Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/09/2010

Dragage du Rhône : au mépris de la santé des populations et du principe de précaution.

carte rhône.jpg

20 000 m3 de déchets sédimentaires dont la composition est officiellement inconnue mais pourtant bien toxique viennent d’être prélevés, remués et déposés au final en aval du confluent du bras de Villeneuve et du bras d'Avignon. Le dragage a ainsi favorisé la dilution jusqu’à la Camargue de milliers de particules nocives. La CNR considère unilatéralement  qu’il ne s’agit pas de déchets pollués ou pour le moins n’atteignant pas le seuil défini sur les avis … d’elle-même, partie-prenante.

Le dragage du Rhône sur le bras d'Avignon vient d'être réalisé par la CNR (Compagnie Nationale du Rhône) au mépris de la phase de mesures indispensables des sédiments contaminés et malgré les alertes et réserves présentées par les riverains du collectif « Domicile Fluvial ». Pour celui-ci la pollution des sédiments déposés par les alluvions devait être totalement traitée à l'occasion de dragages d'entretien du Rhône et la CNR ne pouvait être à la fois juge et partie c'est-à-dire : exploiter le Rhône, le draguer et en même temps faire des analyses de validation de ses propres activités. « Domicile Fluvial » demandait donc la création d'une instance indépendante pour contrôler l'analyse des sédiments, son extraction, son traitement, son dépôt, son stockage.

De son côté le « Collectif antinucléaire 84 » avait alerté à plusieurs reprises les pouvoirs sur la composition dangereuse des sédiments déposés sur le fond de la rivière : polluants chimiques, polluants PCB et contamination nucléaire déversée en aval depuis les installations militaires et civiles du « Centre de Marcoule ».

Mais la commission d'enquête chargée d’instruire l’enquête publique n'a pas répondu sur ce dernier point. Or elle aurait du, légalement, le faire.

Les avis de la commission d’enquête publique approuvent donc le plan de dragage initialement présenté par la CNR pour 10 ans, sans plus de discussion et de précaution, car… « la CNR exécute bien sa mission » ! Qui plus est « les modifications temporaires de la qualité de l'eau au niveau des zones de dragage n'ont que peu d'incidences vis- à vis de la faune et de la flore aquatique », sous réserve de tenir compte malgré tout « des périodes de frai, dans la planification des travaux de dragage ». Et pour justifier cette décision arbitraire de « juge et partie »  une allusion au fait que la CNR a obtenu la certification ISO 9001 le 2 juin 2009!

De qui se moque-t-on ?

20 000 m3 de déchets sédimentaires dont la composition est officiellement inconnue mais pourtant bien toxique viennent d’être prélevés, remués et déposés au final en aval du confluent du bras de Villeneuve et du bras d'Avignon. Le dragage a ainsi favorisé la dilution jusqu’à la Camargue de milliers de particules nocives. La CNR considère unilatéralement  qu’il ne s’agit pas de déchets pollués ou pour le moins n’atteignant pas le seuil défini sur les avis … d’elle-même, partie-prenante.

Circulez, il n’y a rien à voir ? Et pourtant, pour ne citer qu’eux, les hydrocarbure aromatiques polycliniques (H A P) et la surface du Rhône irisée par des fuites de l'installation de dragage au début de l'opération montrent bien que les « incidences négligeables » sont loin de relever de l'innocuité.

Il est inadmissible qu’une fois encore la santé de la population et des riverains ne bénéficie pas du « principe de précaution » et que les intérêts économiques privés soient privilégiés.

La CNR étant tenu d’établir pour chaque dragage une « fiche d'incidence », le Collectif antinucléaire 84 en exige la communication ainsi que celle des analyses des sédiments en amont et en aval qui ont du être effectués. Il se réserve par ailleurs la possibilité d’entamer une procédure pour non-respect et manquements des obligations de la commission d'enquête publique.

22/06/2010

Occultées par le « politiquement correct », les réalités du communautarisme.

 


securité pour tous chinois belleville.jpgPARIS (NOVOpress Paris) – Exaspérée d’être la proie des bandes de racailles semblant agir en toute impunité, la communauté chinoise de Paris avait organisé une grande manifestation pour réclamer la « sécurité pour tous ».

