Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/09/2014

Abrutir les masses pour mieux les manipuler…

foule patates.jpg

 

Le bourrage de crâne sévit à haute dose. Sur l’Ukraine, sur la Russie, sur la dette, sur les « montres branchées », sur les Chinois, sur la Syrie, sur Israël, etc. Il y a toute une science de la manipulation des masses.

En voici les « 10 commandements » qui aident à imposer aux gens une société qui les prive de leur libertés en les empêchant de s’en rendre compte par exemple en détournant leur attention sur des sujets futiles ou en leur faisant croire que ce sont des mesures nécessaires pour les protéger, tout en causant sans le montrer ce qui nécessite ces mesures de protection.

 

1/ La stratégie de la distraction. Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser ; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles ».

 

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions. Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple : laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

 

3/ La stratégie de la dégradation. Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

 

4/ La stratégie du différé. Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

 

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge. La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

 

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion. Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

 

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise. Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

 

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité. Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

 

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité. Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution !…

 

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes. Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.


Sources:

lien1

lien2

  

Illustration : lien

Sextidi 26 fructidor 222

02/06/2014

Au bistro de la toile : pour qui la baballe ?

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Alors Victor, ce match, qu'est-ce que t'en penses ?

 

- Plaisant, engagé, avec quelques actions lumineuses mais rares. Surtout un choc de bourrins...

 

- Bof. Moi j'ai trouvé ça plutôt mou, pour ne pas dire désespérant. Un match nul qui porte bien son nom.

 

- Ah ! Je crois qu'on n'est pas sur la même longueur d'onde Loulle. Moi je te parle de la finale de rugby entre les mercenaires flamboyants de Toulon et les bouffeurs de magrets renforcés de Castres.

Et ce match est quasi catastrophique pour le rugby français. En effet, dans l'équipe gagnante, Toulon, seulement trois joueurs français ! Un peu plus à Castres. Résultat : difficile, en tout cas pour moi, de s'enthousiasmer pour un match de finale du championnat de FRANCE, jouée au stade de FRANCE et où il y avait sur le terrain plus d'Anglais, plus de Sud-Africains, plus de Néo-zélandais que de Français. Et significatif de la faiblesse du rugby français : comment former une équipe nationale digne de ce nom alors que les équipes fanions du championnat ne donne pas aux joueurs locaux la chance de se former, de s'épanouir, de briller. On touche là les horreurs du professionnalisme. Il faut gagner, pour satisfaire les « sponsors », c'est-à-dire les marchands qui mettent leur pognon dans une équipe d’hommes-sandwichs et qui exigent des résultats, pour que leur « image » soit associée à des gagneurs. Résultats, tous les joueurs internationaux des championnats étrangers viennent finir leur carrière, souvent brillante, dans nos équipes. Prenant ainsi la place des jeunes joueurs locaux relégués dans les divisions inférieures, et encore...

 

- Ça se défend. Mais moi je te parlais de foute...

 

- Parlons-en du foute : attentat dans un stade de foute au Nigéria : 40 morts... Et je vais te dire Loulle, ceux qui nous manipulent ont raison de nous prendre pour des kons, puisque nous nous comportons comme des kons... De quoi parlons-nous depuis que j'ai poussé la porte de ton rade ? Des « exploits » de quelques bourrins ou de quelques manchots se disputant une baballe. Sans oublier ceux qui se renvoient laborieusement cette baballe en criant à Rolland-Garros. Puis, après, on aura droit jusqu'au dégueuli à la coupe du monde de foute, puis au Tour de France. Encore que ça, j'aime. Bourrage de crâne, abrutissement organisé par les guignols qui nous gouvernent avec la complicité de la presse purée et des canards laquais. Ça évite de parler des problèmes de chômage, de rabotage des libertés, de hausse des prix, des escroqueries sans vergogne des politicards de tous bords, de léchage du cul des banques, de la montée des nationalismes partout dans le monde, du terrorisme de plus en plus présent, du flicage généralisé, etc... Enfumage général. Occuper l'esprit de la « populasse » (c'est ainsi qu'ils parlent de nous entre eux, les parasites qui nous gouvernent si mal) avec de l'émotionnel, du fait-divers, des « peoples », du sport. Faire la Une avec les douleurs de dos de Ribéry ! Important ça coco... Et insinuer au « populo », sournoisement, la peur via l'insécurité sociale organisée. La peur via les risques d'attentat. Et avant tout la peur du chomdu. La peur incite à la soumission envers ceux qui prétendent pouvoir les « protéger »... Tremblez, braves gens, et obéissez servilement : Big Brother et Big Bâton veillent sur vous !

