Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/04/2013

Attention : un obscurantisme peut en cacher un autre !

guernica (1).jpg

 

 

Les Zétazuniens redécouvrent la guerre sur leur territoire… Comme le 11 septembre 2001. Attentat islamiste ? Attentat de l’extrême-droite étazunienne ? Bof. Qu’ils se démerdent…

 

Mais ce raccourci volontairement caricatural nous renvoie en miroir aux dangers qui menacent notre république : - menace islamique fomentée de l’extérieur et exécutée (quand par malheur elle se concrétise, c.f. Merah) par des gens de l’intérieur ; - menace de l’extrême-droite derrière le paravent de l’obscurantisme religieux. L’alliance de circonstance de la burqua et de la cagoule ! Chaque menace se nourrissant de l’autre.

 

La menace islamique n’est plus à prouver. Elle se concrétise par les provocations d’une partie minoritaire mais agissante des musulmans de France (foulard, burqua, viande hallal, cantines, hôpitaux, prières de rue, etc.). Son but : créer un communautarisme religieux obscurantiste par la peur. Son cheminement : abattre la laïcité par l’intimidation et la violence. C’est un fascisme.

 

Lui répond maintenant une menace "christianiste". Les plus bornés des cathos se sont glissés dans l’ombre des islamistes pour tenter d’abattre, eux aussi, leur ennemi commun : la laïcité. Ils ont trouvé un cheval de bataille : la lutte contre le mariage pour tous. Ils ameutent les factions de population qui ont toujours  existés en France : les cathos les plus bornés tendance fachos, ceux des Croix-de-feu, ceux de La Cagoule avant-guerre. On les retrouve dans les manifs anti mariage pour tous derrière des figures qui seraient pittoresques si elles n’étaient dangereuses, comme la caricaturale et bien nommée Frigide Bargeot. C’est là encore un fascisme. Avec en position du singe laissant le chat sortir les marrons du feu, le Hèfe-Haine.

 

Cette montée des fascismes n’est pas propre à la France. On la retrouve dans tous les pays d’Europe. Avec les mêmes causes : - misère galopante dû à une globalisation ultra libérale ravageuse ; - laxisme en matière d’immigration organisé par des gouvernements à la naïveté « d’idiots utiles » au profit du patronat pour peser sur les salaires, aboutissant à une situation qui fait percevoir l’Autre comme un danger, puis un bouc émissaire.

 

Il est temps de regarder les choses en face et de neutraliser radicalement, sans concession et sans faiblesse ces deux menaces. Faute de quoi, comme au siècle dernier, les démagogies défieront et confronteront les démocraties dans le sang et les larmes. L’histoire resservirait-elle les plats ?

 

 

Octidi 28 Germinal 221

Merci à Picasso


 *********************************** 

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Un fils demande à son père:
Papa, c'est quoi la république ?
- Prenons par exemple notre foyer: Moi j'ai un salaire je suis le Capitalisme, ta mère le Gouvernement, toi tu serais le Peuple, la bonne serait la Classe ouvrière et ta petite sœur qui n'a qu’un an le Futur.
- Oui, Papa je crois que j ai compris, je te le dirai demain.

Le soir il est réveillé par les cris de sa petite sœur et il voit qu'elle a chié dans sa couche. Il va dans la chambre de ses parents et il voit sa mère qui dort profondément. Il regarde par le trou de la serrure de la chambre de la bonne et il voit son père qui l’enfile !

Et le lendemain:
- Papa je crois que j ai compris : Pendant que le Capitalisme enfile la Classe ouvrière, le Gouvernement est profondément endormi, le Peuple est complètement ignoré et le Futur est bien dans la merde.

19/09/2012

Au bistro de la toile : ces obscurantistes qui nous emmerdent!

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Oh ! Victor, il y a des années que je n’achète plus Charly Hebdo, depuis qu’ils ont viré Siné exactement, mais cette semaine, je crois que je vais l’acheter. Parce qu’au milieu de l’autocensure des médias collabos qui se coupent les aliboffis devant les menaces des sinistres barbus, je trouve rafraîchissante et courageuse leur attitude de répondre par la provoc aux provocs permanentes de tous ces barjos de nazislamistes qui veulent nous imposer des manières de vivres à dégueuler. Le délit de blasphème n’existe plus en France depuis 1791. On n’est plus à l’époque où les curés passaient au barbecue tous ceux qui ne « croyaient » pas. Rappelons-nous le chevalier de La Barre, torturé et brûlé parce qu’il n’avait pas ôté son chapeau…devant une procession catholique !

