Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/02/2010

C’est pas tous les jours, alors faut en profiter : je suis d’accord – sur ces points particulier ! - à 100% avec Besson et Hortefeux !

 

 

trique moslim.jpg

 

 

« Le ministre de l'immigration, Eric Besson, a signé un projet de décret refusant de naturaliser un étranger qui est marié à une Française et qui l'oblige à porter le voile intégral, a annoncé, mardi 2 février, le ministère.

"Pour répondre à certaines rumeurs, Eric Besson confirme avoir contresigné et transmis aujourd'hui au premier ministre un projet de décret refusant l'acquisition de la nationalité française par un ressortissant étranger marié à une Française", selon le communiqué. "Il est apparu, lors de l'enquête réglementaire et de l'entretien préalable, que cette personne imposait à son épouse le port du voile intégral, la privait de la liberté d'aller et venir à visage découvert, et rejetait les principes de laïcité et d'égalité entre homme et femme", justifie le ministre.

Le ministre de l'intérieur, Brice Hortefeux, a suggéré en décembre 2009 de faire du voile un critère d'intégration à la communauté française. "Rien ne serait plus normal que de refuser systématiquement l'accès à la carte de résident à la personne portant le voile et à son mari", avait-il dit, ajoutant : "La naturalisation, c'est-à-dire l'entrée dans la communauté nationale, ne me paraît pas souhaitable en pareil cas". En juin 2008, le Conseil d'Etat avait rendu un arrêt confirmant le refus d'octroyer la nationalité française à une Marocaine portant la burqa, en stigmatisant une "pratique radicale de la religion incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française". »

Source : Le Monde

*************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

09/07/2009

Une solution: la burka pour l’homme!



Pierrette Fleutiaux, écrivaine, donne au débat sur la burka (beurk ! Ah…) un éclairage fort intéressant. Je ne résiste pas au plaisir de vous le faire partager !

La dignité de l'homme exige qu'il porte la burqa

Si j'étais un homme pieux, voici ce que je proposerais. La femme est un être faible, soumis à toutes les tentations, nous le savons depuis la nuit des temps. Elle est concupiscente, tout entière la proie de pulsions condamnables. Son corps aspire à celui de l'homme, la société doit maîtriser ce corps, dès son plus jeune âge. La burqa peut sembler une réponse appropriée. Contraindre les mouvements de la femme, la ramener à la modestie, encadrer les désirs sauvages qui lui sont naturels, qui troublent son esprit et corrompent la société, relève du devoir de l'homme respectueux de l'ordre divin.

Cependant, peut-être avons-nous fait erreur non pas dans l'interprétation de la loi divine, mais dans les moyens de la mieux appliquer. En effet, les yeux de la femme, même derrière un grillage, même dans la fente du niqab, restent libres. La vision périphérique en est certes limitée, mais la perversité naturelle de la femme lui fera trouver le moyen de contourner ce léger handicap. La femme en burqa continue de voir. On imagine quelles turpitudes alors peuvent agiter son esprit. Cachée sous son voile intégral, la femme peut encore se livrer à la débauche mentale.

Une solution serait de l'aveugler totalement, par le moyen d'un bandeau ou tout autre moyen non cruel mais efficace. Cette solution est à écarter : la femme ne pourrait plus en effet accomplir les tâches auxquelles la destine sa condition subalterne : nourrir l'homme et ses fils, conduire les fils de l'homme à l'école, et faire toutes choses qui dégagent l'homme des tâches matérielles, facilitent l'exercice de son vouloir et son étude des textes sacrés.

Je soumets ici une modeste proposition à mes frères. Que les hommes portent la burqa, qu'ils s'approprient ce vêtement que dévoie trop facilement la femme. L'homme est beau, l'homme est la création première de Dieu, la femme le désire indécemment. Ne lui donnant pas la liberté de convoiter, ne tentons pas sa faible nature.

