Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/10/2011

Pendant les primaires, les sarko-saloperies continuent…

sarkozy_doigt.jpg 

 

* Le flicage est une constante nauséabonde en Sarkozie. Ainsi, le fétide Chapel s’efforce d’imposer « l’évaluation » - le flicage, le fichage – des enfants de Math-Sup (maternelle supérieure) ! Les enseignants transformés en flics devront déterminer « si l'enfant devenu élève agit de manière à respecter l'intégrité de toutes les personnes et de son environnement, il ne les agresse pas, il a recours à la parole en cas de désaccord ou de conflit ». Ils seront ensuite fichés avec les mentions « rien à signaler », « à risque » ou « à haut risque ». Ah mais ! En Sarkozie, on ne va pas se laisser emmerder par des chiards non ! Qu’est-ce qu’ils disent aux enseignants les sarko-trafiquants ? Tè ! Fumes !

 

 

* Qu’est-ce que vous dites ? Le prix de la vie augmente ? J’ai pas entendu… Ah si ! Vous trouvez que l’essence, les fruits et légumes, les pates, le riz, le chocolat, la viande, enfin ce qu’on bouffe chaque jour quoi, augmente ? Ouais…Mais les écrans plats, les téléphones portables, les gadgets électroniques fabriqués par des esclaves chinois baissent, alors… Tout ça pour dire qu’en Sarkozie, pas question d’augmenter le Smic. Les sarko-trafiquants vous disent, nous disent : Tè ! Fume !

 

 

* Vous êtes peut-être allés en vacances en Bretagne ou en Normandie cet été, et vous avez pu apprécier sur de nombreuses plages, les délicats effluves de merde voletant au-dessus des hectares d’algues vertes pourrissant sur le sable. Algues vertes provenant directement de l’azote répandu sans frein et sans vergogne par les agriculteurs affiliés à la sinistre FNSEA. Il serait peut-être temps que le gouvernement prennent des décisions drastiques à ce sujet. Ben voyons… Le Journal Officiel a publié mardi le décret qui va permettre d'augmenter les quantités d'azote épandues sur les terres agricoles, et va à contre-courant des efforts de réduction des nitrates dans les eaux. Le décret, signé par le premier ministre et les ministres de l'Agriculture et de l'Ecologie, étend la surface prise en compte pour le calcul du plafond d'épandage  ce qui va permettre d'augmenter de 20 % les quantités d'azote épandues sur les sols ! La parution de ce décret intervient alors que la commission européenne exige de la France, dans une lettre du 17 juillet dernier, des explications sur sa politique de prévention des marées vertes. Qu’est qu’ils leur disent les sarko-trafiquants à l’Europe, aux Bretons et aux touristes ? Tè ! Fume !

 

 

* Et si on parlait un peu des Chinois ? L'Europe – et surtout la France de Sarko - fait encore figure de bonne poire. Selon le quotidien Les Echos, les Airbus A320 assemblés en Chine devraient bénéficier des mêmes aides à l'exportation que les appareils fabriqués en Europe. L'avionneur aurait en effet réussi à convaincre les gouvernements français, britannique et allemand d'accorder leur garantie, via leurs agences d'assurance crédit, aux clients chinois des A320 assemblés à l'usine de Tianjin. Selon les termes de l'accord, les Airbus A320 produits à l'usine de Tianjin et destinés aux compagnies chinoises, pourront donc bénéficier de prêts garantis par les trois Etats européens, via leurs agences de crédit-export : la Coface en France, Euler Hermes en Allemagne, ECGD en Grande-Bretagne. Un dispositif théoriquement destiné à soutenir les exportations européennes. Et qui dans ce cas va servir les compagnies chinoises... En effet, grâce à ce dispositif, si une compagnie aérienne chinoise fait faillite, il appartiendra in fine au contribuable européen de payer la facture. Qu’est-ce qu’ils nous disent les Chinetoques en se foutant de notre gueule ? Tè ! Fume !

