Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/07/2013

Au bistrot de la Toile : mauvaises et bonnes nouvelles.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

 

 

- ...taing ! Victor, il s'en passe des choses en ce moment ! Sarko, Batho, Snowden, Egypte et tutti quanti !

 

- Il s'en passe des bonnes et des mauvaises. La plus mauvaise, c'est la volonté d'assassinat d'un organe de presse LIBRE, Médiapart qui, fort de ses 75.000 abonnés, est devenu en quelques années LE média de référence. Celui sans qui les grosses « affaires » actuelles, de Bettencourt à Tapie et Cahuzac, seraient restées sous l'éteignoir, « oubliés » par les canards laquais.

 

- Assassiné ? Un bien grand mot. Par qui ?

 

- Par une décision de justice concernant l'affaire Bettencourt et condamnant ce média à des amendes telles que leur application signifierait la mort de ce journal. Sauf que ses abonnés et lecteurs ne le laisseront pas tomber...

 

- Autre mauvaise nouvelle ?

 

- Ben, Normalou qui persiste et signe dans son obéissance honteuse aux injonctions étazuniennes : non comptant de nous avoir mis sur le dos toute l'Amérique du sud, il foule aux pieds l'essence même de ce qui fait l'universalité de la France en refusant – toujours, je suppose sur le diktat d'Obama - le droit d'asile à Snowden. Ce héros qui a tout abandonné par éthique, pour s'élever contre les sordides magouilles étazuniennes espionnant tant leurs alliés que les simples particuliers et dont les Zétatzunis veulent physiquent la peau. La France qui n'a pas barguigné pour accorder ce même droit d'asile à de grands « démocrates » comme Duvallier, Khomeini, Bokassa et autres crevures du même acabit. J'ai mal à mon pays Loulle...

 

- Bois un coup, ça te passera.

 

- Ah ! Merci. Mais il y a quelques nouvelles réjouissantes tout de même. En premier lieu le renversement en Égypte de ce pouvoir, pourtant régulièrement élu, mais qui a dérivé vers une sordide dictature ultra-religieuse. Mais attention : les révolutionnaires laïques égyptiens, cocus une première fois par les « Frères musulmans », risquent de retrouver leurs cornes avec des militaires plus compétents à magouiller dans les « affaires » qu'à faire la guerre ! (Comme leurs sponsors et maîtres américains, ils ont pris une formidable estrigoussée chaque fois qu'ils se sont frottés aux israéliens, tout comme les troufions étazuniens sont partis la paille au cul du Viet-Nam, de l'Irak, de l'Afghanistan...)

 Et il y a une autre nouvelle réjouissante Loulle : c'est la décision des « sages » filant un formidable coup de pied au cul à Sarko et à sa bande ! Ces gens sont tellement imbibés d'une culture de la magouille, qu'ils s'offusquent...qu'on leur demande d'assumer leurs malversations concernant le financement de la campagne de Sarko, qui nous faisait payer à nous, contribuables, ses frais de propagande électorale !

 

- Tout de même, Copé lance une souscription pour « sauver » le soldat Uhèmepets !

 

- Tè, Loulle, je te propose de faire de ton rade un relais de cette souscription pour sauver le parti à Sarko ! En collectant non pas des sous, mais des rouleaux de papiers cul !

 

 

Septidi 17 Thermidor 221

 

Merci à Chimulus

 

 

Au tableau de désonneur

de la servitude volontaire pro-yankee:

Le gouvernement français


qui refuse le droit d'asile à Snowden

02/07/2013

Egypte : la Révolution sera laïque ou ne sera pas.

morsi  dégage.jpg

 

 

En Egypte, les cocus de la révolution veulent absolument se débarrasser de leurs cornes. « Morzi, dégage ! » scandent-ils, en vagues ininterrompues sur la place Tarhir, comme au meilleur temps de la première étape de leur révolution.


Ils en avaient marre de la dictature de Moubarak ? Ils ont réussi, avec un courage et une détermination exemplaires, à de débarrasser de ce qu’ils ne voulaient plus. Mais à la place, les urnes leur ont donné ce qu’ils ne voulaient pas : un régime théocratique qui a glissé vers une dictature obscurantiste.

 

N’en déplaise à tous ces idiots utiles de l’islamisme, genre Bernard Guetta qui se prosterne devant le « modernisme » du régime turc (lui aussi rejeté par le peuple !), Morzi, ses « frères musulmans » et leur bras armé, les salafistes, ont instauré une dictature. Et la pire, celle qui prétend régner sur les « âmes », les esprits abrutis par une religion. La religion en politique est un cancer mortel. Toujours. Partout.