Plus de 10 000 chinois s’étaient ainsi rassemblés pour exprimer leur colère et leur ras le bol face aux exactions des bandes.

La manifestation a débuté paisiblement mais a changé de cours suite à une agression. Un chinois, participant à la manifestation, raconte en effet :

« Quelqu’un a volé un sac à une dame chinoise. Les Chinois l’ont attrapé, ont prévenu la police. Mais la police l’a laissé partir. Nous on n’est pas violents, mais c’était trop. »

Tout a ensuite dégénéré, et de violents incidents ont eu lieu entre de jeunes chinois et les forces de l’ordre.


[
cc] Novopress.info, 2010, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine
[
http://paris.novopress.info]

http://www.chine-nouvelle.com/forum/read.html?q=4%2C13541...

 

http://www.rue89.com/2010/06/21/les-chinois-de-belleville...

 

 

 

28/04/2010

Un bateau fou sans capitaine


Combien de milliers de passagers clandestins

Voient dans le bateau France un énorme butin,

Un beau fruit mûr juteux qui nourrit, qui régale :

Notre système de protection sociale !

Si choquant que soit ce polygame nantais -

Quatre femmes, douze enfants venant tous banqueter

Dans cette France honnie pourtant si généreuse,

Parasite arguant de traditions religieuses -

La vraie aberration n'est-ce pas que ces faits,

Que ces escroqueries trop longtemps étouffées

N'aient été découverts par le curieux hasard

D'un fantôme coincé par un flic banlieusard ?!

Enfin ! Est-il normal que ces femmes, et ce drôle

Aient pu impunément échapper aux contrôles

De la Sécu et des Allocs ?

Mais de qui on se moque ?

A quoi dont servent-ils ces agents sourcilleux

Pour ne pas débusquer ces tricheurs astucieux ?


Ces gens venus d'ailleurs sur la terre de France

Faut-il en supporter la morgue, l'arrogance ?

Nous leur ouvrons les bras bien sûr, s'ils nous respectent

Mais que devons-nous faire lorsque de viles sectes

Prétendent imposer des manières de vivre

A mille lieues de celles d'un peuple fier et libre.

Des prisons de tissu pour des femmes qu'on jette

Lorsqu'elles ne rapportent plus assez d'argent braguette.

Et puis la mixité interdite en piscine,

Dans le sport, à l'école et même en médecine...

Une communauté de labeur et d'honneur

Par eux discréditée par la peur, la terreur.

A ces prétentions stupides, insupportables

Répondent des exactions encor plus lamentables,

Des balles de fusils sur les murs des mosquées,

Sur des pierres tombales de tristes croix gammées...

Sarkozy, où es-tu ?

Hortefeu, que fais-tu ?

Vous arrêtez des gosses, des fumeurs de chicha

Mais vous laissez sévir par leurs prêchiprêchas

Tous ces nazes islamistes dont les manœuvres viles

Sèment les grains d'horreur d'une guerre civile.



*****************************************************


Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

15/11/2008

ALERTE! La BETE immonde lève la tête à notre porte!

Puteng ! Je viens, au hasard d’une balade dans les blogosphères, de tomber sur un article qui donne à réfléchir. Le fascisme revient, le fascisme est là, à notre porte, chez nos frères les plus proches.
Il se cache de moins en moins.
Il ose sans vergogne relever sa sale trogne nauséabonde.
Et pendant ce temps, nous, on sodomise les dyptères...
Je vous livre cet article d’Olivier Favier publié dans Le Grand Soir (http://www.legrandsoir.info/)


