Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/04/2017

Avenir lourd de menaces dans la Turquie d’Erdogan…

erdogan dictateur de Goutal.jpg

Sortons un peu de notre nombrilisme électoral. En attendant les nôtres d’élections, il y a eu le référendum-plébiscite chez les Turcs. Le sultan local a gagné. Avec des méthodes staliniennes et des bourrages d’urnes bien sûr, mais il a gagné. Pourtant c’est ric-rac : les opposants aux pleins pouvoirs donnés à Erdogan sont sensiblement aussi nombreux que ses partisans. Ce qui risque – soyons optimistes – de compliquer un peu ses ambitions dictatoriales.

Il y a peu encore, Erdogan était encensé par nos « penseurs » qui voyaient en lui le promoteur d’une « démocratie musulmane » sur le mode de nos « démocraties chrétiennes ». Erdogan prouvait, par son efficacité économique et sa rigueur, que l’islamisme était « compatible avec la démocratie ». Sauf que ces naïfs (ou ces imbéciles heureux) oubliaient que si dans nos contrées la séparation entre la politique et la religion était un fait établi et accepté depuis longtemps, il n’en est pas de même chez les mahométans où religion et politique sont une seule et même chose.

Pour Erdogan, la démocratie est un moyen et non une fin. Ce mégalo se voit comme un nouveau sultan et se sent investi d’une double mission  : redonner à l’islam toute sa place en Turquie et redonner à la Turquie, héritière de l’Empire ottoman, son rang dans le monde. Ce qu’il faut avoir présent à l’esprit, c’est que Erdogan hait Mustapha Kemal Atatürk, le père de la Turquie moderne, celui qui a instauré la démocratie, imposé la laïcité, donné le droit de vote aux femmes bien avant la France, celui qui n’hésitait pas à proclamer : « L’islam est un chien puant dont il faut débarrasser la Turquie. » Erdogan, lui, veut que la Turquie redevienne le phare de l’islam : « Nous voulons forger une jeunesse religieuse et moderne […], une jeunesse qui revendique sa religion, son langage, sa sagesse, sa chasteté et ses rancunes ». Et il revendique et fait siennes les paroles ultra-belliqueuses du père du nationalisme turc, Ziya Gökalp : « Les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques et les mosquées nos casernes. »

Ce référendum est le point d’orgue de cet étrange « coup d’État » complètement foiré. En matière de coups d’État, l’armée turque a pourtant un indéniable « savoir-faire » ! Si bien que si l’on n’est pas trop naïf, on peut légitimement penser que ce putsch d’amateurs a été téléguidé par le pouvoir, organisé par quelques officiers manipulés à leur insu par Erdogan et réalisé par quelques milliers de troufions pas très motivés. À la suite de quoi, Erdogan en a réalisé un vrai, lui, de coup d’État, en épurant (selon ses vues à lui) l’armée, l’administration, l’éducation, la magistrature, la justice et tous les corps constitués. Il a réduit au silence tous les médias d’opposition, faisant de la Turquie la plus grande prison de journalistes du monde. Et il a embastillé tous ses opposants. Plus de 40 000 citoyens turcs arrêtés, battus, souvent torturés. Près de cent mille agents de l’État ont été limogés. Parmi eux, au moins treize mille policiers et gendarmes, quatre mille militaires, et presque autant de membres du système judiciaire mais surtout bon nombre d’universitaires, enseignants et intellectuels divers. Et comme les prisons sont pleines, le nazislamiste d’Anatolie veut, dans la foulée de sa « victoire », faire un nouveau référendum pour rétablir la peine de mort.

Et c’est avec ce personnage que l’Europe, dans sa grande faiblesse, doit composer puisqu’elle en a fait le « régulateur » de la venue ou non des trois millions de réfugiés syriens qui survivent en Turquie. On peut penser pourtant que la Turquie est bien plus généreuse que l’Europe en la matière. Frau Merkel, sans consulter ses partenaires européens, est allé se prosterner devant le Sultan, lui promettant – sans aucun mandat pour cela – six milliards d'euros pour qu'il garde les réfugiés chez lui. Et l'autre fait un chantage permanent avec cette arme des « réfugiés ». Mais le dictateur d’Ankara a aussi derrière la tête un objectif sournois et pas très avouable : l’accueil de trois millions de réfugiés syriens, par l’implantation de cette population arabe, peut constituer une population de peuplement des zones frontalières turques à moitié kurde.

Espérons que les évènements actuels vont définitivement stopper cette ineptie monstrueuse que serait l’entrée de la Turquie – et de ses 80 millions de musulmans – dans l’Union Européenne. Mais là, Erdogan va nous donner un coup de main : dans la foulée de sa victoire, il veut organiser un référendum sur l’entrée de la Turquie en Europe. Et là, souhaitons que les Turcs disent « Hayir », « Non ».

 

Illustration: merci à Goutal

 

18/07/2016

Au bistro de la toile : les Pieds Nickelés font un coup d'Etat !

chimulus bistro copie.jpg

 

- Ben dis donc, Victor. Il s’en passe des choses cet été. Et pas très réjouissantes… Chez nous, c’est l’insécurité qui devient la règle. Avec son cortège de méfiance, de suspicion, de risque de dérives. Chez les Yankees, les argousins se font flinguer et chez les Turcs, les troufions sortent de leurs casernes, font un coup d'État… et se font promptement rembarrer puis embastiller par les partisans du sultan!

 

- C’est vrai que ce coup d'État, ça pourrait ressembler à une franche rigolade s’il n’y avait près de 300 morts et, surtout, une répression terrible qui mène ce pays redoutable vers un régime dictatorial. Si les putschistes ont voulu stopper la dérive islamiste d’Erdogan et son autoritarisme, c’est raté. Leur action brouillonne conforte plutôt le pouvoir autocratique de ce mégalo qui se rêve en sultan d’un Empire ottoman ressuscité ! Leur action manquée suite à la descente dans la rue des partisans d’Erdogan semble prouver, au contraire, que celui-ci bénéficie d’un large soutien populaire – ce qui est vrai puisqu’il a été élu démocratiquement.

 

- D’après les images qu’on nous a montrées, les foules descendues dans la rue contre les troufions putschistes étaient surtout composées d’hommes, jeunes, souvent barbus. Bref, la frange radicale, islamiste du pays. Ça ne fait pas un soulèvement populaire global.

 

- Bien observé Loulle. Ce putsch ressemble à une embrouille menée par des incompétents, par les Pieds Nickelés du coup d'État ! Parce qu’en matière de coups d’État, l’armée turque a pourtant un indéniable « savoir-faire » ! Si bien que si l’on n’est pas trop naïf, on peut légitimement penser que ce putsch d’amateurs a té téléguidé par le pouvoir, organisé par quelques officiers manipulés à leur insu par Erdogan, réalisés par quelques milliers de troufions pas très motivés. S’ils avaient vraiment voulu, les putschistes seraient allés, avant tout, arrêter Erdogan qui était en vacances au bord de la Méditerranée, à Gokcek. Au lieu de ça, ils ont fait vrombir quelques avions dans le ciel d’Istanbul, ont envoyés quelques chars d’assaut sur les ponts et devant l’aéroport et fait diffuser un communiqué à la télé. L’autre, comme s’il s’y attendait, a téléphoné à une chaîne de télé privée, comme par hasard pas occupée par les Pieds Nickelés, et appelé ses partisans à descendre dans la rue au moyen de son téléphone portable. Mort de rire ! Ça pue la manip bien huilée !