 

 

Primidi 21 Vendémiaire 220

 

PhotoX - Droits réservés

 

 

 

15/12/2009

Pendant les fêtes, les sarko-saloperies continuent !


sarkodoigtsdhonneur copie.jpg

Pendant qu'on nous enfume le terrier avec des conneries genre Johnny Halliday crevard ou le « sommet » de Copenhague, les nuisibles à la solde de Rataillon nous préparent une belle saloperie : une offensive tout azimut contre le SMIC. Ça les emmerde le SMIC les tronches d'œuf du Medef et leurs marionnettes de l'Elysée et de Matignon. Pour dénigrer le Smic, lui refuser tout coup de pouce et encenser des palliatifs qui exonèrent les entreprises en pesant sur la collectivité, le gouvernement a trouvé une combine : s'appuyer sur des rapport d'«experts» qui abondent dans son sens.


Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage. Ainsi, en été 2008,
le rapport Cahuc, Cette et Zylbenberg, commandé par Matignon, concluait que le Smic n'est pas «un moyen efficace pour réduire la pauvreté et les inégalités» (!!!) et suggérait de «s'appuyer sur des mesures fiscales et des prestations sociales ciblées plutôt que sur un salaire minimum élevé et uniforme»...  A rapprocher du fait qu'en matière de fiscalité, le gouvernement s'emploie à supprimer les niches qui soulagent les plus modestes. Ce rapport fut non seulement l'occasion d'asseoir le bien-fondé du RSA en tant que substitut à un salaire minimum désormais jugé obsolète et, de ce fait, menacé de « réforme », mais surtout de faire admettre la nécessité de transférer une part grandissante du coût du travail des entreprises... vers la collectivité.

A quelques jours de la « revalorisation » du SMIC, un nouveau « rapport d'expert » vient d'arriver sur le bureau de Darcos, le ministre du travail. Elaboré par le «groupe d'experts sur le SMIC» désigné début mai dans le cadre de la réforme du salaire minimum inscrite dans la loi sur les revenus du travail de décembre 2008, il «recommande[nt] à l'unanimité que la revalorisation du salaire minimum interprofessionnel de croissance devant prendre effet au 1er janvier 2010, corresponde à la stricte application des mécanismes légaux». En clair : zéro coup de pouce ! Dans un «contexte conjoncturel encore fragile, (...) il ne faudrait pas compromettre la santé économique et financière des entreprises», qu'ils disent les zexpairs. Ben voyons. Au fait parmi les « zexpairs » économistes qui ont pondu cette merde, on retrouve Gilbert Cette, directeur des études économiques de la Banque de France. Ses acolytes, dont on peut douter de l'indépendance, étant Paul Champsaur, président de l'Autorité de la statistique publique, Martine Durand, directrice adjointe de l'emploi à l'OCDE, Francis Kramarz, directeur du Crest, et Etienne Wasmer, professeur à Sciences Po.

Pourtant, pour lutter contre la pauvreté et l'endettement des ménages, pour éviter à ces millions de gens de devenir des « assistés » à stigmatiser en période pré-électorale, il suffirait d'augmenter leurs salaires !  Tè ! Fumes ! Faut pas désespérer Neuilly.

Depuis vingt ans, les travailleurs sont sommés de sacrifier leurs émoluments à la bonne marche de l'économie : avant la crise, il fallait contenir l'inflation; au cœur de la crise, y'a plus de pognon.

Droits dans leurs bottes, ces éminents
« zexpairs » à la solde de l'UMP et du Medef plaident pour une «gestion prudente du Smic articulée à une politique de maîtrise des coûts salariaux», jumelée à «une politique appropriée de soutien au revenu du travail des familles pauvres». En effet, clament-ils, «les politiques de soutien au revenu du travail [prime pour l'emploi, RSA...] ont contribué de façon très significative à la progression du pouvoir d'achat des salariés rémunérés au Smic au cours des dix dernières années». Pour eux, «les dernières études de l'OCDE démontrent que les prestations liées au travail sont nettement plus efficaces que le salaire minimum pour lutter contre la pauvreté, car mieux ciblées sur les ménages pauvres».

