Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/04/2009

M'ame Michu, M'ame Chazotte et le G20

vamps.jpg


- Eh ! M’ame Chazotte, v’z’avez vu madame Carla ? C’était quand même la plus belle. Même la madame de monsieur Barraque, que tout le monde lui bade devant, moi ch’uis pas d’accord. D’abord elle est trop haute.

- C’est vrai que question altitude, ils en remontrent à votre couple préféré les Yankees, ma brave M’ame Michu. On voit que c’est du nourri aux hormones et aux OGM. C’est pas comme du cheu nous, élevés sous la mère !

- Paraît que la madame Michelle, elle a commis un crime de lèse-majesté en touchant la reine d’Angleterre. Paraît que ça se fait pas…

- Ah ! Ben on comprend pourquoi ! Même son prince con sort quand elle arrive la maman reine ! Mais moi, c’que j’aime, c’est ses chapeaux : elle trimballe son potager partout où elle va la Couine.

- Bon. On blague, on cancanne M’ame Chazotte, mais tout de même, ces messieurs dames du J’ai Vingt, ils ont pas été tendre avec Monaco. Paraît qu’ils ont mis le prince dans une liste grise !

- Ah ! Ben l’Albert, c’est plutôt le noir qui lui va bien. Chaque fois qu’il trouve une hôtesse bronzée dans un avion, il se croit obligé de lui injecter ses fonds spéculatifs dans la caisse noire ! Vaut mieux en rigoler de leur G20 M’ame Michu. C’est comme d’hab esbrouffe et compagnie. Leurs listes oublient quelques solides machines à laver l’argent craboteux et à planquer le pognon pas clair hors de vue du fisc : Hong-Kong, le Delaware, etc. et la City de Londres qui est considérée comme l'un des principaux paradis fiscaux du monde. Il est facile et bien hypocrite de pointer du doigt quelques territoires exotiques alors que si nous, pays du Nord, on obligeait nos banques à ne plus y aller, ils n'auraient plus de raisons d'être.

- Quand même, M’ame Chazotte, ils ont causé de plein de choses importantes à ce J’ai Vingt…

- Ouais. Des promesses qui n’engagent personnes, mais que dalle sur l’essentiel : le remplacement du dollar comme monnaie de réserve et d’échanges commerciaux internationaux par un panier de monnaies comprenant le Dollar bien sûr, mais aussi l’Euro, le Yen japonais, le Yuan chinois et pourquoi pas, la Livre anglaise. Ça supprimerait l’insupportable avantage que s’arrogent les Zétazuniens qui font payer leurs dette aux autres en faisant fonctionner leur planche à billet !

- Et à Strasbourg, M’ame Chazotte. Quand même, ça fait peur tout ces jeunes habillés en noir et qui cassent tout, qui brûlent des hôtels. Paraît que ce serait même des Allemands…

- Allemands, Français, Hollandais, Belges ou autres c’est pareil M’ame Michu. Ce sont des tarés largement manipulés par les régimes en place pour faire peur au bon peuple qui, ainsi, acceptera plus facilement l’instauration d’un état policier. Au fait, les flics, vous les avez vu à Strasbourg ? Tous à protéger le centre ville où se gobergeaient les puissants, et aucun dans ce quartier trou du cul de la ville, ce quartier de pauvres abandonné sciemment aux casseurs…

- Ben ça alors. J’voyais pas les choses comme ça… Mais dites, ce monsieur Obama, pourquoi il veut nous imposer les Turcs ?

- Parce que ça l’arrange : diluer l’Europe dans un énorme magma informe de pays, séparer pour mieux régner. On va lui proposer au Yankee – avec insistance – d’intégrer le Mexique dans les Zétazunis, mais aussi la Turquie, puisque ça lui plait tant, et au point où on en est, le Royaume Unis, ce qui nous débarrasserait bien…

- Mais pourtant, la Turquie a une frontière avec l’Europe…

- Ben oui, mais dans ce cas là, autant intégrer le Brésil, qui a une frontière encore plus longue avec l’Europe – la frontière avec le département français, donc intégralement européen, de la Guyane ! Et en plus la culture brésilienne est la même que la nôtre…

- Oh ! Oui ! En voilà une bonne idée ça M’ame Chazotte ! Vive le Brésil dans l’Europe ! Et les beaux Brésiliens… Et les superbes Brésiliennes…C’est mon fils qui serait content : il adore le bois de Boulogne !

04/04/2009

Enfin la sortie de crise...de rire?