 

- Absolument d’accord, Loulle. Les musulmans en sont aujourd’hui où nous en étions il y a à peine deux siècles. Fort heureusement, depuis il y a eu Voltaire, Rousseau, le marquis de Sade qui ont ouvert la voie à la Révolution française qui, elle, a fait le travail sans fioriture en mettant les curés à leur place, la sphère strictement privée. Puis les lois sur la laïcité et l’instruction publique ont permis aux gens de réfléchir par eux-mêmes et donc de se rendre compte du fatras de conneries que sont les religions, et du danger qu’elle représentent, particulièrement celles dites « du livre » qui sont des idéologies sectaires d’exclusion, de terreur, de mort. Actuellement, c’est l’islam qui gueule le plus fort, ce sont ces cons de barbus qui prétendent détenir la vérité absolue et qui veulent nous l’imposer ou nous égorger, le fait de tuer un « infidèle » valant ticket d’accès direct au paradis d’Allah…

 

- Enfin, comment peut-on avoir les boyaux de la tête assez tartrés pour se laisser dicter sa manière de vivre entière, de la façon de baiser à celle de bouffer en passant par celles de pisser et de se torcher le cul ! Et dicter par qui ? Par les écrits  traduits, déformés, interprétés de quelques illuminés analphabètes qui ne devaient pas fumer que la moquette ! Et tout ça au nom de « l’amour » bien entendu ! Surtout au profit des maquereaux qui s’engraissent sur ces croyances d’un autre âge. Asservir les pauvres ignorants, ça rapporte le pognon et le pouvoir…

 

- Le « monde arabo-musulman » comme ont dit a raté le coche à la sortie de la guerre  de 39-45. Des mouvements de libérations nationales victorieux les ont libérés du joug du colonialisme. Des partis laïques comme les partis baas, des hommes déterminés comme Nasser en Egypte, Mossadeg en Iran laissaient espérer la libération non seulement des nations, mais aussi des esprits. Ils empruntaient la même voie que Mustapha Kemal Atatürk après la guerre de 14-18 qui n’hésitait pas à chasser les ulémas, les imans et autres exploiteurs musulmans par la podoculothérapie ! Il n’y allait pas par quatre chemins le grand Mustapha qui proclamait : « L’islam, cette théologie absurde d’un bédouin immoral est un cadavre qui empoisonne nos vies ». Mais ces révolutions libératrices se sont heurtées…aux intérêts des Zétazuniens, des Rosbifs et aussi de nous-mêmes. Vous pensez, ces révolutionnaires prétendent se réapproprier leur canal de Suez et nous vendre leur pétrole que nous leur prenons gratos ! Alors l’exécuteur des basses œuvres de l’oncle Sam, la CIA et avant elle l’OSS ont tout fait pour abattre ou saccager ces régimes progressistes qui leur faisaient peur en flirtant « dangereusement » avec la puissante URSS. Pour cela, ces officines se sont appuyés sur la religion : ils ont inventé les Frères musulmans, ils ont conforté les régimes féodaux sanguinaires de l’Arabie saoudite, Qatar et autres émirats pétroliers qui propagent et arrosent de pognon partout dans le monde l’idéologie salafiste, le pire des obscurantismes. Plus tard ils ont créé, entrainés et armé les talibans afghans, et que dire des accointances financières entre les familles Bush et…Ben Laden…

 

- Donc, la solution pour se débarrasser de tous ces nazislamistes, c’est de taper fort sur l’Arabie saoudite, le Qatar et autres émirats du golfe ! Or ces féodalités sont…nos principaux alliés dans la région… Quel bordel…

 

- Un bordel qui peut très bien déboucher sur une guerre. Mais est-ce qu’une guerre gênerait les puissances de l’argent qui nous gouvernent ? Ça rapporte beaucoup, Monsieur, une guerre ! Et ça permet de réduite un peu le troupeau… Il n’empêche que, concernant les provocs des salafistes et autres intégristes de toutes obédiences, y compris chrétiennes et juives, il ne faut pas reculer d’un poil. Tout accommodement est considéré par ces extrémistes comme une faiblesse et donc une incitation à pousser plus loin le bouchon.

 

- Donc si les barbus organisent une manif comme l’autre jour à Paris, qu’est-ce qu’il doit faire Valls ?

 

- Taper. Et fort !

