Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/10/2015

François chez Tsipras : Ganelon chez Ganelon…

tsipras hollande.jpg

 

 

On se tape dans le dos tant au FMI qu’à la Troïka parce que le Grec casque, ce qui réjouit d'autant les étrangleurs de Bruxelles et Washington ! Ses remboursements ne sont que le paiement d'intérêts, et aucunement d'une partie du principal. C'est-à-dire du pognon pompé par un « machin » sous domination étazunienne, le FMI (fonds monétaire international) dont la finalité est de contraindre les États, sous couvert « d'aides financières », à accepter privatisations à outrance, saccage de tout système social, abandon au privé de toutes les infrastructures publiques, etc.

 

Pour engraisser les banksters, Tsipras a déjà dû mettre pas mal d'eau dans son « krassi » ou sa « retszina » : reconnaissance de la dette, poursuite des privatisations mais à l'initiative de la Grèce, abrogation des taux réduits de TVA, ouverture à la concurrence du marché de l'énergie, etc.

 

Mais voilà que François arrive. Il s’entend parait-il très bien avec Tsipras. Il est vrai qu’ils ont ensemble quelques accointances, notamment un goût partagé pour la trahison… 

 

Tsipras, comme sur un marché, va pouvoir lui faire l’article :

« Bienvenue François ! Bienvenue à la grande braderie grecque ! Approchez ! Approchez ! Faites votre choix. Tout doit disparaitre. Même notre histoire, même la mémoire de nos ancêtres !

Et voici nos plages ! Il y en a partout, sur toutes nos iles. Fort potentiel pour tourisme, loisirs, résidence, golf. Beaucoup de fric à se faire. Á enlever !

Et voici nos châteaux et nos sources thermales. C’est du bon, de l’ancien, connu et apprécié depuis Aristote. Á enlever.

Et voici nos stades, dont le célèbre Stade de la Paix et de l’Amitié. Mais de la paix, y en a plus, de l’amitié, y en guère. Á enlever d’urgence !

Approchez ! Approchez ! La grande braderie grecque vous accueille ! Il y a une douzaine de nos meilleurs ports. Piraeus, Thessaloniki, Volos, Rafina, Igoumenitsa, Patras, Alexandroupoli, Iraklio, Elefsina, Lavrio, Corfu et Kavala. Mais dépéchez-vous. Les Chinois sont sur le coup : ils ont déjà acheté Piraeus Le Pirée.

Nous vous proposons aussi la Compagnie de distribution et de traitement des eaux d’Athènes. Excellente affaire : la compagnie possède les droits exclusifs concernant les services de distribution et de traitement des eaux, le tout réglementé sur 20 ans. Affaire très juteuse, à saisir !

Et n’oubliez pas nos magnifiques infrastructures olympiques, qui ont bien contribué à la ruine de notre pays ! Le Centre d’aviron Schinia, la Centre équestre Markopoulos, ainsi que le célèbre Centre olympique Galatsi ! Á enlever.

Et puis tiens. Je vous mets, par-dessus le marché, les chemins de fer, le réseau routier. Pas encore l’Acropole, mais on y pense. Quant aux aéroport, trop tard, nos « grands amis » allemands du consortium Fraport-Slentel en ont déjà accaparé 14 pour une poignée de figues sur nos plus belles destinations touristiques ! »

Allez François, laisse ça à la palanquée de patrons et de banksters que tu as emmené avec toi et tache de faire bonne impression devant les Grecs qui te reçoivent – qui reçoivent surtout la France à travers toi – avec dignité, chaleur et fraternité. Pour une fois qu’on t’applaudit, profite !

 Photo X - Droits réservés

12/11/2014

Ubu-Sarko et Ubu-Françoa. Mais kikinouzami des guignols pareils ?

Ubu-Roi photo personnages.jpg

 

 

Mais kikakassé le mur de Berlin ?

C’est Ubu-Sarko !

Mais kikamarché sur la Lune ?

C’est Ubu-Françoa !

Mais kikadécouvert la Relativité ?

C’est Ubu-Sarko !

Mais kika-inventé le cassoulet ?

C’est Ubu-Françoa !

Mais kika-inventé l’imprimerie ?

C’est Ubu-Sarko !

Mais kikakassé le vase de Soisson ?

C’est Ubu-Françoa !

Mais kika-écrit La princesse de Clèves ?

