Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/01/2016

Alors, ces fameuses BOUES ROUGES, késako ?

 

plan boues rouges cassis.jpg

 

Dans les derniers jours de l’année passée, les me(r)dias mènestrime nous ont parlé de boues. Pas ragoutant la boue… Et rouges de surcroit ! Dangereux le rouge… Et à ce sujet il y a eu bagarre entre deux poids lourds du gouvernement, Valls (le patron délégué) et Ségo (l’Ex). De quoi s’agit-il ? Du déversement en Méditerranée de millions de tonnes de déchets toxiques.

Un communiqué à mis le feu aux poudres : « Stéphane Bouillon, préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, préfet des Bouches-du-Rhône, a signé le lundi 28 décembre 2015 un arrêté autorisant la société Altéo (ex-Péchiney) à continuer à exploiter à compter du 1er janvier 2016 ses usines sur le site de Gardanne et autorisant, pour une durée de six ans, le rejet dans la mer d'effluents aqueux dépassant les limites réglementaires. » Pas contente Ségolène : « L'ordre est venu du Premier ministre au préfet, direct ».

Explications de Matignon : « Le Conseil supérieur de prévention des risques technologiques - un conseil indépendant composé d'experts rattaché administrativement au ministère de l'Ecologie - a planché le 22 décembre et a soumis l'arrêté d'autorisation au vote ». La réunion s'est conclue par « un vote assez large d'une autorisation pour six ans du processus industriel proposé par Altéo » et le rejet en mer, pour 6 ans, d'effluents résultant de la production d'alumine dans le Parc national des Calanques. Bonjour l’image des parcs nationaux !

Voilà l’épisode ministériel. Mais les « boues rouges », késako ? L’affaire est ancienne. En 1893, le groupe Péchiney a construit en Provence, à Gardanne, entre Marseille et Aix, une usine afin d’exploiter le minerai de bauxite très présent dans la région. La bauxite (étymologiquement « terre des Baux ») ça sert à faire l’aluminium. Seulement les divers processus pour passer du minerai à l’aluminium génèrent des montagnes de déchets solides et liquides particulièrement toxiques. Oui mais, depuis cette époque, l’usine apporte emplois et relative prospérité dans ce coin de Provence séché par le soleil et battu par le mistral. Et depuis, l’Etat s’est toujours montré très « compréhensif » avec l’usine, particulièrement au sujet de ses déchets. « Á l’heure où l’opinion française redoute les délocalisations », il est impératif de « sauvegarder plusieurs centaines d’emplois », avaient justifié les commissaires chargés de l’enquête. L’écologie, la préservation de l’environnement, mouais… Mais les emplois, c’est autre chose. Le site de Gardanne, plus grand site mondial de production intégré d’alumines, emploie 400 salariés et 250 personnes sous-traitantes. On est dans le cas typique, caricatural du chantage à l’emploi.

Qu’est-ce qu’elle fait de ces déchets, l’usine ? Ben, au début, elle les a stockés sur des terrains alentour, « agrémentant » la région de poussières rouges ou blanchâtres… Puis, quand ça a dépassé les bornes, des têtes d’œuf ont planché sur le problème et crié « Euréka ! » Ils avaient trouvé la solution miracle : balayer les poussières sous le tapis ! En l’occurrence : foutre discrètement toute cette merde au fond de la Méditerranée. Cette brillante décision date de 1966, une époque où les soucis d’environnement n’étaient pas primordiaux…

Ainsi fut fait. Une énorme canalisation serpente depuis sur 47 km à travers la garrigue provençale de Gardanne à Cassis ! Puis ce merdoduc pénètre sous l’eau et continue sur 7,7 km encore jusqu’au fossé sous-marin dit « de Cassidaigne » où il chie ses estrons toxiques par 320 mètres de fond. Vingt millions de tonnes de sédiments toxiques se sont accumulées dans cette fosse au cœur du parc national des Calanques, sans compter tout ce qui a débordé et, au gré des courants, s’étale en couche plus ou moins épaisse du golfe de Fos à la rade de Toulon. Et le robinet à merde n’est pas prêt d’être fermé puisque Alteo a déposé en mai 2015 une demande de renouvellement de la concession d’occupation du domaine public maritime pour trente ans. Avec de fortes chances de l’obtenir… Chantage à la délocalisation en cas de refus qui signifierait arrêt de l’usine.

Ces boues rouges sont-elle dangereuses ? Actuellement, les poissons de fond ont déserté les abords de la fosse de Cassidaigne et ceux que l’on pêche sont bourrés de mercure, d’arsenic, de titane et autres délicates épices : thorium 232, uranium 238, cadmium, vanadium, plomb, soude, chrome, nickel, etc.. Et que dire du plancton, nourriture de base de la chaine alimentaire marine ? Les pathologies éventuellement liées au mercure sont très variées : psychologiques (dépression, troubles de l’humeur, etc.), neurologiques (maladie d’Alzheimer, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, épilepsie, handicaps de naissance, etc.), dermatologiques (eczéma, etc.), immunitaires (infections à répétitions, allergies, maladies auto-immunes : maladie de Crohn, maladie de Gougerot-Sjögren etc.), digestives (colite), cardio-vasculaires (tachycardie, artériosclérose, cardiopathie cardiaque dilatative) rénales, rhumatismales, et même cancers (tumeurs cérébrales : glioblastomes, plus fréquents chez les dentistes).