Voyez l'homme derrière lequel marche la femme en burqa. Même voilée, justement parce que voilée, elle a toute licence de contempler les bras que montrent les chemisettes d'été, les pieds dans les sandales, les fesses agiles et les jambes qui se devinent sous les pantalons, les poitrines mâles et les visages nobles. L'homme croit avoir mis la femme à l'abri de tout danger dans sa prison portative de la burqa. En réalité, il lui accorde une liberté scandaleuse.

L'homme en burqa brisera net l'élan pervers de la femme. Ces yeux brillants, qui transpercent le voile le plus épais, se heurteront à un mur. Ainsi privée dans la journée, elle n'en sera dans sa maison que plus portée à répondre aux besoins sexuels légitimes de son époux.

Que la femme aille dans la rue dans les atours aguicheurs qu'elle ne manquera pas de se choisir. Son regard s'épuisera sur les autres femmes, elle y verra comme dans un miroir sa propre indécence, sa futilité même la détournera de toute compétition malsaine avec l'homme. Quant à cette exposition de la féminité, elle ne saurait nuire à l'homme. Il s'y verra conforté dans son incontestable supériorité. Il saura, dans les autres burqas, reconnaître les hommes pieux et respectueux de la loi, et ainsi renforcera nécessairement la belle et indispensable communauté masculine.

ORDRE DIVIN. Repoussons cette croyance absurde qu'il faudrait voiler les femmes pour que les hommes ne soient pas portés à désirer celles d'autrui. Une telle croyance est mécréante : elle accrédite l'idée que l'homme a été créé libidineux, violeur par nature et faible devant ses désirs. Et que, devant toute femme passant sous ses yeux, s'éveille aussitôt en lui la pulsion de lui sauter sur le râble pour consommer l'oeuvre de chair. L'homme a en lui la force de l'âme et le respect naturel de l'ordre divin. L'homme n'a rien à craindre des misérables appâts de la femme.

Enfin, reconnaissons qu'il y a grand danger à abandonner les fils de l'homme aux soins de la femme. Son faible entendement ne peut que leur nuire. A l'homme de prendre en charge l'homme dans le nourrisson, à lui de le langer, le nourrir, le soigner. Une fois sa tâche reproductive accomplie, que la femme dirige ses agissements erratiques vers l'extérieur, qu'elle s'en aille piailler dans les assemblées publiques, mais que ses miasmes ne corrompent plus le foyer sacré de l'homme. La dignité de l'homme exige qu'il porte la burqa. La burqa est faite pour l'homme.

Pierrette Fleutiaux - Ecrivaine (prix Femina en 1990 pour son roman « Nous sommes éternels »)
Article paru dans l'édition du 05.07.09. du Monde




*************************************************************

!!!!! LA PANDEMIE PASSE AU NIVEAU 6 !!!!!!!

...et débarque à Toulouse, à Paris et ailleurs, des rugbymen l'on ramené d'Argentine...


NE TOUSSEZ PAS IDIOT !


image de Une par MB.jpgD'une actualité explosive, viens de sortir:

"Cure us!" - Quand explosera la PANDEMIE

de Jean-Victor Joubert (C'est moi!)

24/06/2009

Ça s’est dit dans mon bistrot...

chimulus bistrot.jpg



- Oh ! Victor ! Tu vas le sortir le pognon que tu dois planquer dans ton matelas, pour participer au développement de la France à travers l’emprunt Sarko ? Parce que les matelas, c’est risqué : une femme, je ne sais plus où, avait mis toutes ses éconocroques dans son matelas – un paquet de thunes, 750.000 dollars je crois. Sa fille, pour la fête des mères, et pour lui faire la surprise, a viré ce matelas coffre-fort à la poubelle pour le remplacer par un beau champ de tir tout neuf ! Tu vois la crise de la vieille quand elle a vu l’embrouille ! Y a dû avoir du pet dans le gourbi !