 

- Effectivement, ce n’est pas très crédible. Mais enfin, il y a eu tout de même 260 morts.

 

- Et tu crois que ça peut arrêter un dictateur, 260 morts ? Au contraire, ça donne de la crédibilité au putsch. Et c’est ce qu’on appelle dans le langage fleuri des « puissants » des dommages collatéraux… Maintenant, l’islamiste Erdogan a les coudées franches pour détruire toutes les avancées laïques d’Atatürk. Celui-ci, fondateur de la Turquie moderne, laïque, avait fait de l’armée la garante de la Constitution et de la Laïcité. Erdogan veut effacer tout ce qui reste de son illustre prédécesseur. Il a commencé une purge gigantesque dans tout ce qui pouvait lui résister. L’armée est épurée comme il dit, de même que la magistrature. Ne resteront que les officiers de son bord et les magistrats qui lui font allégeance. Les autres sont embastillés par le fait du prince (enfin, du sultan), en attendant d’être passés par les armes, puisque ce grand démocrate - amie de Frau Merkel qui se prosterne devant lui - envisage de rétablir la peine de mort. Quant à la presse, celle qui va avoir le droit de s’exprimer sera obligatoirement sous la coupe du pouvoir. Les journalistes les plus critiques sont déjà en taule… La prochaine étape sera de dissoudre le Parlement et de changer la Constitution afin de légitimer sa prise de pouvoir autocratique sur la Turquie.

 

- Après tout, ça les regarde, les Turcs. On a suffisamment de problèmes chez nous pour s’occuper de ceux des autres.

 

- Ne crois pas ça Loulle. La Turquie est en passe d’entrer dans l’Union Européenne. Merkel, de son propre chef, a promis à Erdogan de supprimer les visas pour les Turcs voulant venir en Europe. Elle pompe notre fric – six milliards – pour le refiler à Erdogan. Elle a fait pression sur le Commission européenne pour accélérer les négociations d’admission de la Turquie. J’espère que les évènements actuels vont définitivement stopper cette ineptie monstrueuse que serait l’entrée de la Turquie – et de ses 80 millions de musulmans – dans l’E.U.

 

- Mouais. Comme dit Memet, mon maçon, Erdogan yok taman ! A la nôtre tout de même. Chéréfé arkadech Victor ! Charab çök güzel !

 

 Illustration: merci à Chimulus

07/03/2016

« Türkiye, çok iyi. Erdogan, yok tamam »

erdogan et sa garde prértorienne ottomane.jpg

 

Vingt-huit « Européens » face à un seul Turc. Et c'est le sultan turc qui va leur pomper tout ce qu'il peut, c'est-à-dire beaucoup de fric et des avantages multiples concernant les visas de ses ressortissant vers l'Europe et...la réouverture d'une hypothétique admission au sein du foutoir européen.

 

Le sultan, c'est un dangereux mégalo qui se prend pour Souleiman-le-magnifique. Un dictateur qui embastille les journalistes, qui massacre sa population kurde, qui engage son pays dans une logique de puissance et d'affrontement avec des pays bien plus musclés que le sien. On peut se demander si Erdogan, est encore dans le rationnel quand il défie la Russie – deuxième puissance nucléaire mondiale et gouverné par un rugueux aussi mégalo que lui - dans l'affaire du Sukhoï 24 abattu dans le ciel syrien. Incohérence encore de se comporter comme un supplétif des va-t-en-guerre étasuniens de l'Otan tout en étant complice d'un mouvement djihadiste international hors de contrôle.

 

Dans le confit syrien, Erdogan a une obsession : empêcher par tous les moyens la création d'un État national kurde à ses portes. D'où les bombardements des kurdes syriens et irakiens, les seuls qui luttent victorieusement contre des fous de Daech. D'où l'alliance sournoise mais réelle avec ces derniers auxquels les Turcs procurent des armes, soignent leurs blessés, achètent le pétrole... Sans oublier une rivalité de puissance avec l'Iran revenant sur la scène internationale.

 

Est-ce cohérent de la part de l'islamiste Erdogan de prendre des risques disproportionnées pour sa sécurité intérieure en faisant de ses frontières Sud une véritable autoroute du djihadisme international ?

 

Est-ce cohérent – après cinq ans de guerre - de faire le pari irréaliste du renversement du régime légal de Bachar El Assad qui déboucherait inéluctablement sur une partition de la Syrie… Et donc, très logiquement, vers la création d'une nouvelle entité autonome kurde à ses frontières ?

 

Il est mégalo le Turc, mais il a le beau rôle puisqu'il en face de lui une Europe molle, sans forces, grasse larve à sucer jusqu'à la moelle. La nouvelle donne migratoire et son flux continu de réfugiés syriens et irakiens traversant les frontières turques ont été opportunément récupérés par Ankara comme un formidable moyen de pression sur l'Europe. Et ce chantage marche : outre l'aide de 3 milliards pour le maintien des ré »fugiés sur son sol, le sultan d'Ankara a obtenu une reprise inespérée des négociations d’adhésion à l'Europe (alors que les peuples européens n'en veulent pas) et la prochaine levée des visas pour les ressortissants turcs dans l'espace Schengen.

 

Le Souleiman d'entrée de gamme a derrière la tête un objectif sournois et pas très avouable : l'accueil de trois millions de réfugiés syriens, par l'implantation de cette population arabe, peut constituer une population de peuplement des zones frontalières turques à moitié kurde.

 

Il est peut-être un peu « fada » le « sultan » Erdogan, mais il a le sens des affaires. Ainsi le foutoir en Syrie et en Irak a permis la mise en place de toute une économie de contrebande pétrolière et de biens de consommation. D'ailleurs des « mauvaises langues » laissent entendre que le propre fils et le gendre d'Erdogan compteraient parmi les premiers bénéficiaires de ce trafic. Un trafic lucratif estimé en milliards de dollars et qui expliquerait peut-être l'intérêt du sultan Erdogan à voir se perpétuer encore la guerre à ses frontières….

 

Voilà avec qui les « 28 » vont devoir marchander la garde des frontières de l'espace Schengen et l'éventuel retour des migrants clandestins envoyés à flot continu en Grèce par les trafiquants d'être humains turcs, au vu et au su des autorités complices.

 

Bon courage !

 

 

Photo X - Droits réservés

10/12/2015

Le loup d’Anatolie en Europe ?

loup turc.jpg

Pendant les gesticulations électorales, « l’invasion » continue. Et les barrières frontalières s’érigent à tour de bras. Croatie, Slovénie, Autriche, etc. Ah ! Elle est belle la frontière de l’Europe de Schengen ! Une frontière qui a laissé passer dans le flux des migranvahisseurs non seulement deux des tueurs de Paris mais qui a laissé circuler librement tous les autres assassins reconnus de ce novembre noir ! Des Français et des Belges…

 

Alors qu’est-ce qu’elle fait l’Union Européenne, paniquée par l’afflux torrentiel de migrants aux dents longues attirés par les promesses ahurissantes de Frau Merkel d’accueillir dans la seule Allemagne un million de « réfugiés » par an. Non pas par bonté d’âme, mais pour satisfaire son patronat avide de main d’œuvre docile et sous payée ; et accessoirement remplacé les ventres stériles et couilles sèches de ses compatriotes ? Qu’est-ce qu’elle fait ? Elle se prosterne devant le sultan Erdogan et lui verse un tribut de trois milliards d’euros ! Pour que celui-ci garde chez lui les millions de réfugiés qui se ruent vers le ventre gras de l’Europe molle… Il fera…ou pas ! En plus du fric, le sultan a obtenu des Débileuropéens un assouplissement du régime des visas pour les Turcs désirant venir en Europe et – cerise sur le halva – la relance du processus d’adhésion de la Turquie à l’U.E.

