Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/08/2016

Si tu vas... z'à Rioooo !

carbureepo.jpg

 

Si tu vas à Rio

N'oublie pas d'prendre ton Epo

N'oublie pas tes seringues

Ta valis' de poutchingues

Ton urine de rabio

 

Pour que tu gagnes

Il faudra que tu te magnes

Et pour sabler le Champagne

Faudra être un vrai bestiau

 

La concurrence

Elle fait pas dans l'abstinence

Plutôt dans les biosciences

Pour être première au poteau

 

Si tu vas à Rio

N'oublie pas d'prendre ton Epo

N'oublie pas tes seringues

Ta valis' de poutchingues

Ton urine de rabio

 

Les Olympiades

Une vaste mascarade

Avec de faux camarades

Cornaqués par des kapos

 

Et sur l'estrade

Des sourires de façade

Avec des fanfaronnades

Lorsque montent les drapeaux

 

Si tu vas à Rio

N'oublie pas d'prendre ton Epo

N'oublie pas tes seringues

Ta valis' de poutchingues

Ton urine de rabio

 

Vois, bien à droite

Un pays que l'on exploite

Une présidente démocrate

Victime d'un coup d'état

 

Fait par Temer

C'est le nom d'l'usurpateur

Sa devise d'affameur

C'est « Plus pourri que moi tu meurs »

 

Si tu vas à Rio

N'oublie pas d'prendre ton Epo

N'oublie pas tes seringues

Ta valis' de poutchingues

Ton urine de rabio

 

J.O carnaval

Une escroquerie mentale

Qui rapportera que dalle

Mais qui va couter un bras

 

Aux cariocas

Mais va goinfrer de pesetas

Les margoulins du coca

Du macdo de la vodka

 

Ne va pas à Rio

Ne tombe pas dans le panneau

Car derrière le sport

Y a le fric pour les sponsors

Et les gangsters du CIO

 

VictorAyoli

 

 

Photo X - Droits réservés

09:46 Publié dans Actualités, humour, Musique, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jo, rio

04/03/2016

Au bistro de la toile : voiture « auto-conduites » ; équipe de réfugiés au JO.

Buveurs pour net.jpg

 

- Oh ! Victor, t’as vu ça : au salon des-bouts-de-fer-qui-roulent de Genève, le nex plus ultra, parait que c’est la bagnole qui se conduit toute seule…

 

- Ah ! Mon pauvre Loulle. C’est toute une civilisation qui risque de sombrer. Avec ses échanges délicats entre conducteurs : « Tu bouges ton tas ferraille, eh ! Connard ! » « Je te pisse à la raie, sac-à-merde ! »

 

- Á moins que les têtes d’œufs mettent au point un logiciel d’engueulade entre voiture : « Pou-ssez vo-tre ca-lan-dre de là, vilai-ne voskswagen » « je suis pri-ori-taire, mi-nable ,peu-geot ». Ça dépayserait un peu moins les passagers.

 

- Ça va plus loin Loulle ! Si une bagnole auto-conduite fait une konnerie, roule trop vite, grille un stop, etc. est-ce qu’elle obtempèrera aux injonctions des flics ? « Stop ! Garez-vous là. Coupez le moteur. Papiers du véhicule… » Qui va être contraventionné ? Le proprio ? Et avec une voiture louée ? Sans compter que le responsable, disons le « chef de voiture » pourra toujours répondre au flic : « Eh ! Oh ! Monsieur l’agent, envoyez donc la contredanse à celui qui conduit, pas à moi ». Les contredanses arriveront donc dans la boite aux lettres de Monsieur Volkswagen, de Monsieur Peugeot, de Monsieur Toyota, responsables des logiciels de conduite ! Ceux-ci se retourneront contre les concepteurs des logiciels, etc. Un beau foutoir. Pareil pour les assurances en cas d’accident.

 

- Ouarf ! C’est vrai ça…

 

- Et ce n’est pas tout Loulle. Les terroristes vont se régaler : tu prends une telle voiture, volée bien sûr, bourrée d’explosifs, avec un faux conducteur mannequin pour donner le change, et tu la programmes pour que son GPS la conduise où tu auras décidé, et tu fais sauter ce que tu veux, sans « consommer » de kamikaze, denrée rare tout de même !

 

- Merde ! Pas réjouissant tout ça… Sans compter que le plaisir de conduire va passer à l’as. Les bagnoles vont toutes se suivre, à la même vitesse, cul contre cul. Chiant, très chiant ça.

 

- Et là, nos brillants ingénieurs auront réinventé…le train !

 

- Ah ! Ah ! Ah ! C’est vrai. Allez, tè, j’ai une nouvelle réjouissante Victor. Il y aura une équipe de « réfugiés » au Jeux Olympiques de Rio. Sympa ça, non ?

 

- Bof. Quand on sait ce que sont les J.O. : une énorme pompe à fric régit par des mafieux, véhiculant des idées d’extrême-droite à l’image de leur « inventeur » le sinistre baron de Coubertin, admirateur d’Hitler et méprisant les Femmes, manipulant des « athlètes » plus bourrés de chimie qu’une fraise espagnole. Le C.I.O. est une multinationale au moins aussi douteuse que la Fifa pour le foutebal, bourrée de thunes, domicilié évidemment en Suisse.