- Ah ! Ah ! Ah ! Le pognon, Loulle, c’est fait pour circuler. C’est un moyen, pas une fin. Quant au mien, comme y en a pas beaucoup, je préfère me faire plaisir en payant à mes amis des tournées de rouge ou de blanc dans ton puteng de bistrot de puteng de mastroquet plus ou moins sarkozinien ! Allez, zou ! C’est la mienne : rouge pour tout le monde ! Et puis cet emprunt, Loulle, c’est encore un peu plus de dette. C’est donc les impôts de demain et après demain. Rappelez-vous l’impôt Giscard : pour l’équivalent de 6 milliards d’euros récoltés, il a fallu rembourser douze fois plus ! Bonjour le résultat…

- Il n’empêche qu’il n’a pas dit que des conneries le Nain. Et notamment sur l’histoire de la burka. Il a dit niet sans ambiguïté, tout en refilant le bébé au Parlement. Les 53% des électeurs qui l’ont mis au pouvoir, et sur lesquels tu t’essuies les pieds tous les jours, Victor…

- …je fais plus que ça, Loulle, je m’en beurre l’oignon tous les matins !

- …Bon. Ceux-là donc, s’ils ont voté Sarko, c’est pour qu’il mette un coup de frein à l’islamisation rampante du pays. Personne ne le disait franchement, mais tous ceux qui ont voté pour lui pensaient secrètement qu’il mettrait en place ce volet du programme du borgne… C’est comme ça. Même si ça te dérange. Moi, Victor, quand je vais faire des courses et qu’à la caisse d’un supermarché je suis à côté d’un de ces fantômes noirs ou d’une de ces bonnes femmes tristes habillées comme des bonnes sœurs du siècle dernier, et flanquées d’un barbu en djellaba bien large aussi souriant que le carnet à souche d’une contractuelle hépatique, et bien je suis mal à l’aise Victor. Je me sens agressé même si ce n’est que psychologique. Quelque part, j’ai peur. Pas pour moi, j’ai encore de gros bras et vingt ans de rugby derrière moi. Peur pour le devenir de mon pays, peur pour notre manière de vivre qui fait que, même si toi et moi par exemple on a des idées souvent opposées, ça ne nous empêche pas de nous estimer, d’être amis, de boire des canons et de rigoler ensemble.

- Sur ce point Loulle, je te rejoins et je tire mon chapeau au président d’avoir – enfin – une position nette là-dessus. Encore faut-il que cette attitude ne soit pas le chiffon rouge pour nous enfumer par ailleurs. Il va peut-être virer la burka...pour faire passer plus facilement le financement des lieux de prière, la nourriture ethnique dans les cantines, les piscines et les gymnases non mixtes sous couvert de "modernite". Mais je lui donne acte de cette prise de position qui me satisfait pleinement !

- Alors à la tienne Victor ! C’est ma tournée !



Merci à Chimulus



*************************************************************

!!!!! LA PANDEMIE PASSE AU NIVEAU 6 !!!!!!!

...et débarque à Toulouse...

image de Une par MB.jpgD'une actualité explosive, viens de sortir:

"Cure us!" - Quand explosera la PANDEMIE

de Jean-Victor Joubert (C'est moi!)


Ouvrage disponible sur Ayoli.fr


19/06/2009

Contre la burka, insulte à la liberté.

moslim beating.jpg
burka.jpg


André Gerin (député-maire de Vénissieux) s'élève contre le port de la Burqa dans les lieux publics

André Gerin, député PCF, a déposé une proposition de résolution afin de créer une commission d'enquête parlementaire sur le port, par certaines femmes musulmanes, de la burka ou du niqab, un voile qui les recouvre entièrement. Le texte, cosigné par 58 députés de toutes tendances politiques, en particulier de droite (3 PCF, 7 PS, 43 UMP, 2 NC, 3 NI), prévoit la mise en place d'une commission de 30 membres. Elle serait chargée de "définir des propositions afin de lutter contre ces méthodes qui constituent une atteinte aux libertés individuelles sur le territoire national". Voici le texte de son appel.

« Monsieur le Premier Ministre,

Le port de la burqa devient un sujet brûlant pour la République française. Cette question est revenue au cœur de l'actualité de ces derniers jours.