C’est Ubu-Sarko !

Mais kika inventé la boussole ?

C’est Ubu-Françoa !

Mais kike, s’il avait inventé la poudre

Elle ne pèterait pas fort ?

C’est Ubu-Sarko !

Et kiki tire des plombs sur la comète ?

C’est Ubu-Françoa !

Et kiki transcende la konnerie ?

C’est Ubu-Françoa et Ubu-Sarko !

Mais kika donné les clefs de la baraque

Á ces deux comiques troupiers ?

C’est nous les cocus-électeurs…

Et kiki ricane dans sa barbe ?

C’est la Bête

Que notre stupidité fait renaître…

 

 Illustration X - Droits réservés

 

05/06/2014

Au bistro de la toile : la couine, le coveboye et le cosaque chez François.

chimulus bistro copie.jpg

 

- Fatche, il va encore prendre de la ventrèche notre président ! Gueuleton à midi avec la Couine d'Angleterre, avec agneau de Sisteron sur la table puis, après une petite sieste (que j'espère améliorée avec une Julie), rebelote en fin d'après-midi avec le Bushnoir étazunien, avec probablement un biguemaque dégoulinant de quètecheupe, enfin le soir, dix de der avec le Cosaque, avec j'espère du caviar.

 

- Ses poignées d'amour vont s'épanouir. Paraît que ça plaît aux femmes. Comme il en fait un élevage, c'est tout bénef pour lui. Alors, qu'est-ce que tu crois qu'il va leur dire à ses commensaux ?

 

- Comment, sots ?

 

- Non, pas sots... Bref. Je t'expliquerais.

Bon. Á la Couine, il pourrait dire qu'il apprécierait (et nous aussi !) que l'Angleterre libère une nouvelle fois l'Europe en se cassant... Touchons du bois : il y a quelques espoirs de ce côté.

Au covebauye, il pourrait dire qu'il n'a rien à foutre de ses menaces, de ses pressions, entre autre sur une banque (pourrie, c'est vrai, mais banque et pourri, c'est un pléonasme). Il pourrait lui dire qu'il va livrer sans délai les bateaux de guerre commandés et payés par les Ruskoffs. Il pourrait lui dire qu'il n'est pas dupe des magouilles étazuniennes en Ukraine. Qu'il en a ras les aliboffis de la dictature du dollar, de l'espionnage de la NSA. Et il devrait enfin lui signifier qu'il va accorder l'asile politique à Snowden.

Avec le cosaque, il devrait trinquer puisque nous avons des intérêts mutuellement fructueux, comme on dit.
 

- Á ouais ? Quels intérêts ?

 

- D'abord ces frégates, dont la construction fait travailler des milliers d'ouvriers chez nous. Puis, il faut savoir que les avions russes les plus performants volent avec des équipements français. Ça aussi ça fait travailler du monde. Puis à Kourou, en Guyane, Russes et Français travaillent ensemble, et très bien dans le domaine spatial. Et il y a de nombreux autres intérêts communs.

 

- Ouais, Victor, mais l'invasion de la Crimée, la pression militaire à l'Est de l'Ukraine...

 

- On en a déjà parlé souvent Loulle. La Crimée est russe. L'Ukraine de Kiev est manipulée par la CIA et est tombée sous la coupe des néo-nazis. Poutine n'est pas une oie blanche mais il n'est pas responsable de ce qui se passe la-bas. Il ne fait que se prémunir contre l'encerclement belliqueux par l'Otan. N'oublie pas que lors de la chute de l'URSS, les Yankees ont d'abord imposé aux ex-pays de l'Est (pays balte, Pologne, Hongrie, etc.) l'adhésion à l'Otan, condition sine qua non pour être acceptée par l'Union européenne, marionnette ultralibérale des USA.

 

- On ne va tout de même pas rompre avec les Ricains pour se rapprocher des Ruskoffs ?

 

- Pourquoi pas ? L'U.E. est maintenant allemande et se fait contre nous. Si le traité transatlantique est signé – et il le sera – l'Europe tombera complètement sous domination étazunienne. Il serait de bonne gouvernance, pour remettre les pendules à l'heure, de faire savoir à Merkel, Cameron et aux autres européens lèche-cul des Yankees que nous pouvons très bien « envisager » un renversement d'alliance en se rapprochant des Russes au niveau de la coopération militaire - c'est déjà le cas - et diplomatique. De plus, au niveau économique et geopolitique, la France aurait tout intérêt à se rapprocher non seulement des Russes, mais des puissances montantes, des dominants de demain : les BRICS.

