Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/10/2017

BCE, FMI, fonds vautours : RENDEZ LE FRIC AUX GRECS !

banquiers pigs.jpg

Les Grecs crèvent la dalle, leur pays est vendu à l’encan, leurs dirigeants « dirigent » avec sous la gorge le couteau de la BCE (Banque centrale européenne) et sur la tempe le flingue du FMI (fond monétaire international). Et pendant ce temps, ces mêmes institutions – élues par personne, ne représentant que les intérêts des mafias financières – se sont engraissées de plus de 10 milliards sur leur sueur, sur leur misère, sur leur santé, sur leur désespoir. En effet, la banque centrale vient de gagner 7.8 milliards d’euros grâce aux intérêts des bons du Trésor grec qu’elle détient et le FMI a amassé un pactole de 2.5 milliards d’intérêts sur les prêts qu’il a concédé à Athènes.

Ces deux institutions avaient accepté un système de redistribution afin que ces sommes soient reversées à l’État Grec. Tè ! Fume…

Ou plutôt « Halten ! Rauchen… » qu’il leur a dit Wolfgang Schäuble, le sinistre ministre allemand des finances, fort de la complicité honteuse de ses collègues français, italiens, hollandais et autres. Les sommes des intérêts de la dette ont immédiatement été transférées non pas dans les caisses de l’État grec pour assouplir l’austérité imposée au peuple mais… dans les caisses des banques privées allemandes, françaises, italiennes et du Benelux principalement, pour « rembourser » une dette inique et douteuse. Et cette redistribution s’est arrêtée dès que Tsipras a été élu ! Non mais, pour qui il se prend ce gauchiste et son (éphémère hélas) ministre des finances motard !

Mais d’où viennent-ils ces 10 milliards d’intérêts ? Des titres grecs que la BCE a achetés au cours des années 2010-2012 dans le cadre du programme SMP (Securities Markets Programme). Ceci dans le cadre plus général du « mémorandum » signé en mai 2010 et approuvé un an plus tard contraints et forcés par les gouvernements grecs et qui a engagé la Grèce dans une série de réformes censées dynamiser sa compétitivité – privatisations, baisse des salaires dans la fonction publique, dérégulation de professions, etc. –, auxquelles ont répondu grèves et manifestations. Cette politique de rigueur était une condition à l’accord d’un prêt par la troïka (le FMI, la Commission européenne, et la Banque centrale européenne) de 110 milliards d’euros.

Outrepassant largement sa mission, la BCE a refusé toute réduction de la dette grecque afin de protéger les intérêts des banquiers privés. De plus, en achetant de la dette grecque, elle a soulagé ces mêmes banquiers de leurs créances pourries tout en maintenant artificiellement haut le cours de ces titres. Sans ça, leur valeur aurait dégringolé jusqu’à un plancher de 20 %. Dès lors, l’État grec aurait pu les racheter avec cette décote, arrêtant ainsi le racket des intérêts. Ceux-ci courent sur le nominal et pas sur le cours. La BCE, tout comme les fonds vautours qui ont acheté avec la décote, a exigé et obtenu un remboursement à 100 %, avec des taux d’intérêt jusquà 6,5 % ! D’où ces milliards d’intérêts.

Ça défrise, hein ! Goldman-Sax a bien fait école…

On peut agir, à notre petit niveau, en exigeant le remboursement aux Grecs de ces sommes rackettées en signant cette pétition :

Signer la pétition

 

Illustration X - Droits réservés

13/12/2016

FMI. Lagarde plus docile aux diktats de la finance que ne l'était DSK...

Le passage de Christine Lagarde devant les juges de la Cour de Justice de la République est l’occasion de remettre un peu le nez sur l’organisme qu’elle dirige, le Fond Monétaire International (FMI ou IMF en globish). Et il nous est tombé sous les yeux un texte important de son patron de l’époque, Dominique Strauss-Khan. Un discours totalement inconnu du commun des citoyens, jamais vu (du moins par moi…) dans la presse. Et pour cause : son contenu est résolument keynésien, « révolutionnaire » dans ce milieu de la finance car il souligne les dangers que font courir aux économies mondiales le chômage et les inégalités. Des propos qui sonnaient alors comme une déclaration de guerre pour les tenants de l’ultralibéralisme et les puissances d’argent.

