Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/04/2016

Honte sur le Parlement européen : Glyphosate, secret des affaires, flicage des passagers aériens...

drapeau-europeen.jpg

 

 

Les députés européens viennent, une fois de plus, de faire la démonstration de leur totale soumission aux injonctions des lobbies représentant les multinationales.

 

En l'espace de quelques heures, ils ont voté : - un blanc-seing à Monsanto pour continuer pour sept ans encore à empoisonner les populations ; - l'impossibilité pour les lanceurs d'alerte et les journalistes d'investigation de dénoncer les abus et malversations des entreprises, sous couvert de la « protection du secret des affaires » ; - le flicage ahurissant des passager aériens sous prétexte de la lutte contre le terrorisme.

 

Glyphosate. On a dû sabrer le Champagne chez les empoisonneurs ! Les eurodéputés ont en effet voté mercredi 13, en séance plénière, le renouvellement pour encore sept ans de l'autorisation d'utilisation du glyphosate, la molécule très controversée du pesticide phare de Monsanto, le Round Up. Le fait que les « études » sur lesquelles se basent les « experts » européens pour donner cette autorisation restent cachés, parce que conduites, influencées, payées par les entreprises commercialisant les produits à base de glyphosate n'a pas défrisé nos euro députés. Comme ne les a pas gêné le fait que glyphosate et OGM sont intimement liés, la plupart des OGM ayant été créés pour tolérer le glyphosate. Ce qui veut dire que ces OGM sont là non pas pour aider l'agriculture et nourrir la population mondiale pléthorique, mais pour augmenter les ventes de glyphosate. Et les eurodéputés – oubliant que les deux tiers des habitants des cinq plus grands pays de l'Union européenne sont contre l'autorisation du glyphosates - se sont allègrement torché le cul avec la pétition d'un million et demi de signatures demandant son interdiction. Y a bon beurre pour les marchands de poisons : l'utilisation du glyphosate a été multiplié par 260 durant les 40 dernières années…

 

Secret des affaires. La directive concernant la protection du « secret des affaires » a elle aussi été adoptée par une très large majorité par nos euro députés rampants. Ceci quelques jours après le scandale des « Panama papers ». En soi, se doter d'un outil législatif pour lutter contre l'espionnage industriel et le pillage économique dont sont victimes nos entreprises est louable. Mais ce qui l'est moins, c'est que cette directive fait désormais porter la charge de la preuve non plus sur l'entreprise, mais sur le lanceur d'alerte ! On voit bien qui est visé : ceux qui, courageusement, dénoncent les malversations des entreprises. Ils seront désormais passible d'amendes énormes, dissuasives tant pour les enquêteurs que pour les médias. A rapprocher de l'ouverture du procès, le 26 avril au Luxembourg, du lanceur d'alerte Antoine Deltour, qui a révélé les magouilles du Luxembourg, pays de Junker, avec les multinationales installées dans ce drôle de pays.

 

PNR – Fichage des passagers aériens. Il s'agit de collecter les données personnelles de tous les passagers du transport aérien entrant ou sortant de l'U.E. Déjà en vigueur aux Etats-Unis, ce fichage systématique a pour but – ou prétexte – la lutte contre le terrorisme. Selon la proposition de la Commission, 60 catégories de données PNR seraient ainsi enregistrées, notamment les coordonnées, les itinéraires de voyage, les adresses IP des ordinateurs utilisés pour la réservation, les réservations d’hôtel, les numéros de carte de crédit et les préférences alimentaires. On est loin du nom, prénom, adresse. Il s'agit véritablement d'un flicage à grande échelle, d'une intrusion inadmissible dans la vie privé des gens. Pas inadmissible pour les députés européens. Réclamé à corps et à cris par Manuel Valls.

 

Voilà quelques réalités qui devraient nous faire réfléchir sur le fonctionnement de cette Europe – hélas – aussi dévoyée que décevante. Mais que peut-on dire, nous qui envoyons à ce Parlement un ramassis de bras-cassés. Nous dont la délégation la plus importante est celle du Front national. Nous qui nous servons de l'Europe pour recycler nos branquignoles. Nous qui déléguons un Moscovici au poste stratégique de Commissaire européen.


