Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/11/2008

Tonton Gordon Brown Uber alles

brown et sarko.jpgDécidément, ces Anglais nous étonneront toujours. De chez eux nous vient souvent le pire, mais parfois aussi, le meilleur. On s’en est aperçu lors de la dernière guerre…

Le pire, ce fut l’horreur économique véhiculée par la redoutable Lady Thatcher et son crédo ultra libéral dont on subit actuellement les ravages.

Le meilleur nous vient de ce Gordon Brown que l’on prenait pour un falot mais qui se révèle, à l’épreuve de la crise, un dirigeant imaginatif et courageux.

D’abord, c’est lui qui a inventé le plan de sauvetage des banques, copié ensuite par Sarko, puis par les Zétazuniens.

Et puis il s’est rappelé qu’un certains Keynes – un compatriote à lui voué aux gémonies par les cliques thatchéro-reaganiennes – avait inventé une méthode fort efficace pour contrer une crise économique :
- d’abord l’Etat intervient massivement au niveau des initiatives et des capitaux en lançant de grands travaux utiles, réduisant ainsi fortement le chômage ;
- le pouvoir d’achat ainsi regonflé fait repartir la consommation ;
- cette consommation relance la machine économique ;
- les rentrées fiscales remboursent largement la mise initiale de l’Etat.

Brown - qui s’est souvenu qu’il était le chef de file du parti Travailliste, dénomination outre-manchienne du Socialisme – reprend les bonnes et saines recette keynésiennes : ceci en lançant la construction, la rénovation des hôpitaux et du système de santé britannique saccagé par le thatchérisme ; en créant de nouvelles lignes de chemin de fer ; en embauchant massivement des fonctionnaires pour remettre en route l’Etat mis à mal par les ultra libéraux ; etc.

Mais voilà qu’il récidive et va encore plus loin :
- il n’hésite pas à nationaliser les banques en introduisant l’Etat au sein des conseils d’administration avec voix prépondérante au chapitre, pas comme Sarko qui donne aux crapules financières notre pognon à fond perdu ;
- et voilà qu’il baisse de 2 points et demi la TVA britannique, redonnant ainsi du pouvoir d’achat aux classes populaires ;
- et en plus il fait un plan de relance de 15 milliards de £, soit près de 20 milliards d’euros ;
- et, cerise sur le gâteau, il porte de 40 à 45 % la tranche haute des impositions, demandant ainsi aux plus riches un effort, à comparer avec Sarko et son bouclier fiscal qui exempte les pleins de thunes de chez nous de tout effort de solidarité.

La Merkel et le Sarko – notre brillant lauréat du « Courage politique » - qui continuent de foncer dans le mur avec leurs erzatz de remèdes ultra libéraux, en sont verts de rage !

Et pendant ce temps, les nôtres de « socialistes », se couvrent de merde et fortifient Sarko.

Les Français sont des veaux qui lèchent le cul du tueur et, en plus, paient les frais de l’abattoir !

27/10/2008

God save the Brown !

Gordon Brown.jpgL’horreur économique est venue d’Angleterre avec la sordide Thatcher et son crédo ultra libéral.

Le renouveau viendra-t-il d’outre-Manche avec l’étonnant Brown ?

Pas impossible. En tout cas celui-ci, qui passait pour un falot comparé au flamboyant Tony Blair, fait preuve d’un flair et d’un courage politique que les comiques qui nous gouvernent feraient bien d’imiter. Brown a tout simplement ressuscité Keynes, autre célèbre Britannique. Celui-ci, pour faire face à une crise économique, a inventé un processus simple, mais efficace car de bon sens :

- d’abord l’Etat intervient massivement au niveau des initiatives et des capitaux en lançant de grands travaux utiles, réduisant ainsi fortement le chômage ;
- le pouvoir d’achat ainsi regonflé fait repartir la consommation ;
- cette consommation relance la machine économique ;
- les rentrées fiscales remboursent largement la mise initiale de l’Etat.

Mais ce brave Keynes (et ses idées claires) a été jeté aux enfers par les cliques thatchéro-reaganiennes qui sévissent depuis un quart de siècle. Avec les résultats brillants que l’on subit actuellement.

Brown est celui qui a « inventé » le plan de sauvetage des banques dont Sarko s’arroge la paternité. C’est pas ce qu’il a fait de mieux mais, bon…

Mais il est surtout celui qui va donner une longueur d’avance à l’Angleterre dans la sortie de la crise. Ceci en lançant la construction, la rénovation des hôpitaux et du système de santé britannique saccagé par le thatchérisme ; en créant de nouvelles lignes de chemin de fer ; en embauchant massivement des fonctionnaires pour remettre en route l’Etat mis à mal par les ultra libéraux (mais aussi en construisant...deux porte-avions! Ce qui, au niveau de l'utilité, est plus que douteux; Mais bon, ça reste un rosbif...); etc. Tout le contraire de ce que fait Sarko malgré ses moulinets de bras…

Eh ! Oh ! Victor, tu vas pas faire une pipe à l’Engliche, non ? Non. Rassurez-vous. Mais faut reconnaître ce qui est bon.