Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/04/2017

Coût de l’attaque Trump en Syrie : 33 millions de repas au Restos du cœur.

oncle sam armes.jpg

10 morts suite à la destruction, par 59 missiles étasuniens Tomahawks, de la base aérienne syrienne de Shayrat. À noter que pas un avion n’a été touché : ils avaient été évacués avant !

Bravo ! S’exclame la « communauté internationale » (en fait les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France, maintenant lèche-bottes docile des Yankees.)

Prix catalogue d’un missile Tomahawks : 575 000 $. Le prix de revient de ces dix morts est donc de 33 925 000 $ soit au cours du jour 31 889 500 € soit 3 188 950 € pièce. Ce n’est tout de même pas donné l’occis « Trump made », même pour des soldats syriens. Mais l’Oncle Sam est généreux… Cette petite démonstration de force de Trump représente 21 547 mois ou 1 795 années de SMIC français. Ou encore 33 millions de repas au Restos du cœur.

130 morts civils quelques jours avant dans les bombardements de la partie ouest de la ville de Mossoul. Là, ça passe dans la colonne pertes collatérales. Peu d’émotions dans les médias. C’est en Irak, donc les morts, même par centaine, c’est la routine. « Pas vendeur ça, Coco. Tu m’en fais une brève »

40 ou 50 morts dans des églises en Egypte. « Discret Coco, discret, faut pas irriter les patrons du PSG ».

58 morts dans le bombardement de Khan Cheikhoun, petite ville syrienne tenue par les islamistes. Les morts seraient victimes d’une intoxication foudroyante aux gaz.

« Oui, Coco ! C’est bon ça ! Gazés. T’entend Coco ? Gazés. Ça c’est vendeur ! Tu m’en fais la Une. Avec une photo de gosses morts, étendus, presque nus si possible. Fais-moi au Photoshop un montage qui tire les larmes. C’est le buzz assuré. Comme pour le petit Aylan sur une plage turque. Les ventes vont monter, et nos patrons milliardaires seront contents ! »

Haro sur Assad, ce boucher qui massacre son propre peuple. Et qui le gaze en plus !

Pendant que j’écris, j’entends, plus que je n’écoute, ce falot de Ayrault, ministre des affaires étrangères, asséner les vérités de ses maîtres otaniens : aucun doute possible : c’est le régime de Bachar el Assad qui est responsable du massacre chimique de Khan Cheikhoun. Aucune preuve solide mais tous les médias agitent la grosse caisse à manipuler. Ceci avant même qu’une enquête n’ait été diligentée et établisse soit qu’il s’agissait de bombes chargées de gaz toxiques (thèse des Étasuniens et de leurs lèche-bottes), soit de bombes ayant touché un atelier de production de gaz toxiques (thèse des Russes). Aucun journaliste sur place, aucune ONG digne de foi. Des images qui ne prouvent rien.

Les infos viennent de l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH), une source particulièrement fiable puisque représentée en tout et pour tout par une seule personne courageusement planquée en Angleterre, et qui répercute aux médias de la « communauté internationale » les « fakes » de ses amis égorgeurs islamistes. Derrière l’OSDH, un seul homme : Rami Abdel Rahman, de son vrai nom Ossoma Suleiman, sunnite laïc, membre de l’opposition, qui vit à Coventry en Grande-Bretagne. Il n’a pas mis les pieds en Syrie depuis 2000, date à laquelle il a quitté le pays pour des raisons politiques. Oui mais il y a aussi des autopsies. Sauf qu’elles sont faites par les Turcs de ce grand démocrate d’Erdogan, autre source particulièrement fiable !

Que Assad soit le responsable de ce gazage, c’est possible mais pas prouvé. Le fiston à Hafez est une sombre crapule fort capable du fait. Mais l’action impulsive de Trump - après la comédie de son ambassadrice à l’ONU montrant, des trémolos dans la voix, des photos de gosses gazés – met le monde au bord du gouffre. On se souvient des « preuves » de la possession d’armes « de destructions massives par Saddam Hussein » brandies par les responsables étasuniens à cette même ONU. Mensonges, manipulations soutendus par la volonté de main mise sur les richesses pétrolières de l’Irak.

Ça sent le gaz ! Oui, ça sent le gaz ! Oui mais pas seulement celui des bombes utilisées contre les populations civiles par Assad ou/et par l’État Islamique à Khan Cheikhoun.

La guerre de Syrie est une guerre du gaz. Assad refuse depuis des années le passage d’un gazoduc qatari sur son territoire. Ce gazoduc est destiné à faire concurrence au gaz russe qui alimente largement l’Europe.