Notons que ce discours a été prononcé à Washington le 13 avril 2011. Un mois après, se déclenchait « l’affaire du Sofitel » qui mettait définitivement hors circuits DSK.

 

Voici ce texte éclairant :

 

La crise mondiale des emplois - Soutenir le redressement par l’emploi et la croissance équitable, par Dominique Strauss-Kahn, Directeur général, Fonds monétaire international.


https://www.imf.org/external/np/speeches/2011/041311.htm


DSK souriant.jpg13 avril 2011
Par Dominique Strauss-Kahn, Directeur général, Fonds monétaire international
Washington, le 13 avril 2011

 

Bonjour.

Je tiens à remercier l’établissement Brookings, en particulier mon bon ami Kemal Dervis, d’avoir accueilli cet événement important et opportun. Je suis particulièrement heureux que Sharan Burrow - le secrétaire général de la CSI - soit avec nous ce matin.

Keynes a déclaré à la fin de son Magnum opus : « Les failles de la société économique dans laquelle nous vivons sont son incapacité à assurer le plein-emploi et sa répartition arbitraire et inéquitable de la richesse et des revenus ».

Tout le monde ne sera pas d’accord avec l’intégralité de cette déclaration. Mais ce que nous avons appris au fil du temps, c’est que le chômage et l’inégalité peuvent saper les réalisations mêmes de l’économie de marché en semant les germes de l’instabilité. Dans trop de pays, le manque d’opportunités économiques peut conduire à des activités improductives, à l’instabilité politique, voire à des conflits. Il suffit de regarder comment se joue au Moyen-Orient et en Afrique du Nord le cocktail dangereux du chômage et de l’inégalité - combiné à la tension politique.

Parce que la croissance assaillie par les tensions sociales n’est pas propice à la stabilité économique et financière, le FMI ne peut pas être indifférent aux questions de distribution. Et quand je regarde autour, aujourd’hui, je m’inquiète à cet égard. Car si la reprise est ici, la croissance - du moins dans les économies avancées - ne crée pas d’emplois et ne se partage pas largement. Beaucoup de gens dans de nombreux pays sont confrontés à une crise sociale qui est tout aussi grave que la crise financière.

Le chômage est à des niveaux record. La crise a jeté 30 millions de personnes sans travail. Et plus de 200 millions de personnes sont à la recherche d’emploi partout dans le monde aujourd’hui.

La crise de l’emploi frappe particulièrement les jeunes. Et ce qui aurait dû être un bref moment dans le chômage se transforme en une condamnation à perpétuité, peut-être pour toute une génération perdue.

Dans trop de pays, les inégalités sont à des niveaux records.

Alors que nous faisons face à ces défis, rappelez-vous ce que nous avons accompli. Sous le parapluie du G20, les décideurs se sont réunis pour éviter une chute libre financière et probablement une deuxième grande dépression.

Aujourd’hui, nous avons besoin d’une réaction de même force pour assurer la reprise dont nous avons besoin. Et cela signifie non seulement une reprise durable et équilibrée entre les pays, mais aussi une source d’emploi et de répartition équitable.

 

Emploi

Permettez-moi de commencer par l’emploi. Tout comme nous avons réussi à maîtriser l’inflation dans les années 1980, cette décennie devrait être la décennie qui reprend le plein-emploi.

Que faut-il faire ? Tout d’abord, il faut réformer et réparer le secteur financier, remettre les banques au service de l’économie réelle et octroyer du crédit aux petites et moyennes entreprises, moteurs clés de l’emploi et même de la croissance.

Évidemment, un environnement favorable à la demande est une condition préalable à la croissance et à l’emploi. Alors que le chômage est si élevé, et avec peu de signes de pressions inflationnistes sous-jacentes, la politique monétaire peut être favorable.

