Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/10/2014

Ci-gît la taxe poids-lourds, de son petit nom « Ecotaxe ». In mémoriam.

Valls-Sarkozy-web.jpg

 

 

Née sous Sarkozy et Borloo en fanion du « Grenelle de l'environnement » ; adoptée à l'unanimité moins quatre voix par l'Assemblée nationale le 21 octobre 2008 ; morte le 9 octobre 2014 sous Hollande et Valls ; enterrée par Ségolène Royal.

 

Cette taxe poids-lourds – appelons-là par son nom – s'appuyant sur le principe du « pollueur-payeur » devait instaurer une taxe kilométrique sur les poids lourds. L’idée ? Pousser les entreprises à se tourner vers le fluvial ou le ferroviaire, plus écolos que la route. Le produit de la taxe devait servir à développer et entretenir les infrastructures (rails, routes, canaux). La France devait ainsi se mettre au niveau de plusieurs de ses voisins européens (Autriche, Allemagne, Slovaquie, Suède, République tchèque, Portugal, et aussi Suisse). Pour ce faire, l'Etat sarkozien décida de recourir à un Partenariat Public Privé (PPP). Système ayant pour principal « avantage » de pomper l'argent public pour le déverser à flots dans les poches du privé.

 

Cette taxe devait concerner non pas les autoroutes mais 15.000 km de routes gratuites (deux tiers de nationales, un tiers de départementales ou de communales). Le niveau de la taxe, appliquée par kilomètre parcouru était au niveau de 13 cts par kilomètre, modulé en fonction de la taille du véhicule (nombre d’essieux) et de son âge (les plus récents polluent moins). Certaines régions (Bretagne, Aquitaine, Midi-Pyrénées) excentrées par rapport au « pentagone économique européen » (Londres, Paris, Hambourg, Munich, Milan) bénéficiaient de ristournes conséquentes allant de 30 et 50%.

 

Le système était loin d'être parfait (taxant les petites distances) et coûtait un bras en collecte. Parce que ce système « innovait » encore : il concédait au privé le droit de collecter l'impôt, ressuscitant ainsi les fermiers généraux. Rien que ça... Du jamais vu depuis la Révolution. Avec un pourcentage exorbitant : 20% de commission.

 

Donc exit l'Eco-taxe. Telle que l'avait concoctée les Sarko-trafiquants, elle était une incongruité. Donc, on ne pleurera pas sur elle. Et pourtant, elle devait amener 1,3 milliards dans les caisses de l’État pour améliorer les infrastructures de transports. Non seulement cet argent n'entrera pas mais, suite aux contrats léonins signés par les Sarko-trafiquants, l’État – vous, moi – paiera 850.000 millions de compensation au concessionnaire Ecomouv, société formée par un consortium dirigé par l'italien Autostrade. Ceci s'ajoutant au 20 millions que l'Etat paie chaque mois depuis le 1er janvier 2014. Et qui va payer les 600 millions d'infrastructures saccagés par les « bonnets rouges » ? Suivez mon regard...

 

Il faudra bien trouver autre chose, et vite.

 

Ce fiasco met en évidence la faiblesse de ce gouvernement, expert en reculade en tous genres. Reculade devant les taxis ; reculade devant les notaires ; reculade devant les huissiers ; reculade devant les professions libérales.

 

Et, comme bouquet à ce feu d'artifice de « couillemollisme », reddition en rase campagne devant les routiers qui connaissent parfaitement la puissance dissuasive de leurs gros-culs bloquant les routes et appliquent depuis longtemps avec succès le principe « J'emmerde, donc je suis » !

 

Valls, c'est comme l'avocat bien mûr : dur en surface, mais mou à l'intérieur...

 

Illustration: merci Dim