Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/07/2012

Au bistro de la toile. Bongo à l’Elysée : le fils d’Omar à la sauce hollandaise…

chimulus bistro copie.jpg

 

- Oh ! Victor, t’as vu, le François, il se sarkozylise : il reçoit à l’Elysée, dans les ors de la république, le dictateur du Gabon. On a gueulé au charron lorsque Sarko a laissé camper Kadhafi près des Champzé ou lorsqu’il a fait les honneurs de la revue du 14 juillet au tueur en série Bachar El-Assad, et on ne dirait rien lorsque un président de gauche (gôôôche ?) fait pareil avec un personnage pour le moins douteux. Ali Bongo - fils de son papa Omar, lui-même dictateur durant des
décennies - est arrivé au pouvoir à la faveur d'élections truquées et de violences ; il s’est encore illustré le mois dernier par une vague de répression et d’emprisonnements d’opposants. En le recevant, Hollande ne cautionne-t-il pas un des régimes les plus violents et les plus corrompus du monde, qui détourne les fonds du pays au profit de son clan ?

 

- On peut le voir comme ça. Mais François a mis les pendules à l’heure durant sa campagne en proclamant et en écrivant : «Je veux que le 6 mai soit une bonne nouvelle pour les démocrates et une terrible nouvelle pour les dictateurs ! » En voilà de belles et mâles paroles ! Maintenant, on va voir si François va en
profiter pour mettre un coup d’arrêt à la « Franceafrique – France-à-fric » ou… Mais ne lui faisons pas de procès d’intention.

 

 

- Explique…

 

 

- On va voir s’il exige d’Ali fils d’Omar la transparence dans l’utilisation de la juteuse manne pétrolière où Total et Schlumberger sont des acteurs majeurs.

On va voir s’il lui demande de restituer à son peuple les biens somptueux (immeubles, propriétés en France, voitures de luxe, etc.) que son clan a accumulé.

On va voir s’il exige de lui avant toute normalisation la démocratisation de la vie politique et sociale au Gabon.

On va voir s’il aborde le sujet de la fermeture
de la base militaire de Libreville (environ mille hommes).

Et tant d’autres questions qui sont l’essence même des dérives que l’on a coutume d’englober
dans le terme « Françafrique »…

 

 

- Bon. Eh bien on en saura plus ce soir puisque Ali fils d’Omar Bongo, dictateur de son état (et de son
Etat) sera reçu à 15 heures…

 

 

- Allez. Donne-moi un petit noir, Loulle !



 

 Octidi 18 Messidor 220


Merci à Chimulus