« Elle est fraiche ma rascasse ! Elle est bonne ma bouillabaisse ! Elle est claire mon eau ! » Ben voyons…

Bon. Mais ça – si l’on en croit les responsables d’Alteo, l’usine en question – c’est le passé. « Ça va changer ! Objectif Zéro déchet » qu’ils disent les « communicants » de l’entreprise, premier producteur mondial d’alumines spéciales entrant dans la composition de céramiques pour l’électronique, les cristaux liquides, etc. Et de fait, l’usine a cessé de balancer la totalité de ses boues rouges en Méditerranée, sauf un reliquat annuel de 84 tonnes, loin du million de tonnes annuel précédant. Mais elle veut continuer à y balancer ses effluents liquides chargés de métaux lourds dissous et de soude. Pour pouvoir cesser de balancer ses boues rouges, Alteo s’équipe de trois filtres-presses permettant la déshydratation des boues. Reste alors une matière sèche, stockée désormais sur le site de Mange-Garri (mange-rats), proche de Gardanne, balayée par les vents et lessivée par les eaux de ruissellement, que l’entreprise voudrait valoriser sous le nom de Bauxalite. A Mange-Garri, l’eau des puits est interdite non seulement à la consommation, mais encore à l’arrosage et au remplissage des piscines. Bauxalite ! C’est joli comme mot. Même l’Europe met du pognon dans ce projet au titre du soutien à « l’économie circulaire ». Pour quoi faire ? Qui lo sa… Des remblais parait-il. Mais un peu radioactifs… Les routes seront lumineuses !

Ces filtres-presses représentent un investissement de 30 millions d’euros, financés à moitié par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, donc de l’argent public ! Et – cerise sur le gâteau – Un amendement taillé sur mesure s’est glissé dans une loi rectificative de finances en 2012 qui fait que la redevance d’Alteo à cette agence, qui était de 13 millions, a été réduite à 2,6 millions en 2014.

Résultat de tout ce micmac, depuis le 1er janvier, Alteo est autorisé à rejeter en Méditerranée ses effluents liquides toxiques pour six ans… Un sacré revers pour les défenseurs de l’environnement et un coup de pied au cul à la ministre de l’écologie, Ségolène Royal.

Alteo, c’est le dernier avatar d’une cascade d’achats et de ventes plus ou moins claires. L’entreprise appartenait à Péchiney, acheté en 2003 par Alcan, lui-même acheté en 2007 par Rio Tinto, acheté en 2012 par le fond de placement étazunien HIG Capital, proche des pires politicards Républicains étazuniens…

Oui mais que la COP 21 fut belle, qui met la France à la tête des défenseurs de la planète !

Sources :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/08/22/le-dossi...

http://www.europe1.fr/politique/boues-rouges-matignon-rep...

http://www.monde-diplomatique.fr/2015/05/LANDREVIE/52952

 

 

 Illustration X - Droits réservés

 

21/01/2010

Donnons la parole aux lanceurs d'alerte.

Les édulcorants de table pourront désormais être commercialisés avec de la Stévia, selon un arrêté publié ce vendredi 15 janvier au Journal Officiel.


La Stévia est un édulcorant naturel qui dispose d'un pouvoir 200 à 300 plus sucrant que le sucre lui-même, sans apporter de calorie. Il est autorisé en France depuis septembre dernier.

Cette nouvelle autorisation permet ainsi à Whole Earth Sweetener Company (WESCO), une filiale du groupe Merisant qui commercialise la marque Canderel, de lancer Pure Via, une alternative pour sucrer son café ou son thé, par exemple.

Les sachets de poudre devraient être commercialisés dans les prochaines semaines. Les prix et les conditionnements doivent être bientôt annoncés.

Pure Via sera à base d'extraits de plante de Stévia. Le produit est déjà présent aux Etats-Unis où il "rencontre un vif succès auprès des consommateurs" avait précisé la marque lors de l'annonce de ce produit en septembre dernier, quelques jours après l'autorisation de la Stévia dans l'Hexagone.

D'autres produits alimentaires, comme la pâte à tartiner à base de cacao, les boissons non-alcoolisés ou encore les confiseries étaient déjà autorisés à intégrer des extraits de Stévia dans leur recette, par l'arrêté du 26 août 2009.

En décembre dernier, Coca-Cola France a annoncé lancer sa première boisson aux fruits plate avec une recette à base d'extrait de Stévia. La filiale a choisi Fanta Still pour incorporer cet édulcorant d'origine naturelle.