Qu’en est-il de la politique budgétaire ? Les pays avancés doivent placer leurs positions budgétaires sur des chemins durables à moyen terme, ouvrant la voie à la croissance future et à l’emploi. Mais le resserrement budgétaire peut ralentir la croissance à court terme, ce qui peut même accroître le chômage de longue durée, transformant un problème cyclique en un problème structurel. En bout de ligne, l’ajustement budgétaire doit être fait en visant la croissance.

Mais la croissance seule ne suffit pas. Nous avons besoin de politiques directes sur le marché du travail. La crise nous a appris que des politiques du marché du travail bien conçues pouvaient sauver des emplois.

Peu de gens seraient en désaccord sur le fait que des allocations de chômage décentes sont fondamentales. Et, combinés à l’éducation et à la formation, elles peuvent aider les chômeurs à s’adapter à une économie en mutation. Cela est particulièrement pertinent lorsque les pertes d’emplois sont fortement concentrées chez les jeunes et les non qualifiés, et lorsque le chômage est de plus en plus de long terme.

Nous devons être pragmatiques. Nous devons dépasser le contraste binaire et inutile entre « flexibilité » et « rigidité » sur les marchés du travail et demander plutôt si les politiques sont efficaces pour créer et maintenir des emplois. Parfois, ils sont, parfois ils ne sont pas.

Nous devons être coopératifs. Les pays doivent travailler ensemble sur une foule de questions, y compris la réglementation du secteur financier et la résolution transfrontalière. Ils doivent coopérer au rééquilibrage mondial, où de nombreux marchés émergents doivent se tourner vers la demande intérieure, soutenue par une classe moyenne dynamique. Sans cela, la croissance mondiale manquera.

Inégalités

Permettez-moi de parler brièvement du second poumon de la crise sociale : les inégalités. La recherche du FMI suggère que les inégalités peuvent rendre les pays plus enclins aux crises financières, surtout s’ils sont associés à un secteur financier important. La recherche du FMI montre également que la croissance durable dans le temps est associée à une répartition plus égale du revenu.

Ces défis concernent aussi bien les pays avancés que les pays en développement. Nous avons besoin de politiques visant à réduire les inégalités et à assurer une répartition plus équitable des possibilités et des ressources. De solides filets de Sécurité sociale combinés à une fiscalité progressive peuvent freiner les inégalités du marché. L’investissement dans la santé et l’éducation est essentiel. Les droits de négociation collective sont importants, surtout dans un contexte de stagnation des salaires réels. Le partenariat social est un cadre utile, car il permet à la fois les gains de croissance et les difficultés d’ajustement à partager équitablement.

 

Rôle du FMI

Permettez-moi d’aborder brièvement le rôle du FMI. Au fur et à mesure que nous comprenons les liens avec la stabilité, la question de l’emploi devient de plus en plus centrale dans notre surveillance, comme on peut le constater dans le cadre du WEO. J’ai mentionné certaines de nos recherches sur les inégalités. Nous avons également appuyé la création d’une taxe sur les activités financières. Et nous accordons plus d’attention à la dimension sociale de nos programmes : protéger les filets de Sécurité sociale pour les pauvres et soutenir un partage équitable du fardeau.

La conférence d’Oslo de l’an dernier - organisée conjointement avec l’OIT et le gouvernement norvégien - a été une étape importante. Nous suivons dans plusieurs domaines. Premièrement, nous travaillons avec l’OIT pour mieux comprendre les politiques qui sous-tendent la création d’emplois. Deuxièmement, en coopération avec l’OIT et en consultation avec la CSI, nous soutenons les consultations en matière de partenariat social entre les travailleurs, les employeurs et le gouvernement dans trois pays : la Bulgarie, la République dominicaine et la Zambie. Troisièmement, nous travaillons avec l’OIT à l’élaboration de planchers de protection sociale efficaces dans les pays à faible revenu.

Et ce week-end, alors que les principaux décideurs du monde entier se réunissent à Washington pour prendre le pouls de l’économie mondiale, j’ai l’intention non seulement de leur présenter l’image relativement optimiste d’une reprise qui se consolide mais aussi de leur rappeler ce qui est derrière les chiffres - trop de gens qui n’ont pas encore vu les fruits de cette croissance.