Comment accepter qu'une femme ait le visage dans une prison de tissu dans une République laïque occidentale ?
A t'on toujours une même loi pour tous ?

Doit-on faire allégeance à une doctrine de l'intégrisme radical, le salafisme, qui mène une lutte anti-France, anti-blancs ?

Peut-on au XXIème siècle, accepter qu'une femme soit soumise à la volonté de l'homme, de répudier les femmes considérées comme impures selon une conception archaïque et misogyne de la moralité sexuelle ?
Rappelons-nous de l'affaire de l'imam Bouziane en avril 2004.

Il s'agit là du refus de l'intégration, de l'égalité des sexes, de la mixité, avec la mise en cause caractérisée de la féminité, acquise depuis des décennies en France. Voilà la réalité, que cela plaise ou non à tous les promoteurs d'angélisme.

Aucun agissement remettant en cause les principes constitutionnels essentiels telle que l'égalité entre hommes et femmes ne serait être légitimé. Nous sommes bien obligés de constater, dans toutes les villes populaires de la métropole, le mépris des principes d'égalité, de liberté et de fraternité qui fondent les valeurs de la République issues de la Révolution de 1789.

Aujourd'hui, n'y a-t-il pas manquement à la laïcité dans ce laisser-faire, sans réaction ni décision des institutions républicaines à propos du port de la burqa sur l'espace public et dans les services ouverts aux publics.
Il n'est plus possible de fermer les yeux. Nous ne saurions accepter de nous accommoder d'un statu quo à propos du port de la burqa qui constitue, auprès des populations, une gène, un rejet et un trouble à l'ordre public.
Dans l'esprit de la loi de 2004 et du rapport Stasi, nous devons affirmer au nom de la loi et de la République que la société n'acceptera pas :

- le port d'un vêtement restrictif,
- le fait d'être soumise à son mari,
- une conception radicale de la religion.

Monsieur le Premier Ministre, il est temps que le gouvernement se positionne sur un sujet qui préoccupe des milliers de citoyens qui s'inquiètent de voir sur nos marchés, nos lieux de commerces et de loisirs des femmes emprisonnées, entièrement voilées, signe d'un prosélytisme aggravé qu'il serait temps de circonscrire car il tourne le dos à la France singulière et universelle du droit d'asile et de l'hospitalité.

Je souhaite saisir, après les congés de l'Assemblée nationale, une commission d'enquête parlementaire pour répondre à l'attente de nos concitoyens et surtout leur montrer que les autorités de la République ont décidé d'agir au nom des valeurs, des idéaux républicains et des principes de laïcité.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Premier Ministre, l'assurance de ma haute considération. »

Bravo et merci à ce représentant du Peuple et à ses collègues qui tranchent avec la lacheté de mise des politiques et des journalistes sur ce sujet, tant en France qu’en Europe. La burka - prison individuelle - est une insulte révoltante aux libertés et une négation de la laïcité.

Et puis, en ce 18 juin, un petit rappel de

L'APPEL:

"Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s’est mis en rapport avec l’ennemi pour cesser le combat.

Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l’ennemi.

Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd’hui.

Mais le dernier mot est-il dit ? L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

Car la France n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l’Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l’Angleterre, utiliser sans limites l’immense industrie des États-Unis.

Cette guerre n’est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n’est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n’empêchent pas qu’il y a, dans l’univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd’hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l’avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.

Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j’invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j’invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d’armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas.

Demain, comme aujourd’hui, je parlerai à la Radio de Londres.
"

Général Charles de Gaulle


*************************************************************

!!!!! LA PANDEMIE PASSE AU NIVEAU 6 !!!!!!!

...et débarque à Toulouse...

image de Une par MB.jpgD'une actualité explosive, viens de sortir:

"Cure us!" - Quand explosera la PANDEMIE

de Jean-Victor Joubert (C'est moi!)


Ouvrage disponible sur Ayoli.fr