Source: Sauve la terre

 

********************************************

France - La Poste a annoncé avoir conclu un partenariat avec l'entreprise Anovo afin de proposer un service de recyclage des téléphones portables. Les possesseurs de mobiles usagés pourront les faire valoriser contre une éventuelle compensation financière.

Après avoir testé un service de collecte et de recyclage des mobiles dans le Sud-ouest de la France, La Poste a décidé de l'étendre à l'ensemble du pays.
Les tarifs de rachat des téléphones sont indiqués sur le site Love2recycle.fr mais certains modèles trop anciens pourront être repris gratuitement. Les possesseurs de mobiles usagés devront les expédier par une Lettre Max envoyée gratuitement à domicile, affranchie et prépayée comme La Poste s'est engagée à le faire dans le cadre de son partenariat avec Anovo. Un éventuel chèque sera alors envoyé en compensation à l'utilisateur, en fonction de la valeur estimée de l'appareil.

Les mobiles encore en état de marche seront revendus aux pays émergents tandis que les matières premières des téléphones qui ne peuvent plus être réutilisés seront valorisées.

Le 12 janvier dernier, Bouygues Télécom a annoncé le lancement d'un service similaire. Les possesseurs de téléphones usagés pourront, dès le 18 janvier, envoyer leurs appareils à l'opérateur, via un bordereau ou une enveloppe pré-affranchie, afin que ces derniers soient valorisés.

Source: Sauve la terre

***********************************************


L'industrie nucléaire a désormais le droit de se débarrasser de ses déchets radioactifs dans des produits de consommations courantes.

En effet depuis le 5 mai 2009, plusieurs dérogations permettent d’ajouter délibérément des substances radioactives dans les biens de consommation et les produits de construction (article R.1333-2).

Dans les aliments?

L’article R.1333-3, quant à lui permet d’utiliser des matériaux et des déchets provenant d’une activité nucléaire dans des biens de consommation et de produits de construction.

On a donc résolu le problème des déchets nucléaires…

Ils sont chez vous …

et si vous etes septique, le texte officiel

 

Sources:  « Sauve le terre »

10/12/2009

Paul Hué et Paul Hueur à Copenhague.


 

chimulus copenhague.jpg



- Oh là ! Sieur Paul Hué, vos vaches pètent trop

Il vous faudra réduire leurs délires ventraux

Car leurs rots et leurs pets, ce sont du gaz méthane

Qui risque de changer nos prairies en savanes.

- Oh là ! Sieur Paul Hueur, rengainez vos leçons

Que sont nos pets de vaches comparés au boxon

Que génère sur terre l’hyper consommation

De vos sociétés, vos civilisations

Basées sur le paraitre et sur le racolage,

Sur l’avoir plus que l’être, et où le gaspillage

Est le mode normal de concevoir la vie

Où l’on prend, casse et jette au gré de ses envies.

- Notre mode de vie n’est pas négociable

Vous feriez comme nous si vous étiez capables !

De quoi donc rêvez-vous dans vos sombres gourbis ?

De bagnoles, de viande, d’alcools, de beaux habits,

De maisons confortables à l’air conditionné,

De piscines, de plages, de routes bétonnées.

D’ailleurs que faites-vous quand vous avez des thunes ?

Une station de ski au milieu de vos dunes…

- Qui nous pollue la tête avec ces âneries ?

Vos programmes télé avec leurs conneries.

N’avons-nous pas le droit d’être aussi cons que vous ?

Nous marchons sur vos traces, cependant, je l’avoue,

Ces travers me désolent et me mettent en rage

Mais avant d’arriver au niveau de carnage

Que vous faites subir à l’environnement

Nous avons de la marge pour vivre décemment.

Quand un Indien produit une tonne de carbone,

Vous, les Zétazuniens en produisez vingt tonnes

Et dix tonnes en Europe. Mais zéro en Afrique !

C’est à vous d’arrêter vos pollutions chroniques !

- De quoi vous plaignez-vous ? Vous êtes bien contents,

Sûrement pas le peuple, mais vous, les dirigeants

D’accepter nos déchets à pleines palanquées

Car nous vous payons cash pour que vous les planquiez,

Qu’ils soient radioactifs, domestiques ou chimiques !

Euros, yens ou dollars, tout est bon pour vos cliques…

- Taisez votre cynisme, et gardez vos poubelles.

Car par la corruption vos actions criminelles

Saccagent nos contrées, empoisonnent nos gens,

Les poussent à émigrer pour trouver quelque argent.

C’est vous qui polluez depuis bientôt deux siècles.

Vous voudriez en plus nous imposer vos règles ?

C’est à vous de payer ! Vous tuez la nature

Et voulez que ce soit nous qui fassions ceinture ?

Le monde va crever ? Nous n’y sommes pour rien !

Si vous ne casquez pas, on ne répond de rien…

 

Merci à Chimulus