Le gaz sera la principale source d’énergie fossile de ce siècle, plus que le pétrole. Or il a été découvert, à partir de 2009, dans la partie Est de la Méditerranée, d’énormes ressources de gaz mais aussi de pétrole de très bonne qualité. Les estimations actuelles font état de 9 700 milliards de m3 de gaz et de 3,4 milliards de barils de pétrole. Planqué sous la mer et sous la terre. Principaux bénéficiaires potentiels : Israël et la Syrie. L’exploitation n’a pas commencé.

Mais ce n’est pas tout. Du gaz et du pétrole, il y en a des millions de barils et de m³ en Russie, en Iran et dans les pays du Golfe. Ce gaz, il faut l’acheminer vers les clients les plus gourmands : les pays européens. La manière la plus rentable, c’est le tuyau, le gazoduc. Mais on ne peut pas faire passer les tuyaux n’importe où. Il faut qu’il traverse des pays « amis ». Or il y a une féroce rivalité entre la Russie et les pays du Golfe (Qatar, Arabie, etc.) sous influence étasunienne pour le passage de ces oléoducs. Les Russes avancent leurs projets Nord Stream, à travers la Baltique et South Stream, à travers la Mer Noire.

Ces projets concurrencent le projet « occidental » Nabucco qui devrait traverser la Syrie et la Turquie. Aucun des projets ne peut être mené à bien dans la situation chaotique du Moyen-Orient. C’est beaucoup de pognon de perdu pour les rapaces pétroliers et gaziers étasuniens, européens et russes. Mais aussi turcs qui voudraient bien prélever leur commission sur le stockage et le passage de tout m³ de gaz qui traverserait son territoire ! Seulement il y a un hic : Bachar el Assad ne veut rien savoir ! Il faut donc détruire ce mauvais coucheur, quitte à détruire son pays. Mais il y a un deuxième hic qui reste en travers de la gorge des oligarques gaziers occidentaux : les Russes. Ceux-ci sont en concurrence directe avec les monarchies du Golfe pour vendre leur pétrole et gaz ainsi que ceux venant d’Azerbaïdjan et d’Iran. Et donc se positionnent en protecteur de Bachar el Assad.

Se greffe sur ces rivalités économiques une composante religieuse, secondaire mais bien réelle. Les pétromonarchies sunnites du Golfe ont une haine viscérale des chiites. D’où leur volonté de détruire la Syrie de Bachar qui est Alaouite (une branche du chiisme).

Le massacre chimique de Khan Cheikhoun fournit à Trump un prétexte inespéré qui lui permet de reprendre pied dans un conflit où son pays n’a pris que des bouffes depuis des mois. Il n’est qu’une excuse pour une intervention militaire. Les actions unilatérales sont des actions impérialistes, et les Etats-Unis se moquent bien du droit international. Ils l’ignorent lorsque cela les arrange. Et puis il faut fournie du travail au complexe militaro-industriel qui fait la pluie et le beau temps dans ce pays qui a besoin de guerres. Les problèmes internationaux entre Etats doivent être résolus par le dialogue et non par les bombardements.

Et nous qu’est-ce qu’on fait dans cette galère ? On joue les supplétifs des Étasuniens. En espérant bénéficier d’avantages tarifaires sur le gaz du Golfe et de contrats d’armes juteux avec les tyrans de ces pays féodaux. Les belles paroles sur les droits-de-l’homme n’ont pas grand-chose à voir avec les affaires… Et Ayrault continue à dégoiser ses konneries. Comment peut-on avoir confié la diplomatie française à se sous-nul ?

Mais alors, Daech ? L’État islamique ? Ils sont gênants mais sont un bon prétexte pour intervenir dans ces régions. Et puis, il faut faire la part du feu : quelques attentats sont bien utiles pour mettre en place un État « musclé » à travers l’état d’urgence…

Mondo cane…

 

Sources :

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2013/08/30/syrie-ca-sent-le-gaz-246283.html

http://www.tdg.ch/monde/poutine-denonce-agression-syrie/story/13567172

http://www.voltairenet.org/article174022.html


Illustration X - Droits réservés

20/05/2015

Mieux que le nucléaire: Vive la merde, énergie propre et renouvelable !

gaz de merde en chine.jpg

 

 

En voilà une nouvelle qu’elle est bonne ! Tous ceux qui nous font chier, tous ceux qui sèment la merde, tous ceux qui la remue, tous ceux qui nous y mettent jusqu’au cou peuvent devenir des sauveurs de la planète ! La merde, il y en a partout, tous le monde en fait, du plus riche au plus pauvre, sans distinction de race, de couleurs, de religions, d’âge, de condition sociale. La merde, voilà notre sauveur !