 

 

 4ème jour des Sansculottides de l'an 220 - Jour de l'opinion


Merci à Chimulus

22/03/2009

Les Olympiades de la Connerie et de l’Obscurantisme.

benoitXVI capote.jpgBen Oït calibre 16, il part en couilles, c’est pas d’aujourd’hui. Formé aux Jeunesses hitlériennes (ça marque !), ce panzerpape a une conception pour le moins pittoresque du « bien » et du « mal ».

Il considère qu’il est « moins pire » de violer (ça peut donner la vie, le consentement de la femme, on s’en branle – si j’ose dire - complètement) que d’avorter (ça donne la « mort » à un fétus, donc ça enlève un futur client !).

Le retour au sein de l’Eglise catholique et romaine (secouez l’encensoir… Merci.) du gros con de négationniste Williamson ne le gêne pas trop aux entournures. Normal.

Ses propos sur la capote en Afrique le placent – lui et ses prédécesseurs, car ils étaient aussi bornés en la matière – dans une position de criminel contre l’humanité. Ce vieux débris pousse le cynisme jusqu’à prôner l’abstinence en matière sexuelle aux Africains ! On retrouve là cette vieille et insupportable culture de la mort inhérente à toutes les sectes dîtes « du Livre ». Surtout pas de joie, pas de plaisir, le plaisir, la joie de vivre, l’exultation des corps, c’est caca, c’est tabou, c’est le « péché ». Où alors, si vous enculez les petits enfants de chœur dans les sacristies, faites-le discrètement !

Ben Oït, va fan culo !

Al Qaradawi.jpgUn autre qui est pas mal dans son genre, c’est le cheikh Youssouf Al-Qaradaoui, autorité incontestée du monde musulman, président du Conseil européen de la fatwa, diffusées par la chaîne Al-Jazira captée partout en Europe. Il est le mentor spirituel des Frères musulmans et le modèle de Tariq Ramadan.

Celui-là, en récente visite en Tunisie a exprimé des opinions violentes concernant les progrès réalisés par la Tunisie dans le domaine des droits de l’Homme et des droits des femmes en particulier.

Ce type, considéré comme le pendant du pape chez les musulmans sunnites est le symbole de l’idéologie salafiste intolérante.

Ses propos sont au moins aussi pittoresque que ceux de Ben Oït calibre 16.

Par exemple, il considère que la masturbation des femmes peut leur coûter la vie.

Par exemple, il proclame sans sourciller « Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux Juifs des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. Avec tout ce qu’il leur a fait - et bien qu’ils (les Juifs) aient exagéré les faits -, il a réussi à les remettre à leur place. C’était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des musulmans. »

La différence, c’est que les conneries de Ben Oït calibre 16 ont soulevé des tollés de réprobation partout dans le monde sous influence chrétienne. Tandis que les conneries d’ Al-Qaradaoui – son équivalent dans le monde sous influence musulmane – sont passés comme un doigt dans un cul.

Al Qaradaoui va fan culo !

- Bon. Allez, Victor, t’ira brûler en enfer avec des propos pareils…
- Tant mieux. Là au moins je connaîtrai du monde. Et en plus c’est chauffé !

07/03/2009

Moyen-Age, nous voilà !

goya_inquisition.jpg
Scène de l'inquisition par Goya


Eh ! La société part en couilles non ? La mère qui poignarde sa fille et fait croire que c’est son autre chiard de 5 ans le responsable. Les deux tarés qui enferment leur lardon dans une pièce sombre pleine de pisse et de merde sans que personne ne voit rien…

Marche arrière toute ! Fini l’Humanisme, aux poubelles la Renaissance, aux chiottes les Lumières.
L’avenir ? Sectes, fanatismes religieux, nous font chuter vers un nouveau Moyen age… Et à toute vibure !
Le sens de l’histoire s’est inversé depuis l’ultra-libéralisme de Reagan et Thatcher dans les années 80, avec un bon coup d’accélérateur dû au neo-conservatisme de Bush. Et la « crise », en exacerbant les comportements individualistes, les replis identitaires, les nationalismes obtus accélère ce mouvement.

- Eh ! Victor, tu déconnes ! Du Guesclin n’avait pas l’ordinateur, ni le téléphone portable, ni les ogm…
- Mouais… à la différence du passé, ce nouveau Moyen age possède les apparences et les pouvoirs de la technologie. Une technologie dont l'usage sera réservé à une élite, et qui sera utilisée pour asservir, contrôler, réprimer, torturer, détruire et assassiner, avec une violence et une cruauté inédites. L’inquisition plus l’ordinateur ! Que du bonheur !