L'imposture est énorme : alors que les salaires sont désespérément bas et ne permettent plus de vivre, pas question d'y remédier, bien au contraire ! Puisqu'une revalorisation du Smic serait préjudiciable à la compétitivité des entreprises, seul un «assistanat» tous azimuts est envisageable afin de compenser sa faiblesse, le plus gros du gâteau étant destiné... au patronat. «
Les allégements de cotisations sociales ont fait la preuve de leur efficacité et doivent par conséquent être maintenus », osent affirmer ces « économistes » distingués. Pourtant, ces exonérations au nom de l'emploi sont un puits sans fond : elles ont coûté cette année 32,6 milliards d'euros à l'Etat et à la Sécurité sociale; même la Cour des Comptes conteste leur efficacité !

Pour les employeurs, les cadeaux fiscaux continuent de pleuvoir : fin de la taxe professionnelle, baisse de la TVA des restaurateurs... Pour les 15% de Smicards (englobés dans l'ensemble des travailleurs qui gagnent moins de 1.510 € par mois, c'est-à-dire 50% du salariat français !), pas question de revaloriser quoi que ce soit : l'indécence salariale reste de mise, avec à la clé une augmentation... des impôts.

Merci au 53% de veaux qui nous ont infligé Rataillon...


17/08/2009

Tarifs EDF : la super sarko-saloperie de l’été. Après le Bouclier Fiscal, voici venu le Bouclier Energétique pour les pleins de thunes…

rafraichissement.jpgAllongés sur le sable, le tarbouif qui pèle, les couilles qui grattent, les nichons qui rougissent à cause des méduses, nous « profitons » des quelques semaines de détente que nous allouent généreusement les sarkotrafiquants à la solde du Médef. Et pendant ce temps béni pour le gangs du Fouquet’s où les sarkoveautants pensent surtout à sauter leur voisine de camping, les sarkosaloperies continuent. Cette année, la sarkosaloperuie du 15 août est particulièrement grasse ! Un véritable hold-up au détriment – comme d’hab – des pauvres et au profit des riches. Je veux parler de l’augmentation effarante des tarifs EDF.

Gardonneix, dans sa naïve sincérité, avait demandé une augmentation de 20% des tarifs sur trois ans. Les faux-cul du Gouvernement se sont évidemment offusqués avec des cris d’orfraie, mais dans la réalité telle qu’elle ressort des vingt pages des nouvelles tarifications parus au Journal Officiel du 14 août, on est dans ces chiffres là ! La mère Lagarde – experte ès-mensonges – nous a rassuré avec l’annonce d’une agmentation de « seulement 1,9% ». Tè ! Fumes !

Ainsi le prix de l'abonnement (hors taxes) pour les plus petites installations (3 kVA) passe de 21,48  euros à 58, 42 euros, soit 172% d'augmentation ! Pour EDF, ces petits compteurs coûtent cher. De plus, rappelle-t-il, ils ne représentent que 8% de l'électricité consommée.

Mais il en va de même concernant les abonnements pour la puissance juste supérieure (6kVA) qui forme une bonne partie des abonnements des particuliers ne se chauffant pas à l'électricité: ils passent de 54,48 euros à 67, 47 euros, soit 24% de hausse ! Les tarifs bleus résidentiels de petites puissances (3 et 6 kVA) connaissent des augmentations de facture d'autant plus élevées que la consommation du site est faible (plus de 10 % sur des consommations inférieures à 1 000 kWh).

Les petits consommateurs vont payer pour les gros. En effet, la facture baisse d'autant plus que la consommation s'élève. De fait, les abonnements de base  pour des puissances élevées diminuent de 15%, quand le prix de kWh pour ces catégories augmente à peine. En clair, le gouvernement a délibérément choisi de d'imposer les plus faibles, ceux qui consomment le moins, particuliers comme petites entreprises, au profit des plus gros, dans un calcul parfaitement cynique, au mépris de la crise. Ce mouvement est identique au niveau ndustriel où les tarifs augmentent pour les petites entreprises au profit des grosses. Quant à Borloo, le ministre du « Grenelle de l’environnement », il s’écrase, comme d’hab…

Cette révision globale de la tarification prépare la fin des tarifs régulés. Il faut s'y préparer, soutient le gouvernement , en rappelant que les tarifs régulés sont prévus par la loi jusqu'en 2010. Mais contrairement à ce qu'il dit, le système régulé n'est pas interdit par la Commission européenne. Tout est fait dans l'opacité, dépendant de l'arbitraire étatique ou de la technostructure.

sarkodoigtsdhonneur copie.jpgLes appétits privés qui lorgnent sur la rente nucléaire que se sont constitués les Français depuis  les années 1970 vont pouvoir intensifier leurs pressions. Ils ont toutes les chances d'être satisfaits.