 

- BRICS ? Ques aco ?

 

- C'est un acronyme pour Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud. Ces pays sont l'avenir. La France aurait tout à gagner à s'y arrimer solidement, notamment pour créer avec eux un panel de monnaies pour commercer entre eux et le reste du monde en s’affranchissant de l’exorbitante dictature du dollar ! La France est le seul pays occidental capable de faire ça, parce que notre pays joui encore d'une aura internationale importante comme pays de la Mère des révolutions et pays des Droits de l'homme.

 

- Priviet. Dabro pajalavat gaspoudine Wladimir !

 

- Niet gaspoudine : tovaritch !

 

Sextidi 16 prairial 222

Illustration:merci à Chimulus

 

10/02/2014

Au bistro de la toile : François chez les Zétazuniens.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

 

- Alors Victor, voilà notre François qui va voir les Zétazuniens. Il va faire allégeance ou quoi ? Depuis que Sarko nous a remis dans le commandement de l'OTAN - cette machine de conquête au service des seuls Zétazuniens – ça y ressemble, non ?

 

- Moins que ce qu'on croit Loulle. L'Obama se cherche surtout des alliés. Et François, social-démocrate avoué, comme Obama, en butte aux mêmes oppositions intérieures, pourrait être cet « ami ». Il ne faut pas perdre de vue que les Zétazuniens n'ont pas d'alliés réels mais uniquement des intérêts communs avec certains pays. Et notamment l'Europe. Et dans ces intérêts, les Yankees considèrent l'Europe comme un vaste marché. Et seulement ça. Le redoutable traité transatlantique qui se met en place dans la plus grande opacité a pour finalité de graver dans le marbre cette vassalité de l'Europe. Les yankees ne veulent en aucune manière - comme le voulaient (le veulent encore ?!) les Français - d'une Europe puissance, tant sur le plan économique que sur les plans militaire et diplomatique. Ils ne veulent pas d'un concurrent stratégique. Leur tête de pont britannique a été imposé à l'Europe pour contrecarrer les Français dans cette volonté d'Europe puissance. Idem pour l'insistance avec laquelle ils ont agi pour l'élargissement sans limite de l'U.E. aux ex-pays de l'est et plus si affinité avec...la Turquie et l'Ukraine ! Le but étant de diluer toute volonté de puissance politique dans un vaste marché économique ouvert à tous les vents et surtout aux vents fétides des multinationales étazuniennes.

 

- Si l'Europe reste une grosse larve économique sans squelette ni frontière, Victor, c'est bien parce que la France n'a pas su y trouver des partenaires aussi ambitieux qu'elle. Á l'époque de la guerre froide, ceux-ci préféraient le confort du bouclier militaire étazunien à la construction d'une défense commune et donc d'une politique commune indépendante des Etats-Unis. Rappelons-nous l'épisode sombre pour la construction européenne de la C.E.D. (communauté européenne de défense) qui devait créer cette Europe de la défense, et donc amorcer l'Europe politique, l'Europe puissance. Ce sont les Français qui, après l'avoir initiée, l'ont rejetée !

 

- Exact Loulle. Mais aussi, en cas d'indépendance de l'Europe, les Zétazuniens craignent de se retrouver bien seuls. Car ils sont détestés partout dans le monde de par leur volonté de dominer le monde, de le moduler à leur image, de lui imposer leur langue, leur musique de merde, leur sous-culture cocamacdoholywoodienne pour mieux le mettre à leur service. Ils ne redoutent que deux pays : la Chine qui est sur le point de les dépasser en tant que puissance économique et la Russie, encore redoutable en tant que puissance militaire. Quant à l'Europe, combien de divisions ?

 

- Alors qu'est-ce qu'il va faire la-bas notre capitaine de pédalo ?

 

- Bof... S'il pouvait inciter Yahoo, Google, Amazon et consorts à payer correctement leurs impôts en France, ce serait déjà un beau succès ! Quant au « capitaine de pédalo », pas d'accord Loulle. François est plutôt un capitaine de voilier. Un voilier ne peut pas avancer face au vent, mais si son capitaine est habile, il sait se servir du vent contraire pour avancer. Ça s'appelle louvoyer : un coup à gauche, un coup à droite. On paraît s'éloigner de l'objectif, du but à atteindre, du port, mais en définitive on s'en approche, malgré et même grâce au vent apparemment contraire.