Les points communs entre le Moyen-Age et la période actuelle ne manquent pas :
— le fantastique décalage entre riches et pauvres ;
— une société gouvernée par une élite issue de castes héréditaires et de moules réservés (grandes écoles) ;
— le peu de valeur accordé à la vie humaine ;
— le retour de l'esclavage, en Chine et en Asie d’abord, déjà en Europe et en Amérique ;
— le retour à la Loi du plus fort imposée au mépris des Droits de l’homme (Guantanamo n’est pas encore fermé…) ;
— le retour des empires totalitaires (USA, Chine, Russie);
— le retour de l'obscurantisme (islamistes, néo-chrétiens évangélistes américains, explosion des sectes) ;
guantanamo.jpg— le retour aux guerres de religion (charia islamiste et « croisades » de Bush dont Obama aura bien du mal à s’extirper) ;
— le recul de la culture et de l'éducation, le retour de l'illettrisme, l’abrutissement de la jeunesse par le truchement des jeux informatiques, et, parallèlement, l’accès à l'éducation réservé aux plus riches ;
— la réapparition des « bandits de grands chemins » et des pirates en mer. Retour à une insécurité des transports (attaque sur les autoroutes, « home jacking », etc.)
— le retour des épidémies et des maladies qui avaient été éliminées depuis un siècle. La typhoïde, la tuberculose, la diphtérie et la gale ont fait leur réapparition en Occident à cause du développement de la misère. La peste et le choléra sont à nouveau en progression dans certains pays du tiers-monde. En attendant la peste aviaire transmissible d’humain à humain ! ;
— le retour des pratiques tribales (piercings, tatouages, organisation en tribus des exclus, etc.) ;
— la mode « gothique » (les modes étant souvent un révélateur des tendances sociales à venir) ;
— le retour de la sorcellerie et des rites de magie noire ;
— l’influence prédominante des ordres occultes et des sociétés secrètes ésotériques parmi les élites dirigeantes (Skull and Bones, Bohemians Club…)
— une population de plus en plus misérable et inculte, décérébrée par les médias de masse au service des mercantis, dont la seule fonction est de fournir des esclaves à l'élite. D'autant plus qu'avec la surpopulation, l'esclavage est finalement le mode de production le plus approprié et le moins coûteux, surtout si les machines devaient être un jour paralysées par les pénuries d'énergie.
— etc.

La chape de plomb du Moyen age a duré 12 à 13 siècles… Bonjour l’avenir !

Enfin, nous, on a la chance d'avoir Sarko! Ouf...

14/09/2008

Lourdes

Le ci-devant SEIZE Benoit vient de faire son cirque à Lourdes. Je ne résiste pas au plaisir de vous offrir ce morceau de bravoure du grand François Cavanna alors au sommet de sa forme:
cavanna.jpg


Parmi les, hélas, nombreux « actes de foi» collectifs et saisonniers ou, pour être franc, les témoignages hurlants de la stupidité moutonnière qui font désespérer de toute possibilité d'amélioration de l'espèce humaine, il ya le pèlerinage de Chartres, il y a celui de Compostelle, il y a celui de La Mecque (là, Cavanna, tu ne devrais pas, ceux--là sont des méchants !), il y a les barbus austères accourus se balancer en cadence devant le Mur des Lamentations (ah, non, Cavanna, pas ceux-là: ils sont sanctifiés par le Martyre !), il y a le bain rituel de millions d'Hindous dans les eaux sacrées et putrides du Gange (ceux-là, tu peux y aller, ils ont des crocs mais ils sont loin), il y a les bolcheviks repentis qui, devant la Vierge de Kazan, se traînent aux pieds des popes couverts de dorure comme du papier à chocolats (décidément, tu veux te mettre tout le monde à dos, il finira par t'arriver un mauvais coup !) et il y a (roulement de tambour), et il y a le pèlerinage de Lourdes.

Ceux-là, ceux qui s'entassent dans les trains spéciaux pour Lourdes, seraient plutôt un peu moins... un peu plus... enfin, bon, leur foi est, disons, pas tout à fait aussi gratuite que celle des fervents pèlerins cités plus haut. Eux, ils en attendent quelque chose, de leur dévotion. Ils en attendent un miracle. Oh, pas un miracle fracassant! Juste un petit miracle personnel rien que pour chacun d'eux: la guérison.