Photo X - Droits réservés

 

09/06/2015

Une directive européenne veut organiser le secret autour de toutes les magouilles d'entreprises !

traités européens dessin de Titom.png

 

 

 

« Le journalisme consiste à publier ce que d’autres ne voudraient pas voir publié : tout le reste n’est que relations publiques. » Orwell.

 

« ...d'autres », c'est-à-dire les lobbys représentants les grandes entreprises et les multinationales font des pieds et des mains pour que les journalistes, ces affreux fouille-merde, se contentent de copier-coller les communiqués de presse, les belles brochures en couleurs données au cours de généreux repas d'information voire de coûteux voyage de presse au soleil !

 

Mais ça ne suffit pas puisqu'il y a parfois quelques « fouille-merde » qui ne se contentent pas de la bouillie pré-mâchée des « services communication » des entreprises. Et ces malotrus ont ainsi révélé au grand public des « broutilles » comme les affaires du Médiator, de l'amiante, du Crédit Lyonnais, des défauts de l'EPR, des magouilles des multinationales au Luxembourg, etc. Pas bon pour les affaires ça, Coco!Pas bon pour les affaires...

 

Alors les dirigeants de ces grands groupes tirent les ficelles de leurs marionnettes politiques pour mettre en place des lois interdisant ou dissuadant les journalistes et les lanceurs d'alerte de dévoiler des pratiques scandaleuses ou des produits dangereux. Tout ceci sous un faux-nez, bien sûr, celui de « protéger le secret des affaires des entreprises ». Ben voyons...

 

En France, une disposition vicelarde de la Loi Macron voulait « protéger le secret des affaires », c'est-à-dire réduire au silence les « fouille-merde ». Une forte mobilisation des journalistes et des syndicats a forcé le gouvernement à retirer cette disposition. Mais la voilà qui revient avec une proposition de directive européenne qui, si elle passe, sera automatiquement retranscrite dans le droit français. Lancée en novembre 2013 par la Commission européenne, cette proposition de directive définit le secret des affaires comme des techniques (procédés de fabrication, recettes, composés chimiques, etc.) ou des informations commerciales (listes de clients, résultats d’études de marketing, etc.) ayant une valeur économique pour l’entreprise. Les dispositions de cette loi destinées, en principe, à contrecarrer les pratiques d'une concurrence sans scrupules ni éthique pourraient en effet être détournées pour empêcher la publication juste et légitime d'informations qui pourraient être dérangeantes...

 

Ce qui veut dire que toute entreprise pourra, selon ses propres critères, décider si une information la concernant a « une valeur économique » et donc pourra ou non être divulguée. Avec pour conséquence de mettre sous le coup de la loi tout journaliste qui pourrait les révéler, avec des dommages et intérêts plus que dissuasifs. Et pour corollaire qu'aucun rédacteur en chef n'osera se mettre dans une situation délictueuse et que les journalistes eux-mêmes pratiqueront à grande échelle l'auto-censure...

 

C'est une loi scélérate car des considérations économiques prévalent ainsi sur l'exigence démocratique de garantir la liberté d'expression et le droit à l'information concernant les pratiques douteuses de certains groupes, entreprises et acteurs économiques ou financiers.

 

Le Parlement européen s’apprête à adopter cette directive scélérate le 16 juin prochain.

 

Mais elle provoque une levée de boucliers. Elle mobilise contre elle une coalition d'ONG dont la Quadrature du Net ou le mouvement Public Citizen, l'ensemble des syndicats français ainsi que la journaliste de France 2 Elise Lucet, pugnace enquêtrice de l'émission « Cash Investigation »

 

Des pétitions tournent contre cette directive.

 



 

http://corporateeurope.org/sites/default/files/attachments/statement_-_eu_trade_secrets_directive_needs_amendments.pdf

https://www.change.org/p/ne-laissons-pas-les-entreprises-dicter-l-info-stop-directive-secret-des-affaires-tradesecrets

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-loi-macron-cimetiere-des-162893

 

 

Illustration: merci à Titom