- Á condition d'avoir un but à atteindre...

 

- Ce but, pour François, c'est le recul du chômage. Il l'a déjà stabilisé. C'est tant de mieux que Sarko.

 

- À la nôtre Victor ! Et à François qui me devient sympathique à force d'être roulé dans la merde par les nullards qui crachent sur le pays qui les engraisse, les canards laquais et la presse purée vérolés par l'ultralibéralisme...

 

Duodi 22 pluviôse 222

 

Merci à Chimulus

 

 

24/01/2014

François et François fêtent la saint François...de sales!

François chez le pape Cambon.jpg

 

 

 

 

- Ah ! François, mon fils, l’église a une fille ainée bien délurée…

 

- Oh ! François, je ne savais pas que ma mère avait fauté avec toi. Alors t’es mon père ? Et maman m’a toujours caché ça ? T’as raison François. La France est une trainée qui se roule sous n’importe qui.

 

- François, tu sens le parfum. Mais ce n’est pas une odeur de sainteté. J’ai appris que non seulement tu te roulais dans le stupre et la fornication avec une créature divorcée et en dehors du saint sacrement du mariage, mais qu’en plus tu trompais ta compagne fugitivement, en scooter, comme un séminariste attardée.

 

- François, la gaudriole est une spécificité française, au même titre que le camembert, le vin rouge et la baguette. Moi président, je me dois d’être à la hauteur de mes glorieux anciens, du président Fallières au président Chirac en passant par le président Giscard.

 

- Bon. Assez de politesse François, ne perdons pas de temps, j’ai une messe à dire. Alors comme ça tu permets même aux invertis de se marier entre eux ! Tu acceptes et même aggraves l’assassinat des créatures de dieu dans le ventre de leur mère, tu envisages de tuer les mêmes créatures de dieu en fin de vie. Mais qui es-tu François ? Un monstre ? Serais-tu l’antéchrist ?

 

- D’accord François, ne perdons pas de temps. Moi j’ai rencart avec ma Julie à la villa Médicis. Dis, François, si on parlait de tes évêques pédophiles ? Si on parlait des petits enfants de cœur auxquels tes employés font gouter du goupillon ? Si on parlait de ces millions de pauvres malheureux qui meurent du sida parce que toi, ou en tout cas tes prédécesseurs, interdisent le port du préservatif ? Qui est le monstre ? Qui sont les assassins ? Crois-tu que le juif que vous révérez ne serait pas plus ouvert d’esprit ?

 

- Ah ! François, changeons de sujet. Les pauvres malheureux, chez toi, ont une idole, et ce n’est pas un banquier mais un homme de foi, un homme de chez nous, c’est un prêtre, l’abbé Pierre.

 

- Un grand républicain croyant, François, l’abbé Pierre. Tout comme Coluche, autre grand républicain athée. La France est laïque François. Elle respecte toutes les religions  – que je considère personnellement comme étant des névroses collectives – mais dans la sphère strictement privée, et elle n’en privilégie aucune. Je viens te voir, comme je vais voir les représentants des musulmans, des juifs, des bouddhistes et bien sûr des mécréants qui, ne t’en déplaise François, sont largement majoritaires en France. Quant aux banquiers, François, je te sais gré du coup de balai que tu sembles vouloir donner dans le panier à crabes qui gravite autour de ton Etat d’opérette. La banque, chez toi, c’est surtout une machine à laver l’argent de la mafia, le fric de la drogue, de la prostitution, du trafic d’armes, du racket. Si tu y arrives, François, presque, je me convertirais !

 

- Alors je vais faire en sorte de récupérer ton âme mon fils.

 

- Dis, papa, avant de partir, puis-je te demander quelque chose ?

 

- Bien sûr mon fils, demande, demande.

 

- T’aurais pas un carton de vin de messe ? Avec ça, j’espanterais ma Julie !

 

- Bonum vinum laetificat cor hominum, François ! Ton souhait sera exhaucé.

 

- Secula secondum. Amène…

 

 

Quintidi 5 pluviôse 222

 

Illustration : Merci à Cambon