 

Non mais vous vous imaginez ? 80 millions de Turcs musulmans en Europe ! Avec à leur tête un dictateur qui joue sur deux tableaux : membre de l’Otan et allié de Daech. Une Turquie bien loin du pays moderne et ouvert de Kémal, ayant balayé tous les acquis du kémalisme laïque, en pleine régression islamiste à marche forcée. Un pays en proie à une guerre civile contre les Kurdes, avec des difficultés économiques qui se font jour et vont s’aggraver avec les représailles économiques russes (énergie, tourisme). Un pays occupant illégalement une partie d’un membre de l’U.E. (Chypre). Un pays en passe d’être en guerre ouverte avec la Russie ! Un pays qui, s’il adhérait à l’Europe, mettrait les frontières de celle-ci voisines immédiates de pays aussi « stables » que la Syrie, l’Azerbaïdjan, l’Irak, l’Arménie, la Géorgie, l’Iran… L’adhésion de la Turquie profiterait surtout aux Turcs qui – pays le plus peuplé de ce nouvel ensemble – passerait devant l’Allemagne et bien sûr la France en terme de votes au Conseil européen et de représentants au Parlement de Strasbourg. Quant au couple franco-allemand ( ??!!) il deviendrait un couple turco-allemand… Et on laisserait entrer le « kurt » (le loup) d’Anatolie dans la bergerie européenne ? Aux fous !

drapeau européen turc.png

Au fait, sont-ce vraiment les oligarques de l’U.E. qui veulent la Turquie en Europe ? On peut en douter puisque, selon tous les sondages, 67 % des Européens sont hostiles à l’entrée de la Turquie dans l’Union. Mais que pèse la volonté populaire à Bruxelles ? A Bruxelles ? Ou plutôt à Washington. Car ce sont les Etazuniens qui font le forcing pour cette intégration contre nature, afin de parfaire leur mainmise totale sur l’Europe en faisant correspondre les frontières de celle-ci avec l’Otan, instrument militaro-industriel guerrier au seul service de la des multinationales et des banksters Yankee.

 

Les Etazuniens sont persuadés que Dieu ( ??!!) a créé les Etats-Unis pour donner l’exemple et diriger le monde ! La stratégie des Tarétazuniens pour cela s’appuie sur une force militaire écrasante (le seul budget militaire étazunien est égal à la somme de tous les budgets militaires du reste du monde) et sur un contrôle des océans Atlantique et Pacifique grâce à un réseau de bases militaires réparties dans le monde entier. L’Europe, dans ce schéma, doit rester faible, morcelée en le plus d’états concurrents possible, sans politique commune et surtout sans armée. Ce qu’illustrent les avancées belliqueuses de la pieuvre Otan.

 

Turquie, Etats-Unis… Avec des « amis » pareils, pas besoin d’ennemis !

 

 

 Illustrations X - Droits réservés

18/10/2015

Ouiquinde gastronomique anatolien

cuisses de femmes kadinbudukofte.jpg

 

 

Les KADINBUDU KOFTE (boules de viandes "cuisses de femme")

 

 

 

On sait être coquin du côté du Bosphore

Faire vibrer les sens et jubiler les corps,

Car au pays du grand Nasr Eddin Hodja

- Ce savoureux poète, celui qui érigea

Dans son œuvre subtile un monument d’humour

Où bon sens, paillardise riment avec amour –

On aime conjuguer les plaisirs de la table

Avec ceux du divan, tout aussi agréables.

C’est ainsi que l’on mange, près du pont Galata

Les « cuisses de jolies femmes » : Kadinbudu kofte.

 

Faites cuire à grande eau un grand verre de riz

Et préparez le reste durant le temps qu’il cuit :

Emincez une oignon de taille convenable,

Hachez une livre de bœuf de bonne étable

Malaxez à la main tout en incorporant

Une cuillère à soupe de baies qui, au Levant

Portent le nom de kuş uzumu, à défaut

Mettez des baies de myrtes ; ça c’est une info

Me venant d’une Étoile qui connaît le pays

Pour y avoir vécu, et aimé, et joui !

Ajoutez une cuillère à café de piments

Rouges, des pignons ; salez normalement

Puis une cuillerée de poudre de cannelle

Du persil, de l’aneth pour le goût sensuel,

Vous ajoutez un œuf puis le riz égoutté

Malaxez bien le tout ; avec un doigt, goûtez,

Remontez en épices si c’est indispensable

Enfin confectionnez sur le bord de la table

Des fuseaux allongés comme cuisses de femmes

Objets de nos désirs autant que de nos flammes.

Puis dans deux œufs battus vous passez les boulettes

Un peu de chapelure et les cuisses sont prêtes.

Faites-les frire à l’huile et servez sans maraude :

Les cuisses les meilleures sont toujours les plus chaudes !

Cessons pour aujourd’hui ces contes culinaires,

Ma tripe est assoiffée, remplis ras bord mon verre

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

Ingrédients et proportions pour six personnes :

 1/2kg de viande de bœuf hachée, 1 verre à thé (100 ml) de riz, 1 oignon de taille moyenne, 1 cuillère à soupe de pignons, 1 cuillère à soupe de kuş uzumu (C'est très petit, rond et noir. C’est une petite baie comme la myrte. Les Turcs l’utilisent séchée), 1 cuillère à thé de piment rouge, 1 cuillère à thé de cannelle, 1 cuillère à café de sel,1 œuf, un peu d’aneth et un peu de persil. Pour couvrir les boules avant de les frire: 2 œufs battus et de la chapelure.

 

Boissons conseillées :

 Bien sûr le thé si on veut se la jouer à l’orientale… mais on n’est pas obligé ! Les Turcs aiment bien le "tcharab", qu'il soit rouge, blanc ou rosé !

Ce plat parfumé et relevé s’accorde parfaitement avec des vins rosés frais, soyeux et parfumés comme…des cuisses de femmes.

 

Photo X - Droits réservés

 

16/10/2015

Au bistro de la toile : Turquie, migrants, Europe.

Buveurs pour net.jpg

 

 

- T’as vu Victor. On est sauvé : les « Zeuropéens » réunis à Bruxelles sont en passe de résoudre le problème des migrants…

 

- Ben voyons ! Ils étaient 28. C’est ce qu’ils appellent le Conseil européen. Et ils ont accouché d’une souris… La souris, c’est de vagues accords avec la Turquie concernant les migrants. Á la louche, l’Europe va refiler 1 milliard à la Turquie de ce grand « démocrate » d’Erdogan pour que celui-ci retienne quelque peu les migrants qui se servent de son pays pour passer en Europe, avec la complicité du gouvernement et de la population, contents de nous refiler la patate chaude.