Pompons la merde, et pompons-la gaiement !

 

« Fille de roi, de ta beauté si fière

Tu dois chier, ainsi dieu l’a voulu

Ton cul royal, comme un cul prolétaire

A la nature, doit payer son tribu…

Et puisqu’il faut que rien n’se perde

Dans la nature, où tout est bon

Ami pressons la pompe à merde

Le jour parait à l’horizon…. »

 

Un jour de gloire, un jour radieux se lève enfin sur l’humanité grâce aux produits de nos boyaux culiers, mais aussi des merdes de vaches, de cochons, de poules, de mac-do. Le grand œcuménisme du saint Caca !

 

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » disait Lavoisier. Eh bien les Honorables fils de Confucius ont pris au mot le génial physicien français : ils transforment, à échelle industrielle, la merde humaine ainsi que les lisiers en BIOGAZ ! Et ça marche du feu de dieu !

Mais ce merdo-carburant industriel ne fait que reprendre des procédés mis en service au niveau familial depuis longtemps dans la province du Si-chouan. Il existe dans cette région rurale de Chine des milliers de réalisations qui transforment la merde tant humaine qu’animale en biogaz directement utilisé par la famille, sur place, pour la cuisine et l’éclairage, voire la production d’électricité avec une installation collective plus importante.

Ecoutons la narration de Florita Botts, une voyageuse à l’esprit ouvert : (.../...) J'ai été menée dehors, derrière la maison. Le cadre et la femme au foyer m’ont montré un couvercle dans la terre, avec un tube en plastique émergeant de lui et menant par le mur de leur cuisine. Sous ce couvercle, il y avait un puits hermétique appelé le « digesteur », où les déchets organiques fermentaient et créaient le biogaz. Le gaz était amené dans la maison par le tube en plastique.

À côté de la maison étaient deux hangars. C'était la porcherie de la famille, contenant deux porcs roses très propres reniflant et grognant. Leurs excréments et urine s'écoulaient par une gouttière inclinée directement vers le digesteur souterrain. L'autre hangar était le WC de la famille. Il était également écoulé directement dans le digesteur de biogaz. La porte des latrines a été ouverte de sorte que je puisse aller voir tandis que le cadre expliquait. C'était un deux-sièges. Il n'y avait aucune puanteur.

Les excréments de porcs et d'humains déversés dans le réservoir souterrain sont mélangés à des déchets végétaux tels que des tiges de paille ou de plantes, avec assez de boue liquide pour créer une couverture étanche protectrice, sous laquelle des microbes travaillent pour fermenter ce mélange et pour produire le biogaz. Cela est défini comme une fermentation anaérobie. 

Le cadre m’a expliqué que les excrétions d'une famille de quatre personnes et deux porcs fournissaient les besoins de carburant du ménage quotidien. Non seulement ce système produit un carburant propre, inodore, sans fumée, mais il fournit également un engrais organique au contenu élevé d'azote et de phosphore. Le gaz sort d’une boue liquide - également inodore. Cette boue est écopée régulièrement par une sortie ouverte à côté du digesteur et épandue directement sur les récoltes.

Un autre aspect extraordinaire du biogaz est sa contribution  au contrôle de la pollution et à un environnement sain. Pendant le processus de fermentation, les parasites intestinaux - comme le ténia, ankylostome, amibes - les bacilles de bactéries entériques, de dysenterie et de paratyphoïde sont détruits. C'est un dispositif extrêmement important de santé publique dans des conditions tropicales et subtropicales. Il signifie que les latrines sont non polluantes, et que l'engrais propre retourne au sol et aux récoltes.

 

Bon, je vous laisse, je vais de ce pas sauver la planète !

 

Sources :

http://www.lepost.fr/article/2010/05/18/2077429_la-m-e-r-...

http://www.drylandfarming.org/FB/Biogas4.html

 

Illustration X - Droits réservés

25/07/2014

Au bistro de la toile : catastrophes...

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Putaing, Victor, t'as vu cette catastrophe ! Un truc de ouf...