G20 tropicalboy.jpg
...les comiques troupiers ont fait tout ce qu'ils pouvaient. Merci à Tropicalboy

03/04/2009

Paradis plombés : « Selon que vous serez puissants ou misérables… »

paradis fiscaux.jpgEh ! Vous les avez vu ? Menton pointé en avant, torse bombé, main sur le cœur ! Ils ont montré du doigt avec un grand courage ces états voyous capables de tuer père et mère pour attirer le pognon des riches crapules, narco trafiquants, évadés fiscaux et autres multinationales réfractaires au paiement des impôts. Et qui ont-ils montré ? Qui sont ces états nauséabonds qui méritent que le tron de dieu les cure, que la vérole leur ronge les couilles et qu’on leur impose de bouffer des hamburgers ad vitam eternam ? C’est le Costa Rica, la Malaisie, les Philippines et l'Uruguay. Ah ! les salauds ! Ils mériteraient qu’on leur envoie le porte-avions Charles de Gaulle (à la voile ou à la rame…).

Dire que si nous sommes dans la merde, c’est à cause de ces pays fumiers qui nous pompent le sang, qui jettent à la rue nos millions de chômeurs, qui sèment le désespoir noir et poisseux dans les pauvres têtes des damnés de la terre, qui poussent au suicide des millions d’obèses privés de leur cococala, qui incitent nos braves et honorés banquiers à connaître la dèche avec des retraites dérisoires. Pensons à ce malheureux Daniel Bouton, contraint de survivre avec un ridicule million d’euros par an…

paradisfiscal1.jpgUn peu moins courageusement, nos maîtres du monde ont fait les gros yeux en leur tapotant amicalement la joue - « Attention ! Ça va pour une fois. Mais faut pas recommencer ! Compris ? Bon. Allez, ça va… » - à des pays qui seraient sur la pente montante de la repantance : Autriche, Andorre, Anguilla, Antigua et Barbuda, Aruba, Bahamas, Bahreïn, Belgique, Belize, Bermudes, Brunei, Les îles Caïmans, Chili, Les îles Cook, République dominicaine, Gibraltar, Grenade, Guatemala, Liberia, Liechtenstein, Les îles Marshall, Luxembourg, Monaco, Montserrat, Nauru, Antilles néerlandaises, Niue, Panama, Saint-Kitts et Nevis, Sainte-Lucie, Saint Vincent et les Grenadines, Samoa, Saint-Marin, Singapour, Suisse, Iles Turks et Caïques, Vanuatu, Les îles Vierges.

Et par un heureux hasard, s’échappent des listes noires ou grises les Iles Vierges britanniques, Guernesey (Royaume Uni), Ile de Man (Royaume Uni), Jersey (Royaume Uni) ainsi que La Dominique, les Maldives, les Seychelles. Tiens ! Ce sont là des paradis fiscaux sous influence britannique. Quel hasard !

Echappent également des territoires - Saint-Martin, Saint-Barthélémy, Tahiti, Wallis-et-Futuna mais aussi des départements d'outre-mer qui, selon les spécialistes, peuvent fonctionner comme des paradis fiscaux, voire des places de blanchiment. Ce sont là territoires français ou sous influence française. Quel hasard !

Ne sont nullement cités des états comme le Delaware, le Wyoming, le Nevada. Ben voyons : Ce sont des états de la fédération des Zétazunis ! Quel hasard !

Enfin, pas trace des deux plus grandes machines à laver le pognon sale d’Asie, Macau et Hong-Kong. Territoire chinois ! Quel hasard !

« Selon que vous serez puissants ou misérables
Les jugements de cour vous ferons noir ou blanc… »




31/03/2009

Les puissants « Gévintistes » vont-ils manier le balai pour les paradis fiscaux ? Mouais… On en reparlera !


paradis-fiscal-fiscaux-tol-meyer-.jpg


Andorre, Anguilla (Royaunme Uni), Antigua et Barbuda, Aruba (pays Bas), Bahamas, Bahrein, Barbade, Belize, Iles Vierges britanniques, Iles Cook (Nouvelle Zélande), La Dominique, Gibraltar (Royaume Uni), Grenade, Guernesey (Royaume Uni), Ile de Man (Royaume Uni), Jersey (Royaume Uni), Liberia, Liechstentein, Maldives, Iles Marshall, Monaco, Montserrat (Royaume Uni), Nauru, Antilles Néerlandaises, Niue (Nouvelle Zélande), Panama, Samoa, San Marino, Seychelles, Sainte Lucie, Saint Christophe et Nevis, Saint Vincent et les Grenadines, Tonga, Turks et Caicos (Royaume Uni), Iles Vierges (USA), Vanuatu.