 

- Mouais... T'es trop lucide Victor, ça ne fait pas un citoyen bien obéissant ça...

 

- Ne pas penser Loulle. Ne pas penser. De la pensée naît l'inquiétude et l'inquiétude, c'est pas bon pour les affaires... Allez ! Á la nôtre !

 

Quartidi 14 prairial 222

 

Illustration : merci à Chimulus

 

27/11/2008

« Si tu es prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité, tu n’es digne ni de l’une, ni de l’autre » Thomas Jefferson.

couteau dents.jpgEh ! Vous vous rappelez, il y a quelques semaines, le ramdam de nos fins limiers investissant, avec armes et bagages, un petit village de la Corrèze. Vous avez vu comment, au péril de leur vie, ces courageux nindjas - cagoulés, vêtus de noir, armés jusqu’aux dents - défenseurs de l’ordre sarkozien ont pris d’assaut ce patelin ! La Corrèze, département dangereux s’il en est ! Un lieu de perdition où sévissent, tapis dans leurs repaires, les redoutables époux Chirac mais aussi le terrible retraité François Hollande !

Je vous disais à cette époque là : « Ces exploits de nos as de la gâchette ont ainsi permis de neutraliser – honneur à notre brillantissime ministre de l’intérieur, sainte Mam – une redoutable armée de l’ombre prête à fondre sur nous, à détruire nos institutions, à semer la mort et la désolation. Les entendez-vous, dans nos campagnes, mugir ces féroces gardiens de chèvres ! Grâce à nos valeureux défenseurs de l’ordre sarkozien, ils ne viendront pas égorger nos fils et nos compagnes !

Ces salauds, ces bolcheviques, ces ennemis de l’intérieur se camouflaient dans ce village paisible. Ils en avaient même investi l’épicerie-bistrot ! Vous rendez-vous compte, ils auraient pu mettre du polonium dans le pastis des malheureux villageois ! Ils auraient pu introduire de la mort au rats dans les carambars des innocentes têtes blondes. Ils auraient pu mettre des lettres chargées dans la sacoche du facteur ! Ils auraient pu… Boudioù ! J’en frémis… »

Ces terribles barbares qui mettaient en péril notre belle et bonne république sarkofliquienne sont à l’ombre. Honneur et grand merci à notre si remarquable ministre de l’intérieur dont les services viennent de nous éviter de terribles catastrophes !

Au fait, ces cinq pieds-nickelés sont toujours en tôle, et les « preuves matérielles » contre eux se résument à…une échelle trouvée dans la cour de la ferme et un petit bouquin soi-disant subversif que l’on trouve dans toutes les Fnac…

Un marteau-pilon pour écraser une mouche…

C’est comme ça le « Patriot act » mode Sarko…





02/10/2008

« Entre les murs » : l’apologie de la connerie ?

c8fc6cff89132984ba4c7347d35ad10a.jpgJe dois être une anomalie génétique : je n’ai pas vu « Bienvenue chez les Ch’tis » !
Je n’irai pas voir non plus « Entre les murs », le film qui a obtenu la palme d’or à Cannes. Il est vrai que pour moi, ce qui est primé à Cannes fait l’effet de repoussoir. Allez savoir pourquoi.

On nous a tellement gonflé les aliboffis avec ce truc – unanimement encensé par la « critique » - qu’il me donne des boutons. Donc je n’irai pas.

Pour conforter ce choix, je suis allé faire un saut rafraîchissant sur l’excellent blog de Jean-Paul Brighelli.

Jean-Paul Brighelli, c’est ce professeur agrégé de Lettres qui a publié un livre qui casse la baraque du politiquementy correct: « La fabrique du crétin » (Editeur Jean-Claude Gawsewitch). Dans cet ouvrage, il s’efforce d'analyser avec lucidité, cette école de la réussite devenue si souvent école de l'échec programmé.

Son opinion sur le film « Entre les murs » tranche avec verve et lucidité avec le bourrage de crâne des médias !
Je vous engage à aller voir sur son blog :

Bonnet d’âne.