 

- Attends, c’est un peu normal non ? Il y en a 2 millions de ces migrants en Turquie. Alors que les Turcs les incitent et les aident à dégager, vers l’Europe, ça se comprend, non ?

 

- Bien sûr. Mais la Turquie d’Erdogan est un peu responsable du bordel en Syrie car elle joue un double jeu avec les tueurs d’allah de l’Etat islamique : elle leur refile des armes, elle soigne ses blessés, elle leur achète leur pétrole, etc. Á côté de ça elle les « bombarde ». Enfin, elle fait semblant. Elle envoie 1 bombinette sur les tueurs d’allah, après les avoir prévenu, et 10 sur ses opposants kurdes !

 

- Alors c’est quoi ces accords ?

 

- Ben, contre un peu de pognon, elle va être plus stricte sur le passage clandestin des migrants vers l’Europe. En échange, l’Union européenne va faciliter grandement l’obtention de visas pour les citoyens turcs désireux de venir s’établir en Europe. Et – cerise sur le turban – on va rouvrir le dossier de l’adhésion de la Turquie à l’Europe, mis un peu en veilleuse. La Turquie en Europe, faut voir ce que ça implique Loulle.

 

- Explique.

 

- Eh bien si c’était déjà le cas, tous les réfugiés et les migrants entrant en Turquie depuis la Syrie, mais aussi l’Afghanistan, le Pakistan et autres pays sympathiques, seraient immédiatement en Europe, et donc autorisés à se déplacer partout dans l’Union. Plus besoin de risquer sa peau avec les barcasses pourries des passeurs mafieux… Le million et demi que maman Angela veut accueillir chaque année en Germanie ferait beaucoup de petits !

Si c’était déjà le cas, l’Europe aurait des frontières directes avec la Syrie, mais aussi l’Irak, l’Iran, l’Arménie, la Géorgie. Rien que des pays où la paix et la tranquillité ne sont pas évidentes ! Sans oublier la Russie en face, sur la Kara Déniz (la mer noire)…

Si c’était déjà le cas, la Turquie serait le pays le plus peuplé d’Europe avec 80 et quelques millions d’habitants et une démographie vigoureuse. Elle pèserait donc plus lourd que tous les autres quant aux décisions communes.

Si c’était déjà le cas, la religion musulmane représenterait entre 120 et 130 millions de « croyants » plus ou moins salafistes. Bonjour la déjà difficile à trouver « identité européenne » !

Sans oublier le pognon que nous a déjà coûté la Turquie dans le cadre de sa « pré-adhésion » : 6 milliards.

 

- Mouais… On n’y est pas encore.

 

- Ne crois pas ça. L’Union Européenne ressemble de plus en plus à une sorte de monstre géant dont l’organisation du pouvoir et les procédures de prises de décision demeurent opaques. On a progressivement abouti au fil du temps à une organisation oligarchique qui ne dit pas son nom et dont les compétences supranationales s’imposent de toute façon aux Etats qui en sont membres, l’exemple de l’intégration forcée de la Turquie le démontre. On agit en fonction d’objectifs politiques et idéologiques qui ne tiennent nullement compte de l’intérêt des citoyens de l’Union car tout indique que cette intégration se révèlera extrêmement coûteuse et problématique à tous les niveaux et qu’elle provoquera chez les membres de l’UE une dénaturation du sentiment de conscience européenne qui pouvait encore subsister… Mais toutes ces objections pertinentes, les instances européennes n’en ont rien à foutre et décident de passer en force, vaille que coûte ! Les Grecs ont payés – et paient – pour le savoir !

 

- Allez, zoù ! A la nôtre !

 

08/06/2015

Au bistro de la toile : ça rame sur Erdogan, ça rame sur Montebourg !

chimulus bistro copie.jpg

 

- T'as vu Victor, on s'est fait branler par les Belges !

 

- Á quoi ? A la bière ? Leurs bibines sont indéniablement meilleures que les nôtres.

 

- Non. Au foot.

 

- Ah bon ? Peut-être mais nous on a les meilleurs rameurs du monde !

 

- ???!!!

 

- Ben ouais Loulle. Tiens, je viens juste d'entendre sur France Inter deux rameurs de la plus belle eau. Le premier, c'est l'inénarrable Guetta, le second le ministre Le Foll. On a là une équipe de niveau olympique !

 

- Précise.

 

- D'abord Guetta. Le Maud de Fontenoy de la pagaie ! L'Atlantique ou le Pacifique à la rame, c'est un pissat de lapin pour lui. Ce type a fait pendant des années des pipes à Erdogan, le nazismamiste turc. A entendre Guetta, Erdogan prouvait, par son efficacité économique et sa rigueur, que l'islamisme était « compatible avec la démocratie ». Ce qu'il a zappé, Guetta, c'est que pour Erdogan, la démocratie est un moyen et non une fin. C'est qu' Erdogan se voit comme un nouveau sultan et se sent investi d’une double mission : redonner à l’islam toute sa place en Turquie et redonner à la Turquie, héritière de l’Empire ottoman, son rang dans le monde. C'est qu' Erdogan hait Mustapha Kemal Atatürk, le père de la Turquie moderne, celui qui a instauré la laïcité, donné le droit de vote aux femmes bien avant la France, celui qui n'hésitait pas à proclamer : « L'islam est un chien puant dont il faut débarrasser la Turquie. » Ce qu'il ne veut pas savoir, le pauvre Guetta, c'est qu' Erdogan veut que la Turquie redevienne le phare de l'islam : «Nous voulons forger une jeunesse religieuse et moderne […], une jeunesse qui revendique sa religion, son langage, sa sagesse, sa chasteté et ses rancunes». Ce qu'il ne veut pas entendre, Guetta, ce sont ces paroles ultra belliqueuses du père du nationalisme turc, Ziya Gökalp, reprises par Erdogan : «Les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques et les mosquées nos casernes.»

Alors le Guetta,devant la relative défaite d' Erdogan aux élections législatives de ce dimanche, il rame, il rame ! Il rame autant que les Shadok pompaient... Eh ! Repose-toi, Nanard, tu vas avoir de la peau morte sur les pognes, déjà que t'en a sur la langue à force de... Bref !

 

- Et l'autre rameur, Victor ?

 

- Le Foll ! Lui aussi fait l'admiration des connaisseurs. Á l'entendre, le congrès du Parti socialiste fut un éclair de génie au milieu de la brume ambiante ! Un congrès sérieusement étrillé par Montebourg et Pigasse : « Hébétés, nous marchons droit vers le désastre. C’est la démocratie qui est cette fois menacée ». « L’absurde conformisme bruxellois » de la politique de l’exécutif « est devenu une gigantesque fabrique à suffrages du Front national », accusent notamment les duettistes du, non-conformisme péhessien ! Et ils en rajoutent : « Au fil des alternances, les Français votent en conscience pour la “rupture” ou le “changement” mais s’aperçoivent que la politique économique — donc européenne — qui s’ensuit est toujours la même. Tout président élu commence par aller faire ses génuflexions à Berlin puis à Bruxelles, enterrant en 72 heures ses engagements de campagne. »

 

- Eh vlan ! Passe-moi l'éponge !