« Italie : quand la dictature est à nos portes.
par Olivier FAVIER

"Un rapide balayage de la presse francophone suffirait à nous l’apprendre. La situation politique italienne est devenue plus qu’inquiétante -elle l’est déjà depuis plusieurs années. Les mouvements sociaux de ces dernières semaines, qui ont vu défiler plusieurs centaines de milliers de personnes, disent pourtant combien la résistance est potentiellement forte, dans un pays où les agressions et les crimes racistes se sont multipliés depuis septembre , où les déclarations officielles se suivent pour réhabiliter le fascisme . Pour autant, devant une gauche désorganisée ou qui a renoncé à dire son nom , face à un monde syndical très largement impuissant, la péninsule se retrouve une fois de plus confrontée au risque de rebellions autonomes, fragiles et manipulables, promptes à faire le jeu d’un pouvoir qui sait jouer sur les peurs. Dans un tel contexte, qui pourrait bien servir de modèle à la France -dont les évolutions récentes ressemblent sous de nombreux aspects aux premières années du berlusconisme, avec l’efficacité accrue d’une recette éprouvée-, la solidarité internationale a son rôle à jouer. Elle est, parmi d’autres, un rempart nécessaire contre une fascisation du régime qu’on peut désormais évoquer comme une menace réelle. En octobre dernier, le juge di Pietro a ainsi déclaré : "Quand la dictature est à nos portes, on doit résister immédiatement, pas quand il est trop tard."

Le 23 octobre dernier, Francesco Cossiga, figure historique de la démocratie chrétienne, ex-président de la république italienne, sénateur à vie, a tenu sur trois journaux des propos qui sur plusieurs points contreviennent aux lois d’un pays démocratique. Devant les manifestations de masse des étudiants, il a appelé à renouer avec la stratégie de la tension, dont les méthodes sont enfin reconnues par ceux qui les ont mises en œuvre : cossiga.jpg
“Laisser faire (les étudiants). Retirer les forces de police des rues et des universités, infiltrer le mouvement avec des agents provocateurs prêts à tout, et laisser pendant une dizaine de jours les manifestants dévaster les magasins, brûler les voitures et mettre la ville à feu et à sang. (...) Ensuite, assuré du consensus populaire, le bruit des sirènes des ambulances devra dominer celui des voitures de police et des carabiniers. (...) Dans le sens où les forces de l’ordre devront massacrer les manifestants sans pitié et les envoyer tous à l’hôpital. Ne pas les arrêter, parce que de toute façon les magistrats les remettraient aussitôt en liberté, mais les frapper, et frapper aussi ces professeurs qui les agitent.”

Plusieurs plaintes ont été déposées contre lui. Nous les soutenons toutes, mais nous avons décidé de nous associer à la première d’entre elles, rédigée à Rome par un simple citoyen italien, monsieur Piero Leone. Une pétition a été lancée qu’on pourra retrouver en page d’accueil du site : www.dormirajamais.org. La pétition peut être aussi relayée directement avec le lien suivant : http://www.easy-petition.com/cossiga/

Olivier Favier

(1) Le 14 septembre, un jeune d’origine burkinabée est tué à coups de barres de fer par les gérants d’un snack-bar milanais. « Sale nègre », entendent les témoins. Le 18 septembre, à Castel Volturno, dans les environs de Naples, sept personnes, dont six Africains, sont massacrés par les tueurs de la Camorra. Le 29 à Parme, un autre jeune d’origine ghanéenne ressort du commissariat avec un œil poché et une jambe en compote. Faute d’avoir compris son nom de famille, les policiers ont écrit sur ses papiers : « Emanuele Negro ». Le 2 octobre à Rome, un homme d’origine chinoise est roué de coups par cinq adolescents devant un arrêt de bus. Que dire enfin des mesures de ségrégation prises à l’encontre des Roms en juillet dernier, qui ont rappelé à certains les lois raciales de 1938 ?

(2) Exemple parmi tant d’autres, le ministre de la défense Ignazio La Russa a déclaré, lors des cérémonies commémoratives du 8 septembre dernier : « Ce serait ne pas écouter la voix de ma conscience que de ne pas commémorer les soldats de la république sociale de Salò qui, de leur point de vue, se sont battus pour les valeurs de la patrie et ont résisté à l’avancée des troupes anglo-américaines en Italie. Ils méritent aussi le respect de tous ceux qui considèrent l’histoire de l’Italie avec objectivité. »

(3) Walter Veltroni, rival malheureux de Silvio Berlusconi aux dernières élections, a affirmé sur El pais le 1er mars dernier : « Nous sommes réformistes et non de gauche ». Ce qui n’a pas empêché le nouveau président du conseil de le décrire quelques mois plus tard comme un « nouveau Staline ».


Sources: http://rassegna.governo.it/testo.asp?d=32976406)