Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/09/2008

Encore et toujours, luttons contre cette grosse salope d'Edvige.

db660a72d594df4f32f3686c115187f0.jpg

La blogosphère est décidemment toujours en avance sur la presse couchée. Ainsi, L'anti fadas et les aliboffis – entre autres blogs – ont dénoncé depuis plusieurs semaines (dès le 31 juillet!) le fichier scélérat Edvige, instrument de flicage global de la population, digne du célèbre et nauséabond Fouchet (flic en chef de Napo) avec la puissance de l'informatique.

Même Maurin qui s'inquiète! Continuons! Signez à tour de bras, à tour de bic, à tour de mulot les pétitions qui tournent sur la Toile.

Avec Edvige, on s’oriente en effet vers une récolte policière d’informations très variées qui suscite des craintes légitimes. Outre les informations collectées sur les personnes susceptibles de porter atteinte à l’ordre public (dès l'age de 13 ans!!), y seront aussi centralisées des données sur celles « ayant sollicité, ou exercé un mandat politique, syndical ou économique ou qui joue un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ». On tend à amalgamer des individus représentant un risque potentiel pour l’État et ceux dont l’activité s’avère indispensable à son fonctionnement dans un cadre démocratique. Cette logique, sous tendue par des impératifs d’accumulation de renseignements extrêmement divers, va induire de facto une extension considérable du fichage pouvant à terme concerner des millions de citoyens.

Comment peut-on avoir autorisé ce fichier qui suffit à décridibiliser ad vitam eternam toute personne qui s'occupe tant soit peu des autres, que ce soit par la politique, les associations, et autres! Comment peut-on mettre sur le même plan des gens qui se dévouent, qui donnent de leur temps, qui prennent des responsabilités avec ceux qui sont « susceptibles de troubler gravement l'ordre public » sans traiter en criminel potentiel n'importe quel citoyen engagé et écouté de ses concitoyens !

Le décret précise, entre autres saloperies: «  Peut également être destinataire des données mentionnées à l'article 2, dans la limite du besoin d'en connaître, TOUT AUTRE AGENT d'un service de la police nationale ou de la gendarmerie nationale, sur demande expresse, sous le timbre de l'autorité hiérarchique, qui précise l'identité du consultant, l'objet et les motifs de la consultation ». Ainsi, n'importe quel flic peut demander des renseignements sur n'importe qui.

Par exemple, comme me l'a signalé un bloguiste, en vertu de ce décret qui intègre « des données relatives à l'environnement de la personne, notamment à celles entretenant ou ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec elle », le citoyen Sarkozy Nicolas, exerçant un mandat public, peut – sans qu'il en soit prévenu – faire l'objet d'un fichage Edvige peu reluisant compte tenu de ses fréquentations douteuses avec des dictateurs ayant des tonnes de sang sur les doigts (Kadhafi, Assad, Poutine, etc.).

Mais ce n'est pas tout. Derrière cette grosse salope d'Edvige se cachent une palanquée d'autres fichiers de flicage global. Ainsi, la police vient de se doter du fichier Christina (Centralisation du renseignement intérieur pour la sécurité du territoire et les intérêts nationaux) qui, classé « secret défense », recensera des données personnelles mobilisées par les forces de l’ordre en matière de lutte anti-terroriste. Plus généralement, depuis les années 1980/90, on assiste en France à un développement considérable de ces fichiers : FPR (fichier des personnes recherchées) ; FRG (fichier des renseignements généraux) ; FIT (fichier automatisé du terrorisme) ; FNT (fichier national transfrontière) ; FNAEG (fichier national automatisé des empreintes génétiques) ; FAED (fichier automatisé des empreintes digitales) ; STIC (système national des infractions constatées) et JUDEX (système judiciaire de documentation et d’exploitation) bientôt fusionnés en un fichier appelé ARIANE, etc. Parallèlement, les autorités françaises ont contribué à mettre en place ou envisagent de participer à l’alimentation et à l’exploitation de nouvelles bases de données biométriques : fichier des empreintes digitales des demandeurs de visas, système d’information Schengen II, fichier Eurodac, fichier national des passeports biométriques, etc.

Alors, signez! Signez contre cette saloperie!

http://nonaedvige.ras.eu.org/