Après le Bouclier Fiscal, voici venu le Bouclier Energétique pour les pleins de thunes… Sarkozy, je t’ai vu ! ! !


Sources: Médiapart

 

*************************************************************

!!!!! LA PANDEMIE PASSE AU NIVEAU 6 !!!!!!!

VOUS L'AVEZ OUBLIEE ? ELLE NE VOUS OUBLIERA PAS...


NE TOUSSEZ PAS IDIOT !


image de Une par MB.jpgD'une actualité explosive, viens de sortir:

"Cure us!" - Quand explosera la PANDEMIE

de Jean-Victor Joubert (C'est moi!)


Disponible 10€ franco de port France sur

http://ayoli.fr




14/04/2009

Livret A: les reptiles nous foutent à poil...

lagarde serpent.jpg


Les reptiles, les crocos - Caisse d'Epargne, Crédit Agricole, BNP, Société Générale, etc. - dans un même marigot, celui juteux du pognon des pauvres se battent pour nous bouffer, avec la complicité active de la Lagarde. 1,75% après un taux d'appel à 4% et 1% maxi au mois d'août, époque où habituellement se concrétisent toutes les saloperies.

Pour les faire chier, on peut, tous, le même jour, retirer notre pognon, quitte à le remettre deux jours plus tard! Belle panique en perspective!

Chiche!

15/10/2008

Pendant la crise, les saloperies sarkoziennes continuent.

Non, mais, il n’a aucune vergogne ce con de Manuel Vals. Qu’est-ce qu’il fout au PS ce Ganelon contrarié ? Qu’il aille rejoindre ses potes Kouchner, Besson et autres Allègre. Qu’il aille comme eux à la gamelle et qu’il libère le territoire de gauche !

fillon faillitaire.jpgLe PS – qui n’est pas ma tasse de vin (merde, j’allais écrire de thé…) – s’est abstenu de voter un chèque en blanc aux banques. C’est vraiment le service minimum ! Sous prétexte de sauver l’économie – mon cul ! sauver surtout un système financier archi pourri – Fillon-le-faillaire réclamait une « union nationale ». Puis quoi encore. Ce vote revient à cautionner le gouvernement le plus réac que la France aie connu depuis Pétain. A cautionner le démantèlement des services publics, la régression sociale, la chute vers la pauvreté, le gavage des riches, la protection des escrocs, le retour des curés, imams et autres rabbins, l’alignement sur le catastrophique régime de Bush, etc., etc.

Car ne nous y trompons pas, pendant le crise, les saloperies sarkoziennes continuent !
C’est la mère Boutin qui fait le forcing pour faire passer sa loi qui abat l’obligation pour les communes de construire au moins 20% de logements sociaux.
C’est la culpabilisation des chômeurs qui prétendent retrouver un emploi digne de leur qualification.
C’est le pognon piqué dans la poche des épargnant les plus pauvres (Lep) pour le refiler sans contreparti aux patrons au détriment du logement social.
Etc., etc….

Au fait, vous n’avez pas les tympans percés par l’assourdissant silence (ouais, c’est usé, mais c’est l’oxymore consacré) des partis de gauche européens ? Moi si. Pourquoi n’ont-ils pas tenus, eux aussi, et avant les gouvernements en place, une conférence de toutes les gauches européennes de gouvernement pour proposer un plan ? Ils auraient au moins eu le mérite d’ouvrir à ceux qui sont en place la boite des solutions de gauche dans laquelle ils puisent : nationalisation, régulation, etc.

Ah ! J’entends la moto du voisin qui vient me chercher pour aller aux champignons !

A diable !