Ça, c’est la liste des « paradis fiscaux non coopératifs ». Donc des voyous avérés et fiers de l’être. Un simple coup d’œil montre qu’avec huit territoires catalogués « pays crapules », le Royaume Unis est, de loin, le premier et le plus important « paradis fiscal » du monde ! Le Royaume Unis fait parti des grands pays de l’Union Européenne.

Les Pays-Bas abritent deux « paradis fiscaux » non coopératifs.

Comme par hasard, ces deux pays sont à la pointe de l’ultra libéralisme en Europe. Ils abritent les plus importantes banques et multinationales européennes. Il m’étonnerait donc fort que ces deux pays voyous soutiennent la lutte de notre hyper président et de M’ame Merkel contre ces chancres économiques que sont les paradis fiscaux au G20 de jeudi à Londres.

Mais à côté de ces états confettis qui se branlent complètement des menaces de notre Centimaître du monde et de ses pairs qui vont blablater à London, il y a ceux qui font semblant d’être coopératifs, c’est-à-dire qui disent « oui, oui, on va coopérer » mais qui font plus que tirer la patte, pour la bonne raison que l’embrouille fiscale et financière est leur principal fond de commerce.

Il y a là, entre autres, le Luxembourg et la Suisse. L’essentiel de l’évasion fiscale passe par là. Mais ils se font soucis, car l’Obama, qui a déjà tordu le bras méchamment aux Helvètes, les fait un peu trembler. Celui-ci ferait bien d’envoyer en enfer son principal paradis fiscal, logé bien au chaud au sein de la fédération, l’etat du Delaware qui est un Monaco ricain, sans oublier le Nevada…

Quant aux Français – nous ! – on a aussi le cul brenneux en la matière : selon les spécialistes, Saint-Martin, Saint-Barthélémy, Tahiti, Wallis-et-Futuna mais aussi des départements d'outre-mer peuvent fonctionner comme des paradis fiscaux, voire des places de blanchiment.

Consultant auprès de l'ONU et de la Commission européenne, Michel Koutouzis est co-auteur (avec le magistrat Jean-François Thony) du « Que sais-je ? » sur le blanchiment (PUF, 2005). « Le B.A.-ba, c'est de se demander ce qu'est une place off-shore », dit-il. « C'est un endroit où existe un système économique et financier qui, pour une raison ou pour une autre, n'est pas régulé par les lois du pays auquel il appartient. »

Avec les différents régimes de défiscalisation dont ils bénéficient, les départements (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion) et collectivités (Mayotte, Saint-Barthélémy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis-et-Futuna, Polynésie Française) d'outre-mer sont dans ce cas-là, mais, en théorie, uniquement pour les contribuables français. Les COM (anciennement TOM) jouissent même d'une totale autonomie fiscale et douanière.

paradis fiscaux pauvres.jpgUn rapport sénatorial de 2002 sur « la défiscalisation dans les départements et les territoires d'outre-mer » pointait déjà l'absence de procédures de contrôle et le nombre incertain de sanctions : « Vous pouvez utiliser les niches fiscales d'outre-mer pour faire fuir des capitaux »

Prenons le cas très emblématique de Saint-Martin, une île des Antilles qui a obtenu il y a un an (comme sa voisine Saint-Barthélémy) le statut de COM, alors qu'elle dépendait auparavant du département de la Guadeloupe. La souveraineté de l'île est partagée entre la France et les Pays-Bas, mais aucune frontière ne sépare les deux territoires. Michel Koutouzis évoque la coopération entre les établissements bancaires des deux parties de l'île, et décrit des moyens très simples de blanchir de l'argent :

« Vous arrivez avec de l'argent noir dans un casino côté néerlandais. On vous dit de vous mettre à une table donnée pendant une heure. Le casino vous fait gagner une somme arrangée au préalable, une pratique courante dans les paradis fiscaux. Une fois vos gains récupérés, vous pouvez aller les investir côté français dans des projets immobiliers ou des marinas. »

Des projets immobiliers rapidement abandonnés après des faillites volontaires.

Michel Koutouzis détaille un autre circuit :

« Une fois que vous avez investi de l'argent dans un projet touristique, vous vous déclarez en faillite. Vous pouvez ensuite récupérer l'argent et le transférer non loin de là, à Curaçao par exemple, sans aucun contrôle. »

C'est ainsi que le contribuable français finance des investissements vers des paradis fiscaux.