Y croient-ils, au miracle? Bien sûr, sans quoi ils n'iraient pas. C'est-à-dire, avant d'être malades, ils ne pensaient même pas à l'existence possible du miracle, voire en rigolaient après boire avec d'autres esprits forts de leur acabit. Mais la maladie vous change un homme. Alors, «on ne sait jamais... », «si ça ne fait pas de bien... », etc.

L’espèrent-ils vraiment, le miracle? Bof... Comme on espère gagner le gros lot. En tout cas, on n'a jamais entendu parler d'une émeute sanglante de non-miraculés déçus, cassant tout dans la grotte, foutant le feu, éparpillant aux quatre vents médailles bénites et chapelets, déculottant curés et bonnes sœurs pour les fesser férocement... Il faut donc croire qu'ils sont, sinon satisfaits, du moins pas découragés, puisqu'ils reprennent le train spécial en sens inverse en chantant des cantiques.

Et ce qui tendrait à prouver qu'il y a un bon Dieu, tout au moins dans le ciel de Lourdes, un micro-climat de bon Dieu, c'est que lorsque ces braves gens voient un confrère envoyer soudain promener béquilles ou petite voiture, ou chasser son chien d'aveugle à coups de latte dans le fion en criant« Miracle! », eh bien, ils ne lui cassent pas la gueule, à cet enviandé de chouchou, pas du tout. Ils tombent à genoux s'ils ont des genoux, ils prient, ils sont bien contents. Vous comprenez: ça prouve que le truc fonc-tionne! Simplement, la Sainte Vierge a ses têtes, ce sera peut-être notre tour l'année prochaine.

La bonne combine, c'est d'arriver juste quand on vient de changer l'eau de la piscine, avant que sa capacité de miracle n'ait eu le temps de se diluer dans les microbes d’autrui.

In : Cavanna : « Lettre ouverte aux culs-bénits » - Albin Michel – collection Lettre ouverte

13/09/2008

Aux salmigondis de Benito et de Sarko, je préfère...

...Le mécréant (de tonton Georges Brassens)

418ceb46f941e6c028296b70b07dd0f5.jpg


Est-il en notre temps rien de plus odieux,
De plus désespérant, que de n' pas croire en Dieu?
J' voudrais avoir la foi, la foi d' mon charbonnier,
Qui' est heureux comme un pape et con comme un panier.
Mon voisin du dessus, un certain Blais' Pascal,
M'a gentiment donné ce conseil amical:
«Mettez-vous à genoux, priez et implorez,
Faites semblant de croire, et bientôt vous croirez. »
J' me mis à débiter, les rotules à terr',
Tous les Ave Maria, tous les Pater Noster,
Dans les ru's, les cafés, les trains, les autobus,
Tous les de profundis, tous les morpionibus...
Sur ces entrefait's là, trouvant dans les orti's
Un' soutane à ma taill', je m'en suis travesti
Et, tonsuré de frais, ma guitare à la main,
Vers la foi salvatric' je me mis en chemin.
J' tombai sur un boisseau d' punais's de sacristi'
Me prenant pour un autre, en chœur, elles m'ont dit:
«Mon Pér', chantez-nous donc quelque refrain sacré,
Quelque sainte chanson dont vous avez l' secret! »
Grattant avec ferveur les cordes sous mes doigts.
J'entonnai «le Gorille» avec «Putain de toi ».
Criant à l'imposteur, au traître, au papelard,
Ell's veul'nt me fair' subir le supplic’ d'Abélard,
Je vais grossir les rangs des muets du sérail,
Les bell's ne viendront plus se pendre à mon poitrail.
Grâce à ma voix coupé' j'aurai la plac' de choix
Au milieu des Petits chanteurs à la croix d' bois.
Attiré' par le bruit, un' dam' de Charité,
Leur dit: «Que faites-vous? Malheureus's arrêtez!
Y'a tant d'homm's aujourd'hui qui' ont un penchant pervers
A prendre obstinément Cupidon à l'envers,
Tant d'hommes dépourvus de leurs virils appats,
A ceux qui' en ont encor' ne les enlevons pas! »
Ces arguments massues firent un' grosse impression,
On me laissa partir avec des ovations.
Mais, su' l' chemin du ciel, je n' ferai plus un pas,
La foi viendra d'ell' même ou ell' ne viendra pas.
Je n'ai jamais tué, jamais violé non plus,
Y'a déjà quelque temps que je ne vole plus,
Si l'Éternel existe, en fin de compte, il voit
Qu' je m' conduis guér' plus mal que si j'avais la foi.