 

- Il en a besoin, Le Foll, pour s'essuyer le front tellement ça le fait suer de ramer, de ramer, de ramer ! Et le journaliste de France-Inter lui redonne de l'élan en lui mettant sous le nez d'autres propos de Montebourg et Pigasse : « Ceux qui nient l’existence de l’austérité en prétendant que les salaires n’ont pas baissé (heureusement !) doivent ouvrir les yeux sur les pertes réelles et sérieuses de revenus pour les Français moyens : cette politique répand la colère, le dépit, la violence chez des millions de nos concitoyens qui s’estiment bernés, trahis et abandonnés. »(.../...)« Est-il encore possible de sauver ce quinquennat et de le rendre enfin utile à notre pays ? Est-il encore possible d’éviter le désastre politique et moral pour cette gauche de gouvernement qui semble avoir abandonné la France ? Oui, nous croyons qu’il n’est pas trop tard pour encore agir et engager enfin une politique différente et innovante. Il suffirait que nos dirigeants ouvrent leurs yeux sur le précipice qu’ils ont ouvert sous nos pieds (et les leurs) ».

 

- Et Le Foll rame toujours... Á la nôtre !

 

- Á la notre, et à la santé des rameurs !

 

Illustration : merci à Chimulus

 

12/04/2015

Ouiquinde gastronomique: les cuisses de femmes !

cuisses de femmes kadinbudukofte.jpg

 

 

Les KADINBUDU KOFTE

(boules de viandes "cuisses de femme")

 

 

 

On sait être coquin du côté du Bosphore

Faire vibrer les sens et jubiler les corps,

Car au pays du grand Nasr Eddin Hodja,

Ce savoureux poète, celui qui érigea

Dans son œuvre subtile un monument d’humour

Où bon sens, paillardise riment avec amour,

On aime conjuguer les plaisirs de la table

Avec ceux du divan, tout aussi agréables.

C’est ainsi que l’on mange, près du pont Galata

Les « cuisses de jolies femmes » : Kadinbudu kofta.

 

Faites cuire à grande eau un grand verre de riz

Et préparez le reste durant le temps qu’il cuit :

Émincez une oignon de taille convenable,

Hachez une livre de bœuf de bonne étable

Malaxez à la main tout en incorporant

Une cuillère à soupe de baies qui, au Levant

Portent le nom de kuş uzumu, à défaut

Mettez des baies de myrtes ; ça c’est une info

Me venant d’une Étoile qui connaît le pays

Pour y avoir vécu, et aimé, et joui !

Ajoutez une cuillère à café de piments

Rouges, des pignons ; salez normalement

Puis une cuillerée de poudre de cannelle

Du persil, de l’aneth pour le goût sensuel,

Vous ajoutez un œuf puis le riz égoutté

Malaxez bien le tout ; avec un doigt, goûtez,

Remontez en épices si c’est indispensable

Enfin confectionnez sur le bord de la table

Des fuseaux allongés comme cuisses de femmes

Objets de nos désirs autant que de nos flammes.

Puis dans deux œufs battus vous passez les boulettes

Un peu de chapelure et les cuisses sont prêtes.

Faites-les frire à l’huile et servez sans maraude :

Les cuisses les meilleures sont toujours les plus chaudes !

Cessons pour aujourd’hui ces contes culinaires,

Ma tripe est assoiffée, remplis ras bord mon verre

De ce divin "tcharab" de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

Ingrédients et proportions pour six personnes :

1/2kg de viande de bœuf hachée, 1 verre à thé (100 ml) de riz, 1 oignon de taille moyenne, 1 cuillère à soupe de pignons, 1 cuillère à soupe de kuş uzumu (C'est très petit, rond et noir. C’est une petite baie comme la myrte. Les Turcs l’utilisent séchée), 1 cuillère à thé de piment rouge, 1 cuillère à thé de cannelle, 1 cuillère à café de sel,1 œuf, un peu d’aneth et un peu de persil. Pour couvrir les boules avant de les frire: 2 œufs battus et de la chapelure.

 

Boissons conseillées :

Bien sûr le thé si on veut se la jouer à l’orientale… mais on n’est pas obligé. Ce plat parfumé et relevé s’accorde parfaitement avec des vins rosés frais, soyeux et parfumés comme…des cuisses de femmes.

 

Photo X - Droits réservés

 

**************************

 

C'est le printemps :

Savourez un sulfureux Voyage

livre,chiloum

Livre classique ICI !

ou e-book  LA !

Mieux encore:

Feuilletez-le gratos ICI !

15/02/2015

Ouiquinde gastronomique turc

 

femme au vent.jpg

Katy

 

J’ai rencontré Katy sur un paquebot turc

Qui reliait Marseille au pays d'Atatürk

Longue, fine, élancée, androgyne et très blonde,

En voyage de noce elle courait le monde.

 

Un regard prometteur longuement échangé,

Deux verres de raki, près du bar, partagés,

Et nous nous retrouvons, sans parole inutile,

Sur le pont, envoûtés, commençant une idylle.

 

Je cueille sur ses lèvres un baiser épicé,

Je roule entre mes doigts ses petits seins dressés

Elle m’offre, cambré, le bas de son échine

 

Et nous faisons l’amour, au rythme des machines

Nous grimpons, enlacés, vers le septième ciel

Croquant à belles dents dans sa lune de miel !

 

 

Les “ Dolma yalanci ” – Les feuilles de vignes farçies

 

Le mari de Katy, un pasteur anglican

Pratiquait avec flegme une juste devise :

“ Mieux vaut une participation sur un volcan

Que l’exclusivité d’une froide banquise ! ”

Nous nous sommes aimés de fougue et d’abondance

De Marseille à Capri, du Pirée à Byzance,

Au hasard des recoins du bateau haletant

Toujours sur le qui-vive et pressés par le temps,

Sur des bâches pliées, sur des tas de cordages,

Mais surtout dans les chaloupes de sauvetage.

Grand, solide et rougeaud, le regard ironique,

Le pasteur buvait sec du rhum de Martinique

Il connaissait les hommes, les femmes et le péché

Et savait que Katy, sa belle amourachée

Lui reviendrait bientôt, et sans perdre la boule,

Sitôt que le bateau atteindrait Istamboul…

Le pasteur généreux, grand seigneur, m’invita

Dans un resto flottant, sous le pont Galata,

Il reprit possession, avec verve et humour

De sa volage épouse, de sa poupée d’amour,

Et la gorge serrée, je dus rendre les armes

Quand Katy me quitta, sans verser une larme…

- Eh ! Victor, ici bas, chacun porte sa croix,

Et souvent, le cocu n’est pas celui qu’on croit !

Il t’a bien fait marron, le serviteur de dieu !

Mais qu’avez-vous mangé comme repas d’adieu ?

- Un plat oriental, les “ Dolma yalanci ”,

On connaît : ce sont les feuilles de vignes farcies.

Tu fais blanchir trente secondes,

Dans de l’eau bouillante et salée,

Des feuilles de vignes que tu émondes

Des nervures et parties talées.

Tu les sèches sur du sopalin

Et tu te bois un coup de vin.

Tu colores un oignon et de l’agneau haché

Dans de l’huile d’olive sans laisser attacher,

Un verre de riz sec, laisse prendre du goût,

Puis recouvre d’un doigt d’eau, citronnée surtout.

