Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/02/2015

GRANDES VOIX. La formidable modernité de Diderot.

diderot.jpg

 

 

Diderot. L’Encyclopédie Avertissement du tome VIII. 1765 :

 

« Puisse l’instruction générale s’avancer d’un pas si rapide que, dans vingt ans d’ici, il y ait à peine en mille de nos pages une seule ligne qui ne soit populaire !

 

C’est aux maîtres du monde à hâter cette heureuse révolution. Ce sont eux qui étendent ou resserrent la sphère des lumières. Heureux le temps où ils auront tous compris que leur sécurité consiste à commander à des hommes instruits !

 

Les grands attentats n’ont jamais été commis que par des fanatiques aveuglés !

 

Oserions-nous murmurer de nos peines et regretter nos années de travaux [la publication de l’Encyclopédie a duré vingt ans, y compris les années de censure], si nous pouvions nous flatter d’avoir affaibli cet esprit de vertige si contraire au repos des sociétés, et d’avoir amené nos semblables à s’aimer, à se tolérer et à reconnaître enfin la supériorité de la Morale universelle sur toutes les morales particulières qui inspirent la haine et le trouble, et qui rompent ou relâchent le lien général et commun ?

 

Tel a été partout notre but. »

 

 

 

Diderot. Observations sur le Nakaz. 1774 [texte adressé à Catherine II, Tsarine de toutes les Russies, lancée dans une réforme du code des lois]

 

« La distance entre l’autel et le trône ne peut jamais être trop grande. L’expérience de tous les temps a démontré le danger du voisinage de l’autel pour le trône.

 

[…] En aucun lieu du monde on n’a pu réduire les prêtres sans violence à l’état de purs et simples citoyens ; ils ont souvent osé dire qu’ils ne relevaient que de Dieu ; ils n’ont jamais cessé de le penser. Partout ils ont prétendu à une juridiction particulière, partout ils ont prétendu au droit de lier ou de délier le serment [qui les lie à la nation] ; c’est accéder à leurs prétentions que de les en rendre dépositaires ; on ne peut tenir trop bas une race d’hommes qui sanctifient le crime quand il lui plaît ; on ne peut trop se méfier d’une race d’hommes qui a conservé seul le privilège royal de parler aux peuples assemblés, au nom du maître de l’univers.»

 

Illustration X - Droits réservés

 

**************************

 

Pour vous faire plaisir :

Savourez un sulfureux Voyage

livre,chiloum

Livre classique ICI !

ou e-book  LA !

Mieux encore:

Feuilletez-le gratos ICI !