 

Morsi et ses acolytes ont amené la misère, le clanisme, l'immobilisme, le fanatisme. Ils ont imposés une dictature religieuse, se grimant derrière le masque d'une pseudo démocratie. Ce Frère musulman ultra-réac, confi en bigoterie, s'est installé sans rien changer sur le trône de Moubarak, se contentant de rajouter le coran et la charia à la corruption et à la dictature.

 

 Un an après, l'Egypte est plus pauvre, plus corrompue, plus divisée, isolée sur la scène internationale. L'insécurité est partout. Les Égyptiens s’entre-tuent, le lynchage le plus sauvage, le plus horrible des minorités est devenu une habitude. La haine religieuse est la règle. Elle s'exerce non seulement contre les chrétiens Coptes (c'est de « tradition » en terres d'islam...) mais aussi maintenant contre d'autres musulmans, les chiites. Il y a quelques semaines, une famille entière de chiite a été arrachée de son appartement par la meute fanatique, tous ses membres ont été massacrés, dépecés, peut-être même bouffés... Voilà où a mené ce peuple pacifique et civilisé le fanatisme religieux des Frères musulmans et de leurs complices salafistes. La police, la justice sont aux abonnés absents lorsqu'ils ne sont pas complices de ces horreurs.

 

Ces révolutions arabes sont-elles vouées à faire le lit du fanatisme religieux ? Cette deuxième révolution qui gronde en Egypte est porteuse d’espoir et nous sommes à un tournant décisif : dans un pays à majorité musulmane, le peuple veut chasser la religion du pouvoir et même de la société, la reléguant au domaine du privé.

 

La mère de toutes les révolutions, la Révolution française a mis des décennies pour réussir. Après avoir engendré une dictature dévastatrice, celle de Napoléon. Mais à la différence des révolutions arabes, elle s’est attaquée aux deux pouvoirs qui exploitaient, humiliaient et maintenaient le peuple dans l’obscurantisme et le quasi-esclavage : le pouvoir sur les corps, celui du roi, des nobles mais aussi et peut-être surtout le pouvoir sur les esprits, celui de la religion et du clergé. Sans faire l’économie d’un Robespierre.

 

Atatürk en son temps a imposé la laïcité, traitant à coups de trique les notables religieux, n'hésitant pas à proclamer « L'islam est un chien puant dont il faut débarrasser la Turquie ». Il aurait pu dire pareil de toute religion. Nasser a fait de même. Un demi siècle plus tard, tout est à refaire... Les religions sont des cancers mentaux qui métastasent sournoisement...

 

 

P.S. - Je ne paie pas ma redevance télé pour entendre pendant 27 minutes un escroc nous enfumer avec la complicité de Pujadas.

 

Quartidi 14 Thermidor 221

 

Illustration X – Droits réservés.

 

05/12/2012

Egypte : Révolution, le retour !

révolution Egypte.jpg

 

En Egypte, les cocus de la révolution semblent vouloir se débarrasser de leurs cornes. « Morzi, dégage ! » scandent-ils, comme au meilleurs temps de la place Tarhir. Ils en avaient marre de la dictature de Moubarak. Ils ont réussi, avec un courage et une détermination exemplaires, à de débarrasser de ce qu’ils ne voulaient plus. A la place, ils ont eu ce qu’ils ne voulaient pas : un régime théocratique glissant vers une dictature obscurantiste.

 

N’en déplaise à tous ces idiots utiles de l’islamisme, genre Bernard Guetta qui se prosterne devant le « modernisme » du régime turc, Morzi, ses « frères musulmans » et leur bras armé, les salafistes, veulent une dictature. Et la pire, celle qui prétend régner sur les « âmes », les esprits abrutis par une religion. La religion en politique est un cancer mortel. Toujours. Partout.

 

Ces révolutions arabes sont-elles vouées à faire le lit du fanatisme religieux ? La deuxième révolution qui se dessine en Egypte est porteuse d’espoir et nous sommes peut-être à un tournant décisif : dans un pays à majorité musulmane, le peuple veut chasser la religion du pouvoir et même de la société, la reléguant au domaine du privé.