Laisse cuire dix minutes, rajoute des raisins

Secs trempés, égouttés, cannelle, pignons de pin,

Sale, poivre, cuis à absorber le liquide,

Vide ton verre plein et plains ton verre vide.

Dispose cette farce sur tes portions de feuilles

Roule-les en cylindres, c’est fait en un clin d’œil,

Et pour ne pas qu’ils s’ouvrent, avec un cure-dent

Tu rapproches les bords et tu piques dedans.

Dans le fond d’une poêle, met ces petits rouleaux,

Un peu d’huile d’olive, un demi verre d’eau,

Et fais cuire à feu doux, vingt minutes à couvert.

C’est un plat délicieux, qui rend les hommes verts !

Á nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour

A la beauté des femmes, au vin et à l’amour !

 

JVJ

 

 

Photo X - Droits réservés

 

 

 

16/11/2014

Ouiquinde gastronomique au Bosphore

femme magritte.jpg

 

 

On sait être coquin du côté du Bosphore
Faire vibrer les sens et jubiler les corps,
Car au pays du grand Nasr Eddin Hodja
Ce savoureux poète, celui qui érigea
Dans son œuvre subtile un monument d’humour
Où bon sens, paillardise riment avec amour,
On aime conjuguer les plaisirs de la table
Avec ceux du divan, tout aussi agréables.
C’est ainsi que l’on mange, près du pont Galata
Les « cuisses de jolies femmes » : Kadinbudu kofta.

Faites cuire à grande eau un grand verre de riz
Et préparez le reste durant le temps qu’il cuit :
Emincez une oignon de taille convenable,
Hachez une livre de bœuf de bonne étable
Malaxez à la main tout en incorporant
Une cuillère à soupe de baies qui, au Levant
Portent le nom de kuş uzumu, à défaut
Mettez des baies de myrtes ; ça c’est une info
Me venant d’une Etoile qui connaît le pays
Pour y avoir vécu, et aimé, et joui !
Ajoutez une cuillère à café de piments
Rouges, des pignons ; salez normalement
Puis une cuillerée de poudre de cannelle
Du persil, de l’aneth pour le goût sensuel,
Vous ajoutez un œuf puis le riz égoutté
Malaxez bien le tout ; avec un doigt, goûtez,
Remontez en épices si c’est indispensable
Enfin confectionnez sur le bord de la table
Des fuseaux allongés comme cuisses de femmes
Objets de nos désirs autant que de nos flammes.
Puis dans deux œufs battus vous passez les boulettes
Un peu de chapelure et les cuisses sont prêtes.
Faites-les frire à l’huile et servez sans maraude :
Les cuisses les meilleures sont toujours les plus chaudes !
Cessons pour aujourd’hui ces contes culinaires,
Ma tripe est assoiffée, remplis ras bord mon verre
De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône
Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

KADINBUDU KOFTE.jpg



Ingrédients et proportions pour six personnes :
1/2kg de viande de bœuf hachée, 1 verre à thé (100 ml) de riz, 1 oignon de taille moyenne, 1 cuillère à soupe de pignons, 1 cuillère à soupe de kuş uzumu (C'est très petit, rond et noir. C’est une petite baie comme la myrte. Les Turcs l’utilisent séchée), 1 cuillère à thé de piment rouge, 1 cuillère à thé de cannelle
1 cuillère à café de sel,1 œuf, un peu d’aneth et un peu de persil. Pour couvrir les boules avant de les frire:
2 œufs battus et de la chapelure.

Boissons conseillées :
Bien sûr le thé si on veut se la jouer à l’orientale… mais on n’est pas obligé !
Ce plat parfumé et relevé s’accorde parfaitement avec des vins rosés frais, soyeux et parfumés comme…des cuisses de femmes. N'oubliez pas, messieurs, que le vin n'est jamais autant aphrodisiaque que lorsque ce sont les femmes qui le boivent!

 

Illustrations: Magritte -  photo X - droits réservés

03/06/2013

Au bistro de la toile : revue de presse.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Alors Loulle, les nouvelles aujourd’hui ?

 

- Ben, les Zuhèmepets ont besoin de prendre des cours du soir pour apprendre la démocratie, viscéralement inexistante dans leur parti. La grande rigolade de leur primaire en est une illustration !

 

- Ils en sont émouvants de connerie. Mais cette aversion pour la démocratie interne, de la part de ceux qui sont censés être les représentants, les guides, les modèles du peuple en matière de démocratie est tout sauf rassurant. Parce que c’est une constante dans les partis dits de gouvernements. Qu’on se rappelle les mascarades aux P.S. lorsque Ségolène s’est fait voler sa victoire pour la tête de ce parti…

 

- Ah ! Puis il y a les allocs. Faut-il les raboter pour les plus aisés ? Faut-il réduire le quotient familial ? Il parait que Normalou et Tranquilou ont pris leur décision. On verra à quelle sauce les parents « riches » seront bouffés.

 

- Je pense que la plupart de ces ménages « zézés » ne feront pas trop la gueule, ne serait-ce que par civisme. Le danger serait de casser le côté universel des prestations familiales, autrement dit de moduler le montant des allocs en fonction des revenus. Sur le plan de la justice, il n’y aurait évidemment rien à dire, mais ce serait sinon ouvrir, du moins entrouvrir la porte au démantèlement de toutes les prestations sociales. Pourquoi ne pas, dès lors, moduler les remboursements des prestations santé en fonction des moyens des citoyens ? Résultats à craindre : les riches obligés de s’assurer dans le privé pour contrebalancer la carence de la Sécu. Dès lors la santé à deux vitesses serait la réalité : une médecine pointue pour ceux qui auraient les moyens de se payer des assurances privés solides, une médecine au rabais pour les autres… Et pareil pour les retraites : la capitalisation à la place de la répartition. Le rêve des assureurs privés.

 

- Je ne voyais pas les choses sous cet angle, mais ça se tient. Ah ! Et puis, à l’international, il semble qu’on assiste au début du « printemps turc » !

 

- Ça, c’est vraiment rafraichissant ! Les Turcs sont un peuple moderne, démocratique et surtout laïc depuis Mustapha Kémal Atatürk qui n’a pas hésité à débarrasser le pays du joug de l’islam, à coups de pieds au cul si nécessaire. Or le gouvernement actuel – démocratiquement élu et réélu, c’est vrai – a pris au fil des mandats une tendance totalitaire. Et les succès économiques indéniables ne peuvent faire accepter au peuple le culbénitisme de ces gouvernements islamo-conservateurs qui prétendent « redonner à la religion sa place prépondérante », dixit Erdogan. C’est le retour du voile pour les femmes, l’interdiction de l’alcool, la persécution des journalistes, la main mise sur la presse, et. Les Turcs ne sont pas plus cons que nous : ils ne veulent ni du retour de leurs curés à eux, les imams, dans leur chambre à coucher, ni d’un régime dictatorial !

 

- Bon. Alors trinquons à leur succès !

 

 

Quintidi 15 Prairial 221

 

Merci à Chimulus

 

****************************

 

Ecoute ! Ecoute !

 

 

 

La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, beaucoup de gens paraissent brillants jusqu'à ce qu'ils ouvrent leur gueule...