 

- Tu parles de laquelle de catastrophe ? De l'avion qui a explosé au Mali ? Des enfants de l'école de l'ONU bombardée sciemment par les nazisraéliens à Gaza ? De l'avion qui s'est écrasé à Taïwan ? Sans oublier celui qui a été descendu en Ukraine ? Fais ton choix Loulle : les catastrophes, ce n'est pas ce qui manque sur les étagères de la konnerie mondiale...

 

- Arrête Victor. Je te parle de choses sérieuses : l'O.M. qui refuse de jouer au Stade Vélodrome pour cause de loyer trop cher : 380.000 euros par match.

 

- Ah ! Bè ouais, en termes de hiérarchie catastrophale, c'est évidemment primordial... Combien tu dis qu'ils doivent payer par match ? 380.000 euros par rencontre. C'est un pet de lapin Loulle. C'est à peine l'équivalent du salaire du seul Valbuena qui touche 4,6 millions par an, soit 383.333,33 euros chaque mois ! Tout ça, c'est de la tchatche. Ils veulent marchander avec Gaudin qui leur a fait un stade quasi-neuf, et entend – à juste titre – récupérer le pognon des contribuables. Enfin, espérons. Faut pas oublier que Gaudin est UMP, ça marque son homme...

 

- Bon. Alors parlons d'une autre catastrophe. Cet avion qui vient de s'écraser en Afrique... Depuis hier, en entend les « zexperts » nous parler des « terribles orages » qui sévissent dans ces régions. S'il pleuvait tant que ça au Sahara, ça se saurait non ?

 

- Ça se saurait effectivement. Et puis, tous les jours, toutes les heures, des avions traversent des orages, ils appellent ça des « zones de turbulence ». Ce n'est pas pour cela qu'ils se désintègrent en vol. La probable réalité est qu'il devait soit avoir une bombe dans sa soute, les contrôles de l'aéroport d’Ouagadougou n'étant sûrement pas trop drastiques, soit il aurait reçu dans le cul un missile envoyé par un des nombreux systèmes d'armes sophistiqués que tous les terroristes de la région possèdent, puisqu'il leur suffit d'aller se servir sur les étagères bien fournies des arsenaux de feu Kadhafi. Merci qui ? Merci Sarko qui est allé faire la guerre en Libye « pour éviter un bain de sang à Benghazi ».

 

- En parlant de bain de sang, Victor. Je pense qu'il y a deux poids deux mesures. En Libye, la France « éternelle » n'a pas hésité à envoyer ses Mirages et ses Rafales pour « empêcher un massacre de civils innocents ». Pourquoi cette même France « éternelle », pays des droits de l'homme, toujours prompte à agiter ses petits bras pour défendre la veuve et l'orphelin, pourquoi la France n'envoie-t-elle pas ses Mirages et Rafales pour détruire les tanks israéliens qui massacrent sans vergogne des enfants innocents ?

 

- La réponse est dans la question Loulle. Il y a effectivement deux poids, deux mesures... Mais il y a aussi un volet de cette affaire de Gaza dont on ne parle pas trop, sinon jamais dans les médiarrhées : c'est qu'il y a du gaz à Gaza !

 

- ???!!!

 

- Ouais Loulle. Derrière le prétexte de quelques bombinettes envoyées par les nazislamistes du Hamas sur les colonies des voleurs de terre israéliens, il y a d'autres raisons : à 30 km des côtes de Gaza et à 600 mètres sous la mer, donc dans les eaux territoriales palestiniennes, il y a un énorme gisement estimé à 30 milliards de mètres cube de gaz naturel, « Gaza Marine ». Autrement dit des milliards d'euros ! Et ne n'est pas tout : selon une agence gouvernementale étazunienne, il y aurait d'autres gisements de gaz et de pétrole sur la terre ferme, en Gaza et en Cisjordanie. Et tu crois que les Israéliens et leurs complices étazuniens ont envie de laisser ce pactole aux Gazaouis ?

 

- Mouais... Voilà qui donne un autre éclairage à ces massacres... Monde de merde, Victor.

 

- Ouais Loulle. Mondo Cane. Tè, mets ma tournée !

 

Septidi 7 thermidor 222

 

Merci à Chimulus

 

11/07/2012

Eh ! Ça ne gaze pas, ces gaziers qui augmentent rétroactivement le prix du gaz !

GDF dessin Fanch.jpg

 

 

Gaz de France, c’était une entreprise nationale. Appartenant aux citoyens. C’était une entreprise qui marchait bien et qui était juteuse. Trop juteuse aux yeux de la droite alors au pouvoir. Trop « française » aux yeux des talibans libéraux de Bruxelles. Hummm ! Y a bon le gâteau que se disaient les financiers de Suez !