Et n’oublions pas la Nouvelle Calédonie où les défiscalisations vont bon train. On en donne à des grandes sociétés étrangères qui y construisent des usines énormes, faisant de très gros bénéfices en exploitant les mines de nickel, détruisant au passage un lagon merveilleux tout juste classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Il doit bien y avoir des comptes qui s'ouvrent avec de gros numéros dessus dans l'archipel voisin, le Vanuatu, bien connu pour son secret bancaire et le peu d'investigation quant à la provenance de l'argent déposé !

Vous voulez créer un compte off-shore ? Rien de plus simple. Et sans risque ! Allez faire un saut sur ces sites qui étalent sans vergogne le mode d’emploi pour enfiler le fisc !
http://www.comptes-offshore-fr.com/compte-offshore
http://www.france-offshore.fr/
http://www.abroad-offshore.com/

Vous voulez savoir quelles entreprises du CAC40 sont présentes dans ces paradis fiscaux? TAPEZ IÇI

Chauffe Sarko ! Du balai ! Du balai ! Profite tant que tu tiens le manche, mais pas pour nous emmancher, comme d’hab !


17/11/2008

Il a trouvé le Saint Graal!

sobre commandante sarko.jpg


Au G-vain, notre petit caporal
A trouvé plusieurs Graals,
Moi je n’y vois que dalle
Sinon un foutoir ultra libéral.
Pas de gouvernement économique mondial,
Liberté pour tout ce qui est paradis fiscal,
Pas de régulation de la finance internationale,
Pas de contraintes pour les multinationales,
Peau d’zob pour le Fonds monétaire international,
Pas de contrôle de agences de notations mondiales,
Et un bras d’honneur pour les peuples qui râlent.

22:55 Publié dans à l'attaque ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarko, g20

15/11/2008

15 Novembre ! Le G20 face au Genre Humain. Leur sommet ne sera pas le nôtre !

Attac France: L’appel à une mobilisation le 15 novembre, jour du premier sommet du G20 sur la crise financière.

"Nous appelons

- les salariés qui ont perdu leur travail,
- ceux qui ont un travail mais qui savent que personne n’est à l’abri au milieu de la récession économique,
- les retraités qui verront réduire leurs pensions,
- les femmes qui paieront une fois de plus doublement le gaspillage de mâles puissants,
- les chômeurs qui verront leurs maigres droits encore réduits,
- les fonctionnaires insultés et méprisés,
- les sans papiers qui serviront comme toujours de boucs émissaires,
- les épargnants qui ne savent pas s’ils pourront récupérer leur argent,
- les précaires, les sans droits qui n’ont déjà plus rien à perdre dans cette société qui les a oubliés,
- les enfants innocents dans cette histoire et qui souffriront également,
- les anciens qui savent par expérience que rien ne s’est jamais gagné sans lutter,
- les paysans trop souvent étranglés par les multinationales de la distribution,
- l’individualiste qui croit qu’il sera sauvé mais qui sera lui aussi touché,
- notre voisin qui ne comprend peut-être pas l’économie mais voit avec étonnement comment sont aidés les riches pour qu’ils continuent à spéculer avec l’argent qui n’est pas le leur,
- les jeunes qui ne trouveront pas d’emploi ces prochains mois,
- les écologistes scandalisés de voir la lutte contre le réchauffement climatique et la crise écologique repoussée à des jours meilleurs,
- les syndicalistes qui ont compris qu’on ne pourra lutter pour les droits des travailleurs sans globaliser les luttes,
- les altermondialistes qui avaient prédit ce désastre sans être écoutés,
- les militants des droits fondamentaux humiliés, qui doivent quémander des millions pour sortir les pays du Sud de la misère quand on trouve des milliards pour sauver les banquiers,
- les hommes et les femmes politiques qui n’ont pas renoncé à changer le monde,
- les déçus pour qu’ils arrêtent de sous-estimer leurs propres forces,
- ceux qui sont en colère face aux injustices exacerbées par la crise et qui veulent l’exprimer dans la rue.

Nous appelons ceux qui ne seront pas dans les G des puissants à relever la tête.

Ensemble, nous sommes un G bien plus puissant : le GH ou Genre Humain.

Parce qu’on ne transforme pas des pyromanes en pompiers,
parce qu’ils n’ont pas été élus pour diriger l’humanité,
parce qu’ils ont depuis trente ans mis en place les politiques qui nous ont conduits à ce désastre,
parce qu’ils ne souhaitent que sauver le système et non le transformer, leur sommet ne sera pas le nôtre !

Pour exiger que les peuples soient écoutés face à la crise,
Tous dans la rue le 15 novembre !

Pour Paris, rendez-vous à 15h, place de la Bourse"