20/05/2012

Gastronomie érotique: Katy et les feuilles de vignes farçies

 

femme au vent.jpg

Katy


J’ai rencontré Katy sur un paquebot turc

Qui reliait Marseille au pays d'Atatürk

Longue, fine, élancée, androgyne et très blonde,

En voyage de noce elle courait le monde.

 

Un regard prometteur longuement échangé,

Deux verres de raki, près du bar, partagés,

Et nous nous retrouvons, sans parole inutile,

Sur le pont, envoûtés, commençant une idylle.

 

Je cueille sur ses lèvres un baiser épicé,

Je roule entre mes doigts ses petits seins dressés

Elle m’offre, cambré, le bas de son échine

 

Et nous faisons l’amour, au rythme des machines

Nous grimpons, enlacés, vers le septième ciel

Croquant à belles dents dans sa lune de miel !

 

 

Les “ Dolma yalanci ” – Les feuilles de vignes farçies

 

Le mari de Katy, un pasteur anglican

Pratiquait avec flegme une juste devise :

“ Mieux vaut une participation sur un volcan

Que l’exclusivité d’une froide banquise ! ”

Nous nous sommes aimés de fougue et d’abondance

De Marseille à Capri, du Pirée à Byzance,

Au hasard des recoins du bateau haletant

Toujours sur le qui-vive et pressés par le temps,

Sur des bâches pliées, sur des tas de cordages,

Mais surtout dans les chaloupes de sauvetage.

Grand, solide et rougeaud, le regard ironique,

Le pasteur buvait sec du rhum de Martinique

Il connaissait les hommes, les femmes et le péché

Et savait que Katy, sa belle amourachée

Lui reviendrait bientôt, et sans perdre la boule,

Sitôt que le bateau atteindrait Istamboul…

Le pasteur généreux, grand seigneur, m’invita

Dans un resto flottant, sous le pont Galata,

Il reprit possession, avec verve et humour

De sa volage épouse, de sa poupée d’amour,

Et la gorge serrée, je dus rendre les armes

Quand Katy me quitta, sans verser une larme…

- Eh ! Victor, ici bas, chacun porte sa croix,

Et souvent, le cocu n’est pas celui qu’on croit !

Il t’a bien fait marron, le serviteur de dieu !

Mais qu’avez-vous mangé comme repas d’adieu ?

- Un plat oriental, les “ Dolma yalanci ”,

On connaît : ce sont les feuilles de vignes farcies.

Tu fais blanchir trente secondes,

Dans de l’eau bouillante et salée,

Des feuilles de vignes que tu émondes

Des nervures et parties talées.

Tu les sèches sur du sopalin

Et tu te bois un coup de vin.

Tu colores un oignon et de l’agneau haché

Dans de l’huile d’olive sans laisser attacher,

Un verre de riz sec, laisse prendre du goût,

Puis recouvre d’un doigt d’eau, citronnée surtout.

Laisse cuire dix minutes, rajoute des raisins

Secs trempés, égouttés, cannelle, pignons de pin,

Sale, poivre, cuis à absorber le liquide,

Vide ton verre plein et plains ton verre vide.

Dispose cette farce sur tes portions de feuilles

Roule-les en cylindres, c’est fait en un clin d’œil,

Et pour ne pas qu’ils s’ouvrent, avec un cure-dent

Tu rapproches les bords et tu piques dedans.

Dans le fond d’une poêle, met ces petits rouleaux,

Un peu d’huile d’olives, un demi verre d’eau,

Et fais cuire à feu doux, vingt minutes à couvert.

C’est un plat délicieux, qui rend les hommes verts !

A nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour

A la beauté des femmes, au vin et à l’amour !


JVJ


in Le bonheur grâce à la cuisine de l'amour



Duodi 2 Germinal 220


Photo X - Droits réservés

 


 

12/06/2009

Et de quoi il se mêle Obama ? Sur la Turquie, sur le voile…

drole-018.jpg



Je n’ai jamais succombé à l’obamania. Ce monsieur a été élu par le pognon des banquiers et il reste un Etazunien. Et ce qui me gonfle les aliboffis, c’est lorsqu’il se mêle de vouloir nous faire la leçon concernant l’intégration de la Turquie en Europe (C’est NOTRE problème Mooossieur Obama) aussi bien que concernant le voile (...et notre Phénix de Neuilly de secouer la tête d'acceptation, comme un âne!).

A ce sujet, voilà le communiqué publié par l’excellente association « Ni Putes Ni Soumises ».


« En attaquant la laïcité et en défendant le port du voile, le Président des Etats-Unis, dans son discours au Caire, a mis à mal le combat de millions de femmes qui paient de leur vie tous les jours pour sortir de la violence des fondamentalistes. Le président Obama nous réduit ainsi toutes au silence.

Le Mouvement Ni Putes Ni Soumises condamne les propos d’un autre temps du Président Américain. La réconciliation dont il fait la promotion ne peut se faire sans les femmes. Réduire le dialogue des civilisations à un dialogue inter-religieux, c’est encore une fois instrumentaliser les femmes.

Le rapprochement entre les Etats-Unis et les pays arabo-musulmans est primordial, mais le compromis politique ne doit pas se faire sur notre dos : Un nouveau départ ne se fera qu’avec les femmes !

À l’occasion de la venue en France du Président des EU, Sihem Habchi et les militantes de Ni Putes Ni Soumises demandent à ce que le Président de la République Française, réaffirme la laïcité comme vecteur d’émancipation des femmes. »

Communiqué du Mouvement Ni Putes Ni Soumises


* * * * * * * * * * * * * * *

!!!!! LA PANDEMIE PASSE AU NIVEAU 6 !!!!!!!


image de Une par MB.jpgD'une actualité explosive, viens de sortir:

"Cure us!" - Quand explosera la PANDEMIE

de Jean-Victor Joubert (C'est moi!)


Ouvrage disponible sur Ayoli.fr


07/04/2009

M'ame Michu, M'ame Chazotte et le G20

vamps.jpg


- Eh ! M’ame Chazotte, v’z’avez vu madame Carla ? C’était quand même la plus belle. Même la madame de monsieur Barraque, que tout le monde lui bade devant, moi ch’uis pas d’accord. D’abord elle est trop haute.

- C’est vrai que question altitude, ils en remontrent à votre couple préféré les Yankees, ma brave M’ame Michu. On voit que c’est du nourri aux hormones et aux OGM. C’est pas comme du cheu nous, élevés sous la mère !

- Paraît que la madame Michelle, elle a commis un crime de lèse-majesté en touchant la reine d’Angleterre. Paraît que ça se fait pas…

- Ah ! Ben on comprend pourquoi ! Même son prince con sort quand elle arrive la maman reine ! Mais moi, c’que j’aime, c’est ses chapeaux : elle trimballe son potager partout où elle va la Couine.

- Bon. On blague, on cancanne M’ame Chazotte, mais tout de même, ces messieurs dames du J’ai Vingt, ils ont pas été tendre avec Monaco. Paraît qu’ils ont mis le prince dans une liste grise !