 

- T’envoie le bouchon un peu loin, non ?

 

- Penses ce que tu voudras Loulle. Mais sache que les J.O., sont nés dans la cervelle d’un baron aux idées plus que douteuses et ont été portés pendant des années par Samaranche, fruit délicat du franquisme. Ils représentent l’embrigadement, le nationalisme le plus chauvin, une compétition sordide sous-tendue par les drogues fournies par les grands laboratoires pharmaceutiques mondiaux et grassement commissionnés par les marchands de merde mondiaux appelés « sponsors ». Ils créent un système autarcique dans lequel s’impose, pour une durée déterminée, une loi d’exception, à l’image des mois antiterroristes.

Les « villages olympiques » sont autant de ghettos où des robots humains programmés ne se rencontrent jamais, ne se côtoient pas, ne se parlent pas. Surveillés qu’ils sont par des « entraineurs  kapos ». Alors leur équipe de « réfugiés », ça pue la com. Une manière de redorer un peu leur image en se servant de la compassion pour les migrants… C’est de la com, Loulle, de la pube. Faut pas tomber dans le panneau.

 

- Mouais. Vu sous cet angle… Allez ! A la nôtre !

 

 

06/02/2014

« Sotte ! Chie » Donnez au peuple du pain et des jeux.

anneaux olympiques sanglants.jpg

 

 

 

 

Allez, haut les cœurs ! (Haut-le-cœur plutôt). Le grand cirque blanc à tonton Poutine va commencer. Cinquante milliards de dollars jetés en l'air pour Sa gloire. Des milliers d'hectares ont été saccagées, des milliers de quasi-esclaves ont trimé pour quelques kopecks (quand ils ont eu la chance d'être payés !), des dizaines de milliers de flics et de troufions mobilisés pour assurer la « sécurité » (et la surveillance !) des centaines d'athlètes, des milliers de plumitifs et des centaines de milliers de spectateurs. Avec en épée de Damoclès la menace d'attentats spectaculaires et sanglants...

 

Putaing, on va en bouffer de la propagande !

 

La plus grande escroquerie mentale, c’est de faire croire que les « J.O. » sont une fête de la jeunesse, un instant de paix mondiale.

 

Les J.O., sont nés dans la cervelle d’un baron aux idées plus que douteuses : raciste, sexiste, admirateur et protégé d'Hitler. Le C.I.O., multinationale bourrée de thunes, domicilié évidemment en Suisse, ne payant pas d’impôts, a été dirigé pendant des années par Samaranch, fruit délicat du franquisme à qui l’on doit la forme moderne, c’est-à-dire totalement dévolu au fric roi, des J.O., avec les droits télé et les partenariats.

 

Les J.O. représentent l’embrigadement, le nationalisme le plus chauvin, une compétition sous-tendue par les drogues fournies par les grands laboratoires pharmaceutiques mondiaux et grassement commissionnés par les marchands d’inutile.

 

Les villages olympiques sont des ghettos où les robots programmés ne se rencontrent jamais, ne se côtoient pas, ne se parlent pas. Surveillés qu’ils sont par des « entraineurs  kapos ».

 

Le sport vu par le père Coubertin (Baron Pierre de…), ça a toujours plu aux dictateurs : plus haut (pendre les dissidents), plus vite (débarrasser le pays des opposants), plus fort (taper sur ceux qui osent ouvrir leur gueule)

 

Et les sportifs là-dedans ? Parce qu’il y en a qui y croient, qui se décarcassent pour le rêve d’une médaille… Ils sont des marionnettes… Ce sont des champions élevés en batterie, c’est pas du nourri sous la mère ! La course aux médailles – pour l'honneur et la gloire du drapeau (et des sponsors!) - a imposé une sélection des athlètes dès le berceau et des rythmes d’entraînement totalitaires. On n'est pas loin de la servitude volontaire...

 

L'idéologie sportive concentre toutes les tares de l'ultralibéralisme. La performance à tout prix, la compétition sans merci, écraser l'autre pour gagner, en trichant si l'on est assez malin (ou bien « coatché ». C'est l'image de la vie en « Ultralibéralistan » : la lutte de tous contre tous, le chacun pour soi, l'égoïsme exacerbé. L’univers de l’entreprise est irradié par cette idéologie de la confrontation sans merci, par ces images de chocs, d’affrontements, de stages physiques, de préparations au combat économique, de constitutions d’équipes de collaborateurs offensifs « coachés » par des directeurs de ressources humaines inspirés . Non mais, vous les avez vu, ces tarés, faire des stages commandos avec d'anciens légionnaires trop heureux d'en faire baver aux « pékins » en leur prenant du pognon !

 

Seulement les Jeux Olympiques sont, avec la coupe du monde de foute, une des caisses de résonance les plus efficaces de marketing international, car ils touchent des milliards de personnes sur l'ensemble de la planète. Il ne faut pas s'étonner si des états, comme hier la Chine, aujourd'hui la Russie, qui ont une conception pittoresque des droits de l'humain, se servent de ces manifestations pour policer leur image et légitimer leur pouvoir.

 

Jeux Olympiques ? Vafenculo...

 



Octidi 18 pluviôse 222

 

 

Photo X – Droits réservés