 

La mère de toutes les révolutions, la Révolution française a mis des décennies pour réussir. Après avoir engendré une dictature dévastatrice, celle de Napoléon. Mais à la différence des révolutions arabes, elle s’est attaquée aux deux pouvoirs qui exploitaient, humiliaient et maintenaient le peuple dans l’obscurantisme et le quasi-esclavage : le pouvoir sur les corps, celui du roi, des nobles mais aussi et peut-être surtout le pouvoir sur les esprits, celui de la religion et du clergé. Sans faire l’économie d’un Robespierre.

 

Quintidi 15 Frimaire 221


Photo X - Droits réservés

11/03/2011

Tunisie, Egypte : quand un vent d'est balaie l'arrogance de l'Occident

alain badiou.jpgAlain Badiou donne une approche lucide, enthousiaste et sommes toutes réaliste des Révolutions de Tunisie et d’Egypte. A lire, relire et méditer :

Lire la suite

17/02/2011

Tunisie, Egypte… En avant pour des Vacances révolutionnaires !

Revolutionnaire-en-vacances.jpg

Eh alors ! A quoi on joue ? On se roule dans le discrédit avec une ministre des affaires étrangères se couvrant – et couvrant la France – de ridicule par ses accointances coupables, son incompréhension totale des choses du monde et son arrogance. Les étranges lucarnes, les machines à bruits et les journaux se focalisent sur les conneries de cette caricature de diplomate et personne ne parle de ce qu’il faut faire vite, très vite, immédiatement pour aider la Tunisie et l’Egypte à conforter leur libération du joug des dictateurs.

 

Au-delà de l’euphorie, il y a les réalités. C’est-à-dire  des pays confrontés à d’évidentes difficultés économiques et dont le formidable souffle de liberté risque d’être en grand danger d’être coincé entre les rapaces de l’ancien régime et les obscurantistes religieux. La démocratie, ça se prépare, ça se travaille. Ça implique des partis politiques structurés, des associations solidement établies, des télés, des radios, une presse libre. Et, sur ce terreau, des femmes et des hommes capables de porter les aspirations de liberté d’un peuple.

 

La démocratie se traduit par le bulletin de vote. Mais dans le cas présent, tant en Tunisie qu’en Egypte, quelles sont les forces structurées en place ? En Tunisie, l’ossature du système Ben Ali est toujours en place. Police, milices, patronat, banques, etc. L’autre force puissante et qui se structure, ce sont les fondamentalistes religieux. Ceux-ci comme ceux-là ont les moyens de faire campagne et risquent de revenir en force à la faveur d’élections. Il convient donc de donner aux syndicats, aux partis politiques qui s’implantent, aux lideurs qui de révèlent des moyens financiers et techniques leur permettant de lutter à armes égales pour imposer les idéaux de leur révolution.

 

Pareil en Egypte sur une échelle bien plus grande et avec un pays majoritairement moins éduqué, donc plus perméable aux mots d’ordres des extrémistes.

 

C’est maintenant que l’Union Européenne doit montrer qu’elle existe en ouvrant largement sa bourse pour que le formidable vent de liberté qui souffle sur le monde musulman s’épanouisse. Qu’est-ce qu’on attend ? Que les dictateurs reviennent ? Que les fanatiques religieux s’imposent ? Ou plus prosaïquement… que les Chinois prennent la place de la France et de l’Europe ?

 

Et nous qu’est-ce qu’on peut faire, personnellement ? Ben, ceux qui en ont les moyens peuvent toujours aller en vacances chez ces peuples amis ! En plus c’est superbe ! En avant pour des Vacances révolutionnaires !

 

 

Illustration:  www.formes-vives.org/blog/index.php?2009/07/2..

*********************

 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Décadi  29 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté

31/01/2011

Tunisie, Egypte en ébullition: les bobos tremblent pour...leurs ryads et leurs croisières.

chimulus egypte.jpg

- Merde, Jenny, c'est quoi ce bordel ? On devait partir en super croisière hyper branchée jusqu'à Assouan, et voilà que ces cons se révoltent. Sous prétexte qu'ils crèvent de faim dans un pays riche... T'iras à l'agence voir pour se faire rembourser.

 

- Te plains pas Kev, mon dabe se bouffe les bijoux de famille: il a mis pas mal de thunes dans un hotel club de Djerba...

 

- Pfff ! Les dictateurs, c'est plus ce que c'était. Même les valeurs les plus sûres foutent le camp...

 

Merci à Chimulus

 

**********

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Duodi 12 Pluviose 219 de l'ère de la Liberté