- Ah ! Ben l’Albert, c’est plutôt le noir qui lui va bien. Chaque fois qu’il trouve une hôtesse bronzée dans un avion, il se croit obligé de lui injecter ses fonds spéculatifs dans la caisse noire ! Vaut mieux en rigoler de leur G20 M’ame Michu. C’est comme d’hab esbrouffe et compagnie. Leurs listes oublient quelques solides machines à laver l’argent craboteux et à planquer le pognon pas clair hors de vue du fisc : Hong-Kong, le Delaware, etc. et la City de Londres qui est considérée comme l'un des principaux paradis fiscaux du monde. Il est facile et bien hypocrite de pointer du doigt quelques territoires exotiques alors que si nous, pays du Nord, on obligeait nos banques à ne plus y aller, ils n'auraient plus de raisons d'être.

- Quand même, M’ame Chazotte, ils ont causé de plein de choses importantes à ce J’ai Vingt…

- Ouais. Des promesses qui n’engagent personnes, mais que dalle sur l’essentiel : le remplacement du dollar comme monnaie de réserve et d’échanges commerciaux internationaux par un panier de monnaies comprenant le Dollar bien sûr, mais aussi l’Euro, le Yen japonais, le Yuan chinois et pourquoi pas, la Livre anglaise. Ça supprimerait l’insupportable avantage que s’arrogent les Zétazuniens qui font payer leurs dette aux autres en faisant fonctionner leur planche à billet !

- Et à Strasbourg, M’ame Chazotte. Quand même, ça fait peur tout ces jeunes habillés en noir et qui cassent tout, qui brûlent des hôtels. Paraît que ce serait même des Allemands…

- Allemands, Français, Hollandais, Belges ou autres c’est pareil M’ame Michu. Ce sont des tarés largement manipulés par les régimes en place pour faire peur au bon peuple qui, ainsi, acceptera plus facilement l’instauration d’un état policier. Au fait, les flics, vous les avez vu à Strasbourg ? Tous à protéger le centre ville où se gobergeaient les puissants, et aucun dans ce quartier trou du cul de la ville, ce quartier de pauvres abandonné sciemment aux casseurs…

- Ben ça alors. J’voyais pas les choses comme ça… Mais dites, ce monsieur Obama, pourquoi il veut nous imposer les Turcs ?

- Parce que ça l’arrange : diluer l’Europe dans un énorme magma informe de pays, séparer pour mieux régner. On va lui proposer au Yankee – avec insistance – d’intégrer le Mexique dans les Zétazunis, mais aussi la Turquie, puisque ça lui plait tant, et au point où on en est, le Royaume Unis, ce qui nous débarrasserait bien…

- Mais pourtant, la Turquie a une frontière avec l’Europe…

- Ben oui, mais dans ce cas là, autant intégrer le Brésil, qui a une frontière encore plus longue avec l’Europe – la frontière avec le département français, donc intégralement européen, de la Guyane ! Et en plus la culture brésilienne est la même que la nôtre…

- Oh ! Oui ! En voilà une bonne idée ça M’ame Chazotte ! Vive le Brésil dans l’Europe ! Et les beaux Brésiliens… Et les superbes Brésiliennes…C’est mon fils qui serait content : il adore le bois de Boulogne !

Bravo Sarko ! Türkyie çok güzel, mais en Turquie !

muslim.signs.turkey.1.jpg
- Je suis absolument d’accord avec le président Sarkozy .

- Oh ! Victor, Qu’est-ce qu’il t’arrive ? T’as fumé la moquette ce ouiquinde ? Ou t’as trop appuyé sur le rosé de Tavel pour faire passer les sardines ?

- Attends ! Je suis absolument d’accord avec Monsieur notre Président sur un point unique mais important : l’entrée de la Turquie en Europe. Il a eu le cran de tacler sèchement le grand dépendeur d’andouilles étazunien qui – exactement comme Bush – est venu tenter de nous imposer l’entrée de la Turquie dans l’Europe. Et pourquoi cela ? Parce que la Turquie en Europe, c’est la certitude d’une Europe méduse boursouflée, sans souffle, sans squelette, sans contours, sans muscles, sans avenir autre que d’être un vaste marché commercial, entièrement à la remorque des Zétazunis pour sa défense et donc sa survie même. Cette vision de l’Europe est une constante de la stratégie étazinuenne habilement et efficacement relayé au sein même de l’EU par la Grande-Bretagne.

- Mais la Turquie est un pays laïque, qui a autorisé le vote des femmes avant la France!

- La Turquie est évidemment un grand pays, ami, francophile, dont les élites sont largement formées au lycée francophone de Galatasaray, mais son entrée à part entière dans l’UE marquerait la fin de l’Europe pour deux raisons non dites mais qui sont les vrais raisons du refus de l’ensemble des peuples européens (j’ai pas dit des gouvernants).

- Et c’est quoi ces raisons ?

- 1- la Turquie est musulmane. 2 – la Turquie compte actuellement 72 millions d’habitants, ce qui en ferait dès son entrée le deuxième pays en terme de population, juste derrière l’Allemagne et devant la France. Et dans un terme bref, compte tenu du différentiel de variation démographique, le premier et donc celui qui dicterait ses vues, ses choix de société. Or, et l’on revient à la première raison, ces choix de société - compte tenu du nombre déjà important (environ 53 millions) de musulmans en Europe – seraient des choix en accord avec cette majorité démographique. Si vous voulez la charia en Europe, faites entrer la Turquie.

- Tu t’en racontes pas un peu Victor ? La Turquie moderne a été fondée par Atatürk, un rugueux qi n'a pas fait de cadeau aux religieux. C'est lui qui a imposé l'alphabet romain et institué la laïcité!

- Ouais. C’est vrai. Mais il est mort depuis longtemps et ses successeurs actuels ne sont pas du même acabit... Un pays où la laïcité doit être imposée par l’armée, c’est pas très rassurant. Et n’oublie pas que le gouvernement actuel, démocratiquement élu, est ouvertement islamiste. L’attitude du président turc à l’Otan, refusant le danois Rasmussen à la présidence de cette merde, est lumineuse. C’est sous la pression de Barrack Hussain Obama, contre des compensations et en premier son appui pour l’entrée en E.U. que la Turquie a finalement levé son veto, samedi après-midi, sur la nomination du Premier ministre danois, Anders Fogh, au poste de secrétaire général de l’Otan pour succéder, le 1er août, au Néerlandais Jaap de Hoop Scheffer. Ankara voulait faire payer au Danois son refus de condamner la publication, en 2005, des caricatures de Mahomet, qui avait enflammé une partie du monde musulman, et d’interdire une chaîne de télévision kurde, Roj, basée dans son pays et considérée comme une vitrine des rebelles séparatistes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Autrement dit, avant même d’être admise, la Turquie tente d’imposer ses vues religieuses, ses diktats à l’Europe ! Qu’est-ce que ce serait si elle y était à part entière ! Préparez les burquas, et fermez les charcuteries ! La charia arrive ! Il ne faut pas s’en raconter : l'application de la charia est incompatible avec les valeurs occidentales et européennes...

- Eh ! Victor, tu nous ferais pas une crise d’anti islamisme primaire ?

- Non, car l'islam n'est pas simplement qu'une religion, mais un système politique rigoureux, un système de vie sociale strictement codé... et il n'a de cesse de vouloir s'imposer. Ceux qui ne voient pas ça sont ce que Staline appelait des "idiots utiles"...