A l’époque, Sarko sévissait à Bercy et proclamait : « C’est clair, c’est simple et c’est net : il n’y aura pas de privatisation de GDF. » Ben voyons…

On a donc inventé une « menace »  de ENEL, entreprise italienne, sur Suez. Patriotisme économique ! Ah non mais ! On ne va pas se laisser bouffer par ces chanteurs de bel canto ! Villepin, alors premier ministre, pour « sauver » Suez, préconise le rapprochement avec Gaz de France. Ce qui implique alors la privatisation de la compagnie nationale. Les syndicats se mobilisent, le conseil constitutionnel met l’opération en veilleuse jusqu’à ce que… Sarko relance l’affaire ! Il faut dire que les résultats de l’entreprise publique, dopés par le relèvement des tarifs à l’échelle européenne, à l’époque, étaient fort brillants ! Fallait en faire profiter les amis…

Après avoir pris l’engagement « solennel » de ne jamais abaisser la participation de l’Etat dans le capital de GDF en dessous de 70 %, le gouvernement de Dominique de Villepin a ensuite accepté, que la part de l’Etat ne soit plus que de 36,5%...

Tout ça, bien sûr, dans « l’intérêt » du consommateur qui devait bénéficier de cette privatisation grâce à la sainte « concurrence libre et non faussée ». On sait ce qu’il en est : rafales constantes d’augmentation des tarifs du gaz par une entreprise privée en situation de monopole. GDF était une entreprise qui marchait très bien pour le plus grand profit des clients-contribuables-propriétaires… Ceux-ci sont maintenant cocus et les énormes bénefs vont non pas au pays, mais dans la poche des actionnaires, en grande partie étrangers…

Et voilà que les « Sages » Conseil d’Etat retoque une des rares mesures positives de Fillon et…demande aux cochons de payants d’usagers de retourner leurs poches à titre rétroactifs à cause d’un mode de tarification ésotérique sortie des têtes d’œufs de la compagnie… Alors que le prix du gaz au niveau mondial diminue!

Eh ! Ayrault. On fait quoi là ?

 

Quartidi 24 Messidor 220

 

Merci à Fanch

 

25/03/2010

Pendant les enfumages de terrier du Grand Chef Verticalement Condensé, les embrouilles continuent : augmentation du gaz de près de 10% !

Sarko oncle sam.jpgLes cervelles gazeuses de la direction de GDF-Suez (la compagnie volée aux Français par les sarko-trafiquants) demandent sans broncher - et viennent d'obtenir des sarko-nuisibles hargneux de leur défaite - une augmentation de 9,75%, sortie des tuyaux d’un indice particulièrement fumeux basé entre autres nébulosités, sur le prix du pétrole.

 

Rappelons que GDF et SUEZ sont "mariés" pour le meilleur des actionnaires et le pire pour les usagers. Les jeunes époux, fort opulents, ont mis du piment dans leur couple en partouzant avec un autre parangon de vertu financière, le très célèbre Crédit Lyonnais, qui a beau se camoufler derrière son nouveau sigle LCL, il ne fera pas oublier ce qu’il a coûté aux cochons de payants…

 

Cette banque à travers ses conseillers financiers contacte directement ses clients pour un rendez-vous à l’agence bancaire afin de proposer la souscription d’un contrat alléchant en gaz naturel et en électricité. Dans le cadre d’un processus de vente développé en commun, le conseiller LCL propose l’offre contractuelle adaptée à son client – ces fameux « Dolce vita » ( !!!???), édite le contrat qu’il fait signer et transmet en temps réel le dossier à Gaz de France, qui assure la fourniture d’énergie. Pour le S.A.V. c’est une autre paire de manches.

 

Et comme il faut que tout ce beau monde s’engraisse, ces joyeux comparses ont obtenu du gouvernement complice de toutes les magouilles 9,5% d’augmentation dès le 1 avril… Compensé pour les vieux par une hausse des pensions de…0,9%, voilà qui devrait ragaillardir les pauvres actionnaires !

 

Que ne faut-il pas faire pour les satisfaire ces actionnaires, espèce nuisible mais bien protégée ! Gagner le plus de clients possible, par tous les moyens, même les plus douteux ET augmenter le prix du gaz. Avec la bénédiction de la clique sarkozienne évidemment. Une manière toute de finesse de lutter contre la baisse du pouvoir d’achat !

 

Cochons de payants, retournez vos poches.

 

 

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:


VOTEZ !