Conclusion

Permettez-moi de conclure. Il y a quelques milliers d’années, Aristote écrivait que « le meilleur partenariat pour un État est celui qui opère à travers les gens de la classe moyenne… ceux dans lesquels l’élément central est primordial… ont toutes les chances d’avoir une constitution bien gérée ».

Cela était vrai au temps d’Aristote, c’était vrai au temps de Keynes, et c’est vrai aujourd’hui. La stabilité dépend d’une classe moyenne forte qui peut propulser la demande. Nous ne verrons pas cela si la croissance ne conduit pas à des emplois décents, ou si la croissance récompense les quelques privilégiés sur les nombreux marginalisés.

En fin de compte, l’emploi et l’équité sont des composantes de la stabilité économique et de la prospérité, de la stabilité politique et de la paix. Cela est au cœur du mandat du FMI. Ce doit être placé au cœur de l’agenda politique. Merci beaucoup.

 

DEPARTEMENT DES RELATIONS EXTERIEURES DU FMI
Affaires publiques Relations avec les médias
Courrier électronique : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopieur : 202-623-6220 Téléphone : 202-623-7100

 

Voilà. A vous de juger. On n'a pas eu Strauss-Khan, on a eu Hollande...

 

Photo X - Droits réservés

27/10/2008

FMI : Eh ! Doumé, si tu reboutonnais ta braguette et que tu commences à faire fumer les boyaux de ta tête !

DSK rie.jpgOuf ! On est rassuré : DSK reste à la direction du FMI ! On s’en sort bien : si les culs-bénis étazuniens l’avaient viré pour une modeste histoire de cul, serait revenu nous gonfler les aliboffis…

Et puis, il est bien au FMI. Il faut savoir ce qu’est cette institution ultra ultra ultra-libérale. Ce qui se fait de pire en matière d’organisation nuisible !

Bravo l’artiste.

Le FMI (Fonds Monétaire International), cible favorite et traditionnelle des altermondialistes, s’est même attiré les critiques de la Banque mondiale qui, un comble, juge trop « à droite » le FMI qui, par ses politiques, rudement imposées, d’« ajustement structurel », visant à tout privatiser et à réduire les dépenses et services publics, a ruiné et accablé sous la dette nombre de pays du Sud, sans parler de l’Argentine que son action a conduite à la catastrophe économique.

DSK a pris la place - traditionnellement réservée à un Européen - laissée vacante par la démission de Rodrigo Rato de son poste de directeur général de ce « machin » qu’est le sinistre FMI. Position éminente, grand prestige, gros salaire (sans compter les avantages en nature, le droit de cuissage, etc.), jet privé, prébendes à distribuer, etc…

Les Directeurs généraux se suivent et se ressemblent. Rodrigo Rato, le prédécesseur espagnol de notre as de la pointe, a un profil intéressant dans la mesure où il est typique de la fonction. Économiste, il est entré en politique dans l’Alliance populaire, parti fondé en 1976 par les anciens ministres de Franco et il en est devenu l’un des dirigeants majeurs. R. Rato n’a jamais hésité à se définir lui-même comme un ultra-libéral, dont les maîtres mots furent « restrictions », « privatisation » et « libéralisation ». En somme un vrai homme de gauche, comme DSK !

Les deux plus récents Français à ce poste ont aussi des profils intéressants et conformes au modèle exigé. Jacques de la Rosière (énarque, inspecteur des finances) et Michel Camdessus (13 ans de FMI !), énarque aussi (Trésor), catholique militant, membre du Conseil Pontifical « Justice et paix ». Tout un programme ! Plus réac, tu meurs…

Au fait, vous avez entendu quelque chose, émanant du FMI concernant la crise ? Vous avez eu connaissance d’une quelconque condamnation de l’affairisme coupable des mafieux responsables de la merde financière actuelle ? Vous avez lu un quelconque plan mondial de sortie de crise ? Moi non plus…

Eh ! Doumé, si tu reboutonnais ta braguette et que tu commences à faire fumer les boyaux de ta tête !