préfet de police.
Peut également être destinataire des données mentionnées à l'article 2, dans la limite du besoin d'en connaître, tout autre agent d'un service de la police nationale ou de la gendarmerie nationale, sur demande expresse, sous le timbre de l'autorité hiérarchique, qui précise l'identité du consultant, l'objet et les motifs de la consultation.

Article 4
Le traitement et les fichiers ne font l'objet d'aucune interconnexion, aucun rapprochement ni aucune forme de mise en relation avec d'autres traitements ou fichiers.

Article 5
Conformément aux dispositions prévues à l'article 41 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée, le droit d'accès aux données s'exerce auprès de la Commission nationale de l'informatique et des libertés.
Le droit d'information prévu au I de l'article 32 et le droit d'opposition prévu à l'article 38 de la même loi ne s'appliquent pas au présent traitement.

Article 6
Sans préjudice de l'application de l'article 44 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée, le directeur général de la police nationale rend compte chaque année à la Commission nationale de l'informatique et des libertés de ses activités de vérification, de mise à jour et d'effacement des informations enregistrées dans le traitement.

Article 7
Le présent décret est applicable sur tout le territoire de la République.

Article 8
Le présent décret entre en vigueur le jour de l'entrée en vigueur du décret n° 2008-631 du 27 juin 2008 portant modification du décret n° 91-1051 du 14 octobre 1991 relatif aux fichiers gérés par les services des renseignements généraux et du décret n° 2007-914 du 15 mai 2007 pris pour l'application du I de l'article 30 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978.

Article 9
La ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales est chargée de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 27 juin 2008.

François Fillon

Par le Premier ministre :

La ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